Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

mardi 31 janvier 2017 à 23h40min

Le dimanche 22 janvier 2017, nous avons visité le périmètre irrigué de Benkadi situé dans la province du Sourou, profitant d’une cérémonie dans la région. Ce site a été aménagé sous le régime de feu le capitaine Thomas Sankara pour promouvoir la culture du blé. Mais aujourd’hui le constat est amer. Il est à l’abandon depuis plus d’une décennie.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

Le spectacle est tout simplement désolant : rampes d’arrosage embourbées, délaissées voire pillées, machines dépiécées. Même la station mère de pompage n’a pas échappé au massacre. A notre passage ce 22 janvier 2017, les cinq rampes d’arrosage sont dans un état indescriptible.

Ce périmètre qui est une vaste étendue ne répond plus aux normes de l’idée initiale du projet. Le site est désormais exploité artisanalement et de façon anarchique. Des motopompes installées par ci, par là en remplacement des rampes d’arrosage, permettent d’offrir permanemment t l’eau à ceux qui sont restés sur le site, avec leurs propres priorités.

Plus aucune structure administrative ne veille au bon fonctionnement des lieux. Pourquoi un tel abandon ? La production du blé n’est-elle pas bénéfique pour le pays ? Qui est responsable de ce grand gâchis ? Y aura-t-il un retour à la normale un jour ?
Au lieu de laisser ces machines se détériorer pourquoi ne pas chercher des voies et moyens pour pérenniser le projet dont l’importance n’est plus à démontrer pour un pays qui importe chaque année de grandes quantités de blé ? Ou même, à défaut de produire du blé, pourquoi ne pas utiliser ce matériel chèrement acquis sur d’autres sites d’exploitation ?

Ceux qui occupent les lieux aujourd’hui ne se posent plus ces questions. En effet, les exploitants actuels sont plutôt spécialisés en maraîchéculture. Réagissant à nos interpellations, certains ne souhaitent même plus un quelconque retour des services étatiques sur ces lieux. Préoccupés qu’ils sont par leurs gains personnels. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 31 janvier à 14:01, par CB
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Il fallait tuer SANKARA ! Il fallait donc saboter toutes les initiatives qu’il avait eu !
    On va tourner en rond ! On finira là où il nous a laissés. C’est comme pour le Dan Fani, SAVANA, X9 et autres.

  • Le 31 janvier à 14:27, par amadou
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Le régime de compaoré blaise kouassi à liquider Le Président THOMAS SANKARA et ses idées comment comprendre ce gachis dommage DIEU nous aide
    pour ce réconcilier dans ce faso que DIEU a benie que ns aimons tant, il va falloir que nos anciens nouveaux dirigeant s’attelèlent à evacuer ces nombreux dossiers de crimes(de sang et économiques) dont ils sont comptables

    le régionalisme et l’ethnicisme sont aussi des facteurs qui bloquent cette fameuse réconciliation

    Nous avons l’impression que les dirigeants actuels pensent que le développement du Burkina se résume à la seule capitale ouagadougou

    Sinon dans le grand Ouest(Bobo-Dioulasso et Banfora) aucun projet d’infrastructure les routes sont impraticables les sociétés se meurent

    Tout les projets de développement sont orientés vers le plateau mossi. Pourtant à l’ouest y a beaucoup d’eau, des espaces

    Donc à bon entendeur salu

    • Le 1er février à 14:09, par Zangoté
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      "Tout les projets de développement sont orientés vers le plateau mossi." Cette affirmation relève des idées reçues pour ne pas dire des préjugés stériles. Ils sont nombreux en effet ces "gens de l’ouest" qui pensent que le grand ouest est laissé pour compte au profit d’autres zones notamment le plateau mossi. Il serait intéressant de visiter le plateau mossi pour vous convaincre que vous avez tout faux. Venez et vous verrez des barrages ensablés, des périmètres irrigués devenus des clairières, bref vous verrez ce vous verrez mais pas une zone nantie encore moins privilégiée. Je pense que vos affirmations s’appuient sur la situation très particulière de Ouaga qui n’est du reste plus l’apanage des mossis. S’il faut abandonner Ouaga pour développer l’ouest, vous serez encore les premiers à vous plaindre des autorités tant je suis convaincu que même si vous n’habitez pas Ouaga avec ses problèmes, vous y êtes de temps à autre de passage, exploitant ainsi ses infrastructures, bref profitant de VOTRE chère capitale ! Je souhaite fortement que des sages s’impliquent pour informer suffisamment les uns et les autres sur la nécessité d’œuvre pour un Burkina harmonieux et débarrassé des clivages ouest/centre et que sais-je encore qui ont déjà fait leurs lots de victimes chez nos voisins (Côte d’ivoire, Mali,...)

    • Le 1er février à 16:27, par Zangoté
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      "Tout les projets de développement sont orientés vers le plateau mossi." Cette affirmation relève des idées reçues pour ne pas dire des préjugés stériles. Ils sont nombreux en effet ces "gens de l’ouest" qui pensent que le grand ouest est laissé pour compte au profit d’autres zones notamment le plateau mossi. Il serait intéressant de visiter le plateau mossi pour vous convaincre que vous avez tout faux. Venez et vous verrez des barrages ensablés, des périmètres irrigués devenus des clairières, bref vous verrez ce vous verrez mais pas une zone nantie encore moins privilégiée. Je pense que vos affirmations s’appuient sur la situation très particulière de Ouaga qui n’est du reste plus l’apanage des mossis. S’il faut abandonner Ouaga pour développer l’ouest, vous serez encore les premiers à vous plaindre des autorités tant je suis convaincu que même si vous n’habitez pas Ouaga avec ses problèmes, vous y êtes de temps à autre de passage, exploitant ainsi ses infrastructures, bref profitant de VOTRE chère capitale ! Je souhaite fortement que des sages s’impliquent pour informer suffisamment les uns et les autres sur la nécessité d’œuvre pour un Burkina harmonieux et débarrassé des clivages ouest/centre et que sais-je encore qui ont déjà fait leurs lots de victimes chez nos voisins (Côte d’ivoire, Mali,...)

  • Le 31 janvier à 14:42, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    - Cher monsieur David Demaison NEBIE, comme tu es à Dédougou, je t’invite aussi à faire un tour dans la zone de Sono côté Sud-Est. Tu arriveras dans ce coin avant Sono et aussi vers l’Est de Sono. Tu verras les aménagements fait sous Blaise Compaoré sous prétexte que des agrobusiness exploitent. En guise d’exploitants, il parait qu’une grande parcelle a été attribuée au vieux Feu Oumarou Kanazoé et même à Blaise Compaoré parait-il ! Mais toutes ces parcelles avec leurs tuyauteries d’irrigation sont foutues, le tout envahi d’épineux. Aucune n’est viable !

    Et maintenant, le Kôrô Yamyélé que je suis va répondre à tes questions :

    Plus aucune structure administrative ne veille au bon fonctionnement des lieux. Pourquoi un tel abandon ? Pour la simple raison que s’il n’y a pas de perdiems et de frais de carburant, personne ne s’en fout pas mal ! Les gens travaillent de façon inconsciente de nos jours et n’ont aucune notion de patriotisme ni de biens publics.

    La production du blé n’est-elle pas bénéfique pour le pays ? Elle est bel et bien bénéfique pour notre pays, et le blé réussit très bien dans ces parcelles que tu as vu car il a été testé depuis 1973 par un russe du nom de Wizinsky qui fut DG des grands moulins de Banfora puis de la SOSUCO plus tard. Mon cher ami KA sais bien de quoi je parle et il pourra t’en dire un peu là-dessus. Et c’est lors de l’inauguration de ce site que Thomas SANKARA a lancé sa célèbre phrase disant que : ’’L’aide qui nourrit l’aide est une Aide aliénante. L’aide doit aider à assassiner l’aide’’. Rien que les femmes qui font le bouroumaassa sont des grandes consommatrices alors que la farine de blé importée, coûte très cher !

    Qui est responsable de ce grand gâchis ? C’est le système de la Compaorose avec Blaise Compaoré en tête sans oublier ceux qui étaient avec lui et dont les tentacules ont piraté le Gouvernement actuel. Pour eux, il fallait effacer toute trace de Thomas SANKARA même si c’était du bien qu’il a fait pour le pays. Ils étaient très méchants !

    Y aura-t-il un retour à la normale un jour ? C’est possible s’il y a surtout une 2ème insurrection pour balayser tous les vautours. Deuxième insurrection que Me Bénéwendé craint au point d’en parler dans Newsletters Faso Actu de ce dimanche 29 janvier 2017 lors de la clôture du deuxième congrès ordinaire de son parti, l’UNIR/PS. Mais ça vient et allons seulement ! Là tous ces ouvrages seront réhabilités par des patriotes soucieux de leur pays et non de politique politicienne !

    Au lieu de laisser ces machines se détériorer pourquoi ne pas chercher des voies et moyens pour pérenniser le projet dont l’importance n’est plus à démontrer pour un pays qui importe chaque année de grandes quantités de blé ? Parce que les irresponsables qui ont occasionné ce grand gâchis comme tu le dis et dont certains sont encore là ne sont pas sanctionnés et des comptes ne leur sont pas demandés. Et aussi et surtout c’est parce qu’il y a l’irresponsabilité générale que ces machines sont laissées à la l’abandon et se détériorent, et qu’aucune voie ni aucun moyen n’est recherché pour pérenniser le projet. C’est une gigantesque inconscience et une irresponsabilité monumentale. Ces machines sont cachées là-bas et heureusement que tu es allé découvrir cette gaffe et tu la portes à notre connaissance. Va là où je t’ai dit et tu y verras un autre gâchis autant monumental !

    Ou même, à défaut de produire du blé, pourquoi ne pas utiliser ce matériel chèrement acquis sur d’autres sites d’exploitation ? Parce qu’aujourd’hui, il y a trop d’incompétents et de fainéants dans les ministères chargés des productions. Personne ne veut se décarcasser ni bouger le petit doigt sans perdiems ! Rien que des fainéants et des incompétents toujours aptes à revendiquer faveurs sur faveurs, à boire la bière fraîche, tous scotchés dans les bureaux à Ouagadougou !

    Pourquoi un tel gâchis dans un pays à la recherche de l’autosuffisance alimentaire ? Je te dis que c’est l’inconscience généralisée, le manque d’initiative et de perspective !

    CONCLUSION  : Félicitation à toi Nébié. Je propose que l’État réhabilite ces sites et autorisent les exploitants individuelles á s’y installer s’ils veulent avec des cahiers de charges peu contraignants élaborés par les Organisations Professionnelles Agricoles (OPA) et non par des fonctionnaires/Consultants théoriciens frileux et toujours plus bavards que productifs. Ces individus pourraient s’organiser en coopératives ou GIE selon les filières de production ou les maillons des filières de production pour améliorer la chaîne de valeur. Si des fonctionnaires téméraires, au lieu de somnoler dans des bureaux poussiéreux veulent y aller pour produire et se rendre plus utiles à la nation, qu’ils en soient autorisés également. Mais là, aucune faveur particulière pour eux en dehors de l’indemnité de départ, ce qui est déjà beaucoup.

    NB : Maintenant j’attends les volées de bois verts et les coups de gueules de ceux qui ne sont pas contents de cette vérité !

    Par Kôrô Yamyélé

    • Le 31 janvier à 16:29, par AIH
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      Je valide M. Kôrô Yamyélé. C’est ça un Kôrô. Merci pour ta francise.

    • Le 31 janvier à 20:46, par SOME
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      mon koro, tu t’en fous des volees de bois verts car tu sais de qui ca viendra... Tu sais bien que ceux qui ont tué la revolution ne venaient pas pour continuer l’avenir du pays, mais toute occasion est pour detourner l’argent et faire la course a qui serait plus milliardaire que l’autre... Bref ! Felicitations tout simplement. Quand quelqu’un a tout dit et bien dit, il ne faut plus gater la sauce !
      SOME

    • Le 31 janvier à 22:11, par BONZI
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      Rien à ajouter. Ce gâchis est à l’image du patriotisme des burkinabe. Comme des moutons, tout le monde suit les hommes politiques à qui chacun veut ressembler.

    • Le 1er février à 01:20, par Le paysan
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      Mon frere, une verite incontestable n’existe pas. Si tu veux une verite incontestable, tu peux creer ta religion et avoir tes adeptes.
      Pour cette brillante analyse que tu as faites, j’adhere parfaitement a ta vision des choses. Mais juste pour te faire remarquer que
      si des analyses et des paroles d’un president de l’assemble et meme du president de la republique sont crittiquer, ce n’est pas pour
      toi la qui fera l’exeption. Quant a ton analyse je te tire mon chapeau.

      Par un paysan du village.

    • Le 1er février à 08:21, par fils
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      je valide l’analyse est "on ne peut plus claire"

    • Le 1er février à 09:05, par Vaurien
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      Je ne vaut rien mais ce que le kôrô a dit est vrai dèh. Même un élève nullard de CP1 comprendra très bien ce que ça veut dire. Merci au Kôrô pour son discernement, sa clairvoyance et son courage. Que nos autorités réagissent s’ils veulent vraiment le développement du Burkina Faso.

      • Le 1er février à 11:33, par Dôgô
        En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

        Youpiiii....yeahaaa !

        Ca, c’est un VRAI KÖRÖ. Je viens de reconnaître le vrai doyen qui a vécu et qui a vu ; qui peut nous éclairer nous les petits. Je propose au KÖRÖ de faire un écrit sur ce sujet et ceux du genre à adresser au Premier Ministère au ministère de l’Agriculture. Faites ampliation aux organes de presse, qu’on sache qu’ils ont reçu le message et on les attend au pied du mur. Le développement c’est pas les parrainages et les lancements tous azimuts de projets sans suivi ni prévisions de la viabilité et des retombées.
        C’est une très belle journée qui commence et qui finira avec.....la victoire des Etalons.
        Bonne journée le KÖRÖ. On attend votre écrit.

    • Le 1er février à 11:19, par AFRIQUE MON AFRIQUE
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      Ou même, à défaut de produire du blé, pourquoi ne pas utiliser ce matériel chèrement acquis sur d’autres sites d’exploitation ? Parce qu’aujourd’hui, il y a trop d’incompétents et de fainéants dans les ministères chargés des productions. Personne ne veut se décarcasser ni bouger le petit doigt sans perdiems ! Rien que des fainéants et des incompétents toujours aptes à revendiquer faveurs sur faveurs, à boire la bière fraîche, tous scotchés dans les bureaux à Ouagadougou !
      cher Kôrô Yamyélé, vous avez tout dit .nous regrettons l’époque où les agents d’agriculture parcouraient la brousse à vélo pour apprendre à nos parents les semis en ligne, les agents de santé parcourir les hameaux de culture pour vacciner et lutter contre les grandes endémies. les enseignants s’inquiétant de l’absence d’un élève etc..... et cela sans perdiems. chacun se donnait à fond pour le développement du pays

      • Le 2 février à 07:46, par Raogo
        En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

        Vous voyez ce sont nos anciens ministres qui n’étaient pas bon. Que le premier Ministre demande à tous les Ministres de faire le point de tous les anciens projets de son département en donnant les motifs à savoir pourquoi ces projets n’ont pas marchés, quels sont les enseignements tirés, qu’est ce qu’il faut pour relancer ces projets en terme de ressources et Finalement préciser quels sont les projets en phase avec le PNDS pour éviter des doublées en minimisant le cout du PNDS.

    • Le 1er février à 16:30, par daramouni
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      Bonsoir
      J’ai pris connaissance du reportage aussi et j’en suis heureux et triste et tout à fait d’accord avec yamyélé. (Quel gâchis dans ce pays). Heureux, parce que dans ce pays on peut constater qu’il y a des gens en avance sur leur temps, qui propose des solutions intéressantes mais jamais suivies certes, mais triste aussi parce que après ses sacrifices consenties les investissements acquis sont laissés à l’abandon. La question qui se pose en ce moment, est que faire pour la mise en état de cet investissement et sa réorientation pour booster notre économie ? Pour ma petite expérience, je peux dire qu’il y a eu trop de gâchis dans notre pays. De l’acquisition du laminoir par Mr Macaire OUEDRAOGO dans les années 78, des travaux de l’OPEV (office pour la promotion de l’entreprise voltaïques) qui ont disparus, du cimetière d’engin agricole de Bagré avant le projet qui aurait pu être récupérer après un entretien et un suivi etc…. Bref. En lisant votre reportage, ce qui me vient à l’esprit est de demander la mise à disposition de ce parc d’engin avec un accompagnement pour la mise en état de se équipement. Avec un électrotechnicien, un électromécanicien, un mécanicien auto et des OS (ouvriers spécialisés dans le cablage , l’électricité, la mécanique générale, et la mécanique auto…), je suis persuadé de la mise en état de cet équipement pour le bonheur des populations de bengadi. Sachons une chose, l’entretient est toujours moins cher que la réparation. Mais nul n’étant prophète chez soit on préféra chercher des pièce de rechange ailleurs que de mettre à contribution nos établissement d’enseignement technique et de formation professionnelle. Pour ma part, je préfère quoi qu’il en coûte les mettre à contribution, car les devises resteront ici.

    • Le 2 février à 07:56, par Raogo
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      L’Etat doit créer une direction de suivi de tous les projets avec financement Etats, Etats Bailleurs de fonds, Etat partenaires étrangers ou confier ces suivis aux cours des comptes pour éviter que l’Etat s’endette à des milliards de francs et laissé quelques individus tués nos projets de développement à des fins personnels et laisser la postérité endettée.

  • Le 31 janvier à 14:54, par 10sur10
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    À la recherche du gain personnel et parfois au détriment d’autrui, les burkinabé ont perdu la notion du bien et du mal ; ce qui compte c’est le gain personnel ! Comment vouloir une chose et son contraire. Nous avons donné 27 ans à Blaise COMPAORE pour anéantir les efforts de développement du BF initié par Thomas Sankara et nous allons donner encore 20ans aux amis, soutiens et complices de Blaise COMPAORE pour nous endormir. Salif Diallo, bras droit de BC n’est pas étranger à la situation du Sourou.
    Ils sont allés emprunter de l’argent pour s’enrichir, ils dise qu’ils ont eu 18mille milliards pour le développement du pays. L’investissement saboté du Sourou est exemple d’investissement structurant de l’économie d’un pays. Nous sommes dirigés par des gens qui ont le doctorat ou quoi encore mais ont perdu les notions de base de l’économie qu’est la productivité ! Aujourd’hui on produit quoi, demain on produira quoi, on s’en fou, point barre !

  • Le 31 janvier à 15:05, par Yiriba
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    M. Nebie, c’est très intéressant d’apporter à la connaissance du publique de telles informations importantes, et vous venez de contribuer à votre manière à la recherche d’une solution éventuelle. Au Faso, on a toujours privilégié la construction du neuf et ignoré l’entretien et la rénovation des biens qu’on possède déjà. Pour un remplacement d’une bougie, on laisserai pourrir dans le champ un tracteur, dans certains cas. Voir l’état de tous les édifices publiques comme les hôpitaux, écoles, lycées, dispensaires, préfectures, postes de gendarmerie et de police et j’en passe. Quant au gâchis de Benkadi Sourou, c’est le résultat lorsque dans la gestion des projets majeurs, personne n’est imputable, de haut comme d’en-bas, dans la préservation et la maintenance opérationnelle des actifs de valeurs. Espérons seulement que la réhabilitation de ces infrastructures puissent se faire et qu’une mise en exploitation responsable puisse s’installer par le biais d’ONG et de coopératives d’exploitants autonomes. Des exploitants pouvant comprendre qu’on ne peut plus conserver toutes les recettes de l’exploitation comme des profits nets sans contribution à une caisse de provision (réserve) pour la maintenance, l’entretien et l’amortissement des ressources collectives. Ainsi ces exploitants s’affranchiront de l’état et exerceront une activité viable de long terme.

  • Le 31 janvier à 15:16, par paysannoir
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Voila comment l’ancien régime a géré les projets. les paysans qui sont à coté n’ont rien dit depuis.

  • Le 31 janvier à 15:18, par DJIBI
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    CB, tu dis nous retrouver où il nous a laissés ? Moi je pense que nous avons même reculé par rapport au temps de Sankara.

    • Le 31 janvier à 17:41, par Mafoi
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      Bien dit et c’est d’ailleurs une vérité incontestable.Nous vivions mieux au temps de Thomas Sankara,que ça soit sur le plan sécuritaire,alimentaire,scolaire etc etc etc !
      Honte à ces régimes pourris qui sont venus après à savoir bilaise compaoré et maintenant son petit élève rock kaboré

  • Le 31 janvier à 15:25, par OS
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Dans le cadre du PNDES, le ministère de l’Agriculture et des Aménagements Hydrauliques prévoit sur ce site l’aménagement de 2 000 ha de terres afin de relancer la culture du blé. Ce sera fait cette année.

    • Le 1er février à 10:02, par RAWA
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      Merci OS. Ton information clouera le bec de prétendus connaisseurs comme Koro Yamyélé et même l’auteur du reportage qui n’e cherchent pas à avoir des informations pourtant récentes, préférant se livrer à des critiques non constructives

      • Le 1er février à 14:07, par Kôrô Yamyélé
        En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

        - RAWA, moi je ne répond pas trop aux idiots et aux jaloux ! En quoi je me prétend connaisseur ? Et même si je le prétendais, effectivement je le suis. Mais comme tu es un petit cancre et un petit jaloux, tu vas exploser cette fois car je vais t’éclairer davantage sur le projet dont fait cas ton Dieu sur terre OS puisque jen connais un peu plus que toi. Voilà donc, etit vaurien :

        Concernant ce projet, le financement acquis est de 39.060.422.625 FCFA, soit 59.547.230,42 € et il est en recherche de financement complémentaire. Et il a 4 composantes qui sont :

        1/- Travaux d’aménagements hydro- agricole
        2/- Suivi, contrôle, supervision des travaux
        3/- Mise en valeur de l’aménagement
        4/- Gestion et suivi évaluation du projet

        L’Étude de faisabilité de 800 ha disponible tandis que celle sur 1.200 ha sont encore indisponibles. Et pour corriger le Sieur OS, ce projet dont il parle va être exécuté dans la Région de la Boucle du Mouhoun, province de la Kossi, Commune rurale de Sono et non pas au Sourou comme ton grand connaisseur l’a annoncé ici. Son objectif global est ‘’Contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté dans la zone de Dangoumana’’.

        NB : Si tu veux en savoir plus connecte-toi sur le site : www.pndes2020.com et ouvre la fenêtre des projets. Petit inculte vantard, le Kôrô Yamyélé que je suis est un gros gabarit devant toi hein !? Au lieu de chercher à mieux connaitre et mieux te cultiver en m’interrogeant, tu t’attaques à moi ! RAWA, je suis un gros morceau pour toi dè !

        Par Kôrô Yamyélé

        • Le 1er février à 17:12, par pauvre Afrique
          En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

          D’après ces chiffres, cela fait 19 millions par hectare aménagé !!! Si on réhabilite l’existant, cela ne devrait pas être aussi coûteux. Avec un tel coût, avec quelle culture pouvons nous rentabiliser ? Personnellement, je ne vois pas. Pour le blé, je doute que cela soit rentable au Sourou avec les cours mondiaux actuel mais c’est à vérifier !

    • Le 1er février à 15:23, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      - OS, s’il te plait je vais te demander de mieux te documenter encore. Ce projet dont tu parles, s’il est vraiment de 2.000 Ha du Projet d’aménagement de 2.000 ha de périmètre hydro agricole pour la culture de blé ou du Projet d’aménagement hydro agricole de 2.000 ha à Dangoumana (ce dont je doute !).

      Il fait partie des 14 projets de l’Axe du PNDES sur la Production Agro-Sylvo-Pastorale, et les 14 projets sont les suivants :

      - Projet de création d’une Centrale d’approvisionnement des intrants et matériels agricoles (CAIMA)
      - Projet d’aménagement de 35 000 ha de bas-fonds
      - Programme de développement intégré de la vallée de Samendeni phase II (PDIS II) : composantes aménagements de périmètres irrigués et recalibrage du Mouhoun
      - Projet pôle de croissance de Bagré
      - Projet de création de lycées agricoles spécialisés par région
      - Projet de mise en place d’un mécanisme de gestion des risques agricoles et alimentaires
      - Projet de développement de la mécanisation agricole et de soutien au secteur hydraulique phase 2 (PDMA-SSH) II
      - Projet d’aménagement hydro agricole de 2 000 ha à Dangoumana
      - Projet d’aménagement de 1 812 hectares de périmètres irrigués à Sono Kouri
      - Projet d’aménagement hydro agricole de 1 500 ha à Bissan
      - Projet de réhabilitation de 3 818 hectares de périmètres irrigués dans la vallée du Sourou
      - Projet d’aménagement de 2 000 ha de périmètre hydro agricole pour la culture de blé
      - Projet de création d’une unité de production de vaccins pour animaux au Laboratoire national d’élevage de Ouagadougou
      - Projet de mise en place d’une Centrale d’achat de médicaments vétérinaires (CAMVET)

      Mais bon ! Ce ne sont que des projets donc ce n’est pas du concret d’abord !

      NB : Le Kôrô Yamyélé a été invité à contribuer à la formulation du PNDES (qui, je le redis n’est pas à totalement à priver de critiques !)

      Par Kôrô Yamyélé

      • Le 1er février à 17:29, par sidsomde
        En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

        Donc OS a raison, le 11ème et le 12eme projets cités par Kôrô yâmyéllé lui donnent raison !

        • Le 15 février à 23:49, par PAYSAN D’AFRIQUE, PRODUCTEUR POUR L’AFRIQUE.
          En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

          je pense que tu pense et analyse la politik des RSS ! Si ce nest pas parler est ce que ya travail ? on nous dit que djadiste va fuir le nord pour laisser les enseignant travailler et l’endemain cest presque partout au nord que insecurité est venu chassé la reste de enseignant qui pensait en verité des politik !

  • Le 31 janvier à 15:31, par warba
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Le sourou est un enorme gachis economique de notre pays.Pour le moment le peuple n’a pas connaissance de cette catastrophe camouflee a coup de fausse propagande.Il faut etre realiste car :-le burkina n’a pas un climat favorable a la culture de ble et c’est du pure snobisme car les rendements obtenus sont faibles malgre la qualite des sols 1 a 2 tonnes/ha au lieu de 7-8 Tonnes/ha en Europe .Nous avons denonce cette option en vain.Il aurait ete plus judicieux de privilegier la culture du mais ou du mil sorgho plus utile et demandee. Les missions de l’AMVS sont floues et ne lui permet pas de diriger fermement la vallee du sourou.-le sourou mal gere est un gros echec de l’agrobussness dans notre pays et c’est la meme situation a bagre.

    • Le 1er février à 09:54, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      - Warba, c’est très grave ce que tu dis-là ! Je vais te rabaisser le caquet tout de suite et te démontrer que tu ne connais pas la culture du blé !

      Voilà mes cher internautes ! Avec des agronomes ou des esprits pareils, on n’est pas encore sorti de l’auberge ! Voilà quelqu’un qui ne fait pas référence au calendrier climatique pour adapter la période de culture du blé. Pourquoi alors il est prévu un système d’arrosage ici alors qu’en Europe ce n’est pas le cas monsieur le petit agronome ? Le Kôrô Yamyélé va te dire ceci : Pour le cas du Burkina, les préparations de sol (labour, etc.) au Sourou pour le blé doivent être faites normalement dans de bonnes conditions ainsi que les semis autour du mois d’octobre, voire novembre de sorte qu’à la levée et à la montaison, avec l’arrosage en plus, on constitue un climat favorable à la culture du blé, surtout qu’on rentre en ce moment dans la période du froid ici. L’arrosage va créer un microclimat favorable à la culture du blé et on ne t’a pas demandé d’aller cultiver du blé à Djibo ! Et sache que si des gens arrivent à cultiver la vigne ici et a en récolter les raisins, c’est que c’est possible pour le blé aussi.

      Tu ne veux pas te décarcasser, c’est tout ! Et ton intervention m’interpelle à t’enseigner un peu ! Sache d’abord qu’il y a deux principales espèces de blé :

      - Le blé tendre ou Triticum aestivum destiné à la panification (fabrication du pain)
      - Le blé dur ou Triticum turgidum ou encore Triticum durum destiné à la fabrication des pâtes alimentaires ou macaronis.

      Parmi les deux, c’est le Triticum aestivum qui est indiqué pour le Sourou. L’autre étant beaucoup plus capricieux en matière de climat, donc n’a pas été testé au Sourou. Et pour t’aider un peu, je vais de faire savoir que :

      - La formule suivante peut servir à déterminer la dose de semis :

      Dose de semis (kg/ha) = (graines/ha ÷ graines/kg) x (100 ÷ % de germination). Par exemple, si l’on vise 4,0 millions de graines/ha pour la variété Akilal, et que le taux de germination est de 95 %, à raison de 25.000 graines/kg, la dose de semis sera de 168 kg/ha (Dose de semis (kg/ha) = (4.000.000 ÷ 25.000) X (100 ÷ 95) = 168 kg/ha). Si tu connais pas comment on trouve le % de germination ou taux de germination, tu prends 100 grains de blé que tu enveloppes dans un morceau de cotonnate, tu arroses et tu poses à ta fenêtre en arrosant une fois par jour, et au bout de 5 jours, tu déballes ta cotonnade et tu comptes les grains qui ont germé sur les 100. Si tu trouves 75, c’est que ton taux de germination ou % de Germination est 75.

      - En matière de fertilisation azotée, le blé tendre a besoin de la plus grande part de ses besoins en azote pendant la phase tallage-remplissage du grain. Le calcul de la quantité d’azote à apporter dépend de plusieurs paramètres. Les plus importants sont : le rendement objectif, le besoin de la culture en azote, la fourniture d’azote par le sol (minéralisation + reliquat de la culture précédente), et le coefficient apparent d’utilisation de l’azote.

      Dose d’azote à apporter (kg/ha) = (Rendement objectif - rendement témoin) x (EUN/CUA)

      Rendement témoin (qx/ha) : C’est le rendement grain du témoin estimé à partir de l’un des indices de disponibilité de l’azote. Le rendement du témoin peut être estimé à partir de la teneur du sol en matière organique : Rendement témoin=-2,3 + 27,1 x MO(%)

      CUA = Coefficient d’utilisation de l’engrais azoté, généralement compris entre 60 et 65%, sauf dans le cas où le sol est bien structure et le peuplement est optimal, dans quel cas le CUA peut atteindre des valeurs supérieures.

      EUN = Efficience d’utilisation de l’azote, généralement compris entre 3,5-3.95 kg N/ql de grain de blé.

      - Quant à la fertilisation phospho-potassique, sachant qu’il faut 1,7 kg de P (Phosphate), et 2,2 kg de K (Potassium) pour produire un quintal de blé, les besoins de la culture dépendent du rendement objectif. Ce dernier varie essentiellement en fonction des disponibilités en eau au cours du cycle de croissance.

      Maturité et récolte  : Le grain de blé est mur lorsqu’il casse sous la dent. Un taux d’humidité de 15%, une hygrométrie de l’air ambiant inférieure ou égale à 70% et une température de l’air et du grain de 10°C sont indiqués pour une bonne conservation.

      Le cours est gratuit pour toi !

      Par Kôrô Yamyélé

      • Le 1er février à 10:17, par RAWA
        En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

        Bon, Koro Yamyélé, tu es un vrai désastre pour le Faso. Si tu connais tout ça, pourquoi ne pas aller toi même t’investir dans la région ? Je suis sûr que si tu ficellais un on projet, tu pourrais avoir un financement pour faire ce travail. Peut être même que l’état t’aurait loué le coin et tout le matériel qui va avec. C’est dommage que tu préfères reter derrière ton ordinateur pour papoter. Il y’a du travail et de l’argent au Burkina. Seulement, contrairement à ce que nous croyons nous burkinabè, nous sommes paresseux et aimons la facilité.

        • Le 1er février à 12:13, par AFRIQUE MON AFRIQUE
          En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

          Koro Yamyélé a démissionné de la fonction publique et créer sa propre entreprise agro pastorale. il emploi plusieurs travailleurs. il pourra vous raconter ses déboires avec l’ état .c’est un bel exemple même si nous trouvons qu’il est parfois dur.
          *

        • Le 1er février à 14:58, par Kôrô Yamyélé
          En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

          - Cher RAWA, que je t’admire alors ! Vraiment j’ai de l’admiration pour des gens comme toi ! Malgré mon langage dur tu es resté zen et tu m’as même conseillé de monter un projet et chercher un financement. Merci RAWA et vraiment sache que je te porte désormais dans mon coeur. Ceci étant je te donne l’information sur ma situation :

          RAWA, rentré de mes études il y a longtemps, j’ai toujours refusé de m’engager dans la politique. J’ai été donc prit directement à la fonction publique sans concours d’entrée comme la plupart de mes promotionnaires tel que mon ami KA. Tous les dossiers durs m’étaient confiés à tel point que certains collègues m’ont collé le sobriquet de ’’l’homme aux dossiers corsés’’. Je les traitais tous en un temps record et les résultats étaient tous positifs à tel point que mon Sg se demandait comment je faisais pour m’en sortir si vite là où au moins 3 personnes ont perdu leurs cheveux avant moi. Puis je ne sais pas quelle mouche m’a piqué un jour, Je suis rentré dans la politique. J’ai été membre fondateur de l’ODP/MT et notre 1er président était Clément Oumarou Ouédraogo. A un moment donné le président Blaise Compaoré recommande la large ouverture. Ainsi Alain Yoda qui nous insultait bien est venu se joindre à l’ODP/MT avec son parti. Il en fut de même pour Feu Alain Ludocic Tou et de Kader Cissé avec leur GDR. L’union a été scellée à Gaoua en 1996 et c’est Ludovic Tou qui a prononcé le discours au nom de ceux qui nous rallier. Ce ralliement a consacré la naissance du CDP. Mais déjà auparant, le mensonge a commencé à être la ligne politique dans l’ODP/MT et la Direction politique prenait les décisions et les imposait aux militants sous le fallacieux prétexte du centralisme démocratique. Des décisions les plus impopulaires et les plus insultantes ont ainsi été imposés par ce biais. Le favoritisme a commencé et s’est amplifié par la suite. Nous autres qui avions bien travaillé pour le parti, on nous marginalise chaque fois qu’il faut désigner des gens à des postes. Les leaders favorisaient chaque fois leurs parents directs ou de régions, leurs femmes et mêmes leurs copines. Blaise Compaoré, pour nous mettre en conflit et nous diviser a placé tous les nouveaux venus pour nous aigrir davantage (A. Yoda : MAE puis de la santé, L. Tou  : MEFP et K. Cissé  : Mine et énergie, etc.). Moi et quelque-uns avons commencé à nous plaindre. Il nous a été dit de faire un choix : (i) Accepter et nous serons recompansés plus tard, (ii) Quitter le parti et nous taire et on nous laisse tranquille, ou (iii) Démissionner et critiquer auquel cas on nous casse. Le choix était difficile ! Ton Kôrô Yamyélé a opté pour le choix (ii). Mon aigreur était à son comble. J’ai démissionné doucement de la Fonction Publique. Je suis donc venu dans ce petit village où je suis, j’ai demandé la terre aux vieux et Dieu merci ils m’ont compris et m’ont attribué 50 Ha. C’est là que je suis aujourd’hui comme fermier, cultivant du maïs, des légumes. J’ai aussi un grand verger de fruitiers divers. J’élève des bovins dont j’exploite le lait et le fumier. J’ai des moutons et beaucoup de pintades pour manger et offrir. Il peut m’arriver de ramaser 300 oeuf de pintades par jour au moment de la pointe des pontes. J’ai aussi des ruches dans mon verger pour produire du miel mais beaucoup plus pour que les abeilles pollinisent bien les fleurs de mes arbres pour une bonne production. Enfin j’ai 2 tracteurs dont un de 90 CV et un de 60 CV, et un camion sans oublier mon 4X4 et bien d’autres choses. Pour tout couronner j’ai une grande plaque solaire qui me fournit le courant pour me connecter et faire fonctionner la pompe imergée de mon forage pour remplir mon châteu d’eau. Par exemple ce soir grace à cette plaque, je vais suivre le match Étalons/Egypte ! J’ai des contrats d’approvionnement à Ouaga tout comme à Bobo et ailleurs que j’honore autant que faire se peut. J’ai des employés qui sont sont constitués de techniciens agricoles, de vétérinaires, d’un forestier, des ouvrier spécialisés(2 tractoristes, 2 Chauffeurs, etc.), et manoeuvres, tous déclarés à la CNSS et bénéficiant de la cotisation retraite et du 13ème salaire chaque année. Je les ai tous exigé d’inscrire leurs enfants à l’école, filles comme garçons ! Ceci est une exigence sur laquelle je ne tergiverse pas ! Et après chaque compo u examen, je regarde minutieusement leurs Bulletins à eux tous et là oû ça ne semble pas marcher, je pars interroger le maître ou le professeur pour avoir des recommandations pour redresser ! Eh oui, désolé mais c’est comme ça avec moi ! Il faut donner à chaque enfant sa chance ! Parmi eux, tu ne trouveras pas un seul qui va parler mal de moi, ni eux ni les villageois d’ailleurs. Voilà cher RAWA ce que je suis. Merci encore à toi.

          Par Kôrô Yamyélé

  • Le 31 janvier à 16:10, par YN
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    C’est cette inconsistance temporelle dans les investissements publics qui nous fait tourner en rond !!!!!!
    Merde alors..................................!

  • Le 31 janvier à 16:29, par AIH
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Je valide M. Kôrô Yamyélé. C’est ça un Kôrô. Merci pour ta francise.

  • Le 31 janvier à 16:37, par Gangobloh
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Merci monsieur NEBIE , plus l’infirmation circulera, plus nous verrons le degré d’inconscience d’insouciance et de mensonges de nos dirigeants . C’est dommage et cent fois dommage. Tant qu ’ ils n’ont pas leurs propres intérêts ils s’en foutent .Au peuple de se réveiller et de dire non et non .

  • Le 31 janvier à 17:06, par Cheikh
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    David, ce rappel constitue de ta part ce qu’on aurait appelé une belle initiative, si tu ne l’avais pas finalement terni, avec une conclusion à l’emporte-pièce ! En effet cette entreprise ne saurait dater du temps de Sankara, pour que l’on vienne tout de go en attribuer l’abandon à l’actuel régime ! Au lieu de nous gaver d’absurdités pareilles, tu devrais en tant qu’intellectuel redresser sur place la barre, en incitant ces associations à une juste compréhension de leur situation ! Si depuis vingt-sept ans, l’ancien régime n’a pas jugé bon de renouer avec ce projet du temps de Sankara pourtant salvateur, le nouveau régime pourrait se donner peut-être le temps d’y réfléchir. Mais ce serait vraiment l’offenser à tort, que de vouloir lui faire porter de force, une camisole hors-mesure. Ce n’est pas parce qu’on aime pas le lait, qu’il faut le désavouer pour sa blancheur ! Autrement dit de grâce, ne déshabillez pas Blaise COMPAORE ici de ses haillons, pour habiller Roch Marc Christian KABORE, sinon, ce serait fort mal à propos !

  • Le 31 janvier à 17:17, par pioyipo
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    NEBIE merci pour votre travail de terrain. Je te suis depuis un certain temps loin des bureaux feutrés, loin des conférences de presse avec pauses café et perdues. Tu es sur ta moto à travers les villages et hameaux de culture dans la boucle du Mouhoun. Ton reportage sur pouy village de feu Daniel Ouezzin COULIBALY avait ému de nombreux ressortissants. Merci petit gourounga.

  • Le 31 janvier à 17:41, par Mafoi
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Bien dit et c’est d’ailleurs une vérité incontestable.Nous vivions mieux au temps de Thomas Sankara,que ça soit sur le plan sécuritaire,alimentaire,scolaire etc etc etc !
    Honte à ces régimes pourris qui sont venus après à savoir bilaise compaoré et maintenant son petit élève rock kaboré

  • Le 31 janvier à 17:53, par ACHILLE DE TAPSOBA
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Merci Mr NEBIE pour ce beau reportage et soyez bénis au nom du SEIGNEUR. Pitié pour ces braves paysans du Sourou désemparés. Nous avons énormément mal au cœur de voir ces projets inachevés et inexploités dans un pauvre pays où le moindre centime gaspillé coûte trop cher et gagner le pain quotidien est un combat de gladiator pour la population. Je répète et je signe les politiciens n’ont aucune pitié pour ce Brave Peuple. Ils mentent à longueur de journée dans les médias pour faire croire qu’ils luttent contre la pauvreté .Quand on a les politiciens affairistes(Compaorose et son prolongement actuel rss) boulimiques d’argent on ne peut qu’assister des scènes de désolation(gâchis du Sourou). Salif Diallo était aux affaires(ministre de l’agriculture) il est comptable de la situation actuelle du Sourou.

    Dans l’agro-business, l’État Burkinabé peut diminuer sensiblement le taux de chômage car notre chère nation est à vocation agricole et pastorale. Le combat du Grand et Célèbre Thomas Sankara était l’autosuffisance alimentaire malheureusement il a été assassiné par son ami ivoirien Blaise Guessan Compaoré. Il faut mettre la jeunesse à l’œuvre avec du matériel technique adapté, le Burkina mangera à sa faim.

    Que LE SEIGNEUR bénisse le BURKINA que nous aimons tous.Amen
    Paix et Succès à Tous les BURKINABES . Amen

    Achille De TAPSOBA le Bobolais

  • Le 31 janvier à 17:57, par Mutumbila
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Merci Kôrô Yamyélé pour cette intervention. Rien a ajouter tout a été dit. Que Dieu te garde le plus longtemps possible sur cette terre. Un vrai Kôrô comme l’a dit l’autre.

  • Le 31 janvier à 18:18, par pioyipo
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    NEBIE merci pour votre travail de terrain. Je te suis depuis un certain temps loin des bureaux feutrés, loin des conférences de presse avec pauses café et perdièms. Tu es sur ta moto à travers les villages et hameaux de culture dans la boucle du Mouhoun. Ton reportage sur pouy village de feu Daniel Ouezzin COULIBALY avait ému de nombreux ressortissants. Merci petit gourounga.

  • Le 31 janvier à 18:33, par ELKABOR
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Merci pour ce reportage. Mais il fallait aussi aller à 7 km de là à Di, tu aurais vu que l’espoir est entrain de renaitre, car avec le MCA passé les américains ont aménagé 2 240 ha de terre et installé plus de 8 000 ménages pour l’exploitation de ces terres. Ils continuent d’ailleurs de surveiller cet investissement comme du lait sur le feu d’ailleurs. Pour la petite histoire quand ces américains sont venus pour faire ce travail, les mêmes vautours voulaient prendre cet argent pour faire ce qu’ils voulaient comme magouille avant de laisser les miettes aux paysans. C’est là que ce américains ont dit qu’ils vont faire ça eux-memes, avec leur argent et avec les entreprises qu’ils auraient choisi eux-memes, et qu’ils allaient surveiller jusqu’à la distribution de ces parcelles. Gare à l’entreprise et aux détouneurs car ils seront sanctionnés sans pitié s’ils commettaient une faute !. Vous pouvez aller y faire un tour à Di et vous allez voir le résultat. Pour Benkadi, ce n’est pas quelqu’un qui m’a dit, j’ai vu de mes propres yeux les étudiants qu’on voulait lancer dans la production agricole et notre Isaac Zida était parmi ces fameux étudiants qu’on a amené de la ville au Sourou. Voilà des gens qui prenaient un tracteur pour aller acheter de la cigarette chez le boutiquier du coin !!! Nous on riait car en jeunes villageois cela dépassait notre entendement !. Les maisonnettes de ces étudiants sont toujours plantés là bas comme des vestiges ! Et quand après l’insurrection j’ai vu que c’était ce meme type qui dirigeait les choses j’ai criéé Mbayé Wendé ! on est foutu !! Les résultats c’était ses galons de générale de division, ses parcelles de Ouaga 2000 et j’en passe pour l’argent liquide qui n’est pas à sa place ! Hé Dieu !!! Il ya pleins d’exemples de gachis comme cela, mais personne n’est jamais responsable : le Ranch de Markoye qui s’ensouvient ? Non loin de nous les animaux améliorés avec la semence importée du Brésil ? Et la ferme de Kikideni ? Et l’Opération Gomme arabique et on veut se développer avec ces gachis sans responsable !. Mieux on dirait que quand tu détournes on t’applaudit. Allons seulement ! Vive les Etalons eux au moisn ils poussent bien le ballon sur terrain. On va bouffer egyptien en attendant de revenir dans nos problèmes quotidiens !

    • Le 31 janvier à 19:38, par Zabréba
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      Ah tiens ! Notre "héro" Zida a donc été parmi les étudiants qui ayant échoué dans les amphi ont dilapidé nos deniers publics en rêvant de devenir des producteurs agricoles modernes !

    • Le 31 janvier à 21:04, par SOME
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      el kabor justement là tu donnes une preuve de la mauvaise volonté de nos dirigeants. Mais qui est responsable ? Quand sankara sanctionnait les coupables, on criait (et certains crient toujours hypocritement) a la dictature. Et nous aussi nous avons accepté. Tous nous sommes responsables de la situation actuelle par notre complicité silencieuse ou active. Sankara e disait-il pas qu’il se sentait seul, laché de tous ? Au moins aujourd’hui tirons en les leons et restons vigilants par rapport a tous ces faux qui chantent sankara pour mieux tuer sankara. Si nous nous taisons encore, nous participos de la destruction sure et certaine de notre pays
      SOME

    • Le 2 février à 11:35, par mountuan
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      ELKOR je comprends maintenant pourquoi ZIDA avait nommé SAGNON Adama ex DIRECTEUR de BBDA ministre de la culture, SAGNON était aussi au Sourou comme jeune étudiant installé

  • Le 31 janvier à 19:38, par Zabréba
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Ah tiens ! Notre "héro" Zida a donc été parmi les étudiants qui ayant échoué dans les amphi ont dilapidé nos deniers publics en rêvant de devenir des producteurs agricoles modernes !

  • Le 31 janvier à 20:00, par Peuple insurgé
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Il y a plus grave : ce pays n’a pas de patriotes au sommet. Et croyez moi dans ce cas on ne réussira nulle part, condamnés à faire la manche...

  • Le 31 janvier à 20:10, par Gaël
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Tout prés de Ouagadougou et de kos yam, il y a BRAFASO, de l’argent des contribuables sorti pour sécuriser l’investissement d’un camarade. On passe le temps à nous parler de création d’emploi et le Ministre de la jeunesse et l’emploi n’est pas capable de mettre ça dans son programme et créer de l’emploi. A quand Brafaso pour paraphraser le sage KI ZERBO ?

  • Le 31 janvier à 20:11, par Cequejenpense
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Je me rappelle encore comme si c’était hier. Lorsque Yonli était PM il a débarqué à Tougan en hélicoptère suivi d’une délégation. Semble-t-il pour aller relancer les activités de production de blé bio dans cette même vallée du Sourou. Et qu’une entreprise européenne (française ) s’engageait à acheter la production. Les politiciens.

  • Le 31 janvier à 20:46, par SOME
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    mon koro, tu t’en fous des volees de bois verts car tu sais de qui ca viendra... Tu sais bien que ceux qui ont tué la revolution ne venaient pas pour continuer l’avenir du pays, mais toute occasion est pour detourner l’argent et faire la course a qui serait plus milliardaire que l’autre... Bref ! Felicitations tout simplement. Quand quelqu’un a tout dit et bien dit, il ne faut plus gater la sauce !
    SOME

  • Le 31 janvier à 21:04, par SOME
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    el kabor justement là tu donnes une preuve de la mauvaise volonté de nos dirigeants. Mais qui est responsable ? Quand sankara sanctionnait les coupables, on criait (et certains crient toujours hypocritement) a la dictature. Et nous aussi nous avons accepté. Tous nous sommes responsables de la situation actuelle par notre complicité silencieuse ou active. Sankara e disait-il pas qu’il se sentait seul, laché de tous ? Au moins aujourd’hui tirons en les leons et restons vigilants par rapport a tous ces faux qui chantent sankara pour mieux tuer sankara. Si nous nous taisons encore, nous participos de la destruction sure et certaine de notre pays
    SOME

  • Le 31 janvier à 21:08, par Salou
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Irresponsabilité et insconscience = adieu le developpement même avec PNDS++

  • Le 31 janvier à 22:11, par BONZI
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Rien à ajouter. Ce gâchis est à l’image du patriotisme des burkinabe. Comme des moutons, tout le monde suit les hommes politiques à qui chacun veut ressembler.

  • Le 1er février à 01:20, par Le paysan
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Mon frere, une verite incontestable n’existe pas. Si tu veux une verite incontestable, tu peux creer ta religion et avoir tes adeptes.
    Pour cette brillante analyse que tu as faites, j’adhere parfaitement a ta vision des choses. Mais juste pour te faire remarquer que
    si des analyses et des paroles d’un president de l’assemble et meme du president de la republique sont crittiquer, ce n’est pas pour
    toi la qui fera l’exeption. Quant a ton analyse je te tire mon chapeau.

    Par un paysan du village.

  • Le 1er février à 06:40, par Ka
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Je complète les avancés de mon cher ami Kôrô Yamyélé en disant que les 6 engagements pour le développement du Burkina entrepris par le régime Compaoré dont nous voyons aujourd’hui, et repris par Roch Kaboré, ont été puisés dans les tiroirs de la révolution laissé par Thomas Sankara. Je confirme que des engagements réalisés a des milles milliards, et mal entretenus par la suite, que nous voyons du coté agricole sont des réalités du laxisme de nos gouvernants. Vous verrez qu’a SARIA dans quelques années à venir, ça sera plus pire que BenKadi : C’est ainsi que marche le Burkina des petits bourgeois ‘’le gâchis à répétition qui nous ruine.’’ Le blé était notre espérance de sortir de la misère, la culture du blé a été testé dans ces parcelles par le Russe Wizinsky, Il avait même vanté que ce blé sera le meilleur blé du monde selon la qualité de la terre : Et Thomas Sankara l’avait bien compris, après avoir créé le centre du RCS, ou les militaires avec discipline pouvaient guider le vrais chemin de la production locale, il avait l’idée de développer les tests de Wizinsky pour développer d’avantage la production du Blé au Burkina à travers les formateurs du centre RCS : Malheureusement le temps ne meurt pas, mais les hommes meurent. Si les grands Moulins de Banfora s’est développé, c’est grâce à Wizinsky, avant que les jeunes Koussoubé et le régime Compaoré mettent cette entreprise KO. Si l’objectif de produire localement et consommer localement surtout le blé de Thomas Sankara avait été suivi, nous ne serons pas là aujourd’hui. Le but de la révolution de créer le centre du RCS, ou l’armée pouvait se nourrir de sa propre production ne s’arrêtait pas que là, c’était aussi de dire si nos enfants dans l’armée le peuvent, tout le peuple le peut. L’ambition de Thom traduit tout simplement, que l’espoir que peut permettre un centre de production de l’armée, peut dévier avec discipline dans le civil pour la lutte contre la famille. Le projet du centre de production du RCS, était de l’étendre dans d’autres productions comme le blé et non seulement les poulets. Comme mon ami Kôrô l’a bien dit, la culture du blé a été testée dans notre pays, et elle est bel et bien bénéfique pour notre pays. Ceux qui négligent les actions de la révolution inachevée sont aveugles. La révolution était un réveil pour les jeunes intellectuels des années 1980 qui tiennent le pouvoir de nos jours. S’ils s’éloignent de cette réalité avec des mensonges, ils mentent à eux-mêmes. La jeunesse de 2017 les contrôlent selon leur passé, car la vérité rattrape toujours le mensonge.

    • Le 1er février à 10:04, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      - Merci mon cher ami KA pour ce complément fort enrichissant pour la jeunesse de ce pays. Eh oui ! Thomas Sankara, en agissant comme tu le dis bien, avait aussi une autre idée derrière la tête : un soldat retraité à 45 ou 50 ans pouvait encore s’auto-employer en étant actif dans l’élevage ou l’agriculture. Ce qui allait limiter leur enrôlement comme mercenaires et allait réduire leur glissement vers le banditisme (braquages, etc.). Mais on l’a tué malheureusement ! Merci encore mon ami Ka pour ce témoignage.

      Par Kôrô Yamyélé

      • Le 1er février à 11:22, par Pougraoua
        En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

        Merci bien Kôrô Yamyellé pour ce brillant éclairage. Je suis contrarié. Je suis bien intéressé par le travail de la terre et par l’embouche bovine et souhaiterait bénéficier de votre maîtrise de ces sujets. Comment pouvoir se rencontrer au delà de cet anonymat virtuel. Bon sang !!!

  • Le 1er février à 08:21, par fils
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    je valide l’analyse est "on ne peut plus claire"

  • Le 1er février à 08:47, par leregard
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    C’est bien dommage. Ce n’est pas le seul cas où les initiatives de Sankara ont été abandonnées. A Dédougou au bord du Mouhoun, juste après le pont à droite le long de la route de Sanaba, un autre cas d’abandon de terres aménagées. A mon avis, il faut que le municipalités et les communes soient responsabilisées pour redonner vie à ces terres de grande qualité abandonnées. Un projet pour les réhabiliter devrait être pensé et mis en œuvre pour le bénéfice des populations. Certainement que leur exploitation changera d’orientation et de vocation, mais il faut qu’elles continuent à être exploitées pour contribuer à la sécurité alimentaire du Faso.
    Je me permets d’inviter toute personne qui connait des terres naguère aménagées sous Sankara et aujourd’hui abandonnées à en parler afin que ces projets qui ont mobilisé beaucoup d’énergie et d’effort des burkinabè et de nos partenaires connaissent une nouvelle vie pour le bonheur du Faso.
    Les ministères en charge du développement rural (agriculture, hydraulique, élevage, aménagement des bas-fonds/plaines et forêts) devraient d’ailleurs inscrire l’identification puis la remise en état de ces projets dans leur programme.

  • Le 1er février à 09:05, par Vaurien
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Je ne vaut rien mais ce que le kôrô a dit est vrai dèh. Même un élève nullard de CP1 comprendra très bien ce que ça veut dire. Merci au Kôrô pour son discernement, sa clairvoyance et son courage. Que nos autorités réagissent s’ils veulent vraiment le développement du Burkina Faso.

    • Le 1er février à 11:33, par Dôgô
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      Youpiiii....yeahaaa !

      Ca, c’est un VRAI KÖRÖ. Je viens de reconnaître le vrai doyen qui a vécu et qui a vu ; qui peut nous éclairer nous les petits. Je propose au KÖRÖ de faire un écrit sur ce sujet et ceux du genre à adresser au Premier Ministère au ministère de l’Agriculture. Faites ampliation aux organes de presse, qu’on sache qu’ils ont reçu le message et on les attend au pied du mur. Le développement c’est pas les parrainages et les lancements tous azimuts de projets sans suivi ni prévisions de la viabilité et des retombées.
      C’est une très belle journée qui commence et qui finira avec.....la victoire des Etalons.
      Bonne journée le KÖRÖ. On attend votre écrit.

  • Le 1er février à 09:54, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    - Warba, c’est très grave ce que tu dis-là ! Je vais te rabaisser le caquet tout de suite et te démontrer que tu ne connais pas la culture du blé !

    Voilà mes cher internautes ! Avec des agronomes ou des esprits pareils, on n’est pas encore sorti de l’auberge ! Voilà quelqu’un qui ne fait pas référence au calendrier climatique pour adapter la période de culture du blé. Pourquoi alors il est prévu un système d’arrosage ici alors qu’en Europe ce n’est pas le cas monsieur le petit agronome ? Le Kôrô Yamyélé va te dire ceci : Pour le cas du Burkina, les préparations de sol (labour, etc.) au Sourou pour le blé doivent être faites normalement dans de bonnes conditions ainsi que les semis autour du mois d’octobre, voire novembre de sorte qu’à la levée et à la montaison, avec l’arrosage en plus, on constitue un climat favorable à la culture du blé, surtout qu’on rentre en ce moment dans la période du froid ici. L’arrosage va créer un microclimat favorable à la culture du blé et on ne t’a pas demandé d’aller cultiver du blé à Djibo ! Et sache que si des gens arrivent à cultiver la vigne ici et a en récolter les raisins, c’est que c’est possible pour le blé aussi.

    Tu ne veux pas te décarcasser, c’est tout ! Et ton intervention m’interpelle à t’enseigner un peu ! Sache d’abord qu’il y a deux principales espèces de blé :

    - Le blé tendre ou Triticum aestivum destiné à la panification (fabrication du pain)
    - Le blé dur ou Triticum turgidum ou encore Triticum durum destiné à la fabrication des pâtes alimentaires ou macaronis.

    Parmi les deux, c’est le Triticum aestivum qui est indiqué pour le Sourou. L’autre étant beaucoup plus capricieux en matière de climat, donc n’a pas été testé au Sourou. Et pour t’aider un peu, je vais de faire savoir que :

    - La formule suivante peut servir à déterminer la dose de semis :

    Dose de semis (kg/ha) = (graines/ha ÷ graines/kg) x (100 ÷ % de germination). Par exemple, si l’on vise 4,0 millions de graines/ha pour la variété Akilal, et que le taux de germination est de 95 %, à raison de 25.000 graines/kg, la dose de semis sera de 168 kg/ha (Dose de semis (kg/ha) = (4.000.000 ÷ 25.000) X (100 ÷ 95) = 168 kg/ha). Si tu connais pas comment on trouve le % de germination ou taux de germination, tu prends 100 grains de blé que tu enveloppes dans un morceau de cotonnate, tu arroses et tu poses à ta fenêtre en arrosant une fois par jour, et au bout de 5 jours, tu déballes ta cotonnade et tu comptes les grains qui ont germé sur les 100. Si tu trouves 75, c’est que ton taux de germination ou % de Germination est 75.

    - En matière de fertilisation azotée, le blé tendre a besoin de la plus grande part de ses besoins en azote pendant la phase tallage-remplissage du grain. Le calcul de la quantité d’azote à apporter dépend de plusieurs paramètres. Les plus importants sont : le rendement objectif, le besoin de la culture en azote, la fourniture d’azote par le sol (minéralisation + reliquat de la culture précédente), et le coefficient apparent d’utilisation de l’azote.

    Dose d’azote à apporter (kg/ha) = (Rendement objectif - rendement témoin) x (EUN/CUA)

    Rendement témoin (qx/ha) : C’est le rendement grain du témoin estimé à partir de l’un des indices de disponibilité de l’azote. Le rendement du témoin peut être estimé à partir de la teneur du sol en matière organique : Rendement témoin=-2,3 + 27,1 x MO(%)

    CUA = Coefficient d’utilisation de l’engrais azoté, généralement compris entre 60 et 65%, sauf dans le cas où le sol est bien structure et le peuplement est optimal, dans quel cas le CUA peut atteindre des valeurs supérieures.

    EUN = Efficience d’utilisation de l’azote, généralement compris entre 3,5-3.95 kg N/ql de grain de blé.

    - Quant à la fertilisation phospho-potassique, sachant qu’il faut 1,7 kg de P (Phosphate), et 2,2 kg de K (Potassium) pour produire un quintal de blé, les besoins de la culture dépendent du rendement objectif. Ce dernier varie essentiellement en fonction des disponibilités en eau au cours du cycle de croissance.

    Maturité et récolte  : Le grain de blé est mur lorsqu’il casse sous la dent. Un taux d’humidité de 15%, une hygrométrie de l’air ambiant inférieure ou égale à 70% et une température de l’air et du grain de 10°C sont indiqués pour une bonne conservation.

    Le cours est gratuit pour toi !

    Par Kôrô Yamyélé

    • Le 1er février à 10:17, par RAWA
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      Bon, Koro Yamyélé, tu es un vrai désastre pour le Faso. Si tu connais tout ça, pourquoi ne pas aller toi même t’investir dans la région ? Je suis sûr que si tu ficellais un on projet, tu pourrais avoir un financement pour faire ce travail. Peut être même que l’état t’aurait loué le coin et tout le matériel qui va avec. C’est dommage que tu préfères reter derrière ton ordinateur pour papoter. Il y’a du travail et de l’argent au Burkina. Seulement, contrairement à ce que nous croyons nous burkinabè, nous sommes paresseux et aimons la facilité.

      • Le 1er février à 12:13, par AFRIQUE MON AFRIQUE
        En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

        Koro Yamyélé a démissionné de la fonction publique et créer sa propre entreprise agro pastorale. il emploi plusieurs travailleurs. il pourra vous raconter ses déboires avec l’ état .c’est un bel exemple même si nous trouvons qu’il est parfois dur.
        *

      • Le 1er février à 14:58, par Kôrô Yamyélé
        En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

        - Cher RAWA, que je t’admire alors ! Vraiment j’ai de l’admiration pour des gens comme toi ! Malgré mon langage dur tu es resté zen et tu m’as même conseillé de monter un projet et chercher un financement. Merci RAWA et vraiment sache que je te porte désormais dans mon coeur. Ceci étant je te donne l’information sur ma situation :

        RAWA, rentré de mes études il y a longtemps, j’ai toujours refusé de m’engager dans la politique. J’ai été donc prit directement à la fonction publique sans concours d’entrée comme la plupart de mes promotionnaires tel que mon ami KA. Tous les dossiers durs m’étaient confiés à tel point que certains collègues m’ont collé le sobriquet de ’’l’homme aux dossiers corsés’’. Je les traitais tous en un temps record et les résultats étaient tous positifs à tel point que mon Sg se demandait comment je faisais pour m’en sortir si vite là où au moins 3 personnes ont perdu leurs cheveux avant moi. Puis je ne sais pas quelle mouche m’a piqué un jour, Je suis rentré dans la politique. J’ai été membre fondateur de l’ODP/MT et notre 1er président était Clément Oumarou Ouédraogo. A un moment donné le président Blaise Compaoré recommande la large ouverture. Ainsi Alain Yoda qui nous insultait bien est venu se joindre à l’ODP/MT avec son parti. Il en fut de même pour Feu Alain Ludocic Tou et de Kader Cissé avec leur GDR. L’union a été scellée à Gaoua en 1996 et c’est Ludovic Tou qui a prononcé le discours au nom de ceux qui nous rallier. Ce ralliement a consacré la naissance du CDP. Mais déjà auparant, le mensonge a commencé à être la ligne politique dans l’ODP/MT et la Direction politique prenait les décisions et les imposait aux militants sous le fallacieux prétexte du centralisme démocratique. Des décisions les plus impopulaires et les plus insultantes ont ainsi été imposés par ce biais. Le favoritisme a commencé et s’est amplifié par la suite. Nous autres qui avions bien travaillé pour le parti, on nous marginalise chaque fois qu’il faut désigner des gens à des postes. Les leaders favorisaient chaque fois leurs parents directs ou de régions, leurs femmes et mêmes leurs copines. Blaise Compaoré, pour nous mettre en conflit et nous diviser a placé tous les nouveaux venus pour nous aigrir davantage (A. Yoda : MAE puis de la santé, L. Tou  : MEFP et K. Cissé  : Mine et énergie, etc.). Moi et quelque-uns avons commencé à nous plaindre. Il nous a été dit de faire un choix : (i) Accepter et nous serons recompansés plus tard, (ii) Quitter le parti et nous taire et on nous laisse tranquille, ou (iii) Démissionner et critiquer auquel cas on nous casse. Le choix était difficile ! Ton Kôrô Yamyélé a opté pour le choix (ii). Mon aigreur était à son comble. J’ai démissionné doucement de la Fonction Publique. Je suis donc venu dans ce petit village où je suis, j’ai demandé la terre aux vieux et Dieu merci ils m’ont compris et m’ont attribué 50 Ha. C’est là que je suis aujourd’hui comme fermier, cultivant du maïs, des légumes. J’ai aussi un grand verger de fruitiers divers. J’élève des bovins dont j’exploite le lait et le fumier. J’ai des moutons et beaucoup de pintades pour manger et offrir. Il peut m’arriver de ramaser 300 oeuf de pintades par jour au moment de la pointe des pontes. J’ai aussi des ruches dans mon verger pour produire du miel mais beaucoup plus pour que les abeilles pollinisent bien les fleurs de mes arbres pour une bonne production. Enfin j’ai 2 tracteurs dont un de 90 CV et un de 60 CV, et un camion sans oublier mon 4X4 et bien d’autres choses. Pour tout couronner j’ai une grande plaque solaire qui me fournit le courant pour me connecter et faire fonctionner la pompe imergée de mon forage pour remplir mon châteu d’eau. Par exemple ce soir grace à cette plaque, je vais suivre le match Étalons/Egypte ! J’ai des contrats d’approvionnement à Ouaga tout comme à Bobo et ailleurs que j’honore autant que faire se peut. J’ai des employés qui sont sont constitués de techniciens agricoles, de vétérinaires, d’un forestier, des ouvrier spécialisés(2 tractoristes, 2 Chauffeurs, etc.), et manoeuvres, tous déclarés à la CNSS et bénéficiant de la cotisation retraite et du 13ème salaire chaque année. Je les ai tous exigé d’inscrire leurs enfants à l’école, filles comme garçons ! Ceci est une exigence sur laquelle je ne tergiverse pas ! Et après chaque compo u examen, je regarde minutieusement leurs Bulletins à eux tous et là oû ça ne semble pas marcher, je pars interroger le maître ou le professeur pour avoir des recommandations pour redresser ! Eh oui, désolé mais c’est comme ça avec moi ! Il faut donner à chaque enfant sa chance ! Parmi eux, tu ne trouveras pas un seul qui va parler mal de moi, ni eux ni les villageois d’ailleurs. Voilà cher RAWA ce que je suis. Merci encore à toi.

        Par Kôrô Yamyélé

  • Le 1er février à 10:02, par RAWA
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Merci OS. Ton information clouera le bec de prétendus connaisseurs comme Koro Yamyélé et même l’auteur du reportage qui n’e cherchent pas à avoir des informations pourtant récentes, préférant se livrer à des critiques non constructives

    • Le 1er février à 14:07, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      - RAWA, moi je ne répond pas trop aux idiots et aux jaloux ! En quoi je me prétend connaisseur ? Et même si je le prétendais, effectivement je le suis. Mais comme tu es un petit cancre et un petit jaloux, tu vas exploser cette fois car je vais t’éclairer davantage sur le projet dont fait cas ton Dieu sur terre OS puisque jen connais un peu plus que toi. Voilà donc, etit vaurien :

      Concernant ce projet, le financement acquis est de 39.060.422.625 FCFA, soit 59.547.230,42 € et il est en recherche de financement complémentaire. Et il a 4 composantes qui sont :

      1/- Travaux d’aménagements hydro- agricole
      2/- Suivi, contrôle, supervision des travaux
      3/- Mise en valeur de l’aménagement
      4/- Gestion et suivi évaluation du projet

      L’Étude de faisabilité de 800 ha disponible tandis que celle sur 1.200 ha sont encore indisponibles. Et pour corriger le Sieur OS, ce projet dont il parle va être exécuté dans la Région de la Boucle du Mouhoun, province de la Kossi, Commune rurale de Sono et non pas au Sourou comme ton grand connaisseur l’a annoncé ici. Son objectif global est ‘’Contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté dans la zone de Dangoumana’’.

      NB : Si tu veux en savoir plus connecte-toi sur le site : www.pndes2020.com et ouvre la fenêtre des projets. Petit inculte vantard, le Kôrô Yamyélé que je suis est un gros gabarit devant toi hein !? Au lieu de chercher à mieux connaitre et mieux te cultiver en m’interrogeant, tu t’attaques à moi ! RAWA, je suis un gros morceau pour toi dè !

      Par Kôrô Yamyélé

      • Le 1er février à 17:12, par pauvre Afrique
        En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

        D’après ces chiffres, cela fait 19 millions par hectare aménagé !!! Si on réhabilite l’existant, cela ne devrait pas être aussi coûteux. Avec un tel coût, avec quelle culture pouvons nous rentabiliser ? Personnellement, je ne vois pas. Pour le blé, je doute que cela soit rentable au Sourou avec les cours mondiaux actuel mais c’est à vérifier !

  • Le 1er février à 10:04, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    - Merci mon cher ami KA pour ce complément fort enrichissant pour la jeunesse de ce pays. Eh oui ! Thomas Sankara, en agissant comme tu le dis bien, avait aussi une autre idée derrière la tête : un soldat retraité à 45 ou 50 ans pouvait encore s’auto-employer en étant actif dans l’élevage ou l’agriculture. Ce qui allait limiter leur enrôlement comme mercenaires et allait réduire leur glissement vers le banditisme (braquages, etc.). Mais on l’a tué malheureusement ! Merci encore mon ami Ka pour ce témoignage.

    Par Kôrô Yamyélé

    • Le 1er février à 11:22, par Pougraoua
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      Merci bien Kôrô Yamyellé pour ce brillant éclairage. Je suis contrarié. Je suis bien intéressé par le travail de la terre et par l’embouche bovine et souhaiterait bénéficier de votre maîtrise de ces sujets. Comment pouvoir se rencontrer au delà de cet anonymat virtuel. Bon sang !!!

  • Le 1er février à 10:17, par RAWA
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Bon, Koro Yamyélé, tu es un vrai désastre pour le Faso. Si tu connais tout ça, pourquoi ne pas aller toi même t’investir dans la région ? Je suis sûr que si tu ficellais un on projet, tu pourrais avoir un financement pour faire ce travail. Peut être même que l’état t’aurait loué le coin et tout le matériel qui va avec. C’est dommage que tu préfères reter derrière ton ordinateur pour papoter. Il y’a du travail et de l’argent au Burkina. Seulement, contrairement à ce que nous croyons nous burkinabè, nous sommes paresseux et aimons la facilité.

    • Le 1er février à 12:13, par AFRIQUE MON AFRIQUE
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      Koro Yamyélé a démissionné de la fonction publique et créer sa propre entreprise agro pastorale. il emploi plusieurs travailleurs. il pourra vous raconter ses déboires avec l’ état .c’est un bel exemple même si nous trouvons qu’il est parfois dur.
      *

    • Le 1er février à 14:58, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      - Cher RAWA, que je t’admire alors ! Vraiment j’ai de l’admiration pour des gens comme toi ! Malgré mon langage dur tu es resté zen et tu m’as même conseillé de monter un projet et chercher un financement. Merci RAWA et vraiment sache que je te porte désormais dans mon coeur. Ceci étant je te donne l’information sur ma situation :

      RAWA, rentré de mes études il y a longtemps, j’ai toujours refusé de m’engager dans la politique. J’ai été donc prit directement à la fonction publique sans concours d’entrée comme la plupart de mes promotionnaires tel que mon ami KA. Tous les dossiers durs m’étaient confiés à tel point que certains collègues m’ont collé le sobriquet de ’’l’homme aux dossiers corsés’’. Je les traitais tous en un temps record et les résultats étaient tous positifs à tel point que mon Sg se demandait comment je faisais pour m’en sortir si vite là où au moins 3 personnes ont perdu leurs cheveux avant moi. Puis je ne sais pas quelle mouche m’a piqué un jour, Je suis rentré dans la politique. J’ai été membre fondateur de l’ODP/MT et notre 1er président était Clément Oumarou Ouédraogo. A un moment donné le président Blaise Compaoré recommande la large ouverture. Ainsi Alain Yoda qui nous insultait bien est venu se joindre à l’ODP/MT avec son parti. Il en fut de même pour Feu Alain Ludocic Tou et de Kader Cissé avec leur GDR. L’union a été scellée à Gaoua en 1996 et c’est Ludovic Tou qui a prononcé le discours au nom de ceux qui nous rallier. Ce ralliement a consacré la naissance du CDP. Mais déjà auparant, le mensonge a commencé à être la ligne politique dans l’ODP/MT et la Direction politique prenait les décisions et les imposait aux militants sous le fallacieux prétexte du centralisme démocratique. Des décisions les plus impopulaires et les plus insultantes ont ainsi été imposés par ce biais. Le favoritisme a commencé et s’est amplifié par la suite. Nous autres qui avions bien travaillé pour le parti, on nous marginalise chaque fois qu’il faut désigner des gens à des postes. Les leaders favorisaient chaque fois leurs parents directs ou de régions, leurs femmes et mêmes leurs copines. Blaise Compaoré, pour nous mettre en conflit et nous diviser a placé tous les nouveaux venus pour nous aigrir davantage (A. Yoda : MAE puis de la santé, L. Tou  : MEFP et K. Cissé  : Mine et énergie, etc.). Moi et quelque-uns avons commencé à nous plaindre. Il nous a été dit de faire un choix : (i) Accepter et nous serons recompansés plus tard, (ii) Quitter le parti et nous taire et on nous laisse tranquille, ou (iii) Démissionner et critiquer auquel cas on nous casse. Le choix était difficile ! Ton Kôrô Yamyélé a opté pour le choix (ii). Mon aigreur était à son comble. J’ai démissionné doucement de la Fonction Publique. Je suis donc venu dans ce petit village où je suis, j’ai demandé la terre aux vieux et Dieu merci ils m’ont compris et m’ont attribué 50 Ha. C’est là que je suis aujourd’hui comme fermier, cultivant du maïs, des légumes. J’ai aussi un grand verger de fruitiers divers. J’élève des bovins dont j’exploite le lait et le fumier. J’ai des moutons et beaucoup de pintades pour manger et offrir. Il peut m’arriver de ramaser 300 oeuf de pintades par jour au moment de la pointe des pontes. J’ai aussi des ruches dans mon verger pour produire du miel mais beaucoup plus pour que les abeilles pollinisent bien les fleurs de mes arbres pour une bonne production. Enfin j’ai 2 tracteurs dont un de 90 CV et un de 60 CV, et un camion sans oublier mon 4X4 et bien d’autres choses. Pour tout couronner j’ai une grande plaque solaire qui me fournit le courant pour me connecter et faire fonctionner la pompe imergée de mon forage pour remplir mon châteu d’eau. Par exemple ce soir grace à cette plaque, je vais suivre le match Étalons/Egypte ! J’ai des contrats d’approvionnement à Ouaga tout comme à Bobo et ailleurs que j’honore autant que faire se peut. J’ai des employés qui sont sont constitués de techniciens agricoles, de vétérinaires, d’un forestier, des ouvrier spécialisés(2 tractoristes, 2 Chauffeurs, etc.), et manoeuvres, tous déclarés à la CNSS et bénéficiant de la cotisation retraite et du 13ème salaire chaque année. Je les ai tous exigé d’inscrire leurs enfants à l’école, filles comme garçons ! Ceci est une exigence sur laquelle je ne tergiverse pas ! Et après chaque compo u examen, je regarde minutieusement leurs Bulletins à eux tous et là oû ça ne semble pas marcher, je pars interroger le maître ou le professeur pour avoir des recommandations pour redresser ! Eh oui, désolé mais c’est comme ça avec moi ! Il faut donner à chaque enfant sa chance ! Parmi eux, tu ne trouveras pas un seul qui va parler mal de moi, ni eux ni les villageois d’ailleurs. Voilà cher RAWA ce que je suis. Merci encore à toi.

      Par Kôrô Yamyélé

  • Le 1er février à 11:19, par AFRIQUE MON AFRIQUE
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Ou même, à défaut de produire du blé, pourquoi ne pas utiliser ce matériel chèrement acquis sur d’autres sites d’exploitation ? Parce qu’aujourd’hui, il y a trop d’incompétents et de fainéants dans les ministères chargés des productions. Personne ne veut se décarcasser ni bouger le petit doigt sans perdiems ! Rien que des fainéants et des incompétents toujours aptes à revendiquer faveurs sur faveurs, à boire la bière fraîche, tous scotchés dans les bureaux à Ouagadougou !
    cher Kôrô Yamyélé, vous avez tout dit .nous regrettons l’époque où les agents d’agriculture parcouraient la brousse à vélo pour apprendre à nos parents les semis en ligne, les agents de santé parcourir les hameaux de culture pour vacciner et lutter contre les grandes endémies. les enseignants s’inquiétant de l’absence d’un élève etc..... et cela sans perdiems. chacun se donnait à fond pour le développement du pays

    • Le 2 février à 07:46, par Raogo
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      Vous voyez ce sont nos anciens ministres qui n’étaient pas bon. Que le premier Ministre demande à tous les Ministres de faire le point de tous les anciens projets de son département en donnant les motifs à savoir pourquoi ces projets n’ont pas marchés, quels sont les enseignements tirés, qu’est ce qu’il faut pour relancer ces projets en terme de ressources et Finalement préciser quels sont les projets en phase avec le PNDS pour éviter des doublées en minimisant le cout du PNDS.

  • Le 1er février à 11:19, par dian
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    mes chers internautes ! j’aimerais savoir si vraiment on peut parler de lutte contre le chômage si nos sociétés ne tiennent pas debout ?
    SOS pour BRAFASO pour au moins 1 millier d’emploi.

  • Le 1er février à 11:22, par Pougraoua
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Merci bien Kôrô Yamyellé pour ce brillant éclairage. Je suis contrarié. Je suis bien intéressé par le travail de la terre et par l’embouche bovine et souhaiterait bénéficier de votre maîtrise de ces sujets. Comment pouvoir se rencontrer au delà de cet anonymat virtuel. Bon sang !!!

  • Le 1er février à 11:33, par Dôgô
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Youpiiii....yeahaaa !

    Ca, c’est un VRAI KÖRÖ. Je viens de reconnaître le vrai doyen qui a vécu et qui a vu ; qui peut nous éclairer nous les petits. Je propose au KÖRÖ de faire un écrit sur ce sujet et ceux du genre à adresser au Premier Ministère au ministère de l’Agriculture. Faites ampliation aux organes de presse, qu’on sache qu’ils ont reçu le message et on les attend au pied du mur. Le développement c’est pas les parrainages et les lancements tous azimuts de projets sans suivi ni prévisions de la viabilité et des retombées.
    C’est une très belle journée qui commence et qui finira avec.....la victoire des Etalons.
    Bonne journée le KÖRÖ. On attend votre écrit.

  • Le 1er février à 12:13, par AFRIQUE MON AFRIQUE
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Koro Yamyélé a démissionné de la fonction publique et créer sa propre entreprise agro pastorale. il emploi plusieurs travailleurs. il pourra vous raconter ses déboires avec l’ état .c’est un bel exemple même si nous trouvons qu’il est parfois dur.
    *

  • Le 1er février à 12:58, par Diego
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Chaque peuple mérite ses dirigeants. Le pays est à l’image de ses dirigeants. il ne faut surtout pas s’étonner.

  • Le 1er février à 14:07, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    - RAWA, moi je ne répond pas trop aux idiots et aux jaloux ! En quoi je me prétend connaisseur ? Et même si je le prétendais, effectivement je le suis. Mais comme tu es un petit cancre et un petit jaloux, tu vas exploser cette fois car je vais t’éclairer davantage sur le projet dont fait cas ton Dieu sur terre OS puisque jen connais un peu plus que toi. Voilà donc, etit vaurien :

    Concernant ce projet, le financement acquis est de 39.060.422.625 FCFA, soit 59.547.230,42 € et il est en recherche de financement complémentaire. Et il a 4 composantes qui sont :

    1/- Travaux d’aménagements hydro- agricole
    2/- Suivi, contrôle, supervision des travaux
    3/- Mise en valeur de l’aménagement
    4/- Gestion et suivi évaluation du projet

    L’Étude de faisabilité de 800 ha disponible tandis que celle sur 1.200 ha sont encore indisponibles. Et pour corriger le Sieur OS, ce projet dont il parle va être exécuté dans la Région de la Boucle du Mouhoun, province de la Kossi, Commune rurale de Sono et non pas au Sourou comme ton grand connaisseur l’a annoncé ici. Son objectif global est ‘’Contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté dans la zone de Dangoumana’’.

    NB : Si tu veux en savoir plus connecte-toi sur le site : www.pndes2020.com et ouvre la fenêtre des projets. Petit inculte vantard, le Kôrô Yamyélé que je suis est un gros gabarit devant toi hein !? Au lieu de chercher à mieux connaitre et mieux te cultiver en m’interrogeant, tu t’attaques à moi ! RAWA, je suis un gros morceau pour toi dè !

    Par Kôrô Yamyélé

    • Le 1er février à 17:12, par pauvre Afrique
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      D’après ces chiffres, cela fait 19 millions par hectare aménagé !!! Si on réhabilite l’existant, cela ne devrait pas être aussi coûteux. Avec un tel coût, avec quelle culture pouvons nous rentabiliser ? Personnellement, je ne vois pas. Pour le blé, je doute que cela soit rentable au Sourou avec les cours mondiaux actuel mais c’est à vérifier !

  • Le 1er février à 14:09, par Zangoté
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    "Tout les projets de développement sont orientés vers le plateau mossi." Cette affirmation relève des idées reçues pour ne pas dire des préjugés stériles. Ils sont nombreux en effet ces "gens de l’ouest" qui pensent que le grand ouest est laissé pour compte au profit d’autres zones notamment le plateau mossi. Il serait intéressant de visiter le plateau mossi pour vous convaincre que vous avez tout faux. Venez et vous verrez des barrages ensablés, des périmètres irrigués devenus des clairières, bref vous verrez ce vous verrez mais pas une zone nantie encore moins privilégiée. Je pense que vos affirmations s’appuient sur la situation très particulière de Ouaga qui n’est du reste plus l’apanage des mossis. S’il faut abandonner Ouaga pour développer l’ouest, vous serez encore les premiers à vous plaindre des autorités tant je suis convaincu que même si vous n’habitez pas Ouaga avec ses problèmes, vous y êtes de temps à autre de passage, exploitant ainsi ses infrastructures, bref profitant de VOTRE chère capitale ! Je souhaite fortement que des sages s’impliquent pour informer suffisamment les uns et les autres sur la nécessité d’œuvre pour un Burkina harmonieux et débarrassé des clivages ouest/centre et que sais-je encore qui ont déjà fait leurs lots de victimes chez nos voisins (Côte d’ivoire, Mali,...)

  • Le 1er février à 14:58, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    - Cher RAWA, que je t’admire alors ! Vraiment j’ai de l’admiration pour des gens comme toi ! Malgré mon langage dur tu es resté zen et tu m’as même conseillé de monter un projet et chercher un financement. Merci RAWA et vraiment sache que je te porte désormais dans mon coeur. Ceci étant je te donne l’information sur ma situation :

    RAWA, rentré de mes études il y a longtemps, j’ai toujours refusé de m’engager dans la politique. J’ai été donc prit directement à la fonction publique sans concours d’entrée comme la plupart de mes promotionnaires tel que mon ami KA. Tous les dossiers durs m’étaient confiés à tel point que certains collègues m’ont collé le sobriquet de ’’l’homme aux dossiers corsés’’. Je les traitais tous en un temps record et les résultats étaient tous positifs à tel point que mon Sg se demandait comment je faisais pour m’en sortir si vite là où au moins 3 personnes ont perdu leurs cheveux avant moi. Puis je ne sais pas quelle mouche m’a piqué un jour, Je suis rentré dans la politique. J’ai été membre fondateur de l’ODP/MT et notre 1er président était Clément Oumarou Ouédraogo. A un moment donné le président Blaise Compaoré recommande la large ouverture. Ainsi Alain Yoda qui nous insultait bien est venu se joindre à l’ODP/MT avec son parti. Il en fut de même pour Feu Alain Ludocic Tou et de Kader Cissé avec leur GDR. L’union a été scellée à Gaoua en 1996 et c’est Ludovic Tou qui a prononcé le discours au nom de ceux qui nous rallier. Ce ralliement a consacré la naissance du CDP. Mais déjà auparant, le mensonge a commencé à être la ligne politique dans l’ODP/MT et la Direction politique prenait les décisions et les imposait aux militants sous le fallacieux prétexte du centralisme démocratique. Des décisions les plus impopulaires et les plus insultantes ont ainsi été imposés par ce biais. Le favoritisme a commencé et s’est amplifié par la suite. Nous autres qui avions bien travaillé pour le parti, on nous marginalise chaque fois qu’il faut désigner des gens à des postes. Les leaders favorisaient chaque fois leurs parents directs ou de régions, leurs femmes et mêmes leurs copines. Blaise Compaoré, pour nous mettre en conflit et nous diviser a placé tous les nouveaux venus pour nous aigrir davantage (A. Yoda : MAE puis de la santé, L. Tou  : MEFP et K. Cissé  : Mine et énergie, etc.). Moi et quelque-uns avons commencé à nous plaindre. Il nous a été dit de faire un choix : (i) Accepter et nous serons recompansés plus tard, (ii) Quitter le parti et nous taire et on nous laisse tranquille, ou (iii) Démissionner et critiquer auquel cas on nous casse. Le choix était difficile ! Ton Kôrô Yamyélé a opté pour le choix (ii). Mon aigreur était à son comble. J’ai démissionné doucement de la Fonction Publique. Je suis donc venu dans ce petit village où je suis, j’ai demandé la terre aux vieux et Dieu merci ils m’ont compris et m’ont attribué 50 Ha. C’est là que je suis aujourd’hui comme fermier, cultivant du maïs, des légumes. J’ai aussi un grand verger de fruitiers divers. J’élève des bovins dont j’exploite le lait et le fumier. J’ai des moutons et beaucoup de pintades pour manger et offrir. Il peut m’arriver de ramaser 300 oeuf de pintades par jour au moment de la pointe des pontes. J’ai aussi des ruches dans mon verger pour produire du miel mais beaucoup plus pour que les abeilles pollinisent bien les fleurs de mes arbres pour une bonne production. Enfin j’ai 2 tracteurs dont un de 90 CV et un de 60 CV, et un camion sans oublier mon 4X4 et bien d’autres choses. Pour tout couronner j’ai une grande plaque solaire qui me fournit le courant pour me connecter et faire fonctionner la pompe imergée de mon forage pour remplir mon châteu d’eau. Par exemple ce soir grace à cette plaque, je vais suivre le match Étalons/Egypte ! J’ai des contrats d’approvionnement à Ouaga tout comme à Bobo et ailleurs que j’honore autant que faire se peut. J’ai des employés qui sont sont constitués de techniciens agricoles, de vétérinaires, d’un forestier, des ouvrier spécialisés(2 tractoristes, 2 Chauffeurs, etc.), et manoeuvres, tous déclarés à la CNSS et bénéficiant de la cotisation retraite et du 13ème salaire chaque année. Je les ai tous exigé d’inscrire leurs enfants à l’école, filles comme garçons ! Ceci est une exigence sur laquelle je ne tergiverse pas ! Et après chaque compo u examen, je regarde minutieusement leurs Bulletins à eux tous et là oû ça ne semble pas marcher, je pars interroger le maître ou le professeur pour avoir des recommandations pour redresser ! Eh oui, désolé mais c’est comme ça avec moi ! Il faut donner à chaque enfant sa chance ! Parmi eux, tu ne trouveras pas un seul qui va parler mal de moi, ni eux ni les villageois d’ailleurs. Voilà cher RAWA ce que je suis. Merci encore à toi.

    Par Kôrô Yamyélé

  • Le 1er février à 15:23, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    - OS, s’il te plait je vais te demander de mieux te documenter encore. Ce projet dont tu parles, s’il est vraiment de 2.000 Ha du Projet d’aménagement de 2.000 ha de périmètre hydro agricole pour la culture de blé ou du Projet d’aménagement hydro agricole de 2.000 ha à Dangoumana (ce dont je doute !).

    Il fait partie des 14 projets de l’Axe du PNDES sur la Production Agro-Sylvo-Pastorale, et les 14 projets sont les suivants :

    - Projet de création d’une Centrale d’approvisionnement des intrants et matériels agricoles (CAIMA)
    - Projet d’aménagement de 35 000 ha de bas-fonds
    - Programme de développement intégré de la vallée de Samendeni phase II (PDIS II) : composantes aménagements de périmètres irrigués et recalibrage du Mouhoun
    - Projet pôle de croissance de Bagré
    - Projet de création de lycées agricoles spécialisés par région
    - Projet de mise en place d’un mécanisme de gestion des risques agricoles et alimentaires
    - Projet de développement de la mécanisation agricole et de soutien au secteur hydraulique phase 2 (PDMA-SSH) II
    - Projet d’aménagement hydro agricole de 2 000 ha à Dangoumana
    - Projet d’aménagement de 1 812 hectares de périmètres irrigués à Sono Kouri
    - Projet d’aménagement hydro agricole de 1 500 ha à Bissan
    - Projet de réhabilitation de 3 818 hectares de périmètres irrigués dans la vallée du Sourou
    - Projet d’aménagement de 2 000 ha de périmètre hydro agricole pour la culture de blé
    - Projet de création d’une unité de production de vaccins pour animaux au Laboratoire national d’élevage de Ouagadougou
    - Projet de mise en place d’une Centrale d’achat de médicaments vétérinaires (CAMVET)

    Mais bon ! Ce ne sont que des projets donc ce n’est pas du concret d’abord !

    NB : Le Kôrô Yamyélé a été invité à contribuer à la formulation du PNDES (qui, je le redis n’est pas à totalement à priver de critiques !)

    Par Kôrô Yamyélé

    • Le 1er février à 17:29, par sidsomde
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      Donc OS a raison, le 11ème et le 12eme projets cités par Kôrô yâmyéllé lui donnent raison !

      • Le 15 février à 23:49, par PAYSAN D’AFRIQUE, PRODUCTEUR POUR L’AFRIQUE.
        En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

        je pense que tu pense et analyse la politik des RSS ! Si ce nest pas parler est ce que ya travail ? on nous dit que djadiste va fuir le nord pour laisser les enseignant travailler et l’endemain cest presque partout au nord que insecurité est venu chassé la reste de enseignant qui pensait en verité des politik !

  • Le 1er février à 16:27, par Zangoté
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    "Tout les projets de développement sont orientés vers le plateau mossi." Cette affirmation relève des idées reçues pour ne pas dire des préjugés stériles. Ils sont nombreux en effet ces "gens de l’ouest" qui pensent que le grand ouest est laissé pour compte au profit d’autres zones notamment le plateau mossi. Il serait intéressant de visiter le plateau mossi pour vous convaincre que vous avez tout faux. Venez et vous verrez des barrages ensablés, des périmètres irrigués devenus des clairières, bref vous verrez ce vous verrez mais pas une zone nantie encore moins privilégiée. Je pense que vos affirmations s’appuient sur la situation très particulière de Ouaga qui n’est du reste plus l’apanage des mossis. S’il faut abandonner Ouaga pour développer l’ouest, vous serez encore les premiers à vous plaindre des autorités tant je suis convaincu que même si vous n’habitez pas Ouaga avec ses problèmes, vous y êtes de temps à autre de passage, exploitant ainsi ses infrastructures, bref profitant de VOTRE chère capitale ! Je souhaite fortement que des sages s’impliquent pour informer suffisamment les uns et les autres sur la nécessité d’œuvre pour un Burkina harmonieux et débarrassé des clivages ouest/centre et que sais-je encore qui ont déjà fait leurs lots de victimes chez nos voisins (Côte d’ivoire, Mali,...)

  • Le 1er février à 16:30, par daramouni
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Bonsoir
    J’ai pris connaissance du reportage aussi et j’en suis heureux et triste et tout à fait d’accord avec yamyélé. (Quel gâchis dans ce pays). Heureux, parce que dans ce pays on peut constater qu’il y a des gens en avance sur leur temps, qui propose des solutions intéressantes mais jamais suivies certes, mais triste aussi parce que après ses sacrifices consenties les investissements acquis sont laissés à l’abandon. La question qui se pose en ce moment, est que faire pour la mise en état de cet investissement et sa réorientation pour booster notre économie ? Pour ma petite expérience, je peux dire qu’il y a eu trop de gâchis dans notre pays. De l’acquisition du laminoir par Mr Macaire OUEDRAOGO dans les années 78, des travaux de l’OPEV (office pour la promotion de l’entreprise voltaïques) qui ont disparus, du cimetière d’engin agricole de Bagré avant le projet qui aurait pu être récupérer après un entretien et un suivi etc…. Bref. En lisant votre reportage, ce qui me vient à l’esprit est de demander la mise à disposition de ce parc d’engin avec un accompagnement pour la mise en état de se équipement. Avec un électrotechnicien, un électromécanicien, un mécanicien auto et des OS (ouvriers spécialisés dans le cablage , l’électricité, la mécanique générale, et la mécanique auto…), je suis persuadé de la mise en état de cet équipement pour le bonheur des populations de bengadi. Sachons une chose, l’entretient est toujours moins cher que la réparation. Mais nul n’étant prophète chez soit on préféra chercher des pièce de rechange ailleurs que de mettre à contribution nos établissement d’enseignement technique et de formation professionnelle. Pour ma part, je préfère quoi qu’il en coûte les mettre à contribution, car les devises resteront ici.

  • Le 1er février à 17:12, par pauvre Afrique
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    D’après ces chiffres, cela fait 19 millions par hectare aménagé !!! Si on réhabilite l’existant, cela ne devrait pas être aussi coûteux. Avec un tel coût, avec quelle culture pouvons nous rentabiliser ? Personnellement, je ne vois pas. Pour le blé, je doute que cela soit rentable au Sourou avec les cours mondiaux actuel mais c’est à vérifier !

  • Le 1er février à 17:29, par sidsomde
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Donc OS a raison, le 11ème et le 12eme projets cités par Kôrô yâmyéllé lui donnent raison !

    • Le 15 février à 23:49, par PAYSAN D’AFRIQUE, PRODUCTEUR POUR L’AFRIQUE.
      En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

      je pense que tu pense et analyse la politik des RSS ! Si ce nest pas parler est ce que ya travail ? on nous dit que djadiste va fuir le nord pour laisser les enseignant travailler et l’endemain cest presque partout au nord que insecurité est venu chassé la reste de enseignant qui pensait en verité des politik !

  • Le 1er février à 20:14, par mountuan
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Merci tu mérites le respect, avant j’avais un mauvais jugement sur toi, je te trouvais pédant. Un jour je t’ai traité "l’homme qui connaît tout" et tu avais pris ça mal. Toutes mes excuses

  • Le 1er février à 21:58, par Ka
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    RAWA : Tu as toujours apporté sur ce forum des critiques fondées dont tu as eu tout mon estime. Voilà 13 ans que beaucoup d’internautes de bonne foi essayent d’apporté leurs connaissances et leurs vécus a la nouvelle génération : Parmi ces internautes, toi, comme Kôrô Yamyélé, Ka, font parties. Quand a Kôrô Yamyélé et Ka, depuis les créations des sites des réseaux sociaux d’informations au Burkina, Lefaso.net, Le Pays, l’Observateur, B24, Zoodomail, et d’autres, nous avons fait de notre mieux en étant neutre, pour apporter ce que nous connaissons. Et pour donner une auto critique fondée à une personne comme Körö Yamyélé, il faut le connaître, surtout dans sa vie de tous les jours. Tous les ragots nous a été attribué, ‘’’partisan, acheté, et j’en passe. Ce que les jeunes ne savent pas, c’est que nous les anciens étudiants, que nous soyons à Paris ou dans les provinces de la France, ou à l’Uni de Ouaga, nous étions soudés, et se connaissait. Notre première règle, était, ‘’’soutenir un pouvoir ou un parti politique, ce n’est pas soutenir un individu, mais les actions concrètes et les bonnes actions que ce même pouvoir, ou ce parti politique, entreprend par l’intermédiaire de son représentant, comme nous l’avions fait en créant le CDP. Tous les acteurs de la politique Burkinabé en 1996, qui sortaient d’une révolution inachevée, ont décidé de se resserrer pour le Changement. C’est pourquoi nous avions modernisé les 6 engagements pour le développement du Burkina. ET aucune personne, je dis aucune personne au Burkina ne peut nier les bonnes actions faites par l’équipe autour d’un représentant qui était Blaise Compaoré de 1998 en 2006. Il y a des gouvernements et des gouvernements, il y a des personnalités et des personnalités : surtout Il y a soutenir un parti politique mais pas par n’importe quel soutien : Et ce que mon ami Kôrô Yamyélé cite et loue dans ses critiques sont réels et réalisé par une bonne équipe autour d’un représentant. Cette bonne équipe autour de Blaise Compaoré qui ont réalisé les bonnes actions dont nous voyons aujourd’hui, était composé de Roch Kaboré, Salif Diallo, Simon Compaoré le feu Ludovic Tou et d’autres qui ont ténu a honoré les promesses du programme de l’élection présidentiel de 1998,’’’’’Acroissement de la production pastorale, Sauvegarde de l’environnement et la lutte contre la désertification, Organisation et appui au secteur informel et l’artisanat, Développement du réseau des PME-PMI, Soutien très ferme aux activités productrices des femmes, élévation du niveau générale des connaissances et le développement du sport et des activités culturels.’’’’’ De 1998 à 2006, le peuple Burkinabé a vu se réaliser tous ces engagements pris au sérieux par l’équipe de Roch Kaboré, Salif Diallo, Simon Compaoré, Ludovic Tou, et autres malgré les difficultés de toutes sortes, question finance provoquée par les crises mondiales et la conjoncture de l’époque extrêmement défavorable. A vrais dire tout est arrêté quand François Compaoré et sa belle-mère ont accaparé le votant de l’appareil de l’état en remplaçant l’équipe de Roch Kaboré, Salif Diallo, Simon Compaoré, par une équipe a 100% égoïstes et sans aucune formation politique et économique qui sont Assimi Kouanda, Achille Tapsoba, Alain Yoda, Pooda Anicet, Salif Ouedraogo, des personnes dont François Compaoré téléguide a sa guise et qui a mis le feu au pays. Pour mon ami Kôrô Yamyélé, il fallait lire depuis qu’il est sur les forums pour le connaître avec ses réalisations, car il n’a rien à cacher comme moi. D’ailleurs nous sommes vénus sur le net dès le départ avec nos propres noms, jusqu’à les intellectuels de bas échelle viennent avec des multiples pseudos pour mieux mentir. Les Webmasters doivent rigoler à mourir avec ces gigolos de multiples pseudos qu’on connait.

  • Le 2 février à 00:50, par warba
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Merci a yamyelle et a ka pour leurs contributions.je connais bien le probleme du sourou et la realite sur la culture locale du ble car j’ai ete pendant quelques annees un responsale de l’AMVS.Nous avons toujours interpelle les autorites sur la catastrophe en place en raison de mauvais choix et de la faible occupation et productivite de la vallee chere a Tom Sank.J’aurais aime echanger avec vous de vives voix sur ces options sensibles qui seront un jour denoncees et seront abandonnees comme les OGM.210 ha Sono,925ha debe,610ha debe,2000ha Dangoumana,2000ha Di etc ....tout ca avec modestie je connais, j’ai coordonne et j’en connais les faiblesses.Le ministre actuel de l’eau connais bien le probleme car nous avons demarre ensemble en 1986 le premier perimetre de 50ha debe.Nous ne sommes pas un pays de ble comme la France n’est pas un pays favorable a la culture de cafe de cacao ou de canne a sucre.Il faut dans toute option tenir compte de la productivite/rentabilite et autres avantages comparatifs.Le debat est technique et ouvert.

  • Le 2 février à 07:46, par Raogo
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    Vous voyez ce sont nos anciens ministres qui n’étaient pas bon. Que le premier Ministre demande à tous les Ministres de faire le point de tous les anciens projets de son département en donnant les motifs à savoir pourquoi ces projets n’ont pas marchés, quels sont les enseignements tirés, qu’est ce qu’il faut pour relancer ces projets en terme de ressources et Finalement préciser quels sont les projets en phase avec le PNDS pour éviter des doublées en minimisant le cout du PNDS.

  • Le 2 février à 07:56, par Raogo
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    L’Etat doit créer une direction de suivi de tous les projets avec financement Etats, Etats Bailleurs de fonds, Etat partenaires étrangers ou confier ces suivis aux cours des comptes pour éviter que l’Etat s’endette à des milliards de francs et laissé quelques individus tués nos projets de développement à des fins personnels et laisser la postérité endettée.

  • Le 2 février à 08:22, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    - Merci cher mountuan. Cela te grandit. Merci bien

    Par Kôrô Yamyélé

  • Le 2 février à 11:35, par mountuan
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    ELKOR je comprends maintenant pourquoi ZIDA avait nommé SAGNON Adama ex DIRECTEUR de BBDA ministre de la culture, SAGNON était aussi au Sourou comme jeune étudiant installé

  • Le 15 février à 23:49, par PAYSAN D’AFRIQUE, PRODUCTEUR POUR L’AFRIQUE.
    En réponse à : Périmètre irrigué de Benkadi dans le Sourou : Le grand gâchis !

    je pense que tu pense et analyse la politik des RSS ! Si ce nest pas parler est ce que ya travail ? on nous dit que djadiste va fuir le nord pour laisser les enseignant travailler et l’endemain cest presque partout au nord que insecurité est venu chassé la reste de enseignant qui pensait en verité des politik !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés