Plan international : 80 ans au service des enfants

LEFASO.NET | Aïssata Laure G. SIDIBE • jeudi 30 mars 2017 à 23h55min

Plan international, qui œuvre en faveur des enfants vulnérables ou en détresse, a célébré ses quatre-vingt ans d’existence ce jeudi 30 mars 2017, dans l’enceinte de ses locaux à Ouagadougou. Moment également choisi par l’organisation pour procéder au lancement du projet « Lifting up Girls » (créer un tremplin pour les filles), cela en présence du ministre en charge de la Femme, marraine de la cérémonie. Les moments forts de cette manifestation ont été la coupure du gâteau suivi du jet des ballons.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Plan international : 80 ans au service des enfants

Née de la volonté du journaliste anglais, John Langdon Davis, de sauver un orphelin de guerre en 1937, Plan international célèbre, ce jeudi 30 mars 2017, ses 80 ans d’existence dévouée à la cause des enfants. Cette manifestation festive qui a connu la présence du ministre en charge de la Femme, de la représentante du ministre en charge de l’Economie, du personnel de Plan international et des invités, se tient au moment où l’organisation opère des changements en son sein et dans sa manière de travailler. « Aujourd’hui, nous ne ne disons pas seulement que nous œuvrons pour le bien-être des enfants. Nous disons que nous travaillons à faire progresser les droits de l’enfant et l’égalité pour les filles. Nous œuvrons désormais pour les droits des enfants et surtout des filles », a affirmé la représentantes résidente de Plan international au Burkina, Dr Fatoumata Haïdara.

A en croire Dr Haïdara, le choix de mettre l’accent sur les filles n’est pas fortuit : « Ce sont elles qui souffrent plus des injustices, des maltraitances et qui voient leurs vies brisées dès leur jeune âge par les mutilations génitales, le mariage précoce, les maladies, les discriminations », a-t-elle expliqué. Face à cette situation, Plan international ambitionne de voir 100 millions de filles apprendre, diriger, décider et s’épanouir. Une ambition audacieuse, mais réalisable. Pour ce faire, des projets de bourses, de centres d’hébergement pour les adolescentes scolarisées, ainsi qu’une campagne intitulée « parce que je suis une fille », sont mis en œuvre. En effet, sur le dernier point, la représentante résidente de l’organisation a fait savoir qu’ils ont besoin de partenariats forts pour des avancées véritables en matière de droits des filles.

Lifting Up girls, le dernier projet en date de Plan international

Elle a, par ailleurs annoncé l’adoption d’un projet intitule « Lifting Up girls », ce qui signifie créer un tremplin pour les filles. Il consiste à ouvrir les portes des bureaux de Plan international/Burkina Faso a des stagiaires filles, et cela pendant les trois prochaines années. L’objectif poursuivi est de faciliter leur accès à l’emploi. « Nous avons en ce mois de mars, accueilli 18 filles dans nos départements divers pour 6 mois », confie Dr Haïdara. Dans l’optique de pouvoir réaliser cela avec d’autres partenaires à l’échelle nationale, elle a sollicité le concours de la marraine. Puis de préciser : « Cette action en faveur des filles ne signifie pas qu’on oublie les garçons et les jeunes hommes. Nos programmes continuent pour tous, mais avec des éléments spécifiques pour les filles. C’est pour cela que nous couplons la célébration des 80 ans de Plan international avec le lancement du projet Lifting up girls pour marquer également le top départ de la quête de l’égalité pour les filles ».

« 80 années dans la vie d’un homme, c’est beaucoup n’en parlons pas d’une institution. Et si aujourd’hui Plan international/Burkina est reconnue comme la première ONG qui mène des activités de développement, de coopération international au Burkina Faso, je crois que c’est la maturité et la qualité du travail qui a confirmé cet état de fait », estime la marraine, Laure Zongo/Hien. Par ailleurs, elle s’est réjouie de la nouvelle stratégie adoptée par Plan international. Celle de mettre un accent particulier sur les droits de la jeune fille. « Avec cette vision, les enfants verront leur droit encore promu et protégé. Je crois que nous pouvons tous nous dire que les enfants au Burkina Faso ont un bel avenir devant eux (…) », a-t-elle assuré.

Ainsi, le ministre Zongo a félicité la représentante résidente et son équipe pour le travail abattu au quotidien pour maintenir les acquis de Plan International et donner de nouvelles perspectives pour les enfants. Elle a, également réitéré sa disponibilité et celle de son département à les accompagner pour le bien-être des filles, « futures femmes merveilleuses de demain qui bâtiront une société future meilleure ». Elle a conclu en annonçant qu’une stratégie nationale pour la promotion et la protection des jeunes filles sera soumis en Conseil des ministres dans les semaines à venir.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés