Incivisme à Bagré et Niangoloko : Simon Compaoré met en garde

LEFASO.NET | Par Oumar OUEDRAOGO • vendredi 27 janvier 2017 à 23h39min

L’actualité nationale, ces dernières heures, c’est aussi ce ‘’saccage’’ (hier jeudi, 26 janvier 2017) de la gendarmerie de Bagré dans la province du Boulgou (région du Centre-est) suite à l’arrestation d’une exciseuse et ses complices. Ce vendredi à Ouagadougou, à la faveur du premier CASEM (Conseil d’administration du secteur ministériel) de l’année 2017, le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure, Simon Compaoré, s’est exprimé sur non seulement ce sujet crépitant, mais également sur la crise scolaire qui prévaut depuis quelques mois dans la commune de Niangoloko (province de la Comoé, région des Cascades).

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Incivisme à Bagré et Niangoloko : Simon Compaoré met en garde

‘’Pour ce qui est de Bagré, je crois que l’Etat a pris ses responsabilités. L’excision est interdite au Burkina par la loi et des sanctions sont prévues contre tout contrevenant. Des exciseuses ont été arrêtées et gardées au niveau de la Brigade de gendarmerie de Bagré et des individus ont dû mobiliser une partie de la population pour aller forcer ouvrir les locaux de la gendarmerie pour libérer ces gens qui ont été appréhendés et qui devaient faire l’objet d’audition’’, situe le ministre de la sécurité intérieure, Simon Compaoré, annonçant que des procès-verbaux seront adressés au Procureur du Faso.

Selon ses explications, des dispositions ont été prises, des forces de sécurité ont été envoyées sur les lieux et une trentaine de personnes ont été arrêtées.

‘’Force doit rester à la loi et de ce fait, les exciseuses seront recherchées, arrêtées pour répondre de leur forfait devant les juridictions compétentes. Ça, on ne peut pas se permettre de plaisanter. S’il n’y a plus de loi, si on ne peut plus respecter de loi, il n’y a plus de pays ; ce sera la loi du plus fort ’’, fustige le ministre de la sécurité.
Pour ce qui est de la crise à Niangoloko (localité située à la frontière avec la Côte d’Ivoire sur la route nationale N°1), le ministre a promis qu’ « avec la contribution des uns et des autres, les choses vont rentrer dans l’ordre ».

« Ce n’est pas de la négligence (de l’Etat, ndlr), on a affaire à des enfants, et certains sont manipulés (on le sait) ; il nous revient d’agir avec beaucoup de tact… Il s’agit d’amener ces enfants, qui sont nos enfants (certains nos petits-enfants), à comprendre qu’ils sont en train de ruiner leur avenir ; parce qu’on sait pourquoi nous sommes en retard. On est mal placé sur l’indice du développement humain (IDH) qui classe les pays. Nous ne sommes pas très bien logés à cause de, justement, des efforts énormes qui restent à faire dans le domaine de l’éducation. Donc, on ne peut pas se payer le luxe de faire comme ce que ces jeunes font là-bas et qui pourrait conduire à une année blanche… », a expliqué Simon Compaoré.

Il rassure que tous les acteurs sont à l’œuvre pour un retour à un climat de sérénité à Niangoloko.

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 27 janvier à 18:29, par John
    En réponse à : Incivisme à Bagré et Niangoloko : Simon Compaoré met en garde

    Je crois qu’il est temps d’être aussi ferme que possible.Tout groupuscule qui s’attaquera à une autorité ou institution étatique, qu’il soit procédé systématiquement à la fermeture de cette institution dans la localité.

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier à 21:12, par salaka
    En réponse à : Incivisme à Bagré et Niangoloko : Simon Compaoré met en garde

    comment vous allez parler d’incivisme aux enfants ? vous ne montrez pas d’exemple au sommet de l’état.

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier à 22:01, par E
    En réponse à : Incivisme à Bagré et Niangoloko : Simon Compaoré met en garde

    Mort de rires !!!! Si un père dit à ses enfants, ou un grand-père dit à ses petits-fils qu’ils sont en retard en matière de développement familial, à qui la faute ? Et puis et puis quand on parle d’incivisme, qu’est-ce que c’est ? Si ne pas respecter les lois de la république est incivique, on connaît ceux qui ne respectent pas les lois et donc ceux qui sont inciviques. Pas besoin de crier sur un toit !

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier à 23:28, par sidbala
    En réponse à : Incivisme à Bagré et Niangoloko : Simon Compaoré met en garde

    IL ne faut pas chercher loin les causes de l’incivisme. Quand des responsables comme celui qui crois être un modèle envoient la jeunesse bruler des édifices publiques, incendies des maisons des citoyens de ce même pays pour des raisons insensées ; c’est tout à fait normal que les une et les autres utilisent ces même méthodes pour arriver aussi à leurs fins.Ce n’est le début ou même la suite de ce que vous appris à ces jeunes.

    Répondre à ce message

  • Le 28 janvier à 09:41, par La bâtardise ne gagnera pas
    En réponse à : Incivisme à Bagré et Niangoloko : Simon Compaoré met en garde

    Je demande aux pandores qui ont arrêté en un temps record ces civils sans armes de faire autant et avec la même diligence les terroristes qui nous endeuillent.

    Répondre à ce message

  • Le 28 janvier à 11:36, par kekule
    En réponse à : Incivisme à Bagré et Niangoloko : Simon Compaoré met en garde

    bien dit Mr le ministre.les fautifs doivent être punis à la hauteur de leur forfaiture.force doit rester à la loi. la loi c’est la loi c’est dure mais il faut y faire avec.il faut joindre l’acte à la parole.

    Répondre à ce message

  • Le 28 janvier à 13:55, par abu
    En réponse à : Incivisme à Bagré et Niangoloko : Simon Compaoré met en garde

    je pense qu’on doit relancer le débat sur l’excision car j pense que son interdiction nous a ete imposé. c’est pourquoi nos peuples en majorité ne partage pas cette position. ne conduisons pas nos citoyens a lincivisme par force. il suffit qu’on sucre certains au sommet et ns déclenchons une machisme par pure suvisme. personne n’arrête la debauche et le banditisme véritablement mais on est tjrs prêt a défendre avec les moyens publics des engagements égoïstes. pauvres forces de l’ordre !

    Répondre à ce message

  • Le 29 janvier à 09:43, par "LE VIEUX"
    En réponse à : Incivisme à Bagré et Niangoloko : Simon Compaoré met en garde

    COMMENT VOULEZ-VOUS PRONNER LA DISCIPLINE ALORS QUE NOUS SOMMES DIRRIGÉS DURANT 27 ANS PAR DES ASSASSINS, DES VOLEURS DE PARCELLES, DES MALCAUSEURS ET DES MENTEURS UNIQUEMENT POUR LEUR GAUSIER ? "...LE PEUPLE S’IDENTIFIE A SES DIRIGEANTS "

    Répondre à ce message

  • Le 29 janvier à 09:58, par Capitaine
    En réponse à : Incivisme à Bagré et Niangoloko : Simon Compaoré met en garde

    Les incidents d’incendie dans des marchés et autres actes d’incivisme qui visent à remettre en cause l’autorité de l’Etat par des mouvements de protestation contre des gendarmes, ressemblent à des actes prémédités. Il y a visiblement des gens qui ont des agendas cachés dans des actes de troubles à la paix sociale .Comme le disait le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré à l’occasion du bilan d’un an de son pouvoir, il n’y a pas que des ennemis extérieurs contre le régime en place mais aussi à l’intérieur du pays. Il en veut pour preuve l’aveu de certains terroristes d’origine burkinabè qui, après avoir été appréhendés disaient qu’ils n’avaient pas de regret et que si l’occasion leur était donnée, ils récidiveront. Il faut rappeler qu’un Burkinabè du patronyme Sawadogo avait été arrêté parmi des terroristes au Mali. Les deux incendies aux marchés de Koupéla et Bobo-Dioulasso à une semaine d’intervalle, avec le même mobile de mise en flammes de dépôts de carburants, ne semblent pas des faits relevant du hasard. On a l’impression que des gens instrumentalisent des problèmes contre les services de sécurité et de défense pour fabriquer des arguments qu’il faut retirer les ministères de la défense et de la sécurité des mains de civils comme si cela était la solution miracle contre le terrorisme. Ces gens cherchent plutôt à accaparer la défense et la sécurité par leurs hommes de mains pour dicter partout au Burkina leur loi sectaire. Le Président du Faso a sans doute bien compris leur stratégie en rétorquant que même s’il devrait céder la défense, ce ne serait pas pour des militaires. Le commandement des forces de défense et de sécurité n’est pas l’apanage des militaires exclusivement. Des civils de par le monde ont pleinement assumé ces fonctions. En France, Nicolas Sarkozy a été ministre de l’intérieur (sécurité), des cas du même genre en Côte d’Ivoire, au Niger. Au Burkina, un administrateur civil Yéro Boly a été d’abord ministre de l’administration territoriale et ensuite ministre de la Défense. Alors que ceux qui provoquent des troubles pour chercher à ravir les portefeuilles de la défense et de la sécurité, sachent que leur jeu malsain est découvert et leurs méthodes anarchistes connues du grand public burkinabè. Qu’ils reviennent à de meilleurs sentiments car, la démocratie est une action collective dans l’intérêt général et non la chassée gardée d’un groupuscule au détriment de la majorité.

    Répondre à ce message

  • Le 29 janvier à 17:58, par moudou
    En réponse à : Incivisme à Bagré et Niangoloko : Simon Compaoré met en garde

    il faut une étude minutieuse dans les établissements où il y a tout comportement contraire au texte régissant le fonctionnement des lycées et collèges. les acteurs sont s y trouvent.

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 15:38, par Ka
    En réponse à : Incivisme à Bagré et Niangoloko : Simon Compaoré met en garde

    Mon ami Körö Yamyélé, ne t’inquiète, le système de surveillance de la cybercriminalité de notre pays suive déjà ces personnes sur le net. Qu’il soit sur le sol Burkinabé, en France, ou ailleurs dans un Cybercafé ou devant son ordi, comme le système Ivoirien ou d’autres pays, les messages comme ceux d’Abu, et tant d’autres sur les sites des réseaux sociaux d’informations sont suivis de près : Et ce ne sont pas ceux qui ont été sanctionnés tout dernièrement dans une analyse des habitants d’Orodara et les Wahhabites qui me diront le contraire. Comme je l’ai toujours dit, je redemande les internautes comme Abu de cesser leurs manipulations et leurs hypocrisies. Il n’y a aucune vérité dans l’islam des terroristes. Ces soi-disant musulmans sur des motos qui terrorisent les pauvres enseignants pour leur Islam sont des loups ravageurs. Tout est faux dans ce qu’ils font pour trahir et dominer les pauvres enfants et les femmes vulnérables : Ce ne sont que des hypocrites. Le vrai Islam de Mahomet qui est de la paix et de la tolérance, ne représente rien pour eux, que de tuer pour régner. Et je dis a ceux comme Abu qui ont mis leur ultime foi en ces terroristes de bas échelle, s’en mordront les doigts tôt ou tard.

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 16:20, par faber
    En réponse à : Incivisme à Bagré et Niangoloko : Simon Compaoré met en garde

    Dommage ! c’est vraiment dommage que c’est le fils du pauvre qui paye encore le prix du sacrifice d’un avenir nain,avorté, et même brulé. Il faut que les autorités s’assument en tant que responsables d’un pays ou soit vous êtes toujours dans vos coquilles de politiciens et vous nous foutez la paix. La situation de Niangoloko qu’elle soit manipulée ou pas sachons que c’est nos enfants et nos petits frères qui sont entrain d’être transformés en futurs déchets. Il faut un responsable qui ait les couilles pour faire comprendre les choses à tous que ceux qui veulent aller à l’école le feront ceux qui ne le veulent ne sont pas obligés, ensuite il faut être implacable en ce qui concerne les fauteurs de trouble de tous genre et tout espèce( élèves, enseignants, politiciens etc....), Mais arrêtons de vouloir faire pensez qu’on peut réparer des bêtises intentionnelles par un monologue où on appelle des enfants pour leur dire : vous avez raison...... vous avez raison...comme ce qui s’était passé en 2014. C’est vilain ça !!!! soyons responsables et humains, ne sacrifions pas les enfants des autres car nos propres enfants pourront en payer le prix demain !!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés