Incendie au marché de Nioko II : Une délégation de l’UPC sur les décombres pour apporter soutien aux commerçants

LEFASO.NET | Par Oumar OUEDRAOGO • mardi 14 mars 2017 à 00h55min

Selon les témoignages de commerçants, c’est le vendredi, 10 mars 2017 aux environs de 8h30, que s’est enclenché l’incendie au marché du quartier Nioko II, sis sortie nord-est de la capitale. Selon le porte-parole des sinistrés, plus de 300 commerçants sont éprouvés par la situation. Ce lundi, 13 mars 2017, en fin de matinée, les occupants des lieux ont reçu une délégation de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), conduite par son correspondant provincial du Kadiogo, Rabi Yaméogo, « pour, dit-il, apporter le soutien du parti aux commerçants ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Incendie au marché  de Nioko II : Une délégation de l’UPC sur les décombres pour apporter soutien aux commerçants

« Nous sommes étonnés et meurtris », a lâché Rabi Yaméogo, à partir des décombres de cette partie du marché. Pour le représentant du « parti du Lion », la série d’incendies de marchés est encore plus inquiétante dans cette situation nationale marquée par les multiples attaques terroristes. Le porte-parole de l’UPC, mesurant l’ampleur de ces incendies, dit observer que dans la même période, plusieurs autres marchés ont connu le même sort (Kongoussi dans le centre-nord, Dédougou dans la Boucle du Mouhoun, pour ne citer que ceux-là).

Il se remémore également les nombreux marchés partis en fumée en 2016 sans que les origines ne soient, jusque-là clairement situées. « 2017 a démarré sur la même allure, avec les conséquences socio-économiques que cela implique pour les commerçants victimes et pour le pays tout entier », déplore-t-il.

Pour M. Yameogo, cette situation est encore pernicieuse dans une économie qui peine à prendre son envol.

Aux commerçants éprouvés, Rabi Yaméogo dit être-là, avec « ses camarades », pour leur exprimer la solidarité du parti. « C’est un problème de tous les Burkinabè, sans parti pris », appuie-t-il. D’où cette démarche de soutien et appeler le gouvernement à prendre toutes les dispositions pour sécuriser les Burkinabè et leurs biens.
« Il faudra que les populations, elles-mêmes, se prennent aussi en charge, l’Etat ne peut pas, à lui seul, résoudre le problème. Les marchés doivent être gardés par les premiers occupants à travers des brigades de veille. Donc, la vigilance’’, recommande- Rabi Yaméogo.

Selon le porte-parole des commerçants victimes, Benjamin Nikiéma, cette visite un réel soulagement. Tout en se réservant sur les éventuelles causes de cet incendie, M. Nikiéma décrit cependant l’ampleur de la situation : « Rien n’est sorti de ce marché ». Il estime également à environ 300, le nombre de commerçants victimes du sinistre.

O.L.O
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés