Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

LEFASO.NET | Par Justine Bonkoungou (Stagiaire) • samedi 7 janvier 2017 à 01h30min

« On s’en fout, point barre ! » Cette phrase prononcée par le président de l’Assemblée nationale pour mettre fin à l’affaire dite des tablettes aura choqué plus d’un au Burkina Faso. Dans une interview accordée au quotidien Le Pays (N°6255 du mardi 4 janvier 2017), Salifou Diallo s’est excusé pour avoir prononcé cette phrase. Il est également revenu sur la crise que connaît la Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques et des consommables médicaux (CAMEG) et bien d’autres sujets.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

Le 3 décembre 2016 au cours d’une conférence de presse, le président de l’Assemblée nationale Salifou Diallo déclarait à propos de « L’affaire des 130 tablettes remises aux députés » : « Nous, on s’en fout d’où ça vient. C’est le ministère de l’économie numérique qui nous a remis les tablettes ... Point barre. » Une déclaration qui avait défrayé la chronique sur les réseaux sociaux et les forums de discussions. Dans une interview accordée au quotidien Le Pays, Salifou Diallo a tenu à s’excuser auprès des Burkinabè : « Pour ce qui est de ma réponse lors de la conférence de presse, il faut dire que c’est sur un ton de plaisanterie que j’ai répondu, surtout que le journaliste par sa question m’a taquiné. Si ma réponse n’a pas été perçue comme telle, je présente mes excuses à tous ceux qui ont été choqués par ma réponse. »

Affaire CAMEG

Soupçonné d’être le mentor du ministre de la santé et de ce fait, de tirer les ficelles de la crise qui prévaut à la CAMEG, Salifou Diallo répond : « Rassurez-vous je n’ai pas de protégé. Ce n’est pas parce que quelqu’un est né à Ouahigouya qu’il est mon protégé. Le ministre de la santé appartient à l’Exécutif. Il dépend du Premier Ministre et du Président du Faso. » Cette crise est d’ailleurs, selon lui, l’occasion de réfléchir sur la gestion des structures aussi importantes et sensibles que la CAMEG.

Sous les feux des critiques de Safiatou Lopez et de Hervé Ouattara
Safiatou Lopez et Hervé Ouattara dans plusieurs tribunes ont souvent accusé Salifou Diallo d’être à l’origine de leurs maux. Interrogé à ce sujet, le président de l’Assemblée nationale répond : « Je refuse de descendre dans des débats de caniveaux du mensonge et de la diffamation. Notre peuple n’est pas dupe et sait distinguer l’ivraie du bon grain. »

« Blaise Compaoré est à l’origine des attaques terroristes au Burkina Faso »

Sur le plan sécuritaire, Salifou Diallo préconise le recrutement de nouveaux soldats et l’achat de matériel, afin de renforcer le système sécuritaire du pays. Il suggère également l’amélioration des conditions de travail des Forces de défense et de sécurité afin dit-il « de leur permettre de faire face aux défis sécuritaires. » Il demande également au gouvernement de créer des juridictions antiterroristes, mais aussi d’intensifier la coopération sous -régionale et internationale afin que « les différents pays puissent favoriser les échanges de renseignements et surtout mutualiser leurs moyens pour une lutte implacable contre le terrorisme. »

Parlant toujours de terrorisme, il affirme que les attaques terroristes dont est victime le Burkina Faso, sont l’œuvre de Blaise Compaoré et de son clan. « Je dis et je le répète que les manœuvres de déstabilisation viennent en partie de Blaise Compaoré et de son clan. Les anciennes connexions entre Blaise Compaoré et les milieux terroristes existent toujours. »

Synthèse réalisée par Justine Bonkoungou (Stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 7 janvier à 06:21, par sako
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    « Je dis et je le répète que les manœuvres de déstabilisation viennent en partie de Blaise Compaoré et de son clan. Les anciennes connexions entre Blaise Compaoré et les milieux terroristes existent toujours. »
    HEEE PRESI

    Répondre à ce message

    • Le 7 janvier à 14:07, par Moi aussi
      En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

      J’ai toujours dit depuis l’époque où j’étais étudiant, que les évènements d’Octobre 1987 ont définitivement prouvé que Blaise Compaoré n’a jamais aimé notre peuple et qu’il a toujours agi pour sa gloire personnelle en appliquant le dicton disant que la fin justifie les moyens.
      En effet, même 2 ennemis arrivent à s’entendre quand ils ont les mêmes objectifs. En revanche, 2 amis ou même 2 frères peuvent se détruire quand ils n’ont pas les mêmes objectifs et ce fut le cas entre Sankara et Blaise. Je vous le donne en mille, lequel des 2 aimait son Peuple ?
      Que Salifou Diallo nous révèle les connivences entre Blaise et nos agresseurs ne me surprend pas le moins du monde car, n’en déplaisent à ceux qui lui ont cru un temps ou tout le temps, Blaise brûlerait ce pays pour obtenir ce qu’il veut. Il n’en a cure de ce Peuple et il restera fidèle à sa philosophie préférée : la fin justifie les moyens.

      Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 06:41, par Gangobloh
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    Celles et ceux qui ont lu l’Observateur paalga du vendredi peuvent se faire une idée de la gestion de la CAMEG. Si le ministre de la santé est un protégé, je ne dis pas non mais la gestion elle n’est pas l’œuvre de Salifou et de son protégé . Le mal est en nous toutes et tous . Chacun ne pense qu’à ses intérêts et dès cet objectif n’est pas atteint, la cause est toute trouvée. Que chacun retrouve sa conscience et l’écoute .

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 06:50, par lemaître.
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    C’est bien de faire son mea culpa. le mieux c’est de tourner la langue mille fois dans la bouche avant de parler surtout devant la presse.
    on s’en fou. point barre.

    Répondre à ce message

    • Le 7 janvier à 08:46, par Kooswende songre nzanne suitane touma
      En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

      Mon frère ! un homme modéré est connu, un homme à réaction épidermique est connu, il n’y a pas d’analyse possible à faire. A son âge et au niveau de responsabilité où il est il doit savoir que tout ce qu’il dit est toujours en rapport avec son niveau de responsabilité pour ce Pays. Je l’admire et le soutien mais j’ai en mémoire toutes les humiliations qu’il a faites à des hommes politiques, à des pauvres cadres technocrates de ce pays durant le règne de leur diable où il était aussi le puisant et le craint. Même le mot souper avec le diable avec de longues fourchettes sont des déclarations épidermiques. Quand les mossis disent que celui-là qui arrive à voir et à distinguer l’être normal et le sorcier est aussi un sorcier, pis celui qui a mangé avec le diable quels que soient les outils utilisés (cuillère ou fourchette) a alors mangé de la chair humaine. Il faudra que le PN grandisse à ce niveau car malgré son âge, il n’arrive pas à percevoir que certaines déclarations le rattrapent dans l’immédiat et non pas à moyen et à long terme.

      Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 09:05, par Poko
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    Salif a encore organisé une vaste opération de communication pour endormir les consciences comme il en a l’habitude et banaliser les faits qui lui sont reprochés. Salif sort faire son mea culpa sous la pression du peuple et quelques guguses à sa solde vont se mettre à le féliciter comme s’il a fait quelque chose d’exceptionnel. Ah, c’est vrai. Pour une fois dans sa vie de gaffeur, il est contraint de s’humilier publiquement et demander des excuses plates pour des faits dont il ne sent pas coupable. On s’en fout. Point barre. Et les mêmes journalistes rapportent fidèlement ses dires sans lui avoir posée la moindre question critique . Et le tour est joué. Une fois de plus, il n’assume pas les conséquences juridiques de ses actes et paroles de gouvernant.

    Pour détourner l’attention de sa personne et de ses fautes, comme à son habitude, il fait des déclarations très graves en accusant sans preuves : "Je dis et je le répète que les manœuvres de déstabilisation viennent en partie de Blaise Compaoré et de son clan. Les anciennes connexions entre Blaise Compaoré et les milieux terroristes existent toujours". Lui Salif doit aussi avoir ses connexions puisqu’il était le porteur de valise et l’homme des basses besognes reconnu et cité par les enquêtes internationales sur le Libéria. Il doit plus connaitre les connexions et les terroristes pour les avoir rencontrés dans le cadre de ses missions. Blaise COMPAORE ne rencontrait pas les terroristes présumés. Ce sont ses envoyés qui le faisaient et Dieu seul sait s’ils rencontrait le diable et s’ils lui disaient la vérité au retour de mission.

    Au Burkina Faso, qui peut me donner enfin la liste des fautes de gouvernance pouvant être pardonnées après un simple mea culpa et celles qui donnent lieu à des poursuites pour être jugées et punies par la justice ? Où commence et finit la fameuse impunité ? Je veux aussi savoir qui sont ceux chargés de pardonner aux RSS leurs fautes après leurs mea culpa répétés et qui condamnent les autres du CDP et les petits voleurs sans grâce ? Dans d’autres pays (Angleterre, Suède, Japon, Etats-Unis) les délits du PAN sont punis par la loi. Je me souviens de Volfovitch qui a démissionné de la Banque Mondiale pour avoir recruté sa maitresse. S’il n’y a pas de suite judiciaire et de sanction à ce qui s’est passé à l’Affaire des tablettes, c’est que notre pays est foutu.

    Le poisson pourrit par la tête. Or Salif est gravement malade et n’a plus sa tête. A défaut de questionner sa capacité à gouverner, tout le monde et les journalistes y compris se taisent en assistant au triste spectacle qu’il donne de lui-même et de l’Etat. Dans ce cas, attendons juste ses prochaines bévues car il ne pourra pas s’en empêcher.

    Répondre à ce message

    • Le 7 janvier à 12:02, par Le Vigilent
      En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

      Poko, ton argumentaire est trop leger. Apparemmrnt tu as un probleme personnel avec Salif Dialla et tu veux manger ton piment dans la bouche des internautes. Prends ton courage a deux mains et va voir Salif Diallo pour regler definitivement les questions qui vous divisent.
      En ce qui concerne les attaques terroristes qui ont endeuillez le Burkina en 2016, les chefs terroristes maliens que Blaise Compaore a acceuillis, loges et proteges a Ouagadougou durant des annees n’y sont pas etrangers. Croyez-vous que Blaise Compaore a soudainement rompu les ponts avec ces criminels rompus aux actions de destabilisation ? Lorsqu’ils etaient proteges par Blaise Compaore, ils terrorisaient au Nord Mali et au Niger et epargnaient le territoire de leur bienfaiteur. Maintenant que ce dernier est chasse du pouvoir, ils ne feront aucun cadeau au Burkina.

      Répondre à ce message

      • Le 8 janvier à 14:59, par Poko
        En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

        Je ne mange pas chez Salif comme toi pour réagir de façon allergique et sans analyse aux critiques formulées contre ses manquements. Je n’ai rien contre la personne de Salifou. Mais je n’approuve pas son hypocrisie, son cynisme, sa roublardise et sa détermination à créer le chaos dans ce pays pour assouvir sa soif inextinguible du pouvoir et des affaires louches en usant du régionalisme et du clientélisme. Je n’aime pas sa haine tenace et son esprit revanchard. S’il continue à dominer la scène politique nationale, il va finir par infecter tout le pays avec ses mauvaises pratiques car d’autres citoyens se mettront à faire comme lui. Cela va semer les germes des conflits ethniques et régionalistes. En tant que gouvernant, je le trouve malhonnête dans ses prises de position politique et intellectuelle. Moi je te déteste et déteste l’injustice.

        J’ai posé des questions pertinentes sur le recours et l’usage facile du mea culpa par Salifou et ses copains du MPP. Ce faisant, ils ne respectent pas les lois comme les autres citoyens et ils favorisent l’impunité car les lois de la république ne s’appliquent à eux comme aux autres citoyens. Tu peux répondre à mes questions ? Quelles sont les fautes de gouvernance des autorités politiques qu’un mea culpa suffit à faire pardonner ou effacer ?

        Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 10:52, par bob
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    Donc comme ça le PAN lui même dit qu’il est un plaisantin....! Haaaa une superbe technique à la SALIFOU de hausser le ton en plaisantant ! Formidable....! Mais ça ne rassure pas du tout ! On se fout des gens une fois de plus !

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 10:53, par abis
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    Dans ce pays on a remarqué que la plupart de ceux qui interviennent sur les medias sont porteurs de haine de défiance de violence et mépris. Je souhaite que les burkinabè aient de la retenue dans leur propos. Pour la plupart des policiens qui ont fait des pactes sataniques c’est irréversible pour eux ils vont à la perte à moins qu’ils se repentent. Mais toi simple et honnête citoyen fais attention à ces genres de forum ; il s’agit très souvent de guerres deguisées qui ont souvent pris leurs racines dans l’occultisme. Sois un porteur de message de paix d’amour de cohésion. Sache que la bible nous apprend que l’amour ne soupsçonne pas, elle ne s’enfle pas d’orgueil elle n’envie pas.
    Fais en sorte que le respect de l’autre même celui qui est soupsonné de tous les péchés d ’israël te gouverne. A la lecture de certains propos on se demande si leurs auteurs connaissent vraiment Dieu.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 10:58, par Jeune Premier
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    "L’habitude du mal ne laisse plus voir les pecheurs le mal qu’ils font", dixit Saint Augustin. Le PAN presente ses excuses mais tiens-t-il a eviter de telles derives ? J’attends la reaction de Koro Yamyele sur ce mea culpa, y’a longtemps que je ne l’ai pas lu.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 11:41, par le panafricain
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    VOUS SAVEZ NOUS LES JEUNES DU BURKINA FASO ET LES INSURGES ,ON S’EN FOUS POINT BARRE

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 12:38, par Sidpasata Veritas
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    Encore un mea Culpa d’un des RSS. Après celui de RMC pour avoir dit que l’art 37 de la Constitution est anti démocratique voilà celui de Salif Diallo pour avoir dit "On s’en fout. Point barre" et il ajoute qu’il s’amusait, qu’il n’était pas au sérieux !
    Et les Burkinabè avalent ses "mea culpa" et laissent les coupables familier de l’erreur enfoncer notre pays dans leurs égarement.
    Celui qui avait lancé le processus de modification de l’art 37 qu’il déclarait anti démocratique gouverne ce pays comme président sous le même article 37... Il a suffit qu’il dise, "je m’excuse" pour que la Transition le déclare éligible comme président du Faso !
    Et voilà que tous les députés sont pris en flagrant délit de transgression d’une loi pénale anti corruption de la république : on s’énerve parce que le président de l’AN avait dit à ce sujet "On s’en fout. Point barre" et maintenant on veut nous faire croire qu’il est pardonnable parce qu’il a dit simplement "mea culpa" je m’amusais ! Il ne s’excuse pas pour la faute de transgression de la loi, mais seulement pour son commentaire. Les Tribunaux sont avertis, le jour où ils auront à connaitre d’une cause concernant la loi anti corruption, si le coupable a déjà dit ou dit séance tenante "mea culpa", la cause est juridiquement éteinte.

    Plus sérieusement, si nous croyons vraiment qu’il faut prendre au sérieux notre démocratie et faire comme si nous sommes dans un état de droit, il faut alors que les députés s’excuse ouvertement pour permettre à la Haut-cours de justice de l’Etat de la pas entreprendre des poursuites contre eux, signifiant par là ce pardon est une exception que les intéressés ne doivent récidiver. Sinon cela n’est pas envisageable, alors la loi en question ne devra plus jamais s’appliquer à personne ; il faut alors procéder à l’abrogation de la loi anti corruption au non de l’égalité des citoyens devant la loi. Sinon, il y a une justice à deux vitesses.
    Un voleur qui dit "mea culpa" reste coupable du vol, même si la sentence peut alors être clémente. Le voleur ne peut pas être disculpé parce qu’il dit qu’il n’est pas un voleur, mais qu’il s’excuse s’il a eu envers le propriétaire un écart de langage qu’il veut faire passer pour une incompréhension. Il reste coupable de vol et "on s’en fout. Point barre" !

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 16:06, par biiga nonga a tinga
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    si la gestion financière de la CAMEG est bizarre, on pouvait trouver une bonne formule (toute dépense dont le montant est supérieur à tant de francs doit faire l’objet d’une concertation) sans passer par les tribunaux.pendant que les autres construisent leurs pays, nous nous voulons détruire le notre.je comprends Donald trump quand il insulte les dirigeants africains.qu’est ce qu’on peut pas faire au Burkina, tout. on peut se développer s’auto alimenter mais les ennemis du peuple qui sont eux aussi burkinabé sont là.ils ont des idées pas pour travailler mais pour piller dilapider les richesses du pays.que Dieu nous sauve

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 16:19, par Tinto
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    Du matériel aux militaires, c’est bien, mais restaurez d’abord l’autorité de l’Etat ! Tout commence par là. On ne le sent vraiment pas comme s’il y a dans l’air un nuage de peur. Le pouvoir c’est d’abord l’autorité et si les civiles ne sont pas capables de l’avoir, ça va encore donner des idées aux militaires !!!

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 17:22, par Marie
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    Ce monsieur qui parle au hasard et sans avoir au prealable tourne la langue dans la bouche sait-il qu’il occupe de hautes fonctions ? Il semble montrer des signes apparents de senilite. Affirmer peremptoirement que Mr. Blaise Compaore est responsable des attaques terroristes dans le pays est une accusation gravissime qui ne va pas apporter la reconciliation et la paix sociale. Chercherait-il a dresser les citoyens les uns contre les autres et a mettre le feu au pays qu’il ne s’y prendrait pas autrement. Ce regime au lieu de combattre le mal qui de plus en plus prend des proportions a jusqu’ici passe son temps a designer un trouver un bouc emissaire comme pour masquer leur incompetence. Bien evidemment Mr. Blaise Compaore est responsable des attaques des terroristes islamistes dans le monde ! Quel Einstein ce Salif Diallo ! Et puis ou est passe le President de la Republique ? Le premier ministre ? Le ministre de l’interieur et de la securite nationale, peut-etre ? Cela releve-t-il des prerogatives de ce Mr. Diallo de faire de telles declarations ?

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 18:52, par Ka
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    Oui Salif, on vous connait, et on vous pardonne car nous savons tous que nos gouvernants sont des plaisantins comme vous le confirmez. Mais ce que je ne peux pas vous pardonner, c’est rentrer dans notre maigre budget pour encore, et encore acheter des armes. Selon les statistiques et sondages mondiale des achats et ventes d’armes de 1998 à 2011, le Burkina faisait partie parmi des premiers acheteurs mondiaux des armes. Vous étiez dans les couloirs, et puissant homme du pouvoir Blaise Compaoré pendant ces années de folie d’achat d’armes : Ma question à vous poser, quand on voyait de 1998-2001 ces nouveaux camions militaires pleines d’armes, traverser la nuit la ville de Ouagadougou au vu de tout le monde, je vous demande ou sont-elles ces armes ? Ou nous pouvons confirmés la version du livre de François Zavier Vershave ‘’’La françafrique le plus grand scandale de la république stock Paris’’’ ou selon le fameux médiateur de la guerre Taylor contre son peuple Georges Clay Kieh Jr, les personnalités du gouvernement Burkinabé, du ministre au directeur de cabinet, ont bâti des fortunes à partir des commissions que leur ont payé par Charles Taylor pour des reventes d’armes et sur les exportations illégales des ressources naturelles du Liberia. Si vraiment le Burkina était il y a quelques années le pays parmi les premiers acheteurs des armes du monde, ou sont ces armes monsieur Diallo Salif ? Le Burkina qui n’a pas les moyens de payer ses fonctionnaires, mêmes payé des maigres bourses de nos étudiants au Maroc, surtout que 98% de la population n’ont pas un bon repas par jour, ou trouverez-vous de l’argent pour acheter des armes ? Encore des mensonges, ou prendre les investissements du PNDES pour tromper le peuple. Mr. Diallo, quand on s’occupe un poste comme le vôtre, on réfléchit deux fois, en regardant le passé, le présent, le futur, avant de sortir du poison et des mensonges. A moins que vous sortiez tous vos réserves volés, sachiez que notre pays ne peut pas se permettre d’acheter des armes à l’heure actuelle : Il y a une année, son excellence Mr. Roch Kaboré a son arrivé au pouvoir, nous apprenons par sa voie que toutes les caisses de l’état a été vidé. N’insultez pas le peuple, et surtout en tant que responsables du volant des affaires de l’état, ne jouez plus les plaisantins, mais soyez sérieux dans vos conduites. Pour acheter des armes dans les dix années à venir, il faut que le train de vie de nos gouvernants se limite comme celui du peuple : Allez dans les supers marchés et voir à l’intérieur des cadis de nos ministres, nous comprendrons pourquoi les caisses de l’état sont vides. Pourtant ce sont les mêmes qui obligent le peuple de serrer la ceinture.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 18:55, par Mafoi
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    Il manque le mea culpa sur le million par dépité sinon on s’en fout de ton demi mea culpa,point barre.Par contre que ce fuyard apatride soit derrière les différents attentats qui secouent notre pays,cela ne fait l’ombre d’aucun doute.Ce bilaise compaoré n’a jamais aimé les Burkinabè,ce qui intéressait ce criminel,ce sont les honneurs,l’argent.Ainsi sont les pauvres d’esprit comme ce criminel bilaise compaoré

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 20:08, par RSS
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    Que tous les délinquants de la MACO et les prétendus putschistes de la MACA, fassent TOUS leur leur mea culpa pour qu’on en finisse avec tous les coups tordus que le trio RSS sont en train de faire subir les honnêtes citoyens.
    Pour quoi EUX ils peuvent seulement FAIRE des MEA CULPA et tout le monde est près à leur accorder tout le crédit du monde ?. Pendant ce temps eux ils font EMPRISONNEr, ils excluts, ils montent des coups tordus pour chasser les autres hors du pays.
    D’où peut venir la paix et la stabilité pour ce foutu PAYS. C’est trop beau pour être VRAI.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 20:50, par Yako
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    Question simple Mr Diallo, qu’ est ce que t’as appris auprès de ton maître durant 26 ans ?Apparemment rien.En effet,ce que tu appelles "CONNIVENCE DU PRÉSIDENT COMPAORE AVEC LES JIHADISTES "pour déstabiliser le pays n’est autre que la confirmation de votre incapacité à gouverner notre pays.Le maître d’hier avait l’intelligence et l’audace d’épargner le sol national de toute agression extérieure, mieux,nous étions le grand stabilisateur dont l"expertise a servie de référence dans d’autres circonstances.Bref.Avouer sa propre carence permet de grandir et d’apprendre mieux.En tout cas vous êtes là pour gouverner les problèmes économiques et sécuritaires.Si vous n’en êtes pas capables, prière de rendre le tablier au lieu de continuer à cultiver la haine et la violence.

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier à 06:13, par la paix
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    Donc on connait les terroristes et celui qui les soutiennent. Leur but,déstabiliser les pays pour arriver à leur fin,se couvrant derrière le nom d’une religion pour commettre leur acte ignoble. Allons seulement !

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier à 06:51, par RR
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    Je pense que c’est trop facile de deconner et se presenter à la presse faire un soit disant meaculpa. SD tu ne merite plus d’etre PAN. Tu peux forcer te maintenir à ce poste mais sache que le peuple ne peut plus avoir du respect pour toi.

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier à 09:43, par Point Barre
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    Ah ah on s’en fout quoi ? Laissez notre prési en paix.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 09:55, par vrai
    En réponse à : Affaire des tablettes aux députés : Salifou Diallo fait son mea culpa

    « les différents pays puissent favoriser les échanges de renseignements et surtout mutualiser leurs moyens pour une lutte implacable contre le terrorisme. » ainsi on amorce vers une armée mondial unique au nom du nouvel ordre mondial pour la mise en place du gouvernement mondial !!!! que Dieu aider nous.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés