Policiers radiés : « Nous n’avons jamais menacé de dévoiler des secrets militaires », dixit Arnaud Francis Kinané, chargé de communication des 136 policiers radiés

LEFASO.NET | Par Justine Bonkoungou (Stagiaire) • jeudi 19 janvier 2017 à 00h01min

Arnaud Francis Kinané, chargé de communication des 136 policiers radiés suite à la mutinerie de 2011 était dans les locaux du Faso.net ce mercredi 18 janvier 2017. Il dit être venu démentir les propos des personnes les accusant sur les réseaux sociaux et sur certains médias de vouloir « dévoiler des secrets militaires ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Policiers radiés : « Nous n’avons jamais menacé de dévoiler des secrets militaires », dixit Arnaud Francis Kinané, chargé de communication des 136 policiers radiés

Lefaso.net : Présentez-vous s’il vous plait.

Arnaud Francis Kinané : Moi c’est Kinané Arnaud Francis, le chargé à la communication des policiers radiés.

Lefaso.net : Qu’est- ce qui vous a amené dans nos locaux ce matin ?

Kinané : Je suis là ce matin parce que nous avons constaté ces deux jours que sur les réseaux sociaux et même sur les ondes, notamment dans une émission interactive (…), que les policiers radiés et les militaires radiés menacent de dévoiler des secrets militaires s’ils ne sont pas réintégrés. Je viens donc au nom des 136 éléments radiés de la police pour démentir cela. Nous n’avons jamais tenu ces propos. Et d’ailleurs, nous n’avons pas de secrets militaires.

Nous avons manifesté le 10 janvier 2017 devant la direction générale de la police parce que tout simplement c’est là-bas qu’est née notre radiation. Nous avons adressé des messages à une dizaine de commissaires que nous connaissons et qui bloquent notre dossier. Ils sont passés par des manœuvres politiques en 2011 pour nous faire radier injustement. Ce sont ces mêmes commissaires que nous indexons et nous leur demandons de revenir s’asseoir pour passer encore par leur manœuvre politique pour régler notre problème.

Nous n’avons pas de problème avec le Président du Faso, ni le ministre de la sécurité parce qu’ils n’étaient pas présents quand on nous radiait. Mais cela ne veut pas dire que le Président du Faso et le ministre de la sécurité n’ont pas leur mot à dire. Nous les appelons à prendre leurs responsabilités, à prendre une décision responsable. Le Président du Faso est le père de la famille burkinabè. Dans une famille quand les enfants se battent, c’est le papa qui doit être le médiateur. Donc nous lui demandons de prendre ses responsabilités pour que les éléments puissent rejoindre les rangs parce qu’on ne peut pas construire le pays en marginalisant d’autres Burkinabè.

Lefaso.net : Que reprochez-vous exactement à la dizaine de commissaires dont vous avez parlé plus haut ?

Kinané : Le comité ad-hoc chargé d’auditionner les éléments et qui a décidé de notre radiation était composé de commissaires que nous accusions de piller nos perdiems, mais aussi de mauvaise gestion du personnel de la police. Certains mêmes avaient été limogés suite à la mutinerie de 2011. Nous pensons donc que notre radiation est un règlement de compte parce que nous avions dénoncé leurs agissements.

Lefaso.net : Après votre manifestation du 10 janvier 2017, avez-vous été reçus par les autorités ?

Kinané : Le 10 janvier, nous avons été reçus par le directeur de la police. Après cela, c’est le ministre de la sécurité qui devait nous rencontrer le 12 janvier, mais jusqu’à maintenant où je vous parle, nous n’avons pas eu de réponse. Nous avons aussi été reçus par le chef de file de l’opposition vers qui nous sommes allés pour expliquer les vraies causes de la mutinerie policière. Nous lui avons aussi apporté les preuves de notre innocence parce que nous crions à l’injustice. Après lui, nous avons été convoqués par le Haut conseil de réconciliation nationale avant-hier dans l’après-midi (16 janvier 2017 ndlr). Le dossier est donc là-bas. Nous profitons d’ailleurs de votre micro pour les remercier et aussi leur demander de rester eux-mêmes et de ne pas se laisser manipuler.

Lefaso.net : Un dernier mot ?

Kinané : Je voudrais appeler les 136 policiers radiés à rester sereins et à toujours prouver qu’ils sont dignes. Nous demandons à la population de rester calme et de continuer à nous soutenir, parce que nous ne sommes pas là pour faire du mal à qui que ce soit. Par contre, nous sommes prêts à défendre la nation, à lutter aussi contre le terrorisme au Burkina Faso.

Entretien réalisé par Justine Bonkoungou (Stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés