"Coup d’Etat de Zida" : Le caporal Mady Ouédraogo, les 60 millions, la villa et le général Yacouba Zida

mercredi 11 janvier 2017 à 09h26min

Le procès des militaires s’est poursuivi ce 10 janvier 2017 au tribunal militaire de Ouagadougou. Celui qui semble être le cerveau du projet consistant à attaquer la MACA (pour libérer les généraux), les casernes militaires et prendre Kosyam, a enfin parlé. Le caporal Madi Ouédraogo a fait des révélations. Le général Yacouba Issac Zida lui aurait proposé, avec d’autres éléments de l’ex RSP, d’éliminer Salif Diallo, les généraux Diendéré et Bassolé, pour prendre le pouvoir et instaurer une révolution. C’est pour avoir refusé la proposition et menacé de révéler qu’un complot a été monté contre eux.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Il était très attendu à ce procès. Tout tournait autour de lui et c’est à son domicile que les réunions se tenaient pour préparer l’attaque de la Maison d’arrêt et de correction des armées en vue de libérer les deux généraux. Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé.

C’est à 17h 43 minutes que le juge appelle le caporal Madi Ouédraogo à comparaitre. Du remous dans la salle. Le public murmure, « enfin » et se lève pour pouvoir le voir. Le caporal demande au président tout le temps pour dire la vérité. Il souhaite « s’exprimer de long en large ». Requête accordée. Dans une voix posée, le caporal raconte.

Le 18 juin 2015, le général Zida par le truchement d’un autre militaire lui fait appel ; avec lui, d’autres frères d’armes, ils sont 15 au total. Ils se rendent dans la villa ministérielle du général. Ils sont accueillis, du jus leur est servi. Le général Zida leur dit en substance qu’il envisageait faire un coup d’Etat à la transition , en vue d’installer une révolution. Le plan devrait commencer par l’élimination physique de Salif Diallo, Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé.

Entre temps, il est question de prendre le pouvoir des mains du président Roch Kaboré, le soir de son investiture. La révolution est toujours d’actualité. Ceci, parce que les actuels tenants du pouvoir ont soupé pendant 30 ans avec le pouvoir déchu et reviennent aux affaires.

S’ils acceptent, chaque commando recevrait en retour 60 millions et une villa. Un plan facile à gérer en 15 minutes selon le Caporal Madi Ouédraogo. Mais il dit au général Zida, qui est par ailleurs son oncle, qu’ils ne sont pas partants pour un tel projet. « On bouffe les 60 millions, ça finit et on devient quoi ? », lui aurait demandé le caporal. « Je lui ai dit que je ne le ferai pas et si quelqu’un tente, je le dénoncerai », a-t-il laissé entendre à la barre. Aux environs de 21 heures, la rencontre prend fin.

Le lendemain, le caporal Pafadnam Mamadi vient le voir, lui remet les numéros de téléphone de Zida qui demande qu’on lui envoie un texto pour une rencontre. Il hésite à partir au vu de ce qu’il a dit à son oncle, la veille. Il est finalement convaincu par certains de ses pairs à qui il dit que s’il ne revient pas, ils savent ceux qui l’ont tué. Le 19 juin 2015 alors, il va voir son oncle Zida. Il lui fait savoir qu’il a passé une nuit blanche à cause de ce qu’il lui a dit la veille.

Après cette rencontre, le caporal rend compte à sa hiérarchie du côté de Naba Koom. Elle lui conseille de continuer à « sillonner » le général Zida pour voir jusqu’où il ira.

Bien que le caporal Madi Ouédraogo soit non partant pour le coup, d’autres militaires s’engagent et passent même à l’action après avoir encaissé les 60 millions. Selon Madi Ouédraogo, le 30 juin 2015, les militaires non partants, mais au courant de l’affaire, réussirent à neutraliser les commandos à quelques pas du domicile de Salif Diallo. Ils avaient à leurs possessions des armes de tous types, les sifflets et d’autres matériels. « On les a pris en flagrant délit », raconte le caporal pour qui plusieurs témoins peuvent attester ses propos et ce complot déjoué. Le général Gilbert Diendéré peut témoigner.

C’est parce que lui et ses autres camardes ont fait foiré la révolution de Zida que ce dernier les a infiltrés avec ses hommes pour leur tendre un piège. En effet, selon le caporal Madi Ouédraogo, ils tenaient des réunions à son domicile pour voir dans quelle mesure rentrer en possession de leur matériel perdu lors de l’assaut contre le camp Naba Koom. Lui personnellement a « perdu 4 bœufs, 2 réfrigérateurs, 5 béliers de type nigérien et une moto achetée à 825 000F CFA. « Je veux ça », a expliqué le caporal.

Pendant qu’ils tenaient une réunion, des agents infiltrés du Général Zida, leur tendent un piège. Les militaires, également du RSP d’alors, Rachid Ouédraogo, Ido Claude, Yougbaré Alexandre et Dieudonné Ouédraogo, présents à l’une des rencontres, introduisent un autre ordre du jour. Ils remettent un papier au propriétaire de la maison, Madi Ouédraogo qui lit pour l’assemblée (pour voir s’ils sont d’accord). Dans ledit document, il était question d’attaquer la MACA, certaines casernes miliaires ...

Les participants à la rencontre qui n’étaient pas venus pour cela ont manifesté leur désaccord, parce que cela ne faisait pas partie de l’ordre du jour. Mais en lisant la note, Madi Ouédraogo était enregistré. Il affirme avoir entendu un de ceux qui l’ont convaincu de lire la note, dire à la porte avant de partir, « C’est bon, mon lieutenant ».

Il l’a suivi en cachette jusqu’à la hauteur de la télévision BF1 et l’ont vu entrer dans un véhicule. Et c’est là qu’il s’est rendu compte qu’ils venaient de tomber dans un piège. D’ailleurs celui qui l’a convaincu à lire la note, Ido Claude, est hors du pays, en mission au Mali. En plus, dans l’enregistrement sonore remis pour l’instruction, les voix des infiltrés qui ont pris la parole à la rencontre n’y figurent pas.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés