« Voix pour le changement » : Un nouveau programme multisectoriel lancé à Ouagadougou

lundi 20 mars 2017 à 13h30min

Le représentant du ministre des ressources animales et halieutiques, Alexandre Sawadogo a officiellement lancé les activités du programme « Voix pour le changement », le 16 mars 2017, à Ouagadougou. Financé par le ministère néerlandais des affaires étrangères, il est mis en œuvre par l’organisation néerlandaise pour le développement conjointement avec l’institut de recherche pour l’alimentation et la nutrition, et neuf organisations de la société civile.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
 « Voix pour le changement » : Un nouveau programme multisectoriel lancé à Ouagadougou

L’Organisation Néerlandaise de Développement (SNV) est présente au Burkina Faso depuis 47 ans. « Aujourd’hui nous vous présentons le programme Voix pour le Changement. Ce projet, financé par les Pays Bas, est mis en œuvre dans 6 pays à travers le monde dont le Burkina Faso », a signifié le représentant de la directrice pays de l’organisation néerlandaise pour le développement, Martin Vandam. Il vise à accompagner des Organisations de la Société Civile (OSC) pour bâtir un environnement plus favorable, dans 3 thématiques que sont : la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la résilience pastorale et énergies renouvelables. Et ceci dans une approche collaborative avec les parties prenantes.

Neuf OSC, bien enracinées sur le terrain sont directement impliquées dans ce projet. Il s’agit de la coopérative de prestation de services agricoles, la fédération nationale des groupements Naam, la fédération des professionnels agricoles du Burkina, l’association pour la promotion de l’élevage au Sahel et en savane, entre autres.

La cérémonie de ce jour, jeudi 16 mars 2017, marque le démarrage des activités. Une occasion pour M. Vandam de solliciter l’accompagnement et l’engagement des autorités pour la réussite de ce vaste programme de plaidoyer. Son cri de cœur n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Le vice-président de l’Assemblée nationale, Me Béléwendé Stanislas Sankara a, pour ce faire, réitéré l’engagement du gouvernement à accompagner cette initiative. « L’accompagnement va d’abord consister dans le cadre bilatéral à ce que notre gouvernement puisse offrir un cadre institutionnel, légal et toute la bonne volonté pour que ce programme puisse s’exécuter parce qu’il est venu au profit notamment de la société civile, qui se bat pour la résilience et pour le bien-être de nos populations », a-t-il dévoilé.

L’assemblée nationale ne compte pas rester en marge. « En tant qu’institution qui légifère, notre rôle c’est de pouvoir accompagner les populations dans les actions terrain mais aussi amener les populations à internaliser tous les efforts qui seront faits dans le cadre du programme », a-t-il ajouté. En Clair, il s’agira de conjuguer les efforts au plan institutionnel, et au plan des OSC et bien sûr avec l’appui du programme pour lutter contre l’extrême pauvreté au Burkina Faso.

La représentante des organisations de la société civile, Kambou Félicité, n’en dira pas moins. « Les 9 OSC vont jouer le rôle de plaidoyer, lobbying dans la mise en oeuvre du programme parce que nous avons constaté qu’il faut un changement au niveau des politiques, ainsi que sur les trois thèmes du plaidoyer », a-t-elle expliqué. Le représentant du ministre des ressources animales et halieutiques, Alexandre Sawadogo, pour sa part, a traduit ses remerciements au ministère néerlandais des affaires étrangères qui a accepté de financer ce programme. Il touche trois départements ministériels que sont les ressources animales et halieutiques, l’énergie et l’agriculture.

Etablie au Burkina Faso depuis 1970, la SNV mène des activités à travers tout le pays avec des bureaux à Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Fada N’Gourma et Dori. Elle appuie les organisations locales en leur donnant les outils, connaissances et les relations nécessaires pour prendre des décisions et les mettre en œuvre afin de devenir pleinement acteurs de leur destin etc.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 21 mars à 06:21, par BOIN-ZEM OUINDE OUEDRAGO
    En réponse à : « Voix pour le changement » : Un nouveau programme multisectoriel lancé à Ouagadougou

    Que daintre, que vient chercher le Vice President de l’AN dans ce programme. Ce n est pas parce que le Ministre des Ressources animales provient de l’UNIRPS que ce dernier a le droiut de parler au nom du gouvernement. Vraiement je suis un militant de la majorite au pouvoir mais je recuse ces pratiques d’un autre temps. Il faut en finir avec cette facon de faire. Notre chere ami kOUTOU doit revoir sa copie. je ne suis pas d’accord avec ces ingerences d’un autre temps

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés