Rabi Yaméogo, correspondant provincial de l’UPC : « Notre objectif, c’est de gagner la bataille du Kadiogo »

LEFASO.NET | Par Moussa DIALLO • samedi 28 janvier 2017 à 16h35min

La section provinciale du Kadiogo de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) a organisé une cérémonie de présentation de vœux, le 27 janvier 2017, au siège du parti, à Ouagadougou. Ce fut l’occasion de dresser le bilan de l’année 2016 et se projeter sur les perspectives de l’année 2017. 127 conseillers municipaux, six mairies gérées, plusieurs postes de 1er adjoint au maire et de président de commission au sein des conseils municipaux… Tout en se réjouissant de ses résultats, les responsables provinciaux du parti appellent à la mobilisation pour « gagner la bataille du Kadiogo ».

 Rabi Yaméogo, correspondant provincial de l’UPC : « Notre objectif, c’est de gagner la bataille du Kadiogo »

L’UPC sonne le rassemblement dans la province du Kadiogo. Le siège du parti a refusé du monde, le 27 janvier 2017, à l’occasion de la cérémonie de présentation de vœux. Au cours de cette rencontre, les responsables du parti ont dressé le bilan de l’année écoulée avant de se projeter sur les perspectives de l’année 2017. « En termes de bilan, nous avons participé aux élections municipales de mai 2016, nous avons eu 127 conseillers municipaux dans le Kadiogo dont 77 à Ouagadougou et 50 dans les communes rurales.

Nous avons eu à gérer cinq municipalités (ndlr : arrondissements) à Ouagadougou et une commune rurale », a précisé Rabi Yaméogo, le correspondant provincial du Kadiogo de l’UPC. A cela s’ajoute les postes de vice-président du Conseil régional du Centre et de 3e adjoint au maire de la commune de Ouagadougou. Ces résultats sont le fruit d’un travail collectif, le fruit des efforts conjugués de l’ensemble des militants de la province, a-t-il rappelé.

127 conseillers municipaux, 6 mairies

« Nous avons animé le parti 12 mois durant pour rendre vie à nos structures. C’est un bilan élogieux et il fallait d’abord rappeler cela et dire que ce n’est pas encore arrivé. Donc, il faut faire plus en 2017 », a lancé Rabi Yaméogo. Car, poursuit-il, « nous avons des concurrents et il faut que gagnions la bataille du Kadiogo, c’est notre objectif ». Pour y arriver, le premier responsable du parti dans la province du Kadiogo appelle les militants du parti à se mobiliser davantage et à s’engager dans l’unité et la solidarité.

De ce fait, précise-t-il, « en termes de perspectives, il faut poursuivre le renouvellement de nos structures pour prendre en compte les aspirations du peuple, il faut animer nos structures, continuer le recrutement de militants, former nos militants sur tous les plans dans la gestion des municipalités, sur l’idéologie du parti, outiller nos militants pour qu’ils puissent aller au charbon, et les accompagner, les assister pour que le parti brille de mille feux ».

Depuis les dernières élections, le parti du lion a enregistré quelques défections, d’où la nécessité de se réorganiser en vue des prochaines élections. « Avec le nomadisme politique que nous connaissons dans notre pays, après les élections, il y a des défections. Donc, nous allons d’abord faire une revue de troupe, puis procéder au recrutement et à l’encadrement des femmes parce que c’est de l’encadrement dont elles ont besoin pour être autonomes. Toute chose qui leur permettra de participer à la gestion de la chose publique », a expliqué Fatimata Korbéogo/Ouédraogo, 4e vice-présidente du parti, par ailleurs premier responsable des femmes. Sur le plan politique, l’UPC a également participé activement à la commémoration de l’an 2 de l’insurrection populaire, a-t-elle rappelé.

Le Burkina n’a pas changé de drapeau

En pareille circonstance, les piques lancées à l’adversaire ne manquent pas. Et, c’est le président de l’Union régional des jeunes du parti dans la province du Kadiogo qui a allumé la mèche. Cheick Idriss Gnanou a rappelé au gouvernement et particulièrement au Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) que les couleurs du drapeau du Burkina n’ont pas changé. Ce, en référence à la photo du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique qui fait le buzz sur les réseaux sociaux.

En effet, Filiga Michel Sawadogo a porté une écharpe de soutien aux étalons où le drapeau qui y figure est en rouge, jaune et une étoile verte.
Le Burkina a connu une année difficile en 2016, notamment avec les multiples attaques terroristes. Le parti a rendu un hommage aux victimes avant d’appeler à l’union sacrée des Burkinabè autour de l’essentiel, malgré les divergences politiques.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés