Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

LEFASO.NET | Par Tiga Cheick SAWADOGO • jeudi 9 février 2017 à 06h27min

La région du Nord et surtout celle du sahel attirent toutes les attentions et mobilisent les énergies dans la lutte contre le terrorisme au Burkina. A juste titre, puisque les attaques des positions des Forces de défense et de sécurité et des populations civiles sont enregistrées surtout dans cette partie du territoire. Mais en silence, les discours d’intolérance et de radicalisation sont entendus ailleurs. Konga, Sémè, Ganagoulo dans la province du Sourou se transforment peu à peu. Les discours changent, les habitudes aussi, et pas dans le bon sens.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

Loin de mettre à l’index un groupe, ce sont des faits réels et constatables que nous relevons. Les graines sont semées et germent déjà, il reste à empêcher la plante rampante de la radicalisation qui débouche sur des actes terroristes, de se développer davantage. Il n’y a pas que le sahel burkinabè qui soit en proie aux terroristes.

Les idées des islamistes radicaux se répandent peu à peu dans certaines contrées du Burkina où ils recrutent. Un village comme Sémè dans la région de la Boucle du Mouhoun est pratiquement dans l’escarcelle des fous de Dieu. La radicalisation d’une partie de la population modifie carrément la structure sociale du village.

Le voile intégral n’est plus un choix à Sémè. Il est imposé. Plus inquiétant, les mosquées sont désormais divisées en fonction des ‘’maitres penseurs’’. Il y a la mosquée des musulmans ‘’traditionnels’’, celle des partisans de Amadou Koufa. Oui, le même. Amadou Koufa, originaire de la ville de Mopti, et proche de Iyad Ag Ghali , chef du groupe Ansar Dine allié à al-Qaïda au Maghreb islamique. Amadou Koufa est ce prêcheur radical qui prône la charia dans des discours enflammés en Fulfuldé. Dans cette mosquée de ses partisans, les prêches sont radicaux et violents.

Une troisième mosquée du village est fréquentée par ceux qui se réclament d’un autre leader religieux, avec un discours qui ne fait pas de place non plus à la tolérance.

« On ne peut plus parler à la femme de son frère. Une femme ne peut plus monter à vélo pour, par exemple aller chercher de l’eau. Quand on la prend, on retire le vélo et on casse les bidons (qu’elle utilise pour chercher de l’eau) », nous révèle une source qui connait bien le village.

De même, les mariages et les baptêmes ne sont plus célébrés comme de par le passé. Cela depuis que certaines personnes ont commencé à faire des va-et-vient entre le village et le Mali, situé à une trentaine de kilomètres de là. Tuer un bœuf ou un mouton pour un mariage ou un baptême, est qualifié de ‘’Haram’’ (Interdit). Ces groupes vivent désormais en vase clos et n’associent plus leurs propres frères à certaines activités sociales, si ceux-ci ne sont pas de la même branche.

Dans une moindre mesure, des localités comme Konga, surtout dans sa partie Ouest (province du Sourou), Ganagoulo (Sourou), Garkéré (province du Yatenga) se radicalisent depuis que des ressortissants fréquentent certains leaders pour soit disant ‘’des études coraniques’’. Ces derniers font des navettes entre le Mali et la région de l’Est, notamment Fada.

Des cellules dormantes du terrorisme ?

Ces actes d’intolérance teintés de discours violents passeraient peut-être inaperçus si ceux qui les tiennent n’avaient pas des accointances avec des chefs religieux maliens qui appellent ouvertement au djihad armé. Il n’y a donc pas qu’au Sahel qu’il faille braquer les radars de la surveillance. Profitant de la virginité de leurs zones en matière de terrorisme et du peu d’attention qui leur est accordée, certains adeptes des fous de Dieu pourraient étendre progressivement leur toile et agir à tout moment.

Il faut donc surveiller avec la plus grande attention ce qui, loin de l’actualité quotidienne, peut sembler banal, mais opprime de plus en plus une partie de la population. A ce prix, on pourra au moins éviter certaines surprises désagréables.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 8 février à 18:28, par atta
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    Si c est vrai il faut agir avec habilité,et efficacité pendant qu il est temps.

    Répondre à ce message

    • Le 9 février à 09:43, par amors
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

      La tolérance , c’est comme la liberté : on ne peut pas faire preuve de tolérance avec ceux qui ne sont pas tolérants avec les autres, tout comme on ne peut pas respecter la liberté de s’exprimer pour les personnes qui ne respectent pas ceux qui ne pensent pas comme elles.

      Répondre à ce message

    • Le 9 février à 13:35, par Indjaba
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

      Ayi ! tu n’as pas besoin d’aller jusqu’à chez les Samos et chez les Yarga ou encore tapeur de sable. Regarde à Ouaga au quartier Tampouy et les non lotis qui l’entourent et fais toi même le constat des voiles intégrales et tu seras effrayé. C’est un sujet délicat dont la résolution nécessite beaucoup de courage et d’habilité. Roch est habile et il reste à vérifier son courage....A priori le voile intégral n’est vraiment pas un problème mais c’est l’association forte constatée entre les porteurs de ces voiles et le radicalisme qui interpelle. C’est à ce niveau aussi qu’on aimerait BIEN lire le groupe d’intellectuels musulmans qui a demandé la suspension du projet de loi sur les libertés religieuses. Devant les questions religieuses, il y’a beaucoup d’hypocrisie et de pleurniches donc il faut faire attention. J’en veux pour exemple la question des Garibous dont s’était attaqué Thom Sank en son temps... Tout le monde voit que c’est pas bon mais personne n’ose parler. Le ministère de l’action sociale voit que c’est pas bon mais préfère gérer ses exciseuses ; le ministère de l’éducation voit que c’est pas bon mais préfère gérer ses écoles sous paillote ; le MATDSI voit ça mais préfère gérer ses Kolgweogo etc etc ; le CERFI voit mais préfère se taire etc etc. Ces Garibous c’est à dire ces enfants sont sacrifiés parce qu’on a peur et parce qu’on ne veut pas être impopulaire. L’heure est simplement grave !

      Répondre à ce message

    • Le 10 février à 07:32, par Somé
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

      Pourquoi ne pas traité ces gens comme en mauritanie .si on te connait affilié à ces groupes soit on fie de amnistie et pratique la règle du " comportement du mouton reaction du berger"

      Répondre à ce message

  • Le 8 février à 18:31, par J’aime mon pays
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    C’est malheureux, je pense que ce gouvernement, qui n’a aucune rigueur, ni aucune metrise en matière de sécurité intérieur, conduit ce pays dans un chaos.
    Je pense que le ministre de la sécurité doit être limogé. Et si le président n’a pas le courage pour taper sur la table pour dire non face a des situations inacceptable, que l’on fasse une pétition nationale pour demander la démission du ministre de la sécurité
    Une manque d’autorité conduit a un désordre incontrôlable et il est temps que l’État prenne ses responsabilités.

    Répondre à ce message

    • Le 9 février à 08:18, par Quand même !
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

      L’article est très digne d’intérêt mais la réaction de "J’aime mon pays" m’écœure. On parle de nouveau phénomène de société très dangereux et monsieur ou madame "j’aime mon pays" s’attaque au gouvernement et demande le limogeage du ministre de la sécurité ! Il y en a qui sont malades, rien que de savoir que l’actuel gouvernement est encore là ! Réfléchissons sérieusement sur le comment contrôler l’extrémisme religieux au Burkina. Faisons des propositions sur les causes du problème et ne voyons pas Simon Compaoré partout !

      Répondre à ce message

      • Le 9 février à 17:18, par J’aime mon Pays
        En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

        Quand meme, veux-tu me dire que depuis le debut des problemes d’insecurités et d’extremisme religieux, l’Etat n’a pas encore eu des propositions pour faire face a ce fleau ? Ya t-il un Conseil de Défense et de Sécurité nationale dans notre gouvernements ou pas ?
        Si non, voila ma strategie :
        1- Pour la securité de la cité : Creer une unité qu’on appelera, les gardiens de la cité. Ils seront récruté dans chaque quartier et sera composé par les jeunes dynamiques qui connaissent tres bien leur quartier voir meme les habitants. Ils seront formés militairement. Ils veilleront sur la cité armés (Jour/nuit). En meme temps, la police et la gendramerie seront impliques.
        Dans la ville, surtout dans les lieux publiques et centres commerciaux la police et les gendrames doivent etre en civil et armé et se meler a la population ( reduire le nombre des policiers qui sont sur les voix). Sur certains immeubles un gendrame ou un policier sera poster et armé. En cas de bracage d’un commerce dans la ville, il sera tres difficile de s’en sortir.

        2-Sécurité frontalière : Toi, Quand meme, il faut quand meme donne une proposition. On attend ta proposition. Si tu n’a rien a proposer, cela veux dire que tu n’a aucune raison de t’inquieter sur ce que les autres pensent sur certains sujet. Quand meme.

        Répondre à ce message

    • Le 9 février à 10:35, par @@gog
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

      Mr "j’aime mon pays" ce n’est pas le départ du gouvernement encore mois le départ du ministre de la sécurité qui va résoudre le probleme.On a changé le Chef d’Etat major des FDS mais les attaques se poursuivent.soyez honnete .La soluteion est que l’armée ocupe le terrain et il faut que nos gens aussi tuent là ou ceux qui nous tuent se réfugient,bien sur apres ls avoir identifier .Le mal c’est que nous on tue pas alors qu’on nous tue.Si c’étaient macth nul on se plaindrait moins.

      Répondre à ce message

    • Le 9 février à 13:48, par TK
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

      Cessez d’accuser le governement a tout va. Si vous avez des propositions de strategies partagez les avec qui de droit plutot que de tourner tout vers la politique politicienne

      Répondre à ce message

  • Le 8 février à 18:34, par Prince
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    Rock, ça devient trop. Tu te réveille ou tu abandonne le pouvoir au profit de l’armée.
    On est fatigué de cette question.

    Répondre à ce message

    • Le 9 février à 10:14, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

      - Très bien dit Prince ! J’ai toujours dit qu’il faut assassiner leurs leaders un à un. J’ai toujours préconisé de mettre à prix leurs têtes et proposer de fortes récompenses. Il faut faire comme l’Ex-ministre Barry qui avait proposé une prîme à toute personne qui va fournir clandestinement une information digne d’intérêt. Leurs leaders sont connus ! Pourquoi les laisser en vie si ce n’est de se faire leurs complices !? Il faut organiser des commandos, infiltrer leurs zones et les assassiner. Ils ont pour noms :

      1/ Amadou Koufa, reconnu comme dangereux par la securité au Mali (C’est celui-là qui nous emmerde le plus ici !),
      2/- Iad Ag Ghali, che d’Ansardine et patron de Amadou Koufa,
      3/- Mokhtar Belmokhtar, chef d’Al-Mourabitoune,
      4/- Abdelmalek Droukdel, qui est celui qui a destitué Mokhtar Belmokhtar du commandement de sa katiba,
      5/- Hamada Ould Mohamed Kheirou, chef du Mujao,
      6/- El-Hassen Ould Khalill dit Jouleibib,
      7/- Moghrane, porte-parole de la katiba Al-Mouthalimin ou ‘’Les Enturbannés’’,
      8/- Ahmed Ould Amer dit Ahmed al-Tilemsi.

      Il ne faut pas compter sur le Mali pour faire proprement ce travail. Certains dirigeants de ce pays son accoquinnés avec cette bande de voyous et des leaders réligieux malien très sombres de par leurs actes et paroles. Voyez des dirigeants qui s’accrochent aux voix électorales au péril de leur pays le Mali. que c’est pitoyable !

      NB : Celui qui nous dérange le plus ici et qu’il faut absolument tuer est Amadou Koufa qui est son nom de guerre sinon il s’appelle en réalité Amadou Diallo  ! Il exploite la révolte sociale et les injustices qui visent la communauté peule pour recruter dans cette Population e majorité analphabète pour le jihad qu’il prépare en vue de reconstituer l’empire du Macina.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

      • Le 9 février à 10:50, par Le Burkinabé fachéééééééééééééé
        En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

        Kôrô Yamyélé, il faut que les autorités prennent exemple sur le Sénégal qui est parvenu jusque là à stopper l’extrémisme religieux.
        Ils ont pourtant beaucoup de combattants au Nigéria avec boko haram et en Lybie. Mais ils ont reçu à freiner les velléités de ces personnes. Toutes les mosquées surveillées et infiltrées, le service de renseignement est hyper efficace. Les prêcheurs radicaux sont cueillis au petit matin et déportés dans des régions très éloignés de leur base. Vous savez combien d’imams sont en prisons ici ?
        Les combattants qui rentrent sont cueillis dès l’aéroports. Le renseignement ici est très très efficace. Chaque Sénégalais est un agent de renseignement pour son pays. C’est ce qui nous manque au BURKINA. Comme dit mon voisin si tu niques ta femme la nuit ; le matin tout le voisinage est au courant. Il faudra traquer tous ces imams et les mettre en prisons.

        Répondre à ce message

      • Le 9 février à 11:49, par Anonymous
        En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

        ENTIÈREMENT DE CET AVIS. PLUS DE 1000 COMBATTANTS TCHADIEN DE BOKO HARAM se sont rendu parce que pour un mort dans les rangs de la coalition ou de l’armé tchadienne il y en avait 10 dans leur rang. A Ouagadougou et dans d’autres villes, regardez vous même, il y a de plus en plus de femme en voile intégrale avec lunette noir en plus. Un peu comme si c’était une mode. Je suis pour les actions "commandos" contre ces bandits une fois qu’ils sont identifiés ou a la limite pour leur enlèvement et détention à l’ombre. Il est temps de mettre le personnel adapté pour accentuer la surveillance sur ces gars et neutraliser leurs officiers et sous officiers. Et en réalité, toute la zone qu’on connaissait comme étant zone rouge semble confrontée à ce phénomène. Mieux vaut donc donner l’exemple avec la zone du sahel pour que les autres se refroidissent.

        Répondre à ce message

      • Le 9 février à 12:05, par de fer
        En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

        El tilemsi et Jouleibib ont déja ete tués. Les autres ne tarderont pas a les rejoindre en enfer.

        Répondre à ce message

      • Le 9 février à 12:16, par SOME
        En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

        Oui ce sont ces memes qui ont lancé le mouvement de defense des peuls dont j’incriminais les tentatives de lancer la guerre tribales au burkina
        ce qui est encore plus inadmissible, c’est l’inaction de l’armée, de la police, des responsables politiques. Tous on sait, tout le monde sait et on laisse faire. Ou est le patriotisme ? Ou est la defense du pays ? on ne negocie pas avec les sens de mauvaise foi. Ils ne comprenne qu’une chose...Mais... ces gens là, qui les utilise ? Pourquoi on les laisse faire ? On les connait...
        SOME

        Répondre à ce message

  • Le 8 février à 18:42, par Tapsoba R(de H)
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    Vous avez fait plus qu une oeuvre utile.Il faut battre le faire pendant qu il est chaud.Donc vigilance !

    Répondre à ce message

  • Le 8 février à 19:24, par Virgule
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    J’espère que les leaders de FAIB liront cet article. Les leaders de la FAIB ont posé des préoccupations sur le projet de loi sur les libertés religieuses. Qu’ils trouvent une solution pour nous permettre le vivre ensemble dans paix et une bonne cohésion sociale. Certains me diront que ce ne sont pas de bons musulmans mais des bandits etc. mais que l’on se dise une vérité même si cela rougit les yeux, ces fous d’Allah le font sur la foi musulmane, sur l’Islam. Alors si l’Etat ne peut pas réglementer la pratique religieuse, des instances de chaque religion doivent le faire pour une bonne cohésion sociale particulièrement pour les religions qui posent de sérieux problèmes de pratiques au sein des communautés et dans l’administration publique.

    Répondre à ce message

    • Le 9 février à 08:00, par bjr
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

      parce que mon frère virgule pense que les mesures de règlement seront observé dans les village cités ci dessus ? soyons sérieux ! Ce qu’il faut et on le sait tous tous c’est de faire des enlèvements et des exécutions de ces soit disant religieux mais discrètement comme on la fait il ya bien longtemps avec les grands bandits pour ceux qui ont connu les "sebargo et autres voleurs" dans le temps.

      Répondre à ce message

      • Le 9 février à 10:18, par Kôrô Yamyélé
        En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

        - Très bien Bjr, je commence à croire que beaucoup comme toi se rallieront à mon idée afin qu’on oblige l’État à prendre des mesures pour faire assassiner ces leaders religieux plus toxiques qu’utiles. Merci à toi.

        Par Kôrô Yamyélé

        Répondre à ce message

      • Le 9 février à 18:50, par Virgule
        En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

        Mon cher bjr, je tiens à vous informer que dans l’anarchie tout se fait et il devient difficile de savoir qui fait, quand et pourquoi. Réglementer permet de savoir qui finance la construction des mosquées, quels sont ceux qui y font les prêches et sont répondants des fidèles qui y prient. Les répondants peuvent être soumis à des exigences sous peine de voir leur mosquées fermés. Dans certains pays les lieux de cultes sont surveillés quelque soit la religion. En cas l’autorité interpelle.

        Répondre à ce message

    • Le 10 février à 00:17, par Ishaq
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

      mon cher virgule ne compte sur la FAIB car son role n’est pas de lutter contre le terrorisme, fo aller voir tes freres responsables chretiens soit disant eternels hommes de la paix. espece d’ islamophobe !

      Répondre à ce message

  • Le 8 février à 19:30, par Le juste
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    Hop ! Un homme prévenu en vaut deux. Les autorités doivent agir et vite. Il faut faire comme les habitants de Orodara. Détruire les mosquées qui prêchent le radicalisme. Comme cela certains adeptes de l’islam qui le veulent pourront se réorienter en allant dans les mosquées normales qui prêchent uniquement la bonne nouvelle. Vite ! Vite ! et vite !

    Répondre à ce message

  • Le 8 février à 19:55, par l1vulnerabl
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    c’est à prendre au serieux.a trop vouloir se concentré au nord.... avec ces information pourquoi ne detruire cette plante(mosqué,et cibler ces precheur et tt ceux qui les frequente)

    Répondre à ce message

    • Le 9 février à 10:25, par Allright
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

      dans ce cas de figure, il faut savoir combattre le mal à la racine. réprimé ces radicaliste prêcheurs avec les armé conventionnelle sera mal vu. des stratégies doivent être préconisé par nos autorité. pour ma petite propositions ; c’est le renseignement, l’infiltrations d’éléments de sécurité. des compagnes musclé de sensibilisation à la population et incité les autres confessions religieuse (musulman modéré surtout) à demandé l’arrêté leur pratique voire même disparaître de leur contré et profité en finir une bonne fois pour tout.

      Répondre à ce message

  • Le 8 février à 19:55, par SAM
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    Merci à la presse. Il y a plus que urgence dans ce pays en matière de lutte contre le terrorisme. Il faut sévir avec la plus grande énergie. Les sectes religieux qui prônent le radicalisme doivent être interdits de pratique dans notre pays. Il faut mener une guerre contre eux en mettant de côté les calculs politiciens. Les musulmans que nous avons au Burkina Faso ne sont pas des gens qui prônent la haine. Nous connaissons tous ces bons musulmans . S’il le faut, il faut fermer voire détruire tous ces lieux soit-disant d’adoration (musulmans, chrétiens, etc.) où est prôné la haine. Toutes les bonnes religions prônent l’amour. Toute autre religion qui prône le contraire n’a pas sa raison d’être. Soyons courageux dans nos actions afin de ne pas laisser ce phénomène prendre davantage de terrains.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février à 20:22, par Yako
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    Bravo pour la sonnette d’alarme.Cependant,la solution ne saurait être ni le projet de"lois sur les libertés religieuses"du gouvernement heureusement retiré ni redéploiement des FDS dans ces contrées reculées totalement démunies .Je pense qu’il faut peut-être penser à créer qlqs infrastructures telle une école primaires,un collège,un poste de police et une électrification du village.ça va créer à coup sûr une certaine dynamique à la fois économique et culturelle.Je pense que l’extrême pauvreté+manque d’infrastructures expliquent en partie cette ruée vers les extrêmes car elles sont trop enclavées et donc insensibles à la lumière.

    Répondre à ce message

    • Le 9 février à 07:59, par Neekré
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

      Huum ! Yako, je sais que vous êtes de bonne foi mais je doute fort que le noeud du problème soit ce que vous dites. Au centre du Mali et dans une moindre mesure au nord du Burkina, ces gens se sont installés (ou tentent de le faire) dans des zones ou il y’avait deja ecoles, commissariats, mairies...Comme ils sont opposes a tout ce qui est symbole de l’etat, ils menacent les maitres et les infirmiers et tous ceux qui collaborent avec l’administraition, Ceux-ci pour sauver leur peau sont obliges de plier baggage. C’est maintenant, qu’il faut agir et de la plus Claire des manières. Tenir un discours ferme a leur endroit. Ceux qui ne voudront pas comprendre doivent subir les rigueurs de la loi.

      Répondre à ce message

    • Le 9 février à 08:15, par Compassion
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

      Ca démontre que tu ne connais pas les vrais causes du développement du djihadisme

      Répondre à ce message

  • Le 8 février à 21:12, par NIKI-sahel
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    Bonne analyse qui vaut son prix en matière de prévention. Prévenir vaut mieux que guérir dit l’adage.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février à 21:29, par PIONG YANG
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    Merci pour l’alerte. C’est ça être patriote. On a vraiment peur de toutes ces choses qui se passent. Agisson maintenant ou nous agirons mais dans la grande douleurs.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février à 21:34, par Ancien
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    C’est ce qu’il fallait craindre. J’ai l’ultime conviction que nos autorités ne mesurent pas la gravité de la situation. J’ai toujours suggéré de militariser le Soum afin de limiter les dégâts et de ne pas atteindre le stade malien où le problème devient ingérable. C’est très très sérieux. Il faut vite occuper le Soum, des militaires, des gendarmes et des policiers partout. Fouiller partout. Même dans les canaris. Les populations n’attendent que ça pour avoir le courage de dénoncer. De passage dans chaque localité, mener quelques séances de formations sur le renseignement. Utiliser les radios locales, la rtb. Bref tout canal d’information. Mêmes des affiches sur des arbres en brousse. S’abstenir de toute forme de raquettes dans la région pour rassurer les populations. Si nos autorités actuelles ne font pas attention, l’histoire risque de ne retenir d’eux que leur faillite face au terrorisme. Personnellement, je suis dans la région du sahel et ce que je vois et j’entends ne me rassure pas du tout.Et je suis très inquiet. Très inquiet. On peut résister au fléau. Mais pas dans l’attentisme. Aujourd’hui, les burkinabè sont prêt à payer même l’effort de guerre contre les terroristes. Et puis, comme quelqu’un l’a proposé,pourquoi le Burkina, le Mali et le Niger ne mettent pas à prix la tête de Amadou Koufa et de bien d’autres ? Pourquoi ? Je demande aux internautes, au lieu de discuter sur ceci est dans le coran, cela est ici ou là, de faire des suggestions qui tendent à obliger nos autorités à occuper massivement le Soum avec nos FDS. Des patrouilles nuit et jour, partout dans la province. Faire de même au Sourou. Organiser les communautés de ces zones en koglwéogos ou en tout ce que vous voulez pour contribuer à la défense du territoire. Je viens de lire qu’il ya des maires qui sont menacés au Soum. Autorités burkinabè, je ne prophétise pas mais sachez que l’histoire est sur le point de vous juger. Vous avez tout au plus 2 à 3 mois pour éviter le pire à ce pays et à vous mêmes. Je me demande même si le temps qui vous reste pour pouvoir agir vaut 3 mois si on regarde l’accélération des évènements. 9a va trop vite du soum au sourou.Dieu sauve le BF

    Répondre à ce message

    • Le 9 février à 07:45, par CB
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

      Belle analyse de la situation chaotique actuelle au pays ! Évitons de jouer toujours au sapeur-pompier ; on a déjà enregistré beaucoup de morts (civils comme militaires). Que l’État qui est le garant des libertés et de la sécurité adopte une bonne stratégique et éviter aux populations des zones à haut risque de vivre éternellement dans la psychose. Qu’il envoie des espions au Sourou pour cerner la situation afin de prendre des mesures courageuses et dissuasives (faire détruire les mosquées qui prêchent l’extrémisme et arrêter les faux imams en cause, instaurer la liberté de vivre et de circuler, tec.). On ne veut plus de discours et de présentation de condoléances inutiles. Soyons proactifs !!!! Que la paix inonde le Faso dans la santé et le progrès.

      Répondre à ce message

    • Le 9 février à 08:04, par Neekré
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

      Je pense que vous avez entierement raison. Pouvons nous dire que nous n’avons pas les moyens pour militariser le Soum ? Come on ! J’ai admire le president RMCK pour son calme et sa ponderation, mais il y’a des situations ou il faut agir et prendre des decisions pendant qu’il est temps. Il faut que le gouvernement retienne qu’il est plus facile et moins couteux de les empêcher de s’installer que vouloir les bouter au dehors quand ils auront pousser des racines

      Répondre à ce message

    • Le 9 février à 15:57, par Moi meme
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

      En plus l’ Etat doit copier ce qui se faisait bien avant, à savoir lever des contingents de SND, les formés et leur donner les rudiments sur la sécurité. car comme dit le balai citoyen " le nombre de gens formés et "éparpillés" partout dans ce pays fera la force de ce pays contre les terroristes.

      Répondre à ce message

  • Le 8 février à 21:43, par Raso
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    La quasi totalité du Mali, exepté peut-être Bamako échappe dorénavant au contrôle du gouvernement central. Si on n y a prend pas garde, c’est la même chose qui se prépare au Burkina. Il faut que les autorités réalisent le sérieux du problème et y mettent les moyens.

    Répondre à ce message

    • Le 9 février à 12:23, par SOME
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

      parce que justement les militaires mali n’ont eu le courage de prendre leurs responsavbilités. C’est la meme chose qui se repete ici. Ces voyous se trouvent forts car ils sont soutenus et les responsables du pays ont peur au lieu de prendre leurs responsabilités en vrais patriotes. Vous comprendrez le coup d’etat de saya sanogo et tout ce qu’on lui a fait apres parce qu’il a voulu prendre des responsabilités. Remettez ca dans le contexte et vous comprendrez pourquoi il fallait le traiter de dictateur et l’enfermer a pres Comme a on a voulu faire de zida. RIEN N EST ISOLE METTEZ TOUT CA EN RELATION LES UNS AVEC LES AUTRES ET DANS LE CONTEXTE GEOPLITIQUE GLOBAL DE LA DOMINANTION DE L AFRIQUE.
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 8 février à 22:20, par Tinto
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    Il est presque 22 heures lorsque j’ai décidé de me balader sur le Fasonet , parce que le sommeil me fuit. En effet, au début, je pensait que le silence et le calme du Président du Faso était une stratégie de gouvernance que j’assimilais à de la sagesse ! A présent, je suis inquiet, et même très inquiet. Des signaux forts d’un avenir plein d’incertitudes et lourds de tous les dangers sont quotidiennement transmis par les journaux, les réseaux sociaux et les émissions en direct à la radio et télé etc., mais nos autorités semblent siroter leur whisky et dormir leur sieste ! Quelle autre information attendent-elles sur l’installation de la radicalisation dans nos quartiers, nos villages et nos villes pour qu’elles bougent le petit doigt ? Sur qui doivent compter les populations qui se sentent menacées, au Sahel, au Nord, dans le Sourou ???? Quand on dénonce, qui doit agir en dehors de l’Etat ????? Pourquoi c’est si difficile de gérer les mouvements sociaux, de juger les dossiers que la Transition a pourtant entamés ? De quoi ont-elles vraiment peur, à quoi se sont-elles préparées, pourquoi ne pas faire appel à ceux qui sont capables ?????????????. S’il vous plait, Monsieur le Président, on attend de l’autorité !

    Répondre à ce message

  • Le 8 février à 22:40, par tibil
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    VRAIMENT INQUIÉTANT !!!
    Mais est ce que ce vous écrivez parviens aux responsables de notre sécurité ????
    vous avez fait votre travail. reste aux autorité de sécurité de faire le leur. sinon les populations doivent prendre leur responsabilité pour que cette "plante" rampante n’étouffe toute une région voire l’Afrique pourquoi pas le monde entier ?!
    il est temps d’arrêter ça sinon demain sera TROP TARD !!!!!! Ce message au Président du Faso, a l’Assemblée et a tout le gouvernement.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février à 23:11, par kissi
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    Merci pour l’info, il faut que l,état prenne ses responsabilités

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 01:19, par MB
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    Nous sommes foutu. L’Etat doit trouver une solution tres vite. Que Dieu benisse le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 03:02, par Le Berger Sahelien
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    Tout le pays est en train d’être couvert par ces salauds pendant ce temps, même au nord nous n’avons rien fait. peut être les autorités attendent que ouaga tombe ds leurs mains avant d’agir ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 06:36, par TI
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones qui se radicalisent en silence !

    Attention la zone de pouytenga dans la province du kourittenga est aussi à surveiller. Paraîtrait qu’un groupe de personnes fait des rencontres nocturnes et même parfois des formations à l’utilisation de la machette. Attention attention attention nous sommes prévenus !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 07:20, par Fasolibre
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Le Burkina Faso à la croisée des chemins entre ethnocentrisme politique, radicalisation religieux et incapacité du pouvoir en place. On aurait confier la présidence à une bonne demoiselle que ce ne serait pas pire. Je prie le président Kaboré à écouter l’hymne du Wassoulou, chanté entre autre par le bembeya jazz. On ne peut pas continuer à se taire et laisser le pays aller en lambeaux. Président Kaboré, vos mains sont tachées du sang des burkinabe victimes du terrorisme, tués après le 16 janvier 2016.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 07:22, par dambol
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Tous les ingrédients sont à présent là : il ne reste que le feu. Pendant ce temps les gens se disputent le pouvoir dans la capitale. Aucun Burkinabè n’est sérieux de nos jours. On entre dans le Gouvernement pour ses propres affaires. Le patriotique a foutu le camp ; ce sont presque des gangster, des bandes d’escrocs qui sont promus parfois à la tête de nos institutions. Qu’est ce qui nous arrive ? Eh bien, c’est le fruit de la politique politicienne. Chez moi d’abord, ensuite chez moi, toujours chez moi et jamais chez les autres. Cette politique politicienne a profondément modifié la structure familiale : le pacte de la solidarité, d’entraide entre frère a foutu son camp au profit d’une haine viscérale parfois mortelle. Tout cela s’appelle de la politique. Nos leaders religieux et coutumiers sont devenus affairistes. Chacun tente de palier ses incompétences par le matériel. C’est la gouvernance par le matériel.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 07:22, par Tansoaba
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Que fait le Gouvernement dans tout ça ? J’ai suivi avec attention les promesses de fin d’année du Président en matière de sécurité. Plus d’un mois après, rien ne semble avoir bougé. Les évènements de Nassoumbou ne sont ils pas assez éloquents de l’insécurité grandissante dans laquelle nous vivons pour que le Gouvernement reste aussi inactif ? A ce rythme, il est à craindre une dissémination de ce courant d’intolérance avec ces foyers dans le Sourou, Soum, Yatenga, etc. Il faut déraciner au plus vite cet arbre de l’intolérance avant qu’il ne porte beaucoup de fruits dont le goût sera très amer pour nous tous.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 07:31, par Le Bougre
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Merci pour cet article qui dépeint une triste situation. Soyons courageux et osons dire stop à ces choses qui remettent en cause la cohésion sociale de notre chère patrie. Nous devons tous agir chacun à son niveau pour endiguer ce phénomène car ne dit on pas que " quand un cheval appartient à plusieurs personnes, il meurt de soif" ? Pour dire que la tâche incombe personnellement à chaque Burkinabè qui doit agir pour maintenir cette tolérance entre fils et filles de la nation. Dieu nous sauve !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 07:32, par bélibi
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Merci à l’auteur de l’écrit qui attire l’attention de tous !
    Depuis que l’on parle du phénomène, du mal, du cancer Islamiste qui s’installe insidieusement dans mon beau et laïque pays, je n’ai pas encore vu un acte concret de lutte, hors mis les paroles, posées par les autorités pour endigué le phénomène en dehors du rôle de sapeur pompier jouer par les forces de défense après chaque forfait des islamistes,ces bandits...
    Lorsqu’on est chef d’une famille, qui plus est, d’une nation, il y a des actes qu’on pose et qui ne peuvent plaire nécessairement à tous, or, il me semble que nos autorités, le PF R M C Kaboré en tête semblent vouloir plaire à tous.
    Ces actes courageux qu’il faut prendre contre ces groupes, c’est surtout pour un Burkina Faso de demain où il fera bon vivre pour nos enfants qui nous seront reconnaissants d’avoir pris de tels actes !... L’exemple de Thomas Sankara le démontre !...

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 07:33, par ragomzanga
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Tout le pays doit être en alerte !
    Pas seulement ces zones citées...
    Tous les citoyens doivent donner de la voix, regarder avec le bon oeil et contribuer à l’éradication de ce mal..
    Merci lefaso.net

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 07:35, par héééé
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    hum. quand ancar dine est reconnu légalement avec un récépissé, que faire. dans une commune du sourou, une protestation de la communauté musulmane avait eu lieu en 2012 sur les prêches de ce groupe mais sans gain de cause. donc rien de surprenant dans cet article. il faudra prendre en compte toutes les communes frontalières avec le mali dans cette partie du burkina (de la kossi jusqu’à thiou).
    il faudra avoir le courage d’encadrer la liberté de religion sinon il serait difficile de s’en sortir de cette situation. toutes les confessions religieuses sont interpellées.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 07:39, par RADAR
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Les incidents d’incendie dans des marchés et autres actes d’incivisme qui visent à remettre en cause l’autorité de l’Etat par des mouvements de protestation contre des gendarmes, ressemblent à des actes prémédités de même que certaines attaques terroristes. Il y a visiblement des gens qui ont des agendas cachés dans des actes de troubles à la paix sociale .Comme le disait le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré à l’occasion du bilan d’un an de son pouvoir, il n’y a pas que des ennemis extérieurs contre le régime en place mais aussi à l’intérieur du pays. Il en veut pour preuve l’aveu de certains terroristes d’origine burkinabè qui, après avoir été appréhendés disaient qu’ils n’avaient pas de regret et que si l’occasion leur était donnée, ils récidiveront. Il faut rappeler qu’un Burkinabè du patronyme Sawadogo avait été arrêté parmi des terroristes au Mali. Les deux incendies aux marchés de Koupéla et Bobo-Dioulasso à une semaine d’intervalle, avec le même mobile de mise en flammes de dépôts de carburants, ne semblent pas des faits relevant du hasard. On a l’impression que des gens instrumentalisent des problèmes contre les services de sécurité et de défense pour fabriquer des arguments qu’il faut retirer les ministères de la défense et de la sécurité des mains de civils comme si cela était la solution miracle contre le terrorisme. Ces gens cherchent plutôt à accaparer la défense et la sécurité par leurs hommes de mains pour dicter partout au Burkina leur loi sectaire. Le Président du Faso a sans doute bien compris leur stratégie en rétorquant que même s’il devrait céder la défense, ce ne serait pas pour des militaires. Le commandement des forces de défense et de sécurité n’est pas l’apanage des militaires exclusivement. Des civils de par le monde ont pleinement assumé ces fonctions. En France, Nicolas Sarkozy a été ministre de l’intérieur (sécurité), des cas du même genre en Côte d’Ivoire, au Niger. Au Burkina, un administrateur civil Yéro Boly a été d’abord ministre de l’administration territoriale et ensuite ministre de la Défense. Des gens qui avaient un agenda caché ont demandé qu’il ne faut pas mettre des civils comme ministres de la Défense et on en est arrivé aux mutineries inédites de 2011.Sous la transition, le coup d’Etat du 16 septembre 2015 a eu lieu avec la présence d’un militaire au ministère de la sécurité. Alors que ceux qui provoquent des troubles pour chercher à ravir les portefeuilles de la défense et de la sécurité, sachent que leur jeu malsain est découvert et leurs méthodes anarchistes connues du grand public burkinabè. Qu’ils reviennent à de meilleurs sentiments car, la démocratie est une action collective dans l’intérêt général et non la chassée gardée d’un groupuscule au détriment de la majorité.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 07:49, par Moise
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    De mon point de vue,ce journaliste est un HERO. Tu as fait l’essentiel, attiré l’attention de l’autorité. Merci encore et c’est ce travail de journalisme qu’il faut saluer. L’histoire te le rendra.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 07:57, par la paix
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Merci au journaliste pour cette information.A cette allure là nous risquons de perdre le nord.Il faut faire des enquêtes minutieuses et rigoureuses si possible en les infiltrant. Toutes ces agissements dans le nord sont fait pour quel but ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:05, par WISIWIG
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Mon oeil ! tu parles du nord !
    Cours, va vite, trône à Nagrin Ouaga sud, tu verras des choses !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:07, par la science
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Il faudrait que les musulmans (Les vraies) fassent des campagnes de prêches sur les vraies pratiques de l’islam, ce que le coran enseigne vraiment.
    Sensibilisée la population sur les écrits du coran, ensemble nous allons progresser. Merci !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:09, par OUEDRAOGO Bourahima
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Si ce que vous dites est vérifié- et je pense que l’autorité doit vérifier ça si ce n’est déjà fait- Il faut des mesures rigoureuses car non seulement la cohésion sociale en dépend mais surtout, la paix et la sécurité que les autorités et l’ensemble des burkinabès appellent de tous leur vœux. Je vais même plus loin en disant d’agir ici et maintenant, tuer à la racine cette "plante rampante" car cette information donne froid au dos.
    Dieu protège et bénisse notre chère patrie.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:15, par marigo
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Il est temps pour que son S.E.M Monsieur le président prenne ses responsabilité .Nous somme dans un pays laïque des groupes se disant des super croyant ne doivent pas venir imposer a tout le monde ce qu’ils veulent ,soit on meurt ou on vie très simple.Les différentes lois du pays sont applicable a tout se qui son sur le territoire national sans exception,personne n’est au dessus de la loi.Donc Monsieur le ministre de la sécurité national nous vous encourageons dans votre fonction car elle n’est pas facile .Nous attendons de vous des mesures fermes pour chasser ses groupes de notre territoire .

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:15, par Sou TOGUE
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Ce que vous denoncez est ce qui se passe exactement à Warou un village situé à cinq kilometres de Gassan dans le nayala

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:22, par bambara Y
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Populations des villes et villages du BURKINA FASO ! Levez-vous comme un seul homme et tenons en échec ces projets malveillants de ces FOUS de Dieu. Roch et son gouvernement dors ! Compter sur lui serait un chao total pour notre chers pays et son vaillant peuple. J’attire votre attention que Roch est venu pour son tube digestif et non pour gouverner ! "La Patrie ou la Mort, Nous Vaincrons !"

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:24, par Gourouss Maffi
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    On ne peut pas faire d’omelettes sans casser des œufs. C.est maintenant qu.il faut neutraliser ces gens avant qu.ils ne passent à l.acte. Liberté d.opinion certes, mais quand les propos tenus par les uns et les autres ont pour effet de cultiver la division et la haine, on ne devrait pas laisser ces gens prospérer.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:24, par SID
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Felicitation au Fasonet pour ce ecrit, je voudrais juste faire savoir que meme dans certains quartiers recules de ouaga, dans certaines mosquees les memes preches divisionistes et d intolerance entre les membres de la meme confession et aussi les autres religions sont pronees chaque vendredi, sans vous mentir c est tres inquietant.Vite que les responsables des communautes et l’etat prennent leur responsabilite pendant qu’il est encore temps.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:29, par VP
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Dans mon village,un des ressortissants vivants à l’étranger a tenté d’abominer mon grand frère.Mais avec intelligence,je ai soumis ce dernier à un semblable d’embargo financier.Depuis que j’ai constaté qu’il est devenu extrémiste,je l’ai mis hors de mes affaires.Et ayant compris que cela ne l’arrangerait pas,il a cessé d’imposer un modèle d’habillement à son épouse.Quand à lui, il me semble qu’il a cessé de fréquenter la nouvelle mosquée qui les reçoit.Je vous dit que nous sommes en danger.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:29, par lewang
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Très émouvant ce récit. mais je vous suggère de ne plus signer de tels articles, tout au plus signé plutôt "Faso net" car c’est dangereux avec ces fous de dieu. Les autorités sont en tout cas averties. Ma proposition est que l’état doit réguler toutes ces tendances religieuses (pas seulement de l’islam, je dis bien tous). Des cahiers de charge pourraient être faits en collaborations avec les fédérations religieuses pour les leaders. Si tu outrepasses ce cahier de charge ton autorisation de détenir une mosquée ou une église est retirée....c’est vraiment simple. Par exemple la marginalisation de la femme (ne monte pas sur vélo, doit être voilée contre son gré,...) peut être considérer comme un délit dans ce cahier de charge.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:29, par l’homme triste
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    je suis vraiment triste , quand je regarde mon pays le burkina faso autrefois étais un pays de paix aujourd’hui je constate que nos politiciens n’ont aucune envie de sauver ce pays.
    l’argent , l argent ; l’argent ils ne font que chercher de l argent.on depense de l argent dans un pays paisible ; on verra bien s ils pourront depenser leur modites sommes.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:43, par Aleeno
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Je pense qu’il serait bon qu’on mette en place un système de renseignements robuste qui permettra aux populations locales de dénoncer certains individus qui sèment la graine de la division , de l’intolérance, etc. Il est grand temps que le gouvernement prenne cette question du radicalisme islamique à bras le corps avant qu’il ne soit trop tard. On entend que des maires sont menacés dans le nord du pays, que des enseignants reçoivent la visite de personnes qui les intiment l’ordre d’ enseignement en arabe. Avec tous ces informations alarmistes qui nous parviennent, le gouvernement se cloitre das un mutisme total. M. Rock Marc Christian Kaboré, président de la République, un président est celui qui a de l’autorité. Prenez votre responsabilité, et assurez la sécurité et la protection des Burkinabè que nous sommes. Vous êtes garant de la sécurité de ceux qui vont ont porté au pouvoir. Si vous n’arrivez pas à le faire et que le pays est attaqué par ces hommes sans foi ni loi, il est de notre devoir en tant que citoyens Burkinabè de vous demander des comptes. Mieux vaut tard que jamais !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:45, par Karissa
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    L’Aigle s’est envolé

    Vacarme et agitation dans la bassecour un matin,
    Jacassent oies, canards, coqs poules et poussins,
    En complaintes, accusations et défis à l’indésirable
    Haro sur le prédateur, ouste le misérable !

    Du faîte du grand Kaïlcédrat, partit à tire d’aile,
    L’Aigle accompagné d’une nuée d’hirondelles.
    Sa dernière trompette par les échos relayée
    Depuis lors dans le silence emmuré.

    Restera-t-il sur le cocotier ?
    Ira-t-il plus loin en exilé ?
    Nul ne sait ce que cache son cœur
    Des paroles viendra sans doute l’heure.

    Nous voilà enfin libérés du diable
    Aux mille méfaits inénarrables
    Nous attendent alors de beaux jours
    Entendait-on partout dans la cour.

    Soudain poreuses les lignes gardiennes
    Aux pythons, musaraignes et hyènes
    Discours posthumes se multiplient
    Prononcés par des convertis.

    Pas plus d’espace pour parader
    Et encore moins de grains à picorer
    Le vieux poulailler en bleu repeint
    N’a pas changé des habitants le train-train.

    Pour connivence avec l’ancien pécheur
    Quelques pintadeaux livrés au sacrificateur
    Dont le couperet fait des malheureux
    Parmi les plus malchanceux.

    Les bouches désormais sans bride
    Désignent sur un ton rigide
    Les incapables, les méchants et mécréants
    Plus question de petits et de grands.

    S’amoncèlent les nuages obscurs
    En omissions, actes et littératures
    Contre lesquels dans un grand brouhaha
    Il n’y a pas longtemps on se souleva.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:46, par Confiance Maffi
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Trop d.attentisme. Et je ne serai pas surpris de voir que même si des individus prônant ces comportements ou tenant des propos haineux sont arrêtés, ils seront remis en liberté par la justice, parce qu.il n.y aurait pas de dispositions légales pour les coffrer, voire les juger. A situation particulière, décisions urgentes. Il faut rapidement des lois claires pénalisant les appels à l.intolérance basée sur la religion. En attendant, le CSC est interpellé. Dans la situation actuelle, ne pouvant contrôler tout ce qui se dit sur les antennes surtout dans les contrées reculées, il ne serait pas farfelu d.interdire purement et simplement les émissions au contenu religieux dans les localités dont il n.a pas encore le contrôle sur le plan technique jusqu’à nouvel ordre. La mauvaise graine est déjà semée et la dernière scène de la pièce est l’exécution des attentats. Qui nous dit que dans ces zones, ces djihadistes et sympathisants djihadistes n.ont pas déjà commencé les préparatifs ? Vraiment, trop de patience et "attentisme de la part des autorités. Décrétez l.etat d.urgence pour un bout de temps et donnez carte blanche aux FDS pour nous débarrasser de ce nouveau cancer social des temps modernes pendant qu.il est encore accessible à la chirurgie. Ce n.est pas quand il sera généralisé qu.il faudra chercher à le traiter.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:49, par catalan
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    le pire ce n’est pas la méchanceté des hommes mauvais, mais le silence des hommes biens, disait Norbert Zongo. si le Gouvernement a toutes ces informations et n’agit pas, le pire c’est eux et non pas les terroristes parce que le gouvernement en a suffisamment les moyens pour les combattre. on ne gouverne pas un pays comme ça, sur des discours dorés à travers des sommets interminables pour voiler la fasse des gens. si ce gouvernement ne se réveille pas, c’est le peuple qu’ils ont endormi là qui se réveillera et ils en subiront les conséquences.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 08:54, par alban
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Vraiment je pense que le gouvernement doit se pencher sérieusement la dessus.Notre ministre de la sécurité na pas les capacités pour assurer le poste.Il faudrait aussi qu’on nomme un ministre à la défense.Notre pays va mal.Chacun es assis et le jour ou sa va chauffer on va les pointé du doigt.Ces maintenant que nous devons agir..on fait une pétition en linge...SAUVONS LE NORD DU BURKINA

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 09:05, par Confiance Maffi
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Trop d.attentisme. Et je ne serai pas surpris de voir que même si des individus prônant ces comportements ou tenant des propos haineux sont arrêtés, ils seront remis en liberté par la justice, parce qu.il n.y aurait pas de dispositions légales pour les coffrer, voire les juger. A situation particulière, décisions urgentes. Il faut rapidement des lois claires pénalisant les appels à l.intolérance basée sur la religion. En attendant, le CSC est interpellé. Dans la situation actuelle, ne pouvant contrôler tout ce qui se dit sur les antennes surtout dans les contrées reculées, il ne serait pas farfelu d.interdire purement et simplement les émissions au contenu religieux dans les localités dont il n.a pas encore le contrôle sur le plan technique jusqu’à nouvel ordre. La mauvaise graine est déjà semée et la dernière scène de la pièce est l’exécution des attentats. Qui nous dit que dans ces zones, ces djihadistes et sympathisants djihadistes n.ont pas déjà commencé les préparatifs ? Vraiment, trop de patience et "attentisme de la part des autorités. Décrétez l.etat d.urgence pour un bout de temps et donnez carte blanche aux FDS pour nous débarrasser de ce nouveau cancer social des temps modernes pendant qu.il est encore accessible à la chirurgie. Ce n.est pas quand il sera généralisé qu.il faudra chercher à le traiter.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 09:11, par BARRO
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Bonjour à tous,
    Je me sens obliger d’intervenir sur ce sujet qui touche à la religion.
    Voici quelques points que j’ai à souligner et je souhaite votre attention sur chacun de ces points :
    1- il ne sied pas d’appeler les actes de terrorisme comme du djihad, non, il faut appeler le chat par le chat.
    2- pourquoi cette terreur ne peut etre appelée djihad ?
    a- le djihad fait partie de la religion islamique mais cette religion est contre la terreur.Le djihad ne se partique pas comme ça.Les conditions du djihad sont entre autre :
    - legitime defense
    - combattre uniquement ceux qui vous combattent
    - epargner les viellards, les femmes, les enfants, les gens qui sont dans leurs cultes (autres croyances)
    - etc
    3-Concernant la lutte contre le terrorisme, pour moi il faut associer les leaders et precheurs musulmans, pour qu’on dise aux musulmans ce que l’islam dit sur le terrorisme, las actes barbares etc... egalement que l’opinion nationale arrete de faire semblant de croire que tous ceux qui appliquent leur religion comme il se doit(l’habillement, barbe etc) ne sont impliqués de près ou de loin dans ces actes de barbarie. la preuve en est que les actes du 15 janvier 2016 à Ouaga, il s’y trouvait combien de barbus par rapport au non barbus ? Si fait qu’on a le droit de se dire que c’est les non barbus qui sont une source de menace.
    4- Meme si des actes de terrorisme sont posés par des musulmans, est ce pour cela que l’islam cautionne ces actes ? par exemple, il ya des musulmans qui boivent l’alcool, y en a qui font la fornication y’en a d’autre meme qui volent, mais tout ceci n’est -il pas interdit par l’islam ? faut-il dire aux autres musulmans qui ne volent pas, ne forniquent pas ou ne buvant pas l’alcool, d’abandonner leur religion ? C’est pareil pour la barbe : est ce parce que des musulmans portant la barbe ou une longueur de pantalon demandé par l’islam et qui commetent des actes de terrorisme, les autres musulmans qui portent la barbe ou une longeur de pantalon normale selon l’islam qu’il faut que ces derniers arretent d’obeir à leur Seigneur ? Est ce je sui noir, et qu’un noir a volé donc je sui aussi voleur ?
    5- En realité, ce problème de terrorisme n’est pas l’apparence, mais une affaire de croyance. Et donc la solution c’est d’enseigner la bonne croyance aux gens, sinon c’est pas une question de barbe ou de voile integral.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 09:11, par HUMM
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    On est dans pain seulement ! Au nom de la sensibilité de la question religieuse on va se taire et laisser faire ! et on ne réagira que si et seulement si le fauteuil présidentiel est menacé, ainsi va la vie ici au Faso. Que Dieu sauve.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 09:15, par BORODOUGOU
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Diriger un état avec un bras flaste précipite la société vers sa ruine.On nous a dit que ROCK est un diesel.D’accord on met le contact en 2016 ; la bougie s’échauffe en 2017 ; on démarre en 2018 ;on attend que l’huile monte en 2019 et en 2020 on avance la machine BURKINA FASO vers l’arrêne de la campagne présidentielle et ainsi se présente la situation ROCK la "solution".En ce moment la radicalisation est à son apogée ; les dossiers suivront leurs cours avec des requalifications des chefs d’accusation ; des ateliers s’organiseront pour valider les plans de mise en oeuvre de la reconciliation nationale ;le PNDES est à la croisée des chemins ;le mouvement social s’intensifie et enfin le nord du burkina aura son premier gouvernement islamiste après adoption de sa première constitution qu’est la CHARIA.Voilà comment pourrait se présenter le BURKINA de ROCK en 2020 si dès à present il ne se départisse de ce comportement attentiste de peur d’être vu dictateur et de tous ces sangsus qui ruinent notre état.Non c’est de la rigueur.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 09:23, par pas politique
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Moi je propose :
    - une association de sécurité et de développement par quartier ;
    - une instance de sécurité et de développement au niveau village, commune et provinciale.
    avec ces structures on démasquera les brebis galeuses.
    - que les politiciens cessent de semer la division et se préoccuper uniquement du bien être de leur concitoyens.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 09:24, par le citoyen
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Ce n’est pas du tout rassurant. A vous lire, il y a danger partout, dans presque tous les recoins du Burkina. alors, il faut rester vigilant et prudent. merci pour cet article. Toutes les couches de la société doivent s’impliquer d’une manière ou d’une autre dans cette "guerre". Mais attention à ce qui arguent d’aller détruire les mosquées. Ce sera la meilleure de mettre de l’huile dans le feu !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 09:31, par Le Sahelien
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Bonjour !

    Bravo à votre organe pour le courage. Cependant, je préfère que vous ne tombez pas dans le jeu de ceux qui ont pris de l’argent ou qui ont intérêt à diffuser des informations dangereuses pour saper le moral des troupes et de la population.
    Certains de nos médias, dits professionnels, ont dit que des maires sont menacés au Soum, qu’ils nous donnent les noms de ces maires et expliquent les circonstances de ces menaces. Ils soutient aussi qu’un animateur d’une des radios a été menacé qu’on nous dise à quelle émissions.. Si c’est sur son portable qu’il livre aux FDS les références téléphoniques de ceux qui les ont menacé. On peut avoir plus de détails sur ces menaces ? Et puis qu’est-ce que le CSC fait si des acteurs de la communication sont menacés ?
    OMEGA devra faire attention à ce qu’elle écrit.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 09:33, par opapi
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    j’apprécie les personnes qui portent à la lumière de tels faits dans leurs localités.
    Reste à l’Etat de prendre ses responsabilités.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 09:50, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    - Cheik Sawadogo, il y a au moin 8 ans moi Kôrô Yamyélé j’avertissais les gens ici sur ce phénomène ! Personne ne m’a écouté. Partout dans les non-lotis des villes, il y a des conversions en masse au wahhabisme extrémisme entièrement voilé et on ne dit rien ! En plus tous ces enfant garibous peuls surtout sont des cibles faciles pour ces voyous ! Ils violent la liberté des femmes et on ne dit rien ! Ils admirent les rondeurs des femmes d’autrui en faisant cacher celles des leurs, ce qui est du ’’Haram’’ ! Il n’y a pas longtemps une loi qui devait réglementer les pratiques religieuses a été retirée par populisme par le président. Mais il l’apprendra à ses dépens car ces gens risquent de faire un coup d’état ici si on n’y prend garde ! Ce ne sont pas des gens qu’il faut amadouer ! Il faut les taper dessus sans pitié !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 09:56, par boka
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Merci pour l’info nos autorites ne peuvent plus dire qu’ils ont ete surpris.vraiment merci

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 10:04, par boka
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Merci pour l’info nos autorites ne peuvent plus dire qu’ils ont ete surpris.vraiment merci

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 10:06, par Dieusauve
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Moi j’ai toujours signalé l’extrémisme dans le quartier silmiyiri, route de kamboincé. Les wahabya ont poussé l’imam d’une mosquée que celui-ci à débuté depuis le lotissement, avec des cailloux, ils l’ont mis derrière et prendre le devant. Ils enseignent les enfants de ne plus aller à l’école du blanc mais de venir suivre l’enseignement à la mosquée parce que chez Dieu il n’y a pas d’histoire, de géo ni de grammaire làbà. Il y a déjà des voisins mulsulmans qui ne saluent plus les voisins chrétiens. La majorité des femmes sont en noire masquées. S’il vous plait chers autorités, levez-vous et vite car notre pays est au bord du danger, du plus grand danger même. Il reste que le signale pour attaquer les non musulmans. Si vous-vous taisez dès maintenant et que ça devient immaitrisable, Dieu vous voit. Jusqu’à ils proposent des cotisations pour construire un centre de santé à part. A Koudougou, l’école primaire petit moukassa, des gens ont conseillé aux musulmans de sortir leurs enfants de cette école construite par l’église catholique. Et c’est ce qui est fait. Alos que Dieu seul sait combien d’enfants de Koudougou ont réussit grâce à ces écoles, mais je ne voit pas quelqu’un qui s’est converti en chrétien parce qu’il a passé par ces écoles. Tous mes frères et sœurs ont fréquenté le collège Joseph Moukassa et le collège Sainte Monique, mais personne n’est devenu chrétiens. Si les arabes détestent les blancs, c’est leur problème. Nous on a choisi de suivre l’éducation du blanc parce qu’il connait la valeur humaine. Cher dirigeants, c’est la pauvreté qui pousse tout çà. Ils achètent les gens avec des dons, de l’argent, ils financent les jeunes dans les commerces, ils les achètent des moto, pour les avoir. Levez-vous vite. Ont voit des commerçants qui étaient moyens avant et qui sont devenus très très riche aujourd’hui. C’est eux qui les finance. Les chrétiens utilisent leurs fonds pour construire des centres de santé, des centres sociaux pour aider les pauvres, OCADES, des centres de récupération des enfants de la rue pour aider la société, des phcies où les produits coutent moins chers, des écoles pour aider l’état à éduquer les enfants. Les musulmans au lieu de faire pareil, ils se partagent les financements pour s’entraider entre eux, alors s’ils oublient de ce qu’ils ont bénéficié comme éducation, comme soins et j’en passe, et aujourd’hui ils veulent faire du mal à ceux-là qui ont ouvert leurs yeux, qu’ils sachent que le chrétien est humble et son cœur est doux et prie toujours pour son ennemi. Dieu même ne quittera jamais derrière les chrétiens. Il vous voit. Vous étiez où pendant que le blanc cherchait dans les arbustes des habitants d’une patrie qui vivaient à la traditionnelle dans la souffrance et aujourd’hui BF ? Allez vous faire foutre, sauvages, obscurantistes.

    Répondre à ce message

    • Le 9 février à 13:09, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

      - Dieusauve, tu as Raison. Et tout ça c’est de l’argent venu des monarchies du Golfe, Arabie Saoudite, Koweït, etc. qu’ils répandent ici au vu et au su des autorités qui ne disent rien. Il faut le dire clairement : l’Arabie Saoudite et le Koweït sont les complices de ces gens qu’ils encouragent ! Ils donnent de l’argent à certaines ONG humanitaires qui drainent cet argent pour répandre le Wahhabisme fondamentaliste partout dans le monde. Sans oublier qu’ils donnent aussi de l’argent à certains dirigeants véreux comme au Mali qui ne disent rien et qui sont moches dans le combat contre le fondamentalisme. Certains préparent des repas gratuits pour les gens sous prétexte de faire de l’Humanitaire avec en toile de fonds la conversion au fondamentalisme. D’autres viennent en tant que marabouts soigneurs de toutes les maladies mais c’est en fait pour convertir les gens. C’est pour tout ça que moi Yamyélé je suis heureux de la chute du prix du baril de pétrole actuellement et mon souhait est qu’il continue de chuter durablement.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

      • Le 9 février à 13:39, par zangsda
        En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

        Moi, je pensais que le koro était intelligent ! tous ce que le journaliste relate ici n’ont rien de Wahhabite. J’ajoute que les pays du golfe vivaient des milliers d’années avant le pétrole. nous vivons un temps ou les jeunes ont besoin de bonnes references en matière de spiritualité, ce qui explique la montée de la pratique chez les jeunes et rien ne pourra contre.

        Répondre à ce message

        • Le 9 février à 15:47, par Moi meme
          En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

          Mon frère, faut aller demander à la famille Saoud pour savoir qui finance les frères musulmans qui secrètent par milliers et par an des candidats aux djihads ? Quand des voisins du quartier depuis des années se fréquentaient et subitement, à cause de la conversion au wahhabisme, certains ne saluent plus leurs voisins, ne rentrent plus chez eux pendant Noel pour saluer, il faut comprendre.
          Dans cette affaire, c’est la pauvreté qui en constitue son le terreau fertile, car à cause des tines de mais, des sacs de riz et du savons, les gens dans les quartiers périphériques s’habillent en noir et voilés intégralement parce qu’ils sont devenus wahabits

          Répondre à ce message

        • Le 9 février à 18:44, par Kôrô Yamyélé
          En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

          - Zangsada, c’est toi qui est bête comme un âne. Moi je ne suis pas un idiot pour me laisser embobiner. Fait attention à toi quand on parle des sujets sérieux qui dépassent ton niveau de wahhabia (ou plutôt de WahhaBITE) abruti par la pensée des autres !

          Par Kôrô Yamyélé

          Répondre à ce message

  • Le 9 février à 10:08, par Peuple insurgé
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    L’Etat doit prendre ses responsabilités
    Les leaders politiques doivent prendre leurs responsabilités
    Les leaders religieux, nationaux et régionaux, doivent prendre leurs responsabilités
    Il faut voir qui finance cette propagation de l’extrémisme et qui sont leurs complices internationaux (généralement il ya les pompiers pyromanes qui disent aider nos pays).
    Et pour le Sahel, il faut nécessairement des groupes d’auto défense : seuls ces groupes pourront protéger nos populations ; c’est ce qui s’est passé en Syrie, en Irak contre les terroristes soutenus par l’occident (qui prétend les combattre).
    Attention au pompiers pyromanes. Poutine a dit "Le terrorisme n’est pas l’ennemi, c’est l’arme de l’ennemi". Les Burkinabé doivent comprendre ces propos tenus par le Chef de l’Etat le mieux renseigné du Monde.
    Cessons d’être naïf et attentiste.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 10:19, par RAMATOULAYE
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    C’est foutu pour le Burkina.Les autorités sont informées.Que font elles maintenant ?Qu’elles coupe la tête du serpent et vite !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 10:35, par tarno
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    tout d’abord je dis merci à Mr Tiga Cheick Sawadogo pour son analyse.Cependant je me pose la question de savoir si publié de telles informations ne va pas s’avérer utile pour ces potentiels foyers terroristes qui très certainement envisageront un plan B voir C et D.Bref ! pour moi il est claire que relayer ces infos à qui de droit permettra d’avoir une longueur d’avance contre les ennemies de la nations.La guerre contre le terrorisme ne se fait pas en dévoilant ces intensions.C’est d’ailleurs la discrétion qui fait de ces terroristes des ennemis redoutables.
    Ensuite, je pense que l’extension de ce phénomène est soutenue non seulement par le mutisme de la population mais surtout par la passivité de l’action gouvernementale ou le faible niveau d’engagement de lutte contre ce phénomène.En effet il faut attendre qu’il ait une attaque meurtrière pour voir les FDS insuffisamment armées se mobiliser pour la sécurité de nos frontières et quelques temps après ils baissent la garde.il semblerait également que les populations ont des accointances avec les terroristes et cela sans doute parce qu’ils y gagnent leur compte ou par peur d’être la proie de ces derniers.Dans tous les cas, la question de la lutte contre le chômage et celle de la protection de la vie apparait dans les actions de lutte contre le terrorisme dans notre pays.Il appartient donc à qui de droit de pendre ses responsabilités.

    Répondre à ce message

    • Le 9 février à 11:22, par FasoLibre
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

      Le journaliste a fait son travail sans dévoiler de secret d’Etat. Il appartient à ceux qui ont crié haut et fort en 2015 qu’ils feront le bonheur des burkinabè de montrer (enfin) qu’ils sont des hommes. S’ils sont incompétents, qu’ils cèdent la place à d’autres. J’AI VRAIMENT HONTE DE VOIR MA PATRIE SANS HOMME D’ETAT... SANS HOMME DIGNE DE CE NOM A SA TETE

      Répondre à ce message

  • Le 9 février à 10:39, par Mawuéna
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Le PF est indécis mais le peuple ne supportera pas indéfiniment son inaction. Quand il agit, il le fait à moitié : c’est bien d’avoir changé le CEMGA, mais il fallait continuer, le Chef d’Etat major de la gendarmerie, le DG de la police ne devraient pas rester en place. Du renseignement, du renseignement et encore du renseignement sans cela il est difficile de lutter contre cette nébuleuse. Il me semble que pendant la transition quelqu’un a fait la preuve qu’on pouvait organiser le renseignement. Quand la nation est en danger, elle doit faire appel à toutes les bonnes volonté ! Sautez-moi ce ministre qui agit comme un maire....

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 10:50, par Horus
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Qu’on se le tienne pour dit : l’État est défaillant. Au Sénégal, pays à 90% musulman qui est tout aussi exposé au péril terroriste islamique, dès que les prêches radicaux ont commencé dans les mosquées par des prédicateurs venant du Mali, les autorités n’ont pas hésité à lancer le filet et plus de 500 de ces prédicateurs ont été arrêtés. La Mauritanie aussi s’en sort plutôt bien pour un pays à 100% musulman. Au Burkina l’inaction des autorités est déconcertante, voire complice. Il n’y a pas qu’au Soum, au Sourou et au Yatenga que le radicalisme monte. Dans certains quartiers périphériques de Ouaga, le radicalisme religieux monte dangereusement. Les autorités attendent-elles la déflagration pour jouer au pompier après ??? Que dire des associations Islamiques ? Leur silence est tout aussi déconcertant. C’est bien de dire au gens de ne pas faire d’amalgame entre Islam et terrorisme, mais ne rien faire pour éviter cet amalgame grandissant rend ces associations islamiques complices, si ce n’est activement au moins passivement de ces suppôts de satan et cela est inacceptable.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 10:56, par YETA
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Solution 1 : C’est la prière et la soumission de Dieu.
    Solution 2 : C’est de mettre des militaires à la tête de la Défense et de la Sécurité.
    Le temps est grave. Agissons urgemment et Dieu protégera le Burkina. A bon entendeur salut !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 11:08, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    - Chers internautes, voilà des faits que je vais vous relater sur Amadou Koufa  :

    Où se cache-t-il ? Et d’abord, est-il toujours en vie ? Le plus grand flou règne autour de ce personnage devenu en quelques années une légende dans le Macina. Et chacun au Mali croit connaître la vérité :

    - Il est mort à Konna en 2013, lors de l’attaque des avions français, disent certains,
    - Il y a eu des enregistrements qui ont circulé, et dans l’un d’eux, il décrivait les préparatifs de l’attaque de Konna en janvier 2013, preuve qu’il n’aurait pas péri sous les bombes françaises à ce moment-là, racontent d’autres,
    - Il aurait été aperçu à des réunions de fondamentalistes en Mauritanie dans les années 1990, au Nigeria en 2002, etc.,
    - En 2009, certains disent l’avoir vu à Bamako, avec Iyad Ag Ghaly, manifester contre le code de la famille,
    - Un homme se souvient l’avoir vu à Diafarabé vers 2010 et dit : ’’Il a passé deux jours et deux nuits dans les quatre mosquées du village. Tout le monde venait, c’était impressionnant. Des gens voulaient lui donner de l’argent, mais il ne l’acceptait pas’’,
    - Un autre n’a pas oublié son passage à Dioura, en 2011 et dit : ‘’Il a eu beaucoup de succès. Il arrive à captiver les gens’’. À cette époque, il s’installe dans le village de Ganguel, près de Ténenkou. Il prédit alors l’occupation du nord du pays et laisse entendre que Mopti sera la capitale du nouvel ‘’État islamique’’,
    - Ceratins raconte qu’en 2012, quand les groupes jihadistes prennent le contrôle de Tombouctou, de Kidal et de Gao, mais pas de Mopti, Amadou Koufa disparaît. On le revoit quelques mois plus tard avec Iyad à Tombouctou, puis dans les environs de Konna en janvier 2013, juste avant l’assaut sur le Sud qui sera fatal aux jihadistes et provoquera l’intervention de l’armée française,
    - Il est en vie et se cache avec Iyad Ag Ghaly au nord de Kidal, dit un autre,
    - Il est proche de Fassala, en Mauritanie, tout près de la frontière avec le Mali, soutient un autre,
    - Un proche du président Ibrahim Boubacar Keïta affirme de son côté qu’il sera bientôt sous les verrous. Attendons de voir car avec le pouvir des grands boubous au Mali, rien n’est sûr !

    Petite histoire  : Koufa n’est pas son vrai nom. Il l’a emprunté au village de son enfance qui est justement Koufa, situé dans le cercle de Niafunké, au nord de Mopti. Certains le disent Cissé, d’autres le disent Diallo. Il serait issu d’une famille de marabouts réputés. Son demi-frère est l’actuel imam de Koufa. Enfant, il ne fréquente que l’école coranique. Très vite, ses maîtres se rendent compte qu’il est doué. Une fois qu’il maîtrise le Coran, il est envoyé à Dili, un village de pieux, proche de la frontière mauritanienne, pour parfaire ses connaissances. Puis il passe de marabout en marabout dans la zone de Sévaré. C’est là qu’il commence à prêcher et à dénoncer l’imposture et l’hypocrisie des aristocrates et des marabouts qui selon lui, ‘’se font nourrir par des enfants de sept ans’’ (les talibés ou garibous). Le succès est immédiat et les peuls disent que : ‘’Jamais nous n’avons entendu de si bons prêches depuis Sékou Amadou’’. Par la suite, les radios locales passent ses prêches en boucle. Puis on s’arrache ses cassettes.

    Chaque matin, il va se recueillir auprès du mausolée de Sékou Amadou avant de partir à Sévaré ou dans un village des environs pour prêcher. Pour certain ‘’S’agissait-il d’un calcul pour faire son entrée dans l’illustre famille de Sékou Amadou  ?’’. Toujours est qu’en 2008, il demande l’une de ses filles en mariage. Les frères refusent en disant : ‘’Il n’est pas d’une bonne famille’’. Amadou Koufa prend très mal la chose et dénonce de plus belle ces ‘’aristocrates’’ qui ne connaissent rien au Coran mais jouissent de positions héritées de leurs aïeux, quand des hommes comme lui voient leur ascension sociale bloquée.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 11:12, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Heu... Sans vouloir nier le réel travail d’enquête dans le grand nord de l’auteur de l’article, il faudrait lui signaler qu’il n’avait pas besoin d’aller aussi loin : La même chose se voit à Ouagadougou, notamment dans les quartiers périphériques. Nouvelles mosquées aux discours radicaux et aux pratiques différentes des autres, généralisation du code vestimentaire wahabite, interdictions et obligations de plus en plus nombreuses faites aux femmes et apparition de groupes de jeunes "moralisateurs" et souvent menaçants dans les quartiers pour faire respecter leurs lois particulières.

    La jeunesse de la majorité de la population, le chômage, la pauvreté et le quasi-abandon de l’état et de ses démembrements laisse nos concitoyens sans recours devant les discours extrémistes sous couvert de vertu et de foi. La déception et le sentiment de révolte des gens trouve alors une occasion de s’exprimer, surtout que ces gens viennent avec non seulement leurs discours mais aussi des moyens. Il faut dire que l’otage occidental, une des "industries" préférées des jihadistes, rapporte son pesant d’or à ces gens, souvent plus du milliard de nos francs par tête. Et si on ajoute les dons en pétro-dollards pour "propager la foi", cela fait beaucoup pour des gens pauvres comme nous.

    Et comme en face, que ce soit l’état ou les leaders religieux, ON NE FAIT PAS GRAND CHOSE en dehors du discours, si ce n’est carrément nier l’existence du problème, le phénomène ne fait que grandir. Qui prendra ses responsabilités avant qu’il ne soit trop tard ?

    Répondre à ce message

    • Le 9 février à 12:42, par Peuple insurgé
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

      Pire, nos autorités partent quémander chez les pays qui soutiennent et financent ces extrémismes. Les pays que nous pensons vont nous aider, eux meme partent chercher l’argent là bas.

      Répondre à ce message

    • Le 9 février à 12:53, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

      - Sidpawalemdé Sebgo, merci de confirmer ce que je crie tous les jours sur ce site ! J’ai toujours dit que dans les non-lotis il y a des conversions en masse au Wahhabisme. Il suffit de s’arrêter le matin sur la route pour voir le nombre de femmes voilées qui déferlent de ces lieux. Les non-lotis sont presque acquis maintenent et le mouvement se tourne vers les centres des villes. Je vous jure que nous allons regretter un jour si on ne contrôle pas cette affaire !

      CONCLUSION  : Ce sont les Partisans de ce mouvement de conversions en masse qui vont provoquer la prochaine insurrection et imposer un État islamique ici !!!

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

  • Le 9 février à 11:22, par Hamidou
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Ya yelle !! Je prend la décision ferme de me convertir au Christianisme ! L’Islam ma déçu ! Complètement découragé ! De toute façon, c’est le même Dieu !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 11:34, par Pascal
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Une correction, le fasonet. Ces tristes sires ne sont pas des fous de Dieu. Mais des fous de Satan. Car ce qu’ils font n’est pas de Dieu. Mais de leur maitre, le diable, horrible imitateur de Dieu. Qui fait croire aux hommes sans vision que ce qu’ils font est de Dieu et ils s’y cantonnent pour leur propre perte et malheur. C’est ce qui se passe avec ces gens là. Dieu n’est pas dedans. C’est le diable.

    Sur la radicalisation rampante, il n’y a pas qu’au nord et au Sahel qu’elle est en marche. Même à Ouaga elle est en marche. Dans un quartier comme Somgandé par exemple, coté salle de ciné, il y a une mosquée wahabia, avec barbus et pantalons couts, toujours entre eux. Vous ne verrez aucun non barbus avec eux – ils les considèrent comme des femmes !!!

    Au Marché de Somgandé, non loin d’un certain cybercafé, un autre barbu avec même acoutrement y tient boutique. Il ne regarde même pas un non barbu à plus forte raison lui dire bonjour. Cette boutique tient lieu également de mosquée. Fermée aux heures de la prière, sans débats !!!

    A l’IBAM, toujours Somgandé, la voile integral pour les étudiantes wahabia dans cette université est chose banale.
    Le même phénomène wahabia se voit dans les autres quartiers de la ville de Ouaga. Il suffit simplement d’observer.
    Face Ecobank Koulouba, aux feus de la CGP une vendeuse de légumes y tient échoppe. Avec voile intégral. Et cela ne gêne personne !

    Le ver est dans le fruit depuis longtemps. Et à moins que les autorités ne se décident enfin à les arrêter, c’est foutu pour le Burkina. Car ces gens ne plaisantent pas.

    Le wahabisme n’est pas une religion comme les autres, il est TOUJOURS ASSOCIE AVEC PRISE DE TERRITOIRE. PAR LA FORCE. Voyez en Libye, Syrie, Irak, Afghanistan et naguère au Mali.
    De deux choses donc l’une, ou on les arrête ou ils contraindront sous peu Roch à fuir de Kosyam, et soumettront Ouaga à leur vision des choses. Il n’y a pas d’autres alternatives possibles, car Ils appliquent à la lettre en bons intégristes un mot d’ordre recu de leur livre.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 11:50, par koana
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    vraiment merci d’abord à monsieur Tiga cheik Sawadogo pour son article d’intérêt national. en toute honnêtété il fo qu’on se lève ensenble et unir nos forces !!!! chaque burkinabé a sa partition dans cette lutte !!! il fo reconduire le principe du ministre barry de la transition !!! il faut mettre en plus dans chaque quartier ou village de façon discrète un réseau de renseignement constitué des jeunes. beaucoup s’adhère à ces groupes de djihadistes par ce qu’ils n’ont rien à faire et qu’il se jugent inutiles dans la société !!! à vous l’armée d’appliquer la loi du talion dès qu’une information est fournie dans les règles par ce réseau ! Adoptez ces mésures svp monsieur l’exécutif !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 11:52, par Compassion
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    On n’a besoin d’aller loin. Ca se passe même à Ouaga. Je vous raconte un cas : un jour un de ces fous de Dieu a adressé une lettre à son voisin de ne plus lui donner de nourriture qu’il leur sert pendant ses fêtes de Noel et de janvier car selon lui c’est reconnaître son Dieu en se "réjouissant" avec lui. Le même homme a vu sa femme le quitter parce qu’il l’avait intimée de ne plus exercer d’activités

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 12:14, par MERCI
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Merci a l auteur de ce article.Attendons de voir ce que nos autorités vont faire de cette dénonciation POUR METTRE HORS D ETAT DE NUIRE CES INDIVIDUS DANGEREUX ;
    Notre assembleé doit prendre une loi severe contre toute personne qui preche la violence et le crime pour des motifs religieux afin de doter notre justice de textes permettant de sanctionner de tels individus.Il faut combler ce vide juridique.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 12:21, par OURO Sounkalo
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    La frontière entre le département de TOENI et le Mali n’existe que sur le papier ,les populations ne font aucune différence entre les localités burbinabè et maliennes , par exemple il est plus facile d’aller se soigner au Mali qu’au Burkina en cas d’urgence.Que voulez-vous quand l’administration démissionent et laisse les populations à elles-memes voilà ce qui arrivent.Tous les bandits chassés du Mali par l’opération SERVAL utilisent le Nord du Burkina comme base arrière et ont trouvé une zone propice pour s’approvisionner en vivres et armes.Une gendarmerie était prévue à Toeni il ya plus de 25 le local meme existe ,mais aucun gendarme n’y a mis les pieds ! les habitants de Toeni sont parmi les plus pauvres du Burkina ,or le terreau du terrorisme est la pauvreté

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 12:32, par SOME
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    tout ca on le sait et on laisse faire. Nous memes on laisse faire. Quand ca eclatera, ce sera nous qui allons en souffrir pas ces dirigeants eux ils pourront fuir se refugier dans les pays européens nus restera au village pour se faire tuer. Si ils ne font rien, prenons nos responsabilités Ou c’est eux ou bien c’est l’interet des populations et on les elimine. Point barre. il y a des situations ou on ne discute pas, a moins d’etre complices !
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 12:39, par Le Sable
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Bel analyse frangin, je tiens personnellement(je prends mes responsabilité) à vous remercier pour cet article. C’est maintenant au tour de nos FDS de réagir. Il faut les surveiller de très prêt et ne même pas hésiter à les railler de la carte s’il le faut(trop c’est trop). On n’en marre de ces malades mentaux soit disant croyants.
    Le Sable

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 12:42, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    - Aux terroristes et autres gangrènes djihadistes, je vous adresse cette Sourate 109 AL KAFIRUN (Les incrédules) du Saint Coran, et je la prie pour vous :

    Bismillahi Rahmani Rahime
    1- Qoul ya ayouhal’kaafiroune
    2- La a’boudou maa ta’boudoune
    3- wa la antoum aabidouna ma a’boud
    4- Wa la ana a’bidou-ma ‘abadtoum
    5- Wa la antoum abidouna ma a’boud
    6- Lakoum diinoukoum wa lia diin.

    Traduction  :

    Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.
    1- Dis : ‘’Ô vous les infidèles !
    2- Je n’adore pas ce que vous adorez.
    3- Et vous n’êtes pas adorateurs de ce que j’adore.
    4- Je ne suis pas adorateur de ce que vous adorez.
    5- Et vous n’êtes pas adorateurs de ce que j’adore.
    6- A vous votre religion, et à moi ma religion’’.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 13:08, par leroi
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Que faire si les populations de ces villages refusent de dénoncer les extrémistes ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 13:40, par KOULIBALY MOUSSA
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Nous devons tirer leçons de cet article et revoir notre stratégie de développement. Au lieu de se vêtir d’idéologies moribondes, il y a lieu de comprendre que lorsqu’il y aura des parties du pays en état de vulnérabilité économique et sociale, nous devenons de facto exposés aux idéos terroristes.
    Au regard de ce tableau très sombre, une réaction rapide sécuritaire accompagnée d’un programme de développement économique et social du monde rural doit émerger. Sans cela nous nagerions à vue. Et nous risquions de mettre à péril la quiétude très cher aux burkinabé depuis la nuit des temps.
    En tout cas tout le monde est prévenu du risque réel que court le Burkina dans les 5 et 10 ans à venir.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 13:40, par SAA
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Au inconditionnel de " c’est nous on attaque" veuillez s’abstenir car ceci est un projet de loi que je soumet à l’Assemblée Nationale.
    Loi sur les libertés religieuses et lutte contre le terrorisme.
    Art 1 : toute personne est libre de pratiquer la religion qui lui convient ;
    Art 2 : le port de signe ostentatoire( voile, chapelet, turban) est autorisé seulement à domicile, pas dans le domaine public ;
    Art 3 : tout lieux de culte doit avoir l’autorisation expresse de l’autorité administrative ;
    Art 4 : les lieux de cultes doivent être muni de caméra de surveillance et d’enregistreur à la disposition de l’autorité en tout temps et en tout lieux ;
    Art 5:les leader religieux de ces lieux de culte doivent déposer un casier judiciaire et joignable à tout moment par l’autorité ;
    Art 6 : un délai de 3 mois est accordé à ceux existent de se conformer à la présente loi ;
    Art 7 : passé ce délai, tout lieux de cultes sera purement et simplement rasé ;
    Art 8 : il est formellement interdit de se réunir pour un culte sans autorisation préalable de l’autorité ;
    Art 9 : tout lieux de culte doit être identifiable et identifié ;
    Art 10 : la catéchèse, l’école coranique et assimilé ne saurait être dispensée à domicile ;
    Art 11 : j’aime Dieu, et son nom ne sera jamais sali
    Art 12 : le Burkina-Faso d abord.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 13:44, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    - Chers amis, je vous donne ici les 10 versets les plus polémiques du Coran. Quand je dis qu’il y a des subterfuges dans le Coran, on m’insulte. Mais prenez seulement un peu de votre temps pour lire ce post, ne serait-ce que les titres. Webmaster, laisse passer même si c’est long car très instructif. Voici :

    1. Combattez les non-musulmans  : Ce verset très connu ordonne aux musulmans de combattre les non-musulmans simplement parce qu’ils ne croient pas au même Dieu. Voici ce qu’il dit : ‘’Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce que Dieu et Son messager ont interdit et qui ne suivent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent l’impôt de la capitation et qu’ils se soumettent et s’humilient’’.

    2. Une femme hérite de la moitié de ce qu’un homme hérite  : Voilà ce que le paragraphe y afférent dit : ‘’Allah vous prescrit en ce qui concerne vos enfants : Le garçon aura une part équivalente à celle de deux filles ; s’il y a plus de deux filles, elles auront deux tiers de ce que le défunt a laissé, et s’il y en a une, elle aura la moitié ; et pour ses parents, chacun recevra le sixième de ce qu’il a laissé s’il a (au moins) un enfant mais s’il n’a pas d’enfants et que (seuls) ses deux parents héritent de lui, alors sa mère aura le tiers ; mais, s’il a des frères, alors sa mère aura le sixième après (le paiement) d’un legs qu’il a légué ou d’une dette ; [quant à] vos parents et vos enfants, vous ne savez pas lequel d’entre eux vous est le plus utile ; c’est une ordonnance d’Allah : Certes, Allah est Connaissant, Sage’’.

    3. Le témoignage d’une femme vaut la moitié de celui d’un homme  : Pour ce verset, le témoignage d’un homme vaut celui de 2 femmes. Voici ce qui est dit : ‘’Ô, vous qui croyez ! Quand vous contractez une dette à échéance déterminée, écrivez-la ; et qu’un scribe l’écrive, entre vous, en toute justice ; un scribe n’a pas à refuser d’écrire selon ce qu’Allah lui a enseigné ; qu’il écrive, donc, et que dicte le débiteur : qu’il craigne Allah son Seigneur, et qu’il se prémunisse de ne rien diminuer. Si le débiteur est sot, ou faible, ou incapable de dicter lui-même, que son tuteur dicte alors en toute justice. Faites-en témoigner par deux témoins d’entre vos hommes ; et à défaut de deux hommes, un homme et deux femmes d’entre ceux des témoins que vous agréez, en sorte que si l’une d’elles s’égare, l’autre puisse lui rappeler. Et que les témoins ne refusent pas, quand ils sont appelés. Ne soyez pas paresseux à écrire la dette, ainsi que son terme, qu’elle soit petite ou grande : c’est plus équitable auprès d’Allah, plus correct pour le témoignage, et plus près de vous épargner le doute ; à moins qu’il s’agisse d’un marché que vous passez tout de suite entre vous : dans ce cas on ne vous fera pas grief de ne pas l’écrire. Mais prenez des témoins, lorsque vous négociez entre vous ; et qu’on ne fasse tort à aucun scribe ni à aucun témoin ! Car si vous le faites, c’est vraiment qu’il y a en vous de la perversité. Et craignez Allah. C’est Allah qui vous enseigne ; et Allah se connaît à tout’’.

    4. Un homme peut épouser la femme de son fils adoptif  : Muhammad a épousé Zaïneb , l’épouse de son fils adoptif. Ce verset légitime le fait qu’un parent adoptif peut épouser la femme de son fils adoptif et vice-versa. Voilà ce qu’il dit en substance : ‘’Allah n’a pas assigné deux cœurs à l’un d’entre vous, et ne vous a pas assigné pour mères les épouses que vous comparez au dos de vos mères, et ne vous a pas assigné comme fils ceux que vous prétendez être vos fils alors qu’ils sont adoptés. C’est là votre parole qui sort de votre bouche, au contraire c’est Allah qui annonce la vérité, et qui guide dans un chemin droit’’.

    5. Transformés en Singes  : Les gens qui ont transgressé le Sabbat furent transformés en singes, et le verset dit : ‘’Or vous avez très certainement connu ceux des vôtres qui transgressèrent le sabbat. Eh bien, Nous leur dîmes : Soyez des singes qu’on refoule !’’.

    6. Un homme peut avoir des relations sexuelles avec une prisonnière de guerre  : Et il est dit : ‘’Ô Prophète ! Nous t’avions rendu licites tes épouses à qui tu avais apporté leur salaire d’honneur, celles aussi des esclaves en ta possession qu’Allah t’avait données en butin ; de même les filles de tes tantes paternelles, et les filles de ton oncle maternel, et les filles de tes tantes maternelles, (celles qui avaient émigré en ta compagnie), ainsi que toute femme croyante qui avait fait don de sa personne au Prophète, pourvu que le Prophète voulût se marier avec elle. Privilège pour toi à l’exclusion des autres croyants, Nous savons ce que nous avons fixé comme règle sur eux au sujet de leurs épouses et leurs captives qu’ils possèdent ;- ce afin qu’il n’y eût aucun blâme contre toi. Et Allah est Grand Pardonneur, Très Miséricordieux’’.

    7. Un homme peut épouser une fille qui n’a pas encore atteint la puberté  : Il est l’un des versets les plus polémiques du Coran qui prescrit la période d’attente d’une femme qui n’a pas atteint la puberté permettant de ce fait aux hommes d’avoir des relations sexuelles avec des filles pré-pubères. Il dit : ‘’Et quant à celles de vos femmes qui n’espèrent plus avoir de règles, si vous avez des doutes, leur délai est alors de trois mois. De même pour celles qui n’ont pas encore de règles. Et quant à celles qui sont enceintes, elles ont pour terme leur accouchement. Quiconque craint Allah, cependant, il lui assigne une facilité dans sa voie’’.

    8. Un homme peut épouser quatre femmes  : Le verset dit : ‘’Si vous craignez de ne pas traiter justement les orphelins, épousez des femmes de votre choix, deux ou trois ou quatre ; mais si vous craignez de ne pas pouvoir (les) traiter justement, alors seulement une seule, ou une (captive) que vous possédez, ce serait préférable, afin de vous empêcher de commettre l’injustice’’.

    9. "Coupez-leur la main" : Ce verset réclame un châtiment cruel et irréversible pour les voleurs, leur enlevant toute chance de réhabilitation, de s’améliorer en tant qu’êtres humains et de devenir plus tard un membre productif de la société. Le verset dit : ‘’Quant au voleur et à la voleuse, à tous deux coupez la main, en récompense de ce qu’ils se sont acquis, en punition de la part d’Allah. Et Allah est Puissant, Sage’’. Sans oublier que la sourate 5 verset 33 requiert que l’on coupe les mains et les pieds à ceux qui font la guerre contre Allah et Son Messager. Cette Sourate dit : ‘’La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager et qui s’efforcent de semer le désordre sur la terre, c’est qu’ils soient exécutés, ou crucifiés, ou que leur soit coupée la main et la jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés de la terre : voilà pour eux l’ignominie d’ici-bas ; et dans l’au-delà il y a pour eux un énorme châtiment’’.

    10. "Battez-les" : Ce verset conseille aux hommes de battre leurs femmes si elles ne leur obéissent pas. Il dit ceci : ‘’Les hommes sont les responsables des femmes (ont autorité sur elles), à cause de l’excellence d’entre eux qu’Allah a accordé, ainsi que de la dépense qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont celles qui sont dévotes, qui protègent, même ce qui est caché, ce qu’Allah a protégé. Et quant à celles dont vous craignez l’infidélité, exhortez-les, abandonnez-les dans leurs lits, et battez-les. Si elles viennent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles. Allah demeure, Haut, Grand, vraiment’’.

    OBSERVATION : Je conseille à tout musulman qui va me contredire ou tenter une autre explication sur ces 10 versets, d’aller relire son Coran et au mieux, de repartir se ré-inscrire dans sa médersa pour ré-apprendre encore plus.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 9 février à 15:34, par idi
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

      Tu complètement hors sujet, rien à voir avec le terrorisme ; évitons les amlagames et la stigmatisation ! Là, il s’agit plus des intégristes violents que tu attaque mais de l’ensemble des musulmans, y compris du monde entier. Aucun musulman responsable(et il y en a plein dans ce pays, et même en dehors) n’encourage la violence religieuse, a fortiori le meurtre gratuit.Très sincèrement, je pensais que Koro Yamyéllé que lisais était un respectable homme et non un déchet de ce genre...
      Cette manière de rabaisser la foi de l’autre ne va rien t’apporter ni personnellement, ni dans la résolution de ce fléau.
      Tu as déjà vu quelqu’un marier une fille non puberte ? et tu ne dénonce pas ? Donc t’es complice et dois être poursuivi.
      je regrette même de répondre car tu ne le mérite pas.

      Répondre à ce message

      • Le 9 février à 18:51, par Kôrô Yamyélé
        En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

        - idi, continue de me lire car ce que j’ai écrit ici n’est pas de moi. Dieu m’est témoin que je n’en suis pas l’auteur. C’est dans le Coran que j’ai sorti ces 10 versets puisque moi j’ai fait une lecture analytique et critique du Coran, de la Bible et de la Tora.

        idi tu vois ? Toi tu es prédisposé à l’intolérance religieuse et tu es si fragile que tu constitues une proie facile pour les recruteurs de djihadistes

        Par Kôrô Yamyélé

        Répondre à ce message

      • Le 10 février à 18:55, par homme
        En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

        Que pense le koro de ces écrits tirés d’un autre livre saint :

        Luc 19
        19.27 Au reste, amenez ici mes ennemis, qui n’ont pas voulu que je régnasse sur eux, et tuez-les en ma présence.


        Luc 22
        22.36 ..., que celui qui n’a point d’épée vende son vêtement et achète une épée.


        Deutéronome 20
        20.16 Mais dans les villes de ces peuples dont l’Éternel, ton Dieu, te donne le pays pour héritage, tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire.


        Nombres 31
        31.1 L’Éternel parla à Moïse, et dit :
        31.2 Venge les enfants d’Israël ...
        31.3 Moïse parla ... et dit : Équipez d’entre vous des hommes pour l’armée, et qu’ils marchent contre Madian, afin d’exécuter la vengeance de l’Éternel ...
        31.4 Vous enverrez à l’armée mille hommes ...
        31.5 On leva d’entre ... douze mille hommes équipés pour l’armée.
        31.6 Moïse envoya à l’armée ces mille hommes ...retentissantes.
        31.7 Ils s’avancèrent ...selon l’ordre que l’Éternel avait donné à Moïse ; et ils tuèrent tous les mâles.
        31.8 Ils tuèrent ....
        31.9 ...ils pillèrent ...
        31.10 Ils incendièrent toutes les villes ...
        31.11 Ils prirent toutes les dépouilles et tout le butin, personnes et bestiaux ;
        31.12 et ils amenèrent les captifs, le butin et les dépouilles, à Moïse....
        31.13 Moïse, le sacrificateur ... sortirent au-devant d’eux, hors du camp.
        31.14 Et Moïse s’irrita contre les commandants ...
        31.15 Il leur dit : Avez-vous laissé la vie à toutes les femmes ?
        31.16 Voici, ce sont elles qui, sur la parole de Balaam, ont entraîné les enfants d’Israël à l’infidélité envers l’Éternel, dans l’affaire de Peor ; et alors éclata la plaie dans l’assemblée de l’Éternel.
        31.17 ...tuez tout mâle parmi les petits enfants, et tuez toute femme qui a connu un homme en couchant avec lui ;
        31.18 mais laissez en vie pour vous toutes les filles qui n’ont point connu la couche d’un homme.

        Répondre à ce message

    • Le 9 février à 15:51, par SAA
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

      merci le kôrô Yamyélé, je suis froid rien qu’à vous lire. No comment

      Répondre à ce message

    • Le 9 février à 16:39, par Temps de l’action
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

      ce que les gens ne comprennent pas, c’est que ce qui est entrain de se passer au Burkina fait partie d’un projet géopolitique global pour l’Afrique de l’Ouest. pour mettre en oeuvre la partie Burkinabé du plan, il aurait fallu dissoudre une certaine unité d’élite, détruire notre système d’espionnage et de contre-espionnage, écarter certains hommes et embrigader le sommet de l’Etat. pour ce qui est de la radicalisation, le site coranix.free.fr vous permettra de comprendre que l’islam est une religion de paix

      Répondre à ce message

    • Le 9 février à 18:46, par JZD
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

      .
      Hey Koro, pourquoi n’avez-vous pas cité les prescriptions divines violentes, sur lesquelles s’appuient les extrémistes pour justifier leurs actions de sociopathes ? Lorsque je les ai citées, sur le forum d’un article du 17 aout 2016 sur le Congrès de l’OJEMAO, inituté "Extrémisime violent, la jeunesse musulmane sur le levier de la prévention", j’ai été vertement critiqué par des fondamentalistes, puis censuré, mes quatre posts ont été retirés, parce que soit-disant j’étais dangeruex pour la paix sociale prônée par l’OJEMAO. Merci la liberté d’expression. Je citais les versets 54 et 191 de la Sourate 2 (La Vache), les versets 89, 91 et 95 de la Sourate 4 ( les femmes), et le verset 5 de la Sourate 9 (Le désaveu ou le repentir), tous versets qui appellent au meurtre des associateurs, et je mettais aussi en question la traduction du Coran faite par les Sunnites en la comparant avec celle d’un linguiste, c’est ça qui a précipité la censure, mais ordonnée par qui ?

      Les versets que vous citez montrent que le Coran est contraire à la loi républicaine, notamment à l’égalité de genre prônée par notre Constitution. Ce n’est pas un fait nouveau, la façon qu’ont les femmes d’être traitées et doublement soumises : soumises à Dieu et à leur mari. Cela devrait suffire pour interdire le wahhabisme (voire l’islam) au Burkina Faso où la liberté de culte est soumise au respect de la loi (loi républicaine, pas loi coranique !) et au trouble à l’ordre public.
      Mais nous n’avons pas d’Etat, des fantoches seulement qui se couchent devant des associations islamiques quand justement nous aurions besoin d’un cadre législatif qui imposerait à chacun de prendre ses responsabilités, et aux "simples" musulmans de ne plus se laisser manipuler par les islamiques !
      Mais s’il vous plait, Koro, ne confondez pas foi musulmane (surtout les syncrétismes constitués avec l’animisme qui sont la base de la croyance musulmane d’Afrique de l’ouest) et croyances islamiques rigoristes, qui rêvent de la venue d’un islamisme au Faso.

      Répondre à ce message

  • Le 9 février à 13:44, par Franco de Gounghin
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Si le capitaine Thomas SANKARA vivait...Un bon président doit garantir l’intégrité de son territoire national.On ne doit pas permettre que des voyous, des mécréants, des violeurs et voleurs sans foi ni loi viennent chier sur notre territoire.ROCK aux commandes et à l’attaque ! Ces gens ne sont pas des musulmans. Prevenez rapidement l’implantation des djihhadistes au BF.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 13:51, par Amour de la Patrie
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    A attaque asymétrique, riposte asymétrique : 1) Décréter l’état d’urgence dans la zone à risque 2) Envahir massivement la zone. Pas un mètre carré sans agent de sécurité. Au besoin faire appel aux anciens CDR, aux SND militairement formés, aux dozos, aux koglowéogos, aux militaires retraités, à tout patriote volontaire.... 3) Fouiller toute maison, tout fourré, tout puit...... 4) Questionner tous les habitants, même les enfants 5) Mettre sous écoute téléphonique tous les habitants sans exception de la zone avec la collaboration des opérateurs téléphoniques. N’épargner personne : éleveurs, cultivateurs, autorités administratives, coutumières et religieuses, fonctionnaires, commerçants et même les ressortissants de la zone vivant ailleurs, etc..... 6) Maintenir cette présence massive pour permettre à la force conventionnelle de reprendre le contrôle de la zone. Cette riposte à la TOMSANK à l’avantage de terroriser les terroristes, de mettre en confiance les habitants, de permettre à la force conventionnelle de reconquérir sereinement la zone, de réinstaurer l’autorité de l’Etat.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 13:53, par Lakassèrè
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Très bonne alerte ! La situation est grave et il est temps de stopper cette avancée de l’extrémisme religieux dans notre pays. Je pense que ce ne sont pas seulement les zones frontalières du Mali qui connaissent ce phénomène. Les embryons de l’extrémisme religieux sont partout au Burkina. Il s’agit d’un combat national qu’il faut mener partout au Burkina et dans la sous région.
    A mon avis, la stratégie des auteurs s’appuie sur la communication pour le changement de comportement. Ils profitent aussi de la pauvreté et l’ignorance des populations pour les endoctriner. La solution à l’urgence serait donc de passer par la manière forte en déployant les forces de défense et de sécurité sur le terrain. La solution n’est pas dans la construction des infrastructures éducatives, sanitaires ou autres. Les auteurs de ce phénomène sont de fins psychosociologues et de fins pédagogues. Ils savent que pour aboutir à leur fin, il faut une transformation des mentalités de leurs groupes cibles. Donc quelles que soient les infrastructures qui seront construites, on n’arrivera pas enlever de leur tête ce qui leur a été enseigné. Il ne faut donc pas préférer les solutions conjoncturelles à celles qui sont structurelles.
    Pour anéantir ce phénomène, il faudra privilégier le patriotisme, les valeurs de solidarité, d’humanisme, de cohabitation pacifique dans nos programmes d’enseignement et d’éducation. Il faudra mettre l’Homme au centre de tout. Cultiver l’amour entre les êtres humains. Toute idée qui prône la ségrégation religieuse doit être bannie de nos sociétés. La tolérance religieuse ne signifie pas qu’il faut admettre tout ce qui est croyance même celles qui mettent en mal la cohésion sociale.
    En clair, je pense qu’il faut repenser les fondements de notre société d’aujourd’hui en la construisant sur des bases d’humanisme et non sur la base de croyances illusoires. Nos sociétés se sont construites et ont survécu pendant des siècles et des siècles sur la base des valeurs qui prônent l’humanisme et le patriotisme. Il faut donc combattre toute croyance religieuse qui fragiliserait nos relations humaines.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 14:19, par Ninja Choc
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Si l’Etat se comporte en Autruche, mieux, en mouton, que nos gouvernants ne soient pas étonnés d’une réaction de berger de la part de ces fous d’Allah !
    Vraiment, on est foutu seulement...!
    Un retour à l’époque des "opérations coup de poing" et on s’en-fout des discours " droits de l’hommistes" quand il va de la sécurité des populations.
    RMCK, jusqu’à quand vas-tu attendre avant d’agir ???

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 14:22, par la paix
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    je me demande qu’es ce qu’on appelle radicalisme ? voile integral, pantalon dépassant pas la cheville, barbe ? si on va se baser sur ça pour parler de radicalisme c’est grave. Celui qui commet un acte ignoble qu’il soit jugé sans parler de sa confession.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 14:29, par Lakassèrè
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Très bonne alerte ! La situation est grave et il est temps de stopper cette avancée de l’extrémisme religieux dans notre pays. Je pense que ce ne sont pas seulement les zones frontalières du Mali qui connaissent ce phénomène. Les embryons de l’extrémisme religieux sont partout au Burkina. Il s’agit d’un combat national qu’il faut mener partout au Burkina et dans la sous région.
    A mon avis, la stratégie des auteurs s’appuie sur la communication pour le changement de comportement. Ils profitent aussi de la pauvreté et l’ignorance des populations pour les endoctriner. La solution à l’urgence serait donc de passer par la manière forte en déployant les forces de défense et de sécurité sur le terrain. La solution n’est pas dans la construction des infrastructures éducatives, sanitaires ou autres. Les auteurs de ce phénomène sont de fins psychosociologues et de fins pédagogues. Ils savent que pour aboutir à leur fin, il faut une transformation des mentalités de leurs groupes cibles. Donc quelles que soient les infrastructures qui seront construites, on n’arrivera pas enlever de leur tête ce qui leur a été enseigné. Il ne faut donc pas préférer les solutions conjoncturelles à celles qui sont structurelles.
    Pour anéantir ce phénomène, il faudra privilégier le patriotisme, les valeurs de solidarité, d’humanisme, de cohabitation pacifique dans nos programmes d’enseignement et d’éducation. Il faudra mettre l’Homme au centre de tout. Cultiver l’amour entre les êtres humains. Toute idée qui prône la ségrégation religieuse doit être bannie de nos sociétés. La tolérance religieuse ne signifie pas qu’il faut admettre tout ce qui est croyance même celles qui mettent en mal la cohésion sociale.
    En clair, je pense qu’il faut repenser les fondements de notre société d’aujourd’hui en la construisant sur des bases d’humanisme et non sur la base de croyances illusoires. Nos sociétés se sont construites et ont survécu pendant des siècles et des siècles sur la base des valeurs qui prônent l’humanisme et le patriotisme. Il faut donc combattre toute croyance religieuse qui fragiliserait nos relations humaines.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 14:30, par Moi meme
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Même à Ouaga, on entend des paroles dangereuses qui à long terme, constitueront le ferment de l’intégrisme. Devant la cour de l’ école de mes fistons, il y a deux femmes qui vendent du jus et elles sont intégralement voilée. Le lendemain de la défaite des étalons devant l’Egypte, l’une d’elle a dit ceci en mooré : ce n’est pas étonnant cette défaite quand les gens confient tout à Jésus. une autre dame voilée mais pas intégralement, et qui achetait du jus pour son enfant, leur a dit que affaire de ballon n’a rien à voir avec la religion.
    Bonnes gens, dans certaines mosquées les discours radicaux sont tenus à des analphabètes qui les assimilent sont prêts à chasser leurs frères parce qu’ils ne sont pas de même bord religieux qu’eux.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 14:53, par yambia
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    POURQUOI C’EST MAINTENANT QUE Y A TOUT CA ? JE NE COMPRENDS PAS

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 15:24, par KALI FA
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Où sont passés Les kolgweogos ?

    C’est le moment d’aller au nord affronter les dihadistes. Il n’ y a plus de doute que la zone du nord est rempli de terroristes

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 15:47, par la paix
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    j’espère que koro a lu le tafsir (commentaire du coran) je parle pas de traduction. Les savants ont expliqué chaque verset à la lumière de la compréhension des pieux prédécesseurs.Si des versets sont ambigus pour vous demander aux savants du livre. Vous pensiez que assassiner peut convertir quelqu’un. Comment peut on faire sortir une personne des ténêbres à la lumière en l’assasinat. Ne soyons pas dupe.

    « Ô les croyants ! Soyez stricts (dans vos devoirs) envers
    Allah et (soyez) des témoins équitables. Et que la haine
    pour un peuple ne vous incite pas à être injustes. Pratiquez
    l’équité : cela est plus proche de la piété. Et craignez Allah.
    Car Allah est certes Parfaitement Connaisseur de ce que
    vous faites. » (Coran 5/8)

    « Certes, Allah commande l’équité, la bienfaisance et
    l’assistance aux proches. Et Il interdit la turpitude, l’acte
    répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte afin que vous
    vous souveniez. » (Coran 16/90)

    paroles du Prophète :

    « Quelles sont les meilleures de toutes les actions ?
    Réjouir le cœur d’une personne, nourrir celui qui a faim,
    aider celui qui est éprouvé, alléger le chagrin de celui
    qui est chagriné, et alléger les souffrances de celui qui
    est blessé. »
    (Boukhari)

    Quiconque est bon envers les autres, Allah sera
    bon envers lui. Soyez donc bon envers vos semblables,
    sur terre ; Celui qui est dans les cieux vous fera alors
    miséricorde. »
    (Abou Daoud, at-Tirmidhi)

    laisser passer svp

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 15:58, par L homme integre fache
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Il y a t il quelqu un pour reveiller le bebe gate qui dort tranquillement a Kossyam ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 16:18, par muri
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Islam = paix et amour, c’est ce que les musulmans s’évertuent à dire et je veux bien y croire. Seulement c’est également au nom du même islam que des actes de barbaries sont causés. alors question qui a raison et qui a tord ?? que font ceux qui pratiquent l’islam de paix pour convaincre les autres qu’ils sont dans le faux ?? les brebis galeuses sont dans votre camp (islam) ayez le courage de les combattre, menez des campagnes de sensibilisation faites des émissions à large diffusion pour enseignez le vrai islam l’amour du prochain à vos adeptes et ne vous contentez pas de vous offusquer dès qu’on indexe votre religion pcq ceux qui terrorisent que vous le vouliez ou non contribue à ternir ce à quoi vous croyez. merci

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 17:05, par Ka
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Une analyse réelle qui nous avertisse la destruction de notre beau continent par des fanatiques : et je dis merci à Tiga Sawadogo : Oui, Lorsque nous ne changerons pas la manière dont nous regardons les choses, les choses que nous observons changeront, disait Albert Einstein.
    Ceux qui ne se rappellent pas du passé sont condamné a le répéter. Que l’Africain se rappelle du laxisme de nos anciens qui se sont permis de vendre ou donner par générosité leurs frères et sœurs pour l’esclavage, et c’est ce qui se passe exactement au Burkina ou au Mali avec des musulmans radicaux qui se permettent de donner leurs propres frères, leurs enfants, et dominer leurs femmes pour les Djihadistes qui les envoient en enfer, comme nos ancêtres envoyaient leurs frères et sœurs pour l’esclavage. Nous vivons dans un éternel recommencement, malgré tout ce que nous avions vécu dans le passé, nous faisons toujours les mêmes erreurs comme si ces problèmes des traites d’êtres humains n’avaient jamais existé. On dit que l’être humain doit connaitre une situation afin d’en extirper les avantages. Ce qui sépare l’être humain de l’animal, c’est comprendre une situation. Mais c’est le contraire des personnes qui se confient aux musulmans radicaux comme des animaux à être envoyé à l’abattoir. Quand je regarde ces personnes qui remplissent les mosquées des Imams radicaux, je me dis de ce qui nous sépare de l’animal, c’est de savoir les avantages comme l’argent pour tomber dans une fournaise. J’ai lu plusieurs propositions des internautes de bonne foi sur cette analyse pour combattre les Imams radicaux et leurs seigneurs les Djihadistes : Des bonnes suggestions comme celle de mon ami Kôrô Yamyélé : Mais pour moi, toutes ces suggestions resteront comme une aiguille au font de l’océan. Le Burkina ne peut a elle seule faire quoi que ça soit dans sa région du Nord contre le mal : L’union fait la force, et pour moi, quelques chefs d’états se réveillent, comme le sommet du G5 pour le sahel, à sa tête un fou plus fou que les Djihadistes qui est le président du Tchad, encourageons les projets de ce sommet qui sont des projets a éliminer la reine de la termitière. Que tous les états de ce sommet y mettent le paquet en matériels, en espions, en ouvrant l’œil dans nos frontières et dans les milieux des mosquées des Imams radicaux, ici dans quelques années, ces loups et punaises dits Djihadistes deviendront des agneaux, et tolérants comme le demande le vrais Islam de paix.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 17:06, par FURIEUX
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    A mes freres burkinabes :<>. Nos ailleux se sont battus pour la liberte. ils ont gagne des combats en ont perdu d autres mais n’ont jamais abandonne.
    A mes freres Musulmans :<<Notre responsabilite est grande. Allons nous livrer la terre de nos ancetres a ces mecreants ? Et je ne parle pas que des terroristes. Je parle de tous ceux qui vivent au jour le jour avec nous. Qui se disent les plus pieux mais qui au font sont des diables. Je parle de ceux qui vous invite a vous renier vous meme sous pretexe de la religion.
    Je vous sais intelligents.
    Je vous supplie d ouvrir les yeux.
    Pourquoi l’arabie saoudite est l allie des Etat unis ?
    Pourquoi la jurdanie est restee en bon terme avec israel ?
    Pourqoi la turky veut entrer dans l Union europenne ?
    Et nous on nous dit de ne pas saluer notre voisin parcequ il est chretien.
    De manquer de respect a une femme, une mere parcequ elle n est pas voilee.
    SVP ouvrez les yeux.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 17:40, par Bakus
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Je suis inquiet face à ces mots d’ordre "à assassiner" comme solution de lutte contre le terrorisme. Cette forme de lutte glissera vers, des règlements de compte, la stigmatisation et toute autre chose contraire à la cohésion d’un peuple. A propos que devient le Mbdhp ? Depuis que le MPP est au pouvoir cet osc est devenue aphone, même face aux appels à ôter la vie !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 17:45, par kuuda
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Cheick SAWADOGO a fait un article avant gardiste de belle facture. Aux autorités réligieuses islamiques qui se reclament réligion de paix de réagir pour ne pas laisser ternir l’islamisme. Au lieu de se plaindre, prouvez le contraire. La sécurité et la défense doivent ouvrir l’oeil et le bon. Les multiples commentaires autour des articles sur la réligion doit alerter.
    Aussi, faut protéger la vie de ceux qui osent en parler/dénoncer comme Cheick SAWADOGO.
    Moi j’ai remarqué un phénomène qui prend de l’ampleur : les mendiants et les vendeuses ambulantes voilèes dans les débits de boisson deviennent de plus en plus nombreux. Paradoxe n’est pas ? Et pourquoi le nombre augmente. Je suis tenté de dire qu’ils sont en mission. Vigilance.
    Aussi, le terrain de l’ASECNA jouxtant le boulevard de la transition est en passe d’étre annexé. Mieux vaut prévenir que guérire.
    Webmaster, pardon, laisse couler.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 18:28, par Edrem
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Finalement, tout ne semble être qu’une question de volonté politique. Les lieux d’endoctrinement sont connus (mosquées spécifiques, villages, etc.), les personnes endoctrinées sont connues, les leaders de ces mouvements radicaux sont connus (ils ne sont pas seuls dans l’univers, ils ont certainement des familles qui peuvent les repérer). Si nous les "civils" avons des plans dans nos têtes pour en finir avec ces extrémistes, ce n’est quand même pas ceux qui sont formés pour cela qui n’ont pas d’idées (certains ont été dans de grandes écoles de guerres, d’autres ont participé à des colloques et rencontres importants). Si c’est le cas, c’est qu’il y a un problème quelque part, et qu’il y a péril en la demeure.

    Le radicalisme religieux va grandissant, que ce soit dans les villages les plus reculées, que dans les villes. La situation actuelle était prévisible, car très visible (qui n’a jamais croisé dans des villages des êtres à part vêtus de tout blanc, à l’allure bizarre et rejetant les autres ? Qui n’a jamais croisé des vagues de femmes toutes de noirs vêtus ou plutôt couvertes entièrement venant de lieux communs ? ). Il s’agit d’une situation qui s’est construite avec le temps, mais qui était certainement négligée par "tolérance".

    Si depuis lors, on a jamais eu l’idée au plus haut niveau d’infiltrer des agents dans ce type de mouvement ou dans les nombreuses rencontres d’islamisation ou d’évangélisation qui se tiennent désormais ça et là, c’est qu’il y a problème. A moins que les agents secrets n’aient finalement été eux-même embrigadé.

    Nos autorités doivent reprendre le contrôle total du pays, et pour cela des solutions sont bien là. Construisez des écoles, encadrez les enfants (et les adultes), apprenez leur ce que vous voulez pour le pays. Sinon d’autres personnes le feront et à nos dépends. J’ai toujours prôné que l’éducation soit la "première priorité" de tout programme politique. L’école doit être présente partout dans le pays, afin d’éviter que les enfants ne soient récupérés pour autre chose. Nous devons éduquer nos enfants selon nos préceptes et non ceux des terroristes et autres. A défaut, si nous avions même encouragé l’éducation traditionnelle, celle de nos ancêtres, celle qui a fait de nous ce que nous sommes, nous n’en serions pas là.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 19:08, par moumini
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    les autorités burkinabés doivent réellement se penser sur cette affaire beaucoup plus sérieuses que tout.elles doivent sortir de leur silence et trouver par tous les moyens des solutions concrètes.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 21:10, par Lawaliaf
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    L’heure est grave mais l’Etat est absent ! Ces poisseux politiciens ne nous attirent que malheurs et drames depuis leur accession au pouvoir ! Pire ils préparent les prochaines élections !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 21:27, par Coulibaly Junwel
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    .
    Merci, Monsieur Tiga Cheikh Sawadogo, d’être allé "là" où les intellectuels ne veulent pas se rendre, sur le terrain des dérives islamiques, à part "votre serviteur" à qui on ne laisse désormais plus droit à la parole (sur ce site) depuis qu’il a mis en évidence l’incivisme inhérent à un islam qui préfère l’intolérance et une "liberté" qui ne prend pas en compte celle des autres confessions.

    Ces intellectuels prétendent que Faso.net n’est pas le lieu pour dénoncer les dérives religieuses. Votre article est la preuve qu’ils ont tort, et qu’ils feraient mieux de s’investir, eux aussi, chacun à leur manière, dans la nécessaire lutte contre les divisions qui nous mèneront tout droit à un islamisme si on n’y met pas chacun du sien, puisque que l’Etat semble ne pas être concerné !
    Coulibaly Junwel

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 23:28, par Ishaq
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    A ceux qui sont effrayes en voyant des femmes avec le voile integral et ne sont pas efrayes en voyant des femmes marcher nues (mal habille, colants...), je leurs conseille de quitter le pays la si ca ne les plait, parceque le BF est pays laique a majorite d’ailleur musulman. Qu’on se comprenne et que ca soit bien clair : tout comme des femmes peuvent marcher nues et des hommes mal habilles avec des pantalons descendus laissant les fesses au dehors sans que ca ne vous derange, les femmes voilees et les hommes qui ont laisse leur barbe ou en boubou ne devraient pas non plus vous deranger

    Répondre à ce message

    • Le 10 février à 07:41, par Traoré
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

      Hors sujet. Interviens sur le sujet au lieu de nous balader si des choses qui ne sont pas l’objet de l’écrit.

      Répondre à ce message

    • Le 10 février à 08:49, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

      - Ishaq, pour quoi tu dis ces choses ? C’est toi et tes femmes voilées qui allez foutre le camp de ce pays et nous laisser. Bande d’abrutis que des Wahhabia (WahhaBITES) ont converti. Ceci étant pourquoi tu exiges que tes femmes se voilent intégralement ? Certainement que tu es jaloux ! Laisse-les jouir un peu de la vie ! Laisse-nous admirer leurs rondeurs comme tu le fais avec les nôtres que nous n’avons pas voilé ! Si on ne les admire pas parce que complètement enveloppées, comment on va les sourire à plus forte raison les parler dans la rue ? Toi aussi ? Ishaq, tu es un égoïste ! Tu voiles tes femmes pour qu’on ne les regarde pas et toi tu regardes les nôtres non voilées ! Dieu n’aime pas ça et il va te punir pour cette forfaiture ! Et puis quand tu iras devant Dieu pour t’expliquer, ta longue barbe ébouriffée et rougie au henné sera d’abord taillaidée, puis arrachée poil par poil et tu hurleras de douleur ! Parole sainte du Kôrô Yamyélé que tu dois écouter au lieu de te faire endoctriner.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

  • Le 10 février à 08:34, par monsieur K
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    La deliquessence de l’autorité de l’Etat a pour corrolaire ce genre de pratique. Tant qu’on va chercher a opposer autorités deconcentré a autorité decentralisé ca va donner ca. On ferai mieux de renforcer les circonscriptions administratives pendant qu’il est temps. Ouaga peut pas tout voir.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février à 11:39, par VOIR LOIN
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Quand je vous lis chers compatriotes, j’ai la chair de poule car vous semblez oublier que les fils et filles de ce pays ont toujours vécu en bonne intelligence depuis des siècles. Même quand les politiques instrumentalisaient les religieux en les divisant, ces derniers ont toujours été interpellés par le CERFI sur le risque que cela pouvait avoir dans un avenir proche. Aujourd’hui, certains commentaires disent que le CERFI voit mais préfère se taire. Oui le CERFI va te taire car vous qui l’interpellez aujourd’hui, l’avez traité de vouloir mettre le feu au pays quand il sortait un écris. Étant entendu que vous en savez plus sur l’islam dites-nous comment doit-on résoudre l’avancer de l’extrémisme violent qui n’ai pas seulement les tueries mais aussi il y’ a l’extrémisme par la parole dont beaucoup de burkinabè en général et des internautes en particulier sont passés maître. J’invite tout le monde à prendre du recul et à lire attentivement les commentaires vous rester sans voie. Et aujourd’hui, laissez-moi vous dire que vous donnez exactement à ces terroristes ce qu’ils veulent la haine d’autrui et si on y prend garde, nous les remplaceront en se faisant du mal à nous-mêmes. La meilleure posture c’est tous ensemble contre le terrorisme.
    Qu’ALLAH protège les fils et filles du Faso et que Dieu bénisse et protège le Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février à 12:10, par kouadio
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Heyyyyyeeyyy ! Burkina Faso, réveille toi vite ! J’avais mis en garde contre ces OSC qui ont travaillé avec l’ennemi extérieur pour affaiblir l’autorité de l’état. Petit à petit ils ont ATTEINT LEUR OBJECTIF. Tous ces voyous, voleurs, bagnards qui ont profité de l’insurrection et qui se sont enrichis en un temps record sont comptables de ce qui arrive au Burkina aujourd’hui. le peuple, le Vrai ne va pas les rater !
    Tous ces ’’presimetre, vaurienmetre, dihadimetre...’’, j’en passe nous mènent où ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 février à 12:17, par Dieusauve
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Les versets du Coran qui
    commandent de tuer
    4.89 : « Ils voudraient qu’à leur instar vous sombriez dans la mécréance afin que vous en soyez au même point (sawâ’) qu’eux. Ne les prenez pas pour alliés tant qu’ils n’auront pas émigré pour la cause de Dieu et s’ils se détournent, emparez-vous d’eux et tuez-les où que vous les trouviez. Et ne les prenez ni pour alliés ni pour partisans ! »
    4.90 : « [tuez-les où que vous les trouviez] à l’exception de ceux qui visitent une tribu (qawn) à laquelle vous êtes liés par un traité ou de ceux qui viennent vous trouver le cœur serré à l’idée de vous combattre ou de combattre leur tribu ; si Dieu l’avait voulu, Il les aurait rendus maîtres de vous et ils vous auraient combattus. Aussi, s’ils vous évitent, ne vous combattent pas et vous offrent leur soumission, Dieu ne vous permet pas de leur témoigner de l’hostilité. »
    A partir de cette traduction littérale et d’une lecture réfléchie des versets cités ci-dessus, il apparait clairement que l’ordre de tuer est contraint et conditionné à certaines circonstances particulières. Normalement, les versets du Coran doivent être compris dans un certain contexte. Lu hors de ce contexte, le sens est alors faussé. Les Chrétiens ainsi que d’autres antagonistes de l’Islam interprètent le Coran de manière erronée et déformée, car ils ignorent le contexte des versets et ils le font soit par négligence pure, soit par dissimulation délibérée. Par contexte, nous entendons le sens commun dérivé d’un groupe de versets. Au lieu de prendre un verset et de le citer hors contexte, la procédure correcte consiste à examiner les versets se trouvant avant et après dans le but d’obtenir une signification correcte de ce que dit réellement le Coran. En second lieu, pour comprendre certains versets complexes, il est nécessaire que le lecteur recoure à des commentaires officiels et authentiques du Coran.
    Nos amis non-Musulmans doivent aussi réaliser que le Saint Coran contient des principes fondamentaux et généraux sur la façon de gouverner, le culte, les transactions et ainsi de suite. Mais les détails sont fournis par les hadiths du Prophète Muhammad (salallâhou ‘alayhi wassalaam). La raison de cette diversification est de veiller à ce que la nation Musulmane ne se limite pas au Saint Coran pour être guidée, mais intègre également les Hadith (ou traditions du Prophète). Ainsi, le Prophète Muhammad devient une figure de proue majeure dans l’Islam et une personnalité qui doit être vénérée.
    La parole du Prophète Muhammad (c.-à-d. ses Traditions) a été tenue à l’écart et séparée de la Parole de Dieu (c.-à-d. Le Coran) afin de mettre en évidence la grande différence entre la Parole Pure de Dieu et la parole de l’homme, contrairement à la Bible qui contient un mélange de la Parole de Dieu et de la parole de l’Homme. Finalement, il devient difficile de faire la différence. Le système Islamique a protégé les Musulmans afin qu’ils ne tombent pas dans le même piège.
    Dans les versets se trouvant ci-dessus, il y a plusieurs indicateurs qui montrent clairement le contexte et l’application du sens transmis. L’explication qui suit va éclairer ce fait :
    1. Ces versets ont été révélés à Médine, après que le Messager d’Allâh ait posé les fondations du nouvel Etat Musulman. C’est dans le contexte de ce jeune État Islamique (NDT : ici on parle d’un vrai Etat et non d’un groupuscule de barbares sanguinaires ayant usurpé cette appellation) que les versets ci-dessus ont été révélés. Par conséquent, le premier principe qui apparait est que ces versets sont adressés à l’Etat Islamique et non à des Musulmans individuels. Toute personne intelligente comprendra que le pouvoir donné à un Etat ou à l’administration est beaucoup plus ferme, global et étendu que celui dont jouit un individu. Cependant, même dans ces règles, l’Etat Islamique n’a pas reçu carte blanche pour tuer les non-croyants selon ses quatre volontés, comme cela sera ensuite expliqué.
    2. La partie « tant qu’ils n’auront pas émigré pour la cause de Dieu » nous donne une autre indication de l’application de ce verset. Le verset ne peut pas se référer à des non-Musulmans car la migration dans le sentier d’Allâh n’est pas un acte que peuvent faire les mécréants ou les non-Musulmans. Nulle part dans le Saint Coran il est demandé aux non-Musulmans d’émigrer ou de quitter leur ville natale pour le bien de l’Islam. Il est donc évident que « tant qu’ils n’auront pas émigré pour la cause de Dieu » fait référence à des gens qui prétendent être Musulmans. Ceci fait référence aux hypocrites, c’est-à-dire les gens qui proclamaient extérieurement être Musulmans, mais qui intérieurement ne l’étaient pas. Ils étaient parmi la communauté Musulmane des imposteurs et des espions, présents pour semer la zizanie et créer des conflits. Ces traîtres se sont également rendus coupables d’inciter d’autres communautés et nations à attaquer les Musulmans, comme cela mentionné dans plusieurs livres d’histoire. Le verset avant celui-ci, qui est le verset 88 stipule clairement : « Qu’avez-vous donc à vous scinder en deux partis au sujet des hypocrites …….? » Le contexte de cette section du chapitre nous montre clairement que le verset 89 fait référence aux hypocrites et non pas aux non-croyants comme les Juifs, les Chrétiens ou Arabes païens.
    3. Le verset 89 dit : « et s’ils se détournent, emparez-vous d’eux … » Cette instruction signifie que si ces hypocrites, après avoir embrassé la foi Islamique, renoncent à la Religion et se rebellent contre la communauté Musulmane, alors ils doivent être saisis, c’est-à-dire arrêtés, puis tués. Mais la mise à mort ne prend pas la forme d’une exécution sommaire. Les commentaires stipulent qu’ils seront arrêtés, jugés, et [seulement] si reconnus coupables, exécutés. Ils seront exécutés car ils auront commis le péché impardonnable de trahison, qui, dans tout Gouvernement ou Pays est un crime grave puni de mort. Cette loi s’applique à l’Etat Musulman et n’est pas une autorisation faite à tout Musulman d’aller tuer librement les non-Musulmans. N.B : rentrez dans Google et saisissez le titre ci-dessus. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 07:27, par Le point
    En réponse à : Extrémisme religieux : Ces zones du Burkina Faso qui se radicalisent en silence !

    Tant que des chrétiens vont vouloir imposer leur vision du monde aux musulmans et vice versa il n‘y aura jamais de Paix nul part dans le monde. Soyons tout simplement réalistes. Un musulman obeit à sa foi d‘abord avant d‘obeir à l‘Etat. On n‘y peut rien.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés