Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Prix Thomas Sankara : « A place for myself » fait l’unanimité

Accueil > Actualités > DOSSIERS > FESPACO 2017 • LEFASO.NET | Par Nicole OUEDRAOGO • lundi 6 mars 2017 à 00h15min
Prix Thomas Sankara : « A place for myself » fait l’unanimité

C’est un film contre la stigmatisation des albinos qui a recueilli l’assentiment du jury du prix Thomas Sankara. Initié en 2015, ce prix spécial du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou est décerné à un court métrage de la sélection officielle du Fespaco. Et pour cette 2ème édition, c’est le film « A place for myself » (une place pour moi) de la jeune Rwandaise Marie Clémentine Dusabejambo, qui a été sacré meilleur court métrage parmi les 26 films en lice. C’était dans la soirée du vendredi 3 mars 2017, au cours de la nuit du court métrage.

Agée de 5 ans, Elikia est une jeune fille albinos dans une école primaire du Rwanda. Rejetée par ses camarades de classe en raison de la couleur de sa peau, la petite fille doit aussi affronter le regard du voisinage. Face aux uns et aux autres qui considèrent sa différence plus comme un problème qu’un caractère particulier, Elikia a du mal à se faire une place dans la société. Néanmoins, bénéficiant du soutien de sa mère qui élève seule son unique enfant, les deux femmes réagissent et élèvent leurs voix pour trouver leur propre place.

En 21 minutes, avec très peu de mots et d’images, Marie Clémentine Dusabejambo a raconté une histoire extraordinaire. « Nous avons suivi 26 films et quand nous avons vu ce film, nous sommes tous ressortis de la salle en disant oui, oui et on savait déjà qu’à moins d’un miracle, on tenait notre lauréat » a confié la présidente du Jury, Osange Silou-Kieffer, soulignant que c’était la seule fois qu’un film recueillait l’assentiment de tout un jury.

Et la présidente du jury de renchérir qu’au-delà des qualités esthétiques et artistiques, « un très beau scénario, une très belle sélection d’acteurs, des personnages très attachants, une histoire extraordinaire racontée avec une grande simplicité », c’est aussi le message véhiculé à travers ce film qui a retenu l’attention du jury.

Marie Clémentine Dusabejambo, au milieu, recevant son prix

La lauréate du jour quant à elle, soutient : « Je suis très honorée et touchée. C’est énorme pour moi de ramener un tel prix au Rwanda. Je dédie ce prix à tous les jeunes cinéastes rwandais, nous avons aussi notre place dans l’industrie du cinéma » s’est –elle réjouie. Puis de poursuivre que l’idée de ce film a germé après les tueries des albinos en Tanzanie. ‘’ Je ne voyais pas assez d’albinos au Rwanda et j’ai voulu raconter une histoire propre à celle de mon pays. J’ai travaillé avec la maman de l’actrice depuis 2012 et je retiens que la souffrance des albinos au Rwanda était plutôt psychologique » décrit-elle.

Selon Balufu Bakupa-Kanyinda, initiateur de ce prix et président de la guilde africaine des réalisateurs et producteurs, ce film correspond à l’identité du prix Thomas Sankara, un prix qui vise à honorer la mémoire de celui qui a incarné la créativité et la mémoire africaine. Pour lui, il faut penser ce prix dans cette phrase du président Sankara : « Osons inventer l’avenir » c’est-à-dire, explique-t-il : « il faut avoir de l’audace pour l’avenir et le court métrage est toujours considéré comme une partie du débutant mais c’est pour nous aussi, un investissement vers l’avenir ». Balufu Bakupa-Kanyinda a par ailleurs informé que la Guilde Africaine ambitionne de récompenser des courts métrages hors compétition FESPACO.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
FESPACO 2017 : WaterAid soutient le cinéma africain
Fespaco 2017 : L’Union européenne au service du cinéma africain
FESPACO 2017 : La sécurité mérite d’être ‘’Félicitée’’, l’organisation traine encore des boulets
Etalon d’or de Yennenga 2017 : La ‘’Félicité’’ de Alain Gomis !
FESPACO 2017 : La moisson des réalisateurs, acteurs et techniciens
« Il y a 20, 30 ans, le Burkina Faso était en phase de labéliser son cinéma » Souleymane Ouédraogo, directeur général de l’ISIS-SE
Prix Thomas Sankara : « A place for myself » fait l’unanimité
Etalon de Yennenga !
Alain Gomis, lauréat de l’Etalon d’or de Yennenga 2013 : ‘’On est en train de dévier comme si c’était des compétitions sportives’’
FESPACO 2017 : Le prix Houphouët-Boigny du conseil de l’entente pèse 10 millions
FESPACO : « Ouaga Girls », Un documentaire sur les filles dans le métier de mécanicien
Boubacar Diallo, réalisateur : « Je refuse que le cinéma africain soit enfermé dans une calebasse ».
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés