Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

jeudi 9 février 2017 à 00h16min

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 08 février 2017, en séance ordinaire, de 09 H 30 mn à 14 H 00 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE,Président du Faso, Président du Conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu des communications orales, procédé à des nominations, et autorisé des missions à l’étranger.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

I. DELIBERATIONS

I.1. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT

Le Conseil a adopté un rapport portant adoption du projet de Stratégie nationale de migration et de son plan d’actions.

La Stratégie nationale de migration et son plan d’actions visent à promouvoir une gestion cohérente, efficace, intégrée et concertée des migrations dans la perspective de la réalisation du développement humain durable.

L’adoption de ce rapport permet d’assurer la protection et la garantie effectives des droits des migrants pour une contribution optimale au développement, à la consolidation de la paix et de la cohésion sociale, à la promotion de l’intégration régionale et sous-régionale et de la coopération internationale à l’horizon 2025.

I.2. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION

Le Conseil a adopté deux (02) décrets.

Le premier porte approbation des statuts du Centre national des œuvres universitaires (CENOU).

L’adoption de ce décret permet de conformer les statuts du CENOU aux dispositions du décret N°2014-613/PRES/PM/MEF du 24 juillet 2014 portant statut général des Etablissements publics de l’Etat à caractère administratif (EPA).

Le second décret porte approbation des statuts de l’Université de Koudougou.

L’adoption de ce décret vise à conformer les statuts de l’Université de Koudougou aux dispositions du décret N°2014-612/PRES/PM/MEF du 24 juillet 2014 portant statut général des Etablissements publics de l’Etat à caractère scientifique, culturel et technique (EPSCT).

I.3. AU TITRE DU MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE ET DE L’ALPHABETISATION

Le Conseil a adopté un rapport relatif à l’impact de la situation sécuritaire sur le fonctionnement des structures éducatives dans la province du Soum.

Au regard de la situation, le Conseil a pris un certain nombre de mesures visant à sécuriser les acteurs de l’éducation en vue de la poursuite de l’enseignement dans ladite localité.

Le Conseil félicite et encourage les agents de l’Etat en service dans cette région, les forces de défense et de sécurité, les autorités coutumières et religieuses, toute la population du Soum pour leur engagement déterminé dans la préservation et la défense des valeurs républicaines.

I.4. AU TITRE DU MINISTERE DE LA COMMUNICATION ET DES RELATIONS AVEC LE PARLEMENT

Le Conseil a adopté un décret portant création, attribution et organisation du Service d’information du gouvernement (SIG).

L’adoption de ce décret vise à doter le SIG d’un nouveau cadre réglementaire lui permettant de remplir efficacement ses missions.

II. COMMUNICATIONS ORALES

II.1. Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération et des burkinabè de l’extérieur a fait au Conseil une communication relative à la participation de son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, au Sommet extraordinaire du G5 sahel tenu à Bamako au Mali, le 6 février 2017.

Le Président du Faso et ses pairs ont réaffirmé la nécessité de mutualiser leurs moyens pour lutter contre le terrorisme et tous les trafics illicites au sahel.

Ils ont par ailleurs soutenu la création de la force multinationale du Liptako-Gourma.

II.2. Le ministre des Sports et des loisirs a fait au Conseil une communication relative à la brillante participation des Etalons à la 31ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN)-Gabon 2017.

Le Conseil réitère ses félicitations aux joueurs et à l’encadrement technique pour leur patriotisme, leur combativité et leur détermination.

Il félicite également l’ensemble des acteurs, la diaspora burkinabè au Gabon et en Côte d’Ivoire pour leur forte mobilisation et l’ensemble du peuple burkinabè pour l’accueil réservé à notre équipe nationale.

III. NOMINATIONS
III. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT

– Monsieur Casimir SAWADOGO, Mle 49 367 P, Inspecteur divisionnaire des douanes, 1ère classe, 11ème échelon, est nommé Directeur général de l’Ecole nationale des douanes ;

– Monsieur Boubacar SEREME, Mle 33 332 E, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 16ème échelon, est nommé Inspecteur technique principal ;

– Monsieur François Rigobert TAHITA, Mle 33 330 R, 1ère classe, 15ème échelon, est nommé Directeur des affaires domaniales et foncières à la Direction générale des impôts ;

– Monsieur Souaré GORO, Mle 34 829 W, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 14ème échelon, est nommé Directeur des services fiscaux ;

– Monsieur Paul YAMEOGO, Mle 39 656 T, Inspecteur du cadastre, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Directeur du cadastre ;

– Monsieur Mamadou NOMBRE, Mle 44 065 K, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 12ème échelon, est nommé Directeur des moyennes entreprises du Centre N°1 ;

– Monsieur Emmanuel RAPADEMNABA, Mle 029 726 E, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 10ème échelon, est nommé Directeur du Centre des impôts de Ouaga II ;

– Monsieur Daniel SOUSSANGO, Mle 39 691 H, Inspecteur du cadastre, 1ère classe, 14ème échelon, est nommé Directeur du Centre des impôts Ouaga III ;

– Monsieur Koudtibo KIENDREBEOGO, Mle 19 753 P, Inspecteur du cadastre, 1ère classe, 11ème échelon, est nommé Directeur du Centre des impôts Ouaga V ;

– Monsieur Olivier BANAO, Mle 59 655 K, Inspecteur du cadastre, 1ère classe, 7ème échelon, est nommée Directeur du centre des impôts Bobo III ;

– Monsieur Benoît ZONGO, Mle 47 702 S, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 11ème échelon, est nommé Directeur régional des impôts de la Boucle du Mouhoun ;

– Monsieur Yaya HEMA, Mle 50 059 S, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Directeur régional des impôts du Centre-Sud ;

– Monsieur Pascal Ildevert OUEDRAOGO, Mle 39 689 N, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 13ème échelon, est nommé Directeur régional des impôts de l’Est ;

– Monsieur Jean-Marie OUEDRAOGO, Mle 15 152 D, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 12ème échelon, est nommé Directeur régional des impôts du Nord ;

– Monsieur Hugues ROUAMBA, Mle 44 073 Y, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 12ème échelon, est nommé Directeur régional des impôts du Sahel ;

– Monsieur Diao Yacouba OUATTARA, Mle 104 308 D, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial des impôts des Balé ;

– Monsieur Mamadou TRAORE, Mle 37 253 B, Inspecteur du cadastre, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur provincial des impôts des Banwa ;

– Monsieur Robert SOULAMA, Mle 54 664 T, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Directeur provincial des impôts du Boulkiemdé ;

– Monsieur Moussa DIARRA, Mle 29 748 N, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Directeur provincial des impôts du Kénédougou ;

– Monsieur Idrissa Wendata Rolland BELEMLILGA, Mle 216 188 B, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial des impôts de la Komandjari ;

– Madame Angèle SAWADOGO, Mle 119 355 U, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 4ème échelon, est nommée Directrice provinciale des impôts du Kouritenga ;

– Monsieur Souleymane OUEDRAOGO, Mle 31 992 P, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Directeur provincial des impôts du Kourwéogo ;

– Monsieur Inoussi Atikou MAIGA, Mle 29 759 A, Inspecteur du cadastre, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Directeur provincial des impôts de l’Oudalan ;

– Monsieur Bila Adama SAWADOGO, Mle 29 728 S, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Directeur provincial des impôts du Passoré ;

– Monsieur Zidabou Zéphirin Marie Constantin ZOURE, Mle 97 637 F, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur provincial des impôts du Séno ;

– Monsieur Albert DJIGUEMDE, Mle 207 996 J, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur provincial des impôts du Sourou.

Le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement,

Porte-parole du gouvernement,

Rémis Fulgance DANDJINOU

Officier de l’ordre national

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 février à 01:39, par Le juste
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    Le président Rock Marc Christian Kaboré est sur le bon chemin notamment dans la communication et le management de la gouvernance contrairement à son prédécesseur qui était un véritable sphinx sournois. Monsieur le président, vous êtes proche du peuple et Dieu vous le revaudra. Contrairement à certaines jérémiades d’opposants en mal de publicité mus plutôt par la jalousie et les raccourcis, vous êtes sur le bon chemin. Par exemple en renonçant à des dépenses somptueuses (achat d’avion) vous montrez là que vous vous souciez de la bonne marche du pays. Continuez à écouter le bas peuple. Un de vos concitoyens architectes à lever le lièvre sur un projet que des agents véreux du ministère des infrastructures sont entrain de tramer dans le cadre de la construction du siège de la future Assemblée Nationale. Je vous suggère d’annuler purement et simplement le TDR de ce projet et faites appel à l’expertise internationale en collaboration avec des nationaux privés pour la conception des plans du siège de cette institution. Les architectes burkinabé sont pour la plupart carents et incompétents. Ils ne savent que copier coller des plans faits par les autres. Et même là aussi ! Allez au siège de l’ONEA ce majestueux bâtiment et vous serez édifié dès l’entrée du hall d’accueil : vous allez vous accrocher à la porte parce qu’elle est trop petite, 70 cm de large par battant. Concernant, le remaniement du gouvernement, je vous suggère de laisser le ministère de Simon Compaoré en l’état parce que la situation actuelle ne s’y prête pas et Simon connait parfaitement les problèmes de ce ministère et il est sur le filon qui conduira à la liquidation totale des Djihadistes. Et puis Simon, c’est quelqu’un de franc et véridique, le jour qu’il va se sentir incapable de diriger ce département c’est lui-même qui va vous dire de le décharger. Même votre ministère de la défense doit rester en l’état, pas de changement du moins en l’état actuel de la situation. Occupez vous surtout de bien équiper l’armée avec du matériel sophistiqué par exemple pour la détection de mouvement suspect même de loin. Si remaniement il y aura, voyez plutôt du côté des ministres jouisseurs et affairistes, routes et transports. On se rappelle que c’est l’ONG de Pagomziri Ouédraogo qui a coupé net le plan du ministre qui voulait profiter des prébendes en prêtant 20 milliards de franc CFA à la BOAD soit disant pour construire une route et sur le dos du pauvre contribuable burkinabé. Je vous encourage à continuer sur la voie de l’humilité parce que cela ne fait que vous grandir. Inch allah !

    Répondre à ce message

    • Le 9 février à 09:11, par pas politique
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

      Vous trouvez que acheter un avion est n’est pas aussi important ! Erreur, si celui crache avec le président, on dépensera plus pour des élections. On ne fait pas l’économie comme vous l’imaginez.
      cesse de t’apprendre à l’opposition car se sont les mêmes qui ont géré le pouvoir (le cœur du pouvoir).

      Répondre à ce message

    • Le 9 février à 09:21, par Nobila Bernard OUEDRAOGO
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

      Bonjour ! Je loue les efforts du pouvoir en place mais force est de reconnaître qu’il y a encore beaucoup à faire pour prouver que nous vivons le vrai changement. Concernant nos architectes je vous trouve injuste voire maladroit. C’est trop d’affirmer qu’ils sont incompétents alors qu’ils ont fait les mêmes études que les étrangers que vous louez. Si des bâtiments publics sont mal construits la faute revient plus à l’autorité politique qui a privilégié la corruption(les autorités actuelles en sont comptables). La critique faite à l’endroit du pouvoir actuel peut être battue en brèches avec preuves à l’appui. Alors soyez moins partisan.

      Répondre à ce message

    • Le 9 février à 10:12, par le citoyen
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

      ton analyse est idiote mon minable. Et si l’appareil est en état d effectué ? En te lisant, j’ai l’impression que tu étais hors du pays au moment de insurrection. Juste te rappeler que le pouvoir en place à trouvé le chemin des commandes grâce au courage, à la détermination et au sacrifice des dignes filles et fils organisés par l’opposition. Donc cesse dès l’instant t’apporter des critiques infécondes sur certains ministres.

      Répondre à ce message

    • Le 9 février à 11:03, par x
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

      bonjour m. le juste, a travers vos lignes, votre message publié, vous êtes injuste dans vos propos.On a comme l’impression que vous avez un parti pris pour la cause du MPP. Ne seriez-vous pas un adepte de ce parti ou du même bord politique que ce troisième larron (simon Compaoré). Je vous en prie de grâce, tout ce que le président du Faso Roch Marc Christian KABORE fait n’est pas à louer.Qu’es-ce que ces ministres jouisseurs et affairistes, routes et transports vous ont ils faits ? Par conséquent, il faut qu’on extermine nos compatriotes au nord, nos vaillants soldats avant le remaniement ? Il faut savoir raison gardée et toujours relativiser....

      Répondre à ce message

  • Le 9 février à 06:33, par BILI-BILI
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    Monsieur’s du MPP, un bon matin vous naurez que vos yeux pour pleurez. On vous aura prevenu pour certain postes de nominations qui sont toujours detenus par ces memes agents indelicats sous lere COMPAORE aujourdhui deguises en MPP. CE sont ces agents gonfles so it disant intouchables qui salissent limage due Parti. ILS sont toujours nombreux Dans les ministeres, structures ratachees, projects et programmes, Ecole’s professionllles, centres de santes , avec les memes pratiques CDPiques. I’ll faut encore secouer le cocotier et chasser ces agents qui ne rendent pas service.

    Répondre à ce message

    • Le 9 février à 08:46, par L’Intègre
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

      hoo ! "wend na kaoss foo" quelle plus que belle remarque ? surtout au niveau déconcentré ou à force de traîner dans la mise en place des choses, ces vautours qui avais l’argent et leur titre ont pu tapez fort pour se maintenir en continuant à narguer les gens. comment peut - on comprendre que depuit 2011, 2012, ou plus loin encor des gens soient toujours dirigents dans leur poste ? les agents souffrent dans leur chaire sans pouvoir faire quoi que se soit.

      Répondre à ce message

    • Le 9 février à 08:54, par Saïdou
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

      Mr Juste C’est Vous Autres Qui Poussiez Nos Dirrigents A Sortir Après Leurs Mandants Par La Petite Fenêtre Comme Mr Koassi En Rci,très Mauvais Conseil De Ta Part.Excellence RMCK Courage A Vous,que Dieu Vous Guide Pour Que Vous Dirrigiez Notre Cher Faso.

      Répondre à ce message

    • Le 9 février à 09:23, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

      - BILI-BILI, e koukou ? Agninayee !! Tu étais où dabii ? Tu as disparu là !? BILI-BILI tu as raison vraiment et nous regrettons tous aujourd’hui l’élection du MPP. HÉ ! Dabii nan, l’autre jour j’ai passé par Ténado pour mes affaires mais j’ai failli perdre connaissance ! J’ai vu au bord de la route un très gros ballot dans lequel étaient emballées de nombreuses bouteilles de liqueurs frelattés. Par curiosité je me suis renseigné et on m’a dit que ces bouteilles sont renvoyées pour remplissage encore. Dire que tout ceci est bu dans les villages là-bas ! Mon ami BILI-BILI, j’ai peur pour l’avenir des gens dans cette zone !

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

      • Le 9 février à 11:14, par BILI-BILI
        En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

        Oui..grand frère KORO-YAM je suis là , là dans mon KARPALA , KARPALA-LA-POUSSIÈRE avec son Maire-fantôme qui dort à OUAGA-2000.
        Oui.. KORO-YAM, je suis là , mais avec la tête basse, parce que déçu , déçu par ce régime que j’ai défendu avec bec et ongle sur la toile,mais en bon CANDIDE !
        Korô-YAM , je suis là, mais impuissant face à mes parents qui se détruisent à petit feu par les frelatés . Tous ces jeunes costauds et solides en son temps au village, sont tous devenus flêkê-flêkê. Que peut bien faire le pauvre BILI-BILI ? Pitié.
        A KOUDOUGOU au quartier-Bourkina, le BAR des liqueurs appelé "LA MORGUE" a fermé ses portes début janvier. Le gérant m’a fait savoir que tous ses clients sont morts , et il était obligé de fermer.

        Répondre à ce message

  • Le 9 février à 07:48, par Agent de santé
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    Les points de revendication du Syndicat National des Travailleurs de la Santé Humaine et Animale(SYNTSHA) dans le cadre de leur grève du 10 février 2017 relèvent essentiellement des promesses non tenues du ministre de la santé Smaila Ouédraogo. La question des Etablissements Publics de Santé(EPS) et autres doléances sont toutes des points pour lesquelles le ministre avait promis des solutions en 2016.Il n’a pas respecté ses engagements et pire, il tente de diviser le SYNTSHA. L’une des préoccupations repose sur le conflit que crée le ministre entre le CHU Yalgado et l’hôpital de Bogodogo. Sous les deux ministres qui ont précédé Smaila Ouédraogo, en l’occurrence Léné Sebgo et Amédée Prosper Guiguimdé,le gouvernement avait admis que l’hôpital de district de Bogodogo soit aménagé pour servir d’un second pôle du CHU Yalgado pour désengorger cet hôpital historique de référence et permettre sa reconstruction et sa modernisation. C’est ainsi que des équipements à coups de milliards ont été acquis pour une répartition entre Yalgado et son pool de Bogodogo. Une partie des services médicaux spécialisés de Yalgado devait être transférée à Bogodogo.Mais le fougueux ministre Smaila Ouédraogo fait fi de tout cela et a monopolisé le matériel acquis pour Bogodogo, délaissant ainsi Yalgado. Entre nous praticiens de la santé, nous disons que cette attitude anarchiste du ministre de la santé vise à déshabiller X pour habiller Y sur fond d’animosité et de règlements de comptes car, le ministre a une haine viscérale contre le SYNTSHA et certains de ses militants actifs. Il tente même d’affecter certains personnels de santé de Yalgado à Bogodogo sur la base d’affinités politiques, régionalistes et de ses clubs d’amis. Tous ces faits anormaux de gestion chaotique du ministère de la santé se déroulent dans un silence incompréhensible du Président du Faso et du Premier Ministre comme si les autorités ne prennent pas soin d’examiner les situations dans leur réalité. En 2016, les ministères de la santé et des Finances ont été constamment en ébullition du fait d’un certain pilotage à vue et d’un autoritarisme désuet de leurs premiers responsables. La situation perdure en ce début 2017.On ne doit pas continuer à hypothéquer le développement du pays par la faute de gens qui ne savent pas diriger un département ministériel.

    Répondre à ce message

    • Le 9 février à 15:56, par Autre agent public
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

      Bonjour Mr Agent de santé.
      Je suis d’accord avec vous sur certains points de votre message notamment quand vous traiter le Ministre de la Santé (MS) de fougueux.Mais qu’il crée de la division,je n’y crois pas.Soyez aussi autocritique au lieu de vous contenter d’assener autrui de coups médiatiques souvent maladroits SUR LES AUTORITÉS de façons générale.
      Ils sont nombreux ceux qui doivent apprendre à être droits avant de réclamer droiture aux autorités.Je veux parler des racketteurs de malades qui annulent l’effort du gouvernement à faciliter l’accès aux soins par les pauvres populations, vendeurs des produits proscrits,détournent les intrants ,consommables et médicaments etc. Il n’est pas certain que vous même ne parlez pas sur fond d’affinités politiques.Arrêtez d’embrouiller les citoyens.

      Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:03, par yat
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    DU GRIOTISME, ENCORE DU GRIOTISME

    J AI HONTE DE CERTAINS BURKINABE.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:18, par CRI DE COEUR
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    Excellence Monsieur le Premier Ministre,
    Dans le COMMUNIQUE FINAL de la rencontre Gouvernement – Syndicats, nous lisons : « Concernant la loi n° 081-2015/CNT du 24 novembre 2015, portant Statut général de la fonction publique d’Etat, le Gouvernement s’engage à convoquer le Comité de relecture de la loi n° 013/98/AN du 28 avril 1998, élargi aux syndicats, en vue d’examiner les récriminations faites vis-à-vis du mécanisme de reversement et du classement indiciaire applicable aux emplois des fonctionnaires d’Etat au plus tard la fin du premier semestre 2017. Les conclusions du Comité vont orienter la prise de décision au niveau gouvernemental un (01) mois plus tard. »
    Excellence Monsieur le Premier Ministre, nous ne doutons pas de la volonté du Gouvernement à rendre justice à tous les fonctionnaires d’avant la Loi 081 victimes d’insuffisances de ladite Loi. Mais, s’il s’agit du même comité, bien qu’élargi des syndicats, nous n’espérons pas la justice tant attendue. En effet, Excellence Monsieur le Premier Ministre, l’expérience nous donne de constater que les comités cherchent à justifier les « erreurs » et non à rectifier (remédier) aux « erreurs » commises.
    Avec tout le respect que nous vous devons Son Excellence, nous proposons donc la mise en place d’une commission ad’ hoc pour le traitement des cas des fonctionnaires d’avant la Loi 081.
    Recevez, Excellence Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma considération.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:33, par Thién
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    Apparemment la dame ministre de l’économie a oublié sa règle de nomination de 30% ou 40% de femmes dans les différents postes à pouvoir ou bien c’est parce que ces postes sont pour l’essentiel hors de Ouaga ?
    Elle devrait aller au bout de sa logique et ne pas faire croire que les postes hors de Ouaga sont faits pour les hommes et que ses 40% de nomination de femmes, doivent rester dans les deux villes. Ce serait du sexisme pur et simple car les problèmes familiaux concernent aussi les hommes puisque pour le moment, les femmes ne se marient qu’à des hommes dans ce pays ! Il n’y a donc pas de raison que les hommes puissent le faire seuls !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:41, par Citoyen
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    je suis parfaitement d’accord avec le juste, il y a des ministres qui ont été pris la main dans le sac, quel respect peuvent-ils encore avoir face à leurs administrés si c’est pas provoquer l’incivisme dans les services. En tout état de cause aucun régime conséquent dans ce monde ne devra scier la branche sur laquelle il est assis. En revanche les aventuriers devront plier bagages.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:46, par Citoyen
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    je suis parfaitement d’accord avec le juste, il y a des ministres qui ont été pris la main dans le sac, quel respect peuvent-ils encore avoir face à leurs administrés si c’est pas provoquer l’incivisme dans les services. En tout état de cause aucun régime conséquent dans ce monde ne devra scier la branche sur laquelle il est assis. En revanche les aventuriers devront plier bagages.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 09:17, par le combattant
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    Le ministre de la sante attend quoi pour changer les Directeurs regionaux et les medecins chefs qui sont a leurs postes depuis plus de cinq ans. Il faut rompre avec le laxisme dans ce ministere apportant des changements dans ce ministere. Depuis la chute de blaise le ministere n a pas connu un veritable changement. C est un manque de courage de la part du ministre de la sante

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 09:25, par Nobila Bernard OUEDRAOGO
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    Nous attendons le remaniement ministériel. Que la compétence l’emporte sur la casquette politique !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 10:03, par YESWECAN
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    Où sont passés les ministres ?
    Aucun dossier sérieux.
    J’ai cru que avec la mise en oeuvre du budget programme, les différents départements ministériels devait procéder à la nomination des Responsables de programme. Nous sommes à la 1ere décade de février et rien hors mis le MATDSI de Mr Simon COMPAORE qui a déjà satisfait à cette obligation.
    Messieurs le Premier ministre "que se passe t elle ?"

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 11:09, par TRAORE
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    JE NE SAIS PAS CE QUE CERTAINS APPELLENT DU GRIOTISME SINON TOUTE LES FOIS QUE LE GOUVERNEMENT VA MANQUER SES OBLIGATIONS IL YA LIEU D’ENCOURAGER LES INITIATIVES DE VEILLES E DE LUTTES MES CHERS ! PAR CONSÉQUENT COURAGE AU SYNSHA

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 11:11, par ya ya boin
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    le MRAH attend quoi pour terminer sa liste des DP entamé. des gens nommés en conseil de ministre de l’ère THIAO sont toujours calé. allons seulement

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 11:27, par L’ICP
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    Tous les infirmiers chefs de poste du district sanitaire de Léna ont été relevés de leur poste pour avoir demandé le départ de leur médecin-chef et son gestionnaire pour des faits de mal gouvernance avérés. Si on devrait accéder à leur requête pour ne pas créer des précédents, force est de reconnaitre que ce dossier a été très mal géré par ex directeur régional de la santé et son ami de longue date qu’est le SGR. En relevant tous les ICP de leur poste pour protéger cette dame dont tout le monde connait l’histoire, ils ont causé plus dégâts que de bien à cette structure de santé. Le pire, c’est qu’ils ne trouvent pas d’agents disposés à remplacer les indésirables, résultats, toutes les activités bloquées dans ce district.
    La direction régionale de la santé était un havre de paix jusqu’à l’avènement de l’ex DRS.
    Je suis dans cette région depuis les DR Bonkoungou Mete, Drabo, et Savadogo mais la DRS n’a jamais connu une telle crise.
    Jusqu’à son départ Dr Méda a tenu à créer des problèmes à son successeur, sinon comment comprendre que se soit après son éviction de la tête de la région sanitaire qu’il décide de ses mesures ? Si ce n’est pas de la sorcellerie, tu n’as pas pu trouver solution à cette crise, laisse celui qui va te remplacer venir avec ses méthodes aussi tenter de la désamorcer.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 12:21, par Tunwende
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    Salut . Des anciens prisonniers nommés. On avance.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 13:59, par Loupe
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    Juste, avec le « respect » que j’ai pour ta famille, même si tu es issu de la famille des griots, trouve une bonne maniere de « paraître ». Bref, arrête de taxer les autres daffairistes. Si tu as des preuves, alors présente nous les au lieu de raconter honteusement des ragots.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 15:33, par Faso DAN FANI
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    Pour le pagne du 8 Mars 2016 la décision du gouvernement arrive trop tard.
    De grâce, prenez les mesures dès le lendemain du 8 Mars 2017 pour reglementer et favoriser l’essort du pagne traditionnel pour le 8 MARS 2018.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février à 06:58, par Le regardeur
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    La DGI à fait des ajustements d’une très haute facture qui doivent inspirer d’autres administrations publique en general et financières en particulier. L’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Competances -expérience , intégrité et probité. A Competances égale l’expérience prime. Ce n’est pas pour rien que dans tous les cockpits le nombre d’heures de vol après la qualification est un facteur determinant. Le passager est rassuré par la chevelure du commandant de bord.l’administration souffre dans son commandement. Dans nos services on compte des cadres compétants expérimentés mais placardés car non alignés à des groupuscules ou au club des insurgés. C’est un mal profond qu’il faut remédier. Pire l’état participe à la mise en écart officiels des cadrs expérientés tel le cas cas de certains avis de recrutement pour son compte (projets - programme ) avec des âges limites phantaisistes : 37 40 ou 50 ans alors que l’âge de départ à la retraite est fixe à 50 ans. Bravo aux impôts qui contribuent à leur façon à la restauration de l’autorité de l’état. Vivent Toegui et Koro Yamyelle qui malgré leurs âges avancés contribuent à la sensibilisation de tous à travers leur critiques et propositions pertinentes.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février à 12:31, par SOS
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    PLUS RIEN NE VA A L’ENEP DE FADA N’GOURMA DEPUIS L’ARRIVEE DU DG MOUMOUNI BARRO. IL A DIVISE TOUS LES AGENTS POUR MIEUX REGNER... POUR QUOI ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 mars à 20:11, par le facilitateur
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 8 février 2017

    Je crois qu’il y’a lieu que les commentaires soient faits de façon objective. En ce qui concerne le "juste" et le "citoyen" à travers vos différents avis, on comprend aisément sans se tromper que vous avez un parti pris pour ne pas dire que vous êtes MPPistes. En effet, je suis complètement perdu qu’en je lis mon cher frère le "juste" qui dit de ne pas prendre des architectes nationaux pour la conception du plan de la future Assemblée nationale parce que le capitaine Thomas I. SANKARA disait à son vivant que :"Un enfant qui achète les galettes de sa maman est un enfant intelligent." Merci de réfléchir à ça mon cher "juste".

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés