Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

Communiqué • samedi 1er avril 2017 à 01h04min

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le vendredi 31 mars 2017, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 13 H 30 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu une communication orale, procédé à des nominations, et autorisé des missions à l’étranger.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

I. DELIBERATIONS

I.1. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DE LA DECENTRALISATION

Le Conseil a adopté un rapport et examiné un projet de loi.
Le rapport est relatif à un décret portant ouverture de la campagne en vue des élections municipales partielles du 28 mai 2017.

L’adoption de ce décret permet de fixer la période légale de la campagne électorale du samedi 13 mai à zéro (00) heure au vendredi 26 mai 2017 à vingt-quatre (24) heures dans les zones concernées par les élections.

Le Projet de loi porte modification de la loi n° 055-2004/AN portant Code général des collectivités territoriales.

A la faveur des élections municipales antérieures, certaines collectivités territoriales ont rencontré des difficultés dans la mise en place et/ou le fonctionnement, entrainant ainsi la dissolution de leurs organes exécutifs.

Le projet de loi modificatif de la loi n° 055-2004/AN portant Code général des collectivités territoriales permettra aux collectivités de fonctionner en cas de dissolution ou de dysfonctionnement de leurs organes.

Le Conseil a marqué son accord pour la transmission dudit projet de loi à l’Assemblée nationale.

I.2. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT

Le Conseil a adopté un rapport relatif au Programme de financement « Burkina startups » du Fonds burkinabé de développement économique et social (FBDES).
Le Programme « Burkina startups » vise à promouvoir la création de PME/PMI innovantes par les jeunes. Il permettra ainsi de créer en 5 ans, cinq cents (500) entreprises nouvelles et dix mille (10 000) emplois stables.

Le Conseil a instruit les ministres en charge du dossier de prendre les dispositions idoines pour la mise en œuvre réussie du Programme, de concert avec les acteurs concernés.

I.3. AU TITRE DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA PROTECTION SOCIALE

Le Conseil a adopté un décret portant modalités d’évaluation de la performance des structures de l’Administration publique du Burkina Faso.
L’adoption de ce décret vise à améliorer l’efficacité des structures publiques et à renforcer leur productivité à travers un système d’évaluation de la performance desdites structures.

I.4. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION

Le Conseil a adopté deux (02) rapports.
Le premier est relatif a deux (02) décrets portant respectivement création d’emplois et promotion de chercheurs dans les emplois de directeur de recherche et de maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST).
L’adoption de ce rapport permet la création de trois (03) emplois de directeur de recherche, dix (10) emplois de maître de recherche et de trente (30) emplois de chargé de recherche.

Le second rapport est relatif aux projets de construction et d’équipement de cités universitaires par le mécanisme du Partenariat public-privé (PPP).
Les cités universitaires concernées sont celles de Ouaga II (1000 lits), Koudougou (1000 lits), Ouahigouya (500 lits), Fada N’gourma (500 lits) et Dédougou (500 lits).
L’adoption de ce rapport permettra de contribuer à l’amélioration des conditions de vie et d’études des étudiants.

I.5. AU TITRE DU MINISTERE DE LA SANTE

Le conseil a adopté deux (02) rapports.
Le premier rapport est relatif à la situation des évacuations sanitaires hors du Burkina Faso.

La mise en œuvre des évacuations sanitaires connait des difficultés du fait que l’Etat reste à ce jour redevable vis-à-vis de différentes cliniques, hôpitaux et partenaires à l’extérieur.

Le Conseil a instruit les ministres concernés de prendre les mesures nécessaires pour relever le plateau technique de nos formations sanitaires et trouver les solutions diligentes pour le règlement de ces arriérés.

Le second rapport est relatif aux résultats de l’appel d’offres ouvert international N°2014-0107/MS/SG/DMP/PARCS-LM pour la construction d’infrastructures sanitaires dans les régions de l’Est, du Nord, du Plateau-Central et du Sahel.
Le Conseil a marqué son accord pour l’attribution du marché à l’entreprise ECOCO pour un montant de trois cent quatre-vingt-seize millions quatre cent quatre-vingt-quatre mille huit cent quarante-trois (396 484 843) FCFA TTC avec un délai d’exécution de six (6) mois.

Le financement est assuré par la Banque islamique de développement (BID) et le budget de l’Etat.

I.6. AU TITRE DU MINISTERE DE LA COMMUNICATION ET DES RELATIONS AVEC LE PARLEMENT

Le Conseil a adopté un rapport relatif aux difficultés de recouvrement des créances des médias privés auprès de l’Etat.
Le rapport révèle que des entreprises de presse privées sont confrontées à des difficultés de recouvrement de leurs créances auprès des départements ministériels et institutions de l’Etat.

Le Conseil a instruit les départements ministériels concernés à prendre des mesures nécessaires pour le règlement des impayés dans les meilleurs délais.

II. COMMUNICATION ORALE

II.1. Le Ministre de la Communication et des relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement a fait au Conseil une communication relative à la visite d’amitié et de travail de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, à Khartoum au Soudan, les 26 et 27 mars 2017.

Cette visite a permis aux deux pays de renforcer la coopération sud-sud dans les domaines de l’agriculture, de la sécurité et de l’enseignement.
Au cours de son séjour en terre soudanaise, le Président du Faso s’est entretenu avec le président du Fonds saoudien pour le développement, lequel a exprimé la disponibilité de son institution à accompagner la mise en œuvre du PNDES.
Le Président du Faso et sa délégation ont en outre visité des infrastructures et rencontré les Burkinabè vivant au Soudan.

III. NOMINATIONS

III.1. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES
A. AU TITRE DE LA PRESIDENCE DU FASO

-  Monsieur Wendingoudi Louis Modeste OUEDRAOGO, Mle 110 789 V, Juriste, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Secrétaire général du Conseil supérieur de la communication (CSC).

B. AU TITRE DU PREMIER MINISTERE

-  Monsieur Wennengoudi Jean –Baptiste DIPAMA, Mle 88 784 L, Conseiller en sciences et techniques de l’information et de la Communication, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé chargé de missions ;

-  Monsieur Camille ZONGO, Mle 97 357 B, Conseiller des affaires économiques, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Attaché de missions ;

-  Monsieur Goh Germain Zontowa ZADINI, Mle 238 625 H, Conseiller en emploi et en formation professionnelle, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Attaché de missions ;

-  Monsieur Tousma DODBZANGA, Mle 241 638 N, Conseiller d’éducation, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Attaché de missions ;

-  Monsieur Jean-Baptiste DABONE, Mle 238 574 V, Conseiller des affaires économiques, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Attaché de missions ;

-  Monsieur Sunogo Ephraïm SORGHO, Mle 229 838 U, Conseiller des affaires économiques, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Attaché de missions ;

-  Monsieur Nestor BAKI, Mle 235 359 S, Conseiller en sciences et techniques de l’information et de la Communication, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Attaché de missions ;

-  Monsieur Jean Jacques NIKIEMA, Mle 238 571 L, Conseiller des affaires économiques, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Attaché de missions ;

-  Monsieur Housmane Askadar SANOU, Mle 251 386 U, Conseiller en études et analyses, 1ère classe, 1er échelon, est nommé attaché de missions.

C. AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA COOPERATION ET DES BURKINABE DE L’EXTERIEUR

-  Monsieur Max Francis Nawonetouo MEDAH, Mle 18 561, Ministre plénipotentiaire, 1ère classe, 12ème échelon, est nommé Inspecteur technique des services.

D. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE, DES DROITS HUMAINS ET DE LA PROMOTION CIVIQUE

-  Madame Saïbata SAWADOGO, Mle 51 161 U, Inspecteur du Trésor, 1ère classe, 2ème échelon, est nommée Directrice de l’Administration et des affaires financières de la Cour de Cassation.


E. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT

-  Madame Marguerite Marie René TRAORE/DAMIBA, Mle 19 877 B, Inspecteur du Trésor, est nommée Directrice générale du Fonds d’appui aux activités rémunératrices des femmes (FAARF) ;

-  Madame Sanata KONE, Mle 91 871 X, Economiste, 1ère classe, 7ème échelon, est nommée Directrice du suivi des programmes financiers à la Direction générale de la coopération (DGCOOP) ;

-  Monsieur Dima Noaga Salifou DOLLE, Mle 111 124 U, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur de l’Administration et des finances de l’Institut national des statistiques et du développement (INSD).

F. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION

-  Monsieur Alou KEITA, Mle 35 680 N, Enseignant-chercheur, Professeur titulaire, catégorie P, 1er échelon, est nommé Vice-président chargé de la professionnalisation et des relations universités-entreprises à l’Université Ouaga I Professeur Joseph KY ZERBO.

-  Monsieur Louis SAWADOGO, Mle 218 607, Maître de recherche en biologie et écologie végétale, est nommé Directeur de recherche au Centre national de la Recherche scientifique et technologique (CNRST/INERA) pour compter du 21 juillet 2016 ;

-  Monsieur Koiné Maxime DRABO, Mle 29 603, Maître de recherche en santé publique, est nommé Directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/IRSS) pour compter du 21 juillet 2016 ;

-  Monsieur Halidou TINTO, Mle 57 096, Maître de recherche en sciences biologiques, est nommé Directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/IRSS), pour compter du 21 juillet 2016.

-  Monsieur Emmanuel NANEMA, Mle 49 129, Chargé de recherche en géophysique, est nommé Maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/IRSAT), pour compter du 21 juillet 2016 ;

-  Monsieur Charles PARKOUDA, Mle 58 513, Chargé de recherche en sciences des aliments, est nommé Maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/IRSAT), pour compter du 21 juillet 2016 ;

-  Monsieur Korodjouma OUATTARA, Mle 218 882, Chargé de recherche en sciences du sol, est nommé Maître de recherche au Centre national de la Recherche scientifique et technologique (CNRST/INERA), pour compter du 21 juillet 2016 ;

-  Monsieur Souleymane OUEDRAOGO, Mle 22 361, Chargé de recherche en agroéconomie, est nommé Maître de recherche au Centre national de la Recherche scientifique et technologique (CNRST/INERA), pour compter du 21 juillet 2016 ;

-  Madame Aude Marie Madeleine NIKIEMA/MEUNIER, Mle 88 768, Chargée de recherche en géographie humaine, est nommée Maître de recherche au Centre national de la Recherche scientifique et technologique (CNRST/INSS), pour compter du 21 juillet 2016 ;

-  Monsieur Georges KAMBOU, Mle 16 793, Chargé de recherche en éco-toxicologie, est nommé Maître de recherche au Centre national de la Recherche scientifique et technologique (CNRST/INERA), pour compter du 21 juillet 2016 ;

-  Monsieur Bila Isidore GNANDA, Mle 271 612, Chargé de recherche en nutrition et alimentation animale, est nommé Maître de recherche au Centre national de la Recherche scientifique et technologique (CNRST/INERA), pour compter du 21 juillet 2016 ;

-  Monsieur Bouma James NEYA, Mle 271 615, Chargé de recherche en phytopathologie, est nommé Maître de recherche au Centre national de la Recherche scientifique et technologique (CNRST/INERA), pour compter du 21 juillet 2016 ;

-  Monsieur Seydou SOURABIE, Officier, Chargé de recherche en biochimie, est nommé Maître de recherche au Centre national de la Recherche scientifique et technologique (CNRST/IRSS), pour compter du 21 juillet 2016 ;

-  Madame Pawindé Elisabeth ZIDA, Mle 271 618, Chargée de recherche en phytopathologie, est nommée Maître de recherche au Centre national de la Recherche scientifique et technologique (CNRST/INERA) pour compter du 21 juillet 2016.

G. AU TITRE DU MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE ET DE L’ALPHABETISATION

-  Monsieur Coubabaon Clément SOME, Mle 26 360 F, Inspecteur de l’enseignement secondaire, catégorie PB, 1er grade, 10ème échelon, est nommé Directeur régional des enseignements post-primaire et secondaire de la Boucle du Mouhoun ;

-  Monsieur Denis VIMBOUE, Mle 47 594 Z, Inspecteur de l’enseignement secondaire, est nommé Directeur régional des enseignements post-primaire et secondaire des Cascades ;

-  Monsieur Yerbkoun Bienvenu Bonaventure MEDA, Mle 34 622 U, Inspecteur de l’enseignement secondaire, catégorie P4, 3ème grade, 2ème échelon, est nommé Directeur régional des enseignements post-primaire et secondaire du Centre ;

-  Monsieur Idrissa Pascal TIENDREBEOGO, Mle 47 540 D, Inspecteur de l’enseignement secondaire, catégorie P4, grade intermédiaire, 3ème échelon, est nommé Directeur régional des enseignements post-primaire et secondaire du Centre-Est ;

-  Monsieur Alphonse KEITA, Mle 31 325 G, Inspecteur de l’enseignement secondaire, catégorie PB, 1er grade, 11ème échelon, est nommé Directeur régional des enseignements post-primaire et secondaire du Centre-Nord ;

-  Monsieur Evariste Marie Wend-Yam GUIBRE, Mle 36 120 J, Inspecteur de l’enseignement secondaire, catégorie P4, grade terminal, 2ème échelon, est nommé Directeur régional des enseignements post-primaire et secondaire du Centre-Ouest ;

-  Madame Findema OUEDRAOGO/KABORE, Mle 18 452 B, Inspecteur de l’enseignement secondaire, catégorie P4, 4ème grade, 3ème échelon, est nommée Directrice régionale des enseignements post-primaire et secondaire du Centre-Sud ;

-  Monsieur Abdoulaye ILBOUDO, Mle 49 892 W, Inspecteur de l’enseignement secondaire, catégorie P, 1er grade, 6ème échelon , est nommé Directeur régional des enseignements post-primaire et secondaire de l’Est ;

-  Madame Ouamnogma Bernadette YOUGOU/SAWADOGO, Mle 21 707 P, Inspecteur de l’enseignement secondaire, catégorie PB, 1er grade, 13ème échelon, est nommée Directrice régionale des enseignements post-primaire et secondaire des Hauts-Bassins ;

-  Madame Téné Amandine RAMDE/ILBOUDO, Mle 55 925 H, Inspecteur de l’enseignement secondaire, catégorie P, 1er grade, 6ème échelon, est nommée Directrice régionale des enseignements post-primaire et secondaire du Nord ;

-  Madame Ahoua KABORE/ILLY, Mle 036 629 B, Inspecteur de l’enseignement secondaire, catégorie PB, 1er grade, 8ème échelon, est nommée Directrice régionale des enseignements post-primaire et secondaire du Plateau-Central ;

-  Monsieur Dramane DERME, Mle 49 906 D, Inspecteur de l’enseignement secondaire, catégorie P4, 2ème classe , 2ème échelon, est nommé Directeur régional des enseignements post-primaire et secondaire du Sahel ;

-  Monsieur Sankaon SOME, Mle 46 495 A, Inspecteur de l’enseignement secondaire, catégorie PB, 10ème échelon, est nommé Directeur régional des enseignements post-primaire et secondaire du Sud-Ouest.

H. AU TITRE DU MINISTERE DE LA SANTE

-  Monsieur Hugues Landry HIEN, Mle 118 963 D, Administrateur civil, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur de cabinet ;

-  Monsieur Souleymane de Mahama OUEDRAOGO, Mle 29 809 E, Inspecteur du trésor, 1ère classe, 10ème échelon, est nommé Directeur de l’administration des finances.

I. AU TITRE DU MINISTERE DES TRANSPORTS, DE LA MOBILITE URBAINE ET DE LA SECURITE ROUTIERE

-  Monsieur Dieudonné Pascal Alda YAKA, Docteur en climatologie, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Conseiller technique ;

-  Monsieur Fatogoma TRAORE, Mle 28 636 H, Agent technicien mécanicien, est nommé Directeur régional des Transports et de la mobilité urbaine de la Boucle du Mouhoun ;

-  Monsieur Zigomdelekoré Augustin YAMEOGO, Mle 28 635 X, Agent de maitrise en mécanique, est nommé Directeur régional des Transports et de la mobilité urbaine des Cascades ;

-  Monsieur Lassane OUEDRAOGO, Mle 37 17 V, Agent technique mécanicien, est nommé Directeur régional des transports et de la mobilité urbaine du Centre-Nord ;

-  Monsieur Bakary OUATTARA, Mle 27 747 B, Technicien supérieur en génie civil, est nommé Directeur régional des Transports et de la mobilité urbaine du Centre-Ouest ;

-  Monsieur Armand Alain YAGUIBOU, Mle 27 736 T, Technicien supérieur en génie civil, est nommé Directeur régional des Transports et de la mobilité urbaine de l’Est ;

-  Monsieur Lamoussa Ludovic OUEDRAOGO, Mle 24 024 E, Ingénieur des travaux publics, est nommé Directeur régional des Transports et de la mobilité urbaine des Hauts-Bassins ;

-  Monsieur Pascal COMPAORE, Mle 32 409 S, Agent technique mécanicien, est nommé Directeur régional des Transports et de la mobilité urbaine du Nord ;

-  Monsieur Karim IBA, Mle 92 682 W, Technicien supérieur en génie civil, est nommé Directeur régional des Transports et de la mobilité urbaine du Sahel ;

-  Monsieur Bévour NEGALO, Mle 71 129 V, Technicien supérieur en génie civil, est nommé Directeur régional des Transports et de la mobilité urbaine du Sud-Ouest.

J. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE LA FORMATION ET DE L’INSERTION PROFESSIONNELLE

-  Monsieur Issouf TRAORE, Mle 75 393 M, Professeur certifié, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Directeur de cabinet ;

-  Monsieur Sansan KAMBIRE, Mle 30 47 ANPE, Economiste planificateur, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Conseiller technique ;

-  Monsieur Pousbila ZABA, Mle 58 788 A, Inspecteur du trésor, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur de l’administration des finances ;

-  Monsieur Jean-Victor OUEDRAOGO, Mle 76 493 V, Journaliste, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Directeur de la communication et de la presse ministérielle ;

-  Monsieur Abdou Abach OUEDRAOGO, Mle 45 190 A, Conseiller d’Intendance scolaire et universitaire, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur des marchés publics.

III.2. NOMINATION DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION

A. MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION

Le Conseil a adopté deux (02) décrets.

Le premier porte nomination de Monsieur Adama TRAORE, Mle 32 143 N, Professeur titulaire des universités, Administrateur représentant les professeurs au Conseil d’administration de l’Université Ouaga I, Pr Joseph KI-ZERBO pour un premier mandat de trois (03) ans.

Le second décret renouvelle le mandat de Madame Fatoumata BADINI/KINDA, Mle 27 725 T, Maître de conférences, Administrateur représentant les professeurs au Conseil d’administration de l’Université Ouaga I, Pr Joseph KI-ZERBO pour un dernier mandat de trois (03) ans.

B. MINISTERE DE LA SANTE

Le Conseil a adopté sept (07) décrets.

Le premier nomme les personnes ci-après, Membres du Comité d’éthique pour la recherche en santé au Burkina Faso pour un dernier mandat de trois (03) ans :
Au titre du ministère de la santé

-  Monsieur Dieu-donné OUEDRAOGO, Mle 104 177 Y, Enseignant hospitalo-universitaire ;
-  Monsieur Sidbewendé Pierre YAMEOGO, Mle 99 470 W, Médecin de santé publique.

Au titre de l’Ordre des pharmaciens du Burkina Faso
-  Monsieur Clotaire NANGA, Mle 49 165 N, Pharmacien.

Au titre de l’Ordre national des médecins du Burkina Faso

-  Monsieur Fla KOUETA, Mle 57 429, Enseignant hospitalo-universitaire.
Le deuxième renouvelle le mandat des personnes ci-après au Comité national d’éthique pour la recherche en santé au Burkina Faso pour un dernier mandat de trois (03) ans :

Au titre du ministère de la Santé

-  Monsieur Ragomzigba Franck Edgar ZONGO, Mle 118 730 H, Pharmacien.
Au titre du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation

-  Monsieur Séni KOUANDA, Mle 49 486 X, Médecin épidémiologiste ;

-  Madame Maminata TRAORE/COULIBALY, Mle 52 129 R, Biologiste.
Au titre du ministère des Ressources animales et halieutiques

-  Madame Lim-Bamba Germaine COMPAORE/MINOUNGOU, Mle 102 471, Docteur vétérinaire.

Au titre du ministère de la Justice, des droits humains et de la promotion civique

-  Monsieur Mathias SAM, Mle 75 668 B, Conseiller en droits humains.
Le troisième nomme les personnes ci-après, Administrateurs au Conseil d’administration de l’Office de santé des travailleurs (OST) pour un premier mandat de trois (03) ans :

ADMINISTRATEURS REPRESENTANT L’ETAT

Au titre du ministère de la Santé

-  Monsieur Mamadou DRABO, Mle 42 776 V, Conseiller de santé.
Au titre du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale
-  Monsieur Ignace DIESSONGO, Mle 217 031, Conseiller en gestion des ressources humaines ;

-  Madame Aminata Léocadie BAMBARA/ZIGANI, Mle 13 574 P, Inspecteur du travail.

ADMINISTRATEURS REPRESENTANT LES PARTENAIRES

Au titre des employeurs
-  Monsieur Kiswendsida Ismaël BIDIGA, Pharmacien ;
-  Monsieur Christian Félix OUEDRAOGO, Vice-président de la Chambre des mines du Burkina.

Au titre des travailleurs

-  Monsieur Francis ZAGRE.

Au titre du personnel de l’OST
-  Monsieur N’so BAKIETA, Mle 82 349 X, Manipulateur d’Etat en électro radiologie.

Le quatrième nomme les personnes ci-après, Administrateurs au Conseil d’administration du Laboratoire national de santé publique (LNSP) pour un premier mandat de trois (03) ans :

ADMINISTRATEURS REPRESENTANT L’ETAT

Au titre du ministère de la Santé

-  Monsieur Mété BONKOUNGOU, Mle 17 763 C, Médecin de santé publique ;

-  Monsieur Lassana SANGARE, Officier.
Au titre du ministère des Ressources animales et halieutiques
-  Madame Germaine COMPAORE/ MINOUNGOU, Mle 104 271 A, Docteur vétérinaire.

Au titre du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale
-  Madame N’pèrè Adèle TRAORE, Mle 19 913 N, Inspecteur du travail..

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LES ASSOCIATIONS DES CONSOMMATEURS

-  Monsieur Pascal ZAIDA.

Le cinquième décret nomme Monsieur Mété BOUNKOUNGOU, Mle 17 763 C, Président du Conseil d’administration du Laboratoire national de santé publique pour un premier mandat de trois (03) ans.

Le sixième décret porte nomination de Madame Valérie ZERBO/SAWADOGO, Mle 111 096 F, Inspecteur du trésor, Administrateur représentant l’Etat au titre du ministère de l’Economie, des finances et du développement au Conseil d’administration de l’Hôpital de district de Bogodogo pour un premier mandat de trois (03) ans.

C. MINISTERE DU COMMERCE, DE L’INDUSTRIE ET DE L’ARTISANAT

Le Conseil a adopté un décret portant nomination de Monsieur Issaka SOUWERMA, Mle 25 482 B, Conseiller en sciences et techniques de l’information et de la communication, Administrateur provisoire de la Société de transformation des fruits et légumes de Loumbila (STFL) pour une durée de six (06) mois en remplacement de Monsieur Baya TOE appelé à faire valoir ses droits à la retraite.

D. MINISTRE DU DEVELOPPEMENT DE L’ECONOMIE NUMERIQUE ET DES POSTES

Le Conseil a adopté un décret portant nomination de Madame Edith BELEM/DAMIBA, Mle 23 887 H, Administrateur des services financiers, Administrateur représentant l’Etat au titre du ministère de l’Économie, des finances et du développement au Conseil d’administration de la Société nationale des postes (SONAPOST) pour un premier mandat de trois (03) ans.

Le Ministre de la Communication et
des Relations avec le Parlement,

Porte-parole du gouvernement,

Rémis Fulgance DANDJINOU

Officier de l’ordre national

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 1er avril à 00:25, par Tiga
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Sansan KAMBIRE Conseiller technique. Voilà un Monsieur qui n’est pas toujours conscient des ses énormes lacunes. Monsieur le Ministre, attention à la promotion de la medocrité au MJFIP. N’est pas conseiller technique qui veut, evitez de tomber dans la complaisance sinon ca rattrape.

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 03:58, par bado
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    des a DRES monarques.j’en connais qui ont eté recommandé par Antou la soeur de l’autre qui, en son temps le disait a qui voulait l’entendre. j.en connais qui sont a pas moins de 15 ans de service de DR.j’en connais qui ont traumatiser des agents publics parce ces derniers ont marché contre le projet de modification de l’article 37 ou qui sont sorti contre le push de guinguiere.
    je ne suis contre personne je ne doute pas non plus de la competence.mais notre insurrection aurait dû etendre ses ramifications jusqu’aux provinces.qu’on sente de nouvelles têtes avec le nouveau pouvoir.prenons les burkinabé insurgés au serieux et respect pour la memoire de nos martyrs.

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 04:15, par Oban Dubois
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    "Monsieur Dima Noaga Salifou DOLLE, Mle 111 124 U, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur de l’Administration et des finances de l’Institut national des statistiques et du développement (INSD)." SVP, si INSD est la structure que tout le monde connait, prière de corriger cet amalgame et d’écrire ceci "Institut National de la Statistique et de la Démographie". Sinon, ce n’est pas agréable à lire !

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 05:59, par Citoyen
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Il faut reconnaitre que ce gouvernement a de l’audace. Il a osé injecter cette somme dans l’enseignement supérieur, rien que pour des infrastructures. Même si c’est leur devoir, moi personnellement je les félicite, les encourage et leur adresse mes sincères remerciement. C’est ce qu’on entendait depuis. Mais l’exécution de ces travaux requiert de la vigilance car il n’est exclu qu’il y ait du sabotage et les frères étudiant vont encore grogner (sous dosage du béton, l’électrification ... comme vous pouvez le constater dans les hôtels administratifs)

    Répondre à ce message

    • Le 1er avril à 22:36, par Bles
      En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

      Monsieur Citoyen, merci de remarquer que ces infrastructures qui seront construites le seront dans le cadre de PPP. Cela veut dire qu’un/des privé(s) construira/ront les infrastructures qu’il(s) ou une/des autre(s) structure(s) exploitera/ont pendant un certain nombre d’années. C’est dire que les infrastructures seront mis à la disposition de l’Etat ou des étudiants et soit les étudiants rembourseront l’investissement par le paiement des loyers des chambres soit c’est l’Etat qui remboursera en payant les loyers de étudiants ou paiera pour être propriétaire des bâtiments. S’il y a beaucoup de sabotages cela pourrait impacter sur le rembou ce sera C’est dire l’investisseur a intérêt que ce soit de qualité pour tenir tout le temps de son remboursement si cette garantie est prise en compte dans le PPP.

      Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 07:15, par no problèm
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Je prédis (à voir seulement ses nominations) que le ministre de la jeunesse va encore échouer lamentalement comme il l’a été au ministère de la Santé.

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 09:06, par Wadal
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Ca commence déjà avec ce nouveau ministre de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion Professionnelle. Suivez mon regard : les deux nominations (directeur des marchés publics, directeur de la presse ministérielle). Ok allons-y ! Ce ministère ne connaitra pas d’évolution qualitative. Monsieur le Ministre, il y a beaucoup de chantiers dans votre département et pour atteindre des résultats escomptés, il faut avoir le courage de placer l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Le clientélisme politique n’arrange personne, on veut tous le bien de ce pays ; alors soyons patriotes !

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 09:26, par Hussein
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Dans sa substance l’ organisation des conseils de ministres est nulle. On pourrait croire que les conseils sont tenus seulement pour faire des nominations (les promotions de l’ armée mexicaine). Les priorités sont mal fixées, ou sont les innovations ? Ni de fond, ni de forme on peut distinguer vos conseils de ministres de ceux des régimes et administrations précédents, vraiment lamentable !

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 09:57, par Bass
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    félicitation, pour le DR du centre car homme de vertu il l’est pour ceux qui le connaisse bien , il a pu gérer des situations de santé avec pragmatisme et clairvoyance pour nous que nous ne pouvons pas oublier et nous prions que Dieu bénisse sa nouvelle mission au centre ; Bonaventure continue ainsi partout car dans le secret des coeurs des membres des familles des enseignants déséquilibrés que tu accompagnent sagement se trouve le christ qui te guidera nous prions toujours pour toi maintenant et toujours .

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 10:16, par yamyelle
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    la grève du SNAID n’a pas été évoqué par le conseil des ministres ainsi donc on compte sur l’aide extérieur pour financer le développement.l’histoire risque de nous donnez raison les travailleurs sont laissés a eux même le gouvernement ne fait que lancer des marchés de milliards .soyeux prudent chers entrepreneurs ils ne s’agit pas de gagner le marché mais combien d’entre vous souffrent toujours pour être payé.

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 10:17, par Awa
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    ’’ Institut national des statistiques et du développement ", ce service existe au Burkina Faso ?
    C’est vrai que y a "développement" dans MINEFID mais D de INSD là c’est Démographie ; ou bien collegues enquêteurs ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 10:37, par Siid Passatê
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Le nouveau ministre de la santé annonce ses marques et c’est tant mieux. Le professeur des Lycées et collèges de Smaila OUEDRAOGO retournes dans ses lycées et collèges pour peu que ses soutiens politiques ne lui trouve pas un autre poste de Directeur de cabinet.

    Le DAF qui tardait à se faire imprimer ses marques aussi est débarqué et remplacé par un autres inspecteur des impôts.

    On note aussi le retour des gourou du département que Smaila OUEDRAOGO avait mis soit sur cale soit au garage. A ce niveau je note la nomination Dr Mété BOUNKOUNGOU comme PCA et Dr Fla KOUETA.

    Malheureusement c’étaient des compétences que Smaïla OUEDRAOGO n’a pas voulu s’en servir et pourtant le système sanitaire actuel comporte leur marques. Peut être qu’ils n’ont pas été bons à tous les niveaux et en tous temps mais ce n’était pas une raison de les méprendre.

    Monsieur le Ministre de la santé, votre prédécesseur a semé trop de bordel en si peu de temps et il n’est évident que là où il se trouve actuellement il soit fier de tous ses actes. Il est urgent de travailler à restaurer la discipline au sein des agents et je parle surtout des chauffeurs du ministère de la santé.

    Chacun est important du garçon de salle au professeur agrégé dans votre département mais chacun doit de se cantonner dans son rôle. Malheureusement votre prédécesseur n’a fait qu’apporter un appui à indiscipline au sein des chauffeurs du ministère de la santé et certains savent de quoi je parle.

    Un chauffeur est un maillon important dans l’atteint des objectifs mais il faut que ce soit un chauffeur discipliné et respectueux de la hierarchie.

    Répondre à ce message

    • Le 3 avril à 10:59, par Al pacino
      En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

      Sid passatê tu es un Homme de mauvaise foi.Dans tous les cas, nous savons tous que Nicolas Méda a été nommé pour préserver les intérêts de la nomenklatura de la santé,contrairement à son prédécesseur qui était là pour faire bouger les lignes.
      Pourquoi Nicolas Méda peut imprimer ses marques et Smaila ne le pouvait pas ?
      Smaila avait par exemple intenté un procès contre la Mabucig,que votre savant de Méda est venu remettre en cause pour résoudre le problème à l’amiable.Chaque Burkinabé qui meurt de la cigarette doit être mis à l’actif de Méda qui refuse qu’on mette la législation anti tabac en marche.
      Voilà une preuve tangible que ce monsieur n’est là pour la santé des populations mais pour les intérêts d’un clan de mafieux exactement comme au temps de Blaise.
      Wait and see,vous verrez que monsieur n’est pas l’Homme qu’il fallait à la tête de ce ministère.

      Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 11:20, par naba 1er
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Felicitation au nouveaux MJFIP qui vient de changer le DAF hautain et dealer ainsi Que DMP mou et dealer egalement. Il faut qu’il ouvre les yeux sur les nouveaux vehicules du ministère vendus aux enchères par ce meme DAF et son mistress fêtard Jean claud BOUDA. J’espère qu’il prendra ses responsabilités en ce qui concerne le SG yiogo Brice, le DGess hansane tous, incompetent et courompu ( prise de frais de mission sans participation à la mission, deal divers de Sg sur le carburant des structures centrales et rattachées, etc). Quid du boufou Et paresseux de DRH Sacré qui chante être proche du ministre car venant de la meme region.

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 11:58, par entrer-prendre
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    « Le Programme « Burkina startups » vise à promouvoir la création de PME/PMI innovantes par les jeunes. Il permettra ainsi de créer en 5 ans, cinq cents (500) entreprises nouvelles et dix mille (10 000) emplois stables ». Création,création d’entreprises !!! Les jeunes entreprises existantes meurent déjà par manque de politique favorable. Pour tout appel d’offre,on demande des chiffres d’affaire, des travaux similaires...., inimaginables pour une jeune entreprise.Vous verrez des bâtiments de l’état de plusieurs milliards attribués à une seule entreprise de Béton. Pas de lot vitrerie,électricité,menuiserie métallique ,informatique,plomberie pour leur permettre aussi d’exister et quand il y en a, c’est inaccessible et déjà ciblé...Non, ne créez pas des entreprises juste pour créer. Trouvez une politique pour maintenir celles qui existent et qui agonisent et le reste viendra seul.

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 13:58, par Agent de santé
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    L’habitude dit-on, est une seconde nature. La première action de Smaila Ouédraogo en tant que ministre de la jeunesse a consisté en des nominations de ses amis à des postes de financiers et de marchés publics. Ce sont pour la plupart d’ex copains qu’il avait nommés au ministère de la santé d’où il a été viré pour pour la crise qu’il a crée à la CAMEG. Le nouveau ministre de la santé, Nicolas MEDAH, devrait avoir la détermination pour remettre de l’ordre dans le département de la santé et redresser toutes les irrégularités commises par son prédécesseur et en remplaçant certains responsables incompétents et intrigants que Smaila avait placés pour diviser et régner selon ses humeurs et intérêts. Certaines conséquences des incohérences administratives de Smaila Ouédraogo commencent à créer des désillusions. En effet, certains copains qu’il avait débauché du CHU Yalgado et d’ailleurs pour l’hôpital de district de Bogodogo se retrouvent sans salaire depuis deux mois (janvier, février 2017) car leur nomination n’a pas suivi les normes administratives et financières régulières.

    Répondre à ce message

    • Le 3 avril à 11:08, par le che
      En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

      Agent de santé,collez la paix à Smaila,car ce monsieur est plus intègre que toi.Il n’a jamais crée de crise à la CAMEG,mais la crise est né de sa volonté louable de balayer les mafieux de cette boite. Si j’ai quelque chose à reprocher au président Rock,c’est manque de volonté pour le changement.
      La preuve dés son investiture,il a réuni les hospitalo-universitaires pour discuter des problèmes de l’hôpital public,or se sont les véritables freins au bon fonctionnement de nos hôpitaux.Ils sont pour la plupart des promoteurs de cliniques.
      C’est dans cette même lancée que vous les mafieux de la santé ont demandé et eu la peau du jeune au ministère de la santé et non content qu’il ait été gardé comme ministre vous lui en voulez toujours.Bande de jaloux.

      Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 14:08, par PITIEPOURMONPAYS
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Il y a des ministres vraiment puissants qui ne travail qu’avec les hommes qu’ils choisissent. c’est bien les affinités ! mais ça peut donner aussi mauvaise impression quand on nomme et "trimbale" d’un ministère à un autre son staff (DAF, DMP...). pourvu que ça marche c’est le moindre mal qu’on souhaite au MJFIP. Bonne chance

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 14:18, par Gongoni
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Internaute NABA 1er tu te rendras bientôt compte que la peste a été remplacée par le choléra au ministère de la jeunesse .Renseigne toi bien sur ces personnes qui viennent du ministère de la santé et tu seras édifié sur la qualité de ces personnes qui arrivent chez vous ..Ne te réjouie donc pas trop vite au risque de regretter amèrement un de ces jours .

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 15:40, par avril
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Je me demande dans quelle République nous vivons ? Pour avoir été tous très décriés au Ministère de la Santé Smaila amène ses acolytes dealers DirCab, DAF et DMP à la Jeunesse et aux mêmes postes. Malgré tout, ces nominations passent haut les mains sous la barbe et le nez du PF et du PM. Compatriotes ! Il y a lieu de nous poser des questions sur le devenir de ce pays.

    Que Smaila songe à amener également ses bébés médecins qu’il a abandonné derrière lui car ils ont tous montré leurs limites objectives. C’était bien prévisible.

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 15:44, par avril
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Je me demande dans quelle République nous vivons ? Pour avoir été tous très décriés au Ministère de la Santé Smaila amène ses acolytes dealers DirCab, DAF et DMP à la Jeunesse et aux mêmes postes. Malgré tout, ces nominations passent haut les mains sous la barbe et le nez du PF et du PM. Compatriotes ! Il y a lieu de nous poser des questions sur le devenir de ce pays.

    Que Smaila songe à amener également ses bébés médecins qu’il a abandonné derrière lui car ils ont tous montré leurs limites objectives. C’était bien prévisible.

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 18:32, par Ancien étudiant
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Le gouvernement en s’engageant dans le Partenariat Public Privé(PPP), fait preuve d’une option judicieuse pour la réalisation d’actions utiles de développement. A chaque idée son temps. L’initiative PPP avait été jugée inopportune par des courants de pensée non progressiste par le passé au Burkina et les précurseurs considérés comme des rêveurs .De nos jours, l’histoire leur donne raison et ils ont besoin d’être l’objet de considération et de consultation pour mieux s’inspirer de leur expertise. Si le gouvernement avait appliqué cette option depuis longtemps, les problèmes récurrents pour le déficit de logements des étudiants auraient été grandement résolus. En effet, dans les années 2005-2006, l’ex directeur général du Centre National des Œuvres Universitaires(CENOU), monsieur Bibia Robert Sangaré avait. entamé des démarches pour la réalisation de cités universitaires par des opérateurs économiques privés. Un privé avait même accepté cette offre et était prêt pour une cité à l’université de Koudougou. Mais, son idée et projet ont été injustement bloqués par des gens qui pensaient qu’on ne devrait pas confier cette tâche à des privés. Autres temps, autres mœurs ! La réalisation de la cité universitaire de Kossodo sous la direction de Robert Sangaré était placée sous cette vision afin d’offrir une grande capacité de logements aux étudiants. Mais les esprits n’étant pas mieux disposés à l’époque, les obstacles inutiles se sont dressés de toutes parts. L’ex DG du CENOU monsieur Sangaré avait commandité un voyage d’études en Tunisie pour s’inspirer de l’expérience réussie de ce pays dans ce domaine. Ensuite, le CENOU avait organisé un atelier sur cette question dans la salle de conférence de la Caisse Générale de Péréquation(CGP) avec la participation enthousiasmante de nombreux étudiants au nombre desquels ,je faisais partie. Pendant que la pertinence du PPP n’est plus à démontrer de nos jours, il serait bien indiqué que le gouvernement puisse consulter monsieur Sangaré en sa qualité d’ex DG du CENOU et l’un des précurseurs visionnaires de ce projet pour la construction des cités universitaires par le privé. Il pourra leur partager son expérience mûrie à la source tunisienne. Cela permettra d’aller vite et bien dans les réalisations au lieu de se perdre et traîner dans de nouvelles études coûteuses voire, hasardeuses et continuer de faire végéter les étudiants dans les problèmes cruciaux de logements. Au Burkina, ce ne sont pas des expertises et compétences qui manquent. C’est plutôt des mesquineries inutiles qui ne permettent pas de valoriser ces compétences au service de la nation. Ces mentalités rétrogrades ne devraient plus avoir droit de cité au Faso. Il y va de l’intérêt général.

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 19:28, par WAK
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Je demande de voir le cas de Smaila OUEDRAOGO, un ministre qui se promène avec une équipe c’est très suspect. Le nouveau ministre de la santé doit balayer la racaille installée par smaila OUEDRAOGO

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 20:36, par ouedraogo tassere
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Si c’est le meme ki a ete agent comptable au CENOU et a l’Iniversite de koudougou et a des dossiers a ARCE c’est inacceptable et inadmessible

    Si c’est le meme ki a ete agent comptable au CENOU et a l’Iniversite de koudougou et a des dossiers a ARCE c’est inacceptable et inadmessibleSi c’est le meme ki a ete agent comptable au CENOU et a l’Iniversite de koudougou et a des dossiers a ARCE c’est inacceptable et inadmessible

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 23:37, par la verite
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Monsieur le ministre de la jeunesse, il vous faut revoir vos DR et il est temps que. Ce mouvement fasse un toilettage général car vous n allez jamais réussir avec ces nominations.clandestines , sans objectivité et résultats, ainsi.que certains DG. Je pense que les dealer comme.l ancien DAF , cest bien son.départ, hautain comme.le.DR du centre.ouest qui se réclame neuveu de.bouda et je vous en.prie, faites votre équipe à vous , du haut vers le bas, même au sein.des.DP

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril à 06:13, par la verite
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    M le ministre de la jeunesse,l affaire voiture brulee par IGS Bilgo ? Affaire 27 millions. Volatise le 30 octobre 2014 par un agent de la DAF avec la avecb la complicité des chauffeurs, affaire deal de voiture du DAF de BOuDa, affaire détournement de carburant et des frais de missions, affaire de kits, affaire sur affaire des. Grand à la cravate , pauvres regisseurs des regions et DR, oublié, non formés et. Qui sont exposés sans .défense, allons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril à 08:20, par Ancien étudiant
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Le gouvernement en s’engageant dans le Partenariat Public Privé(PPP), fait preuve d’une option judicieuse pour la réalisation d’actions utiles de développement. A chaque idée son temps. L’initiative PPP avait été jugée inopportune par des courants de pensée non progressiste par le passé au Burkina et les précurseurs considérés comme des rêveurs .De nos jours, l’histoire leur donne raison et ils ont besoin d’être l’objet de considération et de consultation pour mieux s’inspirer de leur expertise. Si le gouvernement avait appliqué cette option depuis longtemps, les problèmes récurrents pour le déficit de logements des étudiants auraient été grandement résolus. En effet, dans les années 2005-2006, l’ex directeur général du Centre National des Œuvres Universitaires(CENOU), monsieur Bibia Robert Sangaré avait. entamé des démarches pour la réalisation de cités universitaires par des opérateurs économiques privés. Un privé avait même accepté cette offre et était prêt pour une cité à l’université de Koudougou. Mais, son idée et projet ont été injustement bloqués par des gens qui pensaient qu’on ne devrait pas confier cette tâche à des privés. Autres temps, autres mœurs ! La réalisation de la cité universitaire de Kossodo sous la direction de Robert Sangaré était placée sous cette vision afin d’offrir une grande capacité de logements aux étudiants. Mais les esprits n’étant pas mieux disposés à l’époque, les obstacles inutiles se sont dressés de toutes parts. L’ex DG du CENOU monsieur Sangaré avait commandité un voyage d’études en Tunisie pour s’inspirer de l’expérience réussie de ce pays dans ce domaine. Ensuite, le CENOU avait organisé un atelier sur cette question dans la salle de conférence de la Caisse Générale de Péréquation(CGP) avec la participation enthousiasmante de nombreux étudiants au nombre desquels ,je faisais partie. Pendant que la pertinence du PPP n’est plus à démontrer de nos jours, il serait bien indiqué que le gouvernement puisse consulter monsieur Sangaré en sa qualité d’ex DG du CENOU et l’un des précurseurs visionnaires de ce projet pour la construction des cités universitaires par le privé. Il pourra leur partager son expérience mûrie à la source tunisienne. Cela permettra d’aller vite et bien dans les réalisations au lieu de se perdre et trainer dans de nouvelles études coûteuses voire, hasardeuses et continuer de faire végéter les étudiants dans les problèmes cruciaux de logements. Au Burkina, ce ne sont pas des expertises et compétences qui manquent. C’est plutôt des mesquineries inutiles qui ne permettent pas de valoriser ces compétences au service de la nation. Ces mentalités rétrogrades ne devraient plus avoir droit de cité au Faso. Il y va de l’intérêt général.

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril à 17:36, par Ouiya
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Je me demande à quoi servent les DAF (Directeur de l’administration et des finances) maintenant. Le nouveau décret sur les marchés publics les a remplacés par les personnes responsables des marchés. Ce sont ces derniers qui font tout maintenant : ils élaborent le plan de passation des marchés ; ils élaborent les dossiers d’appel à concurrence y compris les demandes de cotation et enfin ce sont eux qui président les commission d’attribution des marchés. dans la chaine des marchés publics, l’ordonnateur du budget n’a plus pour rôle que d’approuver les contrats. en gros,les personnes responsables des marchés jouent trois rôles incompatibles mais consacrés par la loi. le DAF ne fait plus que monter le budget, rediger les contrats et participer aux commissions de réceptions.De ce point de vue, les DAF ont maintenant un rôle d’exécution et ne doivent plus être nommés par décret. Un décret nomme un concepteur, pas un exécutant.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 09:26, par la clé
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Si le Ministre chargé du transport ne se ressaisit pas, son entourage va l’induire en erreur. Vous laisser des TS et des ingénieurs pour nommer des agents de maitrise comme DR. Bon vent à eux. Comme chacun met en place son réseau pour mieux grillonter. Bonne change.

    Répondre à ce message

    • Le 3 avril à 14:53, par Ma voix
      En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

      A quand la rupture au MTMUSR à l’instar du MI ? Des Ingénieurs GC/Route et Transport ainsi que des TS existent au sein de ce ministère et c’est des agents de maitrise et des agents technique qui sont nommé comme DR. Mais comme c’est une affaire de ’’reseau’’, pardon ’’compétences’’, allons seulement

      Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 09:33, par LE VERIDIQUE
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Enfin le ministre des transports se réveille avec des nominations c’est bien mais c’est pas arrivé.On crée pas une direction pour créer je vous demande a fait un tour dans les directions vous verrez que ya pas du matériel de travail pas das locaux propre c’est débrouille arrivé.Vous venez de créer deux direction régionale c’est bien mais les anciennes même ont beaucoup de problème comment les nouvelles vont fonctionner sans des moyens matériels et humains.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 10:46, par saly
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    LA JALOUSIE MALADIVE DE BEAUCOUP !On ne sait que dire du mal de ceux qui sont promus à un poste de responsabilité.Untel, il est ceci, il est cela...Et toi, tu es comment ?Intégre ? Plus travailleur ? Plus honnête ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 19:22, par conscience
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Nous interpelons le Ministre de la Jeunesse sur le cas du chargé de mission Lamouzana.
    Le defunt SG Lamouzana avait voulu muter son prédécesseur Mr Oubda en région.
    Affectez le en province où il se plaira dans son domaine de prédilection:les maquis.
    N’oubliez pas le cas du DR de la boucle du mouhoun (coureur de jupons et hautain) !

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 19:27, par Le Tche
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    Bravo Ministre de la Jeunesse. A quand le départ du chargé de mission Lamouzana ( adepte assidu des gargottes ou coule la bière castel)
    de même le DRH Sacré menteur (opportuniste et incompetent ).

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 21:48, par gesa
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du vendredi 31 mars 2017

    M, le.ministre de la.jeunesse, bon.vent et ne.lassés jamais.le ,,CM Lamouzana qui peut vous dire.les choses avec courage et intégrité, vous avez besoin.de.résultats et laisser les jaloux. car un.manguier productif à tjrs des cailloux en bas, vive. La jeunesse

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés