Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Mieux vaut une conscience tranquille qu’une destinée prospère. J’aime mieux un bon sommeil qu’un bon lit.»  Victor Hugo

Recherches scientifiques : Les plantes médicinales valorisées par l’IRSS du Burkina

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Recherches et innovations • LEFASO.NET | Rita Bancé/Ouédraogo • samedi 25 février 2017 à 00h48min
Recherches scientifiques : Les plantes médicinales valorisées par l’IRSS du Burkina

Dans le cadre de la valorisation de ses résultats de recherches, l’Institut de recherche en science de la santé a organisé un atelier de diffusion des résultats de recherche sur les phyto-médicaments indiqués dans la prise en charge des maladies telles que la drépanocytose, les inflammations et l’hypertension artérielle. Au cours de cette même rencontre, les acteurs du monde de la recherche ont également rendu hommage au professeur Pierre Innocent Guissou, élu membre de l’Académie nationale de pharmacie de France.

Selon Sylvain Ouédraogo, directeur de l’IRSS, la portée de ses résultats de recherche qui été présenté au cours de l’atelier est surtout sanitaire.En effet, il a noté que si au bout des résultats qui ont été montrés, ils arrivent (ndlr les chercheurs de l’IRSS) à valider en essai clinique, il va s’en dire que, cela fait beaucoup de produits médicaux produits au niveau national et utilisable au niveau national. « On aurait validé scientifiquement ces produits que nos médecins traditionnels utilisent. Et cela peut aider à résoudre de grandes questions sanitaires au Burkina Faso. Quoi qu’on dise, les médecins traditionnels utilisent les plantes médicinales depuis plusieurs années mais souvent il y a des risques d’empoisonnement, et aussi le risque de perdre ce savoir. Nous travaillons à les rendre utilisables même en dehors du Burkina », a-t-il précisé.

Le Professeur Odile Nacoulma, spécialiste en biochimie, l’une des quatre premières personnes à s’être intéressé aux plantes médicinales au Burkina, s’est réjoui que la jeune génération du monde scientifique s’intéresse à l’étude des plantes médicinales. « Au soir de ma carrière professionnelle, je suis contente de voir que le flambeau que nous avons allumé, en aout 1974, les jeunes générations ne l’ont pas laissé tomber », a-t-elle renchérit. Aussi, elle a indiqué que le professeur Guissou et elle, ont formé plus d’une cinquantaine de personnes qui sont devenus des cadres du Burkina dans le domaine de la biochimie et la pharmacie. Bref, tout ce qui a trait à la médecine traditionnelle, aux médicaments traditionnelles et à la pharmacopée traditionnelle.

A en croire le Professeur Odile Nacoulma, plus rien ne peut être remis en question en ce qui concerne l’étude des plantes médicinales surtout la réhabilitation de la médecine traditionnelle de nos ancêtres, un patrimoine qu’ils doivent préserver et enrichir avec l’avènement de l’écriture. En outre, elle a martelé qu’il faut qu’ils fassent tout pour préserver ces acquis parce que de plus en plus, les substances(les plantes comme les animaux) disparaissent compte tenus de plusieurs facteurs tel que le climat. « Si nous n’avons pas l’écriture pour consigner tout cela, si nous restons dans notre tradition orale, tous les acquis seront perdu, et nous seront en arrière par rapport aux autres et le milieu qui nous environne ne pourra pas nous servir pour ce qui est de résoudre nos problèmes de santé », dixit la biochimiste Odile Nacoulma.

A l’issue de la rencontre, tous les participants ont, à la suite du professeur Odile Nacoulma, félicité le professeur Pierre Guissou pour son élection comme membre de l’académie nationale de pharmacie de France. Tous ont reconnu les mérites de l’homme, son abnégation et son ardeur au travail. Tous lui ont exprimé leur fierté et exhorter la jeune génération à le prendre comme un modèle.

Rita Bancé/Ouédraogo
Lefaso.net

Qui est le professeur Pierre Innocent Guissou ?

Le professeur Pierre Innocent Guissou est un pharmacien de formation, professeur de pharmacologie et de toxicologie. Il travaille au Centre hospitalier Yalgado Ouédraogo, encadre des étudiants. En plus de cela, il mène des recherches sur les plantes médicinales et les médicaments à base de plante. Il est enseignant-chercheur au département de l’Institut de recherche en sciences de la santé (IRSS), un Institut du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST).Pharmacien depuis 1975 au Burkina. Le 28 septembre 2016, il a été élu comme l’un des membres de l’Académie nationale de pharmacie de France. Il y est en tant que Correspondant à titre étranger dans la 2e Section, Sciences pharmacologiques. Il est le tout premier Burkinabè à être membre de cette Académie française. Il a, à son actif plus de cent trente publications et vingt-cinq thèses de doctorat. Il a été plusieurs fois décoré sur le plan national et international.

Portfolio

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Université Ouaga I Pr-Joseph-Ki-Zerbo : Admis à la retraite, le Pr Prosper N. Zombré reçoit l’hommage de ses pairs
Les obstacles à la participation communautaire à la santé
Soutenance de mémoire : Hamadoum Tall analyse la consommation des réseaux sociaux par les lycéens
Recherche : Le quinoa, une plante pour s’adapter aux changements climatiques
Soutenance de thèse : Nicolas Ouédraogo propose les résidus de tubercules pour combattre la malnutrition et la pollution
Innovation : Etudiant en droit, Jonathan Ouédraogo invente du carburant à base d’huile usagée de moteur
Education à la paix : Marceline Yaméogo suggère l’instauration de la « gouvernance scolaire » dans les écoles
Master II en Topographie et Systèmes d’information géographique : Neysa, première femme diplômée de l’ESUP-Jeunesse
Institut national des sciences des sociétés (INSS) : Les mérites des chercheurs reconnus
Repenser le système de vulgarisation au Burkina Faso pour favoriser l’adoption des innovations agricoles
Plateforme d’innovation-Lait de Banfora : un outil de développement local au Burkina Faso
Soutenance de Thèse Université Nazi Boni : Ida Ouèbounga Bénagabou, désormais Docteur en développement rural
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés