Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

LEFASO.NET | Par Nicole OUEDRAOGO • dimanche 22 janvier 2017 à 01h00min

Lutter contre le chômage et le sous-emploi des jeunes et des femmes, à travers des formations modulaires qualifiantes, leur permettant d’acquérir les compétences nécessaires à leur insertion socio-professionnelle .Telle est la vision du Centre de formation professionnelle/centre d’incubation (CFP/CI) de Ouagadougou . Mis en place par les gouvernements du Burkina Faso et de l’inde, avec l’appui de la commission de l’Union africaine, le CFP /CI propose 19 métiers et ambitionne de former environ 2500 jeunes /an. Ce samedi 21 janvier 2017, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba est allé visiter les équipements, après leur installation en novembre dernier.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lutte contre le chômage : Un   centre  d’incubation pour susciter l’auto-emploi

De l’unité de production des serviettes en papier, du papier toilette, des bouteilles en plastique, l’unité de maintenance et réseau informatique, en passant par l’unité de production agroalimentaire (transformation de la tomate, l’extraction et le conditionnement du lait de soja, de jus de fruits, la boulangerie et la pâtisserie) ou encore la production de briques en ciments, des pointes en acier, le Premier ministre s’est dit émerveillé après les différentes séances de démonstration par les formateurs.

« J’avoue que je suis conquis par ce que j’ai vu, parce que les jeunes sont capables de maîtriser des techniques complexes. On apprend aux jeunes à fabriquer des pointes, des mouchoirs, à faire de la pâtisserie, etc. C’est extraordinaire, c’est vraiment au cœur de la politique du gouvernement. » a noté Paul Kaba Thiéba.

Et c’est pour apporter une réponse à l’épineuse question de chômage et de sous-emplois des jeunes, que ce projet a été mis en œuvre. Il s’agit, à travers une formation professionnelle et qualifiante de courte durée (1 à 2 mois maximum), de susciter la création de petites unités de productions dans le secteur manufacturier.
« Il faut vulgariser ce type de structures à l’échelle du pays, dans les chefs-lieux de régions, ensuite dans les provinces, de manière à ce que nous puissions former d’avantage de jeunes sur leur terroir » a souhaité le Premier ministre.

De l’avis de Paul Kaba Thiéba, la question de l’emploi des jeunes peut être réglée, si : « On donne aux jeunes, les qualifications nécessaires pour être autonomes. J’ai toujours dit que ce que le gouvernement cherche à faire, c’est développer l’entreprise privée au Burkina » a-t-il réaffirmé.

Soutenir les jeunes

Pour Paul Kaba Thiéba, il faut démultiplier ces types d’expériences, faire certifier les produits du centre et permettre aux jeunes d’avoir les moyens de financements (de type classique, par le crédit-bail) pour s’installer à leur propre compte. A ce propos, dit-il : « On achète le matériel, on le donne aux jeunes, ils les utilisent et au bout de 5 à 6 ans, ça devient leur propriété. Pendant ce temps, ils payent simplement le loyer, c’est ainsi qu’on va leur permettre de s’installer à leur propre compte ».

Des détenteurs de compétences et non des chercheurs d’emploi
Le CFP/CI est à l’image d’une auto-école, selon le Directeur général de la formation professionnelle du ministère en charge de la jeunesse, Mounirou Farta. Pour lui, c’est à l’école de s’adapter pour pouvoir transférer les compétences aux jeunes, ceux qui désirent s’auto-employer, diriger une unité de production dans le dispositif manufacturier. C’est dans cette optique que le centre de formation professionnelle/centre d’incubation, est ouvert à tout le public. « Peu importe le niveau de qualification » a-t-il soutenu.

Appréciant la visite du Premier ministre, le Directeur général de la formation professionnelle a confié : « On ne pouvait pas s’attendre à mieux. Le Premier ministre s’est dit émerveillé, il ne s’attendait même pas à ce type de formation au Burkina ».
A en croire Mounirou Farta, les sous-projets du centre sont extensibles à 52. « Ces sous-projets sont extensibles à 52 projets que nous sommes en train de vouloir contractualiser avec l’Inde », a-t-il dit, soulignant que l’objectif est de booster le secteur de l’économie, une réponse à la question du chômage de la jeunesse burkinabè.

Le Directeur général de la formation professionnelle a par ailleurs indiqué que la création du centre s’inscrit dans une nouvelle dynamique, celle de faire évoluer la vision de l’offre de formation vers une vision de besoin de formation, en encrant avec le besoin réel du marché de l’emploi. « C’est dire, que l’école devrait être la réponse de qualifications du marché de l’emploi. Ici, nous travaillons à sortir des détenteurs de compétences et non des chercheurs d’emploi » a-t-il renchéri.

Le coût total des investissements est de 1 500 000 dollars, environ 920 millions 223 810 francs CFA pour la contribution indienne et 600 000 000 de francs CFA pour la contrepartie nationale (hors exonération) des équipements. Il est prévu à court terme, la cérémonie officielle d’ouverture du centre et le recrutement de la première promotion d’apprenants. Situé au sein du Centre de formation professionnel de Ouagadougou (CFPO), l’exécution du projet CFP/CI se tient sous la houlette du Ministère de la jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnelle.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net


Les unités de production du centre de formation professionnelle /centre d’incubation (CFP /CI)

Unité de productions

Capacité

Production des serviettes en papier

24 000  pièces/h

Production du papier toilette

250 rouleaux/h

Production de bouteilles en plastique

400 bouteilles/h

Filtration et conditionnement de l’eau potable

1 000 litres/heures

Repération de téléphones portables

 

Maintenance et réseau informatique

 

Production de verre en papier

21 00 pièces /h

Extraction et conditionnements de jus de fruits

40 Kg /h

Transformation de la tomate

35 Kg/h

Pâtisserie

30 kg de biscuits /h

Boulangerie

300  miches de pains/h

Extraction et conditionnement du lait de soja

30 litres/h

Fabrication de briques en ciment /terre

400 briques  /h

Production des vis à bois

10 Kg/h

Production des pointes en acier

12 Kg /h

Production de tubes de canalisation électrique

40 Kg /h

Production de capsules en plastique

2000 pièces/h

Production de vaisselle en plastique

1 000 pièces/h

Extraction et conditionnement des huiles comestibles

30 litres/h

Fabrication de craie

1 000 pièces/h

 

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 janvier à 08:06, par GUORGUI
    En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

    Je vous assure que tout ça, c’est formidable ! Seulement, avec cette SONABEL incapable et abonnée aux coupures intempestives, il est fort probable qu’il y ai échec avec la destruction de toutes ces machines suite aux coupures.

    Je pense qu’on doit s’en prendre surtout aux responsbles de la distribution au niveau de la SONABEL. Ce sont eux qui ne font pas correctement leurs boulots. Ils sont bien planqués et on ne pense qu’au DG quand il y a trop de désagréments. Il faut châtier les responsables de la distribution au niveau de la SONABEL !

    Répondre à ce message

    • Le 23 janvier à 20:12, par Koutou
      En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

      Je comprends vos inquiétudes M. Guorgui. Mais ce qui est formidable dans ce projet c’est que chacune des 19 unités de production est équipée d’un poste autonome de production d’électricité. Chaque unité peut donc s’installer n’importe où. Elles peuvent s’installer surtout en campagne à côté de la matière première (comme les mangues ou le soja). Ce projet avec l’Inde existait au Ministère de la Jeunesse sous Achille Tapsoba, en passant par Emile Basga Dialla, mais ils ne l’ont jamais mis en œuvre. C’est vous dire le tort que le régime Compaoré a fait à cette jeunesse. Mais Dieu est grand.

      Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 08:32, par pioyipo
    En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

    Monsieur le Premier ministre moi aussi je suis émerveillé mais triste. Cette initiative devrait venir depuis longtemps mais hélas. On a préféré des actions d’éclats inutilesur ex. Installation des jeunes diplômés en chômage au Sourou : échec, des prêts aux étudiants pour la production agricole à travers l’ex FONAPE échec etc.
    Imaginons si chaque province était dotée d’un tel centre.

    Répondre à ce message

    • Le 22 janvier à 15:13, par tororoso
      En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

      Mon ami Pioyipo
      Je sais bien que l’Etat c’est la CONTINUITE - Mais aies au moins la décence de ne pas mettre ça sur le dos du Pauvre Kaba Tieba. On était tous là à applaudir quand notre Champion du Monde BLAISE (BC) faisait semblant de nous développer. Quand la Belle Mère avec le Ministre VEBAMBA et toute la famille bricolaient les marchés où les avenants dépassaient le principal. Si ça se trouve, tu fais partie de ceux qui nous disais que BC était le seul à pouvoir diriger ce Cher FASO et que même mort de mort naturelle (c’est la loi !!!!) il devait continuer à nous gouverner.
      Arrêtes donc comme ça et mettons y toutes nos mains pour aider ce pouvoir à stabiliser le pays, et ensuite à faire ce qu’il pourra pour la jeunesse et la nation.
      De Grace !!!!!!!!!!!!! s’il te plait

      Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 15:38, par Cheikh
    En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

    Voilà que GUORGUI que je soutiens intégralement, est en train de répéter ce que moi aussi j’avais déjà souligné. Autrement dit, pour mettre fin à ces coupures à causes douteuses, il faut remplacer tous ces responsables chargés de la distribution, point barre. Quant à ces nouvelles initiatives du gouvernement, c’est en effet ce qu’il nous fallait depuis longtemps. Décidément que çà commence, et qu’on démocratise çà au maximum ! Bravo à nos autorités !

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 18:59, par Levigilent
    En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

    Ou est l’instrument financier et le dispositif de compagnonnage à l’installation. Sans ces deux éléments additionnels, ce sera un centre de formation pas un centre d’incubation. Excellent boulot au Ministre de la jeunesse.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 05:25, par Le Faso d’Abord
    En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

    Bravo pour cette initiative !! Il faut multiplier de telles actions pour que les jeunes oublient "les concours" ! Avoir la maîtrise à l’université et aller faire un concours niveau BAC ou même moins, c’est vraiment décevant et une grosse perte pour le pays ! Mais que faire quand on est formé pour chercher de l’emploi ? Pour être fonctionnaire ? Du coup, on a des fonctionnaires affairistes qui sont à leur poste non pas par vocation mais par opportunité ou par désespoir ! Mais on va où avec des des fonctionnaires désespérés ? Ces centres là doivent être démultipliés. Il faut en outre susciter des initiatives pareilles chez les ONG et associations pour toucher même la frange jeune, au primaire. De telle sorte que dès le bas âge, les jeunes adhèrent à l’entrepreneuriat ! Courage !
    Pour la question de l’énergie, il faut associer à ces petites plateformes là le photovoltaïque ! La SONABEL n’a pas les capacités et l’industrie ne peut pas compter sur la SONABEL.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 09:45, par Annie
    En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

    BRAVO à tous les acteurs !!!!
    C’est véritablement ce qu’il nous faut pour développer notre chère patrie : produisons en qualité ici, consommons ce que nous produisons.
    Changeons de mentalité, travaillons avec nos dix doigts, créons du concret. Kôrô Yamyélé entre autres nous montre la voie à suivre.
    Vive le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 10:50, par AFRICAFISRT
    En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

    Malheureusement il ne suffit pas d’avoir de belles idées et de belles initiatives dans ce pays. Il faut plutôt créer un cadre juridique et fiscal spécifique au secteur manufacturier. Les lois sociales, légales et fiscales sont très très contraignantes. Elles découragent toute personne ayant des moyens limités de se lancer dans un tel secteur. Il faut faire la croix et la bannière pour obtenir une autorisation d’installation. Faire une étude d’impact environnemental, qui est très coûteuse. Respecter les lois sociales sans avoir même réalisé le moindre chiffre d’affaires. Le secteur manufacturier est un secteur qui requiert une nombreuse main d’oeuvre, et cependant le chiffre d’affaires/par employé est le plus bas comparé a d’autres secteurs économiques. Raisons pour lesquelles, rares sont ceux qui se lancent dans ce domaine. Tout le monde préfère l’import export. Plus simple et moins contraignant.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 10:58, par AFRICAFIRST
    En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

    Malheureusement il ne suffit pas d’avoir de belles idées et de belles initiatives dans ce pays. Il faut plutôt créer un cadre juridique et fiscal spécifique au secteur manufacturier. Les lois sociales, légales et fiscales sont très très contraignantes. Elles découragent toute personne ayant des moyens limités de se lancer dans un tel secteur. Il faut faire la croix et la bannière pour obtenir une autorisation d’installation. Faire une étude d’impact environnemental, qui est très coûteuse. Respecter les lois sociales sans avoir même réalisé le moindre chiffre d’affaires. Le secteur manufacturier est un secteur qui requiert une nombreuse main d’oeuvre, et cependant le chiffre d’affaires/par employé est le plus bas comparé a d’autres secteurs économiques. Raisons pour lesquelles, rares sont ceux qui se lancent dans ce domaine. Tout le monde préfère l’import export. Plus simple et moins contraignant.

    Répondre à ce message

    • Le 23 janvier à 16:34, par Sonia
      En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

      Post N°7 : ?Très belle contribution et mention speciale à AFRICAFIRST !!!

      A cela, il faut ajouter les difficultés d’accès au crédit. Les banquiers sont de vrais radins par ici. Plutôt que d’accompagner les entrepreneurs, ils les découragent par la pratique de taux prohibitifs, des garanties impossibles. Elles préfèrent les agios des travailleurs salariés.
      Il y’a la légendaire lourdeur administrative et ses fonctionnaires désinvoltes (un tres grand nombre malheureusement) et dont la probité est la voisine du chiffre zéro, friands de pots de vin.
      Bon, en tout cas très belle initiative du gouvernement. On espère cette 1ère " pondeuses d’auto emploi" va fournir une couvée porteuse.

      Sonia.

      Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 11:37, par Ex - LTO
    En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

    Félicitations pour cet ambitieux projet. Je profite de l’occasion féliciter également le DG Monirou Farta qui est pragmatique. il est pragmatique car il est contre la dilapidation des ressources des projets dans les missions non nécessaires

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 12:46
    En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

    Besoin de votre adresse

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 12:50
    En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

    Felecitation pour votre initiative. Besoins de vous joindre. Adresse

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 13:58, par KAB
    En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

    Très belle initiative, comme le PM l’a dit il faut installer ces centres dans toutes les régions voir dans les provinces. Pour cela l’Etat pourra faire un effort et ne pas toujours attendre les partenaires. On connait les coups soit un 1 5223 000 000 donc pour 13 régions ou pour 45 provinces, si y a la volonté cela peut se faire au plus tard en 2018. Pour les 12 régions restantes avec un peu moins de 18 500 000 000F cfa l’Etat peut le faire sans attendre un partenaire extérieure si vraiment sa volonté est d’aider les jeunes à s’auto-employé.
    Nous voulons du concret now !!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 14:06, par Traore
    En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

    Centre d’évaluation et de Formation Professionnelle de Ouagadougou/Centre d’Incubation ( CEFPO/CI)
    1504, Avenue Dimdolobsom
    Secteur 3 Dapoya
    01 BP : 589 Ouagadougou 01- Burkina-Faso
    Tél/Fax : ( 00226) 50 30 18 76
    non loin du Rond point des Nations Unies. en allant ver l’École Nationale de la Douane.
    Site Web en construction

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 18:25, par Yamtoin
    En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

    tout d’abord mes felicitation au gouvernement.mais pourquoi ne pas introduir cette initiative dans les lycees et colleges,voir meme depuis le primaire ? du courage

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 15:17, par Zoro
    En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

    Là c’est du concret. Notre Département de la Jeunesse est reconnaissant à l’Ambassadeur OUEDRAOGO Idriss Raoua qui a été sur tous les fronts de négociations et de la mise en œuvre du projet. Je l’ai vu à l’œuvre avec les experts indiens, très humble et très courtois. Que Dieu vous bénisse Excellence.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 15:24, par Zoro
    En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

    Là c’est du concret. Notre Département de la Jeunesse est reconnaissant à l’Ambassadeur OUEDRAOGO Idriss Raoua qui a été sur tous les fronts de négociations et de la mise en œuvre du projet. Je l’ai vu à l’œuvre avec les experts indiens, très humble et très courtois. Que Dieu vous bénisse Excellence.

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 09:31, par Berni
    En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

    Eclaircissez nous sur les conditions de recrutement et les modalités.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars à 12:47, par OUATT
    En réponse à : Lutte contre le chômage : Un centre d’incubation pour susciter l’auto-emploi

    Depuis que j’ai lu ce article, je suis à la recherche du Centre d’incubation pour avoir plus de précisions sur les renseignements donnés, mais sans succès.

    Merci d’avance à toute personne qui pourra m’indiquer la situation géographique du centre.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés