Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

jeudi 16 mars 2017 à 00h55min

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 15 mars 2017, en séance ordinaire, de 09 H 30 mn à 12 H 00 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu une communication orale, procédé à des nominations, et autorisé des missions à l’étranger

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

I. DELIBERATIONS

I.1. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE, DES DROITS HUMAINS ET DE LA PROMOTION CIVIQUE

Le Conseil a adopté deux (02) rapports.
Le premier est relatif au Plan d’actions pour la mise en œuvre du Pacte national pour le renouveau de la Justice.

Ce Pacte vise la mise en place d’une Justice crédible, accessible et performante, fondée sur les principes d’indépendance, d’intégrité et de respect des droits humains.
L’adoption de ce rapport permet de doter le ministère de la Justice, des droits humains et de la promotion civique, d’une feuille de route pour la réalisation des activités, en application de l’article 114 dudit Pacte.
Le second rapport est relatif à un décret portant nomination des membres de la Commission nationale OHADA.

L’adoption de ce décret vise à assurer le fonctionnement effectif de la Commission nationale de l’organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (CONAHDA) conformément au décret N° 2016-569/PRES/MJDHPC/MINEFID/MCIA du 28 juin 2016 portant création, organisation et fonctionnement de la commission nationale OHADA.

I.2. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT

Le Conseil a examiné un projet de loi portant création de l’Ordre national des conseils fiscaux et réglementation de la profession de conseil fiscal au Burkina Faso (ONCF-BF).

La création de l’ONCF-BF vise à mieux organiser l’activité de Conseil fiscal dans notre pays.

Le Conseil a marqué son accord pour la transmission du projet de loi à l’Assemblée nationale.

I.3. AU TITRE DU MINISTERE DES INFRASTRUCTURES

Le Conseil a adopté un décret portant organisation du ministère des infrastructures.
L’adoption de ce décret permet au ministère des infrastructures de réorganiser ses services en vue de remplir efficacement ses missions.

I.4. AU TITRE DU MINISTERE DE L’URBANISME ET DE L’HABITAT

Le Conseil a adopté un rapport relatif à l’appel d’offres ouvert international pour les travaux de construction de vingt (20) immeubles R+3 et de sept cent soixante (760) logements pavillonnaires empreints de technologie indienne dans la Cité de l’Amitié Inde/Burkina sis à Bassinko et à la ZACA.

Ce Projet vise à améliorer la mise en œuvre du « Programme 10 000 logements sociaux et économiques » et à promouvoir les bonnes pratiques dans le domaine de l’habitat à travers la technologie indienne.

Le Conseil a marqué son accord pour l’attribution du marché à l’entreprise indienne PIONEER FABRICATORS (P) LTD pour deux (02) lots.

Lot 1 : pour la construction de 755 logements pavillonnaires dans la Cité de l’Amitié Inde/Burkina, d’un coût de douze millions trois cent quarante-cinq mille (12 345 000) dollars US hors taxes, hors douane, soit six milliards cent soixante-douze millions cinq cent mille (6 172 500 000) F CFA hors taxes, hors douane avec un délai d’exécution de 21 mois.

Lot 2 : pour la construction de 11 immeubles R+3 dont quatre (04) à la ZACA et sept (07) à Bassinko, d’un coût de huit millions huit cent mille (8 800 000) dollars US, soit quatre milliards quatre cent millions (4 400 000 000) FCFA hors taxes, hors douane avec un délai d’exécution de 24 mois.
Le financement est assuré par EXIM BANK OF INDIA et le budget de l’Etat

II. COMMUNICATION ORALE

II.1. Le ministre du Commerce a fait au Conseil une communication relative aux résultats de la 9ème session extraordinaire du Cadre de Concertation Tripartite Gouvernement-secteur privé-Société civile (CCT) sur les prix de 13 produits de grande consommation.

Il ressort de cette session, une stabilité des prix des produits de grande consommation tels le riz, le maïs, le sorgho blanc, le petit mil, les huiles alimentaires de SN-CITEC, le sucre de SN-SOSUCO, la farine, le lait et les produits laitiers, le fer à béton et les tôles.

Le prix du ciment a connu une baisse. Il est fixé à 100 000 Frs/Tonne pour le CPJ45 et 110 000 Frs/Tonne pour le CPA45.

Le Cadre de Concertation Tripartite a décidé de la création d’une commission pour analyser la structure du prix du pain et faire des propositions dans les meilleurs délais.

En attendant les résultats des travaux de cette commission, les prix du pain restent inchangés.

La campagne de contrôle des prix des produits de grande consommation sera intensifiée sur toute l’étendue du territoire national et les contrevenants seront sanctionnés conformément à la loi.

III. NOMINATIONS

III.1. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES

A. AU TITRE DE LA PRESIDENCE DU FASO

- Madame Maria-Goretti Blandine DICKO/AGALOUE ADOUA, Mle 018 427 N, Professeur certifié, 1ère classe, 9ème échelon, est nommée Ambassadeur du Burkina Faso auprès du Royaume du Danemark ;

- Monsieur Souleymane KONE, Mle 37 243 R, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Burkina Faso près l’Etat du Koweït.

B. AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA COOPERATION ET DES BURKINABE DE L’EXTERIEUR

- Monsieur Hilaire SOULAMA, Mle 29 317 G, Conseiller des affaires étrangères, 1ère classe, 16ème échelon, est nommé Inspecteur général des services ;
- Monsieur Oumarou MAIGA, Mle 18 559 V, Conseiller des affaires étrangères, 1ère classe, 10ème échelon, est nommé Conseiller technique ;
- Madame Aïsséta B. Sandrine BOLY/GOMGNIBOU, Mle 29 322 Y, Conseiller des affaires étrangères, 1ère classe, 13ème échelon, est nommée Inspectrice technique des services ;

- Monsieur Issa Joseph PARE, Mle 97 444 G, Conseiller des affaires étrangères, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Secrétaire permanant de la Commission nationale pour les refugiés (CONAREF).

C. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE, DES DROITS HUMAINS ET DE LA PROMOTION CIVIQUE

Les personnes ci-après sont nommées membres de la Commission nationale de l’organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (CONAHDA) pour un mandat de trois (03) ans :
Représentants du Ministère de la Justice, des droits humains et de la promotion civique :

- Monsieur Mazobé Jean KONDE ;
- Monsieur Safériba Issa FAYAMA ;
- Monsieur Boureima YAMEOGO ;
- Monsieur Pinnagné Simplice BADO.
Représentants du Ministère de l’Economie, des finances et du développement :
- Monsieur Gaoussou GANDEMA ;
- Madame Wendkouni Naomie OUEDRAOGO/SAKANDE ;
Représentants du Ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat :
- Monsieur Alidou KOBRE ;

- Madame Hiediala Sylvie MEDA/SONTIE ;
Représentants du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation :
- Monsieur Souleymane TOE ;
- Monsieur Moussa DAO.
Représentant du Ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale :
- Monsieur Alidou Pascal BANAO.
Représentant du Ministère des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière :

- Monsieur Mahamoudou ZAMPALIGRE.
Représentant du Ministère de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques :
- Monsieur Emile BADO.
Représentant du Ministère des Affaires étrangères, de la coopération et des burkinabè de l’extérieur :
- Monsieur Ousmane BA.

Représentant de l’Ordre des avocats :
- Monsieur Maliki DERRA.
Représentant de l’Ordre des notaires :
- Madame Elibié Jocelyne SAURET/BAYALA.
Représentant de la Chambre nationale des huissiers de justice :
- Monsieur Wembi Olivier ZONGO.
Représentant de l’Ordre national des experts comptables et des comptables agréés :
- Monsieur Koniba SOMA.
Représentant de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina :
- Madame Bintou BOLI/DJIBO.
Représentant des Organisations de transporteurs :
- Monsieur Issoufou MAIGA.
Représentant de la BECEAO :

- Madame Kiswendsida Judith Valérie KABORE.
Représentants de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers :
- Madame Léa SAGNON ;
- Monsieur Yaya KONATE.
Représentants de la Confédération paysanne du Faso :
- Monsieur Bassiaka DAO ;
- Monsieur Boureima DIALLO.
Représentant du Mouvement coopératif artisan :
- Monsieur Gérard OUEDRAOGO.
Représentant des clubs OHADA :
- Monsieur Alfred BAMA.

D. AU TITRE DU MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DES AMENAGEMENTS HYDRAULIQUES

- Monsieur Zindimanegueba BELEM, Mle 74 854 C, Ingénieur agronome, 1ère classe, 10ème échelon, est nommé Chargé de missions.

E. AU TITRE DU MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES ET HALIEUTIQUES

- Monsieur Rimouaogodo Hamado OUEDRAOGO, Mle 33 740 L, Ingénieur d’élevage, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Directeur général des espaces et des aménagements pastoraux ;

- Monsieur Seydou OUATTARA, Mle 215 303 M, Ingénieur d’élevage, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur du Centre de promotion de l’aviculture villageoise (CPAVI) ;

- Monsieur Lassina DAO, Mle 22 213 Z, Ingénieur d’élevage, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Directeur régional des Ressources animales et halieutiques de la Boucle du Mouhoun.

III.2. NOMINATION DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION
PREMIER MINISTERE

Le Conseil a adopté deux (02) décrets.
Le premier porte nominations des personnes ci-après Administrateurs représentant l’Etat au Conseil d’administration du Service national pour le développement (SND) pour un premier mandat de trois (03) ans.

Au titre du ministère des Sports et des loisirs :
- Monsieur Halidou OUEDRAOGO, Mle 28 120 T, Administrateur civil.
Au titre du ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation :
- Madame Diata BAILOU/TINDE, Mle 36 353 L, Inspecteur de l’enseignement secondaire.

Au titre du ministère de la Jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnelle :
- Monsieur Larba PILGA, Mle 211 773 C, Conseiller de jeunesse et d’éducation permanente.

Au titre du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale :
- Madame Salamata Odette NIAMBA/CONGO, Mle 104 412 P, Conseiller des affaires étrangères.

Le second décret nomme Monsieur Jean Louis DABIRE, Mle 17 146 M, Inspecteur des Eaux et forêts, Administrateur représentant l’Etat au titre du ministère de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique au Conseil d’administration du Service national pour le développement (SND) pour un dernier mandat de trois (03) ans.

Le Ministre de la Communication et
des Relations avec le Parlement,
Porte-parole du gouvernement,
Rémis Fulgance DANDJINOU
Officier de l’ordre national

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 15 mars à 20:00, par Question pour un champion
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    Pourquoi le prix des autres produits cités n’a pas été publié en dehors du ciment et le pain en concertation ?
    Soyez courageux pour donner une conduite à tenir aux consommateurs.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 20:11, par SANFO
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    "II. COMMUNICATION ORALE
    II.1. Le ministre du Commerce a fait au Conseil une communication relative aux résultats de la 9ème session extraordinaire du Cadre de Concertation Tripartite Gouvernement-secteur privé-Société civile (CCT) sur les prix de 13 produits de grande consommation.

    Il ressort de cette session, une stabilité des prix des produits de grande consommation tels le riz, le maïs, le sorgho blanc, le petit mil, les huiles alimentaires de SN-CITEC, le sucre de SN-SOSUCO, la farine, le lait et les produits laitiers, le fer à béton et les tôles." !!!!!!!

    Soit nous ne vivons pas dans le même pays, soit quelqu’un ne dit pas la vérité à ses camarades. Les prix du riz, du sucre, de l’huile ont tous augmenté sur le marché et dans les boutiques. Monsieur le Ministre du Commerce, nous n’avons pas fait le même constat que vous.

    Répondre à ce message

    • Le 17 mars à 16:30, par YAM
      En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

      La vérité est que le ministre du commerce n’a aucune information sur les prix des produits de grande consommation. Ses agents sont en grève depuis plusieurs jours pour l’amélioration de leurs conditions de travail. Qui lui a alors fourni ces informations ? Mais comme il fallait qu’il communique sur le sujet on ne peut que s’attendre à ça.
      Il faudra que le PM et le Président du Faso ouvrent bien les yeux pour ne pas se laisser tromper par des ministres qui ne pensent qu’à préserver leurs postes en leur faisant croire que tout est rose.

      Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 20:25, par burkimbila
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    Donc comme ça,ya rien a dire par rapport a la situation sécuritaire quoi,donc tout va pour le mieux dans le meilleur des monde au burkina ???tout dernièrement les djihadiste etai dans la region du centre nord provoquant la debandade dans les villages alentours de Kaya,personne n’en parle.des écoles sont fermées par centaine,personne n’en parle,aujourd’hui les burkinabés ont besoin de se sentir en sécurité,quit a posé des actions propagandes et populistes,le Cameroun a annoncé hier avoir tué 60 hommes de boko haram,cela reste inverifiable mais voila des declarations qui rassurent

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 20:35, par petit kabako
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    Félicitations à monsieur MOYENGA Roger pour son courage dans la conduite du projet indien malgré l’environnement de travail hostile. Bon vent

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 23:29, par Chalamar
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    J’aimerai savoir le nombre des commissions nationales d’organismes sous régionales, régionales ou africaines dont les salaires des membres et les frais de fonctionnement sont pris en charge par le budget de l’état. Est-ce qu’il y a un mécanisme gouvernemental pour les évaluer ?
    Merci pour votre contribution.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 07:51, par Seydou
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    Je le dis et le répète, les incendies récurrents qui surviennent dans des marchés quasiment à 2 jours ou 1 semaine d’intervalles, ne relèvent vraisemblablement pas de faits du hasard. Tenez, en février 2017, un incendie a eu lieu au marché de Koupéla. A peine une semaine, un autre incendie dans un marché de Bobo-Dioulasso. Ensuite, ce fut le tour du marché de Banfora. Dans la première quinzaine de mars 2017, un incendie s’est produit au marché de Dédougou, puis dans un site d’orpaillage vers Kongoussi. Environ 3 jours plus tard, c’est le marché du quartier Bendogo de Ouagadougou qui a été ravagé par un incendie de grande ampleur. Il existe des gens qui ont opté comme mode opératoire de créer des situations de crise socio-économique généralisée au Burkina dans le but de révolter les populations pour espérer une seconde insurrection supposée leur servir de raccourcis pour renverser le président Roch Kaboré et accéder à la présidence du Faso. Les incendies multiples, la hausse des prix des produits de grande consommation, des actes terroristes et autres relèvent de cette stratégie diabolique. Le réveil subite des OSC dans ce mois de mars par des conférences de presse, des sorties sur le terrain pour accabler le gouvernement démontre qu’elles sont manipulées politiquement par ceux pour qui l’insurrection est devenue un moyen rapide d’accession au pouvoir. Des OSC qui étaient très actives sous la transition en 2015 et qui recevaient de gros moyens financiers pour agiter la foule étaient devenues ensuite courant 2016 des boucs émissaires de certains de leurs bailleurs de fonds. Mais le temps de la discorde semble être passé et des OSC indésirables sont vite devenues fréquentables avec des moyens financiers pour s’organiser. Les citoyens doivent rester vigilants pour éviter la politique dictatoriale de la courte échelle. Que ceux qui nourrissent des ambitions présidentielles se dévoilent clairement et attendent 2020 pour se prêter aux suffrages universels si réellement ils sont convaincus de leur popularité.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 08:05, par somé
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    Voyez vous ce sont des personnes comme le ministre du commerce qui induisent le président et tout le gouvernement en erreur. les prix ont augmenté, nous en sommes tous témoin et lui il va dire en conseil des ministres que les prix des produits de grande consommation sont stables. Le président et son PM se doit de recadrer les ministres "Gammateur". Que l’assemblé nationale commandite une enquête parlementaire et convoque ledit ministre à venir expliquer ou est ce que lui trouve ces produits à un prix stable alors on ira tous d’approvisionné laba.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 08:25, par Désiré
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    Il s’agit du programme "40 000" logements sociaux et économiques du Président RMCK ou la poursuite du programme "10 000" logements sociaux économiques du Président Blaise Compaoré ? Dans la communication on parle du programme 10 000 logements donc celui de Blaise Compaoré.
    Donc pour construire 11 immeubles et 755 logements on a un délai de 24 mois soit 2 ans et ce ministre de l’Habitat nous pompe les poumons avec 40 000 Logements en 60 mois et il ne reste d’ailleurs que 44 mois. Espérons qu’il engagera à la fois un vaste chantier sur toute l’étendue du territoire. on verra au bilan final.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 08:45, par L’Autre Africain
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    "Monsieur Souleymane KONE, Mle 37 243 R, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Burkina Faso près l’Etat du Koweït."
    Où sont les puristes du SYNAFI ? Vite, il faut lancer encore des heures de sit-in et de grève, parce qu’on vient de nommer un des vôtres dans un corps qui n’est pas le votre.
    Ou bien vous, vous pouvez entrer dans les autres corporations et les autres ne peuvent pas entrer dans la votre (s’il est vrai même que c’est votre corps d’abord) ?
    Quant on a rien à dire des fois, il faut la fermer, à moins que ce prétexte ne sert à maquiller votre soif d’argent.
    Retenez que la Fonction Publique est un tout et toutes les compétences seront utilisées là où l’Etat le suggérera necessaire.

    Répondre à ce message

    • Le 16 mars à 09:52, par Abdoul
      En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

      Internaute 9, il ne faut pas confondre les choses.Parmi les poste de nomination, il y a des postes techniques et des postes politiques. Les postes techniques doivent être normalement occupés par des techniciens du domaine. Quand aux postes politiques tels que les postes de ministre, d’ambassadeur, de certains DG, il n’est pas besoin de nommer forcement un technicien du domaine à ces postes ;on a juste besoin de personnes ayant des capacités managériales et ayant une bonne culture générale. Le SYNAFI ne revendique pas des postes politiques, mais plutôt des postes techniques qui ont besoin d’être occupés par des techniciens formés à cet effet.

      Répondre à ce message

    • Le 16 mars à 10:00, par Yawoto
      En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

      Parfaitement d’accord avec vous. Ils ne savent pas ce qu’ils font.

      Répondre à ce message

      • Le 16 mars à 19:46, par Marco
        En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

        A quoi sert donc les écoles de formation. Le SYNAFI n’a certainement pas été consulté pour cette nomination même si c’est un des siens. Mais en toute objectivité même pour les postes politiques, il y a des techniciens du domaine qui sont politiques, ce sont ceux là qu’il faut nommer si l’on veut être efficace.

        Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 09:20, par Paulus
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    que de paroles pour embrouiller le peuple, depuis plus d’une année je paye mon ciment CPA 45 à 110 000 F CFA la tonne, pour dire que rien n’a changé. Vous aussi changez un peu un jour !

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 09:39, par Faso Kanu
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    Ministre du commerce oooh !!!, ministère de l’économie oooohhh !!!, MPP oooohhh !!! tout ça, même pipe, même tabac. Vous avez raison, comme vous ne partez jamais à la boutique, c’est dans vos rêves qu’il y a "une stabilité des prix des produits de grande consommation tels le riz, le maïs, le sorgho blanc, le petit mil, les huiles alimentaires de SN-CITEC, le sucre de SN-SOSUCO, la farine, le lait et les produits laitiers, le fer à béton et les tôles." Oui oui !!! même-même, hier nuit, j’ai rêvé que le transport Bobo-Ouaga était devenu 2000 fcfa. Mais c’est pas pour autant qu’à mon réveil je ne me suis pas rendu compte que tout ça n’était qu’un rêve ! Vous aussi, vous devez vous réveiller !!! Réveillez-vous, sinon votre chute sera brutale. Il suffit pas de contrôler les prix, il faut sanctionner !!! Quel est ce pays où on met en place des textes et on ne les applique jamais ? Ou bien, vous voulez que les commerçants retrouvent l’argent qu’ils vous ont "prêté" pour battre votre campagne ? Ou bien...? Je vais m’arrêter là, j’ai un ami qui vient de me dire que je perds mon temps parce que vous êtes tous des commerçants. Mais on verra bien ! Et avant d’arrêter d’écrire ce que je veux que vous sachiez, je veux m’adresser au ministre du commerce, une seule question : Combien coûte le beignet de petit mil (en mooré et en dioula faciles : massa et wami) dans votre quartier ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 10:13, par poko
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    désolée monsieur le Ministre, a moins que nous ne parlons pas de la même chose au pays. dans mon quartier le prix de l’huile du bidon de 5l qui était de 4250f est vendu a 4800f. je ne sais dans quelle partie ou ville du pays les enquêtes qui stipulent que les prix sont stables ont été menées, s’il monsieur le ministre, éclairez nous davantage. Donnez nous les vrais informations car à force de prendre les gens pour les ignorants, vous finirez par révolter tout le monde

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 10:35, par le Che !!!
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    Monsieur le Ministre de l’Eau et de l’Assainissement, à quand la nomination d’un(e) Directeur(trice) Général(e) à l’Agence de l’Eau du Liptako ? car ce poste est vacant depuis pratiquement 10mois. Au lieu de remplacer un Conseiller Technique par un autre, il faut plutôt nommer les gens dans les postes vacants.... affaire à suivre !!!!

    Répondre à ce message

    • Le 16 mars à 11:57, par Le véridique
      En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

      Tu as parfaitement raison mon type.
      Ce qui m’énerve dans ce Gouvernement c’est de mettre l’accent sur l’inutile au détriment de l’utile ; sur l’injustice au détriment de la justice ; sur l’accessoire au détriment de l’essentiel ; sur la promotion de la médiocrité au détriment de la compétence ; sur l’élévation des laudateurs au détriment de ceux qui disent haut et fort la vérité.
      Aucune volonté ne se manifeste pour rendre meilleur l’existant.
      Et ce que je dis est malheureusement répandu dans plein de ministères. Je condamnais les fonctionnaires qui se présentent si peu dans leurs services.
      Mais à présent je leur donne entièrement raison : ce pour quoi on t’a recruté, si tu peux te retrouver du lundi au vendredi et du 1er au 32 du mois, sans aucune tâche confiée, sans implication ou consultation alors il vaut mieux rester chez soi et vaquer à des choses plus utiles car la vie n’est pas une éternité. Autrement ce serait se soumettre aveuglement et bêtement à une situation qui vous est nuisible.
      Rappelez-vous du mot de Thom Sank sur l’esclave et la révolte.

      Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 10:50, par LCNR
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    Bonjour ;
    je voudrais juste attirer l’attention des autorités sur le nécessaire contrôle des produits qui font l’objet d’exonération, en particulier le matériel solaire.
    Si nous saluons l’adoption de cette mesure, force est de constater que les prix des équipements solaires n’ont pas connu une baisse significative. Pire, ces derniers temps, les prix varient en fonction du cours du dollar.
    Par ailleurs l’exonération des droits à l’importation n’a aucune influence sur les prix. Les commerçants fixent les prix comme s’il avait procédé au dédouanement des équipements solaires. Il est temps d’instaurer un contrôle rigoureux à ce niveau pour que les populations puissent bénéficier de l’impact de cette mesure.
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 11:36, par liberté d’expression
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    Dans ce pays tout doit changer .k l’on cesse d’ériger certains individus comme super agent et d’autres comme sous agent.et ça je n’en veut même pas au gas de SYNAFI mais nos autorités ki ont peur de prendre et d’assumer des décisions courageuses.si certain syndicat se permette d’aller en grève plus mois sans repercution pour des raisons frustrantes pendant que les autres travaillent il va s’en dire que de leur retour au travail ceux qui travaillait font front pr aller en grève et ils vont travailler seul....on va voir ck sa donne.bref je nai rien contre M.KONE nommé comme ambassadeur mais je m’en tien à ce k le SYNAFI demande nul ne doit faire parti de leur corporation s’il n’est issus de ce corps ;ce qui implique aussi qu’’ils sont tenu de rester dans leur corporation uniquement.Pour ce qui est des postes politiques qu’il évoquent il ya même des techniciens habilité à occuper ces postes.où sont les agents des affaires étrangères ne vs laisser pas faire.chacun doit defendre son corps ardemment.et ns on sera là pour vs appuyer deux mois s’il le faut.

    Répondre à ce message

    • Le 16 mars à 12:29, par L’Autre Burkinabé !!!!
      En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

      Ehhh bien. pauvre jaloux qui n’est ni des finances ni des affaires étrangères et qui pourtant connaît tout. Va commencer la grève pour les diplomates pendant un an vu que t’as rien à faire. Ça t’occupera. Mr KONE prendra fonction bientôt avec le soutien et les bénédictions du SYNAFI. Confidences gratuites Mr ou Mme le fustre : dans tous les ministères et institutions, il y’a plein de financiers souvent une bonne vingtaine. Ça t’en bouche un petit coin ? Prends tes calmants à présent et repose toi un peu.

      Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 12:56, par Pascal
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    Entre quatre nominations le parent Alpha Barry profite pour glisser subreptissement les noms de deux de ses parents peuls. Comme quoi, la tentation du tribalisme a la vie dure dans nos contrées. Salutations.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 13:22, par Capitaine
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    Il est très important que les citoyens qui par des mots, des actions s’acharnent à saper le moral des Forces de Défense et de Sécurité(FDS), sachent qu’ils jouent un mauvais rôle. Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui est confronté aux problèmes du terrorisme devenu un phénomène mondial. Cependant, on constate que dans la plupart des pays confrontés au terrorisme, les citoyens ne jettent pas en pâture leurs agents de sécurité. Bien au contraire, ils les encouragent moralement à aller de l’avant dans la lutte contre les attaques terroristes. Le Burkina Faso est quasiment le seul pays où des citoyens prennent plaisir à fustiger les forces de défense et de sécurité en cas d’attaques terroristes et violent même le droit de retenue sur certaines questions militaires qui relèvent du secret d’Etat. Ce sont des comportements qui exposent les auteurs à des interpellations par les services de sécurité. Par conséquent, les citoyens burkinabè, patriotes engagés, sont exhortés à collaborer avec les forces de défense et de sécurité par des renseignements. Chaque citoyen doit comprendre qu’il est son propre premier agent de sécurité car, on saurait mettre un agent de sécurité derrière chaque personne. C’est avec la collaboration par des renseignements que les citoyens contribueront à renforcer les capacités des forces de sécurité à vaincre les menaces et attaques terroristes. Par conséquent, les acteurs politiques, ceux de la société civile et le citoyen lambda burkinabè devront revoir leurs attitudes vis-à-vis des FDS. Il y va de l’intérêt de tous et de la nation. Les forces de sécurité font leurs preuves par des démantèlements de réseaux de délinquants, braqueurs et voleurs avec une bonne collaboration avec des civils en matière de renseignement. Il devrait en être de même dans la lutte contre le terrorisme qui est une nouvelle forme de guerre asymétrique.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 13:24, par NGONGA
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    Franchement bien que j’ai de l’estime pour RMCK, je ne regrette pas aujourd’hui de n’avoir pas voté pour le MPP. PRESI, svp, il est plus que jamais temps de prendre des décisions courageuses et faire le grand ménage dans votre gouvernement car c’est vous que les burkinabés ont voté. Ce ménage qui vous permettra de travailler avec des hommes/femmes compétents et non avec ces atalakouman qui vous sont imposés par leurs mentors. Je suis vraiment écœuré de voir que malgré la grave situation situation sécuritaire dans le nord, aucun bilan sur les actions entreprises ne figure à l’ordre du jour de vos conseils de ministres. Apparemment, le nouveau ministre de la défense et le ministre en charge de la sécurité n’ont aucun dossier urgent à présenter au conseil. Donc RAS pour ces départements, rien a proposer, aucune action, aucune disposition urgente à prendre pour renforcer la sécurité et préserver l’intégrité du territoire. En réalité il ya un grand déphasage entre ce que le gouvernement nous sert comme discours et l’actualité quotidienne dans nos médias, le vécu quotidien des burkinabés. on a l’impression que ce gouvernement vit dans un autre pays. PRESI, il faut sortir de vos salons feutrés de kossyam et toucher du doigt les problèmes du pays dèh, car si vs comptez sur vos ministres "yel ka yé" là, le réveil risque d’être douloureux, comme "L’AUTRE" en a fait l’expérience en plein midi.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 13:29, par Nabiiga
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    Encore le ministère du commerce ! Comment un ministre qui ne peut pas contenir ses propres agents (grèves à répétition) pourrait détenir des bonnes informations sur le panier des consommateurs ? Incompétence ou dénie ? Dans tous les cas, la question reste posée. Vous parlez de stabilité tandis que les prix sur le marché sont en constante augmentation.
    Vous dites que le prix de la tonne du ciment à baissé, alors dites nous, quel est le prix par unité ( sac) car à ma connaissance, le prix de la tonne n’a pas varié. Ne dit-on pas que qui peut le plus peut le moins ? Alors monsieur le ministre, arrivez d’abord à résoudre les mouvements d’humeur dans votre département. Ensuite, revenez rapidement à la réalité au besoin vous déplacer sur le terrain pour constater le calvaire du citoyen lambda sur le marché des produits de grande consommation.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 14:11, par Harouna
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    Les prix ont grimpé mal.
    Petit savon citec avant 225 maintenant 260 f
    Petit lait Bonnet rouge 400f # 500 f
    Huile 5l .4200 f # 4800
    Pain 130 # 150
    bic 100f # 150
    dafani ( grand) 1000 # 1100f
    Mr le ministre on vous comprend. Vous ne payez rien. Vous recevez tout gratuitement .
    Nous sommes quittés dans caca Tomber dans anus !!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 15:10, par Gaël
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    Où sont passés les 5 logements pavillonnaires ainsi que les 9 bâtiments R+3 ? 760 logements pavillonnaires indiqués dans le rapport du conseil et 755 dans le marché attribué par ce même conseil et pour les bâtiments R+3, le conseil indique 20 et dans le marché attribué 11.
    Les 9 bâtiments R+3 et les 5 logements non compris dans le marché attribué sont attribué à qui ou seront construits par qui ou chez qui ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 15:50, par sagesse
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    c est comme ça. c est toujour comme ça. ça serait toujours comme ça. si c est toi tu va nommer qui ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 18:42, par ADAMA NABI
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    Mon souhait donner beaucoup de moyens à notre armée pour la sécurité du pays.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 19:07, par Albert
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    La polémique sur la nomination de l’ex-président du Conseil National de la Transition(CNT), Chérif SY, est un faux débat qui n’a pas de raison d’être. Au contraire, il y a lieu de féliciter cette nomination. En effet, en nommant monsieur SY comme Haut Représentant du Président du Faso, le Chef de l’Etat Roch Marc Christian Kaboré a fait acte de patriotisme. Chérif SY n’est ni du bord politique du président Kaboré, ni de sa région. C’est sur la base de valeurs intrinsèques dont le mérite en tant qu’un Burkinabè qui a mené une lutte courageuse de résistance au coup d’Etat du 16 septembre 2015 que le choix présidentiel s’est porté à juste titre sur monsieur SY. Il faut encourager le Président du Faso à agir dans ce sens pour responsabiliser tout citoyen sur la base de ses mérites sans tenir compte de son appartenance politique ou autre. C’est ainsi que l’on parviendra à une meilleure justice sociale et au rassemblement des fils et filles du Burkina pour bâtir le pays de façon durable.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 16:50, par hum
    En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 15 mars 2017

    Pour que les gens comprennent : les cadres du MS toute catégorie confondue (AHSS, pharmaciens, médecins...)ont un minimum en management des hommes . La fonction DG étant une représentation de l’autorité centrale dans une entreprise qu’on laisse celle-ci le libre choix pourvu que ça marche. Pas de lobbying svp. On n’a pas besoin d’être l’Ordinateur du budget pour apporter sa pierre à la construction de l’entreprise de santé qu’est l’hôpital, Combien de AHSS n’ont jamais été DG mais font leur travail d’administration ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés