ENEP de Gaoua : Les professeurs permanents en grève

LEFASO.NET | Par • jeudi 6 avril 2017 à 23h23min

Les professeurs permanents de l’ENEP (Ecole nationale des enseignants du primaire) de Gaoua observent un boycott des cours depuis le mardi 04 avril 2017. Ce mouvement est consécutif à un arrêté du ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation (MENA) signé le 30 mars 2017 et qui règlemente les heures dues, les heures supplémentaires et les heures de vacation.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
ENEP de Gaoua : Les professeurs permanents en grève

Les professeurs permanents de l’ENEP de Gaoua ne sont pas contents. Ils protestent contre un arrêté pris par leur ministre de tutelle. L’arrêté pris modifie les heures dues, les heures supplémentaires et les heures de vacation. « Cette modification n’est pas faite dans le sens de promouvoir la qualité de l’éducation du moment que nous devons en milieu de l’enseignement des modules, céder les heures restantes à des gens qui ne sont pas des formateurs permanents » a indiqué Rodrigue Somé, un des professeurs permanents.

Il affirme que le corps professoral est déterminé pour une éducation de qualité. C’est pourquoi ils disent refuser de brader la formation des enseignants. M. Somé soutient que les cours sont suspendus d’ailleurs dans toutes les sept ENEP du Burkina Faso. Les professeurs permanents de l’ENEP de Gaoua disent attendre un mot du ministre Jean Martin Coulibaly avant de reprendre les cours. Le directeur général de l’ENEP de Gaoua, Alca Brou Sansan DA, lui en appelle au calme et dit que la question est déjà en étude auprès du ministre. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Dalou Mathieu Da
Correspondant
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 6 avril à 22:55, par lauthentique version
    En réponse à : ENEP de Gaoua : Les professeurs permanents en grève

    bon courage collègues notre lutte est légitime n’en déplaise aux détracteurs du système éducatif et à tous ceux qui nous jalousent.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 10:16, par SIDNABA
    En réponse à : ENEP de Gaoua : Les professeurs permanents en grève

    Si ce n’est au Burkina qu’on voit une telle pagaille des syndicats qui grèvent pour des heures supplémentaires. Et tout cela à cause de la mal gouvernance du régime déchu qui a créé ces heures supplémentaires insensés. En effet, comment peut-on prévoir au budget de l’Etat chaque année 250 heures supplémentaires et 350 heures normales annuellement par poste d’enseignant ? Pourquoi ne pas programmer plutôt des recrutements en lieu et place de ses heures supplémentaires qui permet d’avoir plus d’enseignants qualifiés et expérimentés avec le temps ? Pourquoi ces enseignants refusent de céder sur ces heures supplémentaires qui du reste sont strictement règlementées au niveau du code de travail du Burkina donc dans le secteur privé et para public ? Simplement parce ces enseignants en réalité ne travaillent pas les 350 heures normales allouées. Mieux ces heures normales sont certainement utilisées pour des deals de cours dans les écoles et centres de formations privés de l’enseignement privé (ENEP privées, grandes écoles privées, etc.). Un contrôle de l’Inspection Générale des services pourra mieux élucidé l’utilisation des heures normales attribuées par année à chaque enseignant. Pour ma part je pensent que le gouvernement doit effectivement mettre de l’ordre à cette situation irrégulière en supprimant à court ou moyen terme ses heures supplémentaires peu rentable et efficace aussi bien pour l’Etat que pour les enseignants eux mêmes. A bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

    • Le 7 avril à 14:47, par T .R. zoé SOME
      En réponse à : ENEP de Gaoua : Les professeurs permanents en grève

      La sagesse recommande que lorsqu’on ignore quelque chose qu’on n’en parle pas. Mais à t’entendre tu baignes dans une double ignorance : ignorance de l’enseignement modulaire dont les heures dues et supplémentaires ne sont qu’un aspect ; ignorance des textes règlementant l’enseignement secondaire, supérieur et professionnel au BF. pourquoi ne demandes-tu pas la suppression du fond commun chez les financiers, ou encore les heures supplémentaires chez tous les agents( ex un certain % revient aux douaniers lors des saisie des articles...), les avantages faramineux qui n’obéissent à aucune logique attribués aux magistrats. je te rappelle que la qualité du travail est tributaire du degré de motivation des enseignants cependant cet arrêté insensé du ministre en fractionnant les modules ne tient pas compte de la qualité de la formation. c’est le point de désaccord.je ne sais même pas pourquoi je m’évertue à expliquer à quelqu’un qui visiblement n’est pas à mesure ou ne veut pas comprendre. je sais que tôt ou tard le peuple comprendra les fondements de nos revendications

      Répondre à ce message

      • Le 7 avril à 19:56, par SIDNABA
        En réponse à : ENEP de Gaoua : Les professeurs permanents en grève

        Internaute T R Zoé SOME, je suis désolé mais ce que tu as étalé ne peut convaincre personne. La preuve, tu manque cruellement d’arguments convaincants à l’égard des lecteurs. Pire, tu sautes du coq à l’âne parlant de salaires de magistrats, de douaniers et autres financiers qui auraient des pourcentage, etc. Le sujet ici c’est la pertinence de tant d’heures supplémentaires pour des enseignants qui pourtant disposent de grands amphis pour donner les cours aux élèves maîtres. Moi MENA, je supprime purement et simplement ces heures supplémentaires anormalement octroyées à des gens qui ne consacrent pas les heures normales à former mais plutôt à rechercher des gombos gluants au détriment du contribuable de ce pays.Si ce que je crois est faux, alors démontrer moi simplement pourquoi 250 heures supplémentaires par année pour un formateur ? Et démontrez moi quelle performance vous enregistrez avec autant d’heures de travail avec de grands amphis à votre disposition ? Et dire que ce sont des enseignants qui sont sensés donner l’exemples aux élèves (petits comme grands). Please, j’invite ces enseignants à revenir sur terre ou plutôt au Faso car j’ai mal, très mal et ça me fait trop honte comme a dit le chanteur.

        Répondre à ce message

        • Le 7 avril à 22:36, par Jahkarimo
          En réponse à : ENEP de Gaoua : Les professeurs permanents en grève

          J’ai trouvé la necessité de revenir sur tes insinuations sans fondement sur les Formateurs du MENA.En realité tu es un novice en la matière qui veut s’eriger en specialiste du domaine,sans avoir les argument necessaires pour etayer ta thèse mediocre.Tu etales une opinion crasse sur un domaine que tu perds les pedales à la limite que tu ignores le fonctionnement.J’ai remarqué que depuis l’insurrection populaire,tout le monde dans ce pays est devenu specialiste dans tous les domaines y compris ceux qui ne se brossent pas.Il faut que ça cesse !!!

          Répondre à ce message

          • Le 8 avril à 10:54, par Sidnaba
            En réponse à : ENEP de Gaoua : Les professeurs permanents en grève

            Internaute zoé SOMÉ, les injures sont les armes des gens qui manquent d arguments et donc appelé à tort ou à raison l’arme des faibles. J’attends des explications sur les 250heures supplémentaires et 350heures normales données par enseignant formateur par année sur le budget de l’État. Tu n’as pas besoin de propager des injures ou de te referrer à d’autres corps de fonctionnaires pour justifier l’injustifiable. Si tu n’as pas d’explication alors tais-toi et ne me réponds plus. Merci

            Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 10:50, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : ENEP de Gaoua : Les professeurs permanents en grève

    - Sincèrement moi je commence à douter fortement des capacité de ce MENA a bien diriger son ministère. Il a créé trop de problèmes là-bas, et apparemment il ne fait confiance à personne dans son ministère, veut tout faire et tremper partout, se disperser. On dirait même qu’il fait exprès par ruse et opportunisme pour créer des crises, les gérer au compte-goutte pour donner l’impression au PM et à son ami RMCK qu’il maîtrise son ministère alors que c’est faux et archi faux ! Attention au PM et à RMCK de ne pas se laisser embobiner par ce Monsieur.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 14:10, par ATTAKI
    En réponse à : ENEP de Gaoua : Les professeurs permanents en grève

    Soyons sérieux comment avec un amphithéâtre dans une ENEP et on parle des heures supplémentaires et des heures de vacation je ne comprends pas il faut une bonne gouvernance dans le pays et le gouvernement doit taper la table et mettre de l’ordre même s’il faut licencier il faut le faire car les gens aiment la facilité dans ce pays. Si on voit le nombre de formateurs dans une ENEP et l’amphithéâtre on ne doit plus parler de problème de vacation et d’heures supplémentaires. A quoi sert les amphithéâtres construits dans les ENEP pour la location ou quoi ? ou pour regarder ? C’est pour les cours ! Moi je demande au Ministre de faire partir les contestateurs et faire venir ceux qui veulent le bien de ce pays. Monsieur le Ministre c’est un bon arrêté et ne revenez pas en arrière car ces formateurs ne veulent pas le bien du pays non seulement ils ont les primes de rendement et autres avantages et ils veulent piller le bien de l’ Etat moi je dis non. Je demande au Ministre de faire un audit sur les biens des ENEP et les heures supplémentaires et vacation. Avec l’amphithéâtre je peux démontrer que ces heures supplémentaires et de vacation sont fausses avec le nombre de formateurs et les amphithéâtres. Il ne doit pas avoir assez d’heures supplémentaires et de vacations.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 14:53, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : ENEP de Gaoua : Les professeurs permanents en grève

    - Jusque-là le Webmaster n’a pas mis mon post sur le MENA. Et à chaque que je fais allusion au MENA, c’est ainsi toujours censuré !!

    A croire que le MENA a un pote à lefaso.net qui s’occupe de lui blanchir l’image. Mais moi le Kôrô Yamyélé je me chargerai de le débusquer ce fantôme de lefaso.net.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 16:48, par hv
    En réponse à : ENEP de Gaoua : Les professeurs permanents en grève

    Des heures sup. qui deviennent un droit ! Il faut être sous les tropiques d’un pays pauvre ou dans une république bananière pour le voir. Des gens qui aiment tellement leur travail parce qu’ils le font bien, qu’ils exigent quantité de travail.
    M. les formateurs c’est pour minimiser ces HEURES SUP. que Coulbaly a affecté beaucoup d’enseignants dans les ENEP. C’est la même logique qui a prévalu pour le recrutement massif de jeunes diplômés pour les CEG. Savez-vous combien cette politique a réduit drastiquement le gombo des directeurs des CEG ? En bon.
    Vous êtes tout simplement ridicules mes sieurs formateurs, quittez dans ça pour parler comme cette chanteuse !

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 22:23, par une élève maitresse de l’ ENEP de bobo (audenet84@yahoo.fr)
    En réponse à : ENEP de Gaoua : Les professeurs permanents en grève

    Mr hv en Droit beaucoup de coutumes finissent par devenir des Droits, c’est à dire qu’a force d’accorder un avantage de façon permanente a une personne cela se transforme a la longue en un Droit c’est le cas par exemple des boites a pharmacie dans certaines sociétés.Vous pouvez imaginer les conséquences sociales de la suppression de la boite a pharmacie pour les agents de la sofitex ? Ce qui était au préalable une coutume mais transformée en Droit.Svp n’étallez pas vos carences sur ce forum.Merci

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 03:01, par Burkina
    En réponse à : ENEP de Gaoua : Les professeurs permanents en grève

    Je suis désolé mais je commence à douter de la compétence même des formateurs et pour cause. Jusque-là, il ne s’en n’est pas trouvé un seul capable d’expliquer simplement et clairement le problème et en quoi la mesure nuit à la qualité de la formation de l’élève-maître ! Dites aux gens qu’avec la mesure il y a un risque qu’il faille deux formateurs différents pour enseigner un même module, c’est-à-dire une seule et même unité d’enseignement : un qui commence et qui arrête en plein milieu parce que ses heures dues et ses heures supplémentaires sont terminées, un autre qui vient terminer sous forme de vacation ! Qui dans ce cas répond de la qualité ? En outre, dans le souci d’une bonne formation des enseignants, le recours à l’amphithéâtre (une classe de 300 à 500 stagiaires à la fois) ne doit pas être la règle mais une exception. Les gars, si votre motivation n’est pas juste mercantile, il faut vous défendre. Il en va de votre honneur. En tout état de cause, il y’a une réalité : il y’a plein de gens compétents à qui l’on refuse le poste d’enseignant permanent pour en faire la chasse gardée de quelques privilégiés et voilà. Nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes. Salut !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés