Côte d’Ivoire : six journalistes arrêtés pour incitation à la révolte

LEFASO.NET | Youmali KOANARI (Stagiaire) • lundi 13 février 2017 à 16h50min

Ce dimanche 12 février 2017, des journalistes ivoiriens ont été convoqués à la brigade de recherche de la gendarmerie d’Abidjan-Plateau, puis mis aux arrêts au camp d’Agban pour avoir relayé des informations dites fausses sur la résolution de la mutinerie des forces spéciales d’Adiaké.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Côte d’Ivoire : six journalistes arrêtés pour incitation à la révolte

Le Mardi 07 février dernier à Adiaké dans le sud-est de la Côte d’Ivoire, les éléments des forces spéciales de l’armée ivoirienne avaient entamé une mutinerie pour réclamer une hausse de leurs primes régulières. Suite aux négociations avec la hiérarchie militaire, ils ont mis fin à leur mouvement de revendication le jeudi 9 février.

Vamara Coulibaly directeur de publication de l’Inter et Soir Info, Hamadou Ziao rédacteur en chef de l’Inter, Bamba Franck Mamadou directeur de publication du quotidien Notre Voie, Yacouba Gbané directeur de publication du quotidien Le Temps, Jean Bédel Gnago journaliste de Soir info et Ferdinand Bailly du Temps ont été convoqués par la gendarmerie d’Abidjan-Plateau, puis transférés au camp de gendarmerie d’Agban (Adjamé), où ils ont été mis aux arrêts suite à la publication d’informations sur la mutinerie des forces spéciales. Ceux- ci auraient affirmé dans leurs publications que les mutins ont eu gain de cause, notamment le payement de leurs primes revendiquées. Chose démentie par le gouvernement qui dit n’avoir pas satisfait aux revendications des mutins.

Selon le procureur de la République Adou Richard, ces journalistes ont divulgué de fausses informations incitant à la révolte des soldats. Ils sont alors poursuivis pour diffusion de fausses nouvelles, incitation des militaires à l’insoumission et à la rébellion, atteinte à l’autorité de l’État et publication d’informations fausses se rapportant au secret de la défense et à la sûreté de l’État.

Si cette information est fausse, alors qu’est-ce qui a bien été concédé aux mutins des forces spéciales qui avaient manifesté leur détermination à atteindre leur objectif ? Aussi, n’aurait-il pas suffit de faire un démenti par un communiqué à travers les medias ? Dans le milieu de la presse au bord de la lagune Ebrié, beaucoup se posent toujours un certain nombre de questions. Toujours sans réponse.

Youmali Koanari (stagiaire)
Lefaso.net
Source : Jeune Afrique, Agence ivoirienne de presse, VOA Afrique

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés