Côte d’Ivoire : Une mutinerie de militaires paralyse Bouaké, Korhogo et Daloa

LEFASO.NET | Par Nicole OUEDRAOGO • samedi 7 janvier 2017 à 01h00min

Dans la nuit du jeudi 5 au vendredi 6 janvier 2017, Bouaké, deuxième ville de la Côte d’Ivoire était le théâtre d’un mouvement d’humeur de militaires. Des tirs ont été entendus aux environs de 1h30 du matin. Et depuis lors, des soldats ont bloqué les principaux axes de la ville. Le même constat a été fait dans la matinée, dans les villes de Korhogo et de Daloa, où les administrations et les commerces ont été fermés.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Côte d’Ivoire : Une mutinerie de militaires paralyse Bouaké, Korhogo et  Daloa

Ce mouvement d’humeur, dit-on, serait lié à des primes impayées. « Il s’agirait de revendications concernant des primes réclamées par ces militaires du temps de leur passage à l’ECOMOG, la force armée de la CEDEAO, que ces militaires réclament encore et toujours de manière récurrente », nous renseigne RFI.

Même si le ministère de la défense ivoirien n’a pas communiqué officiellement sur ces mouvements, des témoins soutiennent avoir vu des hommes en uniforme, en l’occurrence des militaires du rang, dresser des barrages au niveau des corridors Nord et Sud de la ville de Bouaké. « Il y a les militaires qui ont pris pratiquement la ville en otage. Ils ont attaqué les commissariats, ils ont pris les armes.

Depuis 8 heures, ils ont bouclé les deux corridors. Tout est fermé », confie un témoin à Bouaké.

Des tirs ont été également entendus dans certaines villes comme Daloa et Korhogo. « Ils ont fait fermer tous les commerces, les établissements scolaires ont été évacués, toutes les administrations également. Les militaires ont fermé également la préfecture, intimant l’ordre à tous les passants de rentrer chez eux. La ville est pratiquement morte », confie un témoin à Korhogo.

En rappel, en novembre 2014, Bouaké, ex- fief des rebelles des forces nouvelles a connu une mutinerie de soldats qui réclamaient de meilleures conditions et l’avancement de plusieurs milliers d’entre eux, conformément aux accords de Ouagadougou de 2007.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net
Source : RFI et Abidjan.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés