Assurance Violences politiques : Le nouveau produit de SUNU Assurances-Burkina

LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • lundi 27 mars 2017 à 10h10min

C’est un produit innovant sur le marché des assurances au Burkina Faso que SUNU Assurance Burkina Faso vient d’apporter. Dans la soirée du 24 mars 2017, à Ouagadougou les responsables du groupe au Burkina ont officiellement lancé ‘’l’Assurance violences politiques et perte d’exploitation ». Des entreprises se sont écroulées ou peinent à se relever, suite aux violentes manifestations ces dernières années au Burkina Faso. Des événements que les responsables de SUNU assurance ne souhaitent plus. Mais mieux vaut prévenir au cas où.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Assurance Violences politiques : Le nouveau produit de SUNU Assurances-Burkina

« Suite aux mutineries de 2011 et à l’insurrection populaire de 2014, des clients ont regretté que des assureurs aient rejeté leur réclamation au motif que ces évènements étaient exclus des polices d’assurance multi risques. Ils avaient raison, et les assureurs aussi avaient raison parce que ces événements sont effectivement exclus des assurances classiques de multi risques » a expliqué d’entrée de jeu Osée Gaétan Quenum, Directeur général de SUNU Assurances IARD Burkina Faso.

Alors pour répondre aux besoins de sa clientèle et du marché, un comité stratégique a été mis en place en vue de proposer une solution. De son laboratoire, le comité a sorti ‘’L’assurance violences politiques et perte d’exploitation ».
La garantie violences politiques couvre les dommages causés aux biens (bâtiments et contenu) garantis et résultant :

-  d’actes de sabotage et terrorisme
-  de Vandalismes
-  de grèves, émeutes et mouvements populaires
-  d’actes de malveillance,
-  d’insurrections, révolutions, ou rebellions,
-  de mutinerie et/ou coups d’Etat,
-  de guerres étrangères et guerre civiles
Il y a également la possibilité d’étendre la couverture à la garantie « Perte d’exploitation « qui permet de garantir toute perte réelle résultant de l’interruption ou de l’interférence des opérations, résultant directement d’un dommage physique couvert par la garantie « Violences politiques ».

Prévenir, toujours

« Bien sûr que nous ne souhaitons pas à notre pays des difficultés de ce genre. Néanmoins nous mettons à la disposition de notre clientèle ou toute autre personne non assurée chez nous, ce produit qui permet de couvrir les dommages à la fois des biens immobiliers et mobiliers afin que l’entreprise ne soit pas ruinée par des situations compromettantes » , a expliqué le directeur général.

D’ailleurs, a-t-il ajouté, le produit a déjà montré son utilité ailleurs. La première filiale du groupe SUNU qui a commercialisé le produit, est SUNU Assurance IARD- Gabon. A l’issue de l’élection présidentielle qui a occasionné de violentes manifestations, des dommages ont été causés du fait de violentes manifestations. Seuls les clients qui avaient souscrit à l’assurance violences politiques ont été dédommagés.
Au Burkina Faso, seul SUNU Assurance commercialise l’assurance violences politiques et perte d’exploitation. Un produit conçu dans le cadre du partenariat que le groupe SUNU développe avec ses principaux réassureurs, notamment ceux du marché de Londres.

« Nous sommes prêts à accompagner le PNDES (Ndlr. Plan national de développement économique et social) pour qu’un investisseur n’ait pas peur d’investir au Burkina. Il n’y a pas de risque, c’est la même assurance qui est commercialisée en France, à Londres, en Allemagne, aux USA, en Australie », explique et rassure, le Directeur général de SUNU Assurances IARD Burkina Faso.

Alors, les entreprises, sociétés d’Etat, industries, restaurants, hôtels, salles de spectacle gagneraient à être assurés. « Nous prenons en charge la réparation ou le remplacement des biens endommagés » explique le premier responsable de SUNU Assurance IARD Burkina Faso qui précise par ailleurs que la prime minimale est de 1 000 000 de F CFA.

Un questionnaire doit juste être rempli en vue d’avoir le minimum d’informations nécessaires pour apprécier le risque tant sur la sécurité que sur l’environnement.

Etant une couverture, par nature volatile (le niveau des primes évolue au regard des événements), il est fortement conseillé que cette couverture soit souscrite en amont et non pas quand les violences politiques ont déjà commencé.

En rappel, le groupe SUNU Assurance est présent dans 15 pays en Afrique, avec 22 filiales.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 27 mars à 08:50, par omar
    En réponse à : Assurance Violences politiques : Le nouveau produit de SUNU Assurances-Burkina

    Bonne initiative pour permettre aux entreprises de se relever des pillages et/ou incendies lors des troubles sociaux-politiques. Mais attention à certains operateurs economiques vereux qui vont profiter des troubles pour organiser le pillage de leur propre entreprise pour toucher la prime.

    Exemple : Lors de la mutinerie des militaires et policiers en 2011, je connais des commercants qui ont vider leur propre boutique pour deposer les biens à la maison pour ne pas se faire piller. Apres la mutinerie quand la gendarmerie a commencé à recenser les victimes des pillages, ils ont juré que leurs boutiques ont été pillées. Ils ont été dédomagés par l’état et certains ont acheté des motos a cout de millions et marié une 2eme femme.

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars à 08:54, par bark biiga
    En réponse à : Assurance Violences politiques : Le nouveau produit de SUNU Assurances-Burkina

    Je salue l’innovation qui est à mon sens bien à propos. Sunu a su transformer ce problème en véritable opportunité d’affaires. Chapeau

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars à 09:20, par Jonassan
    En réponse à : Assurance Violences politiques : Le nouveau produit de SUNU Assurances-Burkina

    Ah, bon ? Et qui doit prendre cette assurance ? Les justice burkinabé n’en est plus une garantie ? Vous étiez où quand on vous faisait et y’avait rien. Attention, cherchez votre gombo et ne traficotez point les acquis de l’insurrection. Le peuple seul est la garantie contre la violence politique au profit de tous les burkinabé né égaux devant la politique.

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars à 10:42, par Assurance
    En réponse à : Assurance Violences politiques : Le nouveau produit de SUNU Assurances-Burkina

    Très bonne initiavive, mais je suis dubitatif quant au nom du produit "L’assurance violences politiques et perte d’exploitation". les termes "violences" et "perte" dans le nom ne sont pas joyeux et encore moins commercial à mon sens. Le produit est sans doute bien bati coté technique mais le côté commercial ...
    Il y a quelque temps un autre assureur si ce n’est le même nous proposait une assurance obsèques ou funérailles...
    Bon courage à tous !

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars à 11:50, par Trad
    En réponse à : Assurance Violences politiques : Le nouveau produit de SUNU Assurances-Burkina

    Assurance Violences politique ? pfff...peut etre que l’assureur ne veut plus de cette situation parce qu’il perdrait, mais en meme il fait croire aux assures et autres populations qu’il y a risque de violence politique dans notre pays. Sinon comment convaincre quelqu’un de venir souscrir si le risque est zero ? je pense que le libelle de cette asurance est une insulte a tout le peuple burkinabe en commencant par les politiciens eux meme. certes il y a eu des violences de ce genre mais en sommes nous fiers ? a tel point que certaines personnes veulent en tirer profit clairement et legalement ? ne va t on pas vers une legalisation des violences politiques ? en allant tres loin et au risque d’insulter malgre moi, je conseillerai aux gens de sunu assurance d’aller en inde pour faire assurance viol. la bas les femmes sont violees et battues a longueur de journee vous aurez bien du travail et refaire la dignite de celles-ci avec votre argent.

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars à 16:25, par Ana
    En réponse à : Assurance Violences politiques : Le nouveau produit de SUNU Assurances-Burkina

    Bonjour DG et à vous tous !
    DG, bon courage et belle initiative. Ce que je remarque, est qu’une culture d’assurance manque à la population quand je lis les commentaires. Je vous suggère de travailler au sein de votre profession à asseoir cette culture dans notre pays. Consacrer un fonds, s’il n’en n’existe pas pour cela et vous ferez développer le secteur de l’assurance au Burkina.
    Sinon la mort , ce n’est pas ce l’on souhaite et d’ailleurs le sinistre en général, mais c’est quand cela va arriver, donc l’aléa, que l’on n’ignore.
    Il faut voir avec votre Ministère de tutelle, à travers la Direction générale des Assurances pour la promotion et une culture encrée de l’assurance. Il faut que la politique fasse vivre cette Direction générale car les investissements dont on parle ne peuvent se faire sans l’accompagnement des assurances.
    Il faut également rassurer la confiance des assurés en étant professionnel, je veux dire en indemnisant correctement et à temps.

    Répondre à ce message

  • Le 28 mars à 08:19, par Dave
    En réponse à : Assurance Violences politiques : Le nouveau produit de SUNU Assurances-Burkina

    Cette offre d’assurance est du point de vue de la loi illégale. le code CIMA ( conférence interafricaine des marchés d’assurance) prévoit des exclusions. il y a des exclusions légales qui sont celles par lesquelles les parties ne peuvent convenir d’une couverture assurance en cas de réalisation de certains risques. sont entre autres exclus de plein droit les dommages découlant d’émeutes, de guerres, de troubles liés aux violences politiques etc...
    ces exclusion de plein droit impérativement consacrées par la loi en cette matière n’est susceptible d’aucune dérogation sauf à procéder préalablement à la lecture de la loi.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés