Littérature : “ De la Prison à la bière” ou une interpellation à plus d’indulgence aux ex pensionnaires des prisons

dimanche 2 avril 2017 à 17h00min

À travers une œuvre littéraire, Bob-Zié Wilfried Meda, inspecteur de sécurité pénitentiaire interpelle la conscience de la société pour plus d’égards à l’endroit des anciens prisonniers pour refaire leur vie. La dédicace de l’œuvre a eu lieu le samedi 1er avril 2017 aux archives nationales de Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Littérature : “ De la Prison à la bière” ou une interpellation à plus d’indulgence aux ex pensionnaires des prisons

Brillant élève, Joseph Kondombo qui rêvait de devenir un ingénieur hydraulicien met un coup de frein à ses études pour devenir instituteur car ayant perdu ses deux parents alors qu’il était encore adolescent. Eperdument amoureux de Rouki, il se maria et oublie peu à peu les malheurs de son enfance.

Embrouillé par un malentendu, Joseph Kondombo dit Jo se retrouva condamné pour le meurtre de son ami d’enfance pour 15 ans. Bénéficiant d’une grâce présidentielle, il fut libéré et tenta de refaire sa vie, mais hélas, la société ne voulut pas admettre que tout homme était passible de la loi de l’erreur. Voilà le mélodrame intitulé « de la prison à la bière » que l’auteur Bob-Zié Wilfried a présenté au public se samedi 1er avril 2017. Cette première œuvre pose la question de savoir si la condamnation à une peine d’emprisonnement doit engendrer une mort certaine.

À travers sept chapitres, l’auteur apporte la réponse à cette question en interpellant la conscience de tous et de chacun pour plus d’égards à l’endroit des ex pensionnaires des prisons qui demandent une chance pour refaire leur vie.

Bob-Zié Wilfried avoue que l’écriture est une passion pour lui, et l’écriture n’étant pas désincarnée, il s’est alors saisi de la problématique de réinsertion sociale des prisonniers en fin de peine pour exprimer à travers ce drame leur désarroi. Pour lui, le fin mot est que les ex délinquants sont le produit de la société, alors il appartient à la société de les recycler en leur redonnant toutes les chances pour se retrouver sur les bons rails de la vie. Il avoue par ailleurs s’être inspiré de son milieu de travail.

L’œuvre a été préfacée par le docteur Dramane Konaté, enseignant chercheur à l’université Joseph Ki Zerbo. Pour lui, il affirme avoir été marqué par l’humanisme de l’auteur dans son œuvre. Il s’explique en disant que cet humanisme s’exprime à travers la quête d’une réinsertion sociale pour les ex pensionnaires. Il ajoute que l’auteur marque les consciences à travers un certain nombre de situations décrites dans l’œuvre et cette œuvre prend ancrage dans les réalités sociales qui ne sont pas toujours abordées par les littéraires.

Enfin il estime que ce roman est une œuvre de belle facture dans un style à la fois cursif et concis.

L’œuvre vendue au prix de 3000 francs FA est disponible à la librairie DIACFA, Mercury et jeunesse d’Afrique.

Youmali Koanari
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés