Menaces terroristes : Des enseignants dans certaines localités de la province du Soum ont fermé les salles de classe

LEFASO.NET | • lundi 6 mars 2017 à 23h52min

Selon une source que nous avons contactée, des enseignants dans certaines localités de la province du Soum ont fermé les salles de classe. Beaucoup ont même fait leurs valises. A Foubé, un village qui relève de la province du Sanmatenga et à quelques kilomètres de Djibo, c’est la même chose. Salles de classe fermées et départ des enseignants. A la dernière minute, une rencontre est en cours avec la direction provinciale de l’enseignement.

Menaces terroristes : Des enseignants dans certaines localités de la province du Soum ont fermé les salles de classe

Messages

  • L’année scolaire a pris un cou dans cette province.je pense qu’il faut mettre des agents de sécurité dans les grands centre pour sauver le peu qui reste.

  • les enseignants ont raison. Rien ne vaut la vie.

    • Surtout qu’un pan entier de militaires désœuvrés paradent allègrement dans les grandes villes comme Ouaga et je me demande à quoi ils servent au juste sans oublier ces milliers de militaires envoyés en "mission" comme le Darfour.Franchement il y a quelque chose qui m’échappe car pourquoi ne pas envoyer au moins le 1/3 de nos militaires pour protéger tout le long du nord du pays ?Certains me diront que ces bandits terroristes sont mobiles mais sécurisée cette large et longue zone avec quelques centaines de militaires qui sont souvent des subalternes,cela pose problème

  • le gouvernement aime dire que des mesures sont prises alors qu’il ne fait rien. si on ferme les yeux on va trouver le Nord deja coupe a notre reveil. ce gouvernement risque d’etre emporte par les terroristes.

    • Vraiment je suis de ceux là qui ont pensé qu’après les menaces, les forces de sécurité et notamment la gendarmerie allait mettre en place un dispositif judicieux et discret ; bien maillé comme elle sait le faire pour les avoir. Je demeure néanmoins convaincu que nos forces auront leur peau.

  • Les instituteurs ont parfaitement raison de déserter les lieux car on ne vit qu’une fois.A situation exceptionnelle,mesure exceptionnelle !

    • Intègre tu as parfaitement raison je soutiens ta proposition à 100 pour cent . Il faut interdire la traversée de la frontière des gros cylindrée .
      Tout contrevenant sera abattu ,que ceux qui comprennent comprenent .
      A situation de guerre égale mesure exceptionnel de guerre .
      Maintenant si le ministre de la défense et nos soldats veulent toujours se faire laminé et ridiculiser par des imbéciles de petits voleurs de 10 à 15 personnes s’est vraiment minable .deux pays ,le mali et le burkina dont les militaires n’arrives pas a maîtriser une bande de voleurs de 20 personnes qui agissent à cheval entre les deux frontières . Vraiment pitoyable .
      Armé malienne et burkinabé réveiller vous frappé et chassé le mal jusqu’à la racine traversée les frontières de part et d’autre s’il le faut .
      Déjà les enseignants et autres fonctionnaires désertes les villes et hameau du nord ouvrant ainsi un grand boulevard à s’est chiens du désert qui vont s’y installer et se pavaner allaigréement .

      Sougri de paris

  • Gouvernement doit mettre tous les moyens humains et matériel pour éradiquer ces maux.Il faut surtout déployer les FDS dans les villages et non dans la ville de djibo. on doit déployer des militaires a coté des commissariats dans toutes la province du SOUM.Interdire la circulation des motos SANILI (grosse cylindre) pour traverser la frontière donner l’autorisation de neutraliser (eliminer) tout contrevenant !

  • Sauvez-vous !! sinon vous risquez d’être enterrés un à un à la sauvette aussi sans la présence d’une autorité qui ont plus peur que vous. Seuls les enseignants djihadistes demeureront dans la zone. Et comme vous l’êtes pas, il faut sauver vos vies.

  • Il fallait s’y attendre, avez-vous eu des nouvelles du personnel médical ? Toute l’administration va partir. Voilà ce qui arrive lorsque l’État est incapable de protéger ses citoyens. Lorsqu’on vous critiquait sur cette même toile vous nous traitiez d’aigri.Un gouvernement qui refuse de placer la personne qu’il faut à la place qu’il faut. Considérez le sahel déjà perdu.

    • Ayez Pitié A Vos Peuple,metter La Personne Quil Faut A La Place Quil Faut, Car Ya D’autre Qui Ne Foutent Rien En Ville,courage Aux Braves FDS,que Dieu Vous Protège.

  • Oh lala !
    Cette attitude est dangereuse pour le pays !
    Résistance !
    Nous n’allons pas fuir devant une horde de bergers enturbannés !!

  • "Nous ne savons pas ce qui se passe, et c’est cela justement qui se passe." Ortéga Y Gasset

  • c’est triste de voir les enseignants fouir leur poste. mais qui est fou pour rester à l’abattoir. quand nous on était à l’école de formation on nous faisait comprendre de ne pas hésiter à rejoindre le poste quelque soit la localité où on nous affecterait car ça sera toujours au Burkina Faso. Mais voila que toute une province du pays est menacée. qui encouragerait les agents de l’Etat de rester dans cette gouffre. c’est vraiment horrible. il faut une réponse le plus vite de nos autorités auxquelles j’accorde maintenant une mince crédit. mes collègues ne vendez pas votre vie moins chère.

  • Si rien n’est fait on cours a la catastrophe. M.le Président réveillé vous sinon !!!!!
    Que foutte les millitaires a ouaga si ce n’est que boire la bière et courrir les femmes.Leur place est au front pour assainir cette zone rouge.

  • Ceci est un mécanisme normal de Survie !
    Toutefois, si les compétences d’un Burkinabè peut contribuer à contrer l’avancée des terroristes, pourquoi ne pas l’utiliser.
    S’enfermer dans son orgueil à laisser le Gal Gilbert en prison ne nous arrange pas actuellement. Les terroristes ont maintenant fait plus de dégâts humains que le Gal Gilbert. Et peut-être que ces terroristes ambitionnent continuer. Il faut mettre tous les Burkinabè à contribution car c’est devenu une question de Survie+++.
    Entre deux maux, je préfère le moindre.
    A vous tous de juger !

    Merci

    • cè pa un blème d’individu.Tu penses q ceu qi st la actuellement n st pa bn na ? Le problème est qils st tous irresponsables, q s passerait-il si on deployait la moitie de notre armée tout le long de la frontière malienne ? tous laisse à croire que nous n’avons qu’une armée qui ne sait q défililer. même si ns ne maîtrisons pas la situation il faut savoir fair de la propagande pour maintenir la confiance de la population et eventuellement dissuadé les térrorostes. rgardé les pays cœ l’irak, la syrie, ils n font que harcellés les djihadistes et c’est ce qui leur permet de garder la tête haute. bref,c’est pas les solution qui manquent xlmt nos autorités se contentent à faire des discours d’enfantillage au lié d traiter le problème sérieusement.

  • nous compatissons avec le grand nord. Il faudrait trouver la solution pour ne pas tomber dans le syndrome malien. les djihadistes periront ; les ennenis du peuple burkinabe avec. malheur a ceux qui sont insensibles aux pleures du peuple burkinabe. la connaissiez vous cette legende ? un buffle se trouvait en plein milieux de foret. la foret prit feu. il ne lui restait que deux alternatives. la premiere c’est d’y rester et de s’ ettoufer pour en mourir "paisiblement". la seconde c’est refuser de mourir de la sorte... les terroristes mourront les ennemis interieurs avec.

  • Légitime réaction de la part des artisans du savoir à la base. La bonne volonté seule ne suffit plus. Que Dieu protège chacun de nous et notre chère patrie du péril djilladiste. De façon concrète, il faut que le Président du Faso use de toutes ses prérogatives constitutionnelles afin de décréter l’état d’urgence et un couvre feu sur cette partie du territoire. Ceci étant, les FDS procéderont à des perquisitions, village par village, hameau par hameau. Ce qui sera découvert et saisi étonnera plus d’un. Mes excuses auprès de tous ceux que ma proposition pourrait choquer, mais, si cela pourrait être une solution, même partielle au problème, pourquoi pas ?

  • Il faut envoyer les policiers radiés là bas pour enseigner les enfants et garder les commissariats. Et le problème est résolut. Après 5 ans ils pourront rejoindre OUAGADOUGOU ou BOBO.
    Triandekou

  • Mauvais procès, certes je suis attristé par les multiples attaques, mais chers instituteurs, vous vous trompé et du même coup ne rendez pas hommage à votre collègue. Fermer les classes pour trois jour de deuil, oui. Mais quitter la ville, je suis désolé car vous rendez service à ces abrutis de terroristes. Pensez-vous quitter le Burkina parce-que nous sommes la cible de terroristes, et à vous chers internautes qui vous réjouissiez que le pouvoir de ROCK soit mis à rude épreuves, vous faite honte à la race humaine en générale et au Burkinabè en particulier, car en encourageant le départ des enseignants vous ne vous attaquez pas au pouvoir en place mais à vous même. Chers instituteurs, écoutez le cri de cœur d’un frère et restez en poste car la fuite n’est malheureusement pas la solution. Merci et encore courage et courage à tous.

    • SAA, pendant qu’on y est tu peux aller prendre leur place pour enseigner et si tu ne peux pas enseigner tu peux t’asseoir tu matin au soir devant la porte pour les tenir compagnie.On te dit et on te répète qu’ils sont en insécurité à 100% et toi tu insiste qu’ils restent même s’ils vont mourir.Voyez comment tu es contre la race humaine.

    • tu ferais mieux de t’y rendre. c’est bien de critiquer les autres quand on est a Ouaga ?
      tu penses qu’ils ont fait le mauvais choix ? toi aussi.....

    • pourquoi tu n’irais pas labas pour enseigner ! une décoration a titre postume a quoi ca sert ?

    • Mon type même dans une bagarre main à main quand tu te rend compte que tu moins pas, il faut avoir le courage de fuir. Dans sa il n’y a pas de honte, le fait d’abdiquer à un combat n’a pas commencé par toi et ça ne finira par toi non plus.

      Comprenez que la mort ce n’est pas du jeux Ok !

    • Toi qui es si patriote va les remplacer en compagnie de ceux qui pensent comme Toi. Personne ne vous regrettera. Vu le traitement indigne que nos autorites ont reserve au regrette Badini ....

    • mon cher SAA, tu es aussi avec ses abrutis qui tuent au nom de Dieu. et comme tu sembles
      être leur frère, vas vivre avec eux, mais laissent les clairvoyants se chercher. tu pensent qu’avec un morceau de craie on tient tête à une arme LOURDE ? tu es aussi assassin que les terroristes. paix aux âmes des morts, mais longue vie aux vivants et pour ça, la solution est unique. ne pas braver les balles. on n’est pas d’acier.

    • à tous ceux qui ont répondu à mon poste, vous faite preuve d’une myopie intellectuelle. relisez -moi bien, j’invitais les instituteurs à rester en poste (DJIBO, DORI) et non en classe. quitter la ville ils ne font pas honneur à leur collègue. Et à vous qui pensiez que je suis à Ouaga, et même si c’était le cas, les Ouagalais n’ont pas quitté la ville suite à l’attaque terroriste. Avec des propos du genre "quitter la ville" je suis tenté de vous qualifier d’ennemis du peuple.

    • Oh la !, je m’efforçais de te comprendre mais j’ai vite réalisé à qui j’avais à faire. No comment.

    • Vas te joindre à eux pour rester. Il semble même que ya manque de personnel,comme ca tu va les donner l’exemple.

  • Ils ont raison de quitté ce maudit lieu. Envoyer leurs frères chez eux pour enseigner leurs enfants. Merde, merde et merde. S’ils ne peuvent dénoncer ses diables qui se trouvent etre leurs frères qu’on les laisse à leurs sorts

    • c’est la réaction la plus négative que je lis par rapport à ce phénomène et la réaction la plus haineuse et aussi la plus idiote. quand les barbus vont arriver dans ton village tu feras que tu n’as rien compris au phénomène. les enseignants ont raison de quitter les lieux s’ils ne sont pas protégés par l’Etat ça au moins c’est sure. mais les réactions de ce genre ne devraient pas être autorisés.

    • Non mon frère ce lieu n’est pas maudit, il faut simplement qu’on y mette les moyens pour sa sécurisation.

    • ton message ne mérite pas d’être qui dit nord du burkina parle de tout le pays entier quand ces terroristes vont sébir ce village c’est là tu cpmprendras que le nord du burkina n’est pas mali et le niger mais sous ton nez pauvre type a tous ces disparus que le seigneur leur accorde sa grâce

  • ils ont raison si policiers mulitaires fuient et laissent leur poste vide pour ne pas etres tuer par les teroristes. c’est ne pas un enseignant qui peut rester. qui est fout

  • Peuple du Burkina Faso. Pourquoi est tu si lent à comprendre certaines réalités politiques par un discernement lucide ? Alors, retiens ce message. Le Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré en parlant des attaques terroristes avait fait savoir que le pays n’est pas seulement confronté à l’adversité venant de l’étranger mais aussi à celle de l’intérieur. Il sait de quoi il parle si l’on constate que certains Burkinabè s’engagent sur le terrain du terrorisme sous-couvert d’un djihadisme mal assimilé. Avant le remaniement ministériel du 20 février 2017,il existait un groupe de lobby politique qui agitait la quiétude nationale avec de fallacieux prétextes qu’il fallait des militaires aux ministères de la défense et à celui de la sécurité ,comme si cela était la solution miracle contre l’insécurité. En réalité, ceux qui véhiculaient ces idées, cherchent à combattre le président Kaboré et le ministre Simon Compaoré de la sécurité. Ils ont réussi à force de chantages et d’agitations médiatiques hostiles, leur mode opératoire habituel de subversion, à faire céder le porte –feuille de la défense par le Président du Faso. A présent, c’est le ministre de la sécurité qui reste la cible de leur adversité clanique. Pour ce faire, comme d’habitude, ils ne ménageront aucune intrigue pour provoquer des incendies de marchés, opposer les braves Koglwéogo à des citoyens, activer même des réseaux terroristes pour chercher à se justifier en disant que les autorités en charge de la sécurité ont échoué. Le ministre d’Etat Simon Compaoré qui a des atouts sécuritaires pour avoir organisé et dirigé plus de 15 ans la police municipale, demeure un élément capital pour la défense de la stabilité du pouvoir du président Kaboré. Si ce monsieur venait à quitter le ministère de la sécurité, ce serait un boulevard de l’instabilité qui serait ouvert contre le régime Kaboré. Une seconde instabilité prolongera le Burkina dans une crise économique sans précédent avec le risque de l’instauration d’une dictature féroce. Alors, que les populations sachent faire preuve de vigilance et de discernement. Des gens cherchent à tout prix à être présidents de ce pays même s’il faut marcher sur des cadavres en créant des troubles de toutes sortes. Les populations ont intérêt donc à collaborer avec les forces de défense et de sécurité en signalant toute situation de probable insécurité par des appels aux : 17(Police) ,16(gendarmerie) ,10 10(veille sécurité).

    • Mon cher Vigilance, économises tes mots et ton énergie car je commence à me rendre compte que certains Burkinabè sont animé d’une haine sans précédent et ne prennent même plus le temps d’analyser quoi que soit. L’ennemi est dans la maison.

  • L’Etat doit se faire respecté en respectant ces paroles.si L’État dit aujourd’hui aux enseignants de rester ; si après un enseignant est tué en fonction par un assaillant non identifié ! et retourne pacifiquement au mali sans être inquiété. ou est l’autorité de l’État ?

  • Que s’est il passé après le voyage du MENA sur le terrain ? C’est vrai que l’affaire des primes des policiers qui ont accompagné le ministre a occupé plus les media et les esprits mais je n’ai pas compris le sens de cette visite. C’est une question sécuritaire, donc pas de politique dans tout ça. Il fallait le ministre de la sécu et les responsables militaires, politiques, et gendarmes pour rassurer en prenant des mesures idoines. L’heure est grave !

  • Et si on armait tous les FONCTIONNAIRES de cette zone en appui aux FDS pour leur sécurité et celle des populations ?

  • Arrêtez de faire de la propagande pour les terroristes. Tout ce que les médias disent sur les faits avérés ou non profitent aux terroristes.

    • Et si le pouvoir en place négociait la paix au nord pour sauver les vies humaines. Ce n’est dans le langage courant d’aucun gouvernement responsable de penser se rabaisser, mais ne dit-on qu’ à défaut de pouvoir vaincre le voleur il faut l’accompagner avec le butin. n’ayons pas honte de le faire.

  • Mes condélience à la famille BADINI et toute la population Burkinabè,que la terre lui soit légère et que DIEU tout puissant fortifie le cœur de sa femme .je m’adresse particulièrement aux vaillants enseignants qui se trouvent dans cette zone .si vous quittez les terroristes auraient gagner raison et c’est la finalité rechercher pas ses babares pour mettre la région hors contrôle de nos autorité .je suis sur et convaincus que des mesures conséquentes seront mise en oeuvre pour que se drame qualifié de lâche n’arrive plus dans notre beau pays qui est le Burkina Faso.donc cher internautes donner des conseil qui encourage les éducateur de rester et non les encourager de fuir.

  • Mes condélience à la famille BADINI et toute la population Burkinabè,que la terre lui soit légère et que DIEU tout puissant fortifie le cœur de sa femme .je m’adresse particulièrement aux vaillants enseignants qui se trouvent dans cette zone .si vous quittez les terroristes auraient gagner raison et c’est la finalité rechercher pas ses babares pour mettre la région hors contrôle de nos autorité .je suis sur et convaincus que des mesures conséquentes seront mise en oeuvre pour que se drame qualifié de lâche n’arrive plus dans notre beau pays qui est le Burkina Faso.donc cher internautes donner des conseil qui encourage les éducateur de rester et non les encourager de fuir.

  • Peuple Burkinabé, le nord est un territoire Burkinabé et dans un état de droit : S’il y a quelques-uns de nos frères Burkinabé, qui se permettent de se lever le matin, aller tuer qui ils veulent, là où ils veulent, alors soyons solidaires, dénonçons les : Que tous les proches, les amis, les familles, au centre, à l’Ouest, à l’Est, au Sud, qui connaissent ces personnes, les dénoncent, pour que le Burkina avance en paix. Que le vrai état d’urgence soit instauré par nos gouvernants qui n’en peuvent plus, que la priorité soit donnée aux FDS, secondés par les vrais DOZOS et Kolg-Weogo, les vrais pisteurs des bandits, comme ces terroristes déguisés qui se cachent parmi la population du Nord. Si nos autorités avec leurs nouvelles techniques de faire une guerre sans nom ne sont pas efficaces, utilisons celles de nos continuités des coutumes qui ont faites des différences avec notre étalon. Sauf nos vieux peuls, et en passant que l’âme d’Arba Diallo repose en paix, nos vieux DOZOS, nos vieux Samos, Bissa et tant d’autres, peuvent mettre un nom a cette guerre, en ramenant nos enfants perdus à mettre fin de leurs atrocités gratuites, qui retardent le développement du pays que nous aimons tous.

  • Et si le pouvoir en place négociait avec les terroristes pour sauver les vies humaines de cette partie du nord. Ce n’est pas responsable ; mais à défaut de pouvoir les combattre le gouvernement doit avoir une attitude au rabais pour préserver le peu de dignité qui nous reste.

    • Je suis désolé mon ferre, on n’négocie pas avec une punaise qui vous suce le sang, on l’écrase. Avec ces terroristes, il faut les combattre et non les laisser gagner du terrain. Je demande à l’état de renforcer sa fermeté dans l’instauration de l’état d’urgence, en associant en étroite collaboration avec les habitants des villes du Nord, et tout le peuple Burkinabé.

  • Il est grand temps que les services de securites armees soient installes dans tous les ecoles au Burkina Faso. Les Americains ont reussis a diminuer cette deboire qui avait tant hantee la population d envoyer leurs enfants a l ecole. Pour parer eventuellement a d autres attentats, l armee doit patrouiller anos frontieres poreuses qu exploitent ses assassins sans dieu. Qui veulent semer une panique generale. Les armes volees sont retournees contre des populations paisibles qui doit aussi s armer pour contre-attaquer dans le futur pour sa prore securite.

  • Les enseignants ont raison de fuir sans regarder en arrière car on ne vit qu’une fois. Tant que leur securité ne sera pas assurée qu’aucun d’eux n’y retourne. Le frère Salifou BADINI, repos éternel à son âme, est mort cadeau et ce sont ses proches qui n’ont que leurs yeux pour pleurer. Que l’Administration ne s’avise même pas à couper les salaires de ces enseignants. A bon entendeur Salut !

    • Vous ressemblez certainement à un enseignant qui n’était même pas content d’aller servir le pays au nord, donc une occasion en OR pour vous. pitoyable comme raisonnement.

  • il faut créer une zone entre la frontière du mali et le burkina ou personne ne circule. interdire les voitures, les grosses cylindrées. l’armée est habilitée à tirer dans cette zone de jour comme de nuit, avec ou sans sommation. celui qui veut se de placer qu’il ait à dos d’ane, de chameaux, en p. 50 en nombre limité. il faut dissuader les terroristes de traverser la frontières dans un sens comme dans l’autre.
    En plus, il faudra des patrouilles et une surveillance aérienne. dans tous les cas, il faut faire quelque chose. il faut réduire le train de vie de l’État pour financer la logistique, les avions, de combat, les hélico, les drones avec des cameras thermiques et infrarouges...c’est toujours rassurant pour les troupes au sol de savoir qu’elles ont des yeux dans le ciel.
    Il faut regrouper les élevés dans des écoles fortifiées. (plusieurs villages). pour mieux protéger les populations, il faudra les regrouper.
    Enfin il faut rendre le retrait des terroristes impossible en obstruant les voies principales et secondaires qui mènent vers le mali. Exemples : obstruction avec du béton, creuser des fosses, patrouilles (police, gendarmeries, armées, agents des eaux et forets...).conclusion il faut fortifier la frontière. si besoin faire un travail comme au temps de la revolution, la bataille du rail.
    Dans tous les cas, il faut trouver une solution.

  • Il ne sert à rien que nos braves enseignants jouent au zoro quand on sait que même ceux qui sont commis à cette tâche de contrer l’ennemi semble dépasser par les événements aujourd’hui ; pardon depuis même au début où lors de l’attaque à l’avenue Kwamé n’kruma leur mentor le lutin du MPP comme s’il était atteint subitement d’astigmatisme hallucinatoire voyait deux femmes parmis les djihadistes alors que c’était des déguisements. Chères enseignants ne compromettez pas vos vies et celle des élèves qui ce n’est pas sûre aient pour le moment les oreilles en classe pour les leçons mais les ont pour écouter à travers les fenêtres afin d’anticiper pour fuir en cas de bruit de moto Sanili. Attendez d’abords de bénéficier d’une garantie sécurité sans faille avant de recommencer. Ayez aussi en mémoire les jeunes filles que Boko haram avait enlevé au Nigera. Ces cinglés du nord Burkina la sont aussi capables de faire la même chose. Nous savons déjà votre engagement pour nos enfants et nous vous remercions infiniment mais le perdri a di que c’est quand on vit qu’ on pond des oeufs. À Simon, Jean Claude, Oumarou et autres les faits sont là et l’histoire est témoin .

  • ....et avec raison ; qu’on ferme tous les établissements de brousse jusqu’à ce qu’il y ait la paix, jusqu’au moment où l’on peut gagner la vie de soi en toute quiétude dans ces localités sans s’exposer à des périls inutiles. Premièrement, les enseignants se débrouillent avec des moyens de bord, donnent des cours dans des paillottes, ou même sous des arbres, les arbres étant mieux que les paillottes et maintenant, outre le salaire dérisoire pour ne pas dire salaire de misère, si même ces salaires arrivent à temps, et maintenant, il faut y perdre la peau. Je propose que le gouvernement ouvre des centres dans les localités ou l’on peut assurer, à minima, la sécurité. Ce malheureux, il a perdu sa vie pour rien.

  • IL est temps que les autorités réagissent, il faut une réplique courageuse et sans état d’âme face à ces descendants de satan. Attention !!! s’il est dangereux de prendre le taureau par les cornes, il l’est encore plus d’ignorer que ce taureau a des cornes.

  • Faisons front commun pour nous protéger. Faisons front commun contre les agresseurs. Militaire, civil, autorités de tous ordres, c’est le même combat.
    Un secret : que chacun invoque la malédiction, la défaite et l’humiliation contre ces agresseurs, les commanditaires et leurs parrains. Même les athées, n’ont qu’à formuler les vœux. C’est une arme de destruction massive contre les injustes. Elle est imparable.

  • Ce n’est pas la solution de deserter les classes sous prétexte que votre vie est menacée, vous penser qu’a ouagadougou ils ne peuvent pas venir ? La seule alternative c’est que tous les burkinabè doivent se lever mains dans la main pour lutter contre ce phénomène ibride. Collaborer avec ceux qui sont au premier plan de la lutte. Quand il ya eu l’attentat à ouagadougou, ses habitants ont ils desertés ? Réfléchissez un peu, c’est ça le patriotisme aussi. Chaque jour mouvement d’humeur vous croyez que ce là peut avancer le pays ?

  • A actions dangereuse, réaction audacieuse :
    Ne faisons pas comme le Nigéria et le Mali qui ont tous échoué contre les islamistes djihadistes. Soyons plus imaginatif par ce que nos méthodes de lutte montrent déjà leurs limites. Je suis sure que, contrairement à l’opinion générale qui se dégage suite à cette situation, l’état fais des efforts mais malheureusement avec des moyens classiques (patrouille militaires et policières). Moi je pense que nous devons :
    -  Remplacer certains fonctionnaires (enseignants, infirmiers et autres) de Djibo et Doris par des corps habillées (s’il en manque, recrutons et formons rapidement des jeunes pour ça).
    -  Armé certain civiles qui serons sou le contrôle stricte de la gendarmerie dans la région.
    -  Crée un centre de surveillance (sous contrôle de l’armée) de la zone en recrutant des jeunes informaticiens formé à cet effet et en les équipant de drone.
    Je pense qu’en agissant ainsi, nous montrerons toute notre détermination à éradiquer ce mal démoniaque.

    • Vous faites de bonnes propositions. Cependant, elles seraient plus utiles si elles sont faites dans le secret au niveau des boites à idées du Ministère de la sécurité ou de la défense. N’oubliez pas que les djihadistes sont à l’affût des idées lumineuses émises par les citoyens pour mieux peaufiner leurs plans d’attaque.
      Évitons donc de faire des propositions directement à la radio ou sur les réseaux sociaux pour ne pas réduire à néant les actions des forces républicaines.

  • toute mes condoléance a la famille de l’enseignant.
    je pense que pour un défaut de personnelle du fait qu’on ne peut pas déployer l’armé partout au Burkina.je propose que le ministre de l’enseignement en collaboration avec le ministère de la sécurité donne une formation MILITAIRE de base de 3MOIS au enseignant et les permettre de porté même si sait des pea pour ceux affecté au fin fond du Burkina afin de se mettre en sécurité et celui des élève.

  • Dans tout ce brouhaha, où sont passés les intellectuels Burkinabé ? Basile Guissou, Valère Somé, Mélégué Traoré, Laurent Bado et autres ; pourquoi ils ne se font pas entendre sur cette menace existentielle contre le Burkina Faso ? sont-ils d’accord pour un retour à une sorte de 1932 ? si c’est le cas, qu’on négocie alors l’affaire en douce au lieu de sacrifier nos pauvres populations. c’est le temps de l’action, c’est maintenant ou jamais

  • En tout cas mes frères et soeurs qui tous ensembles et en même temps car y a rien à faire , avec président mouta mouta comme ça ; ne vender pas vos vies pour des dirigeants de genres . Aucune action, aucune riposte , aucune chasse à l’homme visible , vraiment s’est du n’importe quoi .

    Sougri de paris

  • Allez les frères ne cédons pas à la panique.sachons que nous devons dorénavant apprendre à vivre avec cette malheureuse nouvelle situation.qu’ on panique ou pas cela ne changera pas le comportement de ces mécréants. Au vu de ce qui se passe au Mali niger nigeria..ne pensons pas qu on viendra a bout de ce phenomene en un an ou deux même si c etait notre souhait.Croyons dur comme fer que les terroristes seront terrorisés.

  • on apprend que des enseignants du Bam auraient également été menacés par des hommes à moto leur intimant d’enseigner l’arabe ou de quitter les lieux.
    je demande au Moogho Naaba et à tous les Rois de reconstituer les KIIMSES sans délai et aux différents villages d’accepter les KWG. depuis la création de l’islam dans un bout de désert du moyen orient, les gens de la pierre noire dans leurs invasions de l’Afrique pour imposer leur culture n’ont jamais réussi à pénétrer l’intérieur de la boucle du Niger pour attaquer les territoires de l’actuel Burkina ; l’islam a été introduit plus tard par des marchands.
    il a fallu attendre que des traitres viennent à la magistrature suprême à coups d’incendies pour que des néo-djihadistes foulent l’honneur de ce pays aux pieds

  • Je propose la création des milliers de "gardiens de la Révolution ( de la démocratie maintenant) comme en Iran. Imaginez si des millions de burkinabé avait fait une formation militaire comme au temps de CNR, à qui on pourrait donner des rudiments militaires, j’ assure qu’aucun djadiste ne pourra traverser notre frontière, sans être aperçu et dénoncé. Sous le CNT, on y a pensé, mais les gens n’ont pas voulu mettre cette idée en œuvre.
    De toutes les façons, tant qu’on aura des officiers ne roulant que dans les V8, et calés du matin au soir au mess avec des gonzesses claires claires de Ouaga, on est mal barré. Regardez comment certains officiers de nos au contraire de leurs ainés voltaïques, se sont spécialisés dans la construction des lycées et collèges privés. C’est par leur faute, c’est Blaise Compaoré qui a détruit notre armée en 27 ans de règne. Dans certains pays comme les USA, les militaires cherchent à partir sur les terrains de combat pour avoir des galons mérités, sinon aucune promotion pour eux ni dans l’ armée ni dans les hautes fonctions politiques. Mais chez nous quand ça chauffe, chacun courte rentrer dans jupon de sa femme et des que l’orage passe, il porte fièrement ses galons pour parader.

  • Mes Condoléance A La Famille Badini Et Au Corps Enseignant. Ke Le Gouvernement Decrète L’état D’urgence Et Proceder Par Des Perquisitions Dans Les Domiciles. Instaurer Un Couvre-feu,interdire Tout Deplacement A Moto,tricycle,vehicule... Le Jour Comme La Nuit Sauf Les FDS. Proceder A Des Ratissages. Dieu Benisse Le Bf !

  • La légendaire couardise burkinabé !!! Si cette lâche mentalité du rien ne vaut la vie continue, c’est foutu pour le pays. Mais ce que ces peureux oublient c’est que meme dans son lit ils peuvent mourir. Au Nigeria, les jihadistes tuent les villageois dans leur sommeil. Et ce n’est pas en fuyant vers Ouaga ou ailleurs, qu’ils échapperont.

    Car l’ambition des jihadistes, c’est pas seulement le Soum, c’est tout le Burkina, donc y compris Ouaga et autres villes où croyez trouver la sécurité, Messieurs les enseignants peureux ! Rappelez vous ce qui c’est passé sur l’avenue Kuamé Nkrumah.

    AU LIEU DE VOIR COMMENT VOUS ORGANISER POUR VOUS DEFENDRE CONTRE CES CHIENS VOUS FUYEZ. Quelle est donc la valeur d’un homme quand il a si peur pour sa peau ?

    Et si cette couardise continue, il vaut mieux changer d’hymne national où on termine par LA PATRIE OU LA MORT...

    Que se passe t il dans ton Burkina, Roch ?

  • En réconfort pour ceux qui font dans leur culotte à cause des jihadistes, sachez qu’ils ont pris de l’essor avec Obama qui jouait une double jeu, fasait mine de les combattre alors qu’ils encourageait sous la table.

    Avec l’Administration Trump, c’est fini pour les jihadistes. Voyez ce qu’il est entrain de faire au Yemen. Dans son discours d’investiture il a decidé de les effacer de la surface de la terre. Et c’est ce qu’il est entrain de faire au Yemen où il pillonne sans répit Al Qaida avec plus de 40 raids contre eux en 5 jours (Cf www.debka.com).

    Et ses boys ont commencé à fouler le sol en Syrie pour mettre fin à la plaisanterie de l’EI sous l’impulsion de Mad Dog MATTIS, son Ministre de la défense qui affectionne tuer du jihadiste. Alors ces pauvres types de jihadistes, n’en ont plus pour longtemps.

    Et avec l’entrée action de Barkhane suite à l’attaque jihadiste au Niger d’hier, le pauvre Ibrahim Malam Dicko aura rejoint ses ancêtres dans un mois. Qui parie ?

    Alors pourquoi paniquer, quand les jours de ces pauvres jihadistes sont comptés ?

    • cher jean, je partage ton point de vu et dans mon poste précédent, je disais que tout ceux qui encourageaient la fuite des enseignants étaient des ennemis du Burkina. Quitter le sahel c’est faire honneur aux terroristes. Entre nous, combien ont quitté Ouaga suite à l’attaque des terroristes ? Observer un temps mort, oui, mais quitter le Sahel, je me répète, nous ne faisons pas honneur à la race humaine.

  • ’’’A’’’ Yomoza : Je suis désolé mon ferre, on n’négocie pas avec une punaise qui vous suce le sang, on les l’écrase. Avec ces terroristes, il faut les combattre et non les laisser gagner du terrain. Je demande à l’état de renforcer sa fermeté dans l’instauration de l’état d’urgence, en associant en étroite collaboration avec les habitants des villes du Nord, et tout le peuple Burkinabé.

  • Ce gouvernement doit arrêter de faire la fine bouche et même le mariole.Confiez la sécurité et la défense aux militaires. Sinon,ces bandits vous éprouveront sans que les bidasses ne disent mot. N’étant pas aux manettes,ils se garderont de toutes initiatives offensives. Ils attendront toujours des instructions( profanes et civiles) de Simon et de Bougma qui, on le sait, sont loin de pouvoir vaincre l’ennemi. CONFIEZ-VOUS, pardon, CONFIEZ-NOS à l’ARMEE

  • Peuple du Burkina l’heure est grave. Maintenant il ne s’agit plus de MPP ni de UPC encore moins du CDP ou de la NAFA. Il faut un sursaut patriotique pour sauver le nord et en même temps permettre à nos frères Peulh, Bella et Yadéga de continuer à s’émanciper en apprenant la langue de Molière. Si les mesures de sécurité annoncées par le Gouvernement sont un bluff pour nous faire croire que l’autorité de l’Etat existe nous devrions plus nous asseoir et laisser mourir gratuitement nos petits frères militaires, policiers, enseignants et même la population civile. Je demande au gouvernement ou à la société civile de lancer le Mouvement Volontaires pour le NORD par un recrutement massif de bonne volonté qui iront pour le combat du siècle au Sahel afin de montrer à ces batards de terroristes que nous sommes des BURKINA BE de Sankara et non de Blaise Compaoré.

  • Pourquoi les leaders musulmans ne disent rien ? puisque ces gens prient dans leurs mosquées et après vont attaquer les gens. IL faut que si ils ne sont pas complices qu’ils les dénoncent, qu’ils aident le gouvernement et qu’ils invitent alors les bons musulmans à être nos kogweogo de la situation !!!! L’école républicaine doit être protégée !

  • ce que je ne comprend pas est pourquoi depuis les attaques à djibo aucun terroriste n’a jamais été abattu ? ya t’il des complices au sommet de l’Etat ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés