Dialogue social : les organisations syndicales tiennent au principe de la parole donnée

LEFASO.NET | Par Nicole OUEDRAOGO • mercredi 25 janvier 2017 à 00h20min

La traditionnelle rencontre annuelle entre le gouvernement et les organisations syndicales a débuté ce mardi 24 janvier 2017. A la table des négociations de la présente session au titre de l’année 2016, l’examen du cahier de doléances des organisations syndicales du 1er mai de ladite année. Cette rencontre sera également une occasion pour faire le point de l’exécution des accords conclus lors des négociations gouvernement/syndicats de l’année 2015. C’est le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, qui a procédé à l’ouverture officielle des travaux.

Dialogue social : les organisations syndicales  tiennent au principe de la parole donnée

En 2016, le Burkina a connu « une hausse sensible des préoccupations émanant des travailleurs issus de diverses couches socioprofessionnelles » a noté Paul Kaboré, président du mois des centrales syndicales. Et le Premier ministre de souligner que la situation économique du pays était difficile : « la croissance était au ralentie, la finance publique étaient exsangue et la situation sécuritaire s’est brusquement détériorée » a indiqué Paul Kaba Thiéba, avant de poursuivre : « Malgré les difficultés, le contexte social s’est également dégradé, en rapport avec les fortes demandes des travailleurs et de la jeunesse de manière générale ».

S’agissant des préoccupations des travailleurs, certaines corporations ont bénéficié de mesures satisfaisantes, selon le président du mois des centrales syndicales. D’autres par contre, dit-il : « fondent l’espoir sur l’aboutissement de la rencontre bipartite qui s’ouvre aujourd’hui » a dit Paul Kaboré. Le gouvernement s’inscrit d’ailleurs dans cette même dynamique. Selon le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, ce présent cadre de concertation institué depuis 2008, est une preuve renouvelée de la disponibilité et de l’attachement de son gouvernement au dialogue social, gage d’une paix véritable. Il s’agira donc selon Paul Kaba Thiéba, de trouver des « solutions justes et acceptables » pour l’ensemble des travailleurs du Burkina.

Les engagements de 2015 n’ont pas été respectés

De l’avis de Paul Kaboré, les engagements du gouvernement pris au cours de la rencontre annuelle de 2015 n’ont pas été respectés. Raison pour laquelle, ils ont tenu à réaffirmer leur respect au principe de la parole donnée. Il est question notamment de l’IUTS, un point sur lequel, les syndicats ont indiqué que le gouvernement a pris une décision unilatérale, « au mépris des conclusions de la commission bipartite ». A cet effet, le président du mois des centrales syndicales a souhaité une réponse « claire et nette du gouvernement, séance tenante ». Le gouvernement pour sa part, s’est dit ouvert au dialogue sur la question.

A ce sujet, Paul Kaba Thiéba a marqué son étonnement. « Alors que je viens pour ouvrir cette séance de concertation, je suis accueilli par un ultimatum. On me demande séance tenante, une réponse immédiate sur la question de l’imposition de l’IUTS. On vient pour discuter, on me prend avec un couteau sous la gorge déjà. C’est une façon de discuter qui est cas même étrange » a-t-il noté, avant de d’ajouter que : « je voulais vous rassurer de la volonté du gouvernement d’échanger avec vous de manière sereine sur la question. Nous n’avons pas de tabou sur ce problème, ça ne sera pas un point de conflit ».

Paul Kaboré quant à lui, a confié que ce point sera évoqué demain, mercredi. « Je pense que lorsqu’on va se rencontrer demain à 8 heures, on va élucider ça. Si eux même, ils parlent de dialogue social, il faut que ce soit un dialogue franc et direct pour tout le monde ».

Paul Kaba Thiéba a par ailleurs rappelé que son gouvernement s’attèle au respect des engagements pris. Précisant que des difficultés ont constitué un frein à la mise en œuvre de certains engagements, le chef du gouvernement a noté que les plus importants en termes d’impact ont été exécutés. Il est question notamment de la mise en œuvre de la loi 081, de la baisse cumulée de 80 FCFA du prix à la pompe des hydrocarbures, de l’adoption toute récente des lois portant création et régime juridique de la fonction publique.

Le PNDES, une solution aux préoccupations de l’année 2016 ?

De l’avis de Paul Kaba Thiéba, du cahier de doléances du 1er mai 2016, des suites idoines ont été données aux préoccupations soulevées, à travers les réponses du gouvernement qui ont été transmises. « Quatre des cinq valeurs du programme présidentiel prennent d’ailleurs en compte lesdites préoccupations » a-t-il déclaré.

Exprimant l’intérêt du gouvernement pour cette rencontre, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a confié qu’il est question d’un enjeu patriotique, à savoir la construction du PNDES qui doit rassembler tous les Burkinabè. « Au-delà des divergences politiques, des intérêts corporatistes, nous devons dans l’expression de nos difficultés, de nos revendications catégorielles, prendre en compte l’intérêt général et la nécessite de construire le pays » a-t-il souhaité.

Les échanges entre les deux parties prennent fin le 31 janvier 2017 et devront aboutir à protocole d’accord, signé des deux parties.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Messages

  • Hum ! Si au moins les indemnités que l’Etat donne à ses ministres et députés ou les salaires que l’Etat reverse à ses autorités pouvaient être diminués au profit de ces employés qui eux gagnent un SMIG de 32 500 francs comme salaire, je pense que ce serait une très bonne action. Mais hélas, il ne faut pas rêver ! L’africain en général, c’est sa bourse d’abord. Que son prochain meurt, ça lui est égal.
    De grâce, amélioré au moins les conditions de vie du citoyen, c’est vraiment trop vous demander ! Ayez pitié, ayez pitié. Que Dieu nous aide. Amen !

  • Monsieur le premier ministre, la loi 081 n’a pas été executée à 100% comme prevu en 2016. Beaucoup d’agents ne sont toujours pas reversés. A quand leurs reversement ?

  • Monsieur le premier ministre, la loi 081 n’a pas été executée à 100% comme prevu en 2016. Beaucoup d’agents ne sont toujours pas reversés. A quand leur reversement ?

  • voici ce que dit l’article 17 de la loi de Finance 2017 :
    "Pour compter du 01 janvier 2017,l’article 55 du code des imp0ts est modifié et rédigé ainsi qu’il suit :
    Article 55 nouveau :
    Il est institué au profit du budget de l’Etat un impôt unique sur les traitements et salaires applicable à l’ensemble
    des traitements publics et privés, indemnités, émoluments et salaires de toute nature, perçus au cours de la même
    année, y compris les avantages en nature, à l’exception des avantages en nature supports par l’Etat, les
    collectivités territoriales et les établissements publics n’ayant pas un caractère industriel et commercial.
    Sont également imposables, l’impôt unique sur les traitements et salaires, Ies primes et gratifications de toute
    nature servies aux travailleurs des secteurs public et privé". décision prise de manière unilatérale par le gouvernement au mépris des travailleurs, chose inacceptable

  • Pour la question de la rémunération des agents du secteur privé et public, il est temps que le Gouvernement crée un organe comme le conseil du Trésor du Canada ou des États Unis pour traiter de ces questions. Aussi, il faut établir une règle d’augmentation des salaires en lien avec les indicateurs économiques du pays sur une période de 5 à 10 ans pour éviter les rendez-vous annuels avec les partenaires sociaux.

    En un mot il faut revoir les modalités de gestion des carrières, salaires et autres au sein d’une structure autonome et apolitique.

  • Ah bon !! La loi 081 sur le reversement des fonctionnaires a été exécutée ? Je n’ai rien vu encore. on ne parlera d’exécution que lorsque tous les fonctionnaires seront satisfaits.

  • Un des ministres au présidium est disqualifié pour prendre part à ce dialogue. Bientôt nous allons exiger un audit de la masse salariale.

  • Tous les agents n’ont pas encore été reversés, Monsieur PKT. Il faut que Monsieur le Ministre de la FP fasse, hic et nunc, un bilan chiffré de la mise en oeuvre de la Loi 081.

  • Bonjour,
    Monsieur le PM je vous prie de ne pas vous foutre de nous. vous pensez quoi même que l’insurrection s’était pour permettre à des gens tel que vous de venir parler comme vous voulez ?
    Simplement demandez à votre votre sinistre de la fonction publique à quand l’application de la loi 081.
    Pourtant n’avez vous pas jurer que fin novembre le problème devrait être régler.
    C’est çà un homme d’honneur qui respecte sa parole ? Je suis surtout déçu des syndicats qui comme un pacte occulte sont moutonnement conduit par le gouvernement.
    Honte à vous !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Je vous s’en fou point barre

  • Nicole Ouédraogo et toute l’équipe de Lefaso.net, Merci pour vos belles photos.

  • Finalement, a quand la révision et l’application de la loi 33 pour les fonctionnaires dans les EPE ?

  • Monsieur le PM avez-vous demandé à votre ministre de la fonction publique de vous faire le point de l’application de la loi 081 avant de parler ? Cette loi n’est pas que financière ; elle concerne aussi des carrières et des emplois dont certains jusqu’à présent attendent d’être créés.
    Imaginez dans quelle impatience se trouvent les travailleurs dont les emplois doivent être créés à travers le Régime Inter Ministériel des Emplois(RIME). Des commissions ont été mises en place dans la majorité des ministères pour finaliser les textes mais aucune n’a jusqu’à ce jour été convoquée pour travailler sur ces textes. Combien ça vous coute d’accélérer le processus de relecture des ces fameux TOES et d’adoption du RIME ? Ou attendez-vous jusqu’à ce que les gens aient mare à la fin ou vous mettent la pression ?

  • Toujours avec les mêmes syndicats au gros ventre et rien ne change pour de vrai. Svp laisser la place aux jeunes engagés Svp

  • Pour commencer à imposer les primes et autres avantages, il importe de de les rendre légaux aux yeux du législateur et par conséquent de les inscrire dans la loi des finances. je le dit car il y a certaines primes qui vraisemblablement ne sont pas officiellement connues du parlement. je parle en particulier des fonds communs dans les différents ministres et qui ont d’autres appellations dans d’autres ministères. il y a aussi certaines primes dit de rendement octroyés à certains agents. ces primes ou fonds communs sont prélevés et distribués à certains agents de la fonction publique et la masse à partager est importante. ces différents éléments viennent comme des compléments de salaires être frappé des taux progressif d’Iuts.. les agents du secteur privé subissent ces impôts de plein fouet pendant que ceux de la fonction publique qui gagnent mieux en moyenne que eux se la coulent douce. soyons juste dans nos revendications. soit l’iuts s’applique à tous, soit on le supprime pour tous.

  • Surtout la question non moins important des indemnités des fonctionnaires élèves, ne serait ce que l’indemnité de logement ils en ont toujours droit !!

  • j’ai pitié de ce régime parce que malheureusement il est entouré de vautours a tous les niveaux, dans tous les secteurs. l’histoire me donnera raison disait quelqu’un. wait and see !!!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés