Filière apicole au Burkina Faso : Des acteurs du domaine préoccupés

LEFASO.NET | Par Rita BANCE • jeudi 12 janvier 2017 à 20h31min

L’Union nationale des apiculteurs du Burkina Faso (UNABF) en collaboration avec l’ONG centre écologique Albert Schweiter (CEAS Suisse ) ont organisé un atelier de réflexion sur les défis de l’apiculture au Burkina Faso du 11 au 12 janvier 2017 à Ouagadougou. Ils voulaient à travers cet atelier partager les résultats d’une étude réalisée en 2015 sur la filière apicole et débattre sur les enjeux et perspectives de cette filière au pays des hommes intègres.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Filière apicole au Burkina Faso : Des acteurs du domaine préoccupés

Susciter la réflexion autour des enjeux de la modernisation et de la professionnalisation de la filière apicole au Burkina Faso, tel est l’objectif de l’atelier organisé les 11 et 12 janvier 2017 à Ouagadougou par les apiculteurs du Burkina Faso, en collaboration avec ceux de la Suisse.

Selon le professeur Alexandre Aebi, l’un des formateurs venu de la Suisse, il s’est agi au cours de cet atelier de faire un état des lieux des pratiques apicoles au Burkina Faso, des enjeux auxquels font face les abeilles et les apiculteurs et essayer de faire des recommandations.

En outre, il a signifié que les apiculteurs burkinabè savent beaucoup de choses sur les abeilles et qu’il y a une richesse dans les pratiques apicoles mises en place par les apiculteurs traditionnels ainsi que les apiculteurs modernes. « Il s’agit de valoriser ces aspects ; identifier des opportunités d’amélioration en organisant des sessions de formations à l’endroit des apiculteurs tout en mettant un accent particulier sur la recherche et sur la connaissance de l’apiculture », a –t-il relevé.

Pour le coordinateur, représentant le CEAS au Burkina Faso, Bernard Zuppinger, cet atelier a été le lieu de prendre conscience d’un certain nombre d’enjeux, de risques auxquels la filière apicole est confrontée. Et d’ajouter que les acteurs décisionnels ainsi que les organismes techniques et financiers doivent en tenir compte afin de contribuer, en parfaite synergie avec les acteurs de l’apiculture, à apporter des réponses.

Désiré Marie Yaméogo, le président de l’Union nationale des apiculteurs du Burkina Faso (UNABF), a quant à lui noté qu’il y a un effort et une volonté des acteurs de l’apiculture à aller de l’avant. A en croire ce dernier, cet atelier leur a permis de s’asseoir ensemble, de plancher sur les enjeux de l’apiculture nationale afin de pouvoir apporter des solutions adéquates pour une bonne productivité. « Au regard des intérêts que les apiculteurs ont portés à cet atelier, nous pouvons dire que l’apiculture burkinabè à un lendemain meilleur », a conclu Désiré Marie Yaméogo.

Rita Bancé/Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés