Affaire ministère de la santé/MABUCIG : Afrique contre le tabac appelle l’Etat à préserver la santé des Burkinabè

LEFASO.NET | Nicole OUEDRAOGO • samedi 18 mars 2017 à 00h32min

Au cours d’une conférence de presse tenue ce vendredi 17 mars 2017, Afrique contre le tabac (ACONTA) , a dénoncé la mauvaise foi de l’industrie du tabac dans l’application de la loi portant conditionnement et étiquetage des produits du tabac au Burkina Faso. Il était surtout question d’un plaidoyer auprès du gouvernement pour l’apposition des avertissements sanitaires graphiques sur les paquets de cigarettes.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Affaire ministère de la santé/MABUCIG : Afrique contre le tabac appelle l’Etat à préserver la santé des Burkinabè

4000 morts, c’est le nombre de décès annuel causé par le tabagisme au Burkina, selon les données de l’atlas du tabac en 2015. Si rien n’est fait selon Salif Nikièma, coordonnateur de ACONTA, cette situation alarmante qui touche principalement la frange jeune de la population risque de créer un précèdent très dangereux au Burkina .C’est donc pour tirer la sonnette d’alarme que depuis le 7 avril 2016, ACONTA et le réseau des journalistes antitabac du Burkina Faso (REJAT-BF) , ne cessent d’organiser des rencontres d’information sur le contentieux qui existe entre le ministère de la santé et l’industrie du tabac.

En effet, si le Burkina a ratifié la convention cadre de l’OMS sur la loi antitabac (CCLAT) en 2006, puis a adopté une loi antibac conforme à la CCLAT en novembre 2010, le pays peine à observer l’effectivité de ladite loi. « Chaque paquet, cartouche ou carton de produits du tabac et toutes formes de conditionnement, d’étiquetage extérieur et intérieur des produits doivent comporter des mises en garde sanitaires sous forme de message.. » c’est ce que stipule l’article 13 de la loi antitabac.

La MABUCIG ne joue pas franc jeu

Depuis le 7 avril 2016, la MABUCIG devait mentionner les avertissements sanitaires graphiques sur ses paquets de cigarettes. Celle –ci refusant de respecter la loi, l’Etat burkinabè, par le biais du ministère de la santé, a fini par opter pour la voie judiciaire en vue de contraindre la MABUCIG à appliquer l’arrêté sur les images. « Le procès du ministère de la santé et de la MABUCIG était programmé une première fois en décembre 2016 et reporté au 31 janvier 2017, puis encore reporté au 21 mars 2017. Nous ne comprenons pas ce jeu de rôle » a déploré le coordonnateur de ACONTA, soulignant qu’il s’agit à ce jour, d’ « un accord à l’amiable pendant que l’affaire est pendante devant le juge ». « Ce règlement à l’amiable devrait-il consister à une remise en cause des dispositions de l’arrêté conjoint sur les avertissements sanitaires graphiques. Quels sont les acteurs impliqués dans ce règlement à l’amiable » s’interroge l’association.

Pour Salif Nikièma, la santé des Burkinabè est non négociable et appelle le ministre de la santé à ne pas se laisser influencer par « les intérêts commerciaux, les arguments fallacieux et trompeurs de l’industrie du tabac ». Par ailleurs, l’ACONTA invite le ministre de la santé à écouter les acteurs de la lutte antitabac avant se de lancer dans un quelconque règlement à l’amiable. Du procès opposant le ministère de la santé et la MABUCIG, l’Afrique contre le tabac souhaite que le droit soit dit, à défaut, que l’industrie du tabac obtempère sans délai de mettre les avertissements sanitaires graphiques sur les paquets de cigarettes.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 18 mars à 01:24, par Le juste
    En réponse à : Affaire ministère de la santé/MABUCIG : Afrique contre le tabac appelle l’Etat à préserver la santé des Burkinabè

    Il faut tout simplement repérer et sanctionner les agents véreux du ministère du commerce qui prêtent main forte aux industries du tabac pour bafouiller les règlements en matière de lutte contre le tabagisme dans notre pays. Il est question de deux ou trois agents au sein de ce ministère. Le document sur la règlementation n’a pas été signé par le ministère de commerce sur obstruction de ces agents. Qu’attend le ministre actuel pour se rattraper une bonne fois pour toute en signant le document pour couper court à toutes les supputations ou bien ce ministre est aussi impliqué dans cette vaste escroquerie financée par les industries du tabac ? Il est temps que le gouvernement TIEBA tranche cette affaire et prenne ses responsabilités pour protéger la population burkinabé même si l’usine MABUCIB doit fermer ses portes. Plein courage et succès à vous de l’ACONTA et à tous ceux qui s’impliquent dans cette lutte inlassable pour la protection du peuple burkinabé contre les dangers du tabagisme et la loi de l’argent.

    Répondre à ce message

    • Le 18 mars à 09:35, par kwiliga
      En réponse à : Affaire ministère de la santé/MABUCIG : Afrique contre le tabac appelle l’Etat à préserver la santé des Burkinabè

      Ham bon, et quand MABUCIB aura fermé, les Burkinabé cesseront définitivement de fumer ?
      Hé ben non ! On devra juste importer des cigarettes des pays voisins, dont certaines sont d’une qualité bien plus déplorable que les marques locales.
      Bien sur que le tabagisme est un problème, mais pour qui regarde objectivement le Faso aujourd’hui, il est évident que c’est loin d’être notre priorité.
      Quand je lis dans les déclarations "la santé des Burkinabé ne doit pas être prise en otage", pardon, mais je me marre.
      Crise de la Cameg, insoluble depuis des mois, grèves des personnels soignants, menaces de reprise de grève après négociations,... Qui prend la santé des Burkinabé en otage ?
      Préoccupons nous de nos problèmes prioritaires, avant de rentrer dans le jeu des blancs. Mais bon, je suppose que y’a des bons financements à récupérer dans la lutte anti-tabac.

      Répondre à ce message

  • Le 18 mars à 10:41, par Yako
    En réponse à : Affaire ministère de la santé/MABUCIG : Afrique contre le tabac appelle l’Etat à préserver la santé des Burkinabè

    Oh voilà un sujet sur lequel l’hypocrisie des pouvoirs publics est érigée en art.En effet,l’état détient le monopole du tabac au Burkina Faso comme partout d’ailleurs,ils prélèvent des taxes sur le tabac sans doute c’est le secteur qui rapporte le plus d’argent à l’état après les hydrocarbures.La question est la suivante:Comment faire la morale aux citoyens si l’état lui-même même en tire profit de ce business très lucratif ? A mon avis il faudra voir du côté associations de la société civile afin de mettre sur pied une stratégie de campagne efficace.Quant à l’état il veut le beurre et l’argent du beurre ça ne marchera pas.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 23:33, par de rien
    En réponse à : Affaire ministère de la santé/MABUCIG : Afrique contre le tabac appelle l’Etat à préserver la santé des Burkinabè

    La lutte contre l tabac a toujours été une vaste hypocrisie. J veu bien admettre q l tabac nuit gravement à la santé et est même mortel. La question que l’on peut se poser en 2017, est est ce que les consommateurs de tabac sont dans l’ignorance de cette information ? Si effectivement il faut lutter contre l tabac, alors ayont le courage de l’interdire, de fermer la mabucig, au lieu de nous contenter d’une photo qui ne dissuadera personne.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés