Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

LEFASO.NET | Par Nicole OUEDRAOGO • lundi 16 janvier 2017 à 22h08min

Les policiers radiés suite à la mutinerie de 2011 continuent de multiplier les actions de plaidoyer en vue de leur réintégration au sein de la Police nationale. Ce lundi 16 janvier 2017, une délégation a rencontré le chef de file de l’opposition, Zéphirin Diabré.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

Conduite par Mahamadi Tidiga, porte-parole des 136 policiers révoqués en 2012, la délégation des policiers radiés est allée solliciter le soutien de Zéphirin Diabré pour sa réintégration au sein de la police nationale. « Nous avons échangé sur la situation que nous vivons actuellement afin que le chef de file intercède auprès des premiers responsables, à savoir le ministre en charge de la sécurité et également le président du Faso, pour qu’ils puissent avoir un regard bienveillant sur notre dossier de réintégration » a noté Mahamadi Tidiga.

Dans la même veine, Mahamadi Tidiga et ses frères espèrent bénéficier de l’appui de la population burkinabè. Convaincus que la victoire d’une telle lutte ne s’obtiendra pas en une journée, les policiers révoqués entendent passer par d’autres « procédures de lutte » afin que le population puisse « réellement savoir ce qui s’est passé » lors des évènements. Et aussi, « cautionner notre retour au sein de la Police nationale » a renchéri le porte-parole des policiers radiés, Mahamadi Tidiga.

A en croire Mahamadi Tidiga, Le chef de file a « été ébahi en nous entendant dire certains propos. C’est un témoignage qui prouve réellement que lors de ces révocations, il y a eu de l’arbitraire » a-t-il confié, avant de poursuivre : « nous demandons à ce que la population toute entière puisse nous accepter dans la Police nationale ».

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 16 janvier à 23:30, par Conanda SANON
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Une balle de votre mutinerie m’a coûté une imprimante. Si on vous réintègre vous me remboursez hein ?
    Si votre mutinerie avait épargné le peuple j’aurais été solidaire de votre mouvement, mais
    J’ai été une victime.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 00:02, par DIODZA
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Courage mes frères ! c’est pas facile ! Entre nous n’est-il pas mieux que vous négociez à obtenir un autre travail que de repartir à la police !? Nous savons tous que ce n’est pas facile mais en attendant, que chacun de vous cherche du travail, ou monte un projet pour chercher un financement pour le réaliser. ca sera mieux ! Sinon, personnellement je pense que ca sera très difficile pour vous, voire impossible que vous rejoigniez la police. Qu’avez-vous fait Réellement ? En attendant de savoir cela, si vous vous sentez lésés rendezvous à la justice. Sinon moi personnellement je ne pense pas que votre retour à la police nationale soit possibble. Et si le président le fait, on sera parti pour 1000révendications de réintégration dans la fonction publique même des militaires radiés avec qui vous dévaliser les boutiques, les commerces, violer nos soeurs (religieuses), tuer des élèves... Ou bien vous pensez que nous avons oublié. En tout cas, ne compter sur nous pour vous aider. Allez-y à la justice et laissez nous tranquille : votre cause n’est pas juste. bonne chance quand même :

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 00:08, par djinna
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    N’est ce pas vous qui avez tiré au hasard , volé les gens, violé les femmes et les soeurs religieuses, tué les élèves ? Allez à la justice si vous vous sentez victimes et laissez nous tranquilles. OK ? Et d’ailleurs vous ne ressemblez pas aux policiers à travers votre langage. On n’a pas à faire aux policiers frondeurs et violeurs voluers. Aucun peuple n’a votre temps.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 00:09, par nebie
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Huum. Pour moi on peut les aider à s’insérer autrement dans la société que par l’ intégration dans la Police. Une intégration créerait un fâcheux et dangereux précédents et à la poubelle définitivement l’ autorité de l’ État et les décisions de justice. S’ ils pensent qu’il y a abus ou jugements irréguliers,qu’ils demandent ou plaident la réouverture de leurs dossiers afin qu’on condamnent réellement ceux qui ont cassé, pillé, volé ,violé voir tué. Cela date mais nous n’ avons pas oublié. Si c’est vous les coupables que vous assumiez...sinon je crains la récidive et d’ ailleurs quels seront vos rapports avec supérieurs que vous soupçonnez ou accusez d’ être responsables de votre sort ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 00:14, par Do
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Eeh !!! que le Burkina d’après Blaise est doux dèh : même les poulets indisplinés radiés veulent forcer intégrer la fonction publique. Mon oeil.Le président Roch, ni Diabré ne peuvent résoudre votre faux problème. Allez y au palais de justice. Quand vous tiriez là, c’était bon dans vos bouches non ? Mieux vaut intégrer les VADS dans la police que ces policiers criminels.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 07:04, par SIDPAWETTA
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    IL FAUT ASSUMER ET GARDER VOTRE DIGNITE. LA POLICE N’EST PAS LE SEUL METIER AU MONDE. ET IL FALLAIT REFLECHIR AVANT DE POSER VOTRE ACTE....APRES CINQ ANS C’EST COMPLIQUE, IL FAUT ALLER CULTIVER . IL Y A AUSSI LES SITES D’ORPAILLAGE QUI NE SONT PAS FERMES

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 07:27, par hamane
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    j’avais dit, je dis, je redis et je dirai ceci : Je plaide pour la réintégration des ces jeunes policiers et militaires radiés en 2012 suite aux évènement de 2011. Je me permets de douter de l’objectivité, la transparence dans l’enquête ayant abouti à leur radiation. A l’époque je pense que certains ont été épargnés parce qu’ils avaient des bras longs et beaucoup de ceux qui n’avaient pas de bras ont été radiés. il faut peut être reprendre l’enquête pour mieux comprendre. je pense que des innocents ont été radiés et des coupables ne l’ont pas été. N’oublions pas aussi que ce mouvement de 2011 a contribué au succès de l’insurrection de 2014. ce mouvement de 2011 a été un ndicateur que beaucoup de chose en vont pas et ne sont pas maîtriser comme on le pense. C’est ce mouvement qui a convaincu le RSS qu’ils peuvent se retirer du CDP et utiliser le peuple comme bouclier. avant ce mouvement, avec le RSS au CDP, si tu faisais on te faisais et c’était sans soucis et réaction populaire sérieuse. Rappelons que lors de ce mouvement Simon a été frappé chez lui et après il a dit "tant qu’on ne te frappe pas chez toi tu ne peux pas comprendre qu’ils (certains du CDP) ne maîtrisent rien". C’est ce mouvement qui a permis à Roch de comprendre que l’article 37 n’est pas anti-constitutionnel. En réalité pour moi, ces soldats révoltés de 2011 font parti du peuple et ont exprimé une partie des aspirations du peuple. ils ont seulement fait l’erreur de s’en prendre souvent au peuple. on peut leur pardonner cela. par contre les putschiste de 2015 étaient des anti-peuple qui ont tiré délibérément sur le peuple avec les armes de guerres achetés par le peuple. pour ces radiés, ils peuvent demander pardon au pleupe et réintégrer l’armée. n’oublions surtout pas ler contribution positive aux évènements de fin d’octobre 2014. De leur radiation à octobre 2014, ils ont marché aux côtés du peuple pour dire non à l’injustice au Burkina Faso. lors du putsch, ils étaient du coté du peuple. et ils prets à monter au Nord pour nous sécuriser. on peut très bien leur faire confiance. Seulement, je pense que certains gradés a l’époque intouchables et aujourd’hui plus ou moins intouchables ne veulent pas d’eux pour des raisons subjectives. ces responsables qui ne se sont pas assumés en 2011, en 2014, etc. les radiés leur renvoient une mauvaise conscience. ces radiés sont comme un mirroir qui renvoient à ces gradés leur mauvaises consciences. Je ne suis pas du milieu mais c’est mon analyse à distance. j’ai plus de sympathies pour ces radiés que ces gens pris en flagrant délit libérés de la MACA ou de la MACO avec des certificats médicaux par un système complice. "

    Répondre à ce message

    • Le 17 janvier à 13:52, par Harouna
      En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

      Hamane, il faut dire que c’ est ce jmouvement qui a aidé les RSS et leur MPP à incendier , piller , tuer et violer pour prendre le pouvoir. Mais qu’ ils soient intégrés ou pas, qu ils sachent qu’ ils seront châtiés ici bas avant la justice divine. C’est plutôt au siège du MPP que ces radiés doivent se rendre.

      Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 07:33, par le probe
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Le sorcier oublie très vite mais la mère de l’enfant pas si tôt. vous avez tous suivi des cours de droit au cours de votre formation. En posant ces actes en 2011, vous saviez que de tels actes étaient prévus et punis par la loi mais vous les aviez posés malgré cela. Les sanctions ne devraient pas s’arrêter à de simples radiations. vous devriez être poursuivis devant les tribunaux vous le savez très bien. En plus, la population dont vous demandez de vous accepter est la même population qui a souffert de vos actes hors la loi en 2011. Un bourreau qui demande à ses victimes de le soutenir. Nous sommes dans un Etat de droit, celui parmi vous qui pense qu’il a été radié injustement peut saisir les tribunaux pour ça .

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 07:50, par La vérité crue
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Il ne faut pas profiter de certaines situations pour demander la réintégration, chers radiés de la Police Nationale. Il y a un fait que l’opinion doit se poser : y a-t-il eu ou non mutinerie ? Qui est responsable de cette mutinerie ? y-t-il eu oui ou non des dégâts, des victimes pendant la mutinerie ? Même s’il y a eu de l’arbitraire pour certains, ce n’est pas tous. Parmi les radiés, il y en a qui ont fauté gravement. Ou bien ? C’est trop facile pour être vrai. Il y a eu de l’indiscipline caractérisée. Les policiers radiés doivent s’assumer ; c’est ça être Homme et non pleurnicher.
    C’est mon Opinion. Web-master, laissez passer.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 08:24, par béogo
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Le problème avec vous les corps habillés c’est votre devoir de réserve. Après la radiation des militaires il se trouve que des militaires qui étaient en formation et qui étaient de surcroit ont suivi les instructions des leurs instructeurs de ne point manifester ont été radiés. C’est paru dans la presse. C’est dire que dans ces radiations il y a très surement eu des règlements de compte. LA question que je me pose c’est pourquoi n’avoir pas saisie le médiateur du Faso ou le tribunal administratif en son temps pour ceux qui avaient la preuve de leur non participation aux évènements malheureux de 2011. Je sais que des militaires radiés ont saisie la justice. la suite nous ne l’avons pas ! Ont - il été réintégré ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 08:34, par MIDIOUR
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    courage à vous. Au nom de la justice qu’on chante tous les jours les autorités doivent prêter une oreille attentive à votre dossier. Ce qui complique les choses c’est qu’il ya vos ennemis qui font tout pour que vous ne soyez pas réintégrés au sein de la police.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 10:12, par the upright
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    L’adage nous apprend que qui aime bien, châtie bien. Il me souvient un temps où une autre forme de châtiment était appliquée aux contrevenants des règles qui régissent les agents publiques : il s’agit des suspensions qui étaient prononcées à leur encontre. L’avantage est que le fautif continue de servir l’État en ne bénéficiant que d’une partie de ses émoluments et contribue ainsi à réparer son tort. Je trouve que cette formule aurait évité que des pères de famille et des futurs pères de famille se retrouvent sans perspectives pour les familles. De ce que ces derniers ont pu connaître comme galère, je parierais qu’ils seront des exemples de serviteurs de l’État pour le restant de leur carrière. Je suggère que nous commencions la réconciliation par ce dossier, aussi bien pour ces policiers que pour les militaires et gendarmes qui sont dans le même cas. Le père sait châtier, mais aussi pardonner.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 10:38, par Rosemberg
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Ne confondons pas les genres.Un homme qui detient une arme doit savoir qu il ne peut pas l utiliser pour terroriger les gens aux mains nues.En entrant dans ce corps chacun connaissait les sanctions qu il encour en cas d indiscipline.Alors trouvons autre chose pour eux.Arretons de vouloir resoudre tout a l Africaine pcq ca nous rattrape toujours.Avez deja entendu une revolte d homme en tenue en Europe chers amis.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 10:48, par le vigile
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Zeph un conseil. ne te mele pas de ce dossier. Laisse l’executif prendre position. C’est son role. ne te precipite pas. Rien d’urgent dans ce dossier. le dossier c’est comme le singe que ton voisin jette dans ton champs de kamana. Il y a forcemet des degats. Alors renvoie lui son singe.
    ce pays a des institutions, il faut que les mecanismes legaux soient actives et qu’ils marchent. force doit rester a la legalite et a la legitimite.

    Les policiers ont traihi leur pays, ils doivent assumer. sinon il peuvent deposer un dossier en justice et faire valoir leur droit. c’est le chemin a leur indiquer.
    S’il y a eu de l’arbitraire, raison de plus d’aller devant les tribunaux pour qu’il y ait reparation.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 10:55, par max
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Les sociétés de gardiennage ont besoins de vigiles biens formés ; prenez attache avec ses sociétés ils en n’ont besoin.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 11:56, par WALAY
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Mon problème c’est quand vous demandez la réintégration de tous les radiés. Parce que parmi les radiés il y en a qui ont fauté et je ne suis pas pour que l’on réintègre les fautifs. Chacun sais ce qu’il a fait et donc doit aller plaider sa cause en justice. S’il se trouve qu’il a été radié par erreur ou par vengeance la justice sera dit. Mais demander la réintégration de tous les radiés n’est ni claire ni juste. Ce genre d’arrangement n’est pas bon pour notre pays. WALAY

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 11:57, par Yamsoaba
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Mon analyse est simple. Pourquoi il n’y a pas de communication claire sur les responsabilités des uns et des autres dans cette affaire de mutinerie en 2011 ? Pourquoi la hiérarchie militaire n’a pas dressé des listes claires des fautifs avec au regard de leur nom ce qui leur est reproché et qui leur vaut sanction et radiation ? Pourquoi le jugement des radiés de 2011 n’a pas été rendu public et pourquoi il n’y a eu aucune suite ? Pourquoi cette gestion mouta mouta des dossiers des radiés ?
    En conclusion, il faut que la justice militaire reprenne ces dossiers et jugent les militaires radiés comme ils l’ont fait pour ceux qui planifiaient d’attaquer Yimdi et des camps pour libérer des généraux, de tuer des boss de la hiérarchie militaire,…. Ceux qui seront vraiment reconnus coupables seront purement et simplement radiés de l’armée ou de la police et ceux qui ne seront pas reconnus coupables seront purement et simplement réintégrés dans l’armée ou dans la police. Est-ce difficile à faire, çà ? Dans le cas contraire, il s’agit d’un pur arbitraire et cela ne confortera pas le socle de la démocratie et de la paix au Faso. Oui pour une justice responsable et équitable pour tous.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 12:01, par NOPOKO
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Nous compatissons à votre désarroi, mais votre situation est complexe et compliquée. Parmi vous il y en a qui ont peut être été radiés injustement, mais il y en a aussi qui sont certainement coupables. Demander la réintégration de ces gens ne sert pas votre cause.
    Que ceux qui sont convaincus qu’ils sont innocents saisissent la justice, les autres n’ont qu’à assumer les conséquences de leurs actes.
    Même si vous veniez à être réintégrés dans la police, en dehors du salaire mensuel que vous percevrez, vous ne gagnerez rien. vous serez tellement marginalisés et ignorés que vous regretterez peut être d’être revenus. Il serait mieux pour vous de vous mettre ensemble pour concevoir et exécuter des projets qui vous procureront de quoi vivre dignement et vous sentir utile à la société.
    Courage à vous !

    Répondre à ce message

    • Le 17 janvier à 14:40, par TUUK-SOMDE
      En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

      Ailleurs on utilise sa compétence pour être un consultant ou créer un bureau d’etudes. Groupez vous pour creer un bureau de vigils. Vous serez sollicités pour des grandes maisons pour votre compétence. Groupez vous pour créer une école ou être des détectives privés. Le pays et la ville sont pleins de mystères non resolus. Si vous êtes officiellement reconnus vous pourrez avoir des contrats de consultation à l’étranger. Le progrès est dicté par l’adversité. Il se fait souvent à contrecoeur.

      Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 12:20, par Yamsoaba
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Mon analyse est simple. Pourquoi il n’y a pas de communication claire sur les responsabilités des uns et des autres dans cette affaire de mutinerie en 2011 ? Pourquoi la hiérarchie militaire n’a pas dressé des listes claires des fautifs avec au regard de leur nom ce qui leur est reproché et qui leur vaut sanction et radiation ? Pourquoi le jugement des radiés de 2011 n’a pas été rendu public et pourquoi il n’y a eu aucune suite ? Pourquoi cette gestion mouta mouta des dossiers des radiés ?
    En conclusion, il faut que la justice militaire reprenne ces dossiers et jugent les militaires radiés comme ils l’ont fait pour ceux qui planifiaient d’attaquer Yimdi et des camps pour libérer des généraux, de tuer des boss de la hiérarchie militaire,…. Ceux qui seront vraiment reconnus coupables seront purement et simplement radiés de l’armée ou de la police et ceux qui ne seront pas reconnus coupables seront purement et simplement réintégrés dans l’armée ou dans la police. Est-ce difficile à faire, çà ? Dans le cas contraire, il s’agit d’un pur arbitraire et cela ne confortera pas le socle de la démocratie et de la paix au Faso. Oui pour une justice responsable et équitable pour tous.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 12:23, par Peuple
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Je ne suis pas d’avis avec internaute7 hamane. C’est vrai chacun a son point de vu. Mais penser que pour faire un changement de régime, il faut aller violer des soeures religieuses, des femmes étrangers logées dans des hôtels. C’est un coup d’état qui a purement et simplement echoue. Rien, rien ne doit justifier ce genre de crimes dans notre pays. Maintenant que ces gens s’assument en dénonçant les soit disant coupables non sanctionnés.
    Aller faire l’éloge de ces radiés devant les soeures violées ou leur parents, vous allez comprendre leur douleurs.
    Je conseille ces jeunes radiés à saisir la justice s’ils estiment être lésés.
    Voir l’opposition c’est à la limite du chantage qui ne dit pas son nom. Une facon de dire "écoute Zéph c’est nous que tu as utilisé pour faire partir Blaise donc fait tout pour nous trouver du boulot".
    Heureusement que CFOB est divisé en plusieurs maintenant, godeurs, coalition et autres, sinon, vous assis devant certains godeurs et autre dont les maisons sont parties en fumé. Haaaaaa. Yaaaaa vous alliiez voir pire que radiation.

    En ce moment, Zéph n’est pas le grand bénéficiaire du départ de blaise. Alors montez plus haut à Kossyam. Si c’est pas vrai ma spéculation, alors allez au palais de justice. C’est ça l’état de droit.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 12:27, par Chef Massoud
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Vous avez terrorisé la population qui paye vos salaire et a acheté les armes par leurs impôts divers. Mon enfant était bébé de 4 mois et il a subit votre traumatisme. Je me rappel comme si c’était hier ! Même dans son sommeil, il trésaillissait quand on tirait un coup de fusil. Estimez-vous heureux que l’on ne vous a pas fusillé. S’aurait été dans d’autres cieux (Corée du Nord), vous serriez passés à la potence. Donc, si vous êtes malins, reconvertissez-vous vite et bien pour vivre avec vos famille.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 13:05, par Si DIALLO
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Vous avez eu la chance de n’être pas passer à la cour martiale suivie du peloton d’exécution.
    Meme ZIDA qui a fait moins que vous sera radié de l’effectif de l’armée.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 13:37, par mi sida
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    ce que vous devriez faire en premier lieu c’est d’initié des activités au bénéfice de la nation pour demander pardon aux familles en colère et entamé les négociations de réintègration. il faut aujourd’hui parler avec un gros coeur pour demander pardon demain.pour vous le jour que vous etiez dans vos sal boulot vous croirez que rien ne pouvait vous arrivez. maintenant assumez les conséquences de actes

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 14:03, par Mafoi
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Du point de vue de la discipline militaire,votre radiation est légale et légitime.D’ailleurs si j’étais aux affaires pendant les faits,je vous aurai fait pendre un à un à la place de la révolution et vous ne seriez pas là à nous polluer l’air.Ceci étant dit,je comprends votre démarche puisque certains de vos collègues détenteurs de kalach ont fait pire que vous mais sont toujours là sans être inquiétés.Je pense qu’au lieu que vous soyez réintégrés,les autorités doivent plutôt faire la chasse aux autres pourritures comme vous car c’est parcequ’il y a ce 2 poids,2 mesures que je regrette par ailleurs que vous passez votre temps à nous importuner.Vous comme les autres voyous qui sont toujours dans notre FDS,vous n’êtes pas faits pour ce job,point barre !

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 15:00, par TUUK-SOMDE
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Votre mouvement était-il corporatiste ou bien un conflit de clans au sein du pouvoir et que vos soutiens au sein du pouvoir ont perdu, ce qui a valu votre sacrifice ? S’il est question de lutte des classes, ceux qui restent à la police sont de l’autre classe. Vous reintegrer dans la police reintroduit la lutte des classes. Meme si la classe perdante était les RSS, elle à intérêt à laisser la classe gagnante de l’époque en place. Comprenez et demandez des boulots de compensation.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 15:35, par faber
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Bonjour à tous, je compatis à votre douleur chers policiers, pour tous ceux qui n’ont rien à se reprocher et qui s’estiment lésés dans cette affaire de radiation je vous conseille de passer par la voie judiciaire. Car, le pardon est bien , mais quand une faute viens à faire perdre des vies et détruire la dignité de ceux que vous étiez censés protéger, les fautifs doivent assumer leur bêtise !! Faites ré ouvrir le dossier, apporter vos preuves, livrer votre version des faits de façon publique, je vous assure le peuple fera la bagarre de ceux qui été brimés et exigera la condamnation de tous ceux qui ont fauté y compris vos supérieurs hiérarchiques impliqués dans la mauvaise gestion de ce dossier ! Avoir la LOI et le PEUPLE avec vous, c’est là, votre combat

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 16:05, par Yamsoaba
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Pauvres policiers qui croyez que la police est une fin en soi. Je vous suggère une petite idée.
    Constituez-vous en SARL (société à responsabilité limitée) au capital de 1 000 000 FCFA. Chacun des 136 policiers apporte une part de 7353 FCFA (soit 1000000/136). Vous adressez ensuite des offres de services aux sociétés bancaires, minières et autres établissements sérieux pour assurer la sécurité de leurs personnes et biens. Comme vous êtes des policiers, vous serez plus qualifiés que certaines agences de sécurités qu’on voit pulluler çà et là. Si chaque société veut 15 personnes par ex, vous pouvez rafler ainsi 9 (soit 136/15) à 10 marchés. Si nous prenons 10 marchés et que chaque marché fait 36 millions par an chacun, nous aurons un total de 360 millions par an pour le groupe et 2 647 059 FCFA par an pour chacun, soit 220 000 FCFA par mois pour chacun. Ca semble simple mais c’est réalisable. Ca vous évite de perdre votre dignité et de vivre décemment. Allez ! A vos marques

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 17:09, par freddy le loup
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    je ne sais pas pourquoi ce débat reviens sans cesse. il est bon d’analyser sans passion cette requête. d’un certain point de vue, il est normal que des individus en tort, reconnus comme tels et sanctionnés demandent pardon. le pardon est universel et chaque être a droit d’être pardonné si tant est que nous sommes pécheurs pardon. d’un autre point de vue accepter le pardon ne eut pas dire oublier et nous ne pourrons jamais oublier car si moi simple citoyen je suis offusqué, outré par ces comportement d’un autre age, j’imagine ceux qui ont perdu la vie, les familles brisées, disloquées, les orphelins que cela a engendrés, les commerces pillés, les commerçants ruinés, désœuvrés aujourd’hui, et que dire des femmes dont l’innocence a été arrachée, les chairs meurtries par les viols et autres châtiments dégradants, inhumains et humiliants ? je ne verse pas dans le dramatique mais les mots ne sauraient dépeindre la douleur de tous ces gens. Ils ont été sanctionnés pour cela même si certains clament leur innocence à tort ou à raison. Alors comment un groupe constitué de violeurs, de pillards, d’assassins et d’une poignée d’innocents peut demander leur réintégration dans un corps qui est censé être le garant de la sécurité des biens et des personnes ? Comment les victimes pourront se sentir si ces personnes sont réintégrées dans la police ? comme réagirait la population si la force chargée de notre sécurité comporte ceux là même qui nous fait tant de mal ? l’image et le nom de la police ont été longtemps éclaboussés par toutes sortes de souillure. elle (la police) est entrain de se refaire un nom alors faut-il encore se salir avant même de s’être nettoyé ? A la rigueur j’aurais pu accepter avec quelques réserves que les policiers prétendus "innocents" demandent plutôt une enquête indépendante afin qu’ils aient la chance de démontrer avec preuves qu’ils n’ont commis aucune exaction mais de là à vouloir une réintégration c’est comme si on nous demande de relâcher vivant le serpent avaleurs d’œufs qu’on vient de faire sortir du poulailler, un jour ou l’autre il reviendra forcément.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 21:11, par Danton
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Messieurs les radiés de la police, vous feriez mieux de vous cacher. En voulant suivre les traces de vos collègues militaires qui ont tiré, pillé et violé en 2011, vous méritez plus que la radiation. C’est le laxisme de Blaise Compaoré qui a permis que vous soyiez toujours là aujourd’hui à nous narguer. Des pilleurs, des violeurs et des bandits de grand chemin à qui nous avions donné des armes sans le savoir, se sont levés un jour et nous ont braqué.Vous nous avez tous trompé. Dans une république normale, votre sentence serait même la prison à vie, pour haute trahison. Cependant je suis d’accord que ceux d’entre vous qui ont été sanctionnés à tort se pourvoient en justice pour obtenir réparation. Sinon de gr☻ce arrêtez ces actions collectives qui ne feront que nous rappeler de mauvais souvenirs et nous énerver davantage. Vous pouvez gagner votre vie ailleurs que dans la police. Essayez ca et nous vous pardonnerons peut-être un jour. Vive le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 22:29, par "LE VIEUX"
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    DECRET N° ____2017/PRES PORTANT REHABILITATION ET REINTEGRATION DE 136 POLICIERS ET 600...MILITAIRES MUTINS DE 2011 RADIES.

    LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES

    VU-LA CONSTITUTION DU 2 JUIN 1991 ;
    VU- LE DECRET N°__
    2016 DU----PORTANT NOMINATION DU PREMIER MINISTRE ;
    VU- LE DECRET N°__2016 DU__PORTANT COMPOSITION DU GOUVERNEMENT.

    DECRETE

    ARTICLE I- LES 136 POLICIERS RADIES SUITE A LA MUTINERIE DE 2011 SONT REHABILITES ET REINTEGRES DANS LA FONCTION PUBLIQUE.

    ARTICLE2- LES 600 (...) MILITAIRES RADIES SUITE A LA MUTINERIE DE 2011 SONT REHABILITES ET INTEGRES DANS L’ARMEE.

    ARTICLE 3- LA REHABILITE ET L’INTEGRATION PRENNENT EFFET POUR COMPTER DU 30 JANVIER 2017.

    ARTICLE 4- LA PERIODE COMPRISE ENTRE LA DATE DE RADIATION ET LE 30 JANVIER 2017 N’EST PAS PRISE DANS LA CARRIERE AU POINT DE VUE SALAIRE OU ANCIENETE.

    ARTICLE 5- LE GRADE OBTENU AVANT LA RADIATION RESTE VALABLE.

    LE MINISTRE EN CHARGE DE LA SECURITE ET CELUI EN CHARGE DE LA DEFENSE SONT CHARGES CHACUN EN CE QUI LE CONCERNE DE L’EXECUTION DU PRESENT DECRET.

    OUAGADOUGOU,LE_____

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 06:25, par Keletigui
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Il faut se demander pourquoi y a t Il eu révolte de la part de ces hommes.
    Injustice, corruption et j en passe minais cette police peut être.
    Quand cette révolte à porter ces fruits et si ceux qui ont été à la base se retrouve dans la rue pour avoir demander de meilleur condition de vie et d autres en profite, y a t il plus injustice que cette situation nouvelle ? La réintégration oui est la solution car autant bien les militaires radiés que ces policiers sont une bombe à retardement pour cette nation.
    Que la vérité l emporte.
    Keletigui

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 10:59, par Madodo
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Moi je ne souhaite pas du tout leur réintégration pour le fait qu’ils ont visité les orphelins de hôme kisito en pillant la caisse de la pharmacie. Je m’en souviens comme si c’était hier et j’ai pleuré à chaudes larmes ce jour là.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 11:52, par freddy le loup
    En réponse à : Les policiers radiés au siège du chef de file de l’opposition

    Hamane, ne confonds pas les choses, la mutinerie de 2011 n’a rien à avoir avec l’insurrection de 2014. Et même si un lien existait, était il nécessaire de se servir des armes, de troubler la quiétude des populations, de visiter l’orphelinat, de voler l’argent de la caisse, de piller les boutiques, violer les femmes ? au nom de quoi ? qu’est ce qui peut justifier une telle animalité ? surtout de la part des forces de l’ordre. Pour cautionner cela il faudrait être mentalement instable. il ne s’agit pas de mêler qui que ce soit au problème, de faire un parallèle avec un pouvoir quelconque ou de dévier le débat sur un autre terrain. Tous nous avons été témoin de ce qui s’est passé et les fautifs ont eu ce qu’ils méritaient. comme l’on écrit certains, la seule voie de recours pour ceux qui se sentent lésés est la justice car il est peut être possible que des règlements de compte aient été opérés dans le traitement du dossier. Nous avons envie de passer à autre chose de plus important et essentielle que de ressasser le passé et rouvrir les vieilles blessures.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés