Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

Communiqué • lundi 23 janvier 2017 à 23h15min

Ceci est une déclaration de l’Association des journalistes du Burkina suite à l’agression le 09 janvier 2017 de Mamadou Ali Compaoré, journaliste à la télévision nationale du Burkina.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Agression  du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

Le vendredi 9 janvier 2017, Ali Mamadou Compaoré, journaliste à la télévision nationale du Burkina qui intervient aussi dans une émission de débats sur la télévision privée BF1, a été agressé dans son quartier. En effet, alors qu’il marchait à quelques pas de son domicile, deux jeunes inconnus juchés sur une moto sont arrivés derrière lui et ont menacé de lui « casser les jambes » s’il n’arrêtait pas d’insulter le président du Faso et de lui manquer du respect.

Ali Compaoré a été également victime d’intimidations via des coups de fil et livré en pâture sur une radio de la place. Un intervenant sur cette radio a même menacé de prendre ses responsabilités si le Conseil supérieur de la communication ne sévissait pas contre le journaliste. Dans le sillage, il a été alerté d’une mise à prix de sa tête.
Monsieur Compaoré subit autant de pressions pour s’être librement exprimé sur des sujets de société comme le discours de fin d’année du Président du Faso, le million de FCFA que se sont octroyés les députés en fin d’année. Ces pressions multiformes n’ont qu’une seule visée : le contraindre à renoncer à sa participation à « Presse écho », une émission de débats diffusée sur la télévision BF1.

L’AJB condamne sans réserve ces actes d’agression et d’intimidation répétitifs à l’encontre de monsieur Ali Compaoré.

L’AJB apporte son soutien total à monsieur Compaoré ainsi qu’à sa famille et met en garde les commanditaires et exécutants de ces actes d’intimidations et d’agression.Elle exprime sa solidarité à tous les journalistes inquiétés dans l’exercice de leur profession.

L’AJB rappelle que tout citoyen burkinabè, a fortiori un journaliste, a le droit de dire ce qu’il pense du président du Faso au nom de son droit à la liberté d’opinion et d’expression, reconnu par notre Constitution et de nombreux autres textes internationaux auxquels le Burkina Faso a librement souscrit. Il est à noter à ce sujet que des dispositions rétrogrades et antidémocratiques comme le délit d’outrage au chef de l’Etat ont été supprimées des lois régissant les médias au Burkina Faso par le Conseil national de la transition (CNT).

L’AJB appelle, par conséquent, le gouvernement à garantir ce droit de monsieur Compaoré en prenant toutes les mesures nécessaires pour garantir sa sécurité.
L’AJB interpelle les leaders politiques sur la nécessité de sensibiliser leurs militants afin qu’ils respectent scrupuleusement le droit à la liberté d’opinion et de ton des journalistes.

Vive la liberté de presse !
Vive la liberté d’opinion et d’expression !
Non aux agressions et à l’intimidation des journalistes !

Pour le Bureau national
Le président
Guézouma SANOGO

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 23 janvier à 15:37, par kipare
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Je dénonce cette intimidation en tant que soutien indéfectible moi-même du Président du Faso et sachant que Aly ne représente aucune menace par ailleurs pour qui que ce soit, pas même lui-même !
    Mais qu’est-ce qui reste à casser au juste ? J’ai pas bien compris cette partie !

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 15:39, par verité no1
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Voilà, la méthode COMPAORE Blaise de retour !
    On met en garde ceux qui pensent qu’on peut intimider un journaliste comme avant ! Bande de lascars !
    Je propose que le journaliste soit escorté avec les frais de l’état, point barre !

    Répondre à ce message

    • Le 23 janvier à 20:20, par LeJuré
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      Mon cher, la meilleure escorte pour Ali c’est de se comporter sur ce plateau en journaliste ou analyste politique et non en OPPOSANT DU POUVOIR EN PLACE et en profiter pour dénigrer des autorités. S’il veut le faire il n’a qu’aller sur un plateau de débats entre pouvoir et opposition ou venir sur fasonet et avoir en face de lui quelqu’un qui peut aussi répondre à ces injures et impolitesses.

      A défaut il créera toujours des problèmes avec ces interventions.

      En plus ça lui coute quoi d’être courtois ? j’ai suivi plusieurs fois cette émission non seulement Ali est loin d’être le participant le plus pertinent. mais très rapidement on constate que son insolence est toujours à l’endroit des autorités en place. Tu ne verras jamais Ali être insolent à l’égard des dirigeants de l’ancien régime.ça veut dire ce que ça veut dire. Ali utilise cette émission tout simplement à des fins personnels et ce sera pas étonnant que ça heurte des gens

      Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 08:00, par Minute
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      Non ! "verité no1" ! Ce n’est pas la méthode de Blaise Compaoré. Non ! Les débats qu’on a l’habitude de suivre sur BF1 est vraiment très salutaire pour la démocratie, voire l’éveil des consciences. En suivant ces débats, on a l’impression d’avoir à faire à deux "Ali Compaoré". L’un de l’ère Blaise Compaoré et l’autre de l’ère RMCK. A BF1, il a toujours des propos insolents et irrespectueux vis-a-vis de l’autorité du moment. On a dit "débats démocratiques" On n’a pas dit "débats politiques". En lui suivant, on voit une similitude d’Ablassé Ouedraogo. Comme un politicien assumant mal sa défaite, il devient très arrogant et peint tout en noir et souvent avec des propos insultants. ça, c’est de la mauvaise méthode. Au temps de Blaise Compaoré, c’est le même Ali, qui adulait et ne pouvait pas sortir un mot déplacé à l’égard de BC. On constate qu’Ali compaoré se comporte sur le plateau en opposant politique qu’en journaliste dit professionnel. Les gens suivent bien le débat sur BF1. Non seulement il est irrespectueux envers l’autorité mais surtout il s’exprime dans un air nerveux comme s’il prenait la chose à son compte. Nous devons être courtois envers nos autorités du moment, même si on a été frustré par de déclin de son mentor. Les débats démocratiques, oui ! Les injures et l’impolitesse, non ! C’est lui qui a la solution de sa sécurité. Ils sont combien sur le plateau. Pourquoi on ne parle pas des autres ?

      Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 12:30, par hein !
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      Le journalisme en lui meme n’a pas changer, rien a changer entre un journaliste de Blaise et journaliste soit disant insurger. Les deputé ont eu 1 million on a trouver que c’est inadmissible et vous journaliste pour une conférence de presse on vous propose des million pour une colation et ça c’est pas un soucis pour vous Celui qui ne peut pas faire du journalisme qu’il aille faire autre chose. chaque metier a des risque point bar

      Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 12:55, par Le Vigilent
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      verité no1, estce que tu as deja entendu quelqu’un menacer Ablasse Ouedraogo, Harouna Dicko, Issaka Lengani, etc de quoi que ce soit ? Pourtant, ce que ces derniers disent sont loin d’etre des louanges pour le pouvoir de Rock. L’on peut ne pas etre d’accord avec tout ce qu’ils dissent, et ils dissent souvent des choses qui fachent, mais ils ont le merite de s’exprimer avec courtoisie et respect de la dignite de ceux qu’ils critiquent. Leurs cibles, ce ne sont pas les individus en tant que tells, mais leurs faits et gestes. C’est ca on appelle liberte d’opinion. Il faudra que Ali Compaore et ses commanditaires sachent qu’il y a une limite a tout.
      L’idee ici n’est pas de dire que les gens ont le droit de menacer Ali, de dire que Ali a le droit de critiquer la facon dont Roch gouverne, mais en se gardant d’insulter la personne de Roch et de lui manquer de respect, comme il le fait au cours des debats televises et a travers des emissions radio diffusees.
      S’il a une dent contre la personne de Roch, libre a lui d’aller lui exprimer vis-a-vis sa colere ou de lui envoyer une correspondance privee et personne n’aura rien a redire. Ali veut manger son piment dans la bouche des telespectateurs et des auditeurs des emissions rodio diffuses ; et c’est ca qui lui vaut les menaces de la part de certaines personnes.

      Répondre à ce message

      • Le 24 janvier à 23:56, par Dramane
        En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

        Vous n’êtes pas sérieux. vous osez tuer, enlever la vie à quelqu’un simplement pour ce qu’il a dit ? Votre Rock quittera le pouvoir un jour tout comme le Blaise de Ali a quitté le pouvoir après ce qui semblait être un pouvoir éternel. Alors protégez la vie de Ali, cela vaudrait mieux pour vous autres qui n’avez pas peur de Dieu tout comme Ali son Blaise, François et tous ceux qu’il insultent aujourd’hui n’ont pas peur de Dieu depuis près de trente ans que nous les connaissons.

        Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 15:49, par Bédjou
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    On peut ne pas épouser les points de vue de mr Compaoré ; il est bon de savoir que dans une démocratie vraie, les opinions sont libres. Le peuple burkinabé s’est battu pour le changement , et n’acceptera aucune tentative de musellement d’où qu’elle vienne.

    Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 13:05, par Le Vigilent
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      Bédjou, le people s’est battu pour le changement, mais pas pour le denigrement, les injures et autres forms de manqué de respect a l’egard de celui qu’il a designe pour assumer la function de President du Faso.
      Pourquoi donc nous nous indignons et condamnons les comportements irrespectueux des eleves a l’egard des enseignants et des responsables des lycees et colleges ?

      Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 15:27, par Dommage
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      Dommage Internaute Bédjou ! Ali COMPAORE n’émet pas des points de vue libres. Il passe son temps à insulter les gens. Est-ce pour ça que les journalistes voulaient à tout prix la dépénalisation du délit de presse ? Que nenni. On l’a vu ici sous l’ère du régime déchu comment il présentait le journal parlé ! Ali COMPAORE est en train de se victimiser pour avoir des raisons et fuir le pays c’est tout. Lui seul connaît les motivations réelles de ses injures et non de prises de positions. Il n’a jamais été un leader d’opinion et subitement il veut le devenir mais sans la manière. Il peut rejoindre les autres où ils se trouvent au lieu de chercher des alibis.

      Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 16:35, par sac
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      Ali peut être discourtois comme tout, mais bizarement les points sur lesquelles il est souvent très virulents vont en droite ligne avec ce que je pense ; je suis peut être comme lui dirait-on. Donc s’il est agressé, ça veut dire que je vais être moi aussi agressé un jour. Faut-il qu’on chante toujours les éloges du pouvoir quand ce qu’ils font ne trouvent pas notre assentiment ? C’est peut être parce que la rue n’est pas écoutée qu’on ppense que ALI est "contre ce pouvoir" ; au contraire quand je vois quelque avoir les mêmes idée que moi à la télé, ça me soulage. Si honnetement les journalistes passaient toutes les opinions des gens de la rue à la télé ou radio, on se rendrait compte que ALI est peut argneux par rapport aux autres. Je l’invite toutefois à moderé mais ça ne sera pas ce qu’il pense réellement si c’est ce que les gens veulent ; et à quoi ça servira d’avoir son opinion ??? Si ALI ne peut pas dire ce que le peuple pense souvent, c’est la rue que le dira ; donc ne muselons pas les paroles.

      Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 15:52, par Moise
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Tout mon soutien à Monsieur COMPAORE qui ne fait qu’être le porte parole d’un grand nombre en tant que journaliste. Toutefois, je pense qu’on peut très bien faire des critiques constructives sans insulter (d’ailleurs ça ne fait pas partie de notre culture). Issaka LINGANI est très connu pour sa ligne éditoriale mais il n’est pas aussi décrié. Maitre Appolinaire de Tambela est très trranchant même si c’est un avocat mais pas aussi décrié sur le même plateau. Monsieur COMPAORE, tu as tous nos soutiens mais il faut surtout critiquer dans la courtoisie. Juste un point de vue

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 15:54, par RICO
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    La liberté d’expression ne saurait être la liberté d’insulter n’importe comment. Pourquoi ce Monsieur n’a jamais insulté BLAISE COMPAORE dans ces interventions. BLAISE serait il un ange.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 15:59, par Maria de Ziniaré.
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Ali COMPAORE doit déposer une plainte en bonne et dûe forme afin que les concernés ( les moyens techniques permettent à la police et gendarmerie de retrouver les auteurs des coups de fil) soient traduits en justice.

    Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 18:14, par Risible Maria
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      Contribution nulle chère "conseillère".
      Ce type connais bien où se trouvent les brigades de gendarmerie et les commissariats. Le nommé Ali connaît ça plus qu vous ; c’est de sa Vie propre dont il est question non ? Il n’y a rien à déclarer à la police ou à la gendarmerie parce qu’il y’a pas d’agression dans le sens de cette comique sortie de l’AJB. Demande lui de te dire la vérité. Même si il n’est pas instruit, il n’est pas bête. Allons seulement.

      Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 16:01, par Ahmed
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Je suis partisan de la non violence. Pourquoi agresser Ali ? Je ne suis pas d’accord avec ses interventions que je trouve souvent très excessifs. Mais je suis heureux pour le vent de la démocratie qui souffle au Faso . Il y a toute sorte de personne au monde . Dans Les milliards de personnes qui peuplent le monde Dieu le créateur n’a pas encore créé 2 personnes qui se ressemble. Même parmi les jumeaux on sait qui est Paul et qui est Pierre . Acceptons le droit à la différence. Ali dit ce qu’il veut et ce qu’il pense. Que peut il changer ? Dieu a couronné Rock président point barre . Les critiques ne changent rien à la trajectoire du destin.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 16:04, par togs-sida
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Pour cette fois-ci je suis d’accord avec vous. Je suis régulièrement les débats à la télé BF1 et RTB. Je félicite les initiateurs de ces émissions qui permettent aux journalistes de partager leurs opinions sur des sujets qui intéressent tous les burkinabè. Il faut rappeler à tous que la violence et l’intimidation ne pourraient jamais développer un pays. La liberté d’expression et d’opinion consacrée au BF au prix du sacrifice de feu Norbert ZONGO doit être à jamais garantie à tous les burkinabè. Il n’y a pas de super burkinabè. A bas les forces obscures qui veulent aliéner la liberté d’opinion et d’expression. Il faut que l’on sache que l’expression ou l’opinion ne signifie pas forcement la vérité, c’est simplement une manière de voir ou d’appréhender un sujet et nul ne peut contraindre tous les burkinabè de voir la même chose ou de penser de la même manière. A bas la violence...

    Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 13:26, par Le Vigilent
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      togs-sida, tu aimes la verite, mais pas toute la verite. Tu fais reference au sacrifice de feu Norbert Zongo et tu omets malicieusement de rappeler que Norbert Zongo dans son hebdomadaire l’Independant, ni au cours des conferences qu’il aimait donner, ne denigrait pas et n’insultait pas la personne du Blaise Compaore. Il denoncait sa gouvernance, sa facon de couvrir les crimes economiques et de sang commis par ses parents, amis et compagnons politiques, etc.
      Que Ali fasse la meme chose a l’egard du pouvoir de Roch Marc Christian Kabore et vous verrez que personne ne s’en prendra a lui.

      Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 15:36, par Le citoyen
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      Internaute togs-sida, tu ne dis cependant pas la vérité ! Il ne faut pas insulter ou salir la mémoire de Norbert ZONGO. De son vivant, qui il a insulté ? Insulter n’est pas synonyme d’exercice libre de la liberté d’expression et d’opinion. Les Ali COMPAORE et autres sont ceux qui ballonnaient certains journalistes à la RTB il n’y a pas longtemps.

      Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 16:09, par  !!!!!
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Fhoum tellement que les gens s’ennuient on va accorder de l’importance aux propos d’un has been en quête de notoriété pour rebondir sur la scène publique franchement quoi entre nous un ali compaoré qui mange à tous les râteliers représente quelle menace sérieuse pour qui pourquoi ?? bref ce type est tellement vomi autour de lui qu’il ne sait plus quoi inventer pour avoir sa pitance lui qui est passé expert maître griot du régime défunt si newton ahmed n’a rien eu c’est pas un garibou sans konkogo de la trempe de ali qui sera inquiété au contraire c’est gâter son nom que de proférer des menaces à un tel raté qui ne compte que sur ses talents de griot pour survivre tchrrrrrrrrr franchement quoi on a des choses plus sérieuses à défendre ..donner lui un petit poste de chargé de mission vous verrez son retournement spectaculaire de veste sérieusement si ali a été menacé certainement qu’il a pris le crédit de quelqu’un et il est incapable de rembourser sinon wallay billaye tallaye qu’aucun homme politique même le plus mal conseillé ne va s’amuser à intimider quelqu’un aujourd’hui donc ali n’a qu’à payer ses crédits on va avancer

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 16:13, par Le patriote
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Ah oui, le regime MPP commence à commettre les même erreurs que le regime COMPAORE. Je me rappelle des menaces sur Norbert ZONGO jusqu’au jour tragique du 13 décembre 1998. Nous savons aussi qu’au MPP il y a deux tendances qui sont fortes à savoir la tendance Salif DIALLO qui utilise les actes d’intimidation à l’endroit de tous ceux qui ne voient pas la politique comme eux et la tendance RMCK qui joue jusque là à la modération.
    Alors ceux qui menacent Ali COMPAORE qu’ils sachent que de la même façon les gens ont marché pour l’affaire Norbert ZONGO jusqu’au changement du 31 octobre 2016, nous marcherons jusqu’à ce plus personne ne se sente menacé au Burkina parce qu’il a donné son opinion sur la gouvernance actuelle du pays. Des manipulés qui ne savent pas encore ce que veut dire démocratie ils nous trouverons sur leur chemin. Plus rien ne sera comme avant mes amis avons-nous tous répétés à la place de la nation. Celui qui n’aime pas les critique qu’il se réserve de venir en politique. Et comme le dise les mossi KA YA WOTO.

    Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 09:15, par sergy
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      Patriote,cela relève du sacrilège que de comparer la situation que Norbert Zongo a vécu,aux pseudo menaces contre Ali Compaoré.
      Norbert Zongo,faisaient des analyses pertinentes,animaient des conférences publiques afin de conscientiser la masse populaire sur les risques que faisaient courir la gouvernance chaotique du régime de Blaise compaoré à la nation.
      Ali Compaoré est un journaleux qui peine à joindre les deux bouts depuis la chute du régime de son mentor.Il n’est que l’ombre de lui-même sur l’échiquier national.si quelqu’un s’en prend à lui,il est surement en dehors de ce régime qui n’a rien à craindre des "ablasseries de Ali" sur une télé "des milles collines"dont certains journalistes sont inculpés dans la tentative de coup d’état.

      Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 16:17, par Le patriote
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Ah oui, le regime MPP commence à commettre les même erreurs que le regime COMPAORE. Je me rappelle des menaces sur Norbert ZONGO jusqu’au jour tragique du 13 décembre 1998. Nous savons aussi qu’au MPP il y a deux tendances qui sont fortes à savoir la tendance Salif DIALLO qui utilise les actes d’intimidation à l’endroit de tous ceux qui ne voient pas la politique comme eux et la tendance RMCK qui joue jusque là à la modération.
    Alors ceux qui menacent Ali COMPAORE qu’ils sachent que de la même façon les gens ont marché pour l’affaire Norbert ZONGO jusqu’au changement du 31 octobre 2016, nous marcherons jusqu’à ce plus personne ne se sente menacé au Burkina parce qu’il a donné son opinion sur la gouvernance actuelle du pays. Des manipulés qui ne savent pas encore ce que veut dire démocratie ils nous trouverons sur leur chemin. Plus rien ne sera comme avant mes amis avons-nous tous répétés à la place de la nation. Celui qui n’aime pas les critique qu’il se réserve de venir en politique. Et comme le dise les mossi KA YA WOTO.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 16:28, par BADINI A KAYA
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    MON BSR A MR GUEZOUMA ET MON BSR AUSSI A L’AJB POUR LES DISPOSITIONS QU’ELLE PREND POUR PREVENIR DES DERAPAGES CONTRE LES JOURNALISTES DU BURKINA FASO. MAIS J’AI 3 QUESTIONS POUR MR GUEZOUMA : 1- QUE VEUT DIRE A FORTIORI ? 2- EST-CE QU’IL FAUT COMPRENDRE QUE LES TEXTES PREVOIENT QU’UN JOURNALISTE A PLUS DE DROIT A DIRE LA VERITE OU A EXPRIMER SES OPINIONS PERSONNELLES PAR RAPPORT AUX AUTRES CITOYENS DU BURKINA FASO ? 3- MR GUEZOUMA, VOUS INTERPELLEZ LES LEADERS POLITIQUES A SENSIBILISER LEURS MILITANTS, EST-CE QUE CELA SIGNIFIE QUE C’EST UN HOMME POLITIQUE QUI EST CACHE DERRIERE CES JEUNES ET QU’ILS APPARTIENNENT A DES PARTIS POLITIQUES ? JE PENSE QUE TOUT LE MONDE DOIT CONTRIBUER A LA SENSIBILISTION DE LA JEUNESSE. COMME VOUS LE FAITES D’AILLEURS A TRAVERS CE POINT DE PRESSE. PERSONNELLEMENT J’AIME LES JOURNALISTES GRACE A QUI NOUS SOMMES SOUVENT INFORMES QU’IL YA DES ANGUILLES CACHEES DERRIERE LES ROCHES .

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 16:29, par yassiriki
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Ali, l’aigri, nostalgique du passé, il n’a qu’a apprendre a respecter les gens

    Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 11:33, par Ramde
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      Déja que on commençé a menacé un journaliste dans ses publication au Burkina mais ça c’est quoi ça encore si malheur aux autorités si quelque chose arrive a ce dernier on s’aura qui appartient le Burkina et qui est burkinabè et qui doit faire ce qu’il veut dans le pays ou si le president peut empeché un journaliste de ne pas faire son travail vous vous croiyez ou ? Mettons fin ce qu’on a entandu et veillés sur sa securité Mr le president car si ya un problème aujourd’hiu sur lui les gens tourneront leurs yeux sur vous pasque vous srez le premier coupable dans l’affaire que Dieu benie le Burkina Faso et benie notre president Rock Marc Christian Kaboré merci

      Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 16:45, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    - Voilà ! Une bande d’attardés mentaux sous l’instigation d’aussi schyzophrènes qu’eux sont entrain de récidiver avec les pratiques du Gouvernement bannie des Compaoré. Mais qu’on se le tienne pour dit : si un seul cheveu de ce Ali tombe, on verra qui a mis eau dans coco !

    Ali doit insulter qui il veut et surtout Roch s’il n’est pas content de ce qu’il fait. Si Roch ne voulait pas les imjures, il ne fallait pas qu’il présente sa candidature aux présidentielles. Personne n’allait aller le trouver dans sa case à Tuiré pour l’insulter là-bas ! Une bande de ramassis, pour avoir des miettes, se donne le rôle de corriger Ali ! On est dans quel pays de mouta-mouta et de pagaille ? Roch lui-même doit intervenir pour qu’on laisse Ali tranquille car ce n’est des affaires de son village qu’il s’agit ici mais du Burkina Faso !

    CONCLUSION : Très rapidement Roch lui-même doit intervenir pour mettre fin à cette pratique car s’il arrive quelque chose à Ali, on le mettra sur son compte pour n’avoir rien dit laisser faire. C’est la même pratique que Blaise Compaoré utilisait : Blaise n’a jamais tué quelqu’un et ce sont d’autres gens qui se chargeaient de le faire pour le contenter et il laissait faire ! Où est-il aujourd’hui ?

    - D’ailleurs moi j’ai la propension à croire que des gens sont derrière cette pratique pour déstabiliser Roch et son Gouvernement. Il doit instruire les Services de sécurité et l’ANR de retrouver ces gens et les punir sévèrement !!!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 16:51, par soumzita
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Oui on ne doit plus outrager les journalistes comme au temps de blaise jusqu’à tué et bruler ; en son temps ou étaient ceux qui défendent aujourd’hui le journaliste Ali Compaoré ? C’est normal aussi qu’on laisse ce journaliste Compaoré défendre l’ancien parti ou il a beaucoup mangé... Chacun défend ses intérêts ; le Burkina Faso est un champ d’arachide où personne ne peut se cacher sans qu’on ne voit le dos.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 16:52, par Lebda
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Les temps ont vraiment change ! Ce journaliste a la solde du CDP a tellement vilipende l’opposition et les journalistes d’investigation dans un passe recent que j’ai de la peine a le pleindre !
    Merci tout de meme a l’AJB qui ne lui en tiens pas rigueur.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 16:59, par Alexio
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Une atteinte grave a notre democratie. A la liberte d expression et de la presse libre..

    Please ! Don t shot our messenger.

    La culture de violence qui regne dans ce pays doit cesser immediatement. Les corps qui appliquent souvent la violence sont l armee, la police, les opposants politiques, les anarchistes de notre cite. A faute des arguments convincants, on utilise la force en abusant l intregrite indeniable de son conncurrent avec ses methodes archaiques qui nous envancent vers une societe nouvelle plein d amour et de respect mutuel.

    Que Mr le juge fait son travail. C est inadmissible qu un journalistes soit attaquer de par son metier.

    Il nous faudrait un changement radical de mentalite. On a toujours sur notre memoire collecti
    ve la liquidation commanditee du journaliste Norbert Zongo.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 17:07, par Siaka
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Ces lugubres individus qui menacent le journaliste Mamadou Ali Compaoré, s’ils sont intelligents doivent se tenir tranquilles. Si quelque chose lui arrive, le pays va encore brûler. Le contexte actuel est favorable à une nouvelle insurrection : tout le monde est fâché. Les étudiants sont fâchés, les soldats sont fâchés, les travailleurs sont fâchés, les chômeurs sont fâchés. Vous aurez compris, je paraphrase ici Alpha BLONDY.
    Alors faisons attention. Ceux qui menacent le journaliste Mamadou Ali Compaoré ne veulent pas du bien de Rock KABORE. Ils veulent saboter son quinquénat.

    Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 12:04, par La moderation
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      Tu as raison d’appeler de tous tes vœux une "insurrection de revanche", mais c’est peine perdue. Le peuple burkinabè ne s’insurgera pas pour des gens qui se sont tus pendant des décennies face aux crimes abominables que commettaient leurs parents contre les honnêtes citoyens qui osaient dénoncer, et de façon civilisée, ces excès et demandaient plus de liberté et de justice pour le suppliciés.
      Ali Compaoré est libre de critiquer la politique et les pratiques du chef de l’Etat comme le faisait feu Norbert Zongo alias Henri Sebgo, mais je ne crois pas que la liberté d’opinion reconnue aux Burkinabè, y compris les journalistes, leur donnent le droit d’insulter la personne du chef de l’Etat au cours de débats télévisés ? Soyons honnêtes et reconnaissons que Ali Compaoré et ses soutiens font une lecture curieuse de l’esprit de la loi CNT sur la liberté de la presse.
      Loin de moi une quelconque intention de justifier le comportement de ceux qui agressent verbalement et menacent de sévices corporels Ali Compaoré. Je peux par contre comprendre leurs réactions parce que notre culture n’autorise personne à insulter, même pas son aine ne parlons pas de son géniteurs et d’un chef. Vous me direz qu’un président n’est pas un chef traditionnel et qu’il n’aurait pas droit à ces égards. Soit ! Mais pourquoi lorsque nous parlons de lutte contre l’incivisme, nous aimons faire référence à nos us et coutumes en matière d’éducation de la jeunesse ? Pourquoi nous nous indignons du comportement irrespectueux des élèves a l’égard de leurs enseignants ? Pourquoi nous nous indignons des injures et autres propos irrespectueux que nous entendons de la part de certains jeunes dans nos villes ? Vous me direz que nous sommes en démocratie, mais est-ce que la democratie signifie un reniement total de notre culture ? N’est-ce pas encore nous qui répétons a longueur de journées a qui veut nous entendre que « la culture, c’est ce qui nous reste lorsque nous aurons tout perdu ? » Peut-être entendons-nous par culture nos cases rondes, les cérémonies coutumières, le port du Faso danfani, les statuettes en bois et en bronze, le folklore, la guitare de Tenga, le balafon, le warban, le to, le chitoumou, le ba beda, le dolo, le zambnè, etc. ?
      Je pense que nos comportements les uns vis-à-vis de autres sont beaucoup plus importants que tous ces éléments extérieurs ci-dessus cités.

      Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 13:47, par Le Vigilent
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      Siaka, personne n’a menace le journaliste Mamadou Ali Compaoré parce qu’il defend la cause des etudiants, des chomeurs, des travailleurs et de tous ceux qui sont faches. On lui reproche ses denigremnt, ses injures et autres propos insolents a l’endroit de Roch Marc Christian Kabore, President du Faso.
      Vous rendriez bien de services a Ali en lui demandant d’avoir de la mesure dans ses propos, meme si l’on sait qu’il n’a jamais digere le lachage de Blaise Compaore par les RSS. Il peut les salir autrement que par des injures et autres insanites.
      Cela ne veut nullement dire que ceux qui le menacent ont raison. On peut par contre comprendre leur colere a l’endroit de Ali.

      Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 14:14, par LE VERIDIQUE
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      mon ami siaka c’est toi tu va faire cette une insurrection les gens sont fatigues on veut plus une insurrection.En 2020 on change d’équipe.Point barre.

      Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 17:10, par camarade
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    L’AJB doit surtout me les moyens pour sensibiliser ces membres car la liberté ne signifie pas créer le désordre. Donner son point de vue est différent d’insulter. Les injures sont des menaces(déshonore) pour certaines personnes. Chacun n’a cas mettre de l’eau dans son vin.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 17:41, par Cody
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Slt, avant tout propos, je voudrais saluer le travail abattu par les journalistes. Mais je tiens à dire que la courtoisie dans les propos n’enlève rien dans le contenu du message qu’on veut véhiculer et il faut que votre association puisse le dire aussi à certains journalistes comme ALI COMPAORE. Est ce parce que je suis journaliste que je vais utiliser ma plume pour agresser des gens ? Est ce parce que je suis militaire que je vais utiliser mon arme pour agresser des gens ? Est ce parce que je suis medecin que je vais utiliser ma seringue pour agresser ???

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 18:11, par bob
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Je ne partage pas souvent je dis biens souvent, les prises de position de M. compaoré, mais je dis et je le répète, Ali est libre de dire ce qu’il pense..., nous sommes dans un Etat de droit. Il existe des moyens des moyens de recours lorsque quelqu’un estime qu’il a des compte à régler avec l’autre pour ses prises de position.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 18:28, par verité no1
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Celui/celle qui n’aime pas Ali COMPAORE et ses critiques fondées peut aller vivre dans la forêt de Pama, point barre !!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 14:10, par Le Vigilent
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      verité no1, a travers ce que tu dis, je me pose la question de savoir s’il ny a pas longtemps deja que tu as elu definitivement domicile au fin fond de la foret de Pama.
      Did toi que personne ne reproche a Ali ses "critiques fondees". Ce qu’on lui reproche, ce sont les injures et autres propos desobligeants a l’endroit de la personne de celui que la majorite des Burkinabe ont designe pour exercer les fonctions de Chef de l’Etat,
      Harouna Dicko, Soumane Toure, Ablasse Ouedraogo, Issaka Lengani (lui aussi journaliste) et autres encore font des critiques fondees et meme non fondees a l’endroit du president et d’autres autorites, mais personne ne les a jamais menaces parce qu’ils y mettent de la maniere. Et c’est ce qu’on demande a Ali Compaore de faire.

      Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 19:08, par Medio
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Quelle est la position du ministre de la communication dans tout ça ?
    La vie du journaliste est entre les mains le président du Faso,si quelque chose lui arrive il sera tenu pour responsable.Le peuple vous regarde.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 20:05, par YIRMOAGA
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Quand ALI déclare ceci= Le président était assis devant tout seul on dirait un monarque et les journalistes derrières on dirait des talibets...
    Alors, si lui il était en ces lieux, où voudrait-il être assis ?
    A-t-il dejà tenu ce propos face à BC ?
    Quand c’était BC, il était assis avec les journalistes ?
    Y a-t-il injure ou pas ? L’enregistrement est toujours disponible ? Au lieu une simple agression, on aurait dû le bastonner, surtout qu’il ne pouvait pas s’échapper ?
    Le plus mauvais est de retour, je veux parler de Lingani qui ne peut même pas éditer son opinion ?

    Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 07:35, par Veni vidi vinci
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      A Yirmoaga,
      Quel rustre êtes vous ? Nous sommes aujourd’hui en démocratie et les petits esprits incapables d’accepter la moindre critique devront revoir leur copie. Quelqu’un a rappelé qu’il y a la forêt de Pama, avis aux nostalgiques de la cueillette et de la chasse.

      Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 13:25, par BKG
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      Il faut avoir le minimum d’intelligence mon gaillard. Ce qu’il a dit au sujet de la disposition du président et des journaliste le jour du débat est vrai.
      A ma connaissance je ne crois pas avoir vue une telle disposition sous Blaise. Et je ne comprends pas pourquoi ce sont des individu comme vous qui vous permettez de vous plaindre à la place du président et des journaliste qui était sur le plateau ce jour. J’imagine ce que vous êtes dans la société. Il se pourrait qu’à visage découvert tu ne peux même casser la patte d’une mouche. Et comme le fait d’être assis derrière un ordinateur vous chatouille et vous donne l’impression d’être grand et de pouvoir exprimer vos sentiments refoulé afin de vous libérer de ce lourd fardeau d’un homme complexé. Allons seulement

      Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 21:46, par Cheikh
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Les conseilleurs n’étant pas les payeurs, l’AJB a beau soutenir toutes les crapules du monde et les inciter à agresser et insulter à tort les honnêtes dirigeants de ce pays, c’est à elles et elles seules de prendre leurs responsabilités en se préservant. Car de toutes les manières, à part ce remue-ménage officiel, personne ne vous suivra partout où vous irez. Donc à bon entendeur salut !

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 06:11, par life
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Franchement qui peut en vouloir a ce monsieur .?la reaction de ali n’a jamais surpris personne quand on connait sa proximite avec l’ex president .il defend sa famiĺle c’est normale. Mr SANou demandez a votre element d’etre professionnel personne ne l’envoudra .pourquoi subitement Ali est devenu tres actif dans les debats de presse ?Mr compaore evitez eviter d’embarquer les burkinabe dans vos querelles de famille.nous on veut avancer svp

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 07:23, par SARKO
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Il ne faut pas encourager des gens à faire du désordre .
    Ali est très grossier .Il profite de l’ émission pour régler ses comptes avec le régime .
    Il ne peut y avoir de comparaison avec le cas de Norbert Zongo . Ce dernier n’ a jamais insulté quelqu’un sur un plateau de télévision .
    Comment peut il traiter le PF de monarque et ses collègues de talibets au nom de la liberté d’expression ? .
    Mon éducation ne permet pas de dire du mal des gens mais là Ali n’ a pas raison ; trop c’ est trop . Qui sème du vent récolte de la tempête .

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 07:26, par neya ibrahim
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Attention le retour du bâton à l’envoyeur.
    Norbert Zongo a été trucidé par François Compaoré ;lui à son tour il prend la fuite.
    Attention aux commanditeurs des crimes car lorsque le peuple réel se mettra debout comme le 30 et 31 Octobre 2014 il y aura plus de RSP pour les exfiltrer hors du Burkina. Le peuple réel est devenu l’armée la police la gendarmerie et le grand nombre qui ne parvient toujours pas à manger les 3 repas par jours comme le chef de famille qui n’a pas le choix que de donner à ses enfants rien que chaque midi 50 cfa pour s’alligner sur une longue file afin de pouvoir payer le pauvre plat de cette sauce populaire appelée baa-bènda.
    Le peuple a toujours faim. Que les politiciens orientent la lutte à ailleurs au lieu de s’attaquer à un journaliste

    Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 14:25, par Le Vigilent
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      neya Ibrahim, vous faites des confusions terribles. Qui en veut a Ali pour des propos relatifs aux problemes que vous enumerez. Basolma Bazie, Chrisogone Zougmore et autres font des declarations a ce sujets avec des critiques tres acerbes a l’endroit du President du Premier minister et de son gouvernement, mais personne ne les a jamais menaces pour cela.
      Les gens en veulent a Ali pour ses propos injurieux a l’endroit de la personne du chef de l’Etat. Ce que Norbert Zongo n’avait jamais fait a l’endroit de Blaise Compaore ! Critiquer oui, mais Injurier non !

      Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 07:41, par joanny
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    PAS LA PEINE DE DONNER DE L ENVERGURE A QUELQU UN QUI N’EN VAUT PAS LA PEINE.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 08:35, par Keisha
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Le journaliste par définition est celui qui parle de ce qui ne va pas. Ali est journaliste, il ne peut donc pas parler de ce qui va. Que reproche t on à Ali ? Si les animateurs de l’émission ont juré utile de l’inviter c’est a mon avis parce qu’ils pensent qu’Ali de par sa connaissance des acteurs du pouvoir actuel peut apporter quelque chose au débat qui se veut contradictoire. Si le PF ou le PAN se sentent blessés n’enlève rien au fait qu’ils sont les premiers responsables de ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 08:37, par TCHONOBI
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Ali agressé, menacé..............j’ai suivi plusieurs fois les débats sur BF1 et je n’ai pas hésité à appeler un de ses camarades et lui poser la poser " le petit de Salif Diallo a quoi à parler de son mentor de la sorte". Salif a utiliser Ali dans la brise des luttes estudiantines, salif a usé de son pouvoir : Ali rédacteur en chef devant Pascal Thiombiana, Vanessa Touré et j’en passe. Que Mr. Ali sache que lorsque l’on use de ses relations politique pour gravir les échelons le jour où le vent tourne il faut assumer, il a fait son choix, son ex mentor est de retour qu’il s’en prenne à lui même.
    Nous sommes tous contre la violence !

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 08:45, par seltra
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Bonjour chers AMIS,je voudrai vous inviter à ne plus jamais comparer le journaliste éclairé "NOTRE CHER NORBERT ZONGO" à ce sieur Ali COMPAORE.C’est comme la nuit et le jour.
    merci

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 09:13, par yamsom
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Non aux menaces d ou qu elles viennent. mais Ali Compaore a dit que l insurrection des 30 et 31 octobre 2014 n est qu un vulgaire coup d etat. Ali sait-il qu il ya eu des morts et des blessés qui attendent toujours justice ? l’AJB a t elle rappelé a l ordre ce journaleux ? il dit meme que le communiqué du CEFOP etait de basse qualité ? eh Dieu ! soyons humbles, surtout quand on a deja un handicap, n ajoutons pas un handica mental. C est quand meme curieux de la part d un journaliste payé par l Etat. Nul n est au dessus de la loi, pas meme un journaliste.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 09:18, par paysannoir
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Moi j’ai déjà dit que Ali cherche visa HCR pour aller vivre ailleurs parce que maintenant, son gombo est séché, et moisi.quels sont les témoins de son agression ? Et puis liberté d’expression veut_il dire liberté d’insulter ? Parce que journaliste il doit insulter qui il veut ? On est où là ? Journalistes cocos stratégiques du Burkina on les connait. Journaliste est au dessus de tout le monde quand vous dites à fortiori. les juges, les journaleux, les keskia tout le monde dit qu’il est plus que tout le monde

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 09:26, par JO
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    je valide YIRMOAGA. Notre culture africaine ( Burkinabé) ne permet pas au personne sensée bien éduquée d’insulté leur aîné, ne parlons pas des hauts responsables de notre pays. verité no1 , Meme un demi rond de l’état ne va être utilisé pour sécuriser ..................

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 09:31, par neya boukari
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Tout le monde sait que ce monsieur a été un des griots en chef du régime corrompu et discrédité de Blaise Compaoré. Mais cela n’excuse pas tous ceux qui utilisent des méthodes éculées pour l’intimider. On se rappelle de son arrogance vis-à-vis des partis de l’opposition et de son parti-pris flagrant lors de certains évènement de l’époque, mais tout cela ne doit pas justifier ce qui lui arrive car ce serait faire d’un zéro un héros. Ce qu’il ne mérite pas. Au contraire c’est le mépris qui doit être la réponse à ces élucubrations télévisuelles.
    En plus c’est à ne plus rien comprendre : Salif Diallo est le parrain de ses deux enfants !

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 09:33, par Freedom
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Félicitations à l’AJB pour cette déclaration qui a le mérite de mettre en garde ces individus d’un autre âge. J’avoue que les interventions de M. COMPAORE sont très radicales, mais cela ne peut, en aucune manière, justifier les agressions et intimidations dont il est victime. Monsieur Ali doit aussi mettre un peu d’eau dans son vin ; il faut critiquer d’accord, mais ne versons pas dans les injures et le manque de respect, car après tout, on peut ne pas aimer les autorités en place, mais respectons la majorité des Burkinabè qui les ont investies. Par cette onction, elles sont les autorités de tous les Burkinabè.
    J’ose croire que les exactions faites à l’endroit de M. Compaoré sont l’oeuvre de personnes zélées et que les forces de sécurité mettront tout en oeuvre pour les démasquer et les ramener à la raison.

    Peace and Love !

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 09:41, par Dara
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Bien dit "le Juré" , il n’est pas donné à n’importe qui de débattre de la politique. Il faut être suffisamment cultivé d’une part et être en mesure de s’exprimer dans une langue relativement soutenue. Les rares fois ou j’ai suivi cette émission , j’ai écouté certains invités qui étaient tout simplement pathétiques. c’est à pleurer quoi !!

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 10:00, par RAPHA
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Je suis cette émission sur BF1 comme beaucoup d’autres personnes. Mais j’avoue qu’Ali exagère souvent. Avant d’être un journaliste, il est d’abord un être humain doté de bon sens. Dans toute chose, il faut éviter d’exagérer. Et le comble est qu’en 2014 quand la population se plaignait des décisions que Blaise et ses collaborateurs voulaient prendre, on a jamais entendu Ali sur une quelconque chaîne dénoncer les dérapages de ces derniers. Et beaucoup de gens savent les relations que ce journaliste entretenait avec ce régime. Bref, je suis d’accord qu’il veuille se cacher derrière son métier pour critiquer parce que c’est son droit ; mais qu’il le fasse dans la courtoisie, et le respect comme les autres, en évitant les insultes et les injures. Lui même Ali, si un citoyen le critique de cette manière sur une chaîne de télévision ou de radio sous prétexte qu’il (le citoyen) bénéficie du droit d’expression, il va se plaindre. Laissons la sagesse nous guider pour une nation paisible.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 10:02, par panzers
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Toi, tu n’es pas parfait mais ta bouche est large ; Si ton éducation t’autorise à insulter des ainés et de surcroit l’autorité, quoi de plus normal que quelqu’un d’autre veuille te casser un pied ? C’est plutôt la sortie maladroite de l’AJb pour des balivernes qui choque ; a en croire que c’est une boite à musique. ; Y a -t-il pas de déontologie dans le métier de journaliste ? Liberté de presse et d’expression n’est synonyme de vomissements en tout genre. La Direction de bfi doit recadrer l’émission pour que ceux qui interviennent n’étalent pas leurs insuffisances et leur piètre éducation venue d’ailleurs aux yeux des patriotes Burkinabè que l’émission est sensée informer et éduquer.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 10:05, par NOPOKO
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Enfin ! Mr Compaoré Ali a atteint son objectif : se faire passer pour une victime à cause de ses "opinions". Quand on voit la hargne avec laquelle il s’acharne contre les dirigeants actuels, il savait qu’un jour ou l’autre il serait inquiété. L’AJB devrait plutôt lui demander d’exprimer ses opinions avec professionnalisme au lieu de le défendre aveuglément. Comme si ce soit disant journaliste représentait une menace pour quelqu’un dans ce pays (sauf pour lui même bien sûr !). Il nous a montré de quoi il est capable lorsqu’il présentait le journal télévisé : un journal insipide, pendant lequel il passait le temps à tituber sur les mots. Ma déception a été très grande le jour où il a titubé sur le nom de Norbert ZONGO un 13 décembre.
    Je suis contre la violence, mais il faudrait que Mr Compaoré n’oublie pas que "qui sème le vent récolte la tempête". Et là, il récolte la tempête de sa violence verbale. De grâce donc, ne mêlez pas nos autorités à ce qui lui arrive. Qu’il aille déposer plainte et qu’il nous laisse respirer. Qu’est ce qui prouve même qu’il ne s’agit pas d’un montage ?
    Les journalistes de BF1 devraient aussi faire preuve de plus de rigueur dans la conduite des émissions qu’ils animent, en recadrant parfois leurs invités quand ils sentent qu’il y a un débordement. On peut bien critiquer poliment, sans que cela n’enlève en rien la pertinence de ses propos.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 10:24, par Lajumelle
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Merci à l’AJB de défendre un de ses membres mais je pense qu’elle ferai mieux de rappeler à l’ordre ses membres lorsqu’ils tiennent des propos provocateurs. Je suis contre le fait que Ali Compaoré soit menacé mais suis également contre la manière dont il tient ses propos. Même quand on est aigri et on assure la responsabilité d’un journaliste, on peut essayer de se retenir au maximum pour ne pas attirer la courroux des gens sur soi. Je pense que ceux qui aimaient bien Blaise Compaoré l’ont suivi à Yamoussokro ! Il a le choix d’empiéter leur pas au lieu d’étaler son aigreur sur les ondes fut-il journaliste !

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 10:44, par agacé
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Je suis agacé par les propos de l’AJB. Même si son rôle est de défendre les journalistes, le bon sens voudrait qu’il sensiblisat aussi certains des leurs. La liberté d’expression et d’opinion ne veut pas dire insultes. Il faut soutenir son point de vue avec un argumentaire solide et non insulter l’individu. Ce fameux Ali est loin d’être un journaliste. C’est un chercheur de bagarre. Dans la rue, s’il tient de tels propos envers quelqu’un, je doute fort qu’il rentre avec ses dents en entier. Des gens critiquent l’action du gouvernement mais ils ne sont pas menacés. Pourquoi Ali ? On sait que ce ne sont pas ses connaissances qui l’ont amené au journalisme mais de grâce. Qu’il arrête d’insulter les gens. Ça le grandirait. Il est libre de critiquer des actions mais pas d’insulter des autorités. C’est la marque des mal-éduqués et ne vous offusquez pas que des puristes tiennent aussi à faire respecter la marque de la bonne éducation.

    Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 15:17, par par brigoss
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      agacé je voudrais que tu sache de M.ALI es mieux que toi tu viens de dire qu’il na pas le droit d’insulter le president du faso et toi tu l’insulte en
      disant qu’il es mal eduqué ses parents et toi ne sont pas des promotionnaire donc arrete de dire ca car il es eduquer par ses parent donc si tu di qu’il es mal eduqué c’es a ses parents que tu attaque M.Ali peut criquer le president du faso s’il trouve des anomalies dans sa maniere de gouverner il a la lierté d’expression donc il peut dire ce qu’il veut NORBERT ZONGO disait ceci " Le pire ce n’est pas la méchanceté des hommes mauvais mais le silence des hommes bien"

      Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 15:35, par Doublement agacé
      En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

      "L’AJB interpelle les leaders politiques sur la nécessité de sensibiliser leurs militants afin qu’ils respectent scrupuleusement le droit à la liberté d’opinion et de ton des journalistes."

      Tu vois "agacé" pourquoi je suis doublement agacé. Eux ils s’en fou du respect de quelqu’un ou de quelque chose. Ils ont le droit de s’adresser à des millions de téléspectateurs ou d’auditeurs comme ils le veulent et avec le ton qui les enchantent. A ce rythme on risque voir un jour un journaliste chié à l’écran sans pouvoir dire un mot.

      Après ils sont étonné de leur impopularité.

      Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 11:46, par tapseureula
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    je suis totalement pour la liberté d’expression pour laquelle nous avons risqué mainte fois notre vie. mais attention, liberté d’expression ne rime pas avec manque de courtoisie et de politesse. pour Ali Compaoré, c’est le langage qui pose problème et qui choque.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 12:02, par kiemmok
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Aux journalistes du monde entier, parlez, analysez, critiquez....On vous soutient.
    Peut-être que vous ne comprenez pas français. Ali commente, explique, discute et illustre. Il n’a jamais insulté le président ou les autres lors de l’émission sur BF1. Définissez les concepts et vous comprendrez. Laissez les journalistes, si vous le voulez, les citoyens à participer à l’encrage de la démocratie. Qui, de notre âge en côte d’Ivoire n’a pas sorti cette fameuse phrase de sa bouche :"Houphouet, voleur !" Qui, de nous au Burkina Faso n’avons pas dit :"Blaise, assassin". Salifou DIALLO a qualifié Blaise Compaoré de Djiadiste plusieurs fois.Que voulez-vous ? C’est le prix à payer en politique. Personne ne pourra empêcher un citoyen de donner ses opinions, je dis bien, personne. Empêchez Ali et vous en aurez dix (10) Ali.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 12:26, par Bo
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Ali compaore n est plus un journaliste.cest un griot du regime compaore.comme il a perdu les avantages qu il avait,il est devenu opposant politique et parle sans un minimum de bienseance.l’association des journalistes le soutien par principe en mon sens sinon les vrais journalistes savent que ali compaore a deraille.cest une simple strategie pour se faire nommer.des qu il sera nomme,il deviendra doux comme un agneau.c est son ventre qui le pousse.comprenez- le.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 12:42, par Marx
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    J’ai cru comprendre que les journalistes ont ce qu’ils appellent "la responsabilité sociale du journaliste". Alors elle s’applique à qui cette responsabilité ? Juste pour savoir messieurs de l’AJB

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 12:43, par WALAY
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Je suis contre les menaces et les intimidations du journaliste mais je pense aussi que l’AJB devrait d’abord inviter Ali COMPAORE à la modération et surtout au respect de l’autorité avant de demander sa protection. Les menaces dont il est l’objet ne sont que les conséquences des ses propos injurieux et irrespectueux vis à vis des autorités et ce n’est pas bien. Le vrai combat s’attaque aux causes et non aux conséquences. Au frère KORO Yamyélé, tu rentre de plus en plus en brousse avec des commentaires qui frisent le ridicule. Tu ose dire que Ali COMPAORE a le droit d’insulter le Président du Faso ? Quelle morale tu enseigne à tes enfants ? Quel religion tu pratique pour approuver les manque de respect aux autorités ? La présidence de Rock est d’abord voulu par Dieu Tout Puissant et manquer du respect à Rock en tant que Président équivaut à manquer du respect à Dieu. Quand Dieu ne voudra plus de lu comme Président il ne le sera pas. Demandez à l’autre. Ali peut très bien critiquer la politique de Rock mais avec respect, avec respect, avec respect. WALAY

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 13:07, par Gaël
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Ce je ne comprends pas c’est pourquoi il n’a pas porté plainte contre ceux qui l’on agressé et pourquoi l’AJB ne sait pas se constituer partie civile et porte plainte en lieu et place cet écrit qui incrimine déjà les leaders politiques. L’AJB semble déjà indexer les militants des partis politiques sans preuves. Je ne suis pas d’accord avec ce qui lui arrive pas il doit aussi revoir sa copie car à chaque émission, il y a quatre participants minimum et avec des opinions divergentes. Parmis ceux qui sont permanents à l’émission, il est le seul a avoir des bisbilles avec des gens à cause de son soit disant opinion .S’il y a des gens qui devaient avoir des problèmes à cause de leur opinion (solidités des arguments et rigueurs dans la démonstration ainsi que les preuves) c’est Konseibo, Ilboudo, Maitre de tempéle et le correspondant de BBC. Ceux-ci n’ont jamais épargnent les partis politiques, leurs leaders et le Président du Faso quant des faits les concernent sont à l’ordre du jour. Quand dans un groupe, vous êtes le seul à avoir des accrochages avec les membres de la communauté à cause de votre opinion, de deux choses l’une, soit vous êtes le moins bête du groupe où le plus imprudent.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 13:30, par warba
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Merde, les bilakoro insurges avaleurs de tramadol ne se sont toujours pas calmes.n’oubliez pas que les dirigeants actuels en dehors de Me sankara ont ete formates et moules par Blaise comme du savon kabakourou.Laissez le journaliste faire son travail car les RSS sont suffisamment grands pour se defendre eux-meme et n’ont pas besoin de parvenus eternels chercheurs de postes pour leur defense.celui qui n’est pas d’accord et qui a des couilles peut le poursuivre en justice a visage decouvert au lieu de jouer au bravo dans les reseaux sociaux.Retenez que jusqu’a present les nouveaux dirigeants ne font pas mieux que le blaiso
    qui malgre ses defauts tenait le pays de maniere rassurante.C’est au pied du mur qu’on reconnait le bon macon du gueulard au pied plat.du courage ali on est nombreux derrriere toi meme si on te demande de temperer le ton de la critique d’un regime qui peine a decoller car en debors des promesses du pndes il nya rien de nouveau meme qu’on regresse donc souffrez des critiques et ameliorez-vous

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 13:44, par Amkoulel
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Écoutez peu importe, celui ou celle qui critique le pouvoir en place ! Nous sommes en démocratie et cela est normal ! Mais des journalistes du genre Ali comparé,ç’ est des journalistes partisans ! Et pourquoi je le dit ? Avec le régime défunt nous n’ avons pas connu cet Ali assez critique ! Il n’ avait jamais donné une opinion quelconque sur les dérives de Blaise ! Alors Mr Ali assumé vos propos ! Vous êtes loin d’ être un journaliste honnête et intergre comme les Norbert et autres !

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 14:31, par agacé
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Merci Nopoko. Ali a juste fait un montage pour se faire remarquer et l’AJB est tombé dans le piège. Malgré ses insultes, personne ne fait attention à lui. Alors il se victimise pour mettre à mal le régime. Un vrai supporter de Rock ne prêtera même pas attention à ce déshérité social. Mais leurs amis de l’ex- rsp peuvent profiter le liquider et mettre à mal le pays. C’est peine perdue.Il faut que les gens arrete de comparer Ali a l’illustre journaliste Norbert Zongo. Norbert evoquait des faits. Pas un seul jour il n’a manque du respect a Blaise ou a Francois. Voila pourquoi le peuple a desaprouve leur acte ignoble. Si Ali se fait mater, je ne bougerai pas de chez moi parce qu’il aura merite. On peut critiquer sans insulter. Le peuple sait analyser et n’attaque pas les gens au hasard. Il que BF1 se respecte en ne permettant pas de tels propos dans sa chaine.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 15:05, par tata
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Je suis vrament heureuse de l’ocasion que leur AJB me donne pour enfin dire à ce Ali qu’il est tout simplement mal eduque. Quand on a la bonne education on respect les autorités. Dieu, ne nous invite t’il pas au respect envers nos parents et nos autorité avant de le chercher lui le tout haut ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 16:42, par babassy
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Ali Compaoré est simplement en quête de martyr. Mais qu’il sache qu’il n’aura pas cette chance là. Rock, occupe-toi de ton PNDES et ignore ces journaleux. A toi Ali, sache que seules des idées éclairantes et des capacités critiques mobilisent...Détrompent-toi, pas des insultes basses.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 17:17, par lita
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Je suis d’avis avec ceux qui trouvent que M Ali est très discourtois,virulent et que sais-je encore ? lors de ses interventions télévisées. Je suis sidérée qu’un soi-disant journaliste brûle avec mépris la déontologie en la matière. Pourquoi continuer à l’accueillir sur le plateau de télévision.Il aurait dû être suspendu de cette émission car en plus il est impertinent et provocateur.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 17:23, par paysannoir
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    il faut comprendre ce petit aigri
    1. il a été placé par qui ?
    2. Il mangeait dans quoi et avec qui ?
    3. il est plus compétent que qui ?
    4. il a fait quel plus prestigieux que qui ?
    5. son gombo est fini ou non ?
    En répondant à ces questions et en ajoutant son éducation de base, vous avez un "journaleux" aigri. et comme il n’a eu qu’une certaine éducation, et non une éducation certaine, ne lui demandez pas trop vous aussi

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 17:51, par KOBINABA
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Yamyele j aime te lire mais aujourdhui je suis trop decu de tres propos.Donc Ali a le droit d insulter les gens pcq il est journalite ?Pour ceux qui ne le savent pas Ali etait "le bon petit"de Salif Diallo que je n aime pas d ailleur.Quand le meme Salif a ete ejecte du gouvernement Ali s est tourne vers Francois Compaore.Des lors comme on dit que l ennemi de mon ennemi est mon ennemi Salif est devenu son ennemi.Et c est bien fait pour Salif qui se plait a avoir des courtisans.Celui qui connait Ali n a qu a lui demander que quelqu un a dit qu il a dit un jour "je ne vais pas abattre toutes mes cartes"il saura de quoi je parle.Ca c est au moment ou il filait le parfait amour avec Salif.Les divorces sont toujours douloureux.Malheur a tous ceux qui font le rapport avec Norbert Zongo.Ce sont des incultes.Norbert n a jamais utilise son journal pour demolir un ennemi mais a defendu l interet General au prix de sa vie.Bravo pour AJB qui a trouver son Heros.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 18:06, par Roch V
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    AJB dites a Ali de faire comme Loukman savoir faire profil bas quand tes maitre ne sont plus la.Le Burkina est un pays de savane ou tout se sait.Ceux qui defendent Ali ne l ont certainement pas suivi sur BF1.Il ne vient pas pour un debat mais pour verser sa bile sur ses anciens amis.Mais la semaine passer il a ete un peu modere certainement les menaces son passees par la.Pandant qu on y est je conseil a l AJB de demander un flic pour chaque journaliste et pour moi aussi puisque j interviens souvent a Horizon fm.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 18:35, par professeur
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Je suis contre de telle menaces si effectivement il y en a eu.J’ai suis ce journaliste une fois mais j’ai été déçu de ses propos :"L’ ambassadeur des USA Tulinaba Mussingui aurait été affecté au Sénégal pour défendre la cause de homo-sexuels."Depuis ce jour je n’ai aucune considération pour ce type.Il doit se réjouir qu’on veuille lui casser les pieds ,le régime qu’il défend (CDP) a tué et calciné Norbert Zongo.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 18:44, par agacé
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Brigoss, quand on ne comprend pas français, on évite d’intervenir dans des débats de haut niveau. Je n’ai pas traité Ali de mal éduqué. J’ai dit, tenir des propos injurieux contre des autorités est la marque DES MAL ÉDUQUÉS avec S. C’est le principe que j’enonce. Tu t’emportes déjà sans rien comprendre parce qu’il s’agit de Ali. Imagine nous qui avons voté le Président Rock, sa famille biologique ou ses amis devant les insultes de Ali. Quels sentiments aurons-nous ? Tu dis que ses parents ne sont pas mes promotionnaires. Soit. Tu ne t’es pas demandé si je ne dépasse pas. Moi j’ai de grands enfants et des petits fils. Ils n’osent pas insulter un grand frère du quartier n’en parlons pas une autorité. Ils me connaissent pour ça. Je reviens donc pour appeler un chat un chat. Ali Compaore est mal-éduqué au vu de ses injures proférées sur une chaine qui se trouve sur satellite. On lui reconnaît le droit de critiquer mais pas d’insulter. Être mal-éduqué est un état, non une insulte. Si je m’en prenais à lui parce qu’il est est unijambiste, ce serait une insulte parce qu’en ce moment, je m’en prends à sa personne. Ali avec tout ce qu’il a montré a prouvé qu’il n’est qu’un simple délinquant. Je ne voudrais pas que mes enfants prennent son exemple. Et s’il était mon enfant, je le bannirais pour qu’il ne soit plus une honte pour ma famille.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 22:12, par CFOP
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Koro Yamyele, depuis que ton parti l’UPC a perdu les élections, je constate avec amertume que toi aussi tu as perdu la raison. Qui t’as dit que Ali a le droit d’insulter le PF ? Sais-tu pourquoi on respecte le policier ? A cause de la tenue. La tenue représente quoi ? Le pays. Le PF aussi représente tout le Burkina. C’est le symbole de la nation. Un burkinabé qui jouit de ses facultés ne peut pas laisser trainer son pays à terre. On peut critiquer ses actions car c’est un homme. Mais pas l’insulter ou s’en prendre à sa personne comme le fait Ali. C’est un défaut d’éducation de sa part et vous êtes respectable pour cautionner de telles dérives langagières. Un jour, un policier ivoirien a jeté la cnib d’un malien à terre. Le malien a refusé de ramasser la pièce en arguant que sur la pièce il ya leo drapeau malien et que c’est le Mali qui a été jeté à terre. Il porte l’affaire à son ambassade. Je vous assure que le policier ivoirien a ramassé dare-dare la pièce et s’est fait aider de ses camarades pour se faire pardonné par le malien. Ce n’est pas au PF que Ali manque du respect mais à tout le pays. S’il tient à son sauveur Blaise, il sait où le trouver. N’encouragez pas la délinquance et l’incivisme. Si Ali peut apporter une insurrection, c’est que le peuple est bête. Hors ce n’est pas le cas du peuple burkinabé.

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 09:08, par paysannoir
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    un jour j’ai suivi Ali qui était en train de critiquer les militaires et de traiter les officiers de tous les noms d’oiseaux. Moi je pensais que c’était quelqu’un qui a fait l’armée et qui a démissionné. Lorsqu’un jour je l’ai vu physiquement, je suis parvenu à la conclusion que c’est un élément dangereux. Incapable qu’il est, de faire 10m plats, de tirer même un PA, ou de porter un sac à dos sur 5ms, je me suis dit : c’est quelqu’un qui a des problèmes avec lui-même. Il avait du soutien avec l’ancien régime, sinon lui_même il est conscient qu’il ne peut aller sur le terrain et profiter de frais de mission. Et comme ses mentors ont décalé en plein midi avec le gombo, à sa place qu’auriez vous fait ? Et puis une question : est ce que travailler dans un organe de presse fait de vous un journaliste ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 09:09, par CFOP
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Moi, j’avais un profond respect pour l’AJB. Mais, vu leur manque de discernement, je retire ce respect-là. N’avez-vous pas de déontologie pour recadrer des délinquants comme Mamadou Ali Compaore ? Pourquoi défendre un incivique comme lui ? Quand j’ai lu le titre de votre article, je me suis réjouis qu’enfin l’agression sur Ali l’avait envoyé à l’hôpital. A l’intérieur, je trouve que ce ne sont que des menaces. Quel dommage. Si Ali insulte nos autorités, c’est nous tous qu’il insulte et nous n’accepterons jamais cela. Il peut critiquer les faits et gestes mais non les insulter. Quelle éducation pour nos enfants ? Si ma soeur safieta Lopez n’avait pas de problème avec la justice pour avoir exprimé sa crainte de voir brûler le palais de justice, je dirais que si l’émission devrait continuer avec les insultes de Ali, BF1 risquerait de partir un jour en flammes. Arrêtez avec Ali pendant qu’il est temps.

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 10:26, par Ka
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Tout mon soutien à l’association de nos journalistes. Nous avons des codes de déontologie des journalistes qui sont respectés par nos valeureux journalistes. Tant que le CSC n’a pas sanctionné un journaliste pour ses propos, aucun individu n’a le droit dans un pays en état de droit, d’agressé gratuitement un journaliste pour sa liberté d’exprimé. Par ces barbaries des criminels en puissance comme ceux de l’ancien régime de Blaise Compaoré qui ne savent pas qu’est-ce que c’est un code de la déontologie respecté par nos journalistes, ils ont tué et brûlé Norbert Zongo et ses compagnons le 13 décembre 1998, par ce qu’il s’est permis de poser une question au président Blaise Compaoré de sa dictature, et jusqu’à laisser son frère François de torturer et tué gratuitement son chauffeur David Ouédraogo. Que ses voyous qui ont agressé ce journaliste, sachent que le CSC est là pour sanctionner tous les journalistes qui ne respectent pas leur code de la déontologie.

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 14:24, par le révolté
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Des écervelés osent soutenir le cdpiste Mamadou Ali Compaore comme quoi eux ils n’aiment pas le pouvoir en place. Personne ne vous demande de les aimer. Vous avez simplement l’obligation de respecter le choix du peuple burkinabe. Ceux qui ne peuvent pas le faire sont libres de changer de nationalite comme leur mentor Blaise Kouakou Koffi. Quittez le pays parce que le peuple aime les autorites et ne leur manquera jamais de respect. Moi je n’ai jamais aime Blaise depuis qu’il a trahi le grand Thom Sank. Mais je l’ai supporte 27ans durant. Jusqu’au jour ou il voulait tripatouiller la constitution pour se taper encore 15 ans. La,j’ai dit stop. Trop c’est trop. Prenez votre mal en patience donc.

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 18:41, par HACIANNE
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    JE N APPROUVE NULLEMENT L AGRESSION DU JOURNALISTE. JE N AI PAS VOTE POUR LE CANDIDAT ROCK KABORE .MAIS JE N ADMETS PAS QU ON INSULTE MON PRESIDENT.LE PRESIDENT DE TOUS LES BURKINABE.CELA ME RAPPELLE UN CERTAIN BLE GOUDE QUI A TENU DES PROPOS INJURIEUX A L EGARD DE BLAISE .ON ETAIT TOUS SORTI.PARCE QUE C EST L HONNEUR DU PAYS.CELA ME RAPPELLE AUSSI LES REACTIONS QU ON SUSCITE LE COMPORTEMENT D UN CERTAIN JOURNALISTE DE CANAL 3 A L.EPOQUE DEVANT BLAISE COMPAORE.UN CERTAIN DJANDJENOU ...

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 20:35, par Ka
    En réponse à : Agression du journaliste Ali Compaoré : L’Association des journalistes du Burkina condamne sans réserve

    Tout mon soutien à l’association de nos journalistes. Nous avons des codes de déontologie des journalistes qui sont respectés par nos valeureux journalistes. Tant que le CSC n’a pas sanctionné un journaliste pour ses propos d’insultes, aucun individu n’a le droit dans un pays en état de droit, d’agressé gratuitement un journaliste pour sa liberté d’exprimé. Par ces barbaries gratuites des criminels en puissance comme ceux de l’ancien régime de Blaise Compaoré qui ne savent pas qu’est-ce que c’est un code de la déontologie respecté par nos journalistes, ils ont tué et brulé Norbert Zongo et ses compagnons le 13 décembre 1998, par ce qu’il s’est permis de poser une question au président Blaise Compaoré concernant sa dictature, et jusqu’à laisser torturer et tué gratuitement le chauffeur de François Compaoré, David Ouédraogo. Que ses voyous qui ont agressé ce journaliste, sachent que le CSC est là pour sanctionner tous les journalistes qui ne respectent pas le code de la déontologie des journalistes au Burkina.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés