Lutte contre le terrorisme : 50 commandos Burkinabè « rodés » par Alpha Team 3116

LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • vendredi 17 mars 2017 à 00h30min

C’est fini pour l’exercice multinational FLINTLOCK 2017. Pendant trois semaines, 50 commandos issus de la première région militaire ont été oints dans le moule des forces spéciales américaines pour lutter contre le terrorisme. De la théorie à la pratique, le détachement opérationnel Alpha Team 3116 constitué d’instructeurs américains, a partagé son savoir-faire. La fin de la formation est intervenue ce 16 mars 2017 au Camp général Bila Zagré de Kamboinsin, à Ouagadougou.

Lutte contre le terrorisme : 50 commandos Burkinabè « rodés » par  Alpha Team 3116

Du 27 février jusqu’à ce jour 16 mars 2017, 50 stagiaires du Régiment d’infanterie commando de la première région militaire étaient dans les mains des instructeurs américains. Initié par les Etats Unis d’Amérique dans plusieurs pays, cet exercice multinational a pour objectif de renforcer les capacités opérationnelles des Forces armées, ce dans un contexte sous régional marqué par le terrorisme et des trafics illicites de tout genre. Cette année, c’est le détachement opérationnel Alpha Team 3116 qui a partagé son savoir avec les soldats burkinabè.

Des cours théoriques comme le droit en période de conflits armés, et bien d’autres, les stagiaires sont passés à la pratique. Des exercices tactiques de petites unités, des parcours de tirs en direct, des mouvements motorisés ou à pieds, des exercices de combats rapprochés ont été enseignés aux apprenants.

« J’ai hâte d’être témoin de ce que ce groupe de soldats est en mesure d’accomplir dans l’exécution de sa mission après cette formation », a confié l’ambassadeur des Etats Unis au Burkina Faso. Pour Andrew Young, la discipline, la coordination dans la planification et l’exécution des opérations militaires ont accru la capacité des commandos de la 1ère région militaire à engager le combat contre l’ennemi.
« Wakat taamê »(Il est temps, en langue mooré), lancera le diplomate américain pour dire qu’il faut enfin agir contre les terroristes.

Pour le Chef d’Etat-major général des armées, le Général Oumarou Sadou, cette formation qui est une continuité, est également une des réponses au terrorisme. « C’est un début de solutions », a-t-il indiqué poursuivant que « ce n’est pas en deux, trois semaines qu’on forme une force spéciale anti-terroriste ».

La cérémonie a permis d’apercevoir un bout de ce que les stagiaires ont appris durant la formation. Dans un exercice terrain, ils ont simulé l’arrestation d’un véhicule jugé suspect. « On a vu une démonstration qui répond à une mode d’action possible. Je ne veux pas anticiper, mais je souhaite que tout ce que vous avez vu, qu’on puisse le traduire véritablement dans les zones où on en vraiment besoin », a précisé le Gal.
« En tout cas, la formation rassure, convainc le soldat, le fait sortir de sa peur et lui donne la volonté », a dit le CEMGA pour qui cette manœuvre multinationale qui est à saluer, tend à concrétiser les missions que les forces armées dans le contexte actuel.

Le ministre de la Défense nationale et des anciens combattants a salué cette initiative des Etats-Unis, qui selon lui, permet d’accroitre les capacités opérationnelles des Forces armées nationales, dans un contexte particulier. « Ce genre de formation, a poursuivi Jean-Claude Bouda, apporte des réponses efficaces et efficientes dans la lutte contre le terrorisme. » Et les 50 commandos formés seront déployés dans les zones où leur présence est nécessaire, pour renforcer le dispositif déjà existant, foi du ministre.

Les stagiaires ont reçu des attestations marquant la fin de la formation.
Pendant que la première région militaire était entrainée par les Américains, le 25e Régiment parachutiste commando était dans les mains des forces spéciales des Pays-Bas, pour le même exercice à Bobo Dioulasso.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Portfolio

Messages

  • Le problème est que tout le tapage médiatique autour des " renforcement de capacité, forces spéciales etc" n’interesse pas du tout la population, du moment où les resultats tardent à se faire voir sur le terrain. Ce genre de formation a toujours été fait mais que voyons nous une fois que la menace devient réalité ? Des positions militaires attaquées avec des dizaines tués, des enseignants assassinés, des populations civiles terrorisées...C’est vrai que notre renseignement et l’armée de manière générale , ont été quelque part ébranlés par le démantelement du RSP, mais il faut admettre que la défense nationale traine vraiment trop et tarde à se relever. Mais bon, on vous croit toujours et on vous suit.

  • Direction SOUM pour voir ce que ces militaires qu’on vient de former sont capables de faire contre Malam et sa racaille d’islamistes.

  • Merci aux USA et aux Pays Bas pour leur appui aux FAN du Burkina Faso.
    Je souhaite qu’une période nettement plus longue soit accordée à nos militaires pour de telles formations et que le nombre de bénéficiaires soit 4 à 6 fois plus élevé.
    Mais comme dit un adage "un cadeau n’est jamais petit".
    Une fois de plus j’exprime ma gratitude aux deux pays ci-dessus cités.

  • Comment des soldats de salles de sports vont venir entrainer ceux là qui sont de terrain ?
    Finissons en avec les Blabla.
    Ce sont les mêmes occidentaux qui renseignent les djihadistes wouai.
    Ces marines là, on les a vu pendant la révolution le jour du cross destination zoulou.
    Hey Rock, sort le matos pour nos enfants et donne leur carte blanche.

  • Merci a nos autorites politiques et militaires . merci aux amis et partenaires Americans et occidentaux.
    vous avez fait exactement ce que vous êtes en devoir de faire pour proteger le peuple Burkinabe.vous avez pris les initiatives appropriées .Dieu fera le reste.

  • Même si c’est pour encourager le peuple, je pense que la sagesse et la stratégie militaire voudraient que de telle formations et informations restent top secret. Il ne convient pas de d’informer l’adversaire sur ses capacités. Est-ce que vous vous savez quand eux ils se forment ?

  • ALLEZ-Y SEULEMENT AU NORD ET AU SAHEL ET PARTOUT OÙ NOTRE CHER PAYS SOUFFRE DES ATTAQUES DES BANDITS. TOUT LE RESTE N’EST QUE AGITATIONS ET FAUX SEMBLANTS.

  • c’est au pied du mur que l’on voit le vrai maçon.allez y mettre sa en application.

  • A vrai dire, nous on préfère maintenant que les Tiga Cheick-là nous commentent autre chose, que de se braquer séquentiellement, sur les stratégies mises en oeuvre pas à pas par nos FDS, pour défendre le pays. A ce rythme-là, on se demande vraiment si nous vivons tous dans le même Burkina la peur au ventre. Que faut-il qu’on vous dise d’autre, pour vous pousser à arrêter enfin de nous sacrifier chaque jour à des ennemis invisibles ? Même si c’est pour faire de la publicité tapageuse votre arme de combat, comprenez quand-même qu’elle a montré ses limites, et ne fait au contraire que se retourner contre nous-mêmes.

  • Je suis trop d’accord avec l’internaute n°6 "Mamissi".
    J’ajouterais qu’il aurait été plus pratique de faire cet entrainement dans le désert du nord Burkina. Cela aurait permis aux boys de s’accommoder des réalités du terrain du nord Burkina et d’adapter ce qu’ils ont appris. Sinon ce ne serait que du sport de salon que les américains leur aurait appris et ces 50 pauvres types dits entraînés seront tout simplement du pain béni pour ces imbéciles de terroristes et de Malam DitCON, pardon DICKO.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés