Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

mardi 31 janvier 2017 à 23h35min

Dans le cadre du dossier Thomas Sankara, président du Burkina Faso assassiné le 15 octobre 1987, le juge François Yaméogo a lancé une commission rogatoire et demandé la levée du secret défense aux autorités françaises. Et cela après les presque 30 ans que le dossier n’avait pas connu d’évolution significative. Dans la lettre ci- après adressée aux députés et sénateurs français, le Réseau International « Justice pour Thomas Sankara, justice pour l’Afrique » qui a fait de la recherche de la vérité dans ce dossier son cheval de bataille, appelle les autorités du pays de de Gaulle à une franche collaboration. Cela pour éviter d’envoyer un mauvais signal en direction des pays africains et de leur jeunesse, disent les premiers responsables du Réseau. Lisez plutôt.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

Monsieur, Madame le (la) Député (e), le (la) Sénateur (trice)
Le juge d’instruction burkinabè François Yaméogo chargé de l’enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara a lancé une commission rogatoire et demandé la levée du secret défense en France en octobre 2016.

Nous nous permettons donc une nouvelle fois d’attirer votre attention sur les difficultés rencontrées en France pour collaborer à la recherche de la vérité dans cette affaire, bien que trente ans se soient écoulés depuis les faits.

Lors des deux dernières législatures, plusieurs députés français ont en effet demandé l’ouverture d’une enquête parlementaire, se faisant ainsi le relais d’une demande émanant de députés du Burkina Faso. (Voir la dernière en date à http://www.assemblee-nationale.fr/1...)

M. Bartolone a répondu par la négative le 7 juillet 2015, sous prétexte que cette affaire ne concernerait que la justice burkinabé.
(Voir http://thomassankara.net/le-preside... )

Désormais, c’est la justice burkinabè elle-même qui est à l’origine de la procédure en direction de la France. Une réponse négative à la requête du juge François Yaméogo serait un mauvais signal envoyé en direction des pays africains et de leur jeunesse pour laquelle Thomas Sankara est désormais la référence, mais aussi vis-à-vis de la population française qui est en droit de savoir quel rôle a pu jouer la France par le passé.

Il est donc fondamental que notre pays assume ses responsabilités dans cette affaire. Il en va de sa crédibilité dans la recherche de la justice et de la vérité, mais aussi de la nécessité d’assumer son passé afin de pouvoir engager avec l’Afrique des relations nouvelles sur la base du respect mutuel.
La France doit accepter la mise en place de cette commission rogatoire et la levée du secret défense – en dépit de ou bien justement en raison de sa supposée implication. Une pétition rédigée en ce sens a déjà rassemblé près de 6000 signatures ( Voir à http://www.thomassankara.net/petiti...).

Nous espérons donc vivement qu’à votre tour, vous saurez trouver les moyens, en tant que député (e), d’intervenir et de soutenir la demande du juge François Yaméogo.

Veuillez agréer, Madame la Députée, Monsieur le député, l’assurance de notre considération respectueuse.

Pour le réseau international "Justice pour Thomas Sankara justice pour l’Afrique"

Bruno Jaffré et Jacques Casamarta

Contact : mailto:contactjusticepoursankara@gm...

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 1er février à 05:13, par Ghost
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    Pendant qu’on y est, pourquoi ne pas demandé a la France de s’expliqué sur son intervention en Lybie et en cote d’ivoire ? Ne vous foutez pas des gens avec vos histoire de justice pour ceci et justice pour cela. La France fait pire que ca, l’asservissement monétaire de ses 14 anciennes et nouvelles colonies est plus mortel que l’assassinat d’un sot disant modèle pour la soit distante jeunesse mais la dessus c’est le silence total.

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 06:14, par Ka
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    Monsieur le juge, ne prenez pas le peuple Burkinabé pour des amnésiques. Ou mettez-vous dans votre justice le dicton ‘’’Rien ne sera plus comme avant.’’’ Ou mettez-vous dans votre justice le changement du nouveau Burkina avec son insurrection qui a pris les vies de nos enfants ? Vous proclamez a qui veut l’entendre que vous êtes pour la liberté de la justice et le changement, pour nous le prouver, oubliez le parlement Français et passer aux actes, car aucun Français n’était devant le pavillon du Conseil de l’Entente le 15 Octobre 1987, pour canarder Thomas Sankara et ses compagnons : ça été commandité par un Burkinabé que vous connaissez, tiré pour tuer par des soldats Burkinabé que vous connaissez. Alors Jugez les coupables équitablement en oubliant la France. Nous sommes indépendant, comptons sur notre indépendance, et non toujours qu’on nous insulte, manipules, avant de nous tendre une main pleine de serpents venimeux. Mr. le juge, si vous ne jouez pas de la comédie, condamnez Mr. Blaise Compaoré et son bras droit Diendéré Gilbert et leurs envoyés qui ont tiré sur Thomas Sankara et ses compagnons, point barre.

    Répondre à ce message

    • Le 1er février à 08:45, par Vaurien
      En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

      Pitoyable pour quelqu’un qui se dit éclairé. Je ne ferrai pas de commentaire sur ce que vous avez dit mais sachez seulement que toute chose a une procédure à suivre même pour préparer le tôt, il y a une procédure. Merci pour votre contribution.

      Répondre à ce message

      • Le 1er février à 13:49, par Ka
        En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

        ’’A’’’ Vaurien : Je t’ai répondu avec colère, mais cette réponse n’a pas d’importance s’il à été sanctionnée : ’’’’Ma critique est fondée sur ce que je pense : François Mitterrand fait partie des pères du socialisme Français, en association avec Houphouêt l’impérialisme a pu utiliser un valet introverti pour éliminer l’espoir du continent Africain qui était Thomas Sankara. Et l’assemblée nationale française dominée par les socialistes fidèle à leur père Mitterrand ne va pas accepter de salir leur feu vénéré. Ce juge ne sait pas dans quoi il met les pieds. Oublions la France, et pensons qu’au Burkina avec sa justice. Je rejoigne le feu président Thomas Sankara qui a refusé le 11 décembre 1984 de participer au sommet Franco-Africain en disant ‘’’qu’avoir le courage politique de rompre franchement avec ce qui a fait son temps, pour s’autoriser l’exploration d’autres voies susceptibles d’ouvrir un nouveau changement pour le Burkinana, est un objectif concret. Oublions la France et comptons sur nous-même. Surtout à la justice Burkinabé. Voilà ma vision.

        Répondre à ce message

        • Le 1er février à 16:11, par Pessimiste
          En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

          Belle vision !
          Mais je crois que le juge n’a pas grand chose ici. Voilà pourquoi "cet appelle au secours des élus français". Et comme vous le dite si bien, cet juge n’aura probablement rien là-bas aussi.

          Conclusion : Rien ici, rien là-bas donc parodie de justice et condamnation des sous-fifres pour assouvir la soif de justice du peuple OU BIEN, un dossier qui restera ouvert pour des siècles et des siècles.

          En claire je pense que le Dossier est bloqué, en tout cas pour l’instant, et ne peut aller au-delà de là ou il est actuellement sans une redistribution des cartes géopolitiques, ou une révélation Divine qui amènera les coupables à avouer et donner tous les détails de leurs forfaits.

          Personnellement, je n’attends pas grand-chose de ce dossier. L’assassinat du PF restera un mythe, comme ceux de la plupart des GRANDS HOMMES de ce monde.

          Répondre à ce message

        • Le 2 février à 09:25, par RAWA
          En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

          Tout a un commencement et il faut que vous sachiez M. Ka qu’il n’ya pas de doute que ce juge a lancé le pavé dans la marre. Toutes les tueries que la france a orchestré en afrique depuis des décénnies seront bientôt mises a jour et on pourra leur demandre des comptes. Sankara rêvait de la libération véritable de l’Afrique. Il faut que son idéal soit accompli et si nous arrivons à prouver les interventions néfastes de la france en afrique, le combat est à moitié gagné. A quoi celà sert-il de mettre des malheureux comme les Compaoré en prison si celà doit s’arrêter là ? Par contre, si un jour on apprenait à porter plainte contre la france, elle hésiterait désormais à nous massacrer pour nous voler. C’est celà qui donnerait un véritable intérêt à la mort de Thomas.

          Répondre à ce message

    • Le 1er février à 09:58, par G
      En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

      Vous avez parfaitement raison. Il faut d’abord saisir les coupables et ils denonceront les complices.

      Répondre à ce message

  • Le 1er février à 07:37, par sankara
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    bien dit les deux precedent internote.On n’a pas besoin d’aller chercher loin.

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 08:17, par kouadio
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    Vrai et faux Sankaristes de dedans et de dehors vous nous pompez l’air simplement. Il faut éviter de passer son temps a ressasser le passe. Les Burkinabe assument leur passe et regardent devant. Il ya des priorités plus pressantes. A force de remuer la plaie l’on finit par énerver ceux la même qui pourraient sympathiser avec vous. C’est le cas de cette histoire Sankara. Au Burkina, depuis que la racaille et autres opportunistes ont intégré ce dossier dans leur campagne de levée de fonds pour leur ventre, le dossier n’intéresse plus. La dernière marche n’a pas mobilise grand monde. C’est bien fait pour les africains s’ils sont toujours guides comme des aveugles. Alors que maitre Sankara et les autres font de ce dossier leur gagne pain (d’ailleurs ils n’en, ont plus besoin, depuis qu’ils participent au pouvoir MPP, leurs bourreaux d’hier).
    Et puis quel est le sort des ayants droits des victimes du CNR ?
    Enfin que devient la depouille de Tom Sank ?

    Répondre à ce message

    • Le 1er février à 12:28, par Dôgô
      En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

      Au sieur Kouadio.
      Je vous avait déjà surpris à prôner becs et ongles la réconciliation sans la justice pour les vauriens de tous âges surpris entrain de tripatouiller notre constitution, ceux qui ont perpétré tous les meurtres qui accablent toujours et encore des familles dans ce pays.

      Vous êtes assurément le répugnant être dont la teneur des sombres pensées ne fait que confirmer la mentalité au caractère puant et re-pugnant.
      Surtout ne dites plus, ni ici ni ailleurs : " C’est le cas de cette histoire de Sankara". Pauvre naze, looser pitoyable.
      Le Président SANKARA est déjà au Panthéon de la Grande Histoire des Peuples en Lutte.
      Sans plus.

      Répondre à ce message

  • Le 1er février à 09:15, par L’Intègre
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    La Patrie ou la mort, nous vaincrons !
    PRÉSIDENT THOMAS SANKARA un mois avant son assassinat :
    "Le jour où vous apprendrez que Blaise prépare un coup d’Etat contre moi, ce ne sera pas la peine de chercher a vous y opposer ou même me prévenir. Cela voudra dire qu’il est trop tard et que cela sera imparable. Il connaît tant de choses sur moi, que personne ne pourrait me protéger contre lui s’il voulait m’attaquer. Il a contre moi des armes que vous ignorez.
    « On peut tuer un leader, mais une idée ne meure jamais. » "

    Le Prési THOM SANK au français :
    Nous sommes libres d’aller où nous voulons. Et je vais vous dire quelque chose, un secret. Ne le répétez pas aux impérialistes. Ceux qui nous reprochent d’avoir été en Libye ont pris les dollars de Kadhafi pour développer leurs pays. Se croient-ils plus malins que nous ? Ils vont traiter avec Kadhafi. Pourquoi ? Qui est plus malin que qui ?
    (CAPITAINE THOMAS SANKARA, Ralliement des masses Ouagadougou Mars 1983).

    tout commence par se payer sur terre ici et ça ne fait que commencer ; Dieu est Grand
    Paie à l’âme de THOM SANK.

    La patrie ou la mort, nous vaincrons.

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 09:17, par hervos one
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    Iinternote 1 ghost le fantome tu n’est pas digne d’être Burkinabé. SANKARA reste une icone africaine et même mondiale .j’espère que tu souffre énormément ! c’est bien, prie pour la résurrection de SANKARA ou d’un SANKARA sinon tu souffrira encore du manque de ce qu’il aurai fait pour toi Burkinabé et africain s’il était vivant.

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 09:20, par LeJuré
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    Vous serez étonné de savoir qu’il n’y a rien d’autre dans ce dossier qu’un "sauve qui peut" entre jeunes militaires qui ont choisi de déserter leurs casernes et de s’immiscer dans la gestion du pouvoir d’état par la ruse et les armes.

    Imaginer un peu le nombre de personnes armées qui siégeaient au conseil de ministre, aux réunions des instances du CNR .....Le nombre de dirigeants qui avaient des armes de guerre à leurs domiciles ou circulaient avec des armes de guerre dans leurs véhicules.

    Il est claire que des dénouements sanglants de contradictions ou de guerre idéologique de clan étaient prévisibles. Surtout avec la jeunesses des acteurs et leurs passions idéologiques.

    Et il en sera toujours ainsi lorsque les politiciens s’invitent à la tribune de débat avec des armes aux ceintures.

    A mon avis, la seule leçon à retenir dans cette affaire et les burkinabè l’on retenu c’est : Les militaires en caserne et en dehors de la politique.

    Si vous laisser des militaires inspirer, créer et entretenir des mouvements politiques discrètes dans les casernes avec pour Objectif la conquête du pouvoir d’état, il est évident que l’élimination physique, la loi du plus rapide ou du plus téméraire s’inviteront dans les règles de combat politique et ce sera rebonjour les dégâts.

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 10:47, par Justin
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    Bien dit mon frère Kouadio, l’UNIR/PS a accepté de rentrer dans le gouvernement pour le partage du pouvoir avec le MPP. A voir la dernière marche de protestation cela en dit long sur les intentions des gens. Les gens sont déçus et ne veulent plus parler de l’assassinat du Pdt Thomas SANKARA.

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 11:51, par Le Tché dit la jeunesse consciente
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    Bonjour
    A mon humble avis et en tenant de certains faits têtus je vous assure que Me. Benwendé SANKARA ne doit plus faire partir des avocats dans le dossier SANKARA, il est entrain de dîner avec le DIABLE.
    TOUS DEBOUT, pour lui dire de faire ses valises car il n’a plus aucune CREDIBILITE.

    Vaut mieux être non-aligné que d’être avec le MPP (au pouvoir) ou le CDP (dans l’opposition)
    Ceux qui sont d’accord avec mes propos nous rejoignent dans la page facebook letché
    Hasta la victoria, siempre !

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 13:34, par SOME
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    certes il y a la procedure judiciaire Et justement pour que cette procedure fonctionne il faut des elements Or sur quelles bases la france va ouvrir ses dossiers de services secrets ? Le burkina a-t-il accusé ou inculpé quelqu’un dans cette affaire et qui implique les services francais ? Les gros poissons que nagent a l’air libre devant tout le monde ne sont pas inquiétés car ils sont directement relies a ces services là. Mon ami Ka a raison
    Et puis vous demandez au sorcier de dire comment il a tué notre enfant : vous lui donnez le test d’adn et maintenant vous lui demandez d’ouvrir son ventre : il n’est pas idiot :
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 14:34, par Banse
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    Agissez comme un juge, et non à la hauteur des juges là vous aurez la problématique camouflée aux visages du peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 14:36, par salaka
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    Le plus important c’est de faire extrader Blaise Compaoré et Kafando Yacinte. Quand ils vont dire tous que la France est impliquée en ce moment la France n’aura pas le choix. Avec ce regime MPP pire que CDP ou certaines autorités clées doivent avoir leurs noms dans ce dossier et beaucoup d’autres dossiers pendants de crimes de sang et économiques. De surcroit celui qui se disait defenseur de ce dossier est actuellement à table pour dîner avec le diable. Rassasier ou souler qu’est-ce qu’il peut dire de bon. Je crainds pour le jugement que ces dossier ces années à venir. La justice n’a pas son indépendance totale au Burkina Faso. Affaire à suivre.

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 16:21, par Sidpawaldé
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    Internaute Ghost, j’espère que c’est la folie qui commence chez toi. Ne t’amuse pas avec Thomas SANKARA.

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 16:52, par Alexio
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    La France dans touts les coups bas en Afrique. Le mercenaire Bob Denard et la Franc.maconnerie Grand Orient avec ses sbires en Afrique. Des apatrides qui protegeaient les interets francais pour se maintenir au pouvoir. Notre malheur a ete notre rencontre avec la France. Elle a infantilise nos Chefs d Etats derriere les rideaux du palais de l Elysee pour les chantages politiques prioritaires de la France. Les recalcitrants comme le disait apres notre fausse independance scellee par des lois contra- productives sans la France comme chef d orchestre. Des traites esclagistes jusqu a nos jours. Et personne ne peut les negocier pour les Challenges de notre temps numerique.

    L afrique est toujours dans l imcubateur de la France. On raconte qu on nest independant a longueur de la journee. Le Capitaine Ouedraogo Moumouni a payer de son sang par les apatrides a son temps sous la loupe du kolon francais comme un recalcitrant qui n avait pas voulu l Armee francaise sous le sol de La Haute- Volta. Som para a ete saboter.

    Et l accident n a jamais ete elucide. Les experts francais etaient dans les coulisses. Sans suites. La France spesialistes des crimes parfaits en Afrique francophone. Ils ont ete les commanditaires de l affaire Thomas Sankara avec Houphouet Felix Boigny, traitre n1 de l Afrique de son vivant.

    Blaise Compaore appater par les fesses d une femme resultante de la francafrique, Sa femmea (Terrasson) jouer un role tres preponderant a l assassinat de Thomas Sankara.

    Répondre à ce message

    • Le 2 février à 09:45, par Africain
      En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

      Voici quelqu’un qui passe surement tous ces week-end dans les cabarets de Ouagadougou et avale avec son dolo, tout ce qui s’y raconte. Dorénavant, il faut éviter de polluer ce forum avec tes élucubrations de soulard.

      Un conseil, si tu traites encore les métis de résultantes de la france-afrique, tu me trouveras sur ton chemin.

      Ce n’est pas un métis qui a tiré sur Sankara encore moins un français, une femme, un enfant ou un déséquilibré mental. Ce sont des HOMMES tout court et en particulier des africains pure teint, majeurs et parfaitement conscients de leurs actes. Donc arrête de nous saouler avec tes histoires de fesses et de france-afrique.

      En fin, à part les individus dans ton genre, il y a longtemps que les africains sensées ont compris que les problèmes de l’Afrique c’est d’abord les africains eux-mêmes et en particulier des individus comme toi.

      Répondre à ce message

  • Le 1er février à 19:50, par Peuple insurgé
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    Ce ne sera pas facile. Mais je paris que si cette requete est réelle, il y aura bientôt des attaques terroristes au Faso, histoire de calmer ces burkinabé prétentieux qui ont osé pensé "vivre digne et libre" comme Thom Sank l’a toujours voulu. Mais Sankara n’a pas failli à son devoir. A nous jeunesse d’afrique de nous assumer désormais.

    Répondre à ce message

  • Le 2 février à 09:17, par Ka
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    En parcourant toutes les analyses et les critiques sur cet appel au parlement Français avant de juger les vrais coupables qui sont devant nous, je demande a ce juges de brûler le dossier Thomas Sankara, et aller dormir tranquille, car tous les criminels payent leurs crimes tôt ou tard, et ce ne sont pas les criminels de la shoah, un dossier criminel apocalypse qui me diront le contraire. J’ai toujours apporté ce message de bonne foi a la nouvelle génération quand on analyse le dossier de Thomas Sankara comme celui-là très pertinent. Je dis bravo à toutes et à tous. ’’’’’Nous autres qui ont vécu la révolution inachevée de notre camarade Pf Thomas Sankara, je dis merci aux jeunes internautes compréhensifs avec leurs critiques fondées sur l’enfant de tous les Africains. Je vois que la nouvelle génération a oublié les faiseurs d’Afrique impérialistes comme Houphouët et d’autres, et que le fils de toute l’Afrique nommé Thomas Sankara a pris le dessus d’après les analyses des uns et des autres. Pourtant Notre PF n’avait pas eu le temps de réaliser toutes ses idées qui sont repris dans les tiroirs de son bureaux par des caméléons gouvernants qui réalisent avec fierté des miracles économiques ‘’’des autoroutes, des ponts et autres à leurs noms,’’’ pourtant les idées de Thomas Sankara ont été laissé comme héritage a son peuple. Sur le forum de Lefaso.net, d’autres m’ont contredit en disant que le régime du PF Thomas Sankara n’était pas un modèle de démocratie parlementaire, pourtant celui qui était à l’ombre de Thomas Sankara Blaise Compaoré en tant que ministre de la justice a fait pire pendant, et après. Quand à Thomas Sankara, nous ne pouvons pas s’alarmer, car tous les icônes de l’Afrique ayant résisté à l’impérialisme n’ont pas été tendres, à l’exemple de Gamal Abdel Nasser, Kwamè Nkrumah ainsi que d’autres. Depuis le 15 Octobre 1987 jusqu’à nos jours, Thomas Sankara malgré que ses assassins essayent de le faire oublier, est toujours à l’affiche, du Kenya, de Pointe –noire à Harare, en passant par kampala, kigali, Acra, Libreville, New York et Genève, on compte des personnes, des monuments des carrefours, des avenues, des hôtels des associations au nom de Thomas Sankara. De nombreuses biographies traduites à son nom, comme ceux du camarade Bruno jaffré. Nous pouvons même admirer un portrait géant de Thomas Sankara que j’ai vu en 1997 sur l’énorme fresque mural Pathfinder à Harlem, aux coté de Martin Luther King, de Mandela et de Che Guevera. Il est temps qu’au Burkina un mémorial de Thomas Sankra puisse donner encore aux visiteurs du pays des hommes intègres plus de valeur du père de la révolution Inachevée. Oui la révolution du fils de l’Afrique avait son cocktail spéciale dont les impérialistes ne voulaient pas goûté, surtout les feux présidents Houphouët, Bongo, Kountché, Mobutu Eyadema, un cocktail nommé Thomas Sankara très pimenté puisque sa révolution avait un zeste de marxisme, de Guévarisme, un peu de panafricanisme, et pardessus du marché, d’humanisme chrétien par son père qui était Thomas Sankara. Nous qui étions au cœur de la révolution, ont compris avec Thomas Sankara, à l’instar des sages, que la main qui donne est toujours au-dessus de celle qui reçoit. La révolution de Thomas ne tendait pas la main, comme font nos gouvernants de 2017, elle aura été gênée d’avoir à faire comme les autres le font aujourd’hui avec la Cote d’Ivoire et de recouvrir constamment pour quelques poignées d’électricité. Je vois que Roch Kaboré a repris les idées de Thomas en disant de fabriquer sur place, mais Thomas était directe avec son peuple en disant de consommer local, à ne pas attendre leur salut d’ailleurs. A sa manière, Thomas Sankara avait appliqué les préceptes de la bonne gouvernance, en appelant le peuple à la rigueur, et de combattre la corruption, surtout encourager tout le peuple à consommer des produits locaux qui est du cru. C’est pourquoi pendant la révolution nous vantons les mérites du tô, les jus de tamarin et de la goyave. Oui, la révolution inachevée de Thomas Sankara voulait changer les hommes sans succomber au charme du pouvoir. A tous les jeunes qui n’ont pas vécu la révolution sachent que Thomas sankara est le seul président de notre Faso qui a donné la vraie dignité a la femme Burkinabé, même arrivé a envoyé un message de félicitation aux péripatéticiennes réunies en congrès en Europe. Il a soutenu les Amérindiens en lutte pour la reconnaissance de leur dignité, envoyé vingt kalachnikovs au secrétaire général du parti communiste d’Afrique du Sud Christ Hani avec ces mots « je suis persuadé que vos combattants ont plus d’armes que notre armée, mais ces armes sont une modeste contribution de notre révolution a la lutte pour la libération de l’Afrique du Sud. » Sankara était un homme de grande rupture, c’est pourquoi il est un citoyen du monde. Pendant notre révolution inachevée, tout le monde venait à Ouagadougou, comme d’autres en son temps allaient à Katmandou, me disait Jean Ziegler ami du Burkina. Oui les hommes passent, mais leurs idées restent, comme celles de Thomas Sankara.

    Répondre à ce message

  • Le 2 février à 11:58, par juste.
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    Un conseil, si vous pouviez mettre fin à cette mesquinerie stérile qui ne nous mènent nulle part, vous allez aidez, les birkinabes à réaliser leurs rêves. Les assassins de Sankara, de Zongo ou de David, En passant par Dabo et autres, si on les retrouve, qu’est ce qu’on va leur faire ? Rien, sauf les condanner,etobtenir un dédommagement. Et après qu’on arrête ces gens, les maltraités, Les torturés ou qu’on les fassent subir toute sorte de bavure, qu’est ce que cela peut vous rapporter comme satisfaction ? Rien, absolument rien. Ces assassins, si c’était à refaire, aucun d’entre eux ne repeteront, car là où ils sont depuis 30ans à peu près, ils ne dorment pas comme nous, ils sont angoissés et malheureux. Cela suffit comme punition en attendant celle divine et le jugement dernier.J’invite,les parents de ses victimes à pardonner, à se faire ressencer auprès du comité de réconciliation, vider le sac et faire des propositions afin d’être dans ses droits sans se laisser manipulés par des aigris Qui ne souhaitent que le malheur de telle ou telle personne. Pire, les soits disant avocats ou supporters ne cherchent qu’à profiter et de manger avec les 2 mains,sans exclure une déstabilisation certaine dans notre beau pays que tout le monde envie mais boudent car partout où tu va maintenant, les gens te disent ceci :Vous êtes bien partis, sur la voie du développement, mais vous êtes trop rancuniers et vous nous fatiguez avec votre sauf de vengeance démesurée, ressaisissez vous et faites comme les autres, La patrie ou la mort nous vaincrons.

    Répondre à ce message

  • Le 2 février à 16:59, par Ka
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    RAWA : Je confirme ton idée fixe que moi-même a eu au départ de l’affaire Thomas Sankara. Malheureusement il faut être réaliste et compter sur soi-même. D’autres ont essayé de faire chanter la France pendant des années comme L’Algérie avec toutes sortes de plaintes contre les crimes commis par des français pendant le conflit Franco Algérien, jusqu’à nos jours, la France a fermé ses yeux, avec un pardon avec des larmes de crocodile de Hollande. Si nous voulons que la France nous laisse en paix, c’est de sanctionner sévèrement ses valets comme Blaise Compaoré, Sassou, et tant d’autres pour que la nouvelle génération ne s’aventure pas dans cette direction de valet président au gosier large. En un mot, ‘’’soyons nous-même avec nos institutions, nos lois, sans se tourner vers l’occident qui nous insulte par derrière d’incapables : Après tous, ces Français n’ont jamais tué, ce sont nos frères qu’ils utilisent pour tuer leurs propres familles. C’est pourquoi Thomas Sankara a dit au peuple Burkinabé le 11 décembre 1984 de rompre avec ce qui a fait son temps, qui veut dire avec l’impérialisme, pour pouvoir s’autoriser d’autres voies compatibles a nous-mêmes. Quand a l’internaute ‘’’Juste 17’’’ tu peux manipuler avec tes critiques stériles aux familles des assassins, mais pas à celle de Thomas Sankara ‘’Mariam, Philipe, Auguste,’’ de Norbert Zongo et ses compagnons tués et brûler dans leur voiture, Henri zongo et JB. Lingani fusillés, Clément Oumarou Ouédraogo, les centaines de soldats au camp de koudougou, David Ouédraogo, NEBIE et j’en passe, découvre toi, et va voir chacune de ces familles pour les convaincre sans la justice, et si tu arrives tu seras un héros. Djemila Compaoré et d’autres enfants des assassins jouissent d’une vie de famille parfaite, mais les autres sont orphelins, pense a ça, avant de venir sur le net avec une critique qui t’arrange. Même l’équipe de la réconciliation sait parfaitement en âme et confiance, que sans une justice juste et équitable, il n’y aura aucune réconciliation durable au pays des hommes intègres.

    Répondre à ce message

  • Le 2 février à 18:54, par compaore zakaria
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    Je veux tout simplement que justice soit fait pour Thomas Sankara et même pour l’Afrique merci Camarades

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 16:38, par Tudor Beldiman
    En réponse à : Enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara : Les autorités françaises interpellées

    Thomas Sankara a ete, probablement, le plus grand revolutionnaire et homme politique progressiste du monde, apres Fidel Castro. Et vous dit ca un Roumain. Ceux qui disent autre chose, sont tout simplement des ignorants. Ou des manipules par le neo-colonialisme et par ses laques. Dans les deux cas, ils travaillent, sans meme le savoir, contre leurs propres interes.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés