Sud Ouest : La population attend toujours les spécialistes en chirurgie et en gynécologie promis par le Premier ministre

LEFASO.NET | Par Dalou Mathieu Da • lundi 9 janvier 2017 à 00h20min

Le Samedi 24 Septembre 2016, le chef du gouvernement Paul Kaba Thiéba effectuait sa première sortie dans la région du sud-ouest. A l’occasion il a animé une conférence sur le plan national de développement économique et social (PNDES). Une des préoccupations soumises au premier ministre lors des échanges est l’absence de spécialiste en chirurgie et en gynécologie. En guise de réponse Paul Kaba Thiéba déclarait qu’il enverrait dans l’immédiat ces deux spécialistes dès qu’il rentre à Ouaga. Depuis lors, silence radio et les populations attendent toujours. Lisez plutôt.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Sud Ouest :  La population attend toujours les spécialistes en chirurgie et en gynécologie promis par le Premier ministre

Mme Kouraogo Da Séraphine. Cinq mois aujourd’hui, moi je ne crois plus. On est fatigué des promesses. Nous on n’est pas du tout content. Le sud-ouest est une grande région mais il n’y a pas de spécialistes en chirurgie ni en gynécologie. Les femmes souffrent beaucoup mais on va faire comment. On prie que Dieu parle à nos autorités pour qu’ils sachent que nous les femmes de Gaoua on souffre.

Sié Roger Youl, juriste de formation et conseiller municipal au secteur 2 de Gaoua

Je ne suis pas totalement déçu mais je nourris l’espoir que cela va se réaliser dans les prochains jours. Ce qui fait la déception c’est le fait de promettre que cela se fera dans l’immédiat. Je me dis également que si ce n’est pas encore fait, cela serait dû au calendrier chargé du Premier ministre du fait des conférences qu’il animait dans les différentes régions dans le cadre du PNDES.


Dabaré Djénéba :


On attend toujours et on espère que le premier Ministre tiendra parole même si ça met du temps. Depuis septembre qu’il a animé la conférence c’a énormément mis du temps. Nous les femmes souffrons beaucoup et la venue d’un gynécologue nous soulagera.

Etienne Vokité Pooda membre du comité d’organisation de la conférence sur le PNDES :

La venue d’un gynécologue et d’un chirurgien était l’une des promesses alléchantes que le Premier Ministre nous avait faites. Le hic pour moi c’est le fait qu’il avait promis que dès qu’il rentre à Ouaga cette question sera résolue. Cependant je voudrais qu’il sache que nous n’avons pas oublié et que nous attendons impatiemment. En effet, l’affectation de ces deux spécialistes fera du bien aux populations de la région du sud-ouest.

Maïmouna palenfo coordinatrice communale des femmes :

Cinq mois sans aucune bonne nouvelle. On attend toujours, on est dans l’impatience. Je lance ce cri de cœur au Premier ministre, on ne se lassera pas de rappeler aux autorités ce qu’ils nous ont promis.

Dalou Mathieu Da correspondant régional
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 8 janvier à 11:38, par Gangobloh
    En réponse à : Sud Ouest : La population attend toujours les spécialistes en chirurgie et en gynécologie promis par le Premier ministre

    Je ne pense pas qu’on affecte un agent et encore moins un spécialiste sans le matériel et le local . Le Sud ouest souffre de beaucoup de choses . Vous avez la direction régionale du cadastre sans matériel. Il faut aller à Bobo pour les plans de bornage qui coûte au bas plus de 400 mille francs. À quoi sert d’affecter ou de créer des Services dans matériel ?

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier à 11:39, par la sagesse
    En réponse à : Sud Ouest : La population attend toujours les spécialistes en chirurgie et en gynécologie promis par le Premier ministre

    Le ministre de la santé a déjà procédé à l’affectation de deux gynécologues obstétriciens pour le CHR de Gaoua : Dr Zongo Joachim et Dr Boussini Zenabou. Ces deux médecins spécialistes très compétents commenceront leurs consultations dans les jours à venir. A ce jour, tous les CHR du Burkina ont leurs médecins spécialistes en gynécologie obstétrique. Il en sera de même pour les autres spécialités pour lesquelles des affectations ont été faites.

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier à 12:52, par Amdoum
    En réponse à : Sud Ouest : La population attend toujours les spécialistes en chirurgie et en gynécologie promis par le Premier ministre

    Une lecon a mes freres et soeurs Burkinabe : n’obligez pas les dirigeants, surtout politiciens , en campagne, a faire des promesses que savez sont difficile, voire impossible, a realiser. Aux dirigeants : ne faites pas des promesses que vous savez ne pas pouvoir tenir.

    Je ne sais pas dans quelles circonstances le premier ministre a promis ces specialistes aux populatons, mais il ne devrait pas le faire. J’espere que ceci servira de lecon, aussi bien a lui qu’a ses collaborateurs. Et comme M. youl l’a bien souligne, le premier ministre ne devait pas donner l’impression que la realisation etait immediate.

    Maintenant, voila lui !

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier à 13:04, par hum
    En réponse à : Sud Ouest : La population attend toujours les spécialistes en chirurgie et en gynécologie promis par le Premier ministre

    Apparemment la sortie des promotions récentes pourra faire votre affaire. En réalité médecin spécialiste c’est bac ÷12 ans d’étude et les médecins généralistes ne se bousculent pas pour certaines disciplines Je crois que les césariennes et autres interventions chirurgicales urgentes sont faites au quotidien dans les blocs de région par les ATS et les médecins formé en chirurgie d’urgence Donc pas de quoi créer la psychose .

    Répondre à ce message

    • Le 8 janvier à 15:58, par Humblement
      En réponse à : Sud Ouest : La population attend toujours les spécialistes en chirurgie et en gynécologie promis par le Premier ministre

      Ce n’est pas une question de diplôme mais d’affectation d’agents de l’état dans une région qui est en manque, quelque soit le niveau et le nombre d’années d’études. Si les ATS et les médecins formés en chirurgie d’urgence ne font pas certains actes, alors le ministère de la santé devrait résoudre le pourquoi ils ne le font pas ( par exemple résoudre le problème de matériel si c’est cela la difficulté). Bref, le ministre de la santé avait prévu les états généraux de la santé lors d’un passage à la TV parce qu’une étude révélait une grande concentration de médecins à Ouaga, un déficit dans les régions & provinces. Ces états généraux, semblent s’être soldés par les états généraux des hôpitaux. L’affectation des médecins et des spécialistes est donc nécessaire dans les régions et provinces et cela doit être accompagnés par un relèvement des plateaux techniques. cette affectation des agents de l’état dans les régions et provinces ne doit pas uniquement pour la santé mais pour quasiment tous les départements ministériels sauf pour les départements ministériels dans lesquels il n’y a pas matière (exemple le sport dans les régions et provinces). Cependant, si des directions régionales existent et qu’il n’y a pas matière, les directeurs régionaux et provinciaux devraient être invités à initier des activités rentrant dans le cadre des missions assignés à leur département ministériel (ceci devrait être faisable à la faveur de la déconcentration et de la décentralisation) en collaboration avec les collectivités régionales et locales.

      Répondre à ce message

    • Le 8 janvier à 19:31, par Somlé
      En réponse à : Sud Ouest : La population attend toujours les spécialistes en chirurgie et en gynécologie promis par le Premier ministre

      Merçi tonton HUM pr les infos et merci surtout d’avoir rappellé le gouvernement le nbre d’années de galère des spécialis

      Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 07:41, par Bonjour
    En réponse à : Sud Ouest : La population attend toujours les spécialistes en chirurgie et en gynécologie promis par le Premier ministre

    J’exprime mon indignation face à cette situation. C’est le fait d’un manque d’engagement réel du politique aux côtés des populations. Quand on veut le bien de son peuple, on anticipe sur des questions de ce genre, c’est à dire on travail à l’éviter. Notre système sanitaire souffre d’un manque important de spécialistes. Donnez des bourses d’études aux jeunes étudiants en médecine en fin de cycle. Il y a trop de mécanisme pour les imposer de revenir après leurs formations. Travaillons un peu pour demain.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 23:17, par nom
    En réponse à : Sud Ouest : La population attend toujours les spécialistes en chirurgie et en gynécologie promis par le Premier ministre

    La question de l’affectation des médecins spécialistes est surtout due à la disponibilité de matériels mais également à la charge du travail par rapport à son salaire. Un seul spécialiste quelque soit sa bonne volonté ne peut pas résoudre tous les problèmes de santé y référent à son domaine. Au bout d’une année il a une liste de malades qui le contraint à ne plus pouvoir prendre beaucoup de nouveaux patients.
    En plus, il faut que la population soit tolérant envers ces gens et comprendre leur préoccupations surtout quand il n’a pas sa famille sur place. Vouloir le brutaliser et l’informer qu’il est payé pour faire le boulot, il fait le boulot à la hauteur de ce qu’on le paie comme tous les fonctionnaires ou il quitte pour se vendre ailleurs.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés