Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

LEFASO.NET | Par Nicole OUEDRAOGO • mercredi 5 avril 2017 à 00h05min

Il n’existe pas encore au Burkina, une institution publique susceptible de répondre aux besoins d’investissements prioritaires du pays. Face à ce défi, la caisse des dépôts et consignations que le gouvernement burkinabè entend mettre en place, se veut une caisse de mobilisation de l’épargne domestique en vue de répondre aux besoins de financements à long terme des infrastructures du pays. Ce mardi 4 avril 2017, le premier ministre Paul Kaba Thiéba s’est entretenu avec les différents partenaires techniques et financiers sur l’appui à la création de ladite caisse qui selon lui, ‘’sera effective dans quelques mois’’.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina,  pressé de disposer de son « bras financier »

Ce projet bénéfice de l’appui de l’Agence Française de développement (AFD), de l’expertise de la Caisse des dépôts et consignations de la France (CDC France) et de l’institution financière de développement PROPARCO. « La Caisse des dépôts et consignations du Burkina Faso (CDC-BF), sera chargée de la collecte et de la mobilisation de ressources financières de long terme afin d’assurer le financement adéquat des investissements structurants de l’Etat et des collectivités territoriales d’une part, et d’autre part, la restructuration des entreprises de caractère stratégique à difficultés ».

De l’avis du premier ministre Paul Kaba Thiéba, la mise en place de la CDC-BF est la seule alternative crédible pour faire face à un défi, l’absence d’une structure dotée de moyens conséquents pour porter les activités de financements de longue durée. Et cela, d’autant plus que le constat de la situation du marché actuel du financement des investissements est peu reluisant. Il s’agit notamment de l’insuffisance de financements d’investissements structurants, l’inexistence de banques pour le financement à long terme, l’inexistence d’une institution-tiers de confiance au Burkina et la nécessité de sécuriser et rentabiliser des fonds de retraite et d’épargne.

Sous la surveillance et la protection du parlement

A l’instar de la CDC France, celle du Burkina va fonctionner avec une commission de surveillance comprenant des parlementaires et des techniciens, un directeur général nommé par l’exécutif. A ce sujet, le Premier ministre a signifié qu’il est question de mettre en place un équilibre institutionnel, dans le but de servir l’intérêt général. ‘’ Nous avons d’un côté, un directeur général qui est nommé par le président de la république, de même que le caissier général. De l’autre côté, la surveillance est assurée par le parlement. C’est cet équilibre qui peut permettre à l’institution de servir dans l’intérêt général » a-t-il dit, avant de souligner que le gouvernement s’attèle à mettre en place un cadre institutionnel et législatif de la future CDC-BF.

« Outre la dotation initiale conséquente , il sera mis à la disposition de la CDC-BF, une partie des ressources de placement de la SONAPOST , de la CNSS, de la CARFO et des dépôts de garantie constitués par les usagers auprès de grands concessionnaires de service public comme l’ONEA … » nous renseigne le dossier de presse. Et Paul Kaba Thiéba de préciser qu’il s’agit de centraliser les ressources des travailleurs pour la transformer pour l’intérêt général. « Je voudrai rassurer tout le monde, il y a aucune menace sur la caisse de sécurité sociale, sur la Caisse autonome de retraite des fonctionnaires (CARFO), il y aura des conventions sur les conditions de collaboration des différentes caisses » a-t-il confié.

Le Directeur général du groupe Caisse des dépôts française, Pierre-René Lemas, n’a pas manqué de partager l’expérience française, forte de 200 ans. Soulignant que c’est la première fois qu’un DG de la CDC-F se rend en Afrique Subsaharienne, Pierre-René Lemas a défini la CDC-BF comme un formidable outil de développement qui mérite d’être mis en œuvre pour trois raisons. Ce sont, selon lui, la protection de l’épargne, « C’est quelque chose qui ne peut être assuré que par une institution autonome » a-t-il avancé. La deuxième raison, dit-il, « C’est une manière de faire quelque chose qui tient du miracle, de l’alchimie, qui est de transformer de l’argent qu’on peut retirer du jour au lendemain ». La troisième raison repose la culture du tiers de confiance.

Au cours de cette rencontre, le Directeur général de l’AFD, Rémy Rioux, a rappelé le soutien de son institution au Burkina, par la mobilisation des financements en matière de définition et de modernisation publique pour la réalisation des études nécessaires à la création de la CDC-BF.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 avril à 02:19, par Henriette kouassi
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    Heii,encore des PTF,surtout ,AFD ,CDC-France et PROPARCO,pour un appui a un 《bras financier 》pour le developpement d’une ancienne colonie. De la France ?He, Kaba,avec le Franc des Colonies de France d’Afrique ,FCFA !!!...Courage et bonne chance.

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 06:43, par Élève de maternelle
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    On ressuscite la défunte CNDI ( Caisse Nationale des Dépôts et Investisssements) qui avait été créée en 1973 par le ministre des finances Tiemoko Marc Garango. Sous la révolution il y’a eu en 1984 l’Union Révolutionnaire de Banques (UREBA) puis en 1986 de Création de la Caisse Autonome d’Investissements (CAI) et la CNDI a été transformée en 1986 en Banque Commerciale et rebaptisée en 1987 Banque pour le Financement du Commerce et des Investissements au Burkina (BFCI-B).
    En 1995 l’UREBA et de la CAI fut absorbée par la BFCI-B qui avec la session progressive des parts de l’état au privée national puis étranger finira par donner en 1998 la Société Générale de Banques au Burkina (SGBB) qui changera également de nom en 2013 pour devenir Société Générale Burkina Faso.

    Pourquoi la CNDI a elle été démantelée et supprimée alors que la France a gardé la sienne depuis 200 ans ?. Le Premier Ministre PKT doit rendre à Cesar ce qui appartient à Cesar en rendant hommage à Tiemoko Marc Garango qui a eu la vision éclairer de cloner dans notre pays l’esprit de la Caisse des dépôts et consignations de la France qu’il veut ressusciter.

    Répondre à ce message

    • Le 5 avril à 09:39, par burning light
      En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

      Merci pour le rappelle historique, on a l’impression de faire quelque chose de nouveau
      mais réalité on efface et on recommence.comme si nous avons pas mémoire. Dommage
      comme on apprend pas de ses erreurs.

      Répondre à ce message

    • Le 5 avril à 15:04, par sidsomde
      En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

      petit élève de maternelle, toi, non vous , puisque vous en savez plus que certains docteurs, je veux simplement savoir si selon vous, la chose de PKT sera bien pour les burkinabè et autres structures comme CNSS ; CARFO ; SONAPOST, etc ?

      Répondre à ce message

    • Le 5 avril à 17:06, par Dikiélté
      En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

      Merci Élève de maternelle, pour nous avoir fait l’historique de ses machins à sous qui n’ont pas fait de bilans au peuple. Quelles leçons tirons-nous de ce qui précède ? A cela il faut y ajouter la BND. Toutes ces banques et caisses sont mortes avec les sous des gens sauf bien sûr la SGBB ! Mais pourquoi créer pour la n-ième fois une banque ou une caisse de dépôt qui mourra avec le régime qui l’a créée ? L’expérience a démontré qu’au Burkina Faso, nous sommes en perpétuel recommencement des institutions financières (voir ce qui précède). Quand on sait que les cotisations de la CNSS et la CARFO servent à financer les prestations pension, risques professionnelles et prestations familiales. En attendant, que cette caisse fonctionne, tout le monde sait que l’État est "un mauvais payeur". Je suis inquiet. Que Dieu sauve le Burkina Faso .

      Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 08:50, par Omer
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    Une autre vache à lait en gestation pour le parti au pouvoir. Ils y parqueront, enfants, femmes, et maitresses. Ils se donneront des salaires incroyables et seront tout le temps en mission pour accumuler des per diem. Avant même sa naissance on sait qu’elle ne donnera rien, n’apportera aucun n’avantage au pays. . Vu le caractère du fonctionnaire burkinabé, aucune structure ne peut multiplier de l’argent même dans une situation de monopole, et si bénéfice il y’a, ils se le partageront en salaire, en avantage ou le détourneront au profit des amis ou du parti. Je suis sûr que ça grouille déjà dans les coulisses pour voir comment faire partir de la structure. C’est leur fort ça, mener une chasse aux postes pour profiter indument des avantages illégaux. Et pour cela, le marabout, le féticheur, l’église, les connaissances, les magouilles sont utilisées à volonté.

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 08:57, par LaViecontinue
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    Attention à nos retraites !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 09:06, par pataamleukré
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    Pour ceux qui ont connu le sort qui a été réservé à l’ex Banque Nationale de Développement du Burkina (BND-B), on ne peut qu’être prudent pour ne pas dire méfiant.
    En tout les cas, on ne peut juger le maçon qu’au pieds du mur.

    Répondre à ce message

    • Le 6 avril à 12:46, par LeJuré
      En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

      D’accord avec vous Pataamleukré
      J’ai aussi des inquiétudes quant à la capacité de gestion d’une telle structure par notre état. Il serait souhaitable que le capital soit ouvert à des privées qui auront des droits de regards importants sur la gestion. L’exemple de la France, ... C’est bien mais je pense qu’il ne faut pas trop hâtivement copier la France.

      Par ailleurs, je ne comprends surement pas grand chose dans ce projet par rapport aux financiers aguerris du gouvernement, mais je me demande :

      - quels rôles jouent toutes ces institutions financières internationales (BAD, BOAD, Banque Mondiale, Marché financier de UEMOA....) auxquels notre pays est membre ? et quels apports substantiels de financement des projets publics pouvons nous réellement attendre de la caisse de dépôts à créer. A ma connaissance aucune étude n’est encore disponible. A cet stade du projet, on devrait déjà pouvoir donner à titre indicatif les estimations des ressources mobilisables, les emplois qui pourront en être faits les financement éligibles, les produits et charges de gestion prévisionnels....

      - Cette caisse serait-elle véritablement capable de mobiliser les ressources identifiés au cout du marché ? Est ce que la sonabel, l’onea, la CNSS, la Carfo, .... pourront t’ils véritablement optimiser leurs placements dans cette caisse, par rapport au marché ? ne devraient-ils pas s’attendre à des réductions de leurs profits ?

      - Avec toutes les charges de fonctionnement de cette structure et les risques encourus, est ce que au final, il ne serait pas moins couteux pour le Burkina d’aller emprunter sur le marché ?

      - Quels conséquences prévisionnelles sur le cout global des ressources sachant que ce sont ces mèmes institutions (sur lesquels compte l’état) qui sont pourvoyeuses de ressources aux institutions de financement privées ? Si on y prend pas garde, le tx d’Intérêt du marché va prendre un cout avec aussi la capacité de financement des banques privées qui se verront dépourvues d’un apport substantiel de ressources au profit de la caisse de dépôts.

      - Quelles conséquences dans l’économie du pays en cas de faillite de cette institution ? ou comment éviter qu’elle ne subisse le sort des différentes institutions similaires dont certains formistes parlent ?

      J’espère ne pas me poser les bonnes questions. Au demeurant je crois qu’il faut vraiment voir claire dans cette initiative et ne pas seulement en faire une réalisation de promesse de campagne.

      Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 10:00, par Tibi
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    Lisez ça :"Le gouvernement burkinabè entend mettre en place, se veut une caisse de mobilisation de l’épargne domestique".
    Alors si c’est une épargne domestique, qu’est que les français viennent encore faire dedans ?
    Présentez clairement la chose pour qu’après on entend pas dire que : "en fait, les français ont tant pour cent du capital de cette CDC-BF.
    A quand l’Afrique ?

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 11:29, par loblo
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    C’est à ne rien comprendre. Pendant qu’on parle de s’affranchir du FCFA, Mr PBK nous amène une banque d’investissement calquée sur le modèle français. Je pense que actuellement il n’ y a pas une banque propre au régime dans laquelle il peut puiser comme il veux, voilà pourquoi il veux créer cette banque. Qui a coulé la BND, CNCA.
    une banque dirigée par l’exécutif et contrôlée par l’assemblée nationale ? ça ne veut rien dire ce sont les mêmes personnes. Cela ne nous rassure pas. Donc c’est une banque publique ? Pour l’Etat ? c’est quoi, on revient en arrière, après le PAS, les privatisations tout azimut, l’Etat veut sa propre banque ? Non je n’ai pas confiance. Il faut laisser le secteur bancaire au privé. Il y a trop de détournements, de corruption ici.
    Ils vont prendre notre argent à la Caisse Nationale d’épargne, à la CNSS, à la CARFO, nos garantis à l’ONEA, SONABEL, bref partout où nous en avons pour faire une banque qu’ils vont utiliser comme ils veulent. Moi je suis pas d’accord. Il faut faire un referendum car ce n’est pas normal qu’ils décident d’utiliser notre argent ainsi sans notre accord.
    A quand l’affranchissement par rapport au FCFA ? Cette Banque est une réplique aux velléités de cet affranchissement. Mais tôt au tard il le faut.

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 13:53, par Kouda
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    L’idée de la Caisse des dépôts et consignations du Burkina Faso est, a priori, une excellente idée pour mobiliser des financements de long terme destinés à financer des investissements (infrastructures publiques...) de long terme qui sont socialement très rentbles mais que le secteur privé n’acceptera pas ou ne pourra pas financer, du moins seul.
    Cependant, j’ai une très grande inquiétude sur l’un des objectifs à elle assigné, notamment "la restructuration des entreprises de caractère stratégique à difficultés". Il s’agit là du portail d’entrée de la caverne d’Ali Baba. L’exemple de la caisse des dépôts et consignations en France a révélé comment, des groupes d’individus et d’entreprises en collusion ont spolié le contribuable français pour leurs propres intérêts privés et égoïstes.
    Dès lors qu’on dit "entreprise à caractère stratégique", soyez sûr que des personnes trouveront la parade pour faire renflouer les entreprises de leurs ami(e)s que ces derniers ont eux mêmes pillées. C’est une voie très facile de faire financer par le contribuable Burkinabè des entreprises privées appartenant à des ami(e)s...
    La Banque nationale de développement (BND), ça vous dit quelque chose ? Suivez mon regard... Et lisez les interventions de certains de mes devanciers sur ce forum.

    L’avenir nous dira si j’ai tort ou raison de m’inquiéter de ce risque.

    Mais, pour éviter tout amalgame, je dis et répète que je souhaite vivement la réussite de la Caisse des dépôts et consignations du Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 14:03, par daou
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    "Je voudrai rassurer tout le monde, il y a aucune menace sur la caisse de sécurité sociale, sur la Caisse autonome de retraite des fonctionnaires (CARFO), il y aura des conventions sur les conditions de collaboration des différentes caisses " a-t-il confié.

    ouvront les yeux ; je suis convaincu que les caisses (CNSS ET CARFO) vont se voir imposer les dispositions de cette fameuse convention.

    qu’allons nous faire de l’amelioration des conditions de vie des retraités, du personnel des deux caisses.?
    ce sera : collectez les cotisations sociales et envoyez les nous un point un trait.

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 14:46, par Assuré cnss
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    Une fois de plus, ce sera pour piller l’argent des travailleurs du Burkina. La CNSS aura de ce fait du mal à payer nos prestations sociales. En tout cas, nous, nous ne sommes pas d’accord

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 15:17, par boka
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    tibi les francais apportent leur expertises pour la creation de notre caisse de depot.les fonds pour la central solaire c’est ton argent ?En france cette institution existe depuis les annees 1800.Ca fait 200 ans.

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 15:57, par sheiky
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    Quand je regarde la bobine de ces gens, ça ne dit rien de bon. Quand il y a le français quelque part, il y a toujours un loup. La technique financière de cette caisse est fondamentalement louable. Elle dépossède les entreprises publiques et privées qui reçoivent des dépôts ou cautions, donc du cash (type ONATEL, SONABEL, ONEA...) pour les diriger vers une institution qui va l’utiliser pour des investissements parce que ces dépôts et cautions qui sont remboursables à vue, certaines sont faites à vie ou remboursés à des échéances très lointaines. 80% de ceux qui paient les dépôts pour l’électricité ou l’eau ne vont jamais demander à être remboursés.
    Une manne qui peut servir au développement, mais ce sont les modalités de gestion et de mise en place qui vont jouer. Il y en a qui se pourlèchent déjà les babines je pense...

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 15:57, par le sage
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    comment comprendre cette soudaine manifestation d’intérêt pour le BF. Roch de retour d’urgence pour recevoir le président AN franàais qui déclarait tout de go que que justice sera faite pour sankara et que l’afrique peut créer sa propre monnaie et soudain brusquement il est question de caisse de dépôts avec des franàais ? Roch n’a t-il pas été recadré dans son élan à travailler à l’avènement de la monnaie africaine qu’il souhaite de tout ses voeux. le colon est venu sonner la fin de la recréation. Pauvre Afrique, toujours, il faut la france. Quand saurions-nous marcher de nous-même ?

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 16:15, par Vérité
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    C’est une bonne idée en apparence si et seulement si cette caisse est bien gérée. Cependant on ne peut pas ne pas s’inquiéter pour nos retraites. On parle de gestion collégiale entre l’exécutif et l’Assemblée, mais qu’est ce qui prouve qu’ils ne vont pas s’entendre, surtout s’ils sont du même bord politique pour faire de petits arrangement avec les cotisations des travailleurs et puis déposer bilan dans quelques années ??? J’espère qu’il y aura un mécanisme pour rendre compte publiquement de la gestion pour rassurer de temps en temps ceux dont l’épargne est utilisé et qu’il y aura zéro corruption ?

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 17:01, par Chalamar
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    Quel sera le role de la CDC-F dans la CDC-BF ? Si je comprend bien elle va protéger, nos épargnes et la fructifier sans risque et nos la rendre du jour au lendemain.
    Pendant que tous les pays d’Afrique recherchent d’autres partenaires d’affaire, le BF s’enfonce de plus belle avec le colonisateur français qui nous a rien apporter.
    PKT même si l’initiative semble louable, la mise en oeuvre ressemble fais craindre à une nouvelle arnaque. Il ne faut pas engager nos services sociaux et nos retraites qui sont déjà à l’agonie.
    Trouver un autre terrain de jeu.

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 19:40, par le silencieux
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    le burkina n’a pas besoin de ça. c’est vraiment chiant que nos gouvernements se laissent imposé des machins machins. la france une technique pour surveiller et récupérer sa part dans le fameux PNDES et piller nos maigres revenus. avec un gouvernement de rue on doit s’attendre à tout.

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 22:28, par welore
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    Il faut que les gens arretent de chialer. Moi j’ai respecte l’internaute number 2. Au fait sans connaitre l’historique de la caisse national e de depot et consignation, je pense pense pour ma part que cette caisse pourrait jouer le role de la coface francaise. Pourquoi Iil faut sisimplement revoir les politiques francaises. Si elles jouent bien leur role bien sur avec la vision de Monsieur PKT ces caisses seront meilleures que nos banques traditionelles. Je salue la clairvoyance de Monsieur PKT. Bien sur ces caisses s’ alimentent des pensions etcotisation sociales mais nn’impactent pas sur la disponibilite des pensions. Ca prrmettra de lever des ambiguites sur les roles traditional des cnss, poste carfo et meme les assurance s.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 08:58, par lebronze
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    Ou mettons nous le principe de l’unicité de caisse du trésor public burkinabè ou parceque la procedure de décaissement semble etre est trop lourde ? je pense que c’est l’un des principes sacro saint d’une bonne gestion financière des fonds de l’Etat. Ou mettons le service de depots et consignations au trésor public ? Pire encore , cette caisse echappera au controle des structures habilités a faire un controle en matière de finance publique notamment ASCE- LC, IGF, etc.Qu’est ce qui se complote en bas. waid and see !

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 14:00, par Ce que je crois
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    Voilà ce qui va se passer :
    1/ on retire les dépôts de CNRS cargo sonapost des banques soit près de 150 milliards
    2/ l argent devient rare pour les banques qui doivent collecter l épargne a des taux plus chers

    3/ en collectant les ressources a des coûts plus élevés , les banques vont relever le prix des crédits qu elles feront

    4/ les entreprises qui se font financer par les banques pour fabrique le prix de leurs produits et services d ou une possible inflation : vie chere

    en conclusion c est les ménages qui vont trinquera

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 14:04, par Ce que je crois
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    Voilà ce qui va se passer :
    1/ on retire les dépôts de CNss cargo sonapost des banques soit près de 150 milliards
    2/ l argent devient rare pour les banques qui doivent collecter l épargne a des taux plus chers

    3/ en collectant les ressources a des coûts plus élevés , les banques vont relever le prix des crédits qu elles feront

    4/ les entreprises qui se font financer par les banques pour fabriquer des produits vont relever les prix le prix de leurs produits et services d ou une possible inflation : vie chere

    en conclusion c est les ménages qui vont trinquer

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 15:38, par Yobi
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    Encore le néocolonialisme en action. Ce machin sera la chose du trésor public français comme nos réserves. A bas le néocolonialisme !

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 16:21, par Diarradougou
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    Créer cette Caisse gérée et contrôlée par la Puissance Publique ! An lara ! An Sara !
    Difes moi, quelle est l’institution financière nationale excellant dans sa gestion de nos jours ? Je n’en connais pas. Comment peut on donc faire confiance à des prédateurs patentés pour gérer vertueusement une nouvelle entité financière ?

    En outre, de l’argent, de la liquidité, nous en avons à profusion ! Loges au Trésor français, les 80 % de nos recettes de ventes de matières première (coton, or, etc.) doivent revenir chez nous et servir à financer l’investissement ! Y a donc pas besoin de Caisse ou de Panier à créer !

    Pourquoi continuer a garantir la stabilité d’une monnaie qui entrave notre développement ? À nous priver de l’essentiel de nos ressources propres, et à venir récurer les fonds des marmites locales ?

    On nous traite de race damnée. Ont-ils finalement raison ????

    Répondre à ce message

  • Le 2 juin à 09:54, par lifco
    En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Le Burkina, pressé de disposer de son « bras financier »

    svp nos chers dirigeants,ayant l audace de nous donner cette fierté de tracer nos voies de developpement par nous mème.Pourquoi on ne peut rien faire dans ce pays sans le concours de l ancien colonisateur,y en en marre enfin de cette neocolonialisme qui dit pas son nom.vous nous faite mal.la france nous finance depuis fort longtemps,xa nous a servi a quoi bon sens.tout compte fait il nous faut une nouvelle génération de jeune dirigeant audacieux pour nous libérer de ces chaines françaises

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés