Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

LEFASO.NET | Par Moussa DIALLO • jeudi 2 février 2017 à 20h36min

Au nom de la redevabilité, le groupe parlementaire UPC (Union pour le progrès et la changement) était face à la presse, le 02 février 2017. Il a dressé le bilan des activités menées au cours de la première année de la présente mandature, mais aussi présenté les membres de son nouveau bureau. S’ils se disent satisfaits des activités menées, les députés de l’UPC dénoncent néanmoins une mauvaise gestion du parlement, du point de vue managérial. Et ils pointent du doigt le président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo qui confondrait son rôle de président de parti à celui de président du parlement. Ils n’hésitent pas à le qualifier d’homme fort à la tête d’une institution qui n’en a pas besoin.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

39 lois votées, 32 résolutions adoptées, plusieurs dizaines de questions orales et écrites adressées au gouvernement, dont neuf questions orales posées par les députés de l’UPC au cours de la 2e session parlementaire ordinaire de l’Assemblée nationale. Ainsi, le groupe UPC se dit satisfait de son travail au sein du parlement au cours de la première année de la première mandature post-insurrectionelle. Après avoir fait ce point, les parlementaires du parti du lion se sont focalisés sur le management de l’appareil législatif burkinabè. Et là, il y avait beaucoup à redire, à les suivre.

« Le plus rien ne sera comme avant » ne doit pas être un simple slogan, mais plutôt un comportement intériorisé par tout le peuple, dirigeants comme simple citoyen, lance d’entrée le président sortant du groupe parlementaire UPC, Alitou Ido. Puis, il enchaine en pointant du doigt la gestion actuelle du parlement par le président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo qu’il qualifie d’« homme fort aux commandes » du navire Assemblée nationale. « Une fois l’homme fort absent, alors toute l’institution est relaxe et est très à l’aise », confie-t-il pour expliquer à quel point l’occupant du perchoir est ‘’craint’’ par ses collaborateurs.

« Ecoutez-le sermonner l’exécutif et les parlementaires »

Puis, s’interrogeant si l’institution est gérée de manière optimale, dans une logique de construire une institution forte qui guidera le développement du Burkina, Alitou Ido que certains appellent le « président fouettard » du fait de ses critiques acerbes répond par la négative. « Du point de vue de la gestion managériale, notre assemblée est mal gérée », martèle-t-il.

A en croire Alitou Ido, l’Assemblée nationale est le « territoire incontesté » de Salifou Diallo qui confond à souhait ses deux fonctions : celle de président du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, parti au pouvoir, ndlr) et celle de président de l’Assemblée nationale. « Bonnes gens, écoutez-le du haut de sa tribune, sermonner et l’exécutif qu’il a lui-même participé à recruter, et les parlementaires avec des commentaires par endroits désobligeants », explique le président du groupe UPC.

2e et 3e vice-présidents : des postes cosmétiques

Parlant des postes de 2e et 3e vice-président de l’Assemblée nationale occupés par des députés de l’opposition, Alitou Ido estime que ces derniers ne jouent que « des rôles cosmétiques » à savoir ouvrir et fermer des ateliers et séminaires et représenter le président aux événements sociaux. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 février 2017 à 20:54, par Wendlamita
    En réponse à : Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

    Encore le sieur Alitou... dites nous au moins si tu as pris les 1 million ou pas ??? des remarques vraiment enfantines pas digne d’un représentant du peuple... heureusement que Zeph vous a retiré la présidence du groupe... Quel a été votre impact à la tête du groupe parlementaire UPC....
    Même pipe même tabac... pardon laisse nous

    Répondre à ce message

  • Le 2 février 2017 à 21:23, par Bonzi
    En réponse à : Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

    UN DÉPUTÉ UNE FOIS ÉLU, EST AUSSI LÉGITIME QU’UN AUTRE. QUE CEUX QUI N’EN SONT PAS CONVAINCUS SOIENT RÉPRIMANDÉS ! ILS LE MÉRITENT.

    Répondre à ce message

  • Le 2 février 2017 à 23:51, par sidpawemdeb
    En réponse à : Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

    En attendant que votre groupe de deputes UPC remette les 33millionsf a lAssemblee nationale.

    Répondre à ce message

  • Le 2 février 2017 à 23:56, par rasoéysida
    En réponse à : Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

    si le crapaud raconte que les yeux du caïman sont rouges sous l’eau ! qui peut contester ? les deux se côtoient ensemble sous l’eau !

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2017 à 00:19, par Noëlle sie
    En réponse à : Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

    Tout mes encouragements aux députés et autres membres de cet parti qui veille sur les intérêts de la population du Burkina Faso et merci d’avoir poser le problème sur la fonction du PAN Salif Diallo.

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2017 à 04:50, par Amadoum
    En réponse à : Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

    J’ose croire que l’Union pour le Progres et le Changement UPC), dans le present article ne demande pas au peuple d’intervenir pour regler les problemes internes de l’assemblee nationale. Si les 2 vices presidents, issus de l’oppsition, ne sont que des "ouvreurs et fermeurs" d’ateliers et de seminaires, a qui la faute ? Si c’est tout ce qu’ils font, avons-nous besoin de deux ?
    Tout le pouvoir que M. Diallo exerce ne lui est "DONNE" que par vous. Confrontez/affrontez le avec ce que vous relatez dans l’article. Ou bien, la realite est que l’assemblee nationale n’a vraiment pas besoin d’un vice president, encore moins deux. Mieux, en la matiere, que disent vos textes ? Toute institution forte commence par des textes forts ! Tout depute qui craint M. Diallo n’a pas sa place a l’assemblee nationale !

    Passez tous une bonne fin de semaine !

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2017 à 07:30, par SARKO
    En réponse à : Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

    Honorable député, monsieur propre, je te soutenais souvent dans tes points de vue mais ici je ne le ferais pas . Tu ne me convainc plus . Tu joues au tambour comme les autres et à la façon François Fillion . Je suis propre mais les autres ne le sont pas . Au lieu de dresser le bilan de ce que vous avez fait , tu te lances dans de la calomnie ; tout simplement pour te faire des sympathisants . C’ est zéro . Je préfère mille fois le colonel LONA . Je m’ attendais à un étalement de ce que vous députés UPC vous avez fait et écouter une litanie de critiques . Il faut revoir votre communication.

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2017 à 07:51, par Banse
    En réponse à : Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

    Une Assemblée dirigée par la plupart des majoritaires est decisivement unitaire ,qui ne coordonne pas le passage du message. Il est stratégiquement de former un bureau jumelé qui tient compte des opposants qui sont prêts pour une bonne gouvernance au Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2017 à 08:09, par Cocumbo
    En réponse à : Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

    Vraiment je ne vous comprends pas vous les députés, c’est toujours le PAN Salifou Diallo qu’on attaque sans oublier le rôle que vous donnez aux 2 vice présidents, soyez pragmatiques et constructifs, le Faso a besoin de tous ces fils et filles pour se construire et aller de l’avant. Arrêtez ces critiques inutiles qui nous avance à rien, parlez plutôt des problèmes d’électricité, de toutes les mauvaises routes du pays en général et de Ouaga en particulier, de l’insécurité au nord et faites de propositions idoines qui pourront aider nos FDS pour traquer et éliminer ces bandits de grands chemins, faites réduire encore le train de vie de l’état, etc ; le peuple burkinabè souffre, le contenu du panier de la ménagère n’a pas évolué au contraire ; alors si vous n’êtes pas capables d’être constructifs, DÉMISSIONNEZ et on saura que vous n’êtes pas là pour le salaire de député et vous serez utiles ailleurs que dans l’assemblée.

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2017 à 08:48, par Sidzabda
    En réponse à : Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

    SVP, il fallait vous entendre avant de venir !! il faut être lucide et reconnaitre que c’est pas tout ce que vous voulez qui sera réalisé. regardez à votre sein, qui peut demander au président Zeph, comme tu as déjà été candidat, faut laisser quelqu’un d’autre. il faut surtout critiquer pour améliorer. quand vous demander une commission d’enquête, dite nous d’abord que dites des 1 million par député ? vos militant que nous sommes condamnons et pourtant vous approuvez parce que vous avez empoché. ainsi va la règle. Est-ce-que sous les mandats précédents, l’opposition était à la questure ? il faut avoir des arguments solide au lieu de venir nous donner votre avis qui importe peu.
    j’ai une question mais adressé à Lefaso.net : avez-vous dressé une facture pour la présente couverture médiatique. comme ils ont reçu chacun un montant pour rendre compte de leurs actions, ils doivent supporter les factures des couvertures médiatiques car ils ont choisi ce canal

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2017 à 09:25, par 10sur10
    En réponse à : Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

    9sur10 des intervenants précédents tente de minorer la gravité des faits dénoncés par le député UPC. Votre tube digestif, votre égoïsme ou votre cécité intellectuelle va conduire notre pays à l’abîme ! Vous êtes de la même acabit que ceux qui ont suscité, encouragé, organisé et soutenus les rectificateurs de la révolution sankariste.
    Moi, je ne suis nullement surpris par les révélations du député, c’est une suite logique pour Salifou Diallo qui est le chef suprême, l’inspirateur et le promoteur de la grande gabegie, du je-m’en-foutisme et du dévoiement total du caractère sacré du bien public au Burkina. Il est capable de détourner les 18 mille milliards du PNDES à lui seul. Nous avons chassé le diable mais le faiseur de diables est bien installé.
    La patrie ou la mort, nous vaincrons les ennemis intérieurs et extérieurs de notre pays !

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2017 à 13:34, par Harold Sakanoranky
    En réponse à : Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

    J’aurais aimé que les députés de l’opposition refusassent les "tablettes huawei" et les "1 millions de bonus". Si vous ne faites pas attention vous serez assimilés aux partis de la majorité. Vous devez éviter le "mouta mouta" et vous serez incapables de critiquer le programme s’il échoue. Votre rôle patriotique se limite à ne pas mettre des "bâtons" dans leurs roues.Un point, un trait. Tout le reste est permis tant qu’il se fait dans la légalité. Votre silence et votre inaction fait du tord à la démocratie et à la gouvernance. J’espère bien que vous allez faire des conférences pour disséquer l’avant projet de la constitution. Vous DORMEZ. Ressaisissez vous !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2017 à 14:28, par Cheick Omar
    En réponse à : Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

    De la première année de mandature, je pense humblement que le bilan du groupe parlementaire UPC est globalement négatif. Pas proactif, à la limite amorphe, on se demande souvent si l’UPC est le premier parti d’opposition au Burkina. L’ex-parti au pouvoir a souvent même été incisif dans ses critiques contre le pouvoir MPP, et ce, malgré son péché originel. Mais que voulez-vous, le président de l’UPC professe à tout va qu’il n’est pas un va-t-en-guerre. La politique n’est cependant pas faite pour des « enfants de chœur » ; et les pontes du MPP l’ont compris très tôt. Alors, mieux vaut jeter l’écharpe du CFOP pour rejoindre la majorité et donner du grain à moudre à Louis Armand Ouali et ses camarades. De l’affaire des tablettes au don de 1 million de FCFA à chaque député à la fin de l’année 2016, on attendait mieux de ce parti. Et c’est une année après que les membres du groupe parlementaire commencent à fustiger le management du président de l’Assemblée nationale. Ses membres affirment que Salifou Diallo "traumatisent" ses collaborateurs qui ne respirent qu’en son absence. Pourtant, ils oublient de nous dire qu’ils sont les premiers à montrer des signes de frayeur devant le président de l’Assemblée nationale. A propos, le groupe parlementaire UPC a-t-il tenue son point de presse pendant que Salifou Diallo est au Pays ? Dommage pour un parti qui avait suscité de l’espoir pour une grande partie du peuple burkinabè. Mais il est encore temps pour rectifier le tir pour ce parti qui aspire un jour à présider aux destinées du peuple burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2017 à 14:51, par Cheikh
    En réponse à : Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

    C’est toujours comme çà lorsque d’un côté on refuse de collaborer avec le gouvernement, alors que de l’autre on accepte de siéger au parlement avec le parti majoritaire. Dans tous les cas, lorsqu’on s’érige en adversaire de quelqu’un, on ne peut que voir en noir tout ce qu’il fait. Mais dites-moi messieurs de l’UPC, croyez-vous avec votre position actuelle, pouvoir échapper à la sanction contre le MPP, s’il lui arrivait de mal gérer le pouvoir ? Quant à moi je n’y crois point, car déjà à l’assemblée là-bas, on voit aisément comment vous vous êtes laissé mouiller, en même temps que tout le monde. Vous ne pouvez pas vous plier aux décisions prises par le PAN, pour venir dire après que c’est parce qu’il gère mal, que vous n’avez pas pu vous opposer. Vraiment quand on n’a rien à dire, on doit plutôt avoir la sagesse de se taire, que d’opter pour la diversion. Sachez que la fermeté est l’une des qualités essentielles d’un bon dirigeant. Car à trop se laisser marcher sur les pieds, on finit par devenir un pantin aux mains de ses administrés. Alors qu’il en soit ainsi pour le PAN, s’il veut continuer encore, à demeurer ce qu’il est.

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2017 à 16:25, par Vérité
    En réponse à : Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

    La démocratie est un luxe pour les africains comme le disais quelqu’un. Par le jeux des élections on essaye de maquiller la réalité des choses. Parce qu’il faut s’en convaincre, gouverner en démocratie en Afrique se résume en la dictature de la majorité. Donc rien d’étonnant en ce qui est dit ici. Donc on reste dans un cercle vicieux dans lequel chacun attend son tour au pouvoir en oubliant que l’essentiel c’est le bien être des populations

    Répondre à ce message

  • Le 4 février 2017 à 05:35, par Yiriba
    En réponse à : Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

    Un parti d’opposition est en faite le premier surveillant du gouvernement et des députés au pouvoir. Un simple citoyen ne reçoit pas de salaire pour veiller à tout ce qui se passe dans le domaine publique. Or M. Ido, en tant que Président de son groupe parlementaire, n’a jamais rapporté publiquement un dysfonctionnement au parlement national avant cet article. Par exemple, cette opposition a voté avec plaisir l’augmentation des salaires des députés et a accepté les tablettes Huawei. Quel projet loi ou décision impopulaire que le groupe de M. Ido a combattu pour le bénéfice du peuple ? Si on n’ a rien entendu de l’opposition, les citoyens sont en droit de croire que tout se passe bien dans la chambre législative. Et si un député, de n’importe quel bord soit-il, représentant des citoyens, se sent "PETIT" pour apporter le changement nécessaire dans la gestion du pays, et crie à l’aide et à la dénonciation, alors visiblement il ne comprend pas son rôle ni pourquoi et pour qui il vote des lois.

    Répondre à ce message

  • Le 4 février 2017 à 07:42, par  !
    En réponse à : Alitou Ido, président du Groupe parlementaire UPC : « Notre assemblée est mal gérée »

    Oh Dieu, prend pitié de ce pays où des députés mandatés par le peuple vont trembler devant un autre député !

    Monsieur Alitou, que se passerait-il si un député tenait tête à Salif Diallo ? Le radierait-il de l’Assemblée nationale ? Dissoudrait-il son groupe parlementaire ?

    Dites-nous tout, Monsieur Ido ! Dites-nous la menace qui pèse sur vous si vous contredisiez Monsieur Diallo. Car pour nous, votre statut d’opposant s’oriente justement vers Salif Diallo et ceux de sa mouvance. Mais si vous sortez nous dire que vous le craignez, vous nous dites que vous avez cessé de vous opposer. Et dans ce cas là, rendez-nous nos mandats qu’on les confie à d’autres.

    Un député qui craint un autre député dans l’’exercice de son mandat. On aura tout vu dans ce Burkina.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés