Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

LEFASO.NET | Par KAMMANL • jeudi 9 février 2017 à 23h50min

Voilà déjà plus d’un mois que le président Roch Marc Christian Kaboré a annoncé l’imminence d’un remaniement gouvernemental pour le mois de janvier 2017. Ce réaménagement de l’exécutif devrait permettre rapidement à l’Etat de se réorganiser et de redéployer ses efforts en matière de politique de défense et de sécurité afin de circonscrire le péril islamiste dont les tenants taillent des croupières à nos forces armées dans la partie septentrionale du Burkina Faso. Mais depuis cette annonce, plus rien… et omerta totale au niveau des autorités. Une situation qui donne libre court à des interrogations et des conjectures tous azimuts dans ces derniers temps au niveau de la population.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

Cette annonce présidentielle devant les hommes de média le jeudi 29 décembre 2016, le moins que l’on puisse dire est qu’elle avait eu un écho favorable dans l’opinion nationale, elle qui déjà ne manquait pas de critiques acerbes quant à la façon dont les départements ministériels de la défense et de la sécurité étaient organisés et gérés.

Effectivement, les gens ne manquent pas d’aigres critiques pour dire qu’au regard des enjeux sécuritaires, le rattachement du ministère de la défense à la présidence du Faso et celui de la sécurité au département de l’administration territoriale et de la décentralisation ne sont pas idoines.

En indexant le cas du ministère de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure, d’aucuns renchérissent que la concentration des portefeuilles dans les mains d’un seul individu fige dans une sorte d’immobilisme et d’inefficacité nos forces sécuritaires. D’où leur souhait de voir, dans le réajustement promis par le président du Faso, un détachement du département de la sécurité qui pourrait être désormais administré par une seule personne, ce qui permettrait d’éviter certaines lourdeurs administratives, de capitaliser en initiatives et de générer des stratégies pertinentes pour enrayer efficacement l’insécurité galopante. La somme des analyses sur le département de la défense donne le même son de cloche.

Un remaniement annoncé, mais qui se fait attendre

Au parterre des journalistes le jeudi 29 décembre 2016, le président du Faso avait dit qu’il avait pris bonne note des inquiétudes, des critiques et que toutes les questions allaient être traitées lors du remaniement à venir promis pour janvier 2017. « Nous avons pris note et nous cherchons la meilleure manière de sécuriser le peuple burkinabè » avait-il ajouté. Mais depuis cette accession à la demande de l’opinion, les choses stagnent, si fait que jusque-là, le remaniement promis se fait attendre. Pendant ce temps, les incursions des terroristes dans les zones menacées se multiplient plongeant les populations des localités dans la prostration. Et le hic dans tout cela, c’est que les autorités depuis ne pipent le moindre mot pour faire comprendre à la population les tenants et les aboutissants de leur silence, lequel est sujet à toutes sortes d’interprétations.

En dehors de la sortie médiatique du ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure où l’intéressé a expliqué avoir fait consciencieusement son travail et qu’il ne s’opposait nullement au décrochage de la sécurité de son domaine de compétences, l’on n’a plus rien eu comme information au sujet de ce remaniement ministériel.

Evidemment, chaque chose en son temps pourrait-on dire… Toutefois, il faut dire que le fait qu’il y ait de la traine dans la matérialisation de la décision, conjugué au mutisme des autorités, ne fait pas bonne presse au niveau de la population. Du coup, comme déjà souligné plus haut, l’on assiste à toutes sortes de conjectures sur les raisons de ce silence et de ce remaniement qui se fait attendre.

Le remaniement pris en otage par les joutes au sein du parti au pouvoir ?

D’abord, il y a le fait que certains s’impatientent et se laissent aller à des allégations de nature à compromettre la sérénité et la confiance de la population à l’endroit du pouvoir quant à sa capacité de réactivité organisationnelle pour parer à l’urgence. Voilà que pour un remaniement annoncé pour janvier, l’on se retrouve au mois de février sans rien. Que couve cet attentisme des autorités ? Toujours est-il que cela n’est pas toujours vu d’un bon œil. Surtout que la réorganisation devrait concerner des secteurs sensibles comme la défense et la sécurité. Les récents évènements dans le Soum où les terroristes ont proféré des menaces directes à des enseignants et à des juges viennent amplifier les questionnements et les critiques sur l’attitude attentiste des autorités.

Ensuite, sur les réseaux sociaux, l’on n’est pas en reste, et chaque jour que Dieu fait, les commentaires critiques et les questionnements font boule de neige. Surtout ces derniers jours, il se susurre selon une certaine presse que l’attitude mode diesel du président du Faso dans la mise en exécution de sa décision faite devant la presse procéderait des luttes triarchiques au sein du parti au pouvoir. En tout état de cause, au-delà des enjeux de gouvernance et de sécurité, il y aurait des calculs de positionnement et de repositionnement entre les membres de ce que d’aucuns appellent le triumvirat burkinabè. Cette situation serait la raison du maintien de l’équipe gouvernementale en l’état.

En tout cas, l’inertie et le mutisme que les autorités observent sur cette question d’intérêt national est tout de même inquiétant. Devrait-on comprendre que c’était juste de la poudre aux yeux de l’opinion ? Ou bien la guéguerre de positionnement dont on parle et qui défraie la chronique serait à prendre au sérieux ? Bien entendu, si une telle hypothèse venait à se confirmer, ce serait vraiment dommage et irresponsable pour des autorités qui ont sollicité et gagné le suffrage du peuple parce que capable d’assurer l’avenir de ce dernier. Pour sûr, aucune autorité ne devrait simplifier la destinée du pays à ses intérêts personnels.

En définitive, peut-on vraiment faire confiance à la capacité de nos autorités à vaincre l’hydre islamiste menaçant si déjà pour un remaniement ministériel pour mieux le combattre, elles ont besoin de prendre des mois ? Peut-être que ce remaniement est déjà renvoyé aux calendes grecques… Qui sait ? En tous les cas, attendons de voir. Ne dit-on pas qu’on est tous dans un pays de savane.

KKAMMANL
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 10 février 2017 à 07:24, par hum
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Bonne préoccupation peut-être mais je ne crois que le remaniement seul peut venir à bout des attaques il faut l’engagement de la population. des spécialités du domaine et des moyens. Un ministre seul y pourra quoi donc engageons nous sans arrière pensée

    Répondre à ce message

    • Le 10 février 2017 à 18:46, par verité no1
      En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

      Même s’il ya un remaniement, il ya 2 ministres que j’aimerais qu’ils restent jusqu’en 2020 !
      Primo, le jeune Tahirou Barry, qui, à l’image de Mahamoudou Ouedraogo, a trop fait pour notre développement culturel !
      Secondo, la ministre de l’économie et des finances, qui a lutté pour une bonne croissance économique !
      Bande d’agris, croissance économique ne veut pas dire élargissement de marmites, il faut continuer à bosser avant de ressentir les résultats !!!!!!!!!

      Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 07:35, par Cheick Omar
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Peuple burkinabè, patientez. Le président de Kosyam, Roch Marc Christian Kaboré attend le feu vert du président réel, Son Excellence Salifou Diallo, donc ses instructions qui tiendraient comptent de ses humeurs et désidérata, des équilibres au sein du parti et du contexte global du pays. A l’occasion, Salifou Diallo tranchera sur la nécessité de confier le maroquin de la Défense à une autre personnalité autre que le chef de l’État et d’amputer le grand ministère du département de la Sécurité. En attendant l’issue des conciliabules et des messes noires, le pays vit en mode stand by. Longue vie au MPP ! Le peuple attend déjà la prochaine élection présidentielle pour voter massivement pour le MPP...au quart de tour.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 07:42, par MAMA LAWOTO
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Nous on parle plus trop, on attend seulement 2020. Comme ils pensent que le Burkina c’est le royaume de leurs papas. Merde enfin !

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 07:45, par ya ana
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Nos dirigeants publics sont réellement en mode diesel, dans la lignée de ce qui s’est fait pour la mise en place du gvt après ll’élection présidentielle...Certaines annonces ne sont pas immédiatement suivies d’actions concrètes. Il sied de revoir une telle approche au risque de couper les ponts avec les gouvernés...

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 07:53, par Annonyme
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Moi je propose aux Burkinabè la formule utilisée dans le temps par les révolutionnaires. Au mois d’août on assistait simplement à la dissolution du Gouvernement et à la mise en place d’un Comité de coordonnateurs qui fonctionne pendant un bout de temps et on a le nouveau Gouvernement. C’était comme si le ministre avait un mandant d’un an (sauf grave situation), renouvelable selon la volonté des coordonnateurs. Si l’on formalise de cette manière, chacun sait à quoi s’en tenir. On peut dissoudre et reprendre les mêmes personnes pour refaire une nouvelle équipe comme par exemple au football quand un attaquant latéral à la 1ère mi-temps devient attaquant de pointe (axe) en 2ème mi-temps.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 08:16, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    - Soyons honnêtes et reconnaissons que rien ne va. Le Gouvernement est plein d’incapables et d’opportunistes. ZEPH l’a bien dit : beaucoup de ministres n’ont fait aucun résultat dans leurs postes précédents. Que Rock fasse enquêter et il saura ! Il ne s’agit pas seulement du Ministère de la défense dont il faut déchager Rock ou du MATDSI qu’il faut dépecer. C’est aussi celui des mines qui nous a mit dans un bourbier avec Tambao et ses créations de nombreuses directions dont il ne sait plus quoi en faire. C’est également le MENA, décrié par les agents pour le climat délétère et dictatorial qu’il y a créé et qui, depuis ne fait que pousser ses agents dans les grèves. C’est également le MESSRS qui est moche avec plein de problème dont les nominations sont contestées. Il y a aussi le ministère de la santé qui est géré par un ministre intolérant et revenchard qui a créé plus de problèmes qu’il n’en a résolu.

    Et puis, voyez ! Tous ces ministres que je cite, le bruit a courru ici qu’ils ont contribué à écrire le programme de Rock dans l’éducation, les mines, et que sais-je encore. En attendant ils ne donnent pas l’impression de maîtriser leurs domaines. Rock doit se débarrasser d’eux s’il veut avancer, même si certains lui sont proches par les relations de leurs femmes ou ont été proposés à lui par de vieux blancs fatigués qui ont trop duré ici et qui ont des affaires juteuses ici qui leur ont permis d’être proches des autorités et de se faire écouter !

    CONCLUSION : Tout se sait au Burkina-La-Savane ! Il faut que Rock sache qu’on ne gère pas un pouvoir avec des sentiments et des liens d’amitié ou de familliarité. Un pouvoir, c’est autre chose que l’amitié, la famille, l’appartenance ethnique ou régionale !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 10 février 2017 à 16:23, par Yeral Dicko
      En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

      Pour une des rare fois je ne suis pas d’accord avec les propos du Koro Yamyélé, il ne s’agit pas ici de désigner qui doit partir ou rester,il s’agit plutôt de faire un remaniement annoncer !! Maintenant que le ministre de l’éducation a stabiliser son département, doter le ministère d’un nouvel organigramme pour une relance dans la sérénité qu’il faut amener quelqu’un d’autre récolter les fruits durement semer pendant plus d’une année bonnes gens.

      Répondre à ce message

      • Le 11 février 2017 à 00:56, par Kassimbou
        En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

        Ha oui, c’est donc quoi ces fruit a recolter ? Si le ministre a fait un travail pour son pays, c’est tous les fils et filles du pays qui recoltent les fruits, ce sont nos enfant et les enseignants qui recoltent les fruits. Le ministre est payé pour ce qu’il fait et si le president juge qu’il peut etre changer il n’ya aucun fruit dont on lui serait redevable. Qu’il retourne faire sont travail pour lesuel il est formé. Le poste de ministre n’est pas un metier. Par ailleur la Nation a mille manière d’exprimer sa reconnaissance pour kes valeureux services rendus. Ca passe par des decoration des lettres de felicitations et j’en passe. Ce sont vos propis de fruits a recolter qui minent l’alternance au Burkina.

        Quant au probleme de remaniement, il faut aller molo sinon le gouvernement risque d’aller en greve illimité pour revendiquer leur statut particulier a rester au pouvoir. Attention nous sommes en savane...

        Répondre à ce message

      • Le 11 février 2017 à 08:15, par GARGANTUA
        En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

        Yeral, l’administration est une continuité et personne n’a le monopole pour tout maîtriser et tout dominer. Le boulevard circulaire a été goudronné par le pouvoir MPP qui ne l’a pas conçu. Il n’a faite que continuer un projet conçu par ses devanciers. Ta vision relève du droit divin qui s’oppose à l’alternance, ce qui n’est pas applicable ici. Et si le ministre trépasse, fermera-t-on pour toujours le ministère ? Du reste, ce koro yamile a raison. D’ailleurs le MENA a été le seul ministre dont l’organigramme a été rejeté en conseil de ministres l’invitant à reprendre et c’est à la 2ème fois que ça a passé. En grand connaisseur, il a refusé ce que ses techniciens lui ont conseillé et il a fallu qu’il aille se fracasser en conseil de ministres pour revenir accepter ce qu’il avait refusé au départ.a

        Répondre à ce message

    • Le 10 février 2017 à 17:27, par sow patrice
      En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

      Koro Yamyélé, pour une fois je suis d’accord avec vous. Indexons vraiment le cas du ministre de l’énergie. Il a crée beaucoup de directions pour faire venir des amis, des parents de sa région. En outre, il se bat pour tuer les initiatives privées qui bénéficiaient de l’appui institutionnel de son ministère. le cas SEMICA est un exemple patent. Affaire de gouvernance !!!!!! . Faut-il regretter le départ de Blaise ?

      Répondre à ce message

    • Le 10 février 2017 à 21:36, par Ka
      En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

      Mon ami Kôrô Yamyélé, nous connaissons les continuités et les jeux politiques d’autruche de nos dirigeants depuis la nuit des temps : Tu sais très bien, si le remaniement ne voit pas le jour, c’est que les deux titans veulent redonner la chance a un ministre gênant dont il ne peuvent pas déboulonné. Déjà ils ont tout fait pour que la justice lui donne raison dans une de ses bourdes dont sa légitimité revienne peu à peu pour garder son poste au nom de son protégé. Dès que ce ministre gênant aura la certitude de rester à son poste, car il aboie à qui veut l’entendre que Roch n’est rien sans les montagnes du Nord. Et je confirme ces aboiements : Car ce ministre et son mentor face à Roch Kaboré, notre président adoré reste une petite vague d’eau contre deux montagnes géantes. Et j’espère que tu comprendras ce que je veux dire. Je parle de la continuité, rappelons-nous d’un Diendéré Gilbert qui disait a son otage de président, ‘’’voilà toi, voilà moi, tu me trahi, je te trahi :’’’ Aujourd’hui la situation reste la même : Voilà Salif Diallo face à celui qu’il a fait, et le retient en otage. Conclusion nous revoilà dans le même bain boueux ou baignent les mêmes porcs. Que Dieu vienne en aide au pays des hommes intègres. Je dis chapeau à notre ami internaute Achille de Tapsoba, car Dieu le bénira pour ses fructueuses rappelles des choses.

      Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 09:45, par Poutine du Burkina
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Il faut sauter "l’homme court" là, il n’est pas à sa place, c’est pas des atalakou qui vont ramener la sécurité dans ce pays.
    Les derniers événements, assassinat d’un conseiller et son fils dans leur fuite montre que l’ennemie se croit et se sent en terrain conquis !!!

    Répondre à ce message

    • Le 10 février 2017 à 12:33, par Minute
      En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

      "Poutine du Burkina", je pense qu’il y a plus de malhonnêteté dans certaines visions, telle que la vôtre. La sécurité d’un pays ne se résume pas au ministre qu’il soit militaire ou civil. Ici, il y a des valets locaux de l’impérialisme qui sont tapis dans l’ombre et qui sont de connivence avec les terroristes pour semer la merde et discréditer ici les honnêtes citoyens aptes et prêt au combat. En quoi un remaniement de gouvernement préoccupe tant vous autres qui s’opposent pour s’opposer ? Ce gouvernement n’est pas celui de l’UPC encore moins du CDP. Le peuple a donné sa confiance à un groupe qu’il sent capable de mieux gérer sa destiné. Vous avez seulement votre place dans l’opposition pour seulement faire valoir votre expertise en critique acerbes et malhonnêtes. Le président Roch travaille à trouver la voie du développement de son pays. Ceux qui sont expert en critique doivent au moins reconnaitre qu’avec la situation que le Burkina a traversé et continu de vivre, le président tient à respecter ses engagements et mise surtout sur la sécurité de son peuple. Regardez seulement les patrouilles qu’on observe partout à travers le pays ! Faites seulement une analyse économique liée à ça et vous verrez que quelque chose est entrain d’être fait, n’en déplaise aux alliés des terroristes qui sont gênés dans leurs actions. On vous comprend maintenant. Vous êtes comme le peulh lépreux qui ne peut pas traire le lait mais peut le renverser. Gérer un pays est différent de gérer un service. Les choses sont très complexes que vous le croyez. Si c’était votre mentor qui avait eu les élections avec les mêmes situations que nous vivons aujourd’hui, ha ! on était mort. Ce qui est sûr, le peuple est mature et il a fait son choix : un choix judicieux. Si vous êtes honnête, réfléchissez à tête reposée sur notre parcours ressent et vous comprendrez que le pays est géré selon les moyens et les possibilités qui s’offrent. Du courage à nos gouvernants. Laissez les détracteurs à leur sinistre sort.

      Répondre à ce message

    • Le 10 février 2017 à 15:32, par SIDNABA
      En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

      hé hé ! Burkinabè est vraiment très méchant et très jaloux. A vous lire, on dirait que le pays des Hommes intègres s’assombrit dans tous les domaines.Que Nenni ! Le Burkina avance pourtant malgré vos insanités déversées sur nos dirigeants.
      A titre illustratif, je donnerai deux exemples récents parmi plusieurs pour éviter que l’administrateur de ce site Zappe mon écrit :
      1°) A la dernière CAN 2017 au Gabon les Etalons ont piétiné des lions, des éléphants, des panthères, etc.et se sont finalement classés 3ème sur 54 nations Africaines. Pour ces Burkinabè, pas de progrès et c’est du noir pour ZEPH et Koro Yamyélé.
      2°) Notre université de Ouagadougou est classé 18 ème sur 50 universités classées en Afrique. Il n’y a pas d’évolution. Ils voient noir.
      Rien que ces deux exemples justifient aisément la méchanceté et la jalousie de ces compatriotes qui ne voient que du noir dans ce que fait nos dirigeants. En dehors du Grand Nigéria, il n’y a pas un pays francophone qui nous surclasse. Les grands voisins qui ont plus de moyens sont inexistants dans ce classement. Cela prouve que notre système éducatif est bien meilleur à d’autres pays africains.
      Courage aux dirigeants actuels de mon beau pays le Burkina Faso.
      A l’internaute "Koro Yamyélé" et le Président de l’UPC ZEPH qui pourtant était bien aux affaires pendant au moins 20 ans avec le Président Blaise Kouassi qu’avez vous fait pour faire avancer ce pays qui a payé vos études primaires, secondaires et universitaires ? Où étiez vous pendant les 27 ans de règne monarchique du président Blaise Kouassi ?
      Please, arrêtez vos contre vérités et laisser travailler nos dirigeants. A la fin de leur mandat tout le peuple Burkinabè à l’intérieur comme à l’extérieur appréciera. A bon entendeur, salut.

      Répondre à ce message

      • Le 10 février 2017 à 17:16, par Burbur-sob
        En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

        Et que dire alors de ceux qui ont fait 26 ans, sinon 27 ans avec BC. Les Etalons et l’UO, ce n’est pas votre maudite rupture, trompe-l’oeil, qui a produit ces résultats. CLAIR ET NET !!!
        Vous récoltez des fruits de la continuité que vous niez pourtant ! Quand les résultats de la continuité sont bons, vous les réclamez à cors et à cris, tout en dénigrant ce passé que vous avez intégralement imaginé, planifié et construit. Vous avez le courage de vous reclamer de l’UO et des Etalons, souffrez de porter le bilan entier de BC + 1 an de MPP au pouvoir. Du reste, est-ce que ce serait volé...!!?

        Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 09:51, par SAA
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Yako pour mon pays. Hier, on criait : trop de département ministériel pour un pays pauvre comme le notre, aujourd’hui, concentration de département pour un seul individu. demain, certainement, tout les département ministériels au président, après demain, un ministre par école, par district sanitaire, par marché et yarrs et quoi d’autre encore ? retenez ceci, la question sécuritaire n’est aucunement liée à la démultiplication des institutions.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 09:55, par Malick Sawadogo
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    En dehors de ceux qui qui font à saute-mouton pour être Ministre je ne vois pas pourquoi le remaniement ministeriel serait si préoccupant ; remaniement ou pas chacun doit juste faire le travail qui lui est assigné. Même si on change de gouvernement chaque semaine on ne progressera pas sans changement d’attitude et de mentalité à tous les niveaux ; un ministre n’est pas un Dieu qui apportera des solutions à lui seul à tous les problèmes ; tout le monde doit jouer sa part de responsabilité.

    Répondre à ce message

    • Le 10 février 2017 à 11:10, par Yeral Dicko
      En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

      Justement Mr Sawadogo si chacun devait faire son travail le problème n’allait même être poser !!. Depuis l’annonce les gens ne travaillent plus, chacun a fait ses cartons et attend. Le remaniement gouvernemental est comme la dévaluation, il ne doit pas être annoncer au risque de n’ai pas avoir les impacts positifs pour relancer efficacement la machine. Dieu seul sait ce qui se passe actuellement dans les couloirs des ministères, des officines des partis politiques , ou encore dans les cases sombres des marabouts ou autres wackmans de tout acabits.
      Allons seulement, demain n’est pas loin.

      Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 10:04, par Zas
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Et voici des gens qui te parleraient de sacrifices qu’ils consentent pour le peuple Burkinabé alors qu’en réalité ils seraient assis sur leurs intérêts individuels et égoïstes. Politiciens, y’a pas son bon !!

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 10:21, par BORODOUGOU
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    vraiment ,quand on parle on nous dira qu’on est contre le regime ; non c’est une question fondamentale dans la gestion de la nation.On ne peut pas gérer un état dans la peur ; la politique politicienne ;avec un bras flaste de risque de précipiter la nation vers sa ruine.ROCK pardon,soit homme devant tes camarades et tes adversaires afin de décider de toi même des grandes orientations de sécurité avec l’apport de conseillers avertis pour nous faire sortir de ce gouffre et après vous alle vous battre pour les postes.

    Répondre à ce message

    • Le 10 février 2017 à 11:34, par SAA
      En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

      Monsieur "je connais tout" de grâce, on vous voit venir. C’est les mêmes prompte à crier la précipitation des actions du PF, il fallait d abord murir la question, il fallait voire l’opportunité de tel ou tel acte, pitié, pauvre de vous. Monsieur le président, faites attention car l’ennemi est dedans et dehors à la fois. Prenez le temps nécessaire pour bien faire. Ce sont des conseillers avertis comme vous le dite si bien qui lui dise de patienter encore. merci pour votre contribution.

      Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 10:29, par le yatenga raoua
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Mon ami votre analyse est plate veux tu être ministre ou quoi ? il a dit qu’il fera un remaniement es tu pressé pour aller ou ? occupe toi de ton boulot et arrêter de fatiguer
    je sais que tu ne peux même par former un bureau d’une association de votre village et tout remaniement.............................

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 10:41, par Mninda 05
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Ce qui est sûr c’est que ça ne fait vraiment pas sérieux . Si les annonces et la parole de tout un président d’un pays ne peut plus être crédible ,où va ton ? Inquiétant quand même .

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 10:46, par panth.
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Chercher plutôt à comprendre comment est organisé le MATDSI. LaLa longue dénomination de ce département ne joue aucunement sur l’efficacité de nos FDS. Vous avez la la sécurité qui est carrément rattaché au cabinet du Ministre, pour dire que toute question sécuritaire, il n’y a point de lourdeur et vous avez un autre boss qui s’occupe uniquement en principe de la Décentralisation. Erigeons la sécurité en ministère, sans équipements, sans renseignements efficients, sans perfectionnement de vos braves éléments, nous encaisserons toujours

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 10:46, par warzat
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    En lisant cet écrit, il m’est revenu cette lecture du primaire où il était question de deux voleurs qui se battaient pour un âne où l’un voulait le garder et l’autre le vendre et est arrivé un troisième larron qui s’en est accaparé. Un remaniement et donc une nouvelle valse de responsables qui sont aujourd’hui dans l’indécision. Vos projets et donc votre programme pour lequel vous avez été élu traine en conséquence. Vos électeurs et le pays profond piaffe d’impatience. Même les grands projets dont les financements sont dits acquis ne démarrent pas. On est au second mois de l’année, dans trois mois c’est le début de la saison des pluies et son corollaire de problèmes, sans compter les impondérables comme les actes de terreur que subis le pays. Si ce gouvernement qui a promis de démarrer les travaux en 2017, croit que le peuple se contentera de paroles en l’air, de pose de première pierre sans suite, il se trompe. Il faut que le président fasse un point avec ses ministres et leur donne des délais d’exécution. Les incompétents homme de un tel ou un tel pourront être remerciés au quotidien sans qu’on ne plaigne.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 10:52, par Achille De TAPSOBA
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Hommage à nos Martyrs du 30, 31 Octobre 2014 et 16,17 Septembre 2015

    Merci Mr KKAMMANL pour cet article. L’inertie et l’incapacité de ce gouvernement était prévisible depuis 29 décembre 2015( investiture) car il y a un seul maitre à bord qui décide de tout pour son intérêt personnel et contrôle tout : Salif Diallo. La stratégie que ce dernier(Salif) veut mettre en branle est de placer ses "éléments" acquis à sa cause dans le prochain gouvernement raison pour laquelle le remaniement ministériel tarde à venir. La marge de manœuvre de Mr Roch est nettement réduite. Je ne cesse de le répéter, ce régime ne peut pas répondre aux exigences(attentes) du Brave Peuple car il y a des intérêts inavoués de chacun des RSS. Chacun des RSS avance masqué et ne pas prêt à faire la moindre concession(cadeau) aux 2 autres. Le contrôle entier de l’appareil d’état est tout naturellement un enjeu capital pour chacun de ces trois. Referons-nous à l’affaire Boukary DABO, le blocage de ce dossier est sciemment orchestré par un du trio car il y va de sa survie il n’a aucunement intérêt à ce que la vérité s’éclate.

    Une question reste toujours sans réponse : qui gouverne notre cher pays le Burkina Faso ?

    Aujourd’hui, la "guerre" de positionnement entre RSS a commencé de façon subtile. Le Brave Peuple observe attentivement si RSS pourront conduire ensemble le bateau à bon port. Il en ressort qu’après un an de pouvoir l’espoir d’une Brave Jeunesse Burkinabé après de hautes luttes(insurrection et putsch manqué) s’amenuise rapidement au regard de l’incapacité de la triarchie (RSS) à gérer. La conclusion finale : une année de gâchis.
    .

    La vérité triomphera sur le mal ou l’impunité(le mensonge) un jour

    A nos Martyrs qu’ils se reposent en paix. Que justice leur soit rendue rapidement

    Justice pour Norbert Zongo
    Justice pour Thomas Sankara
    Justice pour Salifou Nebié
    Justice pour David Ouèdraogo
    Justice pour Boukary Dabo

    Victoire toujours au Brave Peuple
    Vive la démocratie au Faso
    Vive le Brave Peuple Burkinabé

    Que LE SEIGNEUR bénisse le BURKINA que nous aimons tous.Amen
    Paix et Succès à Tous les BURKINABES . Amen

    Achille De TAPSOBA le Bobolais

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 11:47, par ZOODO
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    C’EST MOUTA MOUTA POUR LE MOMENT ! C’EST TOUJOURS COMME CA QUAND LES GENS ONT PEUR DE DÉCIDER. VIVEMENT QUE CA NE SOIT PAS COMME LORS DE LA FORMATION DU PREMIER GOUVERNEMENT THIEBA.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 12:00, par BONZI
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Les inquiétudes sont réelles et légitimes. Le Président donne vraiment l’impression qu’il n’a pas les mains libres. Il a annoncé aussi la fin du problème CAMEG dans le même laps de temps et toujours rien. S’ il amène à douter de sa parole c’est bien grave pour sa gouvernance et le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 12:42, par Burkina libre
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Burkinabe, réveille toi. Réveille toi vite. Le président du Faso dort avec les dossiers les plus urgents du pays. Voyez vous mêmes, le président a déclaré devant tout le monde que la crise Cameg serait réglé depuis début janvier mais hélas ! Il ne tient pas parole. Dans les centres de santé aujourd’hui c’est la catastrophe au niveau de la disponibilité des médicaments. Et le président dors tranquille. Concernant le remaniement, le président a la peur au ventre. C’est pareil pour l’avion présidentiel en mauvais état. Le président pense qu’il aura chaud s’il achete un nouvel avion pour le pays. Pendant ce temps, tout est au ralenti, les djiadistes frappent à nos portes, mais le président s’inquiète plus pour sa réputation plus que pour l’avenir de notre pays. Président Roch, aie pitié des burkinabe car on t’a élu président pour gouverner et non pas pour avoir peur de nous. Sois courageux et gouverne le pays, appuie sur l’accélérateur, quitte le diesel, avance et fait avancer les dossiers, fast avancer le PAYS, fais avancer le BURKINA.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 13:04, par Koro COUL
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Mais au juste, il y a quelle honte à collaborer avec les djihadistes comme le faisait l’ancien régime ? Si cela peut nous mettre à l’abri d’attentats comme avant, je crois que la vie n’a pas de prix et Ie coût économique et social doit nous rappeler à la raison objective et stratégique de les avoir en ami qu’en adversaire. Pourvu qu’ils épargnent le Burkina Faso et les burkinabé de leur turpitudes sanglantes et sauvages.
    DIENDERE est encore présent et disponible, on peut lui confier sa mission d’antan.

    Répondre à ce message

    • Le 11 février 2017 à 01:10, par Mechtilde Guirma
      En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

      Koro coul,
      Tout juste pour vous dire que votre remarque est très pertinente. Voyez je vous dis un précédent qui peut passer pour jurisprudence.

      Lorsque Sankara vint avec toute sa violence et tueries, il a traité Sayé Zerbo de tous les noms d’oiseau. Pire il l’a traîné dans la boue comme ce qui s’est passé entre Genguéré et la jeunesse de nos jours. Saye Zerbo fut sauvé de justesse de l’exécution par une haute personnalité militaire dont je tais le nom. Mais lorsque la guerre entre le Mali et Burkina s’est déclarée pour la deuxième fois, secrètement Sankara est allé libérer Saye Zerbo et l’a amené au front. C’est ainsi que le Burkina (alors Haute-Volta) fut sauvé car le Mali était bien mieux armé à l’époque que le Burkina.

      Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 13:10, par Lamoudja
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    L’inertie est aussi dans nos forces armées ! le nouveau Chef d’Etat Major General est en place depuis un mois, mais depuis sa nomination aucun changement dans la chaine de commandement de l’armée ! Qu’attent’ il ? Est ce que toutes les fautes reposaient uniquement sur le General Zagre ? C’est triste, mais on va lentement mais surement vers la situation du Nord et Centre Mali..

    Reveillons-Nous avant qu’il ne soit trop tard.

    Lamourdja

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 15:10, par Le boeuf
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Le président semble être pris en otage par les cadres de son parti.
    Belle analyse.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 15:29, par Tomitozi
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Haie ! c’est vous qui perdez votre temps. Moi je l’ai tiré ma conclusion. Rock est un poltron qui n’ose pas au risque de se faire taper les doigts par qui on sait. Avec ces policards seniles égoïstes c’est le peuple burkinabé qui est foutou pardon foutu à jamais. Seul espoir , Dieu qui sait faire les choses bien au moment qu’il convient.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 15:32, par EBENEZER
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    C’est le "wait and see"...............................................................................................................

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2017 à 21:44, par drc
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    lamourdja bien vu. Le chef d’état major des armés du Burkina nous avaient laisser entendre ceci dans son discours : l’Autoroute du Commandement sera remanié sur toutes ses dimensions. Rien ne fit jusqu’à présent. " Dommage"

    Répondre à ce message

  • Le 11 février 2017 à 09:17, par Réalisme
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Les incidents d’incendie dans des marchés et autres actes d’incivisme qui visent à remettre en cause l’autorité de l’Etat par des mouvements de protestation contre des gendarmes, ressemblent à des actes prémédités de même que certaines attaques terroristes. Il y a visiblement des gens qui ont des agendas cachés dans des actes de troubles à la paix sociale .Comme le disait le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré à l’occasion du bilan d’un an de son pouvoir, il n’y a pas que des ennemis extérieurs contre le régime en place mais aussi à l’intérieur du pays. Il en veut pour preuve l’aveu de certains terroristes d’origine burkinabè qui, après avoir été appréhendés disaient qu’ils n’avaient pas de regret et que si l’occasion leur était donnée, ils récidiveront. Il faut rappeler qu’un Burkinabè du patronyme Sawadogo avait été arrêté parmi des terroristes au Mali. Les deux incendies aux marchés de Koupéla et Bobo-Dioulasso à une semaine d’intervalle, avec le même mobile de mise en flammes de dépôts de carburants, ne semblent pas des faits relevant du hasard. On a l’impression que des gens instrumentalisent des problèmes contre les services de sécurité et de défense pour fabriquer des arguments qu’il faut retirer les ministères de la défense et de la sécurité des mains de civils comme si cela était la solution miracle contre le terrorisme. Ces gens cherchent plutôt à accaparer la défense et la sécurité par leurs hommes de mains pour dicter partout au Burkina leur loi sectaire. Le Président du Faso a sans doute bien compris leur stratégie en rétorquant que même s’il devrait céder la défense, ce ne serait pas pour des militaires. Le commandement des forces de défense et de sécurité n’est pas l’apanage des militaires exclusivement. Des civils de par le monde ont pleinement assumé ces fonctions. En France, Nicolas Sarkozy a été ministre de l’intérieur (sécurité), des cas du même genre en Côte d’Ivoire, au Niger. Au Burkina, un administrateur civil Yéro Boly a été d’abord ministre de l’administration territoriale et ensuite ministre de la Défense. Des gens qui avaient un agenda caché ont demandé qu’il ne faut pas mettre des civils comme ministres de la Défense et on en est arrivé aux mutineries inédites de 2011.Sous la transition, le coup d’Etat du 16 septembre 2015 a eu lieu avec la présence d’un militaire au ministère de la sécurité. Alors que ceux qui provoquent des troubles pour chercher à ravir les portefeuilles de la défense et de la sécurité, sachent que leur jeu malsain est découvert et leurs méthodes anarchistes connues du grand public burkinabè. Qu’ils reviennent à de meilleurs sentiments car, la démocratie est une action collective dans l’intérêt général et non la chassée gardée d’un groupuscule au détriment de la majorité.

    Répondre à ce message

  • Le 11 février 2017 à 16:00, par Guigma
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    La MAFIA se construit à l’Hôpital de Bogodogo.

    Plusieurs concessionnaires ont géré le CMA du 30, qui dans le nettoyage, qui dans le gardiennage, qui dans la restauration ou le parking cela depuis plusieurs années. Avec l’avènement de l’Hôpital de District de Bogodogo, tout a été chamboulé. Les contrats signés entre le district entité qui gérait le CMA du 30, et les prestataires n’ont pas été reconduits, par écrit, mais verbalement.

    Pour nous, soucieux du bon fonctionnement de l’hôpital, nous avons continuez la prestation sans contrat écrit.

    Inquiets de notre sort, nous avons approché l’administration du district pour comprendre le sort qui nous est réservé. Pour toute réponse, elle nous a dit que la Directrice de l’hôpital a promis de rencontrer les prestataires avec son équipe.

    M Soubeiga le DSGL nous a approché un a un et nuitamment pour faire des propositions afin de reconduire le contrat, chose que certains d’entre nous ont refusé, parce qu’il demandait beaucoup de millions.

    Nous avons attendu jusqu’au 01 Février 2017 en vain, notre surprise fut grande quand la DG a passé le marché du gardiennage a M Bayala de Yalgado et le DSGL a donné une semaine à l’ancien prestataire BETHSAEL de quitter les lieux.

    En toute prestation nous pensons qu’il faut une évaluation technique en fin de contrat et cette évaluation permettra soit de rompre ou de renouveler le contrat

    M Soubeiga DSGL précédemment a la DEP s’est substituer au DAAF et en complicité avec la DG pour conclure le marché de Nettoyage gré à gré avec l’entreprise NETTOIE NET pour le nettoyage, le Gardiennage et le ramassage des déchets à M Bayala qui est déjà prestataire à YALGADO et protégé de Sangaré Robert DG de Yalgado.

    M Soubeiga DSGL continu de contacter les gestionnaire des Parking les exigeant de l’argent pour les octroyer des aires de parking à l’hôpital de District de Bogodogo. Le DAF un ancien agent du CMA du 30 est resté propre vis-à-vis de nous, M KINI félicitations.

    Le DSGL a convoqué le concessionnaire CEN dans son bureau pour lui signifier qu’il a une semaine pour quitter l’hôpital avec ses agents, ce dernier lui a dit qu’il paie ses agents par mois et interrompre ainsi son contrat lui met mal à l’aise face à ses agents. Le DSGL a maintenu sa position, de le sommer de quitter l’hôpital au plu tard la semaine prochaine. Le concessionnaire de la restauration pour le moment n’a pas été contacté ni par les services techniques, ni par la Directrice.

    Il semblerait que la Directrice, son DSGL ont passé gré à gré le marché de la restauration qui s’élève a plusieurs centaines de millions. L’urgence de démarrer les activités de l’hôpital est leur premier arguments pour les a conduire à ces passations fantaisistes et obscures de marché entre copains.

    Nous croyons que c’est parce que nous avons refusé de donner l’argent que la Directrice nous a demandé par l’entremise de son DSGL que nous subissons ce sort. Tous les concessionnaires ont plus de cinq d’expériences au CMA. Nous sommes d’accord qu’il y ait recrutement mais que cela se fasse dans les normes et non nous exiger plusieurs millions avant de nous donner le Contrat.

    Et dire que pendant les fêtes, certains ont exigé l’argent de fêtes.

    Monsieur le Ministre, l’ASCE,REN LAC l’inspecteur des services de santé nous demandons votre intervention.

    Meilleures salutations

    Répondre à ce message

  • Le 11 février 2017 à 18:17, par Capitaine
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    De toute évidence, le combat contre l’insécurité est le combat de tous, civils comme militaires .Aucun pays n’est à l’abri des surprises des attaques terroristes. Les événements du 11 septembre 2001 contre le Wall Trade Center de New –York, les attaques de Paris, de Berlin, sont autant de preuves que les terroristes peuvent surprendre même les pays développés dont les systèmes de sécurité sont bien équipés. Au Burkina, l’accent doit être mis sur l’équipement des forces de défense et de sécurité, le renforcement des services de renseignement et surtout une grande collaboration des agents de sécurité avec les populations pour une lutte efficace contre le terrorisme et le banditisme. Le regain de dynamisme et de confiance que le ministre de la sécurité Simon Compaoré est en train d’insuffler aux agents de sécurité est un bel élan à consolider. De même, le nouveau chef d’Etat major général des armées devrait pouvoir mettre en œuvre de nouvelles stratégies opérationnelles dans la lutte contre les attaques terroristes aux frontières du pays. Les patrouilles actuelles dans la zone du nord s’inscrivent ainsi dans les bonnes actions de sécurisation. Les citoyens peuvent alerter les services de sécurité aux numéros suivants.16 (gendarmerie) ,17(police) ,10 10(sécurité).

    Répondre à ce message

  • Le 11 février 2017 à 19:28, par Agent de santé
    En réponse à : Promesse de remaniement gouvernemental : Quand la traine et le mutisme des autorités font jaser…

    Les points de revendication du Syndicat National des Travailleurs de la Santé Humaine et Animale(SYNTSHA) dans le cadre de leur grève suspendue du 10 février 2017 relèvent essentiellement des promesses non tenues du ministre de la santé Smaila Ouédraogo. La question des Etablissements Publics de Santé(EPS) et autres doléances sont toutes des points pour lesquelles le ministre avait promis des solutions en 2016.Il n’a pas respecté ses engagements et pire, il tente de diviser le SYNTSHA. L’une des préoccupations repose sur le conflit que crée le ministre entre le CHU Yalgado et l’hôpital de Bogodogo. Sous les deux ministres qui ont précédé Smaila Ouédraogo, en l’occurrence Léné Sebgo et Amédée Prosper Guiguimdé,le gouvernement avait admis que l’hôpital de district de Bogodogo soit aménagé pour servir d’un second pôle du CHU Yalgado pour désengorger cet hôpital historique de référence et permettre sa reconstruction et sa modernisation. C’est ainsi que des équipements à coups de milliards ont été acquis pour une répartition entre Yalgado et son pool de Bogodogo. Une partie des services médicaux spécialisés de Yalgado devait être transférée à Bogodogo.Mais le fougueux ministre Smaila Ouédraogo fait fi de tout cela et a monopolisé le matériel acquis pour Bogodogo, délaissant ainsi Yalgado. Entre nous praticiens de la santé, nous disons que cette attitude anarchiste du ministre de la santé vise à déshabiller X pour habiller Y sur fond d’animosité et de règlements de comptes car, le ministre a une haine viscérale contre le SYNTSHA et certains de ses militants actifs. Il tente même d’affecter certains personnels de santé de Yalgado à Bogodogo sur la base d’affinités politiques, régionalistes et de ses clubs d’amis. Tous ces faits anormaux de gestion chaotique du ministère de la santé se déroulent dans un silence incompréhensible du Président du Faso et du Premier Ministre comme si les autorités ne prennent pas soin d’examiner les situations dans leur réalité. En 2016, les ministères de la santé et des Finances ont été constamment en ébullition du fait d’un certain pilotage à vue et d’un autoritarisme désuet de leurs premiers responsables. La situation perdure en ce début 2017.On ne doit pas continuer à hypothéquer le développement du pays par la faute de gens qui ne savent pas diriger un département ministériel.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés