Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

mercredi 18 janvier 2017 à 23h57min

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 18 janvier 2017,
en séance ordinaire, de 09 H 30 mn à 13 H 00 mn, sous la présidence de
Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu une communication orale et autorisé des missions à l’étranger.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

I. DELIBERATIONS

I.1. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT

Le Conseil a examiné un projet de loi et adopté un rapport.
Le projet de loi porte crédit-bail au Burkina Faso.
Ce projet de loi vise à insérer dans l’ordonnancement juridique interne, le projet de loi uniforme relatif au crédit-bail dans les Etats membres du l’Union monétaire ouest africaine (UMOA).
Le Conseil a marqué son accord pour la transmission du projet de loi à l’Assemblée nationale.

Le rapport concerne la passation de deux (02) marchés par la procédure d’entente directe avec la société CFAO TECHNOLOGIES pour la réhabilitation et l’entretien des équipements de surveillance.
Le Conseil a marqué son accord pour la conclusion des marchés avec la société CFAO TECHNOLOGIES pour les montants suivants :
-  deux cent vingt-trois millions sept cent quarante-huit mille trois cent quinze (223 748 315) FCFA TTC, pour la réhabilitation des équipements de surveillance ;
-  cent neuf millions huit cent quarante-huit mille trente-sept (109 848 037) FCFA TTC pour le montant minimum et cent trente-sept millions trois cent vingt mille quatre cent quatorze (137 320 414) FCFA TTC pour le montant maximum, pour l’entretien et la maintenance de l’ensemble des équipements de surveillance.
Le financement est assuré par le budget de l’Etat.

I.2. AU TITRE DU MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DES AMENAGEMENTS HYDRAULIQUES

Le Conseil a adopté un rapport relatif à la clôture de l’année internationale des légumineuses.
Le Burkina Faso a été choisi par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour abriter la clôture de l’année internationale des légumineuses les 10 et 11 février 2017, sous le thème ‘’ Valorisation des légumineuses dans le cadre des ODD et pour la résilience au changement climatique ‘’. Cette activité vise la promotion de la production et de la consommation des légumineuses à travers le partage des modèles de réussite issus du monde entier.
Le Conseil a instruit les ministres en charge du dossier de prendre les dispositions nécessaires en vue de l’organisation réussie de la clôture de l’année internationale des légumineuses dans notre pays.

I.3. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENERGIE, DES MINES ET DES CARRIERES

Le Conseil a adopté trois (03) décrets.
Le premier porte octroi d’un permis d’exploitation industrielle de grande mine d’or à la société NORDGOLD YEOU SA dans la commune de Bouroum, province du Namentenga, région du Centre-nord.
L’adoption de ce décret permet à la société NORDGOLD YEOU SA d’exploiter ladite mine couvrant une superficie de 12,60 km2 pour une durée d’exploitation de trois (03) ans, de prolonger la durée de vie de la mine de Taparko.

Le deuxième porte octroi d’un permis d’exploitation industrielle de grande mine d’or à la Société des Mines de Sanbrado (SOMISA) SA, dans la commune de Boudry, province du Ganzourgou, région du Plateau-central.
L’adoption de ce décret permet à la Société des Mines de Sanbrado (SOMISA) SA, d’exploiter le gisement de Sanbrado couvrant une superficie de 25,89 km2 pour une durée de sept (07) ans, de générer des recettes d’un montant de soixante-seize milliards quatre cent huit millions huit cent quatorze mille six cent (76 408 814 600) FCFA au profit de l’Etat et de créer 300 emplois directs et 600 emplois indirects.
Le troisième décret porte octroi d’un permis d’exploitation industrielle de grande mine de calcaire à ciment à la société SAHELIAN MINING SA, dans les communes de Tin-Akoff et de Gorom Gorom, province de l’Oudalan, région du Sahel.

Ce gisement couvrant une superficie de 20,89 km2 pour une réserve estimée à 20 000 000 de tonnes avec une production moyenne de clinker de 600 000 tonnes par an aura une durée d’exploitation de vingt (20) ans.
Ce projet d’exploitation permettra de créer 400 emplois directs et plus de 1000 emplois indirects, d’apporter une contribution annuelle de quatre milliards cent quatre vingt quatre millions trois cent trente quatre mille (4 184 334 000) FCFA au profit du fonds minier de développement local et de générer des recettes d’un montant de vingt-cinq milliards huit cent trente cinq millions (25 835 000 000) de FCFA au profit de l’Etat.

II. COMMUNICATION ORALE

Le ministre de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale a fait au Conseil une communication relative à la tenue de la rencontre gouvernement/organisations syndicales, le 24 janvier 2017.
Le Conseil salue la tenue de cette rencontre et en appelle à une collaboration fructueuse pour un climat social apaisé.

Le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement,
Porte-parole du gouvernement,

Rémis Fulgance DANDJINOU
Officier de l’ordre national

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 18 janvier à 17:47, par J’aime kpl
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    Je m’attendais à un mot du conseil concernant la consumation du marché de koupéla.
    Vite vite le CONASUR pour aider les victimes de cette catalogue

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 17:59, par hamane
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    Si il y a des perdiems ou autres frais payés parce que vous avez participé à ce conseil des ministres, c’est mieux de les rembourser. vous auriez pu reporté ce conseil au mercredi prochain

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 18:46, par perroquet
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    un conseil des ministres sans nommination de complaisance ? !!!! c’est du jamais vu ca. BRAVO !! a notre president ROCK .

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 18:56, par Ancien DAAF
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    Le prochain gouvernement est très attendu pour apporter des changements positifs. D’abord en ce qui concerne le choix des ministres aux compétences reconnus et qui aient des aptitudes d’hommes d’Etat. Mais aussi et surtout, ce futur gouvernement est attendu pour rompre avec les nominations de complaisance d’amis au mépris des normes règlementaires. C’est sous la transition en 2015 et le premier gouvernement THIEBA, que des nominations en conseils des ministres ont suscité beaucoup de controverses et de désapprobations populaires. Or, les différents gouvernements qui se sont succédé sous la 4è république, n’étaient pas confrontés à ce phénomène nouveau de contestation de la qualité des personnes nommées et de la violation des procédures réglementaires qui en découlent. L’erreur étant humaine, il reste à souhaiter qu’elle ne soit pas diabolique par la persistance. Ainsi, il est souhaitable que le Président du Faso et tous ceux qui ont voix aux chapitres dans les nominations, fassent de sorte à ce que les futures nominations en conseils des ministres soient basées sur des profils adéquats pour les fonctions tout en respectant les textes administratifs. En rappel, quelques ministères où des nominations ont défrayé la chronique : le ministère de la culture, pour des nominations de directeurs régionaux de la culture par le ministre Tahirou Barry et jugés maladroits et de complaisance. La nomination querellée du DG du CENOU, vite corrigée par le ministre des enseignements supérieurs, suite à la fronde estudiantine. Des nominations à polémique considérées comme trop régionalistes pour la région Nord du pays sous le ministre Jacob Ouédraogo de l’agriculture. Et enfin, le comble des gaffes et dérives des nominations régionalistes et au mépris des textes réglementaires, par le ministre le plus impopulaire de la 4 è république du Burkina, Smaila Ouédraogo de la santé. En effet, le ministre de la santé Smaila Ouédraogo se fout éperdument des règles en matière de nominations. Il en fait à sa tête pour satisfaire ses intérêts personnels, partisans et régionalistes pour s’accaparer de tous les circuits financiers du ministère. Il mène une cabale contre les Médecins Chefs de Districts(MCD) des Hauts-Bassins pour leur remplacement massif comme il l’a fait pour les DAAF d’Etablissements Publics de Santé(EPS) lors du conseil des ministres du 5 Octobre 2016.De même, il a entamé un remplacement de PCA de certains services de santé dont les mandats ne sont pas achevés. Ce sont des pratiques du genre qui ont suscité la pire crise que la CAMEG n’ait jamais connue et dont les conséquences de ruptures intempestives d’approvisionnement en médicaments, révoltent les populations contre ce ministre et le régime Kaboré qui, adopte une léthargie inadmissible face aux gaffes continues du ministre Smaila Ouédarogo. Ces agissements par des nominations irrégulières risquent de provoquer encore d’autres procès à l’instar de la CAMEG ;du PADS etc…Les nominations des DAAF des EPE doivent passer d’abord par un avis du ministère des Finances, assorti d’enquête de moralité pour savoir si la personne ne traîne pas des casseroles ou est l’objet de litiges .Souvent, est requis l’avis du supérieur hiérarchique du DG sous la direction duquel les DAAF seront affectés. Le remplacement de tout PCA qui n’est pas en fin de mandat doit pouvoir s’expliquer par des fautes graves bien établies. Mais le ministre de la santé fait des ruptures de contrats et des nominations abusives sans tenir compte des procédures réglementaires. Ce sont des comportements qui ne crédibilisent pas les nominations en conseil des ministres et que le Président et le Premier ministre devraient pouvoir corriger pour que les choses se passent selon les normes réglementaires et non selon les humeurs d’un ministre.Comme on peut le constater,il n’ y a pas de nominations à ce conseil des ministres.Le Président du Faso et le Premier ministre ont sans doute fait une halte pour prendre en compte les critiques pertinentes faites contre certaines nominations de complaisance et de règlements de comptes.Les correctifs pertinents sont donc attendus pour le prochain gouvernement pour crédibiliser l’action gouvernementale.

    Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 08:23, par Gongoloma Soké
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

      Ancien DAAF, moi je te dis que tu as raison. Rock a dans ce gouvernement des gens qui doivent partir. Par exemple le MENA avec trop de problèmea d’inimitié avec les gens du ministère, les syndicats, et qui fait des nominations complaisantes. Alpha Barry ferait un excellent MENA à la place de ce bavard. Pourquoi ne pas enquêter dans les ministères pour avoir l’opinion des agents sur leurs ministres et dans leurs régions d’origine pour savoir qui est qui réellement chez lui et que pensent les gens de lui. Ce pourrait bien orienter dans le choix des ministrables.

      Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 09:41, par Kouka !
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

      Du bla bla ! Merde ! Allez travailler d’abord ! Vous êtes assis dans vos bureau, vous ne faites rien, et vous lorgner les postes des autres !
      Apprenez à aimer le travail bien fait et à bien faire votre travail !

      Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 14:35, par l’ICP
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

      Ancien DAAF,qu’est ce que Smaila a fait contre un MCD des hauts Bassins ?Moi je suis dans les hauts Bassins mais aucun MCD n’a été inquiété.Si tu parles du DRS,c’est que Smaila a même tardé avant de le mettre hors d’état de nuire.Une preuve palpable de sa nuisance au système de santé est le relèvement de tous les infirmiers chefs de poste du district de Léna pour protéger le MCD que tout le monde sait incompétente.Les ICP sont plus utiles au système de santé que ce MCD.Demandez-lui combien de malades a t-elle consulté depuis sa nomination il y a plus 3 ans ?Bref,le Burkina a plus besoin de médecins spécialistes que de généralistes administratifs(MCD) dont la seule ambition est de participer à plusieurs ateliers à la fois afin de construire à Ouaga 2000.

      Répondre à ce message

      • Le 19 janvier à 20:29, par Bakarijan
        En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

        Le DRS a relevé tout les ICP mais tu ne nous dis pas ce que les ICP aussi ont fait. Il pouvait avoir une haine contre les ICP mais si ceux ci s’étaient cantonnés dans leur rôles ils seraient pas relevés. Les ICP hopoligans et brigands nous n’en voulons pas dans notre système saniatire.

        Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 20:20, par Bakarijan
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

      Dans tous les cas personnes n’a été formée pour être DAAF à vie. Ce n’est pas parce que tu as été sauté qu’il faut venir nous chanter la malgouvernance.

      Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 19:37, par Vicky
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    Rencontre d’information gouvernemental et non conseil des ministre jusqu’à 13h ? Mon œil oui

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 19:40, par leroy
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    Est qu’une obligation de tenir un conseil des ministres si vous n’avez rien à dire au peuple. A mon avis ce conseil pouvait être reporté pour une autre séance.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 20:15, par loblo
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    D’accord avec toi s’il n’y rien à dire ce n’est pas la peine de vous réunir pour gaspiller nos ressources pour rien. Pourtant ce ne sont pas les sujets et les urgences qui manquent. j’espère qu’il y aura un conseil de ministre extraordinaire d’ici là. Nous attendons avec impatience le remaniement ministériel et des décisions courageuses.
    Il faut baisser les prix des produits de 1ère nécessité.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 21:24, par Bool
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    Conseil des ministres creux à l’image de la gouvernance actuelle de notre pays. Mes chers ministres il est temps de vous ressaisir.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 03:54, par Martin
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    Et la voie Kantchari Diapaga qui était prévue demarrer en juin 2015 sans compter Koupela Fada ? 300Km d’enfer !

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 04:46, par sidwaya sorgho gomis
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    Monsieur hamane : Le conseil des ministres de ce mercredi ne pouvait pas être plus fourni que ça. Pourquoi ?

    Parce que ce n’est un secret pour personne qu’un remaniement du gouvernement est imminent. Dans ces conditions on comprend que ce soit SERVICE MINIMUM au gouvernement, dans les différents ministères et même sur l’ensemble du pays.

    Et pourtant ce remaniement se fait attendre.

    Dans quel pays sommes nous ? Quand un chef d’Etat évoque en public un remaniement avec des détails tel que le fait qu’il n y aura pas de militaire dans le futur gouvernement, c’est qu’il est sûr que ce nouveau gouvernement est prêt à être diffusé.

    Pour n’avoir pas su se retenir sur cette question du remaniement ministériel lors de sa conférence de presse de fin d’année, le président RMCK a plongé son pays dans une léthargie pour une durée indéterminée.

    Espérons qu’il en est conscient et qu’il saura en tirer des leçons. Décidément certains n’ont rien appris de la vingtaine d’années de collaboration avec Blaise dans la gestion du pouvoir. A leur décharge il faut reconnaître aussi qu’il n y avait rien de bon à apprendre avec ce faux ivoirien.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 08:03, par CRI DE COEUR
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    Merci aux différents acteurs pour la tenue de la rencontre Ministère de la Fonction Publique - Syndicats. Vivement que cette rencontre se passe bien. Nous, fonctionnaires titulaires d’avant la loi 081 admis aux concours professionnels attendons la "réparation" de l’insuffisance permettant aux promotionnaires de catégorie initiale (inférieure) d’être mieux rémunéré que nous.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 09:23, par Pièlètiéwalgnai
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    Eh Burkinabè ! à quand la satisfaction ? toujours insatisfait des actions gouvernementales. continuez wahhhhhhh ! le gouvernement avance.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 09:28, par Mami
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    AU TITRE DU MINISTÈRE DE L’ENERGIE, DES MINES ET DES CARRIÈRES
    « Le Conseil a adopté trois (03) décrets.
    Le premier porte octroi d’un permis d’exploitation industrielle de grande mine d’or à la société NORDGOLD YEOU SA dans la commune de Bouroum, province du Namentenga, région du Centre-nord. L’adoption de ce décret permet à la société NORDGOLD YEOU SA d’exploiter ladite mine couvrant une superficie de 12,60 km2 pour une durée d’exploitation de trois (03) ans, de prolonger la durée de vie de la mine de Taparko..... »

    L’information est incomplète : aucun mot sur les recettes que cela va générer au profit des recettes de l’Etat ni sur les emplois directs et indirects que cela va créer ????
    Que voulez vous que nous pensions de vous ?? Vous avez manquez de temps pour faire les évaluations ou si vous avez oublié ? J’espère que ce n’est pas pour tenter de ’’manger’’ la rente sur le dos du Peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 09:44, par crainte d’Allah
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    le prochain gouvernement doit être le plus réduit possible pour plus d’efficacité au lieu de distribuer des postes à des griots qui ne pensent qu’à leur intérêts égoïstes au détriment du bien être collectif

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 09:59, par Salanfou ZARE
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    A monsieur l’ancien DAAF
    Merci pour votre commentaire compréhensible au regard de votre situation actuelle. Cependant, je vous conseille de cesser de vous braquer car le changement doit s’opérer à tous les niveaux. Vous avez perdu un poste, ce n’est pas la fin du monde. ressaisissez vous car je suis convaincu que vous serez sollicité pour servir un autre poste.
    Moi je Félicite le gouvernement pour le travail abattu en une année. C’est la preuve que personne n’est indispensable et que la jeunesse est véritablement un fer de lance. je suggère d’ailleurs au président Rock le plafonnement du nombre d’années à passer dans un poste de nomination à cinq ans. les ministres devaient remplacer tous ceux qui sont à des postes de responsabilités et qui ont bouclé les cinq ans.Ils n’ont plus rien à prouver et il faut apporter de l’énergie à la machine pour la dynamiser.Le renouvellement de l’équipe dirigeante au ministère de la fonction publique sous SOUNGALO et l’arrivée du Ministre BARRY à la tête du ministère de la culture en sont des cas d’exemple.
    Aussi je te recommande la patience pour le remaniement. le président Rock est un homme d’Etat, pétrie de sagesse et d’expérience entouré d’hommes et de femmes avertis. il sait décider de la pertinence des actions à poser et de leurs planifications. Dans tous les cas le remaniement ne sera pas la solution à votre problème. Le Gouvernement à venir ne viendra pas ramener les anciens dans leurs postes perdus. N’oublie pas que plus rien ne sera comme avant.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 10:11, par Tinto
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    En parlant de remaniement, je conseille au Chef de l’Etat de changer ce Ministre de l’Eau qui ne prône que la stagnation, le sous-développement et le maintien des agents de l’eau dans la précarité. Aucune politique de gestion de carrière avec à l’appui la vulgarisation de la mauvaise foi et des vengeances inutiles. En un mot un ministre qui ne fait rien, rien que du vacarme.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 10:22, par Réflexion
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    Je me demande si le gouvernement et en particulier le Ministre de l’environnement sait ce que c’est que la gestion durable des ressources naturelles, en pensant aux générations futures. On accorde à tout vent des autorisations d’exploitation de grandes mines. Je crois que si nous avions en moyenne 5 grandes mines fonctionnelles, cela ne fera pas du mal à la génération et celles futures. Il ne faut pas oublier que même si vous faites une croissance économique exceptionnelle avec le boom minier, cela va tomber tôt ou tard comme un château de paille. Les exemples ne manquent : le Niger avec l’uranium, la Zambie avec le cuivre, etc., etc.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 11:36, par Cows Dr
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    Le remaniement doit commence par le Ministre des Ressources Animales qui trouve du mal a faire ses nominations. Tenez vous que jusqu’à present 12 provinces sont dirigées par des directeurs nommés sous la transition ! C ’est le SG, recevant les enveloppes et les beliers qui decide des nominations et meme des affectations des agents (verification a la clinique de l’ENESA). Il n’est pas venu pour travailler mais comme recompence du MPP a l’UNIR/PS. je crois que c’en est assez !!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 12:44, par Barka
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    Que c’est pathétique. Il faudrait savoir que quand on dit Compte rendu, tout ce qui a été dit n’est pas écrit. C’est juste un résumé. Certains sont en attente du nouveau gouvernement et voilà que d’autres crient au Conseil des ministres sans nomination. Décidément que veulent certains fonctionnaires ? Nomination, il y a des plaintes ! Ah, j’oubliais en passant, il est souvent demandé au Président de limoger des ministres ! Et là, il se surs sure qu’il y a remaniement ministériel et certains crient à l’absence de nomination et ci des nominations avaient été faites d’autres diront pourquoi l’avoir fait sachant que le nouveau gouvernement c’est pour bientôt. Des fonctionnaires (car c’est pas tous les fonctionnaires) sont trop plaintifs, c’est à croire que ceux - ci ne pensent que à eux seuls. Le travail nous attend.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 14:14, par Harouna
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    Nous ne voulons pas de gouvernement de plus de 2o ministres. Il faut combiner certains ministères. Un seul ministère pour l ’ enseignement á savoir l education nationale et un ministère pour la recherche scientifique. Plus du ministère de la femme. Arrangez vous à combiner ce ministère ailleurs. Un pays pauvre comme le notre doit economiser ses capitaux au lieu de les utiliser pour entretenir des ministres . On s’ en fout de vos recompenses. Il faut surtout tenir compte des compètences et non de la parenté et des regions.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 15:07, par whema
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    Pourquoi investir autant d’argent pour la surveillance vidéo urbaine ? Est-ce une urgence ? N’existe-t-il pas des policiers en nombre suffisant pour ce travail ? Sinon, il faut en recruter avec toute cette masse d’argent pour accroître progressivement (coût de maintenance) leur effectif et faire vivre décemment des familles au lieu de donner cet argent à une société impérialiste qui enverra nos devises enrichies sa nation.
    Un tel montant ! Ne devrait-il pas avoir un appel d’offre ? Des sociétés burkinabè, spécialisées dans ce domaine, ne pouvaient-elles pas effectuer cette opération ?
    Je me pose et repose des questions. Enfin, qu’Est-ce- qui a pu bien motiver l’urgence de cette passation.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 16:50, par Mninda05
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    Le Président du Faso est responsable de cette léthargie .Les ministres n’ont pas le cœur au travail ,car ils sont chez chez les grigrittiers et les marabouts pour sauver leur poste .

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 11:52, par Zare salanfou
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 18 janvier 2017

    Au sujet de la loi o81 je suis d’avis avec toi. Je demande au ministre de la fonction publique de faire revisiter la grille qui pénalise les professionnels sortants des écoles de 2015. j’en suis un de la catégorie A1 dont le reclassement a pris effet pour compter d’Aout 2015. voici ce qui s’est passé à mon niveau. Avant Aout 2015 j’étais à l’indice 610 correspondant au 9ème échelon de la catégorie B de l’ancienne grille. A l’issue du reclassement, je suis passé à l’indice 655 correspondant au 2ème échelon de la catégorie A1 de l’ancienne grille. le reversement m’amène à l’indice 730 correspondant au 2ème échelon de la catégorie A1 dans la nouvelle grille tandis que mes promotionnaires restés en catégorie B sont à l’indice 790.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés