The hunger project Burkina : Le 20e anniversaire célébré dans l’épicentre de Boulkon

LEFASO.NET | Marcus KOUAMAN • mercredi 29 mars 2017 à 23h36min

1997-2017, déjà vingt ans que l’ONG The hunger project (THP) œuvre dans la lutte contre la faim et l’éradication de la pauvreté au pays des Hommes intègres. Pour marquer ces deux décennies d’existence, quoi de plus normale qu’une visite de terrain. Et c’est l’épicentre de Boulkon dans la commune de Arbollé (province du Passoré) qui a accueilli les responsables de THP venu de Ouagadougou ce mardi 28 mars 2017.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
The hunger project Burkina : Le 20e anniversaire célébré dans l’épicentre de Boulkon

Depuis 1997, The hunger project est installé au Burkina et s’investi dans l’éradication permanente de la faim, donc de la pauvreté. Pour marquer la célébration de ce 20e anniversaire, l’organisation internationale a jugé nécessaire de communier avec les populations bénéficiaires, d’où cette visite dans l’épicentre de Boulkon, village dans la commune de Arbollé. Ravi d’abriter cette célébration, les hommes et femmes de la localité, des villages environnants, ne se sont pas fait prier pour se mobiliser.

Sur un total de quinze épicentres au Burkina, celui de Boulkon est un modèle et reflète l’excellence à tout point de vue. En effet, celui-ci est devenu autonome après sept ans de fonctionnement à ce jour grâce à la bonne organisation des bénéficiaires en association et à la bonne gestion des biens. L’épicentre, rassurez-vous, n’est pas à confondre avec celui de la géophysique en lien avec les tremblements de terre, mais plutôt un cadre doté d’une série d’infrastructures pour répondre aux objectifs poursuivis par l’organisation. A l’image des quatorze autres épicentres sur au moins neuf régions sur les treize, celui de Boulkon, est doté d’un centre d’éveil, d’une banque de céréales, d’un micro-crédit, d’une salle d’alphabétisation, d’une salle de lecture, d’une salle d’éducation nutritionnelle, de dortoirs.

Ce « séisme d’une magnitude de sept ans » a servi de facteur d’intégration des villages des communes de Arbollé et Kirsi. Désormais vendeuse d’igname, Zénabou Dianda, n’est pas nostalgique de cette période où l’épicentre n’était pas à Boulkon. Elle et ses sœurs rasaient les murs dans leur village à cause de la pauvreté. « The hunger project Burkina nous a aidés avec beaucoup d’infrastructures et de fonds pour mener des activités génératrices de revenu », a-t-elle indiqué.
Au départ s’en souvient-elle, l’aide était de 25 000 FCFA, mais présentement cela atteint 100.000 FCFA. C’est donc avec les bénéfices que Zénabou Dianda, qui fait la navette entre son village et la capitale Ouagadougou arrive à scolariser ses enfants et économiser. Donc, la vie s’est améliorée. Son souhait est que THP continue à les aider afin que tout se passe bien. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés