Lac Bam : Le plus grand réservoir naturel d’eau de surface renait de ses eaux

LEFASO.NET | Par Marcus Kouaman • samedi 4 mars 2017 à 14h29min

Le projet de restauration, de protection et de valorisation du lac Bam (PRPV/LB) a été officiellement lancé ce vendredi 3 mars 2017 à Kongoussi (région du Centre-Nord). Piloté par le ministère de l’Eau et de l’assainissement, sur financement de la Banque ouest africaine de développement (BOAD), cette cérémonie a connu la présence effective du Président du Faso, Roch Kaboré.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lac Bam : Le plus grand réservoir naturel d’eau de surface renait de ses eaux

C’est en présence du Chef de l’Etat, du président de l’Assemblée nationale Salifou Diallo, de l’ancien Chef de l’Etat Jean-Baptiste Ouedraogo, ainsi que d’autres personnalités que le lancement des travaux d’aménagement et d’équipement de 520 ha de périmètres irrigués à l’amont du seuil du lac par un réseau semi californien a eu lieu. Jadis une référence en matière de production de haricot vert (depuis la Haute Volta), le lac Bam, au fil des années, se noyait dans ses propres eaux.

JPEG - 63.8 ko
Le président du Faso, Roch Kaboré, visitant les stands

Selon des études, en 2082, avec l’envasement accéléré estimé à ce jour à 4,8 millions de m3, ce réservoir naturel disparaitrait. C’en était donc fini pour le lac avec son bassin versant de 2610 km2 qui s’étend de Kongoussi à Bourzanga, avec une capacité maximale de stockage d’eau de 41,3 millions de m3. Conscient que le tarissement de cette source tarirait les activités de maraichage et de pêche, donc un manque à gagner, l’Etat a pris les choses en main. Quoi de plus normal pour la Gouverneur de la région du Centre-Nord, Nandy Somé/Diallo et l’ancien chef de l’Etat, Jean-Baptiste Ouedraogo, fils de la province du Bam de se réjouir de ce sauvetage d’un patrimoine national en péril.

JPEG - 79.1 ko
La population de la region était mobilisée pour le lancement officiel des travaux

D’un coût global de 7 152 628 650 FCFA TTC, les travaux seront exécutés par le groupement d’entreprises SONAF/SAOH/BTP (lot 1 pour un délai de 12 mois) et par l’entreprise ECR/BTP (lot 2 pour un délai de 18 mois). Pour Oumar Diarra, Directeur du département des opérations de la BOAD, ces travaux sont plus que nécessaires « pour assurer le désenclavement de la ville de Kongoussi en saison pluvieuse et contribuer à la lutte contre la pauvreté et à la sécurité alimentaire ». Ces travaux viennent donc à point nommé puisqu’il y a dix ans, ce cadre hydrique produisait par an au moins 3000 tonnes de haricot vert. Alors qu’à ce jour la production annuelle ne vaut plus 900 tonnes.

JPEG - 70 ko
Ambroise Niouga Ouedraogo, ministre de l’Eau et de l’assainissement

C’est tout satisfait de voir la mise en œuvre du projet de restauration, de protection et de valorisation du lac Bam (PRPV/LB), que Ambroise Niouga Ouedraogo, ministre de l’Eau et de l’assainissement a pris la parole. Selon lui, cet acte n’est que la concrétisation de l’engagement pris par le président du Faso en 2015 lors de la campagne présidentielle. « Au premier plan de cette volonté, il y avait la finalisation des études de faisabilité de recalibrage du lit mineur du fleuve Nakanbé et les restaurations des ouvrages hydrauliques majeurs, que sont le lac Bam, le lac Dem et le lac de Bourzanga ».

La seconde phase coûtera 32 milliards de FCFA

Pour le ministre, cette volonté du Chef de l’Etat tient une place de choix dans le Plan national de développement économique et social (PNDES) à travers son objectif stratégique 3.4 relatif au développement des infrastructures de qualité et de résilientes pour favoriser la transformation structurelle de l’économie du pays des hommes intègres.

C’est sur ces mots que le président du Faso, Roch Kaboré a pris place dans le bulldozer et procédé symboliquement au lancement des travaux. Avant de visiter l’exposition des produits tirés de ce lac.

JPEG - 45.7 ko
Lancement des travaux

En attendant la seconde phase du projet qui est estimé à 32 milliards, cette présente phase dont les études et les travaux ont été financés par la BOAD à plus de 10 milliards, prend en compte plusieurs aspects socio-économiques. Il s’agit en partie du rehaussement du seuil du lac de 25 cm, suivi d’un ouvrage de franchissement et la réalisation d’une piste de désenclavement de 1,5 km ; de la réalisation de forages et de latrines communautaires ainsi que l’appui en équipements des associations en charge de la collecte des déchets solides ; de la construction de 12 étangs piscicoles, de cinq enclos piscicoles, d’un marché de poisson et de trois unités améliorées de transformation de poisson. Ainsi que l’acquisition de quatre décortiqueuses, de six batteuses de riz, de trois centres d’étuvage de riz, de onze magasins de stockage et de trois aires de séchage.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 mars à 19:18, par SID PAWALEMDE
    En réponse à : Lac Bam : Le plus grand réservoir naturel d’eau de surface renait de ses eaux

    Les agents du ministère de l’Eau là, dites moi qui est le chef du Projet de Restauration, de Protection et de Valorisation du Lac Bam (PRPV/LB) ??????

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars à 11:42, par paysannoir
    En réponse à : Lac Bam : Le plus grand réservoir naturel d’eau de surface renait de ses eaux

    C’est ça un projet qui répond aux besoins des populations. Les impacts sont immédiats, la production agricole va augmenter, les revenus de nous autres aussi. les jeunes qui veulent s’investir dans l’ag et l’élevage, vont trouver des opportunités. Diakonia prend 5 milliards pour un foutu projet dénommé "présimètre". Je me demande si nos autorités connaissent nos priorités. 5 Milliards suffisent pour réhabiliter les barrages de Ouagadougou, restaurer le couvert végétal et créer des bassins de pisciculture. Au lieu de manger des carpes OGM, on agrandit le périmètre piscicole de Bagré et de Ziga. Combien de Burkinabè possèdent un ordinateur à fortiori, accès à internet ? Les radios FM suffisent au président Rock si il veut juger sa popularité. Il n’a qu’à écouter Horizon FM et Fémina FM chaque matin. Il entendra les Burkinabè le féliciter pour le Lac Bam et non pour ce foutu projet de présimètre. Si il faut utiliser les fonds du PNDES pour des projets farfelus, à la fin, on sera comme au début.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars à 14:20, par SAWADOGO
    En réponse à : Lac Bam : Le plus grand réservoir naturel d’eau de surface renait de ses eaux

    Respect monsieur le président. Toutes mes fecilitations pour cette oeuvre.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars à 16:51, par maani sougri
    En réponse à : Lac Bam : Le plus grand réservoir naturel d’eau de surface renait de ses eaux

    SID PAWALEMDE, que veux tu insinuer ? C’est vrai qu’au Burkina, la mode est de détruire mais de grâce, ayez l’honnêteté de dire la vérité. Le ministre Ambroise OUEDRAOGO a été jusqu’à sa nomination, le coordonnateur du Projet de Restauration, de Protection et de Valorisation du Lac Bam (PRPV/LB). Mais sachez que le projet est logé à ce jour comme celui de la Direction générale des Infrastructures Hydrauliques qui en assure la direction en attendant l’appel à candidature pour le recrutement d’un nouveau coordonnateur ; Je vous demande un peu plus d’honnêteté intellectuelle dans vos élucubrations. Tous, nous gagnerons au lieu de faire de la délation et du mensonge, votre sport favori. A bon entendeur......

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars à 17:18, par maani sougri
    En réponse à : Lac Bam : Le plus grand réservoir naturel d’eau de surface renait de ses eaux

    SID PAWALEMDE, que veux tu insinuer ? C’est vrai qu’au Burkina, la mode est de détruire mais de grâce, ayez l’honnêteté de dire la vérité. Le ministre Ambroise OUEDRAOGO a été jusqu’à sa nomination, le coordonnateur du Projet de Restauration, de Protection et de Valorisation du Lac Bam (PRPV/LB). Mais sachez que le projet est logé à ce jour comme celui de la Direction générale des Infrastructures Hydrauliques qui en assure la direction en attendant l’appel à candidature pour le recrutement d’un nouveau coordonnateur ; Je vous demande un peu plus d’honnêteté intellectuelle dans vos élucubrations. Tous, nous gagnerons au lieu de faire de la délation et du mensonge, votre sport favori. A bon entendeur......

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars à 17:44, par maani sougri
    En réponse à : Lac Bam : Le plus grand réservoir naturel d’eau de surface renait de ses eaux

    SID PAWALEMDE, que veux tu insinuer ? C’est vrai qu’au Burkina, la mode est de détruire mais de grâce, ayez l’honnêteté de dire la vérité. Le ministre Ambroise OUEDRAOGO a été jusqu’à sa nomination, le coordonnateur du Projet de Restauration, de Protection et de Valorisation du Lac Bam (PRPV/LB). Mais sachez que le projet est logé à ce jour comme celui de la Direction générale des Infrastructures Hydrauliques qui en assure la direction en attendant l’appel à candidature pour le recrutement d’un nouveau coordonnateur ; Je vous demande un peu plus d’honnêteté intellectuelle dans vos élucubrations. Tous, nous gagnerons au lieu de faire de la délation et du mensonge, votre sport favori. A bon entendeur......

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés