Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • mardi 11 avril 2017 à 00h14min

La mobilisation internationale contre le F CFA se poursuit. Ce 8 avril 2017, dans plusieurs pays le message a été une fois encore lancé. Il faut supprimer cette monnaie, vestige de la période coloniale qui freine le développement des pays africains. A Ouagadougou, à défaut de manifester devant l’ambassade de France, l’autorisation ayant été refusée pour des raisons de sécurité, c’est au siège du CAR (Citoyen africain pour la renaissance) qu’une déclaration a été faite.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

Le front anti CFA appelait une fois de plus à la mobilisation devant les ambassades de France en Afrique francophone le 8 avril 2017 à 15h. Au Burkina Faso, le CAR qui fait office de porte-parole de Urgences panafricanistes qui porte la lutte au plan international n’a pu tenir le rassemblement au lieu souhaité. Hervé Ouattara et ses camarades, après avoir déposé une demande, n’ont pas eu de suite favorable de la part de la mairie. Et pour cause, la représentation diplomatique est située dans une zone de sécurité renforcée.

C’est donc au siège du CAR à Tanghin que le message de la nécessité de se défaire de cette monnaie héritée de la colonisation, a été porté.

De Ouagadougou à Abidjan en passant par Cotonou et Dakar, de Paris à Bruxelles en passant par Londres et Bologne( Italie), des militants africains ou non ont une fois de plus donner de la voix non seulement pour contribuer aux débats en Afrique, en Europe et en Amérique concernant les moyens pour sortir de cette servitude monétaire, mais aussi pour informer l’opinion africaine et européenne des conséquences du lien monétaire qui attache encore les ex-colonies françaises à leur l’ancienne métropole.

Pour le président du CAR qui a lu la déclaration, le continent peine depuis l’indépendance à amorcer son décollage pour le bien-être de ses populations, ce malgré les ressources dont il regorge. Cela est « dû à ce système économique de prédation et de déshumanisation de la France-Afrique qui ne cesse d’asservir et d’oppresser des peuples entiers et de manière catastrophique encore le peuple africain ».

« La démocratisation et le développement durable de l’Afrique passent par l’appropriation de nos réserves de change, le contrôle interne et externe des matières premières et le développement d’une force armée de dissuasion », a poursuivi Hervé Ouattara avant d’ajouter que les énormes profits engrangés par le trésor français et par les multinationales du négoce avec la complicité de certains dirigeants africains sont de loin supérieurs à toutes les formes d’aides et de besoins en investissement de l’Afrique. « Ces énormes profits échappent aux Africains et à leurs Etats, contraints à la politique de la main tendue », foi de Hervé Ouattara.

Urgences panafricanistes et le CAR, à travers le front anti CFA, veulent donc rompre le silence et dénoncer une politique de la France-Afrique qui ne profite qu’à l’ancien colon et détruit l’identité monétaire des anciens colonisés. « La France-Afrique bafoue toutes les règles de la bienséance, toutes les règles du droit international ».

Pour la suppression du F CFA, la fermeture des bases et le retrait de l’armée française, pilier du néocolonialisme, la levée du secret défense en cas de procédure judiciaire, la reconnaissance officielle des crimes coloniaux et néocoloniaux de l’Etat français, la libération de l’Afrique, le président du CAR a appelé à la mobilisation pour rejoindre le front anti CFA.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 10 avril à 17:51, par l’économiste
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    une monnaie doit être soutenue par une économie forte
    Avons nous une économie forte ?

    Je crois que nous devons être prudent car jusque là nos économies sont marquées par :

    - La faiblesse de l’activité productive de transformation : la création de richesse est faible :ex de la RCI où l’exportation de matières 1ères fait l’essentiel de la richesse du pays
    - Une forte propension à consommer ce que nous ne produisons pas

    Au delà des récriminations sur le colonialisme dont le CFA est l’instrument il faudra avant de rompre le lien ombilical s’assurer que nous avons créer les conditions pour réellement nous prendre en charge (santé , nourriture , éducation etc) sinon nous aurons une grave responsabilité devant l’histoire

    Répondre à ce message

    • Le 10 avril à 21:22, par DSK
      En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

      Vous ne voyez pas que c’est lié, et que ceci explique cela. Même dans 1000 ans les économies resteront dans cet état si on ne prend pas le courage de rompre net. A la sortie de la 2° guerre mondiale les Américains avaient battu monnaie pour la France qui n’avait plus rien et comptait sur le Plan Marshall, mais la France a refusé ; elle sait bien ce que c’est que de prendre une monnaie que quelqu’un fabrique pour toi et que lui-même n’utilise pas (une fois à Paris, le CFA ne peut même pas être échangé, alors que dans les changes vous avez toutes les petites monnaies du monde ; donc allez-y comprendre ça). C’est la même chose que l’Allemagne avait voulu faire à la France pendant la guerre : ils avaient mis en place en France une monnaie pour exploiter le pays. C’est les Américains qui ont mis fin à ça et voulaient changer par une autre monnaie qu’eux-mêmes contrôleraient. Donc, posez-vous la question pourquoi dès qu’un pays le peux, il veut imposer sa monnaie à un autre ?

      Il faut que les Africains apprennent à se faire confiance et à accepter prendre les risques dans la vie. Parce que si vous refusez de risquer, vous perdez à la fois la liberté et la sécurité. Croire que les économies vont comme ça s’améliorer un jour avec cette monnaie faite à dessein, vous vous trompez. C’est un système bien ficelé pour vous exploiter.

      Répondre à ce message

      • Le 11 avril à 10:55, par kwiliga
        En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

        "Il faut que les Africains apprennent à se faire confiance et à accepter prendre les risques dans la vie."
        Oui, tiens, par exemple, on va la confier à qui la production et la gestion monétaire ?
        Ou alors, on fait chacun la notre ? Ok pour les pays ayant une balance commerciale excédentaire, mais nous, au Burkina ?

        Répondre à ce message

      • Le 11 avril à 12:12, par Amors
        En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

        S’il y avait une vérité, il est évident qu’elle s’imposerait. Le problème c’est la complexité qu’il faut dépasser. Il est vrai que le FCFA est une séquelle de la colonisation et que les États africains doivent s’en libérer. Mais il est aussi vrai que, plus de 50 ans après les indépendances, la plupart des dirigeants africains ne s’est pas affranchi de l’ingérence des pays occidentaux et que ce n’est pas seulement un problème d’indépendance de la monnaie. La sortie du FCFA ne réussira que si elle s’inscrit dans un processus global et il conviendra de déterminer quel est le bon moment pour que cette décision soit positive. La seule chose dont je suis sûr, c’est que ce sera une catastrophe si le but poursuivi est de copier le type de développement mis en œuvre par les pays dits développés...

        Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 02:39, par aol
      En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

      C’est a cause de vous autre, les pseudos intello que l’Afrique est toujours tire en arrière. On peux trouve 1000 arguments pour que un bébé n’apprenne jamais a marcher seul. mais c’est a sa détermination et d’apprendre de ces erreurs qu’il arrivera a courir un jour.

      Répondre à ce message

      • Le 11 avril à 07:48, par Kôrô Yamyélé
        En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

        - AOL, c’est surtout à cause des valets locaux de l’impérialisme prédateur comme les Alassane Dramane OUATTARA qu’il sera difficile que l’Afrique se développe. Tu as suivi ce qu’il a dit sur RFI après leur messe de l’UEMOA en C.I. ? Il a osé affirmer que nous avons une monnaie stable, un taux de croissance de 8% et patati patata. Et pourquoi les ivoiriens se plaignent alors de leurs difficiles conditions de vie ? Ce monsieur est vraiment hypocrite !!! Vive GBAGBO que nous comprenons maintenant !

        Par Kôrô Yamyélé

        Répondre à ce message

        • Le 11 avril à 10:32, par Le Patriot
          En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

          Merci le koro , d’autres comme Tom Sankara avait initier beaucoup de choses et c’est toujours par un autre Africain et par traitrise que le Blanc arrive à ses fins de destruction. Allons SEULEMENT pour la nouvelle génération. VIVA EL LIBERTA !!!!

          Répondre à ce message

        • Le 11 avril à 12:29, par SOME
          En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

          mon koro merci ; a l’epoque quand nous soutenions gbagbo on nous traitait de tous les noms, de nazi, etc. revoyez l’hysterie generale de l’epoque : c’est ca aussi apprendre de l’Histoire et de l’experience pour ne pas recommencer les memes erreurs. Aujourd’hui on sait (comme si on ne savait pas) qui etait qui et qui faisait quoi et pourquoi. On sait que gbagbo avait gagné les elections etc. Mais ces memes vociferateurs qui insultaient gbagbo, on ne les entend plus ; il y en a meme qui disent que gbagbo est un heros comme sankara... bref ! c’est dire que ce ne sont nos inconstances et inconsequences et paresses intellectuelles qui nous tuent, qui nous bloquent. L’imperialisme c’est pas autre chose que nous memes, n’allons plus loin ! (je paraphrase thomas sankara). Quand on se fait valets locaux de l’imperialisme, consciemment ou inconsciemment, on n’est que victime de soi meme
          aussi hautes que soient les herbes, elles ne peuvent pas etouffer les cris de la poule qui est entrain d’etre mangée par la hyene des poule (le renard). i-e quelles que soient la grosseur du mensonge, la verite triomphe toujours
          a victoria siempre
          SOME

          Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 08:13, par La Cour !
      En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

      Ecomomie forte ou pas, ce qui a soutenu le franc CFA jusqu’à présent est capable de soutenir la monnaie nouvelle que nos pays auront adoptée !

      Répondre à ce message

      • Le 11 avril à 10:59, par kwiliga
        En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

        Et non ! Ce qui soutient le cfa, c’est le fait d’être appuyé sur l’€uro.
        Si tu fais ta monnaie, elle va fluctuer au rythme de ton marché, de ta capacité de production, d’exportation,...
        Et nous, on est au Burkina. On a les fonctionnaires les mieux... euh pardon, les plus formés du monde, mais ça, c’est pas coté en bourse.

        Répondre à ce message

        • Le 11 avril à 14:50, par Lexys
          En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

          Mon cher Kwiliga, vous perdez votre temps à vouloir expliquer des choses à des gens qui ne peuvent pas comprendre.
          La monnaie est une discipline très complexe qu’il n’est pas donné à n’importe quel quidam de maîtriser les tenants et les aboutissants.
          A travers le ressenti de certains, c’est surtout l’origine coloniale du CFA qui s’exprime plus que d’autres. Sinon, même dans les pays développés la plupart n’ont pas leurs reserves gardées à leur niveau. Beaucoup auront appris récemment le rapatriement des reserves d’or monétaire de l’Allemagne gardées aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et à Paris (s’il vous plait !). Mais bon ! la discussion ne vaut la peine que si les uns et les autres ont un minimum de connaissances sur l’objet de la discusssion. Or là, ce n’est visiblement pas le cas !

          Répondre à ce message

        • Le 11 avril à 15:14, par pataamleukré
          En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

          Ceux qui espèrent avoir le même niveau de développement que la France avant de s’ affranchir d’elle, rêvent. Tout est fait a dessein pour vous maintenir dans cette situation de dépendance qui profite à la France et vous empêche de lever la tête.
          Depuis quand la France se soucie du devenir des populations africaine pour les obliger a avoir une monnaie qui ne la sert pas .Si cette France se souciait tant de notre sort il y a plein de choses qu’elle pouvait faire : un plan du genre Marshall pour l’Afrique par ex.
          Certain de nos dirigent qui le comprennent sont menacés pour qu’il n’abordent jamais le sujet dans le sens non voulu par la France.Pour le reste des idiots ,la grande majorité dont le seul programme est comment faire pour rester éternellement au pouvoir,se comportent comme si leur pays étaient des provinces de la France avec les devoirs qui vont avec,mais pas les droits.Ces genre de dirigeants n’attendent que les ordres de Paris pour exécution.
          Le changement ne pourra venir que de la société civile comme pour les cas de changement de pouvoir ces derniers temps.
          Que Dieu nous soutienne !

          Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 09:36, par modeste
      En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

      je suis parfaitement d’accord avec vous ; on peut faire faire des reformes pour rendre notre monnaie autonome. C’est un débat qui concerne les économistes, on ne se lève pas bras valant pour dire de changer le cfa sans analyser tous les contours ; ceux qui ont vécu la dévaluation ne diront le contraire. Je dirait tout simplement que ce sont des anarchistes.

      Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 13:03, par badini
      En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

      Bjr Mr l’économiste. La C.I n’est serait pas obligée d’exporter ses matières premières si elle disposait de quoi transformer ses produits. Vous me direz mais ou sont ses usines ? Eh bien ! elles ne tombent pas du ciel. Il faut les créer comme les autres pays. Ceux de l’Asie sont des exemples implacables. Vous parlez de forte propension à consommer des produits étrangers ? Mais quoi de plus normal quand vos propres produits sont bruts et moins chers à importer par ceux qui vous tiennent en esclavage ? Quand penses-tu Mr l’économiste que nous serons à mesure de nous prendre en charge ? D’ailleurs dites-moi quel pays de quel continent a ses richesses déposées dans le trésor d’un pays d’un autre continent sous la forme qui nous lie au trésor français ? Mr l’économiste suivez l’actualité et le problème Guyanais à lui seul peut aider à comprendre le danger d’une dépendance économique.

      Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 18:02, par moi ossi
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Tampon pour cette initiative courageuse ! il semblerait que pour assurer la convertibilité du franc CFA (Colonies Françaises d’Afrique) avec l’Euro, les pays de la zone franc doivent déposer 50% de leur argent dans le trésor français ? Les économistes n’ont qu’a nous expliquer en français facile cette affaire là. Est-ce à dire que si un pays de la zone fcfa doit dépenser un million dans le marché international il doit déposer 500 000 F au trésor français et dépenser en réalité 500 000F ? si c’est ça, walaï c’est très grave. donc cè système de cocssairs 50%,50%. Si nos populations apprennent ça, ça risque d’être la catastrophe pour les coupables et les complices de cet esclavage qui ne dit pas son nom ! Éclairez-nous SVP

    Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 09:15, par BC
      En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

      En rappel, il dire que la France a crée la zone Franc en 1939 et renforce ainsi le contrôle de la métropole sur les monnaies de ses colonies. Le but est de s’assurer qu’en temps de guerre, les matières premières restent disponibles au meilleur prix. En 26 décembre 1945, Paris instaure le Franc des Colonies Françaises d’Afrique (F CFA) et en 1958 il devient le Franc de la Communauté Française d’Afrique (FCFA) ; c’est de la poudre aux jeux, pas de changement !
      En 1960, les pays africains accèdent à l’indépendance et le FCFA reste en l’état. Après l’indépendance, pour les pays de l’UEMOA, le FCFA devient le Franc de la Communauté Financière d’Afrique (FCFA) et pour les pays de la CEMAC (Afrique centrale), il devient le Franc de la Coopération Financière en Afrique centrale (FCFA). Au constant, les appellations changent mais le mot FCFA demeure !
      Les règles du jeu :
      - Le trésor français garantie la convertibilité du FCFA à n’importe quelles autres monnaies ; mais en échange, 50% des réserves du FCFA doivent être déposées sur les comptes du trésor public en France. La question qui se pose est que "Pourquoi nous disposons autant d’argent auprès de ce trésor qui pourrait servir à faire des investissements structurants et donc à se développer ?".
      - Le taux de parité entre l’euro est fixe (1 euro= 655,957 FCFA) et ça dure depuis 1999.
      - Le transfert de capitaux dans ces zones est libre et gratuit.
      Ce système est sensé stabilisé les finances des États africains qui l’utilisent. Paradoxe : parmi les 15 pays de la zone Franc, 13 sont placés par la FMI comme PPTE. Pourtant après l’Asie le continent africains est considérée comme la 2nde locomotive de la croissance mondiale ! Étrange !
      Pour assurer la parité entre le FCFA et l’euro, les pays africains utilisant le FCFA sont obligés de contrôler leur inflation c’est-à-dire l’argent en circulation (2% maximum dans la zone UEMOA et 3% pour la CEMAC). Pour ce faire, les banques nationales limitent les prêts aux entreprises. Ces prêts ne représenteraient que 23% du PIB dans la zone franc contre 150% du PIB en Afrique du Sud et dépassent 100% du PIB en Europe. Conséquence : Moins de crédits, donc moins d’investissements par les pays eux-mêmes, donc moins d’infrastructures et moins de développement au finish !
      Mais grâce au libre transfert de capitaux, les entreprises étrangères peuvent investir sur place. Par exemple, dans les pays de l’UEMOA, les entreprises françaises assurent souvent 50% des investissements étrangers. En 2011, trois sociétés financières représentaient à elles seules 70% du chiffrent d’affaires des banques dans la zone Franc.
      En étant directement connecté à l’euro, le FCFA est déconnecté de tout contexte économique des pays où il circule. L’euro en fait une monnaie forte ! Plutôt que de produire sur place, il devient plus rentable d’importer des biens avec pays qui produisent avec une monnaie faible comme la Chine.

      Répondre à ce message

      • Le 11 avril à 11:22, par kwiliga
        En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

        "Selon Dominique Desruelle, les grandes lignes du référentiel économique et social burkinabè sont dans le bon sens. Raison pour laquelle son institution compte aider à la mise en place du cadre macroéconomique dans son ensemble, « qui sous-tend la mise en place du PNDES et en particulier mettre en place un cadre économique qui permet d’avoir plus de place pour les dépenses d’investissements »"
        Mais, ce Monsieur Desruelle, on lui a clairement expliqué qu’on va mettre fin à l’impérialisme économique en changeant de monnaie ?
        Houlala, ça risque de pas lui plaire...
        On va faire comment alors...?

        Répondre à ce message

        • Le 11 avril à 14:14, par Kôrô Yamyélé
          En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

          - Kwiliga, ne te laisse pas tromper par des belles paroles. Les économistes et les banquiers n’ont jamais développé un pays par leurs thèses et analyses nombreuses et brumeuses. Il faut voir même le cas de notre gouvernement :

          Roch : Économiste-Banquier
          Le PM PKT  : Économiste
          La MINEFID  : Économiste probablement

          Et où en sommes-nous depuis leur prise de fonction ? Nul part sauf dans le mouta-mouta et la Rochosité. Et ils sont entrain de répéter les mêmes mauvaises visions avec nos projets de société :

          PNDES : Le secrétaire permanent est un économiste
          MCC : Le responsable qui vient d’être nommé est un économiste

          Foi de Kôrô Yamyélé à vérifier dans 4 ans si les choses continent ainsi : ils vont tout plomber dans ce pays. Un économiste n’a jamais pu développer un pays. Biensûr qu’on a eu ici des PM économistes à l’image de Yonli et Tertius mais eux, ont su s’entourer de techniciens rompus qui savent traduire en actes concret ce que eux tracent dans le papier. Et malgré tout ils n’ont pas fait mieux que LAT, dermier PM sous Blaise, qui est journaliste. Nos dirigeants actuels eux, préfèrent s’entourer de théoriciens bavards. Prenons le cas de Salif Diallo qui n’est pas agronome mais qui a eu de bons résultats quand il était ministre de l’agriculture. Il a su simplement s’entourer d’excellents techniciens et de bons planificateurs qui ont traduit en concret sa vision ! C’est tout ce que nos princes actuels ignorent croyant qu’un économiste peut tout faire, même réveiller les morts. La preuve, ils nous créent de nombreuses nouvelles taxes à payer, augmentent les loyers aux prix forts, et sont incapables de stabiliser les prix des produits de grande consommation, etc. Même cette fameuse TVA qu’un économiste nous a inventé, croyez-vous normal de prendre un prêt en banque frappé de la TVA, prêt que vous allez utiliser pour payer des tôles elles aussi frappées de la TVA ? Les économistes ne savent rien faire que de rendre la vie dure aux citoyens car ils enrichissent l’État et non les citoyens. Avec ces nombreux économistes partout nous allons payer le prix fort, même jusqu’à la peau de nos fesses ici !

          Par Kôrô Yamyélé

          Répondre à ce message

          • Le 12 avril à 08:14, par kwiliga
            En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

            Cher Korô Yamyélé, je pense être dans l’ensemble d’accord avec vous sur bon nombre de choses : "impérialisme, domination du capitalisme mondial, perte de nos valeurs essentielles, sens commun et priorisation des réel problèmes,....", même si je suis moins dans la radicalisation et que j’use peu du ton professoral que vous aimez à adopter, mais davantage d’humour et de sarcasme.
            Vous devriez donc, à mon sens, éviter de vous précipiter pour me répondre, si vous n’êtes pas certain d’avoir saisi le sens de mon propos.

            Répondre à ce message

          • Le 18 avril à 18:55, par Un Economiste
            En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

            J’ai décidé de réagir ce post pour dire que je sens une phobie anti-économiste dans ce post et dans plusieurs de vos posts. Si vos économistes au Burkina et en Afrique échouent, ce n’est pas le cas de tous les économistes dans le monde. le problème n’est pas l’économie et l’économiste, mais plutôt la nature de l’économiste et de son contexte ! je vous conseille de lire le Livre de Pouemi qui définissait les 3 types d’économistes en Afrique. Et c’est grâce lui que nous comprenons le mécanisme du Fcfa aujourd’hui. Mais il est mort (assassiné).
            Le développement rapide de la Corée du Sud a été le fait d’économistes de rénommée, bien formés et indépendants (Mr O Won-Chol ; Mr Kim Chun-Yum etc...). Mais l’élément que vous occulter le plus dans l’efficacité des politiques économiques et donc de l’utilité des économistes, c’est le cadre institutionnel et surtout une volonté politique forte. Le Géneral Park a dit aux économistes : Gérer l’économie, moi je m’occupe de la politique et de la diplomatie. Quand la Corée a décidé de prendre la main de la gestion de sa monnaie, elle a connu des difficultés énormes dans la défense de sa monnaie, les populations ont offert à la banque Sud-coréenne leur bijou en or pour soutenir leur monnaie. Questions pour l’Afrique et les africains :
            1. Avons-nous une volonté politique forte pour liberer l’Afrique ? Des économistes africains demandent depuis un moment un débat ouvert sur le Franc Cfa ! ce que les Etats refusent. Absence de volonté politique sous nos tropiques et la traque des économistes engagés se poursuit. Nous meme avons été obligé de changer le thème de notre travail de recherche académique portant sur la monnaie car difficulté de trouver un encadreur, trouvant le sujet sensible !
            2. La population africaine est-elle prête à assumer le combat et d’accepter des sacrifices réels ? Notre constitution garantie que le régime d’émission de la monnaie est garantie par la constitution (Article 108 de l’ancienne constitution). Combien d’entres nous avons demandé à l’assemblée nationale de faire respecter cet article ? Pourquoi, les populations n’interpellent-elles pas leur propre gouvernement, ne font pas de sit-in devant le siège de la BCEAO ou du ministère de l’économie ? car parmi les signataires de l’accord, il y a 15 pays + la France. Mais la pression sur nos propres institutions est faible !
            3. Rassurez-vous, la question de la monnaie a une double dimension : politico-sociale et économique et chacun doit jouer sa partition.

            Enfin de manière simple : La gestion de la monnaie et la question de la garantie monétaire repose sur un mensonge économique qui reste collé dur à la peau des économistes : Les réserves de change garantisse la monnaie. Archi-Faux. dépuis 1973, c’est fini. C’est au nom de cette théorie que tout le système Franc-CFA repose.
            Pour celui qui estime que la monnaie n’est pas un problème du Burkina Faso. Sache que après la dévaluation de 1994, le taux de change effectif réel ( en français facile : quand de bien de bien qu’une unité de monnaie permet d’avoir en même temps auprès de tous les partenaires du pays) du Burkina Faso s’est apprécié et cela a entrainé une baisse de nos dévises. ce qui a fait passé le nombre de mois de nos importations de 6.1 en 2009 à 1.7 mois en 2013. Autrement dit, le fait que notre monnaie prend de la valeur (quand l’euro prend de la valeur par rapport au dollar : exple entre 1991/2001 l’euro s’est apprécié de 43% par rapport au dollar et le Franc Cfa de l’Uemoa s’est apprécié de 22%) rend nos marchandises cheres pour nos partenaires. ce qui fait que les devises qui devaient nous permettre d’important ne sont plus suffisant. de 6 mois on est passé à 1.7 mois. bref..je m’arrête là.
            C’est dire qu’on est économiste, on mène le combat et on attire l’attention des populations. Mais sans un soutien de masse et un cadre institutionnelle performant, la meilleure politique économique échouera. Et par exemple, notre PNDES n’est qu’un ramassis de volonté de développement et non une stratégie de développement. Quand le lit, on en ris et en même on a mal. Bon bref. Je m’arrête ici...Je pourrais revenir si ...on a besoin d’économistes..rire !

            Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 19:20, par Sawadogo
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Mon cher Hervé Ouattara, attaque toi aux problèmes qui préoccupent les burkinabés, qui ont trait au quotidien des populations. C’est vrai que le franc CFA est une monnaie coloniale mais son éradication n’’incombe pas à une OSC. Mon cher Hervé, cherche toi un autre combat et on te soutiendra.

    Répondre à ce message

    • Le 10 avril à 21:17, par Hamane
      En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

      Sawadogo, en attendant que Hervé Ouattara et son OSC s’attaquent "aux problèmes qui préoccupent les burkinabés, qui ont trait au quotidien des populations" comme tu le suggère, toi, Sawadogo que fais tu concrètement ? tu croises tes bras et tu formules des suggestions aux autres ? N’as tu jamais penser que toi même Sawadogo tu peux aussi t’attaquer aux "aux problèmes qui préoccupent les burkinabés, qui ont trait au quotidien des populations ?" Etant donné que selon toi " le franc CFA est une monnaie coloniale mais son éradication n’’incombe pas à une OSC". Son éradication incombe à qui ? Et que fais Sawadogo pour que ce dernier agisse ? Merci de me répondre car, je veux comprendre ta logique qui à première vue me parait illogique.

      Répondre à ce message

    • Le 10 avril à 21:33, par Esi
      En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

      C’est étrange que vous pensiez que la question monétaire ne regarde pas la société civile. La source des problèmes ici c’est en partie ce système monétaire qui empêche la construction des écoles, hôpitaux, etc., puisque le pays doit déposer son argent en France.

      Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 02:25, par aol
      En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

      Les billets et pièces de banque que a en poche c’est marque F CFA ?
      La monnaie officielle du Burkina C’est le F CFA ?
      Oui bien sur !! Donc ce combat est la notre.

      Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 05:52, par kabore
      En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

      Mon frère,ce n’est pas son combat mais le combat à toi aussi et à tous ces pays que la France exploite et endette depuis longtemps.tu parles des problèmes du quotidien des burkinabé sans oublier que ceci fait partie de ce quotidien.cet argent que nos états versent à la France,tu ne sais pas que ça pouvait aider les populations de ces pays là ?
      Si on pense comme ça,on restera toujours esclaves et on s’en sortira jamais.même si on a pas le courage de soutenir ceux qui mènent des combats nobles,ayant le courage de les féliciter quand même.

      Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 12:45, par SOME
      En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

      mon sawadogo quand on ne comprend rien on ecoute et on cherche a comprendre. Le premier probleme qui concerne le burkinabe c’est bel et bien cette question de la monnaie : pourquoi un chef de famille ne peut pas garder chez lui son argent qu’il gagne et doit le remettre au blanc qui gerer pour lui et lui donne ce que lui blanc il veut et quand il veut pour faire ce que lui blanc il veut et non pas toi ? Voila en francais tres simple pour toi. Tu en tireras toi meme les conclusions : je ne dirai pas tu n’en es pas capable. Et va expliquer ca a ton papa au village qui a connu la colonisation et les travaux forcés pour sortir la france des bottes nazis quand ton grand frere est allé mourir au front contre les nazi alors que le francais lui meme collaborait avec ce meme nazi, etc. Il faut apprendre a reflechir et a bien reflechir
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 20:53, par Hamane
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Drôle ! Chez nous à Paris, les Français et/ou les Burkinabè peuvent manifester devant l’ambassade du Burkina Faso. Chez nous à Ouaga, les Burkinabè et/ou les Français ne peuvent pas manifester devant l’ambassade de France. Etat de Droit n’est pas état de droit, Démocratie n’est pas démocratie, Tôle n’est pas tôle et Egalité ici peut être égale à inégalité ailleurs.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 22:51, par Cheikh
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    La cause est noble, mais énormément titanesque pour une OSC qui n’est d’ailleurs plus à prendre au sérieux, à cause de ses précédents.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 22:54, par L economiste
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    A internaute 2

    la centralisation des devises des pays membres au trésor français permet à la France de se porter garant pour une convertibilité du FCFA et une parité avec le franc français.
    DAns votre bel exemple , ou on dépose 500 000 fcfa pour pouvoir dépenser 500 ooo fcfa il

    il faut savoir que sans ce systeme le pays ne pourra rien payer à l international avec ses

    500 000 fcfa. Tu peux avoir ton argent et les gens ne veulent pas de ton argent.
    par exemple si tu vas en France avec 1000 0000 fcfa zaïrois tu pourras meme pas acheter
    une aiguille.

    Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 09:45, par burkinbi
      En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

      L économiste, bonjour. SVP VOUS qui êtes dans le domaine et vous vous y connaissez et encore vous faites certainement partie de l’élite africain, s’il vous plaît ne pouvez vous pas, vous et les autres éminents économiste de la zone UEMOA, réfléchir pour nous trouver le meilleur mécanisme pour nous sortir de l’étreinte dans laquelle la France colon nous a enfermé ? dites moi à quoi vous servez à l’Afrique ? si vous qui savez plein de choses ne faites rien que de penser à votre petite personne et famille, qu’est ce que le reste saura faire pour sortir l’Afrique de la pauvreté ? car cela incombe à tout africain ; c’est comme ça que les pays développés se sont développé ; c’est leurs élites, c’est l’oeuvre de quelques uns d’entre eux seulement, sinon ils ne sont pas tous intelligents plus que nous hein !!

      Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 10:01, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

      - Voilà ce sont les faux économistes tarés comme vous autres qui traînez nos pays vers le sous-développement ! Pourquoi doit-il forcémment payer ses aiguilles en France ? Et la Chine, et Taiwan, et le Pakistan, et l’Inde, et l’Indonésie ? et La Corée du Sud, et le Japon ? Bande d’esprits rétrécis ! Encore un de ces petits écoomistes aux visions étriquées formés dans des universités de France refusant toute réforme !

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 12:50, par SOME
      En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

      quel economiste ! la misere de l’esprit (s’il en a le pauvre). c’est pitoyable ! Heureusement que ce n’est un pseudo créé par un pauvre d’esprit
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 00:16, par simple
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Monsieur Sawadodogo avez vous un problème particulier avec le sieur Hervé ? Sinon le combat est noble. C’est le nœud du problème des populations de manière directe et indirecte S’il ne le fait pas une autre personne le fera. Il faut bien qu’un jour quelqu’un dévoile la face cachée du diable. Connaissez vous le potentiel économique réel du Burkina. referez vous au différents discours du Président Sankara.
    Monsieur Hervé ouvre le débat à sa manière et c’est à chacun de prendre conscience de l’origine du mal que vivent les populations. S’il arrête une autre personne sortira du trou pour décrier la mafia mis en place par les français. Allez en France si vous allez entendre parler de délestage. Mais ou les français prennent- ils leur énergie ? C’est au Niger. Y- a -t -il délestage au Niger ? Je dis Oui !!!. Pourquoi ceux qui fournissent l’uranium n’ont pas de courant à temps plein ? Réfléchissons ensemble monsieur Sawadogo. C’est un combat noble : le réveil des consciences.

    Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 10:33, par Sawadogo
      En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

      Mr Simple, la prochaine fois, répondez directement à mon poste, c’est plus simple ainsi. S’ il faut parcourir l’ensemble des écrits du forum pour trouver quelque chose vous concernant, convenez avec moi que ce n’est pas simple. Je vous comprends. Quel problème pourrais-je avoir avec Hervé ? Je ne le connais même pas ; seulement vous voyez, dans ce pays, le rôle des OSC est souvent troublé. Ils sont comme les partis politiques, il n y a rien de fortuit dans ce qu’qu’ils font. Souvent, certaines sorties ressemblent plus à des opérations de survie médiatique qu’à autre chose. Toutefois, je le sais, les combats nobles doivent être soutenus, même Si c’est le Diable qui les porte ; encore que Hervé n’en est pas un.

      Répondre à ce message

      • Le 11 avril à 13:07, par SOME
        En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

        sawadogo d’accord avec toi sur la forme : en effet le webmestre a accepté remettre la configuration qui permet de repondre directement à un post et avoir ainsi une logique de raisonnement et faire avancer le debat. IL faudrait que les gens fassent aussi l’effort de suivre ca au lieu d’etre obligé de parcourir toutes les interventions pour voir qu’on a repondu a ton intervention
        SOME

        Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 06:00, par kaborek
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Les gars,n’écoutez pas les gens qui n’ont rien dans la cervelle car avec des gens comme Mr sawadogo,on restera toujours des esclaves.ce combat est le combat de tout vrai africain et non pas seulement des pays qui utilisent cette monnaie.la prochaine fois,sortons massivement pour faire entendre nos voix et mettre la pression sur certains de nos présidents que la France veut utiliser.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 07:24, par sparrow
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    pour ma part le probleme du CFA est due a ce manque de vision et a l’incompetence des dirigeants africains ces derniers ne depensent meme pas cette monaie donc a quoi s’en preocuper aujourd’hui nous somme tres dependant de la france pour exister a cause de la menace terroriste dans notre sous region c’est la france qui fait le job pour nous deonner un semblant de seurité tout comme depuis les années 60 donc il leur est tres facile de nous obliger a suivre sinon on est dans la merde je pense que avant de quitter ce CFA nous devons chercher les voies et moyens de nous entendre entres voisins de nous defendre tous ensemble contre les menaces car pour le moment c’est toujours la france le parain de notre securite et ensuite nous pourons nous debarraser de cette monaie car a ce que je sache l’euro n’est pas forcement la solution en europe aussi on voi marine lepen parler de frexit aussi

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 07:56, par Boudé
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Voici une lutte noble et digne. Que les vautours qui ont toujours des idées précambriennes, doutant de nos capacités à créer une monnaie forte arrête de passer des messages qui peuvent démobiliser. En exemple simple, si le PNDES a réçu 1000 000 de dollars, avec le system avec la banque centrale française, le PNDES ne sera financer que 500.000 dollars soit 50%, les autres 50% revenant à la France. Raison pour laquelle la réunion des bailleurs s’est tenue en France. La concrétisation de cette servitude est l’ouverture prochaine d’un compte de l’Etat Burkinabè à la banque centrale Française. Sous pretexte ue nous ne disposons pas d’institution forte pour recevoir l’argent des partenaires /bailleurs

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 08:20, par L’Oguste
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Pourquoi vouloir manifester devant L’Ambassade de France ? Nos Etats sont-ils souverains
    ou pas ? La France oblige t-elle nos Etats à rester avec le CFA ? Les britanniques ont
    manifesté devant quelle Ambassade pour quitter l’euro ? Arrêtons avec ces attitudes de
    puériles victimisations qui démontrent simplement que nous sommes des attardés
    mentaux.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 08:31, par Ginger Juice
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Eh bien, comme la cause est juste et noble, je fermerai les oreilles pour ne pas entendre les bruits des vieilles casseroles et je boucherai mes narines pour ne pas sentir les efffluves peu agreeable d’iune certaine gestion et comportement sous la Transition. Courage

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 08:41, par prudence
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Les patriotes revolutionnaires marxistes anti colonialistes ...... c’est bien toujours ça mais il faut être réaliste . Plus de 50 ans après les indépendances que produisons nous ? On accuse toujours les autres alors que nous avons refusé le développement

    Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 10:17, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

      - prudence, c’est ignoble ce que tu affirmes ici et qui montre à souhait toute ta limite. Si je raisonne comme toi, je dirai pourquoi depuis le temps colonial les entreprises comme Bolloré sont toujours scotchées à l’Afrique pour quelle raison : chemin de fer Cameroun = Bolloré, chemin de fer Abidjan/Ouaga = Bolloré, Port d’abidjan = Bolloré, Port de Grand-Bassam = Bolloré et bien d’autres. Pourquoi Bolloré n’irait-elle pas du côté de la Chine, de l’Inde, etc. ? Seulement en Afrique au point que la France déstabilise des régimes africains pour offrir le tapis rouge en Afrique à ses entreprises : le cas de Gbagbo en C.I. est édifiant car Sarkozy y a fait sa guerre et il est ami à Bolloré qui lui a prêté un yatch pour un voyage de congé quand il a pris le pouvoir en France. Au Congo, je n’ai rien a vous informer sur la guerre que Sassou NGuesso a déclenché en complicité avec des entreprises pétrolières de France pour reconquérir le pouvoir contre des rentes pétrolières. Le cas de Idriss Deby au Tchad est édifiant : protection contre pétrole ! La fance est simplement un pillard ! Sans le pillage de l’Afrique elle n’est rien dans le concert des nations. Feu Omar Bongo savait de quoi il parlait quand il a répondu aux menaces de Sarkosy en disant : ’’La France sans l’Afrique est un véhicule sans carburant’’, biensûr pour stigmatiser les pillages de la France et lui rappeler malicieusement que tous sa prospérité vient du pillage de l’Afrique et de son sous-développement.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 08:43, par VRAI
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    LA FRANCE EXPLOITE L’AFRIQUE PAR LE BIAIS DU FRANC CFA
    la lumière sur les dégâts causés dans les Etats membres de la zone franc en raison de l’indexation de leur monnaie sur le franc français, aujourd’hui sur l’euro.un appelle à la création d’une monnaie indépendante, sans lien avec le passé colonial.
    La zone du franc CFA est une union de coopération monétaire dont les leviers de contrôle se situent à Paris où priment les intérêts de la France. Les Etats satellites, membres de cette zone, sont des pays d’afrique occidentale et centrale. La logique qui sous-tend le fonctionnement de cette zone rappelle la manière dont les Etats de l’Europe de l’Est étaient liés à l’ex-Union soviétique par le biais du Pacte de Varsovie à l’époque de la Guerre froide.
    Les principes de la coopération monétaire entre la France et les Etats membres de la zone franc ont été énoncés dès les années 1960 dans le cadre d’un pacte colonial. Ce pacte a été modifié par la convention de coopération monétaire du 23 novembre 1972 entre les Etats membres de la Banque des Etats de l’afrique Centrale (BEAC) et la France d’une part, et par l’accord de coopération du 4 décembre 1973 entre les pays membres de l’Union Monétaire Ouest-africaine (UMOA) et la République française d’autre part.
    Juste avant que la France n’accède aux demandes d’indépendance des pays africains dans les années 1960, elle a obligé ces Etats à placer 65% de leurs réserves de change sur un compte du Trésor français, après avoir défini un taux de change fixe du franc CFA.
    Bien que la gestion de cette monnaie ait été confiée à des banques centrales communes [BEAC et BCEAO, ndlr], ces banques n’ont d’africain que le nom. En réalité, elles n’ont aucun pouvoir et ne sont rien de plus que de gigantesques institutions bureaucratiques qui ne décident pas des politiques monétaires. Elles sont là pour faire croire aux pays de la zone franc qu’ils sont maîtres de leur destinée.
    Les pays de la zone franc continuent de perpétuer un système mis en place par l’ancien bourreau colonial.
    D’une manière générale, il ne faut pas oublier que cette union a apporté à la France d’immenses avantages en termes de marchés pour ses biens et services. La situation monétaire des pays de la zone franc est une longue histoire de secrets jalousement gardés par la France, dont la seule préoccupation est de préserver ses intérêts.
    Par exemple, les réserves de change des Etats de la zone franc sont placées sur un compte commun du Trésor français, mais aucun pays africain n’est capable de dire quelle partie de cet argent durement gagné lui appartient. Seule la France a le privilège d’accéder à ces informations.
    Et pourtant ces fonds, placés sur des « comptes d’opérations », génèrent des intérêts à chaque fois que leur montant est supérieur aux besoins d’importation des pays africains concernés.
    Ces comptes d’opérations, en vertu des accords de coopération monétaires signés par la France et les pays de la zone franc, sont en théorie assortis du principe de découvert illimité. Cependant, les autorités françaises ont inclus, dans les statuts des banques centrales africaines, des mesures, parfois préventives, destinées à éviter que les comptes d’opérations deviennent constamment débiteurs.
    Les opérations liées au franc CFA sont secrètes et seul le Trésor français connaît montant des fonds appartenant aux pays de la zone franc placés sur les comptes d’opérations. Seul le Trésor français peut indiquer le niveau de rémunération ainsi que les frais de gestion de compte. Le système est donc opaque et autoritaire.
    Les économies de la zone Franc sont très vulnérables. Les effets provoqués par le mécanisme de fonctionnement du franc CFA sont asymétriques. Les pays les plus dépensiers de la zone franc peuvent utiliser les réserves de change des pays qui ont une gestion plus prudente. De fait, l’unité monétaire profite aux pays les plus riches et encourage l’exploitation des pays les plus pauvres. L’existence d’un système monétaire stable et unifié n’a pas conduit à l’émergence d’un système bancaire et financier efficace dans les pays africains de la zone franc. Sur les 107 banques que comptent ces pays, 42 avaient fait faillite en 1990. Les réseaux bancaires, qui se sont constitués par la suite, dépendent fortement des banques françaises.
    La France encourage les pays de la zone franc à vivre largement au-dessus de leurs moyens. Quelle différence y a-t-il entre le Gabon dont les réserves de change sont placées en France et le Ghana, qui possède sa propre monnaie ? Ou entre le cameroun et le Kenya ? Le Bénin et la Tunisie ? Ces questions suscitent des questions légitimes sur le bien-fondé de la zone franc.
    La zone franc existe depuis plus de soixante ans. Comment expliquez-vous qu’elle perdure malgré les effets négatifs qu’elle continue de produire dans pays africains ?
    cela est dû à l’influence que la France exerce sur les pays d’afrique francophone, même si les partisans utilisent les arguments suivants pour défendre leur position : garantie monétaire, qui génère un afflux de capitaux, mesures d’austérité limitant le risque d’inflation et permettant de maintenir l’équilibre de la balance extérieure, et crédibilité de la monnaie.
    Les partisans du franc CFA font semblant de ne pas voir la répression politique et financière qu’ont exercée les présidents français successifs sur les pays africains qui ont tenté de se retirer de la zone franc. Nous avons été témoins de mesures répressives visant à couper court à toute velléité d’émancipation du système : la protection des intérêts français a engendré récemment des crises au sujet de l’uranium au Niger, de l’or au Mali, du pétrole au Tchad, des matières premières et du transfert des actions d’entreprises du service public en Côte d’Ivoire, auxquelles sont à ajouter d’autres crises au Rwanda, en République démocratique du Congo et au Sénégal.
    Quand le Sénégal a annoncé récemment qu’il avait découvert du pétrole à Saint Louis, le pays a demandé au Vénézuela de l’aider dans son exploitation, et non à la France. Paris a perçu ce geste comme une trahison et une violation des accords de coopération liant la France aux pays de la zone franc et à leurs ressources.
    Par ailleurs, les élites et la classe politique africaines n’ont fait qu’empirer la situation en prétendant qu’elles ne possédaient pas les compétences nécessaires pour gérer leur propre monnaie de manière responsable et efficace, à l’inverse des pays occidentaux ou asiatiques.
    Elles se satisfont de voir Etats africains être réduits l’état de contribuables au profit de la France, avec les 65% de réserves de change qu’ils déposent chaque année auprès du Trésor français ! Et pourtant, nos citoyens n’ont pas la nationalité française, et non pas non plus accès aux services publics dont bénéficient les autres contribuables français. Cela conduit à une situation qu’on ne peut que qualifier d’asservissement volontaire, et qui a incité la population et les acteurs économiques à croire qu’ils ne pouvaient se passer de la France.
    C’est bien dommage car cette idée est totalement fausse. Le monde est vaste : il suffit de vouloir s’y intégrer de façon libre et responsable par le biais du commerce et non de l’aide étrangère qui réduit les gens à la situation de mendiants. Chaque jour, la mondialisation crée des milliers d’opportunités dont nous ne tirons pas profit, parce que nous sommes piégés dans un système inefficace

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 08:43, par VRAI
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Nos pays préfèrent choisir la solution de la facilité même si elle met en danger l’emploi, les revenus, l’épargne et les investissements privés. Nous nous rendons complices du piège de la pauvreté dans lequel nous avons été poussés.
    Au moins trois raisons pour lesquelles les Etats africains devraient se libérer du franc CFA !!!
    En premier lieu, le franc CFA est coercitif, injuste et moralement indéfendable. Il a favorisé la corruption de l’Etat. Au moment des élections françaises, les pays de la zone franc sont sans cesse sollicités pour donner des dons aux hommes politiques français, une obligation qui ne peut se justifier. Ces « cadeaux » ont été à l’origine de nombreux conflits et ouvrent la voie à de nombreuses autres formes de corruption.
    Ce sont ces relations qui perpétuent le monopole français dans les pays de la zone franc, malgré la mondialisation. Sous prétexte d’aider les pays pauvres avec l’argent du contribuable français, c’est la classe politique française et africaine qui s’enrichit de manière illicite. Cette réalité justifie à elle seule l’abandon de la zone franc.
    La libéralisation économique et financière ne peut se produire avec un taux de change fixe et une zone d’influence économique créée artificiellement.
    En fait, l’émergence de tensions apparues au sein du système monétaire international et les crises financières de ces dernières années portent à croire que le choix du régime de taux de change dépend du système d’engagements pris auprès des autorités monétaires. Et pourtant, la restriction de la liberté des pays de la zone franc dans le domaine de la politique monétaire ne protège pas du risque de dévaluation du franc CFA. Ainsi, dans les années 90, faisant fi de la clause de découvert illimité, la France a ordonné la dévaluation du franc CFA. Avant la dévaluation, 1 franc français s’échangeait contre 50 francs CFA. En 1994, après la dévaluation, 1 FF s’échangera contre 100 FCFA. Les autorités françaises sont pourtant arrivées à faire croire que le taux de dévaluation était de 50%, alors que nous venions de subir une dévaluation de 100% !
    Quel avenir monétaire proposez-vous aux pays africains du point de vue monétaire !!!
    Etant donné les enjeux, il est nécessaire d’entreprendre des réformes financières et monétaires. La monnaie doit être au service de l’économie. Elle doit s’adapter au contexte économique actuel. A cet effet, il faut permettre aux pays de se prémunir contre les chocs asymétriques, d’améliorer la convergence et l’ajustement macroéconomiques et de financer le développement.
    Il est vital aujourd’hui que le franc CFA acquière une autonomie, qu’il se libère du joug colonial. Il est grand temps que les pays africains assument les conséquences d’une politique macroéconomique librement choisie. Il n’y a pas de secret. Il suffit que nous décidions de nous choisir nos politiques et d’en assumer la responsabilité. La liberté n’a de sens que si elle est assortie de responsabilité.
    Une fois la rupture accomplie, les pays de l’ex-zone franc devront créer leur propre système basé sur des principes simples : accès direct aux marchés internationaux sans tuteur, c’est-à-dire la France, mise en place d’un système fiscal simple sans règles d’imposition incompréhensibles, taux de changes flexible par rapport aux principales monnaies. Pour atteindre cet objectif, les pays concernés ont deux possibilités. La première consisterait à créer des monnaies nationales indépendantes, avec une parité flexible comme les monnaies de l’Union Européenne avant l’introduction de l’euro. Cette solution peut fonctionner uniquement si les banques sont privées et indépendantes et que les banques centrales ont la liberté de mettre en œuvre des politiques monétaires crédibles.
    La deuxième option, c’est que les pays africains s’unissent et créer une monnaie commune, mais cela suppose un gouvernement unique, contrôlée par une banque centrale unique et indépendante du pouvoir politique, ainsi qu’une politique économique monétaire et budgétaire uniques.
    Quelle que soit la solution adoptée, les Etats doivent être démocratiques. Ils doivent indiquer clairement à leurs citoyens leurs droits de propriété et leur accorder la liberté de décider s’ils veulent hypothéquer ces droits. Tout commence avec l’attribution du droit de propriété aux citoyens, un droit qui les fera émerger de la pauvreté. Le libre échange fera le reste.

    L’objectif de ce livre était de faire connaître au public le « pacte colonial », fondement des accords de coopération franco-africains. Il s’agit d’un modèle institué par la France sous De Gaulle à la veille de l’indépendance des Etats d’afrique francophones, destiné à contrôler indirectement les affaires de ces pays de manière subtile, sans apparaître en première ligne comme pendant la longue période coloniale. Le livre publie les textes utilisés pour organiser les interventions de l’Etat français, malgré la fin de l’époque coloniale dans les années 1960. Selon ce pacte colonial, les présidents des Etats d’afrique francophone doivent diriger leurs pays en fonction des intérêts de Paris.
    L’indépendance s’est donc résumée au transfert de compétences de l’Elysée aux chefs d’Etat africains, qui doivent faire acte d’allégeance à la France, et non aux peuples qu’ils gouvernent.
    Paris se charge de leur dicter les politiques à adopter. Ce livre révèle comment les accords de Défense ne sont en réalité que des accords commerciaux obligeant les Etats d’afrique francophone à conserver des bases militaires françaises sur leur sol, avec des soldats prêts à intervenir pour chasser les dirigeants récalcitrants afin de les remplacer par des individus plus dociles.
    Dans ce livre, on découvre que la France détient un monopole sur toutes les matières premières de l’afrique francophone. On apprend comment la France a pris des mesures pour s’assurer qu’elle conserverait toutes ses prérogatives coloniales après avoir accordé « l’indépendance » aux pays africains.
    Par le biais de ce pacte colonial, la France est demeurée omniprésente en afrique francophone et a conservé les avantages d’hier. Paris a confisqué la véritable indépendance des pays d’afrique francophone.
    Nous nous devons de dénoncer collectivement ce pacte colonial. Lors de sa visite au Sénégal en juillet 2007, le fraîchement élu président français Nicolas Sarkozy a reconnu que la colonisation était un crime contre l’humanité, mais a refusé de se repentir. Les Africains doivent dénoncer tous les accords et systèmes qui éloignent l’afrique des marchés. Le pacte colonial constitue une violation du droit de propriété africain.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 08:50, par Z
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Mon cher sawadogo etes vous réellement un burkinabé j’ose croire ou avez vous un problème particulier avec M. Ouattara. Dites le nous honnetement ou faites vous partir de ceux la qui ne veulent pas voir l’Afrique sortir de cette servitude. Big respect à Hamane et je m’aligne derriere lui pour les quetions qui vous ont été poser. Merci de bien vouloir lui repondre M. Sawadogo et aggreable journée à vous.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 09:07, par NABOL
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    je suis sincèrement étourdi des méthodes tellement vide de sens et d’esprit de Mr Sawadogo. les problèmes de l’Afrique sont aussi des problèmes du Burkina et nous vivons d’ailleurs les mêmes réalités. un sujet qui semble être tabous dont personne ose lever le petit doigt (ni les OSC, ni nos partis politiques, ni les ONG des droits de l’homme, ni l’ONU, ni personne, ni aucun président sauf quelques uns) pour dire l’Afrique est toujours exploitée et pillée à travers cette monnaie. aujourd’hui quelqu’un comme Hervé OUATTARA s’y lance pour l’émancipation des peuples africains en dénonçant et toi SAWADOGO anti Afrique pense qu’il aurait du vaquer a autre chose. nous devons soutenir ces types d’initiatives, encourager OUATTARA et l’accompagner. certains diront qu’il n’est pas un exemple mais est ce que toi même tu es un exemple. les ennemis de l’Afrique, les impérialistes à la peau noire ce sont les Sawadogo.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 09:08, par YEKOU
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Bonjour à tous,

    Pour ceux qui ne croient pas encore à la nécessité de lutter contre le franc CFA, rendez-vous sur YouTube et voir toutes les vidéos dans le monde en ce moment qui parlent des méfaits du CFA sur le développement des pays utilisateurs de cette monnaie. Même les OSC non africaines indignées se sont ralliées au combat. Des manifs sont organisées dans plusieurs pays contre le CFA. Alors à défaut de soutenir l’action ne tentons pas de décourager ceux qui luttent.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 09:12, par karim
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Le nationalisme c’est dépassé.Les Africains ont raté le tournant de leur monnaie dans les années 1970.Ceux qui crient pour la suppression du CFA veulent amener nos peuples dans les abatoirs. Certains cherchent des coups de pub.Nos femmes vont aller dans les yaars avec des sacs de billets.Même si on donnait à nous africains la monnaie référence qui est le dollar, elle sera dévaluée et nous allons encore dire que c’est du néo colonianisme, que c’est la faute des blancs.Honnêtement, à l’état actuel du Burkina par exemple, dans une instabilité socio-économique, si on avait notre monnaie nationale, je suis sûr qu’elle serait dévaluée à plus de 1000%.Rien ne va économiquement parlant.Les gens dorment avec des fériés partout, des janjoba de 8 mars partout.Les blancs eux ils travaillent dure.C’est une réalité.Ces histoires de nationalisme ne feront que nous créer d’autres problèmes avec des pays pas stables.
    Personne ne peut dire qu’il aime son pays plus que l’autre.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 09:23, par soul
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Qu’est ce que vous croyez ? Vous n’êtes pas des pays souverains, il faut vous le rappeler.Comment on peut lire des" poèmes" et dire qu’on est indépendant !Une indépendance vraie se prend dans la douleur et le sang : Algérie, Ethiopie !On a raté les indépendances avec nos "pères fondateurs".Depuis la conférence de Yalta, il n’a plus jamais eu de pays souverains.La réalité nous rattrape.Même si l’on s’affranchi du CFA, ils vont mettre un autre système qu’on mettra encore 60 ans à découvrir.
    Les souverainistes, évitez de plomber notre monnaie avec les jolis discours populistes qui plaisent, mais qui au fond, sont impraticables !

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 09:26, par hervos one
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Camarade internautes, nos dirigeants sont en réalité le vraie problème ; les genre alasane ouattara, blaise compaoré...sont en réalité des commis de la france. l’assurrance du pouvoir contre le malheure de leur population est le pacte satanique qu’ils entretiennent. économiste (06) j’ai honte si tu est vraiement un économiste. le ghana pays voisin à sa propre monnaie dépuis des décénies voulez vous dire qu’un ghanéen ne peut pas faire des affaires en france ou aux USA ? la solution que je propose est de faire une grève générale dans tous les pays de la zone CFA jusqu’a ce que l’armée téroriste néo-coloniale française et le CFA disparaisse.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 10:07, par Hussein
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    A l’ adresse de Mr. Sawadogo : Vous êtes apparemment un drôle d’ économiste, le portrait type de ces valets locaux de la France qui sont dans les diverses Banques centrales des pays d’ Afrique francophone. Mais la question du FCFA est pourtant très simple, il suffit de réfléchir par soi-même et pour ca on n’ a pas besoin d’ être économiste pour comprendre : le FCFA créé par simple décret du général de Gaules en 1945 et imposé aux Africains ne doit jamais se produire sur le continent africain mais en France. C’ est ainsi que la France s’ est appropriée le porte-monnaie des Africains qu’ elle détient dans sa poche, comme un outil terrible de sa politique coloniale. Réfléchissez par vous-même pour la suite Mr. Sawadogo.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 10:14, par Mechtilde Guirma
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Je trouve tout cela comme du bruit, du tintamarre inutile. Le proverbe moagha dit : « Tu n’as pas encore terrasser ce malabar de Raogo et tu es là en train de menacer la pauvre et frêle Poko » (Fo na pa luba Raogo yeta a Pok na sâ). En un mot il y a d’abord un aménagement intérieur à faire.

    En effet chers amis voici ma réponse à ce fameux « projet de Constitution » qui ramène notre pays précisément à cent (100) ans en arrière :

    Balancez-le donc par déçu bord, sans état d’âme et convoquez immédiatement une Constituante où nous viendrons tous et toutes défendre nos idées afin de poser d’abord une base forte pour la Vème République. C’est là où le bas blesse :

    Cette « Inventivité », cette « Audace », nous permettra de « Conquêtes » historiques et d’ouverture de portes, même les plus rebelles sans coup férir dans l’amitié et dans un véritable partenariat et sans qu’ont ait besoin de jouer au rodomont ou au matamore devant les grandes puissances. Quand va-t-on enfin comprendre cela ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 12:46, par non au fc
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    je soutiens LAURENT BADAUD quand il dit qu’il hait les blancs.En réalité ces gens ne sont pas là pour notre bonheur ,rien que pour notre misère .Et la grande messe nommée (sommet extraordinaire de l’uemoa)vient confirmer que nos autorités sont des diables en puissances.j avais des frissons quand ADO a déclaré que notre monnaie se portait bien.Hé mon Dieu fait notre palabre là !J’attendais un mot de notre ROcko mais helàs ,on dirait que lui aussi a viré depuis la visite du président de l’assemblée nationale française au faso.Economiste averti ou aveuglé,je vous dit ce ci ,on ne veut plus du franc cfa ,on ne veut pas du franc cfa.Lorsque viendra un jour ou on aura des autorités responsables qui vont prendre le destin de notre Afrique en main en créant notre propre monnaie ,ceux qui ne seront pas content qu’ils créent leur propre monnaie.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 15:17, par RAPHA
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    L’utilisation du FCFA empêche le développement des pays africains. Il faut le reconnaître et le dire haut et fort. Malheureusement, la plupart des dirigeants africains ne veulent même pas qu’on en parle. Ils vont jusqu’à instruire leurs concitoyens membres des institutions financières internationales de vanter les bienfaits du CFA en cas d’interview.
    L’ivoirien Tiémoko Meyliet Koné, gouverneur de la BCEAO a affirmé dans le journal Jeune Afrique en novembre 2016 que "le FCFA permet à l’UEMOA de traverser les crises et contribue à ses bonnes performances économiques. Il faut simplement déconstruire les préjugés qui l’entourent". Pensez vous qu’avec des raisonnements de ce genre nous pouvons nous libérer de la servitude dans laquelle la France nous a engouffrés ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 16:31, par Wiougou
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Notre monnaie ! si seulement elle en avait vraiment l’attribut, tchrrrr !
    Et il s’en trouve des "chefs de tas" pardon des chef d’Etat pour défendre cette "monnaie de singe" qu’on nous a imposé depuis for longtemps.L ’Afrique a changé et ses enfants aussi, les vieux régisseurs n’ont qu’a faire gaffe, on les tient à l’œil, ce CFA là on n’en veut plus.Ils ont tué Khadafi pour gagner du temps et faire reculer l’échéance de la création de la monnaie unique africaine,mais ils ont oublié la jeunesse consciente qui n’a plus peur de prendre ses responsabilités. L’intérêt de l’Afrique et et des Africains d’abord.Nous ne voulons plus être des spectateurs d’un film où on nous vole en direct.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 16:44, par Le petit vieux
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Bon. Soyons honnêtes. Supprimer le francs cfa je bien mais on le remplace par quoi.? J invite le front anti cfa à proposer un projet digne de ce nom pour étayer l argument de suppression de la monaie. Notre problème en Afrique, chacun gagne un bout de vérité et commence à vociférer pour se faire entendre ou se donner un semblant de posture idéologique. Je répète oui supprimons le cfa mais proposons d abord un schéma viable de création d une monnaie de remplacement.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 17:21, par losseni ouattara
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    j’ai bien peur pour le rocko avec sa sortie sur le fcfa. ces gens la(les blancs) et leurs valets locaux (les ouattara la) n’ont aucun scrupule quand il s’agit de leurs interets . SANKARA a en fait les frais avec houphouet et cie ; GBAGBO fait les frais actuellement à la haye. il ya une dizaine d’années je disais à des amis que quand la france combat un dirigeant, c’est cela signifie que ce dirigeant veut le bien de son peuple et que moi je n’etais pas instrumentalisable par la manipulation à longueur de journée des medias comme rfi france 24 et autre TV5. on ns a manipulé avec ces histoires de charnier (c’est tjrs eux qui trouvent les noms), de xénophobie pour un dirigeant qui a supprimé la carte de sejour et tutti quanti... pck s’il fallait tuer tous les ivoiriens pour installer leurs homme lige, ils l’auraient fait. pas de pitié quand il s’agit de leur beafteak. quand es ce que ns comprendrons que nous devons ns ressouder derrière nos dirigeants qui veulent le developpement de leur peuple ? en tout cas en observant la scène , je peux affirmer que cè pas pour bientot tant nos opinions sont manipulables à souhait par les medias francais et leurs relais locaux. meme les ONG des droits de l’homme se laissent embarqués...car leurs financements pour la plupart viennent du Nord et donc ...voila on assiste à un enorme festin sur le dos des peuples. dur dur d’etre africains et africains francophones.sinon comment comprendre que le GHANA avec son CEDI soit plus industrialisé que la cote -d’ivoire du puissant franc cfa ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 18:15, par wenda ye la faanda
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    Le Président Rock Marc Christian KABORE’ s’ est prononcé sur le F.CFA, en parlant des avantages surtout plus de souveraineté. Pourquoi, n’a-t-il pas proposé une pétition de retrait du CFA à l’endroit de ses pairs ? Le Burkina Faso pèse-t-il lourd en termes de masse monétaire comparativement aux poids lourds de l’UEMOA et ceux de l’Afrique centrale ? Nous avions parfois des déclarations non convaincantes et après on court s’excuser dans les coulisses. La preuve, les va et vient vers la France en disent long.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 11:37, par HISTOIRE
    En réponse à : Manifestation anti CFA : Loin de l’ambassade de France, mais avec le même message

    A Monsieur Lexys
    Monsieur vous semblez faire le connaisseur en traitant les autres de n’ètre pas au niveau du débat relatif au sujet en question ; vous évoquez le récent rappatriement des réserves d’or de l’Allemagne stoquées aux Etats Unis et en France. Les réserves d’or monétaires de la RFA stoquées dans ces pays est due à la défaite de l’Allemagne à la fin de la 2ème Guerre mondiale. Les Grandes puissances qui ont gagné cette guerre avait puni l’Allemagne dans beaucoup de domaines : c’était la victoire des vainqueurs sur les vaincus ; les vaincus devaient boire jusqu’à la lie les conséquences de leur outrequidance. C’est tout rien à voir avec ce que vous voulez évoquer ici.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés