Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

LEFASO.NET | Moussa DIALLO • mercredi 15 février 2017 à 20h30min

Dès son jeune âge, Reine Sakandé/Bénao nourrissait le rêve d’exercer le métier de journaliste. Mais, le destin en a décidé autrement, l’orientant vers l’éducation. Son amour pour les challenges et sa quête permanente de l’excellence vont cependant l’amener à allier terrains et bureaux.Communication, développement local, promotion de la solidarité et lutte contre les mutilations génitales féminines… elle embrassera plusieurs domaines, avec le même enthousiasme et le même engagement.Depuis décembre 2015, elle est députée à l’Assemblée nationale. Portrait !

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

Après l’école primaire dans son Bougnounou natal province du Ziro, puis le premier cycle du secondaire au CEG de Léo jusqu’en 3e où elle obtient le BEPC, Reine Bénao est orientée en seconde D’ au collège Joseph Moukassa de Koudougou. Mais, ne se sentant à l’aise dans cette série, elle cherche vainement une réorientation en A (il n’y avait pas de filière littéraire).Puis, se résout à continuer. Mais parallèlement, elle passe les concours de la fonction publique. Très vite, elle est admise au concours des enseignantes et se rend à Ouagadougou pour sa formation au Cours normal des jeunes filles. Elle enseignera dans plusieurs écoles primaires de Ouagadougou, de 1985 à 1996.

Puis, elle abandonne la craie pour l’administration.Elle servira comme attachée de presse au ministère chargé des Relations avec le Parlement de 1997 à 2001, et directrice de la communication et de la presse au ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (2001-2003). Après six ans comme communicatrice, Reine Sakandé/Bénao est nommée directrice de la Promotion de la solidarité nationale au ministère de l’Action sociale et de la Solidarité nationale. Poste qu’elle occupera jusqu’en 2005. « En 2003 où le ministère de l’action sociale cherchait une communication pour occuper le poste de directrice de la promotion de la solidarité nationale. La solidarité s’effritait et il fallait quelqu’un qui fait de la communication pour pouvoir dynamiser cette direction. C’est comme ça qu’en 2003, j’ai été nommée directrice de la promotion de la solidarité nationale. Et le premier mois de la solidarité nationale, c’est moi qui l’ai proposé », se souvient-elle.

Redynamiser la coopération décentralisée

Mais, dans le souci d’évoluer professionnellement, Reine Sakandé passe le concours des conseillers d’administration scolaire et universitaire en 2003. Ainsi, elle retourne à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM) pour une formation de deux ans. Elle sort major de sa promotion, en 2006.Faut-il le rappeler, après sa formation d’institutrice, elle s’était inscrite à l’université de Ouagadougou, en Linguistique où elle passera deux ans pour une formation avant d’arrêter.
A l’ENAM, son mémoire de fin de formation avait pour thème : « Rôle et place des femmes dans la mise en œuvre de la décentralisation au Burkina Faso : enjeux et perspectives ».

A sa sortie, elle est affectée au ministère de l’administration territoriale où elle passera plusieurs années. « Il y a le ministre Clément Sawadogo qui cherchait quelqu’un pour responsabiliser au niveau de la direction de la coopération décentralisée parce que cette direction était laissée à elle-même et il fallait quelqu’un pour le redynamiser. Donc, en 2007 j’ai été nommée à la tête de cette direction où j’ai officié jusqu’en 2011. On a essayé d’organiser les assises de la coopération décentralisée franco-burkinabè, ensuite on a relu les textes régissant les comités de jumelage. On en a fait un outil aux mains des maires. On a également relu les textes de la CONACOD(Commission nationale de la coopération décentralisée). Il y a pas mal de rencontres auxquelles j’ai eu à participer », explique-t-elle.Avec la mise en place du réseau des directeurs de la coopération décentralisée francophone, elle est portée à la tête de la structure. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Moussa Diallo
Ledeputemetre.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 15 février à 17:21, par Oloooo
    En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

    Très très très formidablement. Courage courage.

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 18:54, par Naré soumaila
    En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

    Félicitations a vous madame.on souhaite toujours avoir des hommes et des femmes braves comme vous.
    L

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 22:21, par NAO
    En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

    Je suis impressionnée Mme par votre parcours. En lisant ces lignes, votre exemple m’a motivé à persévérer . Que le Seigneur soit votre guide

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 06:01, par Ezechiel
    En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

    Cool madame le Burkina Faso a besoins de vous autre pour son development. Que dieu vous Benisse.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 07:33, par Eric
    En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

    Merci de nous motiver de la sorte. la culture de l’excellence doit être notre. Aussi, que nos gouvernants encouragent et soutiennent les candidatures aux postes à l’international à l’image de certains pays de la sous région

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 08:35, par NAO
    En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

    Je suis impressionnée Mme par votre parcours professionnel . Que Allah vous bénisse.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 08:35, par WAT
    En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

    Une dame battante, de bon cœur. Merci pour ta sympathie. Courage

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 10:03, par Boussanga
    En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

    Petite esclave, y a quoi même tu t’excites ces deux derniers jours dans les journaux là. Tu ne penses pas que tu seras plus utile à préparer et servir ton KANZAGA à tes maîtres qu’ à vouloir être spécialiste de la décentralisation. Il est temps , je ne veux plus me répéter.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 10:33, par le pharaon
    En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

    monsieur le journaliste, vous faite un commentaire sur le parcours de dame Sakandé ou bien c’est elle même qui décrit son parcours ? tantôt c’est descriptif et tantôt c’est elle même qui parle !! mélange de genre rédactionnel

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 11:34, par Belco
    En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

    Mes amis , hummmmmm ! C’est quoi voulez vous nous faire aveler ? C’est l’homme qui fait l’homme, c’est tout.. C’est ce que je tire dans tout ca en conclusion.

    Répondre à ce message

    • Le 17 février à 09:48, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

      - Belco, vraiment comme toi, je ne sais pas quoi on veut nous faire avaler ici. En plus son parcours n’a rien d’extraordinaire. Dans ce Burkina Faso, il y a des gens qui ne sont même pas allés à l’école et qui sont autodidactes, mais qui ont un parcours largement plus époustouflant. Avant elle à la DGCD il y avait des gens bien plus compétents et je connais un dont je donnerai seulement les initiales : S.I. qui a fait ses études à Lyon. Ne nous fatiguez pas avec des flagorneries. Ce n’est pas de celà qu’on a besoin sur ce site.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

      • Le 20 février à 08:23, par Vérité fait mal
        En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

        Vraiment Koro yamyélé dit vrai. je me demande si pavaner entre les ministères constitue une spécialisation en quelque chose ? Si c’est son thème à l’ENAM qui fait sa spécialisation c’est dommage parce dans ce cas nous sommes tous spécialistes dans ce pays. Chacun a soutenu soit la licence, soit le master ou son diplôme de catégorie A ou même B dans son école professionnelle. cet écrit n’est rien d’autre que la promotion de l’affairisme. regardez les motifs des différentes nominations : tel ministre cherchait quelqu’un pour nommer à tel poste, et net à la sortie de l’ENAM Clément P. SAWADOGO cherchait quelqu’un pour nommer..... quand même, n’insultez pas les agents de l’Administration générale. Combien d’ailleurs ont fait des " SPECIALISATIONS " dans ce domaine et soutenu sur la décentralisation ?

        Répondre à ce message

  • Le 16 février à 14:52, par triandekou
    En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

    Bonjour,
    Cette dame est très battante, et je sais qu’elle prépare une surprise avec cette communication médiatique. Wait and see.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 16:28, par Oussama
    En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

    Bravo et courage Mme. Bonne chance pour votre humanisme envers les conducteurs et les éléments de sécurité lors du forum sur la laïcité. Ç a paye toujours.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 16:30, par Oussama
    En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

    Bravo et courage Mme. Bonne chance pour votre humanisme envers les conducteurs et les éléments de sécurité lors du forum sur la laïcité. Ç a paye toujours.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 17:40, par Sakho
    En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

    Admirable femme battante ! Yes !!! Mais à la lecture du "C.V" je relève que notre vaillante dame, pendant qu’elle est à l’ENAM 2003-2006, occupait le poste de directrice de la Promotion de la solidarité nationale au ministère de l’Action sociale et de la Solidarité nationale (2003-2005). Comment cela s’explique-t-il ?

    Répondre à ce message

    • Le 17 février à 12:37, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

      - Merci Sakho pour ta vigilence ! Tu vois ? A force de vouloir trop parler ils vont se mordre eux-mêmes les langues et se faire prendre dans leurs propres pièges. Allons doucement seulement ! On va finir par tout découvrir !

      Par Kôô Yamyélé

      Répondre à ce message

    • Le 17 février à 17:08, par Mechtilde Guirma
      En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

      En effet, c’est quelle politique encore cette publicité ? Pour tout dire, je vais profiter pour faire la mienne, une toute petite mise au point :

      Moi j’ai fait des investigations en tant que politologue donc universitaire avec des spécialités juridiques tant nationales qu’internationales, sociologiques ethnologiques, économie-politiques, historiques, statistiques, diplomatiques, philosophiques, psychologiques pour ne citer que ceux-là. Je l’ai assumé aussi sur le terrain. J’ai produit un rapport au président de la décentralisation de l’époque avec des pistes de réflexion. J’avais alors 54 ans. Plus tard j’ai renforcé mes recherches par d’autres pistes puisées dans mes diplômes universitaires en Science de la Mission et du dialogue inter-religieux, en théologie historique et systématique, en exégèse et herméneutique que j’ai poursuivi par mes posts des forums.

      Je n’ai pas eu droit à cette publicité. Et je m’en félicite d’ailleurs. Aujourd’hui de nos jours 2017 je viens de boucler mes 76 ans pleins. Malgré tout je suis encore et toujours sur le chantier.

      Pour en revenir à cette publicité de cette jeune dame de 54 ans, il y a deux ou trois ans, j’ai surfé sur internet et j’ai rencontré ce fameux mémoire de l’ENAM, et je suis tombée à la renverse. Relisez bien le résumé qu’on vous en donne et tirez vous-même la conséquence. Mais jusque là je m’étais dit que bof chacun et chacune a droit d’exprimer ses manières de voir dans cette question de la décentralisation. Pourquoi serai-je jalouse, moi, d’une petite qui a l’âge de ma fille et qui fait son chemin pour apporter sa pierre à bâtir.

      Mais suite aux deux internautes qui se posent des questions pertinentes, je me pose également les mêmes questions sur cette femme dont les travaux ont des liens avec les miens, surtout quand depuis quelque temps je subis la hargne et l’ire d’un certain « Ka » qui m’a traitée de tous les noms d’oiseaux jusqu’à vouloir parler de ma vie intime. Tenez voilà une perle à déguster par tout le monde :

      « […] Par Rapport à une femme comme madame M. Guirma qui vie au Canada et qui encourage l’excision par ce qu’elle en souffre silencieusement comme excisée, et qui veut que toutes les jeunes filles portent son fardeau, pourtant elle n’ose pas dire aux autorités Canadienne d’exciser leurs petites filles, par peur d’être expulsé le même jour : Je dis à cette personne que le Pr. Charlemagne Ouédraogo que je connais, est une mine d’or pour la recherche en médecine de notre pays »

      Alors une question, qui les manipule tous les deux ? Qu’est-ce qui est en train de se fomenter ? Qu’est-ce qui se trame Au Burkina ? Mais qu’on sache qu’en toute chose, Dieu est pour tout le monde. Même ceux ou celles que des Hommes ont voués à la déréliction.

      Répondre à ce message

  • Le 17 février à 07:55, par Jahkarimo
    En réponse à : Reine Sakandé/Bénao : D’institutrice à spécialiste de la décentralisation

    Je suis emu de son parcour !Aujourd’hui,elle envie quel agent de l’enaref ou de la douane ?Si elle avait pris toute sa vie pour l’enaref ou la douane,aujourd’hui elle en serait une des victimes parmi des milliers qui balladent dans les rues de Ouaga,Bobo et partout.Tous les concours ouvrent la porte de Réussite economique et social,c’est la combativité à parvenir au sommet qui fera la difference.Nul n’a le destin scellé dans un corps donné tout le monde peut ouvrir les portes des grands destins !Bravo Mme,tu es un modèle !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés