Mouvement d’humeur des commerçants de Bobo Dioulasso : Contre l’abandon du bitumage de l’avenue Daniel Ouézzin Coulibaly

LEFASO.NET | Par Romuald Dofini • mercredi 15 février 2017 à 23h00min

Les commerçants du coté Est du grand marché de Bobo-Dioulasso appuyés par la coordination des organisations de la société civile ont organisé un mouvement d’humeur ce mercredi 15 février 2017. A travers ce mouvement spontané, ils veulent interpeller les autorités de la région et particulièrement le ministre des Infrastructures sur la reprise des travaux de bitumage de l’avenue Daniel Ouezzin Coulibaly long d’environ 800 mètres.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Mouvement d’humeur des commerçants de Bobo Dioulasso : Contre l’abandon du bitumage de l’avenue Daniel Ouézzin Coulibaly

Ce mercredi matin 15 février, il était vraiment difficile pour les riverains et usagers du coté Est du grand marché de Bobo-Dioulasso, communément appelé « Koko Donda » de se frayer un passage pour arriver au marché. A l’aide de briques, de pneus ou de troncs d’arbres, les commerçants ont barricadé l’avenue Daniel Ouezzin Coulibaly pour, selon leurs dires, empêcher les usagers de soulever de la poussière. En effet, cela fera bientôt quatre ans que le lancement des travaux de bitumage de cette avenue a été effectué.

Ce chantier en plein centre commercial, à délai d’exécution de cinq mois (à compter de la date de lancement des travaux en 2014 sous la transition), a été abandonné jusqu’à aujourd’hui. Ce sont des familles commerçantes qui souffrent de cette situation, selon le témoignage d’un riverain du nom de Bakoroba Baly. « Aujourd’hui nous sommes exposés à beaucoup de maladies à cause de cette voie. Nous souffrons beaucoup à cause de la poussière et de la mévente » a laissé entendre ce dernier. Selon lui, Bobo-Dioulasso semble être oublié dans les politiques de développement de nos dirigeants.

Ils interpellent le ministre des infrastructures à prendre le problème à bras le corps car ce sont des familles qui souffrent et « surtout en cette période de méningite qui sévit dans notre pays », a laissé entendre un autre riverain. Toutefois, ils souhaitent que Bobo-Dioulasso, « capitale économique de nom », soit vraiment au cœur des préoccupations des autorités gouvernementales.

Les autorités communales se sont rendues sur les lieux pour témoigner de leur soutien à ces derniers. Le premier adjoint au maire de la commune, Martin Coulibaly, ne manquera pas de saluer cette démarche pacifique « empreinte de sagesse » des commerçants. Aussi, a-t-il invité tous les fils et filles de la région à continuer sur cette voie du dialogue pour que règne la paix au Burkina.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés