Dialogue social : les organisations syndicales tiennent au principe de la parole donnée

LEFASO.NET | Par Nicole OUEDRAOGO • mercredi 25 janvier 2017 à 00h20min

La traditionnelle rencontre annuelle entre le gouvernement et les organisations syndicales a débuté ce mardi 24 janvier 2017. A la table des négociations de la présente session au titre de l’année 2016, l’examen du cahier de doléances des organisations syndicales du 1er mai de ladite année. Cette rencontre sera également une occasion pour faire le point de l’exécution des accords conclus lors des négociations gouvernement/syndicats de l’année 2015. C’est le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, qui a procédé à l’ouverture officielle des travaux.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Dialogue social : les organisations syndicales  tiennent au principe de la parole donnée

En 2016, le Burkina a connu « une hausse sensible des préoccupations émanant des travailleurs issus de diverses couches socioprofessionnelles » a noté Paul Kaboré, président du mois des centrales syndicales. Et le Premier ministre de souligner que la situation économique du pays était difficile : « la croissance était au ralentie, la finance publique étaient exsangue et la situation sécuritaire s’est brusquement détériorée » a indiqué Paul Kaba Thiéba, avant de poursuivre : « Malgré les difficultés, le contexte social s’est également dégradé, en rapport avec les fortes demandes des travailleurs et de la jeunesse de manière générale ».

S’agissant des préoccupations des travailleurs, certaines corporations ont bénéficié de mesures satisfaisantes, selon le président du mois des centrales syndicales. D’autres par contre, dit-il : « fondent l’espoir sur l’aboutissement de la rencontre bipartite qui s’ouvre aujourd’hui » a dit Paul Kaboré. Le gouvernement s’inscrit d’ailleurs dans cette même dynamique. Selon le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, ce présent cadre de concertation institué depuis 2008, est une preuve renouvelée de la disponibilité et de l’attachement de son gouvernement au dialogue social, gage d’une paix véritable. Il s’agira donc selon Paul Kaba Thiéba, de trouver des « solutions justes et acceptables » pour l’ensemble des travailleurs du Burkina.

Les engagements de 2015 n’ont pas été respectés

De l’avis de Paul Kaboré, les engagements du gouvernement pris au cours de la rencontre annuelle de 2015 n’ont pas été respectés. Raison pour laquelle, ils ont tenu à réaffirmer leur respect au principe de la parole donnée. Il est question notamment de l’IUTS, un point sur lequel, les syndicats ont indiqué que le gouvernement a pris une décision unilatérale, « au mépris des conclusions de la commission bipartite ». A cet effet, le président du mois des centrales syndicales a souhaité une réponse « claire et nette du gouvernement, séance tenante ». Le gouvernement pour sa part, s’est dit ouvert au dialogue sur la question.

A ce sujet, Paul Kaba Thiéba a marqué son étonnement. « Alors que je viens pour ouvrir cette séance de concertation, je suis accueilli par un ultimatum. On me demande séance tenante, une réponse immédiate sur la question de l’imposition de l’IUTS. On vient pour discuter, on me prend avec un couteau sous la gorge déjà. C’est une façon de discuter qui est cas même étrange » a-t-il noté, avant de d’ajouter que : « je voulais vous rassurer de la volonté du gouvernement d’échanger avec vous de manière sereine sur la question. Nous n’avons pas de tabou sur ce problème, ça ne sera pas un point de conflit ».

Paul Kaboré quant à lui, a confié que ce point sera évoqué demain, mercredi. « Je pense que lorsqu’on va se rencontrer demain à 8 heures, on va élucider ça. Si eux même, ils parlent de dialogue social, il faut que ce soit un dialogue franc et direct pour tout le monde ».

Paul Kaba Thiéba a par ailleurs rappelé que son gouvernement s’attèle au respect des engagements pris. Précisant que des difficultés ont constitué un frein à la mise en œuvre de certains engagements, le chef du gouvernement a noté que les plus importants en termes d’impact ont été exécutés. Il est question notamment de la mise en œuvre de la loi 081, de la baisse cumulée de 80 FCFA du prix à la pompe des hydrocarbures, de l’adoption toute récente des lois portant création et régime juridique de la fonction publique.

Le PNDES, une solution aux préoccupations de l’année 2016 ?

De l’avis de Paul Kaba Thiéba, du cahier de doléances du 1er mai 2016, des suites idoines ont été données aux préoccupations soulevées, à travers les réponses du gouvernement qui ont été transmises. « Quatre des cinq valeurs du programme présidentiel prennent d’ailleurs en compte lesdites préoccupations » a-t-il déclaré.

Exprimant l’intérêt du gouvernement pour cette rencontre, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a confié qu’il est question d’un enjeu patriotique, à savoir la construction du PNDES qui doit rassembler tous les Burkinabè. « Au-delà des divergences politiques, des intérêts corporatistes, nous devons dans l’expression de nos difficultés, de nos revendications catégorielles, prendre en compte l’intérêt général et la nécessite de construire le pays » a-t-il souhaité.

Les échanges entre les deux parties prennent fin le 31 janvier 2017 et devront aboutir à protocole d’accord, signé des deux parties.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés