Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

LEFASO.NET | Oumar L. OUEDRAOGO • lundi 23 janvier 2017 à 23h47min

L’Union pour la renaissance/parti sankariste (UNIR/PS) tient les 27, 28 et 29 janvier 2017 à Ouagadougou, son deuxième Congrès ordinaire. Placée sous le thème « Le sankarisme à l’épreuve de sa participation à la gestion du pouvoir d’Etat », cette instance suprême du parti va donc se pencher sur la vie du parti et sa contribution à l’animation de la vie politique nationale dans le cadre de la majorité présidentielle. A quatre jours de ce rendez-vous statutaire, le comité national d’organisation annonce que « tout est fin prêt ». C’était à travers une conférence de presse tenue dans la matinée de ce lundi, 23 janvier 2017 à son siège national sis aux 1200 logements.

Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

« Le sankarisme : idéologie, doctrine ou mode de gouvernement ? », « Le rôle des sankaristes dans l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 », « Le sankarisme à l‘épreuve de la gestion du pouvoir d’Etat ». Ce sont-là, les thèmes qui seront scrutés par les congressistes, attendus des 45 provinces et de l’étranger auxquels s’ajouteront des invités, « amis de partis politiques » de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Niger, du Mali, du Togo, de la Guinée-Conakry, de la France, des Etats-Unis et du Canada. Pour animer les panels, le parti n’a pas lésiné sur les compétences : Dr Ra-Sablga Seydou Ouédraogo, Pr Abdoulaye Barro, Pr Vincent Ouattara, Dr Félix Achadé, Séré Kalifara, Me Bénéwendé Stanislas Sankara, Samsk Le Jah, Dr Koffi Amétépée, Nestor Bassière, Germaine Pitroipa et Sommanogo Koutou.

Pour le président national du comité d’organisation, Athanase Boudo, ce congrès qui arrive au moment où le parti boucle sa première année de participation à la gestion du pouvoir d’Etat, sera une tribune de critique, d’autocritique et d’introspection. « Ce sera un tremplin pour l’UNIR/PS de faire un bilan analytique et prospectif de sa décision de mettre en avant l’intérêt du peuple burkinabè, en allant à la majorité présidentielle », confie M. Boudo.

Il s’agira pour le parti, de soumettre sa participation à la gestion du pouvoir à l’appréciation des congressistes. Mais d’ores et déjà, estime M. Boudo, « jusqu’à présent, nous pensons que nous sommes dans une bonne dynamique, nous sommes dans une bonne prédisposition. (…). Nous sommes présents dans toutes les institutions (Assemblée nationale, gouvernement et dans l’administration de façon générale), nous sommes responsables et nous assumons les actes que nous posons ».

Pour Athanase Boudo, aujourd’hui, le peuple burkinabè participe mieux à la gestion du pouvoir d’Etat grâce également aux efforts de l’UNIR/PS conjugués avec ceux du MPP (parti au pouvoir) pour assurer une bonne gouvernance. « La parole est libérée ; partout, les gens participent à la gestion du pouvoir, que ce soit à travers les réseaux sociaux, l’expression syndicale, l’opinion publique nationale et internationale, tout le monde a l’occasion de suivre l’exécution du PNDES (plan national de développement économique et social) mais également de critiquer et cela a contribué à améliorer les choses », note-t-il, ajoutant que son parti a contribué à asseoir une stabilité institutionnelle au Burkina. « Tout en applaudissant l’opposition républicaine qui joue aussi sa partition dans le cadre de la gestion du pouvoir. Je parle de l’opposition républicaine, je ne parle pas de l’opposition cagoulée (vous savez qu’il y a d’autres qui sont cachés, qui ont d’autres intentions) mais plutôt ceux-là qui s’expriment à travers des institutions tel que le Chef de file de l’opposition politique (CFOP-BF). Ce sont avec tous ceux-là (opposants républicains, ndlr), que nous sommes en train de souhaiter un Burkina nouveau et l’UNIR/PS est en train de jouer sa partition dans ce cadre », soutient le secrétaire national chargé des structures de l’UNIR/PS, Athanase Boudo.

Mariam Sankara pourrait être au congrès

Selon les organisateurs, la veuve de l’ex-Président Thomas Sankara, Mariam Sankara, a été conviée à cette instance suprême du parti. « Vous savez qu’elle a parrainé la Convention (la première convention des sankaristes en mai 2015 qui visait à réunir les partis sankaristes, ndlr). Elle est militante UNIR/PS. En tout cas, si son calendrier lui permet, elle va venir », indique le premier responsable à l’organisation.
A en croire M. Boudo, les liens entre Mme Sankara et l’UNIR/PS sont « des liens très forts de militantisme parce que, vous avez suivi, même après le clash de la convention, elle a continué à nous appuyer et c’est elle-même qui a coordonné pratiquement la campagne de l’UNIR/PS en France, parce qu’elle devait nous appuyer dans la mobilisation des ressources, même si généralement c’est très difficile à ce niveau. Après ça, nous avons continué à échanger. Même après notre plenum du 19 décembre 2015 pour décider de la participation à la majorité ou à l’opposition, elle a, en tout cas, participé aux échanges. Donc, je crois que ce sont des liens étroits ; elle est une militante, jusqu’à présent, elle n’a pas encore prouvé le contraire. Au-delà de ça, nous menons le même combat pour que justice puisse se faire sur l’assassinat du camarade Président Thomas Sankara ».

Ce congrès doit également connaître le renouvellement de l’organe dirigeant du parti.
« Pour joindre l’utile à l’agréable », l’UNIR/PS offre, à ciel ouvert sur le site du congrès, un géant concert à ses militants, amis, sympathisants et au peuple burkinabè avec des artistes traditionnels et modernes à l’image de Fadal Dey, SamsK Le Jah, Salif Widga, Iron Bunder, Hamad Rabin.

Le CNR/MS et l’UNIR/PS, désormais une seule ‘’âme’’ politique !

La conférence de presse a, en outre, servi de cadre pour annoncer la fusion du Conseil national pour la renaissance/Mouvement sankariste (CNR/MS) avec l’UNIR/PS. « L’acte de fusion a été a été matérialisé le 15 janvier 2017 lors de son congrès extraordinaire. L’UNIR/PS salue de tout cœur le camarade Conombo Romain, président de l’ex-CNR/MS, son bureau politique et tous les membres de son parti pour ce choix qui renforcera davantage le sakarisme. D’ores et déjà, militants de l’UNIR/PS et ceux de l’ex-CNR/MS travaillent en symbiose pour la réussite du congrès », explique le président national du comité d’organisation, Athanase Boudo.

Selon explications des conférenciers, cette fusion ne procède pas d’un simple acte de façade, elle est l’aboutissement de tout un processus. « Comme on le dit, si ce qui vous unit est plus fort que ce qui vous divise, autant aller ensemble. Les bases des deux partis ont travaillé sereinement sous la transition et pendant les élections présidentielle, législatives et municipales, elles ont souhaité pouvoir se regrouper dans une seule structure ; il nous appartient au sommet de leur offrir cette chance, au moins de pouvoir se retrouver à la base, de travailler pour que le sankarisme puisse, aujourd’hui, répondre aux préoccupations qui sont les leur », justifie l’ex-président du CNR/MS, Romain Conombo,.

Avec la fusion, l’UNIR/PS changera-t-il d’appellation ? A la question, les conférenciers n’excluent pas une telle possibilité ; la décision appartient aux congressistes. Mais, pour des choix d’efficacité, M. Conombo pense qu’il faut évoluer avec le logo de l’UNIR/PS parce qu’il est déjà connu ; changer de logo impliquerait un travail d’ancrage de ce nouveau logo (un recommencement). Pour Athanase Boudo, même si ce changement intervenait, cela ne tiendrait pas au fait de la fusion mais plutôt d’une « décision souveraine » du congrès. Aussi, ce n’est pas parce que la base a été élargie par l’arrivée du CNR/MS qu’il va avoir un changement à la tête, ajoute-t-il. Les discussions seront faites « sans tabou », promet M. Boudo.

Pour mémoire, le premier congrès de ce parti s’est tenu les 21 et 22 décembre 2013 sur le thème : « Une nouvelle dynamique pour une alternative sankariste avec l’UNIR/PS ».

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 24 janvier 2017 à 02:18, par Le Thom En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

    Si Mariam vient à ce congrès nous ne serons plus sankariste. Nous n’allons plus travailler avec les colabo. Maître B.S travaille avec les bourreaux. Ca fait pitié.

    Répondre à ce message

    • Le 24 janvier 2017 à 09:11, par Oumar En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

      Le Thom, les Burkinabè se fichent pas mal de ce qu’un énergumène comme toi pense. Tu es un inconnu, si tu n’es pas membre de l’UNIR PS, fou la paix aux gens. Moi je suis UPC et je salue cette sortie "RESPONSABLE" de ce parti. Pendant que les gens se saignent pour construire ce pays, de la majorité tout comme de l’opposition, toi tu débites des inepties ici. Faudrait ne plus réagir ici, car tu salis l’honneur de ce beau pays sur cette tribune qui est lut dans le monde entier, hors les Burkinabè ne sont pas plus bas que le niveau de la fosse septique que tu viens d’exprimer.
      Pour ma part, je serai FIER de voir Zephirin Diabré aller à la clôture de ce congrès pour montrer à tous que c’est main dans la main, avec la critique constructive que ce pays sera sur le chemin de l’émergeance, mais pas avec des esprits malsains comme le commentaires précédents.
      Bonne journée

      Répondre à ce message

      • Le 25 janvier 2017 à 07:55, par "LE VIEUX" En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

        LE MILITANT UPC N’EST PAS UN ADEPTE DE DOUBLE LANGAGE COMME VOUS OUMAR ; VA MANGER ET LAISSE L’UPC EN PAIX. IL NE S’AGIT PAS DE S’APPELER SANKARA POUR EPOUSER LES IDEES DE SANKARA. JEAN HUBERT BASIER, EL HADJ MAMADOU KABRE, BOUKARY LE LION ... EN SONT DES EXEMPLES VIVANTS.
        LA VEUVE MARIAM DOIT PRENDRE LES DOSSIERS DE SON MARI EN MAINS AU LIEU DE SE FIER A CES CANIBALES.

        Répondre à ce message

        • Le 25 janvier 2017 à 11:24, par SOME En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

          mon frere que pouvait faire la pauvre veuve Mariam au lendemain de l’assassinat ? Tout le monde (ou presque) avait fait le vide autour de thomas sankara, surtout ceux là memes qui crient etre les sankaristes devrais je dire. Si "IL NE S’AGIT PAS DE S’APPELER SANKARA POUR EPOUSER LES IDEES DE SANKARA." comme tu l’écris, j’ajouterais qu’il ne suffit pas de crier les idees de sankara pour etre sankariste. Ces cannibales là savaient que c’est justement là ou ils auront a boire et a manger comme dirait mon parent Palé Welté. Alors ils ont profité du desarroi de la famille et du peuple entier : ils sont allés monter la garde tout autour de blaise compaore pour etre certains qu’il faudra passer par eux.
          SOME

          Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2017 à 06:58, par sidwaya sorgho gomis En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

    Un concert géant offert au public à l’occasion du congrès ? Cela rappelle les pratiques d’un parti qui a fait mal aux Burkinabès pendant une vingtaine d’années. Attention à ne pas ressembler à ce parti, parce que qui se ressemblent s’assemblent.
    ou alors comme vous êtes déjà rassemblés cela voudrait dire que vous vous ressemblez désormais ?

    L’histoire nous enseigne que le sort réservé à ceux qui ont retourné leur veste en cours de route est souvent plus sévère que celui de ceux qui ont porté la veste à l’envers dès le départ.

    Wait and see.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2017 à 07:57, par L’Insurgé En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

    Omar L ouedraogo, je te suggère de choisir tes sujets de reportage, on respecte et on aime bien ta plume pour que tu la prête à des plaisantins comme ces soi disant Sankaristes. Écoutez monsieur du parti de loeuf, pardon faites à cause de Dieu, laissez le nom de Thomas SANKARA. SVP,c’est le plus grand service que vous allez rendre à la Jeunesse burkinabè, africaine.
    Je demande de tout coeur à maman Mariam SANKARA de ne pas venir à cette foire de plus.

    Répondre à ce message

    • Le 25 janvier 2017 à 10:06, par Clé Tient En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

      D’avis avec toi que Mariam Sankara ne vienne pas. Laissez l’âme de ’’Thom Sank’’ en paix s’il vous plait !!!! Sankara n’a jamais été un homme de la panse ni de poste. Ne prenez pas le nom de ’’T. Sank’’ pour vous faire de la bétaille politique ; vous en aurez pas !! Défendez d’autres idéaux que ceux de Sankara. Thomas SANKARA était un homme "vraiment" intègre, un homme du peuple, un homme de la patrie un homme qui méritait de vivre longtemps pour sauver ce beau pays. Ces sankaristes de poste et de panse, on en veut pas. Changer de dénomination s’il vous plait !!!!

      Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2017 à 08:23, par Le Routing-naaba En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

    Bon vent à l’unir/ps et plein succès au congrès. Avec le peuple, victoire. je pense que mariam sankara est une militante comme les autres, pourquoi se demander s’elle sera au congrès ? Vous voulez la voir ou quoi, mr le journaliste ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2017 à 09:21, par kenichi En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

    Cette fusion est une bonne chose à mon avis ... Car si les sankaristes ont réalisé un mauvais score aux élections présidentielles, ce n’est pas dû à leur impopularité mais à la division qui règne entre eux. Par ailleurs, je me demande toujours qu’est ce qui a pu les amener à rejoindre la mouvance présidentielle ? Jusqu’ici les raisons avancées par Côrô Benewendé ne m’a pas convaincu.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2017 à 09:37, par le Gaoualais En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

    lors de ce congrès, il faut que les représentant du parti demandent simplement la démission de M Bénéwendé SANKARA.

    Répondre à ce message

    • Le 24 janvier 2017 à 16:58, par RAWA En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

      Pourquoi êtes vous incapables d’accepter les gens ? Que gagnez vous à ce que maître Sankara ne soit plus présidents du parti et que lui reprochez vous vraiment ? Il n’ya pas jamais eu d’opposant plus tenace que maître au burkina. Moi, je comprends simplement que ce rejet de maître Sankara est simplement la manifestation de l’aigreur et de la jalousie habituelles du burkinabè. Chacun se voit plus indiqué pour occuper la place de l’autre. Tout le temps, c’est : "tel est incompétent" ; "tel doit démissionner". Il est plus intelligent que chacun prenne le temps de s’occuper à montre sa compétence pour évoluer. sinon, nous stagnerons toujour

      Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2017 à 10:09, par nous En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

    Vous êtes libre d’aller là où vous voulez. Cela n’entame en rien la responsabilité et le sens de clairvoyance qui anime les sankaristes représenté au parlement par l’UNIR/PS. Je ne suis même pas sûr que vous êtes sankariste car le sankarisme se mérite et non le désordre. Vous étiez où quand Maître SANKARA subissait les foudres et l’humiliation du régime déchu. Vous semblez connaitre la politique mieux que Maitre ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2017 à 11:16, par LIMARI En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

    monsieur Thom,vos agissements montre deja que vous n’avez jamais été Sankariste !le Sankarisme est une ideologie et non une position fonction du deplacement d’un militant ou non !un militant c’est d’abord quelqu’un qui repond present aux instances du parti,qui est ajour de ses cotisations et qui vote le partis pendant les elections.Un militant c’est quelqu’un qui cherche a comprendre la position des dirigeants de sont parti.Nous voulons que ceux qui font des critiques malsaine et retrograde aient le courage de se regarder dans un miroir !

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2017 à 11:18, par LIMARI En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

    monsieur Thom,vos agissements montre deja que vous n’avez jamais été Sankariste !le Sankarisme est une ideologie et non une position fonction du deplacement d’un militant ou non !un militant c’est d’abord quelqu’un qui repond present aux instances du parti,qui est ajour de ses cotisations et qui vote le partis pendant les elections.Un militant c’est quelqu’un qui cherche a comprendre la position des dirigeants de sont parti.Nous voulons que ceux qui font des critiques malsaine et retrograde aient le courage de se regarder dans un miroir !

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2017 à 12:37, par Mme Danielle En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

    Oh là, on sent que les rescapés de l’UNIR/PS ont décidé de prendre en main les commentaires sur cet article. Courage car il n’est pas interdit de se chatouiller pour rire.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2017 à 13:01, par OUEDER En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

    je vous propose un sous thème : la critique et l’auto-critique de la gestion des institutions dirigées par les cadres de l’UNIR/PS comparativement aux principes de gouvernance de Thomas SANKARA. appréciez vous-même ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2017 à 14:23, par Cheikh En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

    Je condamne les attitudes de Le Thom. Mais cela ne m’incite nullement à percevoir le Sankarisme comme une idéologie. A mon avis, c’est un système fondé sur un ensemble de comportements, mais tirant sa source de l’idéologie socialiste. Ceci dit, on ne saurait être au devant d’une insurrection comme les Sankaristes l’ont fait, pour ensuite refuser de participer au pouvoir post-insurrectionnel. En choisissant de prendre leur responsabilité, Ils sont demeurés dans la droite ligne de leur logique, et pour cela je les en félicite. Bravo à vous, camarades Sankaristes, courage et persévérance !

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2017 à 15:31, par Dedegueba SANON En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

    Soyez intelligents de remplacer à votre tête votre " avocat flou", il ne fait plus recette. Voyez vous même vos scores aux élections ? Pour un parti qui devait attirer des jeunes ce fut une vraie défaite.
    L’alternance doit être de rigueur partout.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2017 à 15:49, par Clair clair En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

    Me Sankara entrain de défendre Salifou Diallo, qui l’aurait cru ? Il met même le peuple en garde de désigner Gorba dans l’affaire Dabo Boukari. Hummmm, quel monde ! Et que dire de Laurent Bado désormais rompu au silence absolu. Comprenez bien, sa bouche est-elle pleine ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier 2017 à 09:23, par RELTANGA En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

    Vrai vrai là l’UNIR-PS a très mal géré le MENA sous la transition.C’était pire que sous Blaise.Il faut que le parti revoit sa façon de gérer les institutions car il a assassiné l’espoir des agents du MENA.

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier 2017 à 09:52, par Bapion En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

    J’avais beaucoup d’admiration pour ce parti, mais je dois avouer que le responsable me pose problème...

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier 2017 à 14:08, par SOME En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

    Aujourd’hui les choses sont devenues claires d’elles-memes. Les gens s’en doutaient, mais le burkinabe est tolerant et ouvert et il a attendu de voir. Ces gens la qui se reclament de Sankara, on sait qui ils sont reellement. S’ils connaissaient ce qu’on appelle la honte et avaient un minimum de dignité, s’ils avaient un minimum de cœur, d’humanité et d’humanisme, etc , etc, ils n’oseraient meme pas oser encore parler de Thomas Sankara. On pouvait leur accorder le benefice du doute et la bonne foi, mais quand les choses deviennent claires, continuer a le leur accorder, c’est sombrer dans la connivence et la complicité. Et cela vous ne l’aurez jamais de la part du Peuple de Thomas sankara. JAMAIS !

    « « Le sankarisme à l’épreuve de sa participation à la gestion du pouvoir d’Etat  » : Toujours les memes phraseologies politiciennes creuses qui n’ont aucun fond, aucune sincerité, aucune perspective. Rien que cet intitulé dit tout…Reprenez chaque sortie de ce groupuscule de traitres qui ont abusé du peuple et d’un continent tout entier et vous verrez leur evolution.

    « Une nouvelle dynamique pour une alternative sankariste avec l’UNIR/PS  » les 21 et 22 décembre 2013
    « Ce sera un tremplin pour l’UNIR/PS de faire un bilan analytique et prospectif de sa décision de mettre en avant l’intérêt du peuple burkinabè, en allant à la majorité présidentielle  », (où est l’interet du peuple dans ce gouvernement ?).

    « jusqu’à présent, nous pensons que nous sommes dans une bonne dynamique, nous sommes dans une bonne prédisposition. (…). Nous sommes présents dans toutes les institutions (Assemblée nationale, gouvernement et dans l’administration de façon générale), nous sommes responsables et nous assumons les actes que nous posons ». Que dire de plus ? On vous a compris, tres bien compris.

    « ... aujourd’hui, le peuple burkinabè participe mieux à la gestion du pouvoir d’Etat grâce également aux efforts de l’UNIR/PS conjugués avec ceux du MPP (parti au pouvoir) pour assurer une bonne gouvernance. «  La parole est libérée ; partout, les gens participent à la gestion du pouvoir, que ce soit à travers les réseaux sociaux, l’expression syndicale, l’opinion publique nationale et internationale, tout le monde a l’occasion de suivre l’exécution du PNDES (plan national de développement économique et social) mais également de critiquer et cela a contribué à améliorer les choses  » » Qui est le MPP ? Qu’est-ce que la bonne gouvernance ? En quoi le peuple burkinabe participe mieux a la gestion du pouvoir d’état ? Vraiment du n’importe quoi !

    « …nous sommes en train de souhaiter un Burkina nouveau et l’UNIR/PS est en train de jouer sa partition dans ce cadre » Sankara ne SOUHAITAIT un burkina nouveau il s’est attelé a travailler vaillamment a créer un Burkina nouveau, jusqu’à donner de sa propre vie. Il n’est certes pas un certain Jesus Christ, mais il s’en est inspiré et a fait ce qu’il pouvait. Vous voyez que votre partition que vous jouez n’est pas en harmonie avec la symphonie de Sankara Thomas. Et quand le musique n’est pas bonne, le peuple ne rentre pas dans la danse

    On reflechit et on refléchit , toujours et toujours, comment « dynamiser », comment ceci cela, etc… Cette pratique est le signe meme de l’incompetence, de la mauvaise foi et de l’insincerité dans la pensée et le coeur.

    Arretez d’essayer d’utiliser la bonne image de la famille Sankara pour essayer de vous trouver une caution et tenter de detruire les derniers qui inspirent le respect . N’essayez surtout pas de nous faire croire que Mariam vous a autorisé a aller participer a ce gouvernement de tueurs . De qui on sait !

    « Avec la fusion, l’UNIR/PS changera-t-il d’appellation ? A la question, les conférenciers n’excluent pas une telle possibilité » Surtout de votre bouche enlevez les mots «  Sankariste, Thomas Sankara, Sankara Thomas » car on sait que vous etes aucun de tout cela.

    L’hymne de l’empire du Wasulu declare :

    "Si tu ne peux organiser, diriger et defendre le Pays de tes Peres,
    Fais appel aux hommes plus valeureux ;
    Si tu ne peux dire la Verite en tout lieu et en tout temps,
    Fais appel aux hommes plus courageux ;
    Si tu ne peux etre impartial,
    Cede le trone aux hommes justes ;
    Si tu ne peux proteger le faible et braver l’ennemi,
    Donne ton sabre de guerre aux Femmes,
    Qui t’indiqueront le chemin de l’Honneur ;
    Si tu ne peux exprimer honorablement tes pensees,
    Donne la Parole aux Griots !
    Famaa, le Peuple te fait confiance,
    Parce-que tu incarnes ces vertus. .
    .”

    Ces belles paroles ont été composées par les griots de l’empire Wassoulou (ou empire Mandingue), à la gloire du Fama d’alors : Almamy Samory TURE. Voici le commentaire de Tawakkal DIAKITE de nationalité ivoirienne et passionné de l’art du leadership.

    C’est du verbe débordant de sens, un regard sur le passé qui nous indique la voix, ainsi que la voie de la sagesse. Il s’agit aussi et surtout d’un enseignement pour les leaders de tout âge. Par conséquent, il convient en mon sens que tous les dirigeants s’en inspirent, en toute sincérité. « Si tu ne peux,  », tire toutes les conséquences. L’autre dira : « Dégage !  ».

    Les vrais sankaristes doivent arreter de se taire et de laisser faire. Le peuple aspire a autre chose pour Sankara et son action pour le pays et tout un continent.
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier 2017 à 01:36, par SOME En réponse à : Congrès de l’UNIR /PS : Le « parti de l’œuf » à l’ère de la gestion du pouvoir d’Etat

    Aujourd’hui les choses sont devenues claires d’elles-memes. Les gens s’en doutaient, mais le burkinabe est tolerant et ouvert et il a attendu de voir. Ces gens la qui se reclament de Sankara, on sait qui ils sont reellement. S’ils connaissaient ce qu’on appelle la honte et avaient un minimum de dignité, s’ils avaient un minimum de cœur, d’humanité et d’humanisme, etc , etc, ils n’oseraient meme pas oser encore parler de Thomas Sankara. On pouvait leur accorder le benefice du doute et la bonne foi, mais quand les choses deviennent claires, continuer a le leur accorder, c’est sombrer dans la connivence et la complicité. Et cela vous ne l’aurez jamais de la part du Peuple de Thomas sankara. JAMAIS !

    « Le sankarisme à l’épreuve de sa participation à la gestion du pouvoir d’Etat  » : Toujours les memes phraseologies politiciennes creuses qui n’ont aucun fond, aucune sincerité, aucune perspective. Rien que cet intitulé dit tout…Reprenez chaque sortie de ce groupuscule de traitres qui ont abusé du peuple et d’un continent tout entier et vous verrez leur evolution.
    « Une nouvelle dynamique pour une alternative sankariste avec l’UNIR/PS  » les 21 et 22 décembre 2013

    « Ce sera un tremplin pour l’UNIR/PS de faire un bilan analytique et prospectif de sa décision de mettre en avant l’intérêt du peuple burkinabè, en allant à la majorité présidentielle  », (où est l’interet du peuple dans ce gouvernement ?).
    « jusqu’à présent, nous pensons que nous sommes dans une bonne dynamique, nous sommes dans une bonne prédisposition. (…). Nous sommes présents dans toutes les institutions (Assemblée nationale, gouvernement et dans l’administration de façon générale), nous sommes responsables et nous assumons les actes que nous posons ». Que dire de plus ? On vous a compris, tres bien compris.

    « ... aujourd’hui, le peuple burkinabè participe mieux à la gestion du pouvoir d’Etat grâce également aux efforts de l’UNIR/PS conjugués avec ceux du MPP (parti au pouvoir) pour assurer une bonne gouvernance. «  La parole est libérée ; partout, les gens participent à la gestion du pouvoir, que ce soit à travers les réseaux sociaux, l’expression syndicale, l’opinion publique nationale et internationale, tout le monde a l’occasion de suivre l’exécution du PNDES (plan national de développement économique et social) mais également de critiquer et cela a contribué à améliorer les choses  » » Qui est le MPP ? Qu’est-ce que la bonne gouvernance ? En quoi le peuple burkinabe participe mieux a la gestion du pouvoir d’état ? Vraiment du n’importe quoi !

    « …nous sommes en train de souhaiter un Burkina nouveau et l’UNIR/PS est en train de jouer sa partition dans ce cadre » Sankara ne SOUHAITAIT un burkina nouveau il s’est attelé a travailler vaillamment a créer un Burkina nouveau, jusqu’à donner de sa propre vie. Il n’est certes pas un certain Jesus Christ, mais il s’en est inspiré et a fait ce qu’il pouvait. Vous voyez que votre partition que vous jouez n’est pas en harmonie avec la symphonie de Sankara Thomas. Et quand le musique n’est pas bonne, le peuple ne rentre pas dans la danse
    On reflechit et on refléchit , toujours et toujours, comment « dynamiser », comment ceci cela, etc… Cette pratique est le signe meme de l’incompetence, de la mauvaise foi et de l’insincerité dans la pensée et le coeur.

    Arretez d’essayer d’utiliser la bonne image de la famille Sankara pour essayer de vous trouver une caution et tenter de detruire les derniers qui inspirent le respect . N’essayez surtout pas de nous faire croire que Mariam vous a autorisé a aller participer a ce gouvernement de tueurs . De qui on sait !

    « Avec la fusion, l’UNIR/PS changera-t-il d’appellation ? A la question, les conférenciers n’excluent pas une telle possibilité » Surtout de votre bouche enlevez les mots «  Sankariste, Thomas Sankara, Sankara Thomas » car on sait que vous n’etes aucun de tout cela.

    L’hymne de l’empire du Wasulu declare :

    Si tu ne peux organiser, diriger et defendre le Pays de tes Peres,
    Fais appel aux hommes plus valeureux ;
    Si tu ne peux dire la Verite en tout lieu et en tout temps,
    Fais appel aux hommes plus courageux ;
    Si tu ne peux etre impartial,
    Cede le trone aux hommes justes ;
    Si tu ne peux proteger le faible et braver l’ennemi,
    Donne ton sabre de guerre aux Femmes,
    Qui t’indiqueront le chemin de l’Honneur ;
    Si tu ne peux exprimer honorablement tes pensees,
    Donne la Parole aux Griots !
    Famaa, le Peuple te fait confiance,
    Parce-que tu incarnes ces vertus.
    .
    .”

    Ces belles paroles ont été composées par les griots de l’empire Wassoulou (ou empire Mandingue), à la gloire du Fama d’alors : Almamy Samory TURE. Voici le commentaire de Tawakkal DIAKITE de nationalité ivoirienne et passionné de l’art du leadership :

    "C’est du verbe débordant de sens, un regard sur le passé qui nous indique la voix, ainsi que la voie de la sagesse. Il s’agit aussi et surtout d’un enseignement pour les leaders de tout âge. Par conséquent, il convient en mon sens que tous les dirigeants s’en inspirent, en toute sincérité. « 

    Si tu ne peux,

     », tire toutes les conséquences. L’autre dira : «  Dégage !  ».

    Les vrais sankaristes doivent arreter de se taire et de laisser faire. Le peuple aspire a autre chose pour Sankara et son action pour le pays et tout un continent.
    SOME

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés