Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • mercredi 22 février 2017 à 23h12min

Ainsi donc, c’est à Po qu’ils sont allés enterrer Dabo Boukary, si l’on se fie aux investigations du juge en charge du dossier qui a présenté la prétendue tombe aux avocats, le 21 février dernier. Un pas de plus vers la manifestation de la vérité ? Assurément, selon le Dr Seni Koanda qui était président de l’Association nationale des étudiants du Burkina (ANEB) en 1990 quand les commandos du Conseil sont descendus sur le campus pour mâter durement lui et ses camarades qui manifestaient. Traqués jusque dans leurs domiciles, l’un d’entre eux, Dabo Boukary déporté au Conseil, n’en est plus jamais ressorti. Il y a deux ans, quand il nous accordait une interview, Seni Koanda déclarait que le Gal Gilbert Diendéré et Salifou Diallo pouvaient éclairer l’opinion sur la disparition de l’étudiant en 7e année de médecine. Depuis, le Général est inculpé dans cette affaire. Salifou Diallo, lui, aurait été entendu aussi. Dans cette nouvelle interview qu’il nous a accordée, l’ancien président de l’ANEB se prononce sur cette tombe révélée après 27 ans. Il revient également sur les récentes déclarations du président du Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP) d’alors, Me Halidou Ouedraogo.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

Lefaso.net : Ce mardi 21 février 2017 la supposée tombe de Dabo Boukary a été indiquée aux avocats et à certains membres de la famille du défunt. Comment avez-vous accueilli cette nouvelle ?

Seni Koanda : Comme tous les combattants de la liberté, les militants, nous pensons que si cette tombe qui a été identifiée était celle de notre camarade Dabo Boukary, c’est un pas important vers la manifestation de la vérité, d’une part. D’autre part, après près de 27 ans, si on arrive à identifier qu’effectivement c’est la tombe, c’est l’occasion de pouvoir enfin donner une sépulture digne de lui, parce qu’on ne sait pas dans quelle condition il a été enterré.

Nous sommes quand même des Africains, c’est l’occasion qu’on puisse faire tout ce qui est nécessaire pour que son âme repose en paix. C’est très important qu’on lui rende hommage à la hauteur du sacrifice qu’il a fait pour le peuple burkinabè.

La nouvelle est tombée comme un couperet. Comment l’avez-vous apprise et qu’elle a été votre réaction ?

Dès que la nouvelle est tombée, j’ai été informé. Ensuite, j’ai confirmé à travers la presse, ce qu’on m’avait dit. C’est difficile, les sentiments sont un peu mélangés parce que cela fait quand même 27 ans que nous attendons cette nouvelle.
Mais j’avoue que j’ai été surpris de l’entendre, parce que je ne m’attendais pas qu’à ce stade on puisse identifier la tombe. Je dois dire également que depuis près d’une dizaine d’années, je m’inquiétais beaucoup en me demandant si on pourra effectivement retrouver la tombe. J’espère que ces inquiétudes vont être levées à travers des examens approfondis pour voir si effectivement c’est la tombe de Dabo Boukary.

L’autre surprise, c’est qu’il ait été enterré à 150 km de Ouagadougou. J’avoue ne pas comprendre la motivation de ceux qui ont commis l’acte pour aller enterrer notre camarade du conseil à plus de 150km de Ouagadougou. Mais je pense que cela montre en même temps la signature de ceux qui ont commis l’acte. Tout le monde sait que Po était le siège du RSP (Régiment de sécurité présidentielle, ndlr) à l’époque on les appelait les militaires du Conseil. Qu’on l’ait enterré vers ou à Po, cela va dans l’ordre de ceux qui ont commis l’acte. C’est mon avis.

C’est une information de taille qui va permettre au dossier d’avancer plus rapidement, a dit Me Sankara, l’un des avocats de la victime. Est-ce votre avis ?

Oui, c’est un élément matériel. Parce qu’en réalité, c’est l’ANEB qui dénonçait cette situation, avec les mouvements de droit de l’Homme, les organisations syndicales. Mais le régime de Blaise Compaoré, de façon formelle, n’a jamais reconnu l’assassinat de notre camarde Dabo, n’a jamais indiqué la tombe. Il n’y avait pas de preuves matérielles, éléments importants dans la poursuite de la vérité et de la justice.

Il y a deux ans, vous nous accordiez une interview, dans laquelle vous déclariez que deux personnes pouvaient éclairer sur la mort de Dabo Boukary, Gal. Gilbert Diendéré et Salifou Diallo. Avec le temps, effectivement le Général a été inculpé dans cette affaire, Salifou Diallo aurait également été entendu par le juge. Maintenez-vous ce que vous aviez dit ?

Je ne change aucun mot de ce que j’ai dit il y a deux ans. Et ce que j’ai dit il y a deux ans, je le dis depuis 1990. Ma version reste inchangée. Je n’enlève aucune virgule, ni aucun point dans ce que j’ai affirmé.

Vous n’enlevez aucune virgule, aucun point. Me Halidou Ouedraogo, président du MBDHP à l’époque et qui avait décidé d’exclure Salifou Diallo du Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP) à cause de sa prétendue implication dans l’affaire Dabo Boukary a fait une sortie récemment dans la presse et semble faire un rétropédalage. Comment avez-vous accueilli cette sortie qui continue de faire des vagues ?

Je ne rentre pas dans la polémique, je refuse d’y entrer. Chacun a donné sa version, on attend la justice.

Mais c’est quand même contradictoire, entre la décision d’exclusion de Salifou Diallo pour sa prétendue implication dans la répression de la manifestation en 1990, et les propos de l’ancien président du MBDHP maintenant. Non ?

Je pense que c’est à lui de s’expliquer, pas à moi. C’est lui qui doit expliquer pourquoi il a dit comme ça avant, et pourquoi il le dit comme ça maintenant. Je n’ai pas à commenter ce qu’il a dit. Après, si la justice fait son travail, certainement qu’il y aura des débats contradictoires. Mais moi je ne rentre pas dans la polémique.

Cette sortie vous a-t-elle étonné, tout de même ?

Ce que je pense n’est pas important. (Rires). Surtout on attend que la justice s’active davantage avec ces personnes inculpées et maintenant cette tombe identifiée. Tout le monde attend que justice se fasse.

Avec la position ou le poids politique de certaines personnes qui seraient impliquées dans l’affaire Dabo Boukary, pensez-vous que même s’il y a jugement un jour, on connaitra toute la vérité ?

Je pense que notre peuple s’est battu pour qu’on ait une justice indépendante, pas seulement sur le papier, mais dans les faits. Que la justice burkinabè nous montre que le combat que notre peuple a mené et qui a abouti à l’insurrection populaire est une réalité. Que ce combat qui a été mené pour que la justice soit indépendante ne soit pas vain.

La balle est dans le camp de la justice qui doit démontrer que de façon effective, transparente, juste, elle rend la justice. Que la vérité se fasse sur l’affaire Dabo Boukary comme toutes les affaires de crimes de sang. Que le droit soit dit. A ma connaissance, la justice est valable pour tout le monde, quelle que soit sa position sur l’échiquier politique.

Un appel à lancer…

Cela fait 27 ans que nous attendons que justice soit faite pour notre camarade et j’espère que ce qui a été dit hier va se concrétiser et que de façon effective, la tombe supposée, soit la tombe de notre camarade Dabo. Et que notre peuple puisse rendre hommage au camarade à la hauteur des sacrifices qu’il a consentis et que ses restes mortuaires méritent à mon humble avis, de reposer au carré des martyrs de ce pays.

Je voudrais enfin saluer, je le dis de tout mon cœur, la jeunesse burkinabè, notamment estudiantine. Celle qui est aussi organisée au sein de l’ANEB qui depuis 1990 s’est battue pour que vérité et justice puissent être faites. Il y a plein de jeunes qui ont perpétué la mémoire du camarade Dabo, alors même qu’en 1990, ils n’étaient pas encore nés. C’est quelque chose d’extraordinaire que cette jeunesse ait pu maintenir haut le flambeau de la lutte. Tout ce qui ce passe maintenant est le fruit de ces luttes.

►Lire aussi : Justice : La « supposée » tombe de Dabo Boukari identifiée à Pô, non loin de la frontière ghanéenne

►Lire aussi : Affaire Dabo Boukary : « Mamadou Bamba était dans la voiture des militaires qui se sont rendus dans mon domicile » témoigne Dr Séni Kouanda

►Voir aussi : Affaire Dabo Boukary : Les deux versions de Me Halidou Ouédraogo

►Salif Diallo : « Je n’ai rien à voir avec l’affaire Dabo Boukary »

Interview réalisée par Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 23 février à 00:20, par Jean Gabriel Yaméogo
    En réponse à : Affaire Dabo Boukary : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Seni Koanda, parle !

    Permettez-moi d’abord de saluer la mémoire de ce patriote lâchement assassiné par les sicaires du régime aujourd’hui aussi défunt. Comme le dit l’adage, "quelque soit la longueur de la nuit, le jour finit par se lever". Il n’est point de doute que la vérité ou les vérités seront dites sur tous les crimes de sang perpétrés par les "cannibales" contre de dignes fils du pays des hommes intègres. Tous ceux qui, de loin ou de près, sont mêlés à ces assassinats qui semblaient être devenus "rituels" doivent commencer à préparer leur mémoire en défense.

    Et personne n’étant au dessus de la loi, il ne devrait plus avoir de justice à géométrie variable comme il nous avait été donné de constater dans un passé récent. La vérité et la justice sont des préalables incontournables à la réconciliation. A cet égard, les regards se tournent vers "dame justice" qui enfin, donne des signes de frémissement et semble se réveiller de sa torpeur dans laquelle, les anti-démocrates et les faucons l’avaient confinée jusque là. C’est l’occasion pour elle de redorer sa toge jadis maculée du sang des innocents pour lesquels le peuple a toujours réclamé que justice leurs soit rendue.

    Ensuite, je voudrais féliciter l’ANEB qui a une longue histoire de lutte contre l’impunité et a toujours été à l’avant-garde de ce noble combat nonobstant, les complots ourdis par les tenants, d’alors, du pouvoir pour la liquider, avec notamment la création d’organisations estudiantines fantoches, devenues aphones depuis la disparition de leurs mentors. C’est dans le cadre de cette lutte que Dabo Boukary a été trucidé et que le Professeur Guillaume Séssouma a été enlevé devant sa famille et porté disparu jusqu’à ce jour. J’aimerai bien qu’on éclaire ma lanterne sur tous ces syndicats "jaunes" qui ont poussé sur le campus de l’U.O. comme par enchantement entre 1990 et 2010. Que sont-elles devenues ? Une enquête devrait être ouverte pour connaître leurs commanditaires et leur implication dans les crimes et tortures enregistrés au sein du campus dans cette période sombre de l’histoire du Burkina. Comme on dit, le mensonge a beau courir, la vérité le rattrape en un jour.

    Vérité et justice pour Dabo Boukary et tous les cas d’assassinats non encore élucidés pour une réconciliation sincère et durable !

    "La patrie ou la mort, nous vaincrons"

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 01:48, par SOME
    En réponse à : Affaire Dabo Boukary : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Seni Koanda, parle !

    Bonne initiative que de donner la parole aux personnes concernées. Vous comprenez qu’il ne peut pas dire certaines choses... au risque de desservir la cause.

    « La balle est dans le camp de la justice qui doit démontrer que de façon effective, transparente, juste, elle rend la justice. Que la vérité se fasse sur l’affaire Dabo Boukary comme toutes les affaires de crimes de sang. Que le droit soit dit »
    Je dirai tout simplement que vous comprenez pourquoi ce gouvernement s’est empressé de donner un million comme salaire aux hommes de droit dès qu’ils ont commencé a bouger. Et ces hommes de droit sachant ce qu’il y a comme verité, ont profité pour faire chantage et avoir leurs avantages. Alors comment peuvent-ils dire le droit ? Le deal est posé : quelle confiance a la justice ? Et les comportements et traitements des affaires tendent a nous donner raison de ne pas faire confiance. Seule la lutte paie, les camarades.
    SOME

    Répondre à ce message

    • Le 23 février à 09:47, par Phil
      En réponse à : Affaire Dabo Boukary : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Seni Koanda, parle !

      SOME, je comprends tes inquiétudes dans l’analyse que tu fais. Mais une chose est sure, quelque soit le deal, le peuple veille et a le dernier mot. Si le peuple s’est mobilisé pour faire partir le précédent régime à cause des crimes impunis, il le fera encore pour tout ceux qui se mettront en travers de la manifestation de la vérité sur ces dossiers emblématiques.
      NE SOUS ESTIMEZ PAS UN PEUPLE DEBOUT POUR UNE CAUSE JUSTE. RIEN NE PEUT L’ARRÊTER !

      Répondre à ce message

  • Le 23 février à 05:19, par Karfolo
    En réponse à : Affaire Dabo Boukary : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Seni Koanda, parle !

    Merci Seni, d’être au poste avant-gardiste de cette affaire. Mais il faudrait noter ceci :
    De 1990 à nos jours Beaucoup beaucoup de vos camarades combattants ont quitté la zone rebelle et se retrouve dans les sphères du pouvoir d’état. Ces camardes d’hier sont plus nocifs , néfastes , que ceux qui ont trucidé Dabo Boukari et compagnies. Ils maîtrisent parfaitement Les deux techniques de luttes. Hier , je parlais du cas de Me Sankara , avant hier de Me Halidou, rien que ces deux à eux seuls peuvent saper la lutte de Tout un peuple mener depuis 27 ans. La présence de Me Sankara au poste de Premier Vice President de L’Assemblee Nationale est éminemment politique, c’est exactement la même chose chose que le solutionnèrent à la revendication des juges. La nomination de Me Halidou au poste de President de La commission constitutionnelle, sont simplement des actes pour faire taire tout ce qui sont actif sur Les dossiers de crime de sang concernant le suspect Numéro 1.
    Maintenant que les choses avancent ils faudrait vous organiser :
    1 - Une vigilance accrue sur Les avocats chargés de La Défense, il risque d’avoir divergence sur la conduite du dossier. Je trouve que maître Sankara ne devrait pas tenir seul cette conférence de presse . Ou étiez les autres avocats du collectif ? La présence au perchoir comme second de l’autre , maître Sankara risque de jouer les trouble-fête. Il a une nouvelle mission à accomplir, celle de faire obstruction aux dossiers de crimes de sang impliquant son mentor dont il a La charge.
    2- Utilsation à fond du pouvoir de la presse. Cest grace à ce pouvoir que tous les délinquants impliqués dans ce dossier seront démasqués. Donc utilisation accrue des réseaux sociaux. Ces réseaux sont l’arme fatale , Pour mettre hors d’état de nuire les Zorro d’hier toujours cachés et qui continuent à diriger et à piller ce pays. Leur seule objectif c’était de Monter au Pouvoir pour Piller. Chers camardes , Cest en ce moment qu’il faut se battre pour la manifestation de la vérité. Nul nest au dessus de notre loi fondamentale. Battons nous , ne laissons nulle place ou La main ne passe et repasse. Le vieux lion blessé est bel et bien dans l’aire de la battue encerclée . Ne Le laissons pas s’échapper cette fois ci car il La cause de la mort causée dans le troupeau.
    3 - Je demande aux juges patriotes d’être au Côté du peuple car ca sera à ce prix qu’ils pourront sceller leur réconciliation avec celui-ci.

    Victoire !! La vérité viendra. Merci à Kôrô Yamyélé Pour ses écrits, je te suis et te lis, Cest Matou à Sikassossièra.

    Répondre à ce message

    • Le 23 février à 11:49, par Sidpayétka
      En réponse à : Affaire Dabo Boukary : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Seni Koanda, parle !

      BONJOUR A TOUS !
      Nous validons, nous les gueux, les roturiers et les bagnards du pays réel (pas celui de l’autre). C’est maintenant qu’il faut s’armer de courage et ne jamais reculer. Car si on doit tomber, alors qu’on tombe les armes a la main face au lion mort et non tomber le dos et les fesses griffés par le lion même mort.

      Répondre à ce message

    • Le 23 février à 21:35, par farida
      En réponse à : Affaire Dabo Boukary : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Seni Koanda, parle !

      @ Karfolo merci mille (1.000) fois. Quant on entend la verite’ il ya quelque chose de mystique dans l,air qui vous dit : yes, ca c,est a considerer. Hier vous disiez exatement de faire attention a ce paramettre. Effectivement maître Sankara est devenu soudain proche de SD par sa position de vice president a l,assemble’ national de SD. ON nous a trop manipuler dans le passe’. Ce people ne peut plus se laisser berner, Nous devons etre vigilant. Le pays va mal trop de coup bas. A vous les juges faites a cause de la memoir de l,un des votre, le juge Nebier, ces politiciens ne sont pas vos amis ils vous utiliseront et s,il le faut un jour vous serrai liquider. Le peuple vous regarde messieurs les juges et avocats ayez pitier et faites dignement votre travail. Ca fait mal tout ceci. S,il vous plait on a faim, soif de justice. Jai 25 ans depui que je suis nee j,ai pas encore vue une justice de grande importance dans ce pays. Qu,ai-je fais ?

      Répondre à ce message

  • Le 23 février à 05:24, par Bob le justifier
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    Voilà comment se développera le BF avec des intellectuels qui trouverons toujours des solutions aux problème des jeunes et de la populations par des débats de hauts vols sur les questions de justice en mettant en avant leur égo leur intérêt la manipulation on en a marre. à la fin est que mange à notre faim.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 06:38, par ISMO
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    En affirmant que « On ne peut pas me faire dire que Salifou Diallo a contribué à la liquidation physique de Dabo Boukary. Il a plutôt contribué à sa libération. Et ça, j’en suis un témoin » (Halidou O. Président de la Constitution Constitutionnelle, CC ; Fév 2017).

    Maitre Alidou OUEDRAOGO pour qui j’ai bien du respect, devra répondre au juge à savoir comment et en quoi il a été témoin de la libération de Dabo Boukari par Salif DIALLO.

    Cela permettra d’établir si Salif DIALLO a fait libéré Dabo Boukari et que les DIENDJERE ont donné l’ordre après d’aller le recupéré pour le liquider ensuite.

    On attend vivement le témoignage de Alidou OUEDRAOGO, tout es espérant qu’il ne nous servira pas une 3ème version.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 07:37, par Cheick Omar
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    Merci Dr Koanda. Vous êtes resté digne. Que Dieu vous bénisse et que la vérité éclate. La Justice de Dieu est implacable. Tôt ou tard.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 07:55, par ami
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    J’ai vraiment pitié de certain internautes qui sont animés de haine et qui ont oublié de faire travailler leur cerveau mais peut être que cela fait partie de leur courte vision des choses. La transition avait fait beaucoup de conscession au travailleur sachant qu’ils ne seront plus la au moment de l’exécution. Ce qui fait qu’il y a actuellement des mouvements de grèves dans presque tous les ministères pour demander l’augmentation des salaires qui avaient été promis au temps de la transition. Concernant Me Sankara qui est pour moi la seule personne qui est résisté au régime Compaoré, je ne vois pas pourquoi il doit remettre le dossier. Je l’admire qu’il est choisi le bon camp et non celui de l’opposition ou l’ancien partie au pouvoir (qui est la source de tous nos problème) est présente. Je connais Zéphirin Diabré et je crois que si cela était à refaire, il n’allait plus aller dans l’opposition. Même dans les démocraties européennes cela n’est pas interdit d’être dans le parlement et avoir d’autre fonctions à côté. Seul les parents de Dabo Boukari peuvent le retirer le dossier s’ils n’ont plus confiance en lui.

    Répondre à ce message

    • Le 23 février à 09:32, par Yssif
      En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

      Raisonnement bas de gamme. Vous étés tout simplement pathétique

      Répondre à ce message

    • Le 23 février à 10:02, par Jean Gabriel Yaméogo
      En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

      Bonjour "l’ami". Quand vous parlez, il faut le faire pour vous ou votre chapelle et laisser les honnêtes citoyens tranquilles. Vous affirmez péremptoirement connaître M. Zéphirin Diabré et, selon vous, il regretterait d’avoir choisi de rester dans l’opposition. Une affirmation bien gratuite qui ne repose sur aucun argumentaire digne de ce nom.
      Cela ne m’étonnerait pas que vous soyiez de ceux-là qui voulaient livrer l’UPC, pieds et poings liés, aux tenants actuels du pouvoir. Ayant échoué lamentablement votre mission, vous êtes, comme des snipers, encagoulé, prêts à flinguer de l’opposition. C’est peine perdue, "l’ami" car si vous connaissiez vraiment Zeph, vous sauriez que ce n’est point un assoiffé du pouvoir et, il n’est pas de ceux-là qui dînent avec le Diable sans en avoir l’air.
      La fin d’un engagement en politique n’est pas toujours, vaille que vaille, l’exercice du pouvoir, mais contribuer aux débats d’idées afin de faire progresser sa patrie pour assurer un avenir meilleur aux générations présentes et futures. Apparemment, l’échec cuisant du "tukguili" ne vous sert pas de leçons car quand on suit votre raisonnement, toute l’opposition devait faire allégeance au MPP pour que vos mentors dirigent le pays à leur guise. Non ! Le peuple en faisant le choix qu’il a fait le 15 novembre 2015 a clairement exprimé son voeu que "plus rien ne soit comme avant". Cela veut dire que les rôles doivent bien répartis pour que les boeufs soient bien gardés, à savoir que : "la majorité gouverne et l’opposition s’oppose".
      Ce faisant, tous ceux qui ont été élus, députés ou conseillers municipaux, sous la bannière de l’opposition et se retrouvent aujourd’hui à la table des "diablotins" (noms de ceux qui ont dîné avec le "Diable") sont des apprentis-sorciers pour ne pas dire des traîtres à la cause du peuple. Pour cela, ils répondront un jour devant le Tribunal de l’Histoire du pays des hommes intègres.
      Il ne faut jamais insulter l’avenir surtout, à l’aune des luttes héroïques du peuple burkinabé qui, désormais, debout comme un seul homme veille en sentinelle avérée sur son destin. Ceux qui pensent encore pouvoir tromper le peuple avec le slogan plein de morgue "ya foye" risquent d’avoir un réveil douloureux et, se retrouver de l’autre côté où les attend patiemment le "Diable" avec sa fourche bien acérée, prêt à les embrocher et les rôtir, à petit feu, pour une dégustation arrosée au champagne. Wait and see ! A bon entendeur, salut !

      Répondre à ce message

  • Le 23 février à 08:24, par Thién
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    Toute cette histoire nous rappelle que Barack Obama avait raison en disant que "l’Afrique avait besoin d’ institutions fortes que d’hommes forts !"
    Où est l’homme dit "fort" qu’était Blaise Compaoré ?
    Que dit-on de Salif aujourd’hui ? Et Dieu seul sait où cette affaire aboutira !
    Comme quoi l’homme passe mais les institutions demeurent !
    Arrêtons donc de vénérer des "mortels" quelle que soit la misère dans laquelle on se trouve !

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 08:28, par paul yapi
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    Ce que l’on attend de tout Burkinabè c’est de manifester les valeurs de patriotisme, de vérité , de civisme et de constance. Et honnêtement j’apprécie et félicite Dr seni kouanda pour son interview. Fo ya Burkina sid side. Bne jrnée

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 08:51, par la force révolutionnaire
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    merci grand frère de ta part de vérité et de ta contribution pour la manifestation de la vérité nous invitons maintenant maître HALIDOU OUEDRAOGO à nous expliquer l’évolution de sa version de 1990 à 2017. si il ne fait pas le pouvoir doit l’obliger à s’expliquer sous peine de voir la nouvelle constitution être rejetée d’ailleurs nous allons créer un mouvement dans ce sens. un homme qui se renie ne doit pas être digne de présider la commission de rédaction de la loi fondamentale.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 09:18, par patardé
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    et si on faisait le parallélisme entre l’exclusion de SALIF du MBDHP et une levée de l’immunité d’une autorité impliquée dans affaire judiciaire ? dans ce cas encore, Maitre Halidou aurait tracé la voie. l’immunité parlementaire d’un Salif a été levée pour son implication dans l’affaire juridique liée au coup d’état, un autre Salif, le PAN ,a dit être disponible pour une levée pour la manifestation de la vérité dans certains crimes de sang. Félicitation à l’ANEB et au MBDHP d’avoir contribué à évité l’amalgame qui nous oriente aujourd’hui. Comme quoi l’histoire nous inspire aujourd’hui et prévient de demain.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 09:19, par Roger
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    La justice a cette occasion ou plus jamais encore pour se reconcilier avec le peuple integre. Il y’a eu trop de sang verse dans ce pays.et pour dresser une nation sincere pour la generation montante il faut indubitablement passer par là : la justice.
    Que Dieu benisse le Burkina faso !

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 09:30, par Le Sage
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    Merci au Docteur Koanda Seni de n’avoir pas répondu aux niaiseries du traître et renégat Alidou. Des individus pareils ne méritent pas que le peuple leur accorde une quelconque attention. De toute façon, toute traîtrise se paye toujours. Tôt ou tard !

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 10:02, par tengen-biga
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    J’aime beaucoup la réaction de Dr Kouanda : pondérée, objective et sans émotions.
    Voilà un exemple d’attitude que beaucoup de gens devraient suivre.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 10:03, par GORKO
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    Paix à l’âme de DABO Boukary. A mon humble avis, je crois que nous devons nous satisfaire de cette avancée (inespérée il y a quelques années auparavant). Tant que le clan Comporé était au pouvoir, personne ne pouvait rien espérer de cette histoire. Donc chapeau aux nouvelles autorités. Maintenant après analyse, je vois deux hypothèses : soit ils n’ont rien à voir sur l’assassinat de Dabo Boukary et ils enlèvent le pied sur le dossier pour enfoncer d’avantage les "COMPAORES" soit ils ont quelque chose à se reprocher et s’inscrivent dans la logique de la réconciliation nationale en posant un acte majeur qu’on pourra mettre à leur actif pour enfin demander pardon au peuple burkinabè(rappelez-vous que le Larlé Naba avait dit qu’ils sont maintenant avec le peuple). Et si des supposés bourreaux d’hier disent qu’ils sont avec le peuple, il sera très intelligent de collaborer avec eux, c’est la seule façon de se donner la chance de connaître la vérité sur plusieurs autres dossiers. Car, dossiers, il y en a dans ce pays. Ne versons pas dans des débats stériles et qui vont freiner certaines volontés à délier les langues (Si on rassure le roi de la brousse, il connait le brousse et ce qui s’y passe ; il va aider à raconter cette "vraie histoire" sinon, il s’enferme et meurt avec.)

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 10:21, par abdou
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    Je ne comprend pas cette façon vraiment molle de Dr Kouanda de chercher à ménager Halidou dans cette affaire. On lui pose la question sur ce qu’à dit Halidou, il se contente du peu. Aucune analyse approfondie comme s’il a peur d’affronter un vieux amis avec lequel ils ont fait ensemble la sorcellerie. Pourtant ce qu’a dit Halidou est suffisamment grave puisque íl savait que Dabo a été libéré grace à l’inervention de Salif... mais que personne n’a jamais vu.
    Décidément, je ne comprendrais jamais le mental de tous ces anciens pseudo communistes et autres groupuscules gauchisants. Ils ont à leur actif les plus grand retournement de veste au Burkina. Sur cadavre de Sankara, Maitre Halidou était conseiller à la Présidence. Si vous vous souvenez de l’interview de Maitre Halidou, il a tenté de mettre le CNR de Sankara et le régime de Blaise dans le même sac. De toute façon, jusqu’à présent Halidou et l’ANEB n’ont jamais considéré Sankara comme un héro. Il sont tellement accroché à leur idéal de révolution populaire plus qu’à toute autre considération et sont prêt à tous les compromis pour ce faire.
    Je ne serai pas étonné demain que Dr Kouanda vienne nous dire qu’il n’avait pas bien compris ce qui s’est passé et que Maitre Halidou avait peut-être raison. ... Exactement comme le comportement de Maitre sankara... Que Dieu sauve le Burkina !

    Répondre à ce message

    • Le 23 février à 11:41, par Gongloma Sooké
      En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

      Mr Abdou, que voulez-vous en fin. Dr KOUANDA s’est prononcé sur le sujet et a donné son point de vu, que je trouve vraiment pondéré et sage à la hauteur de son rang. Le dossier étant en instruction, que voulez-vous qu’il dise de plus ? Se mettre à insulter Maitre Alidou ?
      Oh soyez un peu raisonnable !

      Répondre à ce message

    • Le 23 février à 12:54, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

      - abdu, quand tu parles de groupuscules gauchisants, tu n’as fait que dire la vérité ! Et moi Kôrô Yamyélé je te dis, j’insiste, je confirme et je répète que tous les malheurs de ce pays sont venus des conflits souterrains entre ces groupuscules aux tendances aussi nombreuses que les fourmis d’une fourmilière et aussi contradictoires que des centaines de crabes dans un même panier !

      Un jour, si les internautes ne trouvent pas d’inconvénients, je vais relatter ici toutes les luttes et batailles féroces de positionnements que ces grouspucules se sont livrés ici jusqu’à créer la chienlit dans le pays jusqu’à nos jours. Si vous ne voyez pas d’inconvénients, je le ferai et vous saurez que votre cher Kôrô Yamyélé ne parle pas dans le vide. Il y a des gens aujourd’hui qui se présentent comme des agneaux, d’autres ont avoué avoir abandonné la politique pour se consacrer à l’écriture. Et pourtant c’est leurs jusqu’au-boutismes, leurs jalousies, leurs égoismes (’’Tout pour moi, rien pour les autres’’, ou encore ’’C’est moi, c’est moi toujours à côté du Chef’’) qui on embourbé et retardé ce pays ! Blaise Compaoré n’a pas créé l’UCB pour rien jusqu’à aller perpétrer le coup d’État ! Demandez aux gens de l’ULC-R !! Pourquoi est né le ROC ? Demandez à ceux qui qualifiaent les militaire de gens peu intellectuels et ils vous diront aujourd’hui qu’ils avaient commis une grosse bêtise ! Attendez seulement ! Le jour de ma livraison arrive si vous le voulez bien.

      - Pour ceux qui ne savent pas car étant très jeunes à l’époque ou pas nés même : UCB = Union des Communistes Burkinabè. ULC-R = Union des Luttes Communiste-Reconstruite (un groupe dissident d’un autre !). ROC = Rassemblement des Officiers Communistes (Ceux qu’on a traité de peu intellectuels pour mener des débats de fonds !)

      NB : Si vous acceptez, je vais vous épatter ici !

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

      • Le 23 février à 20:24, par Ka
        En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

        Mon ami Kôrô Yamyélé, je ne me fâche jamais je dis plus haut ce que je pense comme toi qui gueule souvent, ce sont des tempéraments des kôrô qui ont vécus. Je confirme ton analyse, et j’en serai très heureux que tu remue nos souvenirs de jeunesse, dont nos objectifs opposés en homme de gauche et de droite, nous a conduit en une bataille politique, pour mieux s’organiser, et faire naître ces partis politiques dont tu cites. Des partis qui ont bataillés pour avoir le maximum des gens avec soi. C’est ce qui sait réellement passé dans notre Haute-Volta Noir blanc rouge, pour aboutir à la reconversion de la Haute-Volta aux pays des hommes intégrés. C’est vrai qu’on le veut ou pas, les partis politiques de gauche et de droite ont contribué à ce que le pays soit qu’il est aujourd’hui. A commencer par le RDA, L’UNDD ; L’UNI, le GAP ; le MLN, le FPV. Suivi par ceux de la gauche, le PAI-LIPAD, l’ULC et PCRV, tous dissous, et repris par ce que tu vas nous révéler, et que nous attendons avec impatience.

        Répondre à ce message

      • Le 23 février à 20:43, par SOME
        En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

        Mon koro, je te felicite pour ton intervention. Ne t’inquiete pas tu imagines bien que tes ecrits sont attendus avec appetit . Elle sera une œuvre de salubrité publique pour nos jeunes freres qui n’ont pas connu cette epoque et qui sont menés en bateau par certains aujourd’hui. Si certains, ne serait-ce qu’un tiers de cette jungle politique osaient dire ne serait-ce qu’un tiers de ce qu’est la realité dans l’histoire politique de notre pays, nous pourrions nettoyer un tant soit peu les ecuries d’Augias de la scene politique du burkina.

        Quand je vois certains aujourd’hui se pavaner…. Quand on a connu les debats et les « guerres » dans le mouvement étudiant des annees 70 au burkina en particulier (UGEB et ANEB) et en France en general (FEANF) (ca te rappellera une certaine rhetorique !), ton ecrit sera salutaire : je m’aventurerai pour dire que c’est meme un devoir pour toi. On verra pourquoi cette revolution sous thomas sankra a été si facilement detruite, et qui a fait quoi, et pourquoi et comment ils sont agi ? Et aussi pourquoi certains ont été epargnés. La scene politique au burkina est particulierement sournoise, machiavielique et remplie de faux culs specialistes de l’entrisme destructeur. Le pire, c’est que ce sont des gens competents mais malheureusement non patriotes. Voila notre probleme.

        « NB : Si vous acceptez, je vais vous épater ici ! » Ben ! bien sûr que oui ! Tu sais tres bien que tes interventions sont attendues, meme si on n’est pas parfois d’accord avec ton approche, (lorsque l’on ne comprend pas ton style pseudo ironique qui cache certaines choses qui restent inaccessibles quand on n’est pas au parfum de certains pans de notre histoire). Nous t’attendons avec impatience. Je suggere meme que tu ecrives un livre, meme sous un pseudonyme d’auteur.
        SOME (je tiens a rappeler que je ne suis pas Valère Somé, ce me semble important de le preciser)

        Répondre à ce message

    • Le 23 février à 13:43, par Temps de l’action
      En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

      penses tu sincèrement qu’un droit-de-l’hommiste va cautionner le CNR qui a été une dictature avec plusieurs exécutions sommaires à son actif ? les libertés et le libertinage syndical auquel on s’adonne aujourd’hui n’existaient pas sous la revolution. ceci dit, je ne suis pas contre les dictatures. d’ailleurs ce qu’il faut actuellement pour le Burkina c’est une dictature conduite par une élite patriote et éclairée pour un mandat de 10 ans

      Répondre à ce message

  • Le 23 février à 10:39, par SAW.
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    Voila qlq’un qui a accepté un dossier comme tant d’autres dans les années de plombs du régime COMPAORE avec l’onction bien de la famille du défunt et du MBDHP . Ou étiez-vs pr vs opposer au choix du cabinet Me SANKARA ?
    - Séni KOANDA dans son interview n’a pas remis en cause l’intégrité de l’avocat ;
    - les co- avocats dans ce dossier n’ont pas remis en cause Me SANKARA ;
    - la famille DABO depuis des décennies n’a pas encore douté un seul instant de la sincérité de leur conseil ;
    - l’UGEB et l’ANEB n’ont jamais remis en cause dans une déclaration la sincérité de Me SANKARA dans la gestion de ce dossier ;
    Alors Karfolo, vous avez quel problème avec l’avocat Me SANKARA ?
    Vous êtes de quelle officine politique officielle ou clandestine ?
    Vous monnayez vos ’’sales services’’ à combien de francs ?
    Epargnez les internautes et à tous ceux qui ont fait et continuent de faire confiance en Me SANKARA de vos "pétits conseils de bas étage’’.
    Quand on n’a rien à dire , on la boucle et personne ne vous en voudra.

    Répondre à ce message

    • Le 23 février à 12:05, par Marie
      En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

      A Saw "Einstein", aujourd’hui Me. Sankara est dans la majorite et fait copain copain avec Mr. Salif Diallo dont le nom revient frequemment dans ce dossier. Nul besoin d’etre une grande lumiere pour comprendre les critiques des uns et des autres qui appellent a se dessaisir du dossier. On ne peut etre juge, parti et conseil. Le temps, les circonstances et les positions changent les hommes. La preuve, le president du conseil constitutionnel, toute honte bue, s’est dedit pour exonerer Mr. Salif Diallo. Telle est la comprehension sommaire de la theorie de la relativite : suivant que vous etes assis sur une chaise dure bancale dans une salle lugubre du Mouvement Burkinabe des Droits de l’homme ou assis au perchoir douillet du conseil constitutionnel, vous percevrez Mr. Salif Diallo implique ou pas implique dans Cette affaire. Pareil meme quand on s’appelle Me. Sankara, chef de l’opposition politique ou Vice President de l’assemblee Nationale.

      Répondre à ce message

  • Le 23 février à 11:11, par Chafiq
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    Il a juste dit qu’il ne peut pas interpréter des propos qui ne viennent pas de lui. Ou est le mal ???? A chacun sa sagesse.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 12:08, par saidou
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    MR l’ internaute 16 tu te plainds tu fait que le docteur kouanda n’ est pas élévé le ton contre ALIDOU OUEDRAOGO, je t’ explique :
    1) Le docteur kouanda sait que parmi ceux qui s’ agitent sur les réseaux sociaux,très peu d’ entre eux sont à la recherche de la vérité ce qui les interesse c’ est à travers le dossier Dabo, avoir la peaux de quelques adversaires politiques et là aucun homme sérieux ne peut s’ enfermer dans ce piège
    2°beaucoup de ceux qui insultent Alidou, ne le connaissent meme pas en photo, chez nous on dit qu’on s’amuse avec les feuilles de l’ arbre qu’ on connait pas. Vous savez en politique si on sait pas ce qu l’ on veut on peut coucher avec sa belle mère à force de manque de principe, or ALIDOU EST UN HOMME D PRINCIPE , il ne parle pas pour faire plaisir ni suivre un individu , ce un homme de la trempe de NELSON MANDELA et rapelez vous a cet effet quand MANDELA, voulait engager les négociations avec les tenant de lapartheid, LANC qui avait son siege a MAPUTO, avait voter une motion de condamnation à son encontre, il en fut de meme pour LENINE quand depuis la suisse il engaga les négociations avec les ALLEMANDS pour les accords de BREST ,il eût une bonne partie du parti BOLCHEVIC sur le dos. il en est ainsi de la marque des grands leaders qui comprennent le sens de l’ histoire et cela n’ est pas à la portée du premier venu
    3° ALIDOU a souffert et il sait qu’il à entrainer beaucoup de gens dans cette souffrance et certains on même perdu la vie( j’étais tout juste à côte de lui le jour de l’ enterrement du PR AIME NIKIEMA) ,il sait qu’il porte une grande responsabilité du fait que beaucoup de ces gens aient à la fleur de l’ âge perdus leur vie
    3) aujourdhui ALIDOU na pas jeté les armes pour se jeter dans les bras de l’ ennemi, il estime qu’ au regard du niveau de sacrifice de notre peuple et des résultats obtenus il faut faire le point. tel que je le connais si demain la démocratie devrait connaitre à nouveau un grand dommage, même sur une canne il sera devant les manifestants merci a l’ artiste. SAIDOU

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 12:39, par ATS
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    Des propos attribué à Halidou O. « On ne peut pas me faire dire que Salifou Diallo a contribué à la liquidation physique de Dabo Boukary. Il a plutôt contribué à sa libération. Et ça, j’en suis un témoin » (Halidou O. Président de la Constitution Constitutionnelle, CC ; Fév 2017), je me pose les questions suivantes :
    1) Quelles sont les preuves matérielles que Dabo Boukari a effectivement été libéré ?
    2) Comment s’est-il par la suite retrouvé mort et enterré vers Pô et pour quelle raison ?
    Aidez-nous à comprendre, Seigneur de l’Univers !!!

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 12:49, par zamounda
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    En mémoire de notre maître à penser (JKZ) qui disait qu’on ne peut pas échapper à toutes les justices du monde. Et même si on arrive à échapper à la justice des Hommes on ne peut pas échapper à la justice de DIEU. En résumé on fini toujours par récolter ce qu’on a semé, ici bas ou à l’au delà TÔT OU TARD. TÔT OU TARD on paye toujours. Nous avons cru à la justice des hommes dans plusieurs assassinats ou disparition pendant très longtemps (30 ans et+) sans espoir. L’espoir a fini par se transformer en désespoir. Notre conviction et nos croyances indestructibles en DIEU commence à donner des résultats jamais attendus quand bien même que quand nous luttions avec les hommes nous étions convaincu que nous ne pourrons jamais atteindre ces avancées sans DIEU.
    En d’autre terme tout ce paye sur terre d’une manière ou d’une autres.
    Le Roi ZAMOUNDA

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 13:32, par Sawadogo baradey
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    En même temps que le regretté Dabo Boukary, le professeur Guillaume Sessouma a aussi été enlevé, torturé puis porté disparu par les militaires de l’ex conseil, il semblerait même que sa femme en soit devenue folle, pourquoi est-ce que personne ne parle de ce dossier ? C’est egalement le cas du dossier Sankara qui a occulté celui de Lingani et Henri Zongo. Attention à la justice sélective du peuple !

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 13:55, par gohoga
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    Aidez-moi à comprendre parce que certaines internautes ont reçu à m’embrouiller. Selon ma compréhension, Salifou DIALLO est intervenu pour libérer les étudiants le 16/05/1990.
    DABO n’a été arrêté que le 19/05/1990.
    Question1- DABO Boukary faisait-il partie des étudiants libérés ce jour ?
    Question 2 à quelle date DB a été arrêté pour la deuxième foi ?
    Question3- Y a t-il une différence entre la déclaration de MBDHP et celle de Mê Halidou OUEDRAOGO ?
    Question 4 peut-il avoir une bonne Justice si Salifou DIALLO n’est pas accusé dans l’affaire DOBO ?
    Question 5 pourquoi les ennemies de Salifou DIALLO n’accusent pas Blaise Compaoré ni les militaires ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 15:24, par Trahison
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    "Et que sert-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perd son âme"

    (Marc : chapitre 8, verset 36)

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 15:39, par Pat
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    Que la vérité soit alors ! toute cette histoire a tant durée !

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 16:13, par tororoso
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    J’ai besoin de bien relire les interviews de Me Halidou Ouedraogo. En première lecture, je ne comprends pas pourquoi certains s’insurgent contre ses propos en parlant de traitrise. Il a livré sa vérité à lui, attendez de voir le dossier avancer avant de crier le Haro.
    Et Dr Koanda a raison. Il s’en tient à ce qu’il sait jusqu’à ce qu’on lui montre le contraire.
    Pour la justice, moi je considère que même si les magistrats étaient les moins bien payés de ce pays, ils ont devoir et obligation de dire le droit, rien que le droit.
    Même payés à 50 000 FCFA par mois, ils ne peuvent plus s’amuser avec la question de la justice vraie. S’ils s’amusent, je crois que la prochaine insurrection ne sera pas pour les politiciens mais pour eux .. et donc, de penser que parce les magistrats ont eu satisfaction de leur plateforme révendicative, est une forme ’d’achat’ par le politique est pour moi un scandale d’interprétation. Au contraire, c’est le piège parfait pour eux. Et ils ont intérêt à en prendre conscience.
    A mon avis, il faut reconnaître les avancées, mêmes petites et faire un peu confiance.
    Paix à l’âme de DABO qui est ennoblie depuis longtemps et le RECTORAT et la FAC DE MEDECINE doit le faire au moins ’DOCTEUR en MEDECINE, puis DOCTEUR HONORIS CAUSA’

    à titre Posthume. ça nous changera des débilités qui ont été servies pendant longtemps.
    Enfin, je pense que nous devons tous aider ce 1er pouvoir POST INSURRECTIONNEL à stabiliser le pays. Même si on ne les aimes pas, à moins d’être rétrograde, il vaut mieux aider à stabiliser le pays face à l’insécurité et à tous ceux qui rêvent de voir cette révolution échouer et il ne faut pas qu’on se flatte, ils sont très très nombreux ceux qui ne veulent pas d’une révolution réussie au Burkina. Ils ont peur que cela ne donne exemple à d’autres pays. vous comprenez
    Courage au FASO, et longue vie au peuple

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 16:41, par Le pragmatique
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    Mon cher compagnon de lutte Séni je comprend que tu ne veuilles pas désavouer publiquement Halidou. Il délire vraiment. Mais on dirait que Salif l’a wacké. J’ai pleuré quand j’ai lu les dernières déclarations de Halidou. C’est pathétique et pitoyable pour un homme de sa trempe. C’est pourquoi je te demande de dire la vérité à Halidou (même si c’est en privé) au nom de notre cher Dabo et de ton premier fils Latif à qui tu as donné aussi le nom de Dabo.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 17:00, par jan jan
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    Je déteste et j’ai toujours détesté le "révolution de 1983", voilà une maman endeuillée à cause de cette aberration.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 17:41, par Kooswende songré nzaan néy suitane touma
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    laissez-les tous. Chacun s’amuse avec le feu de DIEU. Tous ceux-là qui sont myopes et qui refusent de voir la réalité en face seront en face de DIEU. En effet, ce sont les hommes très pitoyables qui mentent sur les cadavres et leur rendent une justice terrestre peu honorable mais le DIEU DE CES VICTIMES EST OMNIPRÉSENT. Je sais simplement que ça soit x ou y les intéresses paieront cash ce qu’ils ont semé. Ils feront de très bonnes récoltes devant DIEU et j’ai peur de la souffrance éternelle si DIEU ne fait pas parler sa miséricorde. Alors le temps ou les temps sont très proches et ne vous en faites pas c’est ici là qu’ils verront. Ils font tous partie du troisième âge, rien que dame nature fera son travail. Leurs mâchoirs, leur nez et cette bouche recevant les repas des veuves et orphelins et les malheureux se dresseront vers le ciel pour implorer le pardon de DIEU.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 17:59, par camara
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    La guerre des groupuscules clandestins pseudos communistes gauchistes manipulateurs de merde va un jour conduire ce pays dans le gouffre.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 19:05, par Je suis au garde-vous mon Kôrô !
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    "Moi Kôrô Yamyélé je te dis, j’insiste, je confirme et je répète que tous les malheurs de ce pays sont venus des conflits souterrains entre ces groupuscules (gauchisants) aux tendances aussi nombreuses que les fourmis d’une fourmilière et aussi contradictoires que des centaines de crabes dans un même panier !" Tu es très très très foooooooooort mon Kôrô de valeurrr !!!!! Dis-moi, tu es agriculteur ou médecin ? car tu viens de trouver les vraies causes du mal burkinabè. La vraie réconciliation est celle de ces groupuscules. Réconcilions d’abord et surtout ces groupuscules sinon c’est peine perdue pour la réconciliation tant prônée !!! Mon Kôrô, étales au grand jours ces conflits souterrains pour que le commun des burkinabè sache que le chienlit dans le pays à nos jours, a pour cause toutes ces luttes et batailles féroces de positionnement que ces groupuscules se sont livrés jusqu’ici !

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 22:44, par Ka
    En réponse à : Tombe de Dabo Boukary, déclaration de Me Halidou Ouédraogo : Le président de l’ANEB en 1990, Dr Séni Koanda, réagit

    Merci Séni Koandi pour ta deuxième sortie modeste et courageuse. La jeunesse de 1990 et celle de 2014 reste de même pied d’égalité, pour des combats d’un idéal légitimé du 21e siècle. Au Burkina deux régimes ont été exclusivement au service des intérêts de la minorité dite bourgeoise : Pas seulement les deux responsables de ces deux régimes du nom de président, mais les équipes composées des diviseurs pour régner sans partage qui étaient autour de ces deux représentants du peuple, et qui les manipulaient à leurs guise. Je m’explique, ‘’’quand ces deux présidents s’exprimaient en disant, ‘’’’nous, Chef d’Etat, décrétons ou proclamons….. il fallait entendre par là, ‘’nous, les chefs d’Etat de la classe bourgeoise ou la minorité au pouvoir, comme dans un meeting d’un président de l’AN de notre pays accompagné par son petit poulain médecin comme témoins, dans un village de sa région, semble faire comprendre aux pauvres victimes qu’ils sont les faiseurs du chaud et du froid, le ciel et la terre. En 1990 le contexte bourgeois du régime Compaoré avec une équipe de diviseurs sous l’ombre du président Blaise Compaoré pour régner sans partage, était une machine de répression et d’oppression, qui se trouvait entre les mains de la classe dominante. La preuve est que des pauvres étudiants ont été molestés, emprisonnés, séquestrés, et un tué pour son idéal : Et ceux-ci par une classe dominante avec une équipe derrière un représentant dont elle manipule à sa guise. Le régime de Blaise Compaoré était avec sa première équipe de gouvernance, en tant que pouvoir, une force a travers toutes nos institutions, la justice, l’armée, la police, la gendarmerie, ou les prisons. C’est pourquoi au Campus, un membre influant de ce régime est arrivé avec un Talkie-Walkie sans ordre, et faire ce qu’il veut sans se soucié du lendemain, dont il veut se justifier avec tous les moyens du bord comme un criminel Nazi afin de sauver sa peau aujourd’hui. Le pouvoir de Blaise Compaoré et ses deux bras droits de l’époque, Diendéré Gilbert et salif Diallo en 1990, était contre le peuple, c’est-à-dire l’ensemble des opprimés et des exploités. Si je parle de deux régimes, c’est l’exemple de celui de Saye Zerbo avec son CMRPN, qu’il avait du mal a prononcé : Saye Zerbo en tant que chef d’état se permettait de laisser son équipe qui le manipule comme un enfant, de décréter des lois pour défendre les intérêts de la classe au pouvoir : Les gendarmes réprimaient les malheureux et respectaient les plus aisés dont d’autres ont été condamnés par la suite par le TPR. Conclusion mon petit Séni Koanda, vous aviez fait tout dont vous pouviez avec courage, pour faire trembler aujourd’hui les intouchables d’hier que je confirme. Et cela est un pas pour l’alternance politique dans la réconciliation voulu par toute la jeunesse Burkinabé et son peuple averti, et qui ont dit ‘’’Que Rien ne Sera plus comme avant.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés