Ghana : Le président Kaboré face à ses ‘’Koss-wéto »1

LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • mardi 10 janvier 2017 à 01h08min

Présent à Accra au Ghana dans le cadre de l’investiture du président Nana Afufu-Addo, le président du Faso a rencontré la communauté burkinabè vivant dans ce pays voisin. Roch Kaboré s’est entretenu avec ses compatriotes sur différents sujets. De leurs problèmes dans le pays d’accueil, en passant par l’actualité du Burkina Faso, c’est sans langue de bois que les échanges ont eu lieu dans la soirée du 7 janvier 2017.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Ghana : Le président Kaboré face à ses ‘’Koss-wéto »1

Avant le début des échanges, une minute de silence a été observée pour honorer la mémoire de tous les Burkinabè tombés suite aux attaques terroristes.
Selon l’ambassadeur du Burkina Faso au Ghana, Clémence Traoré, les problèmes de ses compatriotes se résument entre autres à la carte d’identité de l’étranger qui coute 120 dollars. Elle a également souligné les différentes tracasseries subies, le vote des Burkinabè de l’étranger et l’épineux problème de conflits entre éleveurs (surtout Burkinabè en transit) et les agriculteurs notamment ghanéens.

D’autres intervenants se sont penchés sur les conditions difficiles des étudiants au Ghana, les entraves à faire du business avec les hommes d’affaires burkinabè, et la problématique du retour au pays natal (selon certains, il est difficile de s’intégrer au Burkina quand ils y retournent, parce que traités de ghanéens).

Bien que loin de leur patrie, les Burkinabè sont au parfum de l’actualité du pays. Ainsi, ils ont saisi l’occasion pour en savoir davantage sur la question des koglweogo. « Nous allons les traiter dans le cadre de la police de proximité, ce qui permet d’éviter les problèmes de droits de l’homme », a répondu le président pour qui les Koglweogo et l’état de droit, c’est comme les dents et la langue. Elles s’écorcent souvent, mais sont condamnés à cohabiter.

Roch Kaboré a fait le diagnostic du pays à ses interlocuteurs. Il a noté la situation difficile du début de son mandat, marqué par des attentats. Sur le plan politique, le chef de l’Etat a fait cas de la nouvelle constitution en gestation, portée par la commission constitutionnelle.

Parlant de la réconciliation nationale, le président a noté la mise en place du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) qui a déjà reçu environ 5000 dossiers. « En cette matière, on ne peut pas enjamber des cadavres pour faire la réconciliation. Il y aura d’abord la justice et après on peut se réconcilier, parce qu’on sait de quoi les gens sont morts », a-t-il martelé en poursuivant que les autorités sont engagées pour que les procès se déroulent et que la justice soit dite.

Sur le plan économique, le président a mentionné la réussite de la conférence des partenaires pour le financement du Plan national de développement économique et social (PNDES) qui s’est tenue à Paris en décembre dernier. Les promesses de financement de ce référentiel de développement du Burkina pour les 4 années à venir, sont une marque de confiance aux nouvelles autorités ; tout comme l’éligibilité du Burkina Faso pour un deuxième compact du MCA.

« La balle est dans notre camp. C’est à nous de montrer que nous méritons cette confiance. 2017 sera une année de travail et de réalisation et c’est ça qui va trancher avec tout le bavardage que nous faisons », a-t-il dit avant d’inviter les Burkinabè de l’étranger à s’investir pleinement pour le développement de la mère patrie, parce que, a-t-il poursuivi, « si vous dormez sur la natte d’autrui, vous dormez à terre ».

Concernant la carte d’identité imposée aux Burkinabè, comme aux autres communautés étrangères vivant au Ghana, Roch Kaboré a promis que des discussions seront entamées avec les nouvelles autorités « pour voir dans quelle mesure ces cartes peuvent être dispensées pour les pays membres de la CEDEAO, d’autant plus que nous avons une carte de la CEDEAO que nous sommes en train de développer(…) ».

Parlant du vote de la diaspora burkinabè, c’est un devoir parce que cela fait plus de 15 ans que cette éventualité est évoquée, a laissé entendre le président Kaboré. « Ce sera un échec pour nous si en 2020, nous n’arrivons pas à faire voter les Burkinabè ». D’ores et déjà, il a annoncé la venue prochaine de missions consulaires pour les enrôlements.

Et en ce qui concerne les conflits entre éleveurs et agriculteurs, le ministère des affaires étrangères du Burkina a déjà le problème sur la table et effectuera bientôt une mission auprès des autorités ghanéennes en vue de trouver des solutions.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Photos : Présidence du Faso

1- Expression en langue nationale mooré pour désigner les Burkinabè de la diaspora

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 janvier à 22:51, par Tenga
    En réponse à : Ghana : Le président Kaboré face à ses ‘’Koss-wéto »1

    Expression péjorative désignant les BURKINABE de la diaspora.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 03:41, par Sogossira de Tuiré
    En réponse à : Ghana : Le président Kaboré face à ses ‘’Koss-wéto »1

    Le président était non seulement face à ses "koss-weto" mais également ses "pa-weto" car la communauté étaient composée de résidents provisoires avec intention de retourner un jour définitivement au bercail (koss-weto) mais de résidents permanents qui ne comptent plus retourner définitivement au bercail (pa-weto).
    S’agissant des problèmes de la carte d’identité de l’étranger, le Burkina qui a une forte communauté dans les pays de la CDEAO gagnerait à faire confectionner rapidement la carte d’identité CDEAO pour ses nationaux pour en faire des citoyens CDEAO au plan juridique ce qui supprime les cartes d’itentité consulaires délivrées par nos ambassades dans la CDEAO et les cartes d’identité d’étranger honereuses délivrées et exigées par les pays d’accueil au sein de la CDEAO. Le Senegal qui l’a bien compris, a commencé la délivrance de la carte CDEAO à ses nationaux. Cette carte est plus importante pour la diaspora Burkinabé de la CDEAO que le droit de vote.
    La priorité de la diaspora burkinabé peut ne pas être celle du Burkina dans sa globalité à un moment. S’agissant du fameux droit de vote à partir de l’étranger il faut souligner qu’il n’est ni un critère de meilleur démocratie ni un critère de bonne gouvernance. Paradoxalement le Ghana notre voisin beaucoup plus riche que nous, le Liban, la Corée du Sud, l’Irlande, la Grèce, Le Liechtenstein ,Israël, le Nicaragua la Turquie l’Australie n’accordent pas le droit de vote à l’étranger. Le droit de vote à l’étranger est limité dans le temps pour la Suède et la Norvège à 10 ans et pour l’Islande à 8 ans pour le Canada à 5 ans et l’Allemagne à 25 ans pour ceux qui vivent dans un pays non membre du Conseil de l’Europe. C’est dire que la question doit être traitée en fonction des réalités du moment de chaque pays et de ses priorités.
    À mon humble avis dans les vingt prochaines années, les défis ( infrastructure de santé d’éducation d’eau, formation des ressources humaines ) que doit relever le Faso pour un mieux être des damnés de l’enfer laissé par Blaise, commandent de ne pas utiliser les maigres ressources financières du pays pour l’affecter au vote des Burkinabe qui vivent à l’étranger et ne paient l’impôt au Faso. RMCK le PF doit se conscentrer sur les vrais problèmes du Faso et ne pas se laisser divertir par ce sujet de très moindre importance bien que ce soit une de ses promesse de campagne. Il faut éviter de copier pour copier en se comparant aux autres pays si cela n’en vaut pas la peine.
    Le Burkina l’un des pays les plus pauvre ne doit pas être moins "intelligent" que tout ces pays cités plus haut. Il doit prioritairement se concentrer sur des problèmes plus importants de développement pour sortir son peuple de la misère et la pauvreté structurelles.
    Dans trente ans eu égard eu égard à l’évolution des tics qui amoindrira le coût de la mise en œuvre du vote à l’étranger et du niveau de développement économique du pays on réexaminera l’opportunité de la faisabilité du vote des Burkinabè à l’étranger.

    Répondre à ce message

    • Le 10 janvier à 11:41, par DAO
      En réponse à : Ghana : Le président Kaboré face à ses ‘’Koss-wéto »1

      Merci mon frère, la question du vote des burkinabè de l’étranger ne doit pas être une priorité car elle coûtera deux à tris fois plus chères que les élections de 2015 ; le cas du burkina est un cas particulier et n’est pas du tout urgent. Je ne suis pas prêt à accepter les résultats d’une élection où un dirigeant désigné à PLUS DE 50% par ceux qui n’ont jamais connu le burkina et qui n’ont jamais payé un impôt pour ce pays.

      Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 15:48, par OUEDRAOGO YAMWEKRE
    En réponse à : Ghana : Le président Kaboré face à ses ‘’Koss-wéto »1

    BONSOIR, LE PREMIER DES KOS WETTO C’EST PAUL KABA TIEBA, IL DOIT AIDER SES COLLEGUES KOSWETOS.LUI MEME HIMSELF UN VRAI KOS WEOGO

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés