Agriculture : Le CIR-B valorise le riz local

LEFASO.NET | Par Rita Bancé/Ouédraogo • vendredi 24 février 2017 à 00h20min

Dans le souci de promouvoir le riz du Burkina, le Comité interprofessionnel du riz du Burkina (CIR-B) a organisé, ce mercredi 22 février 2017, une conférence de presse à Ouagadougou. L’Objectif de cette rencontre était entre autres de partager les informations et les résultats de recherche sur les atouts et les avantages comparatifs du riz du Burkina et obtenir l’accompagnement de la presse afin de contribuer à lever les freins à la consommation du riz du Burkina.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Agriculture : Le CIR-B valorise le riz local

Selon les responsables du CIR-B, le riz du Burkina est meilleur au riz importé pour quatre raisons. D’abord, le fait que le riz local est frais, c’est-à-dire qu’il n’a généralement pas plus de deux ans de stockage contrairement au riz importé qui peut être vieux de dix ans ou plus. Ensuite, le riz du Burkina a un arôme et un goût naturels sans oublier sa bonne saveur. Après, le riz du Burkina ne contient pas de produits chimiques. Enfin, il est plus nutritif et riche en protéines, lipides et sels minéraux.

Concernant le fait que certains consommateurs se plaignent du fait que le riz local contient souvent des cailloux, les membres du comité ont rassuré qu’ils veillent à ce que le riz qu’ils proposent à la consommation soit de bonne qualité. Ils ont également confié qu’il faut que le consommateur sache qu’il existe trois catégories de riz (1er, 2e et 3e choix) ; seulement les prix diffèrent.

Le secrétaire exécutif du CIR-B, Boukary Bikienga, a précisé que la plupart des membres de leur comité ont reçu des formations en matière d’’étuvage et qu’il n’y a pas de risque quant au riz qu’il propose à la consommation.

Par rapport au prix du riz local que certains consommateurs estime cher, le secrétaire exécutif du CIR-B a révélé que le comité compte revoir les prix afin que le riz local soit accessible à toutes les bourses, sans pour autant omettre d’expliquer que : « cela est lié aux charges de production. »

A l’issue de la conférence de presse, une panoplie de mets à base de riz local a été servie à l’assemblée.

Au titre des plaidoyers

« Dans nos plaidoyers, nous souhaitons que l’Etat nous aide dans la mise en place d’une structure nationale (agence ou office) de promotion du riz. Cela permettra dans un bref temps d’améliorer les performances de la filière. En plus, qu’il régule le marché des importations du riz à travers les contrôles et le contingentement des importations par l’instauration de quota permettant aux importateurs de riz de coupler les importations avec les achats du riz national »,ont noté les membres du CIR-B.

Rita Bancé/Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 23 février à 21:18, par Cequejenpense
    En réponse à : Agriculture : Le CIR-B valorise le riz local

    Nombreux sont les consommateurs qui ne veulent pas prendre de "risque" a rater leur repas. Surtout les gens comme moi habitues a cuisiner pratiquement que du riz importe brisure 100%. Trop facile a cuisiner, generalement propre sans cailloux et pas cher.

    Comme vous le savez deja, il faut :
    - baisser le prix du riz local,
    - veuiller a sa proprete pour faciliter la vie aux cuisinieres,
    - mener un lobbying pour reduire le quota des importations.

    Mais je pense surtout qu’il ne faut pas cibler essentiellement les menages mais plutot les restauratrices. Si le riz local est vraiment bon, facile a cuisiner, accessible et rentable pour les restauratrices (des grands restaurants jusqu’aux petit hangars du quartier), il se vendra plus facilement. Approchez les, initiez des seances de cuisines avec elles et vous verrez.

    • Le 24 février à 10:41, par Burkin’avance
      En réponse à : Agriculture : Le CIR-B valorise le riz local

      c’est juste Mr cequejenpense, pour compléter il faut que les acteurs de la filière mettent l’accent sur la qualité du riz vendu. En un mot il faut qu’il fasse preuve de professionnalisme dans la conquête du marché local. Notre riz peut être compétitif à condition de mettre l’accent sur la qualité du produit. par qualité du riz j’entends la propreté du riz, le respect du poids indiqué sur l’emballage, le choix de la variété, le cout. si ces critères sont réunis il est évident le Burkinabè va consommer le riz produit au Burkina car il n’y a pas de comparaison entre ce riz et les riz d’antiquité déversés sur nos marchés et dont nous ignorons les conditions de production.
      bref, même si tout n’est parfait pour le moment, vivement que tous les burkinabè fassent l’effort de consommer quelquefois dans l’année le riz produit au Burkina. ça ne fera que du bien à notre économie.

  • Le 23 février à 22:10, par MINOUNGOU
    En réponse à : Agriculture : Le CIR-B valorise le riz local

    Bravo et bon vent au CIR-B dans la promotion du riz Burkinabé

  • Le 24 février à 09:48, par Ben
    En réponse à : Agriculture : Le CIR-B valorise le riz local

    Bravo, initiative à féliciter pour promouvoir le riz local.
    Combien coûte l’importation annuelle de riz au Burkina ? A quand l’autosuffisance en riz au Burkina Faso ?
    Bonne continuation pour une bonne qualité du riz local.

  • Le 24 février à 10:15, par Gabysankara
    En réponse à : Agriculture : Le CIR-B valorise le riz local

    "l’impérialisme se trouve dans nos assiettes". Thomas Sankara. Bravo au CIR-B. Ceux qui pensent que le riz importé est propre et moins chers ne se posent pas la question de savoir combien de temps ces producteurs ont mis pour en arriver là. Produisons ce que nous consommons et consommons ce que nous produisons. c’est à ce prix que nous pouvons espérer notre indépendance un jour

  • Le 24 février à 10:33, par Gabysankara
    En réponse à : Agriculture : Le CIR-B valorise le riz local

    "l’impérialisme se trouve dans nos assiettes". Thomas Sankara. Bravo au CIR-B. Ceux qui pensent que le riz importé est propre et moins chers ne se posent pas la question de savoir combien de temps ces producteurs ont mis pour en arriver là. Produisons ce que nous consommons et consommons ce que nous produisons. c’est à ce prix que nous pouvons espérer notre indépendance un jour

  • Le 24 février à 10:41, par Burkin’avance
    En réponse à : Agriculture : Le CIR-B valorise le riz local

    c’est juste Mr cequejenpense, pour compléter il faut que les acteurs de la filière mettent l’accent sur la qualité du riz vendu. En un mot il faut qu’il fasse preuve de professionnalisme dans la conquête du marché local. Notre riz peut être compétitif à condition de mettre l’accent sur la qualité du produit. par qualité du riz j’entends la propreté du riz, le respect du poids indiqué sur l’emballage, le choix de la variété, le cout. si ces critères sont réunis il est évident le Burkinabè va consommer le riz produit au Burkina car il n’y a pas de comparaison entre ce riz et les riz d’antiquité déversés sur nos marchés et dont nous ignorons les conditions de production.
    bref, même si tout n’est parfait pour le moment, vivement que tous les burkinabè fassent l’effort de consommer quelquefois dans l’année le riz produit au Burkina. ça ne fera que du bien à notre économie.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés