Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • jeudi 16 mars 2017 à 01h00min

Présidé par le président du Faso, le traditionnel conseil des ministres s’est tenu ce mercredi 15 mars 2017. L’assemblée générale du cadre de concertation tripartite sur les produits de grande consommation, l’incendie de l’école de Baraboulé, le projet de loi portant création de l’ordre national des conseillers fiscaux sont entre autres, les questions qui ont été abordées au cours de cette rencontre hebdomadaire.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

De l’Assemblée générale extraordinaire du cadre de concertation tripartite entre le gouvernement, les acteurs économiques et la société civile sur les produits de première nécessité, il est à noter que si l’on parle d’ une augmentation des prix des produits sur le marché, les différents acteurs se sont rendus compte que les prétendues augmentations ne relevaient pas des importateurs .

A ce sujet, le ministre de la communication, Rémis Fulgance Dandjinou a confié que des mesures très énergiques seront prises par le gouvernement afin que les distributeurs et les détaillants puissent respecter ces différents prix. « Il y a un statu quo en ce qui concerne la majorité des prix (..), les prix n’ont pas bougé, certains mêmes ont été revus à la baisse » a-t-il souligné, avant d’informer qu’une baisse du prix du ciment est annoncée par les producteurs. « Les détails seront donnés par une série de communications que le ministère en charge de la question va mettre en œuvre » a-t-il indiqué.

A la question portant sur le prix du pain, le porte –parole du gouvernement soutient : « Pour le pain, nous avons gardé le même prix ». Mais, dit –il, « il est important que nous puissions regarder sur le moyen et le long termes, comment ces prix doivent évoluer, notamment en raison des charges salariales de plus en plus importantes sur les populations ». Pour cela, un cadre de concertation sera mis en place pour réfléchir sur la question.

L’incendie de l’école de Baraboulé

Dans la nuit du mardi 14 mars, aux environs de 20 heures, l’école primaire publique sous paillotes de Baraboulé, dans le sahel, a connu un incendie. « Le ministre de l’administration territoriale a été formel, les enquêtes sont en cours pour déterminer véritablement l’origine de l’incendie » a laissé entendre le ministre de la communication. Quant au prétendu enlèvement, Rémis Fulgance Dandjinou martèle : « jusqu’à l’heure où nous avons quitté le conseil, rien, personne n’est venu signaler qui que ce soit, qui a été enlevé ».

Le présent conseil des ministres a servi de cadre au ministre de la communication pour interpeller les médias. Pour lui, il serait important que les organes de presse prennent le soin de confronter leurs sources dans les règles de l’art, avant de transmettre l’information. S’il s’agit d’informer les populations dit –il, il ne faut pas créer de la psychose. A cet effet, il est à noter que le premier ministre a instruit les ministères de l’administration territoriale et celui de la défense, pour qu’il y ait une communication plus réactive.

Et si des organes de presse ont annoncé une évacuation de Djibril Bassolé vers l’étranger pour des soins, le ministre de la communication est revenu sur la question de la séparation de la justice et de l’exécutif. « Il faut que nous soyons très clairs la-dessus (...) le gouvernement ne fait aucune immixtion à ce sujet, cela ne répond pas du gouvernement » a-t-il dit. S’agissant de la visite de la délégation gouvernementale auprès du malade, le porte -parole du gouvernement répond : « Etant donné l’importance que cela prenait (...) le ministre de la santé nous a dit en conseil, il y a le secret sur le dossier médical et nous ne savons pas plus que ça » a-t-il signifié. Puis de poursuivre que : « Mais ils ont dit qu’ils ont vu quelqu’un qui ne paraissait pas si souffrant que ça ». Quant à l’évacuation, la question incombe à la justice.

Des dossiers examinés également au cours du conseil des ministres, l’on retiendra au titre du ministère des finances, l’adoption d’un projet de loi portant création de l’ordre national des conseillers fiscaux et règlementant la profession de conseiller fiscal au Burkina. Selon le ministre de la communication, ce projet est nécessaire parce qu’il faut un cadre juridique pour une activité qui a de plus en plus d’importance au niveau des différentes fonctions financières et économiques de notre pays.

Au département de l’urbanisme et de l’habitat, le conseil a adopté les résultats de l’appel d’offres ouvert à l’international pour la construction de 11 immeubles R+ 3 et de 765 logements à Bassinko et au niveau du projet Zaka. Les travaux devraient commencer dès le début du mois d’avril et l’attributaire est un groupe indien, selon les cahiers de charge.

Concernant le ministère de la justice, il a été adopté le plan d’action pour la mise en œuvre du pacte national de renouveau de la justice signé en 2015. Ce pacte traite d’un certain nombre de points, notamment de la difficulté d’accès à la justice, des questions de corruption et d’impunité. D’une durée de 5 ans, ce plan qui a été adopté en application de l’article 114 du pacte permettra à la justice d’être plus opérationnelle.

Quant au ministère des mines et des carrières, le conseil a examiné les recommandations du rapport de la commission d’enquête parlementaire sur la gestion des titres miniers et sur la responsabilité sociale des entreprises au Burkina.

A ce niveau, il faut noter qu’il y a 11 recommandations qui sont adressées directement au ministère des mines et des carrières et 36 qui sont transversales. Le conseil a donc décidé de mettre sur place un comité technique qui va faire le point des différentes revendications et un comité interministériel qui sera présidé par le premier ministre. Suite à ces travaux, le point sera fait à l’Assemblée nationale de la mise en œuvre des différentes recommandations.

Nicole Ouedraogo
Lefaso .net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 16 mars à 07:40, par slt
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    croyez le ou non l’attaque de l’école n’était en rien l’oeuvre de djihadiste. Ceux hommes ont tjr eu pour objectif de faire le maximum de victimes lors de leurs attaques et brûler une école dans la nuit sera tjr égal à 0 victime sauf si ya 1 gardien. Ce sont des gens mal intentionnés déterminés a cultiver la peur au sein de la population qui ont fait cet acte abominable et peut être même à des fins politiques. gardons l’œil ouvert.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 07:59, par Diébê
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    "Il y a un statu quo en ce qui concerne la majorité des prix (..), les prix n’ont pas bougé, certains mêmes ont été revus à la baisse » a-t-il souligné, avant d’informer qu’une baisse du prix du ciment est annoncée par les producteurs. « Les détails seront donnés par une série de communications que le ministère en charge de la question va mettre en œuvre » a-t-il indiqué."
    J’espère que c’est vraiment Mr remis que je voyais sur la RTB débattre fort fort !!!!
    Oui il a raison, le mouvement tais toi en marche au pays des hommes....

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 08:07, par Rango
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    Bonjour mais Mr le ministre quel prix n’a pas changer ? Le pain est passé à combien ? Le lait ? A moins que c’est mes parents là qui veulent nous assassiner.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 08:44, par Le Paysan
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    Depuis le 1er mars nous payons le pain à 150F au lieu de 130Fcomme avant. Il n’y a toujours d’augmentation ? M. Le ministre, même les micro risquent de ne pas vous comprendre. Quand vous étiez à la télé vous disiez la réalité des faits mais maintenant...

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 09:19, par §§§§§§§§§
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    « Mais ils ont dit qu’ils ont vu quelqu’un qui ne paraissait pas si souffrant que ça » Humm ! Pathétique. Vous voulez qu’il soit agonisant avant de réaliser que son état est sérieux ! Comment à vue d’oeil peut-on jauger la souffrance de quelqu’un. Combien de fois des gens se sont déplacés eux-mêmes pour aller en consultation et on leur a révélé leur état critique. Arrêtez donc ces genres de détails sur la santé des gens.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 09:39, par fraternel
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    je suis à BOBO-Dioulasso et je m’étonne que l’on dise que les prix n’ont pas bougés.le pot de yaourt Koubri qui est vendu à 700 à ouaga est vendu ici à 850F et celui vendu à 850 à ouaga est vendu ici à 1200F. c’est de l’arnaque et je ne comprends pas que’un gouvernement de gauche laisse faire ceci.verifier. le sac de riz que mon agent payait à 15000f est vendu sur le marché à19000 f.pardon ,que fait le contrçole de prix ?

    Répondre à ce message

    • Le 16 mars à 11:48, par Paligba
      En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

      Je ne comprend pas pourquoi on doit fixer les prix ou les contrôler. Ca veut dire que je cultive mon benga et l’Etat fixe le prix du Kg de benga ? Ou alors j’élève mon coq et c’est a l’Etat de dire combien doit couter un coq au marche de Kombissiri ? Et quand je vais en pharmacie pour payer des produits le contrôle ne s’effectue pas a ce niveau. De même avec le produit de la vente de mon benga ou de mes coqs je ne peut plus inscrire mon enfant a l’école car les prix ne font que s’augmenter.
      Non, je suis malade ?
      Le prix est déterminé par le marché, pas par un gouvernement. Quand les prix flamment, on travaille plus pour augmenter son revenu ou alors on réduit la consommation.
      Si je ne trouve aucun acheteur de benga au marché je suis obligé de baisser le prix pour vendre puisque j’ai moi aussi des besoins a satisfaire.
      C’est ca la règle

      Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 09:51, par BF plus
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    " le premier ministre a instruit les ministères de l’administration territoriale et celui de la défense, pour qu’il y ait une communication plus réactive."
    Si cette communication ne peut pas être proactive qu’elle soit simplement active. Si non "plus réactive" là, c’est pas la meilleure option nous semble t-il. Etes-vous des réactionnaires ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 09:52, par kwiliga
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    Et à l’ordre du jour, toujours rien sur la sécurité ! Ben non, c’est pas urgent !
    Le pays va bien, pas de problème, c’est comme le prix du pain qui n’a pas augmenté, seuls les mauvais esprits partisans et déstabilisateurs cherchent à voir le mal partout.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 09:52, par Tapsoba R(de H)
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    « Le présent conseil des ministres a servi de cadre au ministre de la communication pour interpeller les médias. Pour lui, il serait important que les organes de presse prennent le soin de confronter leurs sources dans les règles de l’art, avant de transmettre l’information. »
    Cette observation doit en premier lieu être adressée à Omega,toujours prompt à publier des scoops qui se révèlent très souvent faux.Tenez vous bien que pas plus tard que le 13 mars dernier,il y eut une attaque djihadistes contre des militaires dans un marché hebdomadaire à Fafa dans le cercle de D´ Asango région de Gao ayant couté la vie à 3 militaires maliens,un info que j avais lu quelques heures plus tôt sur un site malien maliweb.Mais que ne fut notre surprise de voir Oméga twitter :« Urgent #Burkina Attaque à Fafa près du Niger Bilan : 2 Militaires et 2 Civils tués, en plus 2 Véhicules pick Up emportés avec des armes. ».Un tweet auquel j ai immédiatement répondu en lui demandant de le rectifier car en mentionnant #Burkina,ça sème la confusion.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 09:58, par BF plus
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    " Les prix des produits n’ont pas bougé’’ ? Si les prix n’ont pas bougé pourquoi le ministère du commerce était en concertation avec les opérateurs et entrepreneurs sur la structure des prix des produits de premières nécessités ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 11:02, par AB
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    vous avez raison, il faut aller faire le marché pour comprendre.je suis très surprise de vous entendre dire cela, au lieu d agir assaillez vous et dire que le prix des produits n ont pas bougé.c est ainsi qu’il gérer un pays ? vouloir fuir la réalité ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 11:39, par IK
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    Ah bon ! Monsieur le ministre de la communication, les prix n’ont pas augmenté ? Je pense que vous ne vivez pas au Burkina Faso ou que vous êtes de mauvaise foi. Tout à augmenté ici au Faso.

    Pour ce qui est de la question sécuritaire au Burkina Faso, je pense que y a une sorte de négligence de la part du gouvernement. Soyez des hommes de terrain ! Il ne suffit plus de parler pour convaincre la population. Il faut du concret.
    Il faut de la franchise, de la détermination, de la volonté, il faut aimer son pays, son peuple. Sans quoi, tout est voué à l’échec.

    Le peuple burkinabé souffre.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 15:05, par Nabiiga
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    Monsieur Paligba, vous pensez être un économiste mais en réalité vous ne l’êtes pas. Tes propos concernent les pays développés...Tous ces pays ont d’abord opté pour le protectionnisme avant de libéraliser leur marché. Laissez l’État faire son travail. C’est vous autres qui entrainez l’inflation et la surenchère au Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 15:42, par Anta
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    Madame Dandjinou fait son marché où ? Il faut nous montrer l’endroit on va aller. C’est en lilliputie où dans le jardin d’Eden ? Sinon depuis Nabiigyaré jusqu’à Paglayiri en passant par le marché de Dassasgo et 10 yaaré, tout a augmenté. Le ministre va faire et nos maris vont nous frapper parce qu’on exige que le "nassongo" soit revu à la hausse depuis maintenant plus de deux mois !

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 15:54, par TANGA
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    Je ne savais pas que notre ministre était un étranger ne vivant pas au Burkina.
    Mr le ministre, je vous invite à faire un petit tour au Burkina, à aller au marché et dans dans quelques boutiques.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 19:05, par PP
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    Mr le ministre faite un tour dans les boutiques et kiosque de ouagadougou vous verez que les prix des produits ont augmenté. exemple le prix de dafani petite boite est passé de 600 F à 700 F.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 20:35, par Sidbala
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    Je pense que ceux que vous avez remplacé ne connaissaient pas aussi la réalité du pays c est a dire le pays réel. Ils ne connaissaient pas le prix du pain de l huile de la farine du riz jusque a ce qu on les chasse car ils faisaient comme l autruche. Ne soyez pas surpris un jour de prendre la même voie et les plus chanceux seront ceux qui pourront traverser la frontière.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars à 08:00, par La Sage
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    Détrompez - vous.
    Monsieur le ministre vit bien au Burkina mais a tellement d’ avantages du fait de son poste ministériel qu’il ne sait plus les réalités du pays.
    Mettez-vous à sa place quand ne paye pas le loyer,l’électricité, l’eau ,le téléphone, le carburant et j’en passe ,la vie est belle et on ignore la réalité des choses.
    Soyons vigilant.
    Vive la baisse des prix.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars à 10:45, par non au fc
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    En attendant ,on va supporter jusqu’en 2020 !voilà pourquoi on dit aux gens de voter utile.Ce qui ne m’énerve pas c’est que je ne suis pas le seul à subir .je ne parle plus hoo.Allons seulement demain nous dira la vérité !Les gens oublient très vite dhès et DIEU !Peut etre qu’un 31 octobre n’est plus loin !!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars à 11:06, par IK
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    Nous sommes loin du développement. Lorsque Thomas SANKARA disait "Produisons ce dont nous avons besoin et consommons ce que nous produisons", il avait tout dit.
    Aujourd’hui, nous importons presque tout. Pourtant, en produisant ce dont nous avons besoin, nous avons plus de chance d’avoir des produits accessibles à tous. Cela aussi, il faut avoir de la volonté et en consommant ce que nous produisons, l’argent reste au pays et soutient l’économie du pays.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars à 12:47, par YAM
    En réponse à : Vie chère : ’’ Les prix des produits n’ont pas bougé’’

    Mr le ministre peut-être que le prix chez les importateurs mais chez les grossistes et détaillants si. Donc trouvez une solution au lieu de tourner autour du pot. Tout comme vs l’avez fait pour les médias nous vous invitons à vérifier vos informations également, car ça fait mal pour un citoyen qui vit ce calvaire et que vous venez balancer que les prix n’ont pas bougé.

    En ce qui concerne l’école "sous les paillote " qui a été incendiée je suis indignée qu’on ne puisse pas construire une école pour cette population mais qu’on puisse avoir les moyens pour des choses futiles et inutiles (fête de 8mars, parc automobile du gouvernement (prenez exemple sur le président actuel du Benin), prise en charge complète de la famille des membres du gouvernement. .... Revoyez votre manière de gouverner et d’exprimer votre soit disant amour pour votre peuple.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés