Alliances et parentés à plaisanterie : Ces outils d’amortisseurs des tensions sociales

LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • mardi 14 février 2017 à 22h31min

Se traiter mutuellement d’esclaves, prendre en otage un cadavre ou l’enduire de cendres sans que ses parents ne bronchent, s’échanger des propos qui pourraient paraitre discourtois pour un profane. Dans les sociétés africaines et singulièrement burkinabè ce sont des scènes auxquelles on assiste régulièrement. Le fondement de cette pratique, c’est l’alliance ou la parenté à plaisanterie. Héritage ancestral sauvegardé et qui a toujours constitué un amortisseur social.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Alliances et parentés à plaisanterie : Ces outils d’amortisseurs des tensions sociales

Elles leur ont permis et permettront encore de maintenir la paix entre les peuples à travers des générations et des siècles, écrit Jacques Chevrier du centre d’études Francophones à Paris IV Sorbonne, dans « Alliances et parentés à plaisanterie au Burkina Faso : Mécanisme de fonctionnement et avenir », de Alain Joseph Sissao.

Moyens d’instaurer la paix, l’entraide, la solidarité inter-ethnique, et interpersonnelle, les alliances et parentés à plaisanterie sont aussi et surtout un moyen de catharsis social.

Le terme d’alliances à plaisanterie a été introduit dans la littérature ethnographique par R . H Lowie en 1912 sous la forme anglaise de « Joking Relationship » pour traduire un terme employé par les indiens des plaines de l’Amérique du Nord.

Le terme désignait alors, note Alain Joseph Sissao, un certain type de conduites verbales, voire gestuelles très libres touchant à l’obscénité vis-à-vis d’individus de même clan et avec lesquels se trouvaient établies des relations familiales précises.

Cette valeur est un acquis des peuples à tradition orale. Les plaisanteries se placent à plusieurs niveaux. Familial, clanique, inter-ethnique, interrégional… Ainsi sous nos cieux, cette pratique est courante pratiquement entre toutes les ethnies.
Le groupe Moaga plaisante par exemple avec les San (dans la région de Tougan, Toma) et les Samogo (dans les régions de Samogohiri, Samorogouan). Les Moose du Yatenga plaisantent avec les Gulmance. Les Gulmance eux plaisantent avec les Kotokoli du Togo, les Yaadse, les Djerma du Niger et les Dagomba du Ghana. Les Bobo quant à eux plaisantent avec les peuls. Les Senufo avec les Marka. Les Dafing et les Dagara. Les Dafing plaisantent avec les peuls, Bobo, dioula, Bwaba ; les Bwaba avec les Vigué, peuls, Dafing.

Egalement, de façon générale, les peuples du sud-ouest du Burkina Faso (Dagara, Lobi, Gan, Djan, Puguli, Birifor) plaisantent avec les peuples de la Comoé et du Kénédougou (Turka, Cerma, Karaboro, Senufo, Siamu). Spécifiquement, les gans, plaisantent avec les Dafing, Cerma, Bobo, Bwaba.

De leur côté, les Birifor ont pour alliés à plaisanterie les Lobi, Cerma, Dafing. Les Lobi plaisantent avec les Cerma, Birifor , Dioula. Les Gurunsi avec les Bissa ; les Kassena avec les Djerma ; les Kô avec les peuls, Bisa, Lagana, Djerma ; les Dioula avec les Lobi.

Les peuls, une fois de plus, plaisantent avec les Bobo, Yarse, Bambara, Maransé, Dioussambé. Les Yana avec les Zoose ; les Fulse avec les Gurunsi, Bisa, Gulmance ; les Dogon avec les Bozos. Les Toussian, Turka. Les Siamu plaisantent avec les Cerma ; les Sénoufo avec les Dafing, Dagara, Lobi ; les Bolon avec les Dagara.

On peut également noter des alliances entre régions. Les ressortissants du Ganzourgou‘’ ne laissent’’ pas ceux du Kouritenga notamment Koupèla.
Le dolo, l’arachide, la tête de chien, le riz, le sable, la sorcellerie, l’esclavage sont autant d’expressions que l’on utilise pour identifier son parent à plaisanterie.

Tout n’est pas permis

Si les alliances et parentés à plaisanterie ont traversé le temps et s’imposent toujours comme une valeur sûre, c’est parce que les choses ne sont pas faites ‘’au hasard’’. Il ya des garde-fous.
Ainsi, on ne fera pas la cour à la femme d’un autre, fut-il parent à plaisanterie. L’adultère est prohibé. Aussi, les insultes sur les défauts physiques de la mère ne sont pas admises. Il est formellement interdit aussi de saigner.

Même la modernité n’a pas eu raison des Alliances et parentés à plaisanterie, dans certains milieux. Quand intervient un différend entre parents à plaisanterie, au lieu de recourir aux tribunaux du ‘’blanc’’, cela se résout souvent avec les leviers de ce lien ancestral.

« Dans un monde où, on nous le répète chaque jour, les identités sont de plus en plus menacées par toutes les formes de la modernité, cette prise en compte des mécanismes de régulations sociaux inscrits dans la tradition apparait donc comme un gage d’équilibre et de stabilité (…) », relève Jacques Chevrier du centre d’études Francophones.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net
Source : « Alliances et parentés à plaisanterie au Burkina Faso : Mécanisme de fonctionnement et avenir », de Alain Joseph Sissao

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 15 février à 07:33, par Traoré
    En réponse à : Alliances et parentés à plaisanterie : Ces outils d’amortisseurs des tensions sociales

    Hey Tiga, les Senoufo ne plaisantent pas avec les Dagari, Lobi, Puguli, Djan et autres Birifor ou Dafing. Non, ils les civilisent. Faut pas nous descendre au niveau de ces gens là. Ils arrivent chez nous à pied ou à dos d’àne. Nous les éduquons, nous les formattons avant de leur permettre le contact avec les autres. Un Dagari brut, un Lobi brut, un Djan brut, un Puguli brut serait infrequentable.

    Chaque fois que je rencontre un de ceux-là, mais je te l’éduque, je te le cultive, je te le de-sauvagise ! Dis-donc ! Faut pas venir ici dire que je plaisante avec eux. Non, je le sors de son obscurantisme.

    Et il y a pire, Tiga. Sais-tu par exemple qu’un Dagari dans les effluves de son dan (dolo frelaté) ne peut plus prier Dieu directement ? Il est obligé de me prier moi pour que je transmette sa doléance à Dieu le Tout-Puissant. Le plus souvent il va demander à Dieu un peu plus de dan pour le lendemain. Va leur demander avant de revenir écrire ton prochain article.

    Répondre à ce message

    • Le 15 février à 11:10, par SOME
      En réponse à : Alliances et parentés à plaisanterie : Ces outils d’amortisseurs des tensions sociales

      Ben, voila ! j’en etais sur, sur, et certain !!! C’est pas possible quoi ! Je connais mes esclaves là, je les connais : j’étais sur qu’un d’entre eux allait dire des betises, des betises parce qu’il s’est precipité sur son arbre a bangui là (je ne sais pas comment on appelle ca), et comme a son habitude, il n’a meme pas pris le temps de redescendre et il a bu son bangui-là, la bas en haut-là sur son arbre là. Et ce qui devait arriver arriva : il est tombé de son arbre comme une pierre, tellement il a bu. Et comble de malheur il est tombé sur la tete (et dieu merci et grace aux gros chiens que je sacrifie tous les jours a mes ancetres), il n’est pas mort, mais il a perdu la tete.
      grand buveur de bangui, quand ton maitre te parle là, il faut ecouter : si tu avais senti ne seraient-ce que les effluves d’un dan, ton esprit s’illuminerait plus que mille soleils et tu ne raconterais tant de betises et a risquer ta vie sur un arbre... D’ailleurs va m’amener un canari de dan ca va me remettre d’appoint. Attention ! ne va pas chez Mme Dabire là, elle ne fait pas de dolo, mais du jus de tamarin ; va chez Mme Hien là bas, meme si c’est loin. Ah là...
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 15 février à 09:41, par Sidnooma
    En réponse à : Alliances et parentés à plaisanterie : Ces outils d’amortisseurs des tensions sociales

    Conservons très bien cette culture !!!!
    Parmi toutes les ethnies que vous avez cité là, les sauvages sont :
    les gurunsi au dgré 1
    les yaadse au degré 2
    les fulse au degré 3

    Devinez un peu de quelle ethnie j’appartiens ???

    VIVE LES PARENTES A PLAISANTERIE !!!!!
    VIVE LE BURKINA FASO

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 10:18, par Sidnooma
    En réponse à : Alliances et parentés à plaisanterie : Ces outils d’amortisseurs des tensions sociales

    Conservons très bien cette culture !!!!
    Parmi toutes les ethnies que vous avez cité là, les sauvages sont :
    les gurunsi au dgré 1
    les yaadse au degré 2
    les fulse au degré 3

    Devinez un peu de quelle ethnie j’appartiens ???

    VIVE LES PARENTES A PLAISANTERIE !!!!!
    VIVE LE BURKINA FASO

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 11:32, par anta@yahoo.
    En réponse à : Alliances et parentés à plaisanterie : Ces outils d’amortisseurs des tensions sociales

    On n’a pas besoin de devinez ton ethnie, ton écrit l’a déjà prouvé que c’est le plus le plus sauvageon du 100 degré à l’ombre. Espèce de boussancé bousillé

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 13:02, par Naaba kuuda
    En réponse à : Alliances et parentés à plaisanterie : Ces outils d’amortisseurs des tensions sociales

    Et les gens de Manga qui confondent feuille de tabac à feuilles de salade, qui font des pirouettes sur un camion de sable en mouvement. Karissa venez manger du bon riz fumant donné par kadafi à Saponé.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés