An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

LEFASO.NET | Par Oumar OUEDRAOGO • mardi 7 février 2017 à 23h36min

L’Opposition politique, regroupée au sein du Chef de file de l’opposition politique au Burkina-Faso (CFOP-BF) qualifie l’An du régime actuel d’« année perdue pour le Burkina ». C’est ce qui ressort du mémorandum de l’institution, présenté au cours d’une conférence de presse tenue ce mardi, 7 février 2017 à son nouveau siège sis au quartier « zone du bois », de Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

Le mémorandum, volumineux d’une soixantaine de pages, scrute les douze mois du régime Roch Kaboré à travers sept grands axes à savoir, « Le leadership du président du Faso », « une gouvernance politique chaotique », « des domaines régaliens en jachère », « la gouvernance économique », « la gouvernance administrative », « les ratés de la gouvernance locale », « les échecs sectoriels patents ».

Pour le porte-parole du CFOP-BF, Zéphirin Diabré, un an après, il y a suffisamment d’actes pour justifier un jugement.

Dans la première partie, « le leadership du Président du Faso », l’opposition estime qu’une année après son accession au pouvoir, Roch Kaboré éprouve du mal à incarner son leadership avec en sus, un pourvoir qui n’a toujours pas dit aux Burkinabè, son ambition pour le Burkina. « Le Burkina est donc piloté à vue, balloté au gré des évènements et soumis à une gestion qui donne plus la place à la réaction qu’à l’action », affirme le porte-parole de l’opposition, Zéphirin Diabré.

Selon Zéphirin Diabré, les Burkinabè attendent toujours une rupture avec le passé, un vrai changement dans la gestion du bien public et la justice. Pour l’opposition, le Président du Faso « se doit d’être le Président de tous les Burkinabè, donc celui qui doit cicatriser les déchirures nées de l’insurrection et rassembler notre peuple. Cela ne peut se faire sans clarifier courageusement le sort des vaincus d’octobre 2014. L’exclusion du jeu politique de certains acteurs semblant profiter au parti MPP, des Burkinabè se demandent si le non jugement des dossiers pendants n’est pas fait pour continuer à capitaliser au maximum et au profit du nouveau-ancien pouvoir, cet avantage mal acquis. En effet, le MPP partage le même électorat que le CDP. Plus les ténors du CDP seront absents du jeu politique, plus le MPP continuera de siphonner cet électorat ».

Pour les 33 partis politiques que compte en ce moment le CFOP-BF, le fait que de nombreux leaders politiques burkinabè soient toujours en exil pose, malgré tout, un problème certain pour la stabilité du pays. « La résolution de ce problème exige donc des actes forts dont on ne voit jusque-là aucune trace », déplore le mémorandum. Dans le même chapitre, l’opposition cite un manque évident d’anticipation qui, selon elle, s’exprime entre autres par la façon de traiter le front social, le flottement dans la réorganisation de l’Etat-major général des Armées et l’annonce, il y a plus d’un mois maintenant, du remaniement ministériel (annonce qui a plongé depuis lors, l’administration dans une léthargie).

Un autre aspect dans le compteur du passif est ce qu’elle a perçu et qualifié de ‘’tricéphalisme devenu affrontement’’ qui s’est manifesté dans la mise en place du gouvernement et les prises de positions sur les grands problèmes du pays. « Désormais, c’est à un affrontement à peine feutré que les ténors du MPP se livrent, le parti étant plus que jamais divisé en clans dont on voit l’animosité se manifester à tout bout de champ… », lit-on dans le document de diagnostic. Et de citer les affrontements lors de la mise en place des conseils municipaux, des interventions du président de l’Assemblée nationale sur des actions du gouvernement, l’affaire des tablettes et du million aux députés dans laquelle le Président du Faso s’est désolidarisé du Président de l’Assemblée nationale, etc.

Dans ce qu’il a appelé « une gouvernance politique chaotique », le CFOP-BF décèle une confusion et une perte de l’autorité de l’Etat dans le fonctionnement des institutions. Aussi estime-t-il que l’animation de la vie politique par le MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, parti au pouvoir) est caractérisée par un divorce avec l’esprit de l’insurrection et une absence de leadership dans le débat politique.

Toujours dans cette partie, l’opposition juge « bancale », la coordination de l’action gouvernementale avec un « Premier ministre par défaut » (lenteur dans le choix de celui-ci, sa non-maîtrise du terrain, faiblesse d’autorité personnelle, inexpérience en matière de politiques publiques, etc.), une action législative empreinte de populisme (des lois et des actes qui posent problèmes à l’image de la loi portant allégement des conditions de passation de la commande publique qui est une remise en cause de la loi anti-corruption, etc.). A cette liste, s’ajoute la « gestion calamiteuse des rapports sociaux » (avec le comportement arrogant de certains membres du gouvernement dénoncés par leurs collaborateurs à l’image des ministres de l’économie et de la santé).

Au plan « des domaines régaliens en jachère », les Burkinabè attendent toujours le départ pour une vraie réconciliation nationale, des avancées dans les dossiers de crimes économiques et crimes politiques, une sécurité (émaillée par une incapacité à ‘’terroriser les terroristes’’, une communication catastrophique en la matière, une sécurité intérieure à l’abandon).

Au plan de « la gouvernance économique », l’activité économique est demeurée « morose » avec la faiblesse des crédits à l’économie en 2016 (1,2%), une dette intérieure qui atteignait encore en juin 2016, 58,9 milliards, une production en métal jaune (or) en baisse de 8,6% en 2016, un Plan national de développement économique et social (PNDES) soumis à des conditionnalités pas évidentes.
Sur « la gouvernance administrative », le mémo fait ressortir une administration qui manque de gouvernail, une administration « laisse guidon », marquée par des absences répétées, un laxisme dans le traitement des dossiers, la propension à l’affairisme.

Dans le volet dédié aux « ratés de la gouvernance locale », on lit entre autres la difficile mise en place des exécutifs communaux et régionaux tandis que sur les « échecs sectoriels patents », on relève la paupérisation galopante (la pauvreté qui a atteint des proportions inquiétantes ; un Burkinabè sur trois mange à peine une fois par jour, les prix des produits de première nécessité restent hors de portée de la grande majorité des populations, etc.), un système de santé publique pris en otage, un système éducatif dans un chaos persistant, etc.

Au terme du diagnostic, le CFOP-BF est parvenu à la conclusion qu’après un an de pouvoir, la déception est généralisée et l’espoir d’un vrai changement au Burkina s’éloigne.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 7 février 2017 à 23:47, par Noëlle sie
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    Le franc parlé de son excellence M.Zéphirin DIABRE fait de lui un vrai Homme intègre et joue pleinement son rôle de chef de file de l’opposition ( CFOP ) en critiquant bien sûr la mauvaise gouvernance du parti au pouvoir. Et bien sûr l’on se demande si réellement les élections passées dites de tranparence l’ont été vraiment !!!

    Répondre à ce message

    • Le 9 février 2017 à 08:25, par ives
      En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

      N’importe quoi !A-t-on vraiment besoin d’être élu président pour réaliser quelque chose pour son pays ?? Combien d’écoles votre cher zeph à construit dans son village à plus pour ne pas aller très loin et cela malgré ses comptes pleins à craquer ?? combien sont ces opérateurs économiques,ces citoyens qui offrent des infrastructures scolaires aux populations gracieusement.Les belles paroles on en mange pas

      Répondre à ce message

      • Le 9 février 2017 à 10:38, par Laurent
        En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

        Est ce le rôle d’un individu ou de l’état de gérer l’éducation.
        Son compte est plein et bien il a travaillé pour. Il a payé ses impôts. C’est ça qu’on doit prendre pour construire le pays.
        Sortez un peu de vos mentalités d’assistés. C’est de l’effort de tous qu’on se développe.
        Ce n’est pas le rôle d’une personne mais chacun du plus petit au plus grand doit contribuer.
        Tu as une connexion Internet et certainement un smartphone. Tu fais partie des privilégiés du Burkina. Tu possèdes plus que 80 % de la population. Sais tu que chaque jour des Burkinabè meurent pour 500 francs. Des enfants dorment dans la faim. Combien donnes tu pour aider ? Si tous les ressortissants de ton village cotisent ne pouvez vous pas construire une école, un CSPS etc.
        Si vous ne le faite pas est-ce qu’on vous en veux pour ça ? Non.
        Si vous le faîtes c’est bien. Si vous ne le faîtes pas c’est pas grave. Ce qu’on vous demande c’est de vous mettre au boulot et payer vos impôts plur contribuer au budget national. L’état se chargera de ses missions régaliennes.

        Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 08:36, par choco
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    Grand merci au CFOP-BF pour ce mémorandum j’invite les internautes d’éviter de faire des déclarations injurieuse dépourvue de toute analyse à l’image des inconditionnels du MPP. Nous sommes en démocratie et c’est l’argumentaire qui l’emporte sur les critiques. Le subjectivisme ne rime à rien. Moi personnellement sans pour autant être d’un quelconque parti politique je trouve vraiment réel tout ce que le chef de file de l’opposition a énumeré dans ce mémorandum. Maintenant il appartient aux militants ou aux dirigeants du MPP de nous prouver le contraire de ce qui est dit dans le mémorandum sans des propos injurieux. Norbert ZONGO disait que la violence est le premier signe de la faiblesse. Donc les MPPistes vous êtes averti si vous vous énervés cela traduirait la véracité du contenu de ce document qui est le mémorandum. Excellente journée

    Répondre à ce message

    • Le 8 février 2017 à 17:01, par TIRAOGO
      En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

      Choco, pas besoin d’insulter. moi je ne fait pas de politique mais j’observe que l’opposition manque de tolérance pour les gouvernants. Franchement, il faut quant même reconnaitre que ce gouvernement est entrain de réussir le challange, malgré les grèves tout azimut et les complots terroristes. On sent quand même que le pays redémarre. Je trouve que Malheureusement, Zéphyrin est perpétuellement en campagne politique et c’est mauvais pour le pays. Depuis la fin des présidentielles, Zéphyrin n’a jamais pris le temps de souffler. Toujour à l’affut de choses sans grand intérêt pour se faire remarquer. Ce serait bien que lui ses critiques soient objectives. A l’entendre, rien, mais alors rien ne va et moi je dit que c’est faux. Il y’a bien des avancées. SAUF POUR CEUX QUI CROIENT Q’UN DIRIGENT VIENDRA ET LES ALLIGNERA POUR PARTAGER L’ARGENT. IL FAUT QUE LES GES TRAVAILLENT. Ne vous laissez pas perturber par les politiques.

      Répondre à ce message

    • Le 9 février 2017 à 08:31, par ives
      En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

      Monsieur Choco,on mange mémorandum ??? qu’est ce que ce CFOP à fait comme réalisation pour ce pays ?? Réveillez vous,si quelqu’un se pointe devant vous pour vous faire croire qu’il peut finir les problèmes de ce pays en un an,fuyez parce que c’est le plus grand menteur du siècle.Les gens sont là à réveiller les problèmes de 1998,toutes les souris qui pouvaient pas chuchoter, aujourd’hui chantent et dansent et vous dites que c’est une année perdue ??

      Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 08:42, par Cheick Omar
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    Bonne analyse. Ce pouvoir, à peine arrivé est déjà sclérosé. Tout ce que les oiseaux de mauvaise augure prédisaient sont en train de se réaliser. La gestion de ce nouveau ancien pouvoir ressemble à un voleur qui, surpris par le butin, se fait prendre aussitôt, parce qu’il ne savait pas où cacher ce pactole et en disposer. Surpris et grisé par le pouvoir, le MPP ne sait plus quoi en faire, allant de tâtonnement en reculade ou renoncement en passant par l’amateurisme et le combat de chiffonniers. Reste à savoir si les Burkinabè vont enfin ouvrir les yeux pour savoir qu’ils ont été berné par des vendeur d’illusion. Mais ne dit-on pas que chaque peuple mérite ses gouvernants ?

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 08:59, par le courrier
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    vraiment le porte parole du chef de fil d l’opposition a bien vu il a fait des analyses objectifs de la situation nationale que vit notre pays .
    ou est passe la nomination ? QUI S OPPOSE A CELA ?
    L Éducation universitaire ratée dédoublement des année un ministre invisible sur le campus or Pr

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 09:17, par bod
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    Le cfop reprend encore sa chanson tant aimée. L’année 2016 est au fond une année gagnée. La réalité est que le pays est si pauvre que toute entreprise politique doit être bien mûrie, D’où donc ces hésitations somme toute normales. L’essentiel est de ne pas tergiverser pendant 27 ans comme l’a fait l’autre. L’essentiel est d’hésiter pour réussir de solides fondations. Quand il s’agit de petits deals à l’Assemblée, vos éléments prennent et vous n’en dites rien. Aucun signe de patriotisme engagé. Critiquer pour faire fuir les investisseurs, dénigrer, ne pas reconnaitre le mérite des gens est la pire des choses en politique. On oublie même que son tour arrive. Avec tous les acquis engrangés ( PNDES, loi 0814, dette intérieure...), vous affirmez que 2016 est perdue. Si c’est cela faire la politique, adieu... !

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 09:48, par hv
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique
    que vous inspire cette position du chef de file de l’opposition ?
    Voilà ce que devrait être le thème de commentons l’actualité du mercredi 8 février 2017.
    Au lieu de revenir sur les taxis qui rouleraient avec du gaz. Le délai à eux accordé est échu ; la police doit faire son travail.
    Vous, journalistes de la RNB, vous bottez l’actualité en touche et c’est bien dommage moi qui vous croyais maintenant libre de vos tonalités et lignes éditoriales.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 09:51, par hv
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique
    que vous inspire cette position du chef de file de l’opposition ?
    Voilà ce que devrait être le thème de commentons l’actualité du mercredi 8 février 2017.
    Au lieu de revenir sur les taxis qui rouleraient avec du gaz. Le délai à eux accordé est échu ; la police doit faire son travail.
    Vous, journalistes de la RNB, vous bottez l’actualité en touche et c’est bien dommage moi qui vous croyais maintenant libre de vos tonalités et lignes éditoriales.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 09:56, par max
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    Normale que zeph dit cela quand on est bas dans les sondages nous pouvons que sortir ablassé.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 09:57, par SAA
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    Si la honte tuait, certain en seront à leur Nième mort. ZEPH, moi à ta place, je me tairais simplement. Des tablettes, vous êtes très mal placé pour en parler. Le PF et le PAN, même étant du même parti peuvent et doivent avoir des avis divergents. je ne vous apprend rien. C’est à cause de vos critiques stérile que vous allez encore et encore perdre et reperdre les élections. Tout n’est pas rose certes, mais il y a du bon aussi dans la première année de gouvernance du PF.

    Répondre à ce message

    • Le 8 février 2017 à 10:28, par choco
      En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

      mon ami saa tu es evasif tu n’es pas précis dis nos exactement ce que ce pouvoir a fait de bon en 2016 ne t’énerve pas ici c’est l’argumentaire qui prime ou bien si tu n’es pas capable de nous fournir de bons arguments reste dans ton coin et tu ragarde car ce débat est trop fort pour ton niveau de comprehension c’est pour nous les intellos de ce pays ce n’est pas un sujet du grand marché ou encore d’un cabaret

      Répondre à ce message

      • Le 8 février 2017 à 10:53, par SAA
        En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

        merci à toi mon ami choco. Voyez-vous, je suis partisan des critiques constructives. le rôle de l’opposition aussi c’est de proposer des solutions par amour pour son peuple et non profiter de quelques ratés pour en faire tout un memorandum . Tu vois, tout le temps perdu pour nous relater certains faits puisé des oubliettes, c’est rien que du GACHI. Pour finir, permet moi de me répéter, tout n’est pas rose certes, mais il y a du bon aussi qu’il faut avoir le courage de relater.cordialement à toi.

        Répondre à ce message

        • Le 8 février 2017 à 18:16, par Moi Le Patriote Parfait
          En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

          SAA Laisse Zeph et tous ces assoiffés de chaos déverser leurs biles.
          Je valide tes propos, personne n’espère de Zeph et son CFOP controversé des applaudissements nourris à l’endroit du Gouvernement Roch. Mais il aurait fallu cependant dire ce qui est appréciable même si tant est que cela n’est pas suffisant face à l’océan des attentes cumulées 27 ans durant que nul ne pourrait solder en un an de gouvernance. Une opposition crédible se devait d’orienter l’opinion publique en lui fournissant des informations crédibles mais ne la déroute pas. Tenez un peu :
          - les acteurs de justice ont eu leurs émoluments augmentés qu’ils disent garantir leur indépendance jamais obtenue sous la 4e république
          - la loi 081 est venue corriger les injustices qui régnaient jadis entre Fonctionnaires et contractuels de la Fonction publique. Même ’sil y a des insatisfactions qui seront jugulées du reste, cela est moindre que la situation précédente.
          - La gratuité des soins, malgré certaines ratées fabriquées de toute pièce à travers la crise CAMEG pour plomber le projet, est un soulagement indéniable pour les femmes et les enfants de moins de 5 ans sur toute l’étendue du territoire national.
          - l’électrification des infrastructures scolaires et sanitaires lancé à Kienfangué ;
          - l’électrification des édifices publics projet dont le financement est bouclé chantiet=r en cours de démarrage ;
          - remplacement des lampadaires dans les rues de Ouaga et Bobo ( la circulaire et l’avenue Kouame N’Krouma sont bien lampantées aujourd’hui au bonheur des Ouagavillois,
          - le vaste chantier de construction d’écoles sous paillote, les amphi de l’Université Ouaga 1 Ouaga 2
          - le vaste chantier de reconstruction et de bitumage des axes routiers dits des greniers du Faso,sur le territoire national
          - les projets et programmes du PNDES largement arrosés d’intentions de financement jamais égalées
          - les opportunités d’emplois offertes aux jeunes caractérisées par la formation et l’octroi de fonds de démarrage...etc

          Rien ne vous empêchait de citer ces acquis du gouvernement ROCH qui sont pourtant perceptibles par le commun des mortels que vous tenter de perdre. Non je ne dis pas que tout est rose loin de moi cette affirmation. Mais vos critiques devraient offrir des pistes de solutions permettant de montrer à l’opinion que vous détenez la clé de la sortie du Faso de l’impasse des 27 ans de mal gouverne. Non vous avez préférez vous lancer dans des diatribes des réquisitoires et des élucubrations tendancieuses aux intentions malsaines et déstabilisatrices.
          Mêmes les actions du gouvernement pour la réconciliation nationale ne vous ont fait ni chaud , ni froid.

          Hooo opposant africain, que dis-je ? Burkinabè, si ce n’est moi, donc tout est mauvais. Quittez dans ça pour cultiver un esprit de réconciliation véritable car c’est de cela que notre pays a besoin au moment ou le terrorisme international nous oblige à revoir nos comportement quotidien afin de faire face à cette guerre asymétrique..

          Répondre à ce message

      • Le 8 février 2017 à 17:25, par RAWA
        En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

        choco, toi tu ne vis pas au burkina ? Tu veux qu’on te cite : telle chose a été fait, tel autre a été fait ? Nous on travaille, on n’a pas le temps. Mais si vous étiez vraiment des intello, vous n’auriez pas dit que le PNDES ne tient pas la route et vous aviez même prédit une catastrophe l’ors des négociations. Vous voyez que cela a été un succès éclatant. Moi, je dit que malgré les sabottages, vous allez voir ce qui va sepasser dans ce pays. moi je dit aux jeunes d e travailler. Le pays est bien actuellement pour les affaires. Ne vous laissez pas embrouiller par des "has been" comme les Diabré. il a seulement été l’un des premiers Burkinabè a avoir fait un master aux USA. Aujourd’hui, il y’a des milliers comme lui. Il cherche seulement le pouvoir a tout prix, mais maladroitement.

        Répondre à ce message

      • Le 8 février 2017 à 18:12, par Amadou
        En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

        Mr CHOCO continuer de rêver. Si vous croyez qu’on peut gérer un pays a coups de baguette magique !!! Seul Dieu est puissant et c’est lui qui peut créer a partir du néant. Rock ne peut changer le Burkina de place. Si Dieu veut mettre le Burkina en bordure de la mer il peut. Zephirin ne peut pas changer le Burkina en un an ? non. Peut il changer la mentalité des Burkinabè en un an ? Non. Peut il changer tous les fonctionnaires de l’état en militant UPC ? Non ? Il y a des militants UPC dans l’administration . C’est Celui qui est au bord de la piste qui sait très bien danser. Pendant que Rock est entrain de changer les 4000 écoles sous paillotes vous êtes a la critique facile. Ces 4000 villages vont voter pour le MPP en 2020. A vos marques pour les campagnes c’est mieux . Ce qui est sur La fin du mandat de Rock c’est en 2020. Vous critiquerez pour rien si vous ne travaillez pas pour votre vrai changement

        Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 10:57, par Tamnéré
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    Merci beaucoup à l’Opposition pour cette belle analyse de l’An I du pouvoir du MPP. Voilà le rôle d’une opposition, d’une vraie opposition. Cela permettra à la majorité de bien revoir sa copie pour le bonheur de la population. Longue vie aux partis animateurs du CFOP.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 10:59, par Agent de santé
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    Les points de revendication du Syndicat National des Travailleurs de la Santé Humaine et Animale(SYNTSHA) dans le cadre de leur grève du 10 février 2017 relèvent essentiellement des promesses non tenues du ministre de la santé Smaila Ouédraogo. La question des Etablissements Publics de Santé(EPS) et autres doléances sont toutes des points pour lesquelles le ministre avait promis des solutions en 2016.Il n’a pas respecté ses engagements et pire, il tente de diviser le SYNTSHA. L’une des préoccupations repose sur le conflit que crée le ministre entre le CHU Yalgado et l’hôpital de Bogodogo. Sous les deux ministres qui ont précédé Smaila Ouédraogo, en l’occurrence Léné Sebgo et Amédée Prosper Guiguimdé,le gouvernement avait admis que l’hôpital de district de Bogodogo soit aménagé pour servir d’un second pôle du CHU Yalgado pour désengorger cet hôpital historique de référence et permettre sa reconstruction et sa modernisation. C’est ainsi que des équipements à coups de milliards ont été acquis pour une répartition entre Yalgado et son pool de Bogodogo. Une partie des services médicaux spécialisés de Yalgado devait être transférée à Bogodogo.Mais le fougueux ministre Smaila Ouédraogo fait fi de tout cela et a monopolisé le matériel acquis pour Bogodogo, délaissant ainsi Yalgado. Entre nous praticiens de la santé, nous disons que cette attitude anarchiste du ministre de la santé vise à déshabiller X pour habiller Y sur fond d’animosité et de règlements de comptes car, le ministre a une haine viscérale contre le SYNTSHA et certains de ses militants actifs. Il tente même d’affecter certains personnels de santé de Yalgado à Bogodogo sur la base d’affinités politiques, régionalistes et de ses clubs d’amis. Tous ces faits anormaux de gestion chaotique du ministère de la santé se déroulent dans un silence incompréhensible du Président du Faso et du Premier Ministre comme si les autorités ne prennent pas soin d’examiner les situations dans leur réalité. En 2016, les ministères de la santé et des Finances ont été constamment en ébullition du fait d’un certain pilotage à vue et d’un autoritarisme désuet de leurs premiers responsables. La situation perdure en ce début 2017.On ne doit pas continuer à hypothéquer le développement du pays par la faute de gens qui ne savent pas diriger un département ministériel.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 11:01, par Tamnéré
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    Merci beaucoup à l’Opposition pour cette belle analyse de l’An I du pouvoir du MPP. Voilà le rôle d’une opposition, d’une vraie opposition. Cela permettra à la majorité de bien revoir sa copie pour le bonheur de la population. Longue vie aux partis animateurs du CFOP.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 11:14, par SIDNABA
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    J’ai vraiment honte de cette opposition UPC/CDP/ADF RDA qui a dirigé le Burkina pendant 27années et qui subitement aujourd’hui constate que le Burkina n’avance pas et ne se développe pas. On appelle cela de la malhonnêteté intellectuelle en politique. C’est dommage pour des "intellectuels" qui auraient au moins pu reconnaître que la démocratie dont ils profitent aujourd’hui relève de l’insurrection et du pouvoir MPP actuel. Des insuffisances certes, il y a en eu et il y en aura c’est inévitable. Mais dire que le pouvoir MPP n’a rien fait en une année relève simplement de la malhonnêteté intellectuelle et politique. Ce n’est pas par de telles mensonges grotesques qu’on pourra conquérir le pouvoir en 2020. Du reste, c’est pas évident que si l’UPC était au pouvoir, elle ferait mieux que le MPP et cela après deux années de crise économique et politique. en outre, je voudrais savoir où étaient ces partis du CFOP actuel (UPC, CDP, ADF/RDA, etc.) quand le Président Blaise Kouassi a régné comme un roi monarque pendant 27 années sur le Burkina ?
    Burkinabè, soyons plutôt positifs et surtout démarquons nous de ses vendeurs d’illusions et travaillons très dures individuellement et collectivement pour créer de la richesses pour faire avancer notre cher FASO. Aucun parti politique sans le peuple Burkinabè ne pourra développer tout seul le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 11:47, par Un citoyen
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    C’est quand même curieux que dans un tel exercice il n’y ait rien de positif !!!!! L’opposition joue son rôle, ce qui est très bien, mais elle doit éviter d’être totalement négative comme on le lit à travers cet article. Ce n’est pas possible qu’il n’y ait rien de positif !!!!!Évitons de telles attitudes si l’on veut vraiment cultiver la paix entre filles et fils d’un même pays. Pour ma part, tout n’est pas rose et ne sera jamais rose en si peu de temps pour tout le monde, mais je crois bien qu’il y a des signes indicateurs permettant d’espérer des lendemains meilleures pour le Burkina. Je me garde d’en citer car ce qui est bien pour moi ne l’est pas forcément pour autrui ; mais je suis persuadé que tout ne peut pas être négatif. N’oublions pas que la critique est facile et l’art un peu plus difficile. L’insurrection a ouvert la voie mais allons avec précautions !!!!!Que l’opposition apporte ses bonnes idées à ceux qui gouvernent pour l’intérêt des Burkinabé !!!! Prudence est mère de sureté dit on !!!!!On ne peut pas refaire le Burkina au goût de tous ses fils en si peu de temps !!!!! Les hommes politiques doivent, à tout prix éviter d’enflammer le Burkina !!!!
    Que Dieu continue de bénir le Burkina Faso et son peuple courageux !

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 12:16, par Zas
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    Préparez seulement "Zeph 2020". On va les balayer mais cette fois ci, ce sera par les urnes et par la rue.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 12:25, par ZP
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    Selon moi il faudra que l’opposition reflechisse d’avantage parce que le pays n’a pas seulement besoin de critiques,il a aussi besoin de solution et des techniques d’ameliorations. Alors si elle est apte pour les critiques, elle doit egalement etre apte a proposer des solutions. Opposition et Regime au pouvoir sont tous sur le territoire Burkinabe. La population Burkinabe vous suit pour la bonne marche du pays et non pour observer vos conflits. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 12:46, par ocm
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    Merci au CFOP pour cette analyse qui laisse apparaitre des faiblesses et des incohérences à leurs images. C’est bien de critiquer, mais c’est mieux de dire la vérité dans nos critiques et ce pour nos enfants qui grandissent à notre image.

    Faites des propositions concrètes au lieu de se lamenter car ceux qui vous écoutent font aussi des constats et des analyses. Faites la différence entre le peuple et l’opposition car des citoyens qui ne partagent pas vos positions, il en existe.

    Libre à vous de vous opposer, liberté aussi aux autre d’avoir une position autre que la vôtre. Travaillez à être fort si non plus fort que Salif Dialo. Le peuple à fait un choix et ce pour cinq ans. Attendez votre tours car ainsi fonctionne la démocratie.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 13:03, par BMP
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    Qu’auriez vous fait à leur place dans un contexte si difficile ! Pour ma part, je reconnais et mesure à sa juste valeur l’effort fait par le Président Rock Marc KABORE et sa suite. "L’être humain n’est jamais 10". Prions afin que Dieu tout puissant et miséricordieux leur donne la clairvoyance nécessaire pour conduire le pays à bon port.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 14:16, par MAXWELL
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    Pour être objectif, il faut dire ce qui n’a pas marché mais même si cela fait mal, il faut apprécier également ce qui a marché. Malgré tous les obstacles qui ont été volontairement ou involontairement mis sur le chemin de l’action gouvernementale, le Burkina a malgré tout enregistré un taux de croissance. Le PF ne fait pas des actions d’éclat pour faire plaisir à ses détracteurs. Il est concentré sur la réalisation du programme pour lequel 53% des burkinabé lui a fait confiance. Zéphirin Diabré est économiste non ? Il sait comment faire une analyse objective. En nous donnant des chiffres sur les 3 dernières années(2014 à2016). Pour chaque indicateur du développement qu’on nous donne le taux en 2014,2015,2016 pour nous permettre d’apprécier de manière objective les tendances. En attendant cela épargnez nous vos commentaires du genre ’’Le pays va mal’’.(Le disque est rayé) Je dirai plutôt que la situation du pays s’améliore lentement mais sûrement.Vous savez que si le PF était chef de file de l’opposition vous ne l’entendrez jamais dénigrer sur les médias l’action du parti au pouvoir et c’est pour cette sagesse et pour sa force de caractère à encaisser en bon chef sans jamais rendre la monnaie qui a entre autre convaincu les Burkinabé.
    Quant au 1er ministre, la brillante conduite du PNDS et les résultats engrangés parlent d’eux même. Les partenaires sociaux ne font pas confiance à un pays par hasard. C’est sur la base d’une étude rigoureuse menée surtout sur la gouvernance du pays qu’ils s’engagent. Du reste le 1er ministre a été choisi par le PF pour conduire son programme politique. Soyez sûr que si le taux d’exécution était en deçà de celui attendu le 1e ministre ne serait pas à sa place. Rendez-vous en fin 2017 pour apprécier l’an 2 du gouvernement RMCK.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 15:17, par Minute
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    Ce qui est très intéressant dans tout ça, c’est que le CFOP joue pleinement son rôle : celui dévolu à une opposition politique. Tout est peint en noir même si il y a de l’or. Dans une opposition de ce type où des alliés de circonstance se retrouvent non pas par couleur politique mais par le simple fait d’être tous battus à l’élection présidentielle, on est tenté de se poser des question sur la sincérité d’une telle alliance. M. DIABRE dit "Notre rôle n’est pas de trouver des circonstances atténuantes à cette gestion du pouvoir. Ce qui est sûr, c’est que si nous étions à leur place, nous aurions mieux fait". On dit souvent que "celui qui est assis, sait bien danser". Il suffisait de voir ses hésitations lorsqu’il s’était agi de demander la démission de Blaise Compaoré pendant qu’il dirigeait le CFOP au cours de l’insurrection ! Il a fallu d’être tancé pour revenir à la raison avec un ton laconique. Nous l’avons suivi. Est-ce un tel personnage peut-il se prévaloir d’un meilleur dirigent pour notre pays ? Notre opposition se retrouve dans une situation où elle n’a pas autre chose que de dénigrer, de salir. Et toute honte bue, le refrain est tout trouvé : "C’est comme au temps de Blaise Compaoré". Cette phrase, on l’entent à toutes les sorties de l’opposition. Pourtant, je pense que tout n’a pas été mauvais dans la gestion de Blaise ! Autrement dit, le chef du CFOP devrait en être complice. A mon avis, à moins d’être méchant et mal intentionné, un être sincère ne peut occulter ce qui se fait et qui a fait l’objet du bilan de l’an 1 du pouvoir MPP malgré la situation que les forces du mal nous a servi depuis la prise du pouvoir du nouveau régime. Une démarcation fondamentale s’est opérée avec le pouvoir de BC : d’abords, ce pouvoir n’est pas un pouvoir sanguinaire. l’humanisation du pouvoir est telle que les gens vont et viennent sans être inquiétés ; ensuite, la démocratie est en marche avec une expression plurielle ; ce qui permet à des gens de s’en servir abusivement au point même de vouloir insulter le PF. Au temps de Blaise, je ne pense pas que cela pouvait être possible. Aujourd’hui, personne n’a peur de s’exprimer et donner son opinion et de se méfier des à-cotés même de sa propre femme.ça, c’est une avancée significative. ce qu’on peut regretter, c’est souvent ces revendications qui se transforment en djandjouba dans certains ministères au point de perturber, et le ministère concerné et les autres autour. Chacun a la liberté de manifester, mais souffrez que les autres aussi doivent eux aussi jouir de leur liberté. La bourse du travail est fait pour les grèves. Enfin, c’est un pouvoir responsable qui travaille selon le programme qu’il a promis au peuple, sans tapage en surmontant les obstacles qui se dressent devant. En suivant le CFOP, le populisme, c’est lui qui en est le maitre ; Comme on aime à dresser les uns contre les autres, et profitant de ses attaques terroristes dont j’ignore l’implication de certains de ses membres, on cherche à discréditer certains ministres (adversaire politique), par les expressions du genre : il n’est pas compétent pour un tel ministère ; il est ceci, il est cela. C’est dommage et même un peu malhonnête. Il y a combien de ministre de la sécurité par exemple autour de nous qui sont civils et ça marche. Cette revendication procède à mon avis moins d’un besoin sincère de compatir réellement à la souffrance du peuple qu’une volonté manifeste de destabiliser et de désaxer le pouvoir du MPP. Laisser les gens travailler. Le bilan de Roch se fera au soir de son mandat. On verra le résultat. L’appel que je lance, c’est qu’il faut que nous soyons unis dans un sursaut patriotique pour faire face au terrorisme. On ne parle plus ici, d’opposition et pouvoir. Respectons le chef car tu peux l’être demain. Je demande à Zeph de partager avec les burkinabé qui mangent à peine 3 fois par jour. En lui regardant, lui, il est dans la bombance, bien jouflux, les angles bien arrondis qui reflète celui qui mange et son peuple regarde. Ha ! Ainsi naissent les révolutions. n’est-ce pas ? Salut

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2017 à 16:45, par compte à rebours
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    C’est normal que ZEPH dénonce ce qui ne va pas puisque son parti n’est pas de la droite.
    Il faut qu’il dénonce les mauvaises gestions pour alerter le peuple

    A la prochaine campagne l’UPC pourra proposer son programme de redressement.
    Ceux de la mouvance présidentiel, c’est à eux d’aider le MPP à sortir de la crise économique. ZEPH a le droit de critiquer.

    En 2020, ZEPH proposera son programme .

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2017 à 02:18, par Cheikh
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    Pourquoi parler pour ne rien dire. Quand on a décidé d’attendre la fin du mandat du MPP pour le juger, on s’en tient à cela. Car trop de bilans partiels nuiraient au bilan final. Si on lorgne aussi le poste de premier ministre en vain, pas la peine de s’en prendre inutilement à Mr Tiéba ! Prôner le retour des caciques du CDP résidant à l’extérieur, pour aider le CDP à une contre-insurrection vindicative, n’est pas non plus la bonne option. Car pour un responsable de l’opposition qui hier encore aidait à combattre ce même CDP, ce serait un déplorable retournement de veste. A part cela rien de nouveau dans ces commentaires, dont Zeph nous rebat les oreilles depuis toujours. D’ailleurs, il gagnerait à bavarder moins, pour mieux mériter sa casquette de chef.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2017 à 08:40, par ives
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    Le peuple mange mémorandum ???Non.A-t-on besoin d’être élu à la présidence pour venir au secours des populations ?Non.Le CFOP à déjà réalisé une infrastructure quelconque pour les populations ?Non.Zeph malgré ces partenaires,ses comptes sûrement remplis puisqu’il dit pouvoir faire mieux,a-t-il déjà construit une école pour ce pays ??? Les interrogations peuvent continuer jusqu’à demain ??Ce sont des plaisantins ces gars en veste,on va plus vous suivre laissez nous travailler tranquillement.Pendant la campagne vous avez tous fait des promesses même si vous nepas élus par tout le peuple burkinabè,vous avez eu au moins des électeurs qui ont cru en vous,alors allez-y leur dire merci en construisant une école,un forage,un csps...au lieu de mémorandum

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2017 à 13:55, par Figo
    En réponse à : An I du régime Roch Kaboré : « Le Burkina est piloté à vue », selon l’opposition politique

    Bonjour,
    Je constate que depuis 6 ans, c’est la première fois qu’après la saison des pluies les habitants de Yagma, Marcoussis (pour ce que je connais) et probablement d’autres zones de Ouaga, éprouvent des difficultés pour rallier les grandes voies parce que les voies secondaires n’ont pas été chargées. (Pire, le peu d’investissement collectif effectué par les populations pour pouvoir passer a été détruit en milieu de saison par un caterpilar de la mairie à l’arrondissement 9, qui a attendu la terre en vain alors que des annonces démagogiques étaient faites à la radio). Et que dire des "amis" des maires qui réinvestissent la ceinture verte et les zones inondables sans réactions de l’autorité ? Il est clair qu’on se fout du bas peuple et de son bien être, sauf en période de campagne. On peut toujours soutenir aveuglement, défendre par intérêt ou par égoïsme, mais les faits sont là et têtus. Et ce que nous voyons actuellement n’est pas mieux qu’hier. Pour le moment, la majorité de la population (dont moi) est toujours dernière le parti au pouvoir, mais encore pour combien de temps ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés