Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

vendredi 6 janvier 2017 à 00h10min

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le jeudi 05 janvier 2017,
en séance ordinaire, de 09 H 30 mn à 13 H 00 mn, sous la présidence de
Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres.
Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu des communications orales, procédé à des nominations, et autorisé des missions à l’étranger.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Compte rendu du Conseil des ministres  du 5 janvier 2017

I. DELIBERATIONS

I.1. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE, DE LA DECENTRALISATION ET DE LA SECURITE INTERIEURE

Le Conseil a adopté un décret portant création, composition et attributions du Comité national opérationnel de gestion de crise terroriste au Burkina Faso.
L’adoption de ce décret vise à doter notre pays d’un dispositif lui permettant de réagir efficacement contre les attaques terroristes.

I.2. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT

Le Conseil a adopté deux rapports.
Le premier rapport est relatif à une ordonnance portant autorisation de ratification des accords de don N°IDA D156-BF et de crédit N°IDA 5939-BF conclus le 21 décembre 2016 entre le Burkina Faso et la Banque mondiale, pour le financement de la première opération de financement de la série d’appuis aux réformes sur l’énergie et la gestion budgétaire.
D’un montant global de cent millions (100 000 000) de dollars américains, soit 59,2 milliards de francs CFA, entièrement financé par IDA sous forme de don pour 45% et de crédit pour 55%, ce financement permettra de réduire les déséquilibres entre l’offre et la demande d’électricité et d’améliorer la gestion des finances publiques.

Le deuxième rapport est relatif au Schéma national d’aménagement et de développement durable du territoire (SNADDT).
Le Schéma national d’aménagement et de développement durable du territoire vise à mettre en place les conditions d’un développement harmonieux et durable du territoire à l’horizon 2040.
L’adoption de ce rapport permet au Burkina Faso de se doter d’un outil stratégique en matière de développement territorial.

I.3. AU TITRE DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA PROTECTION SOCIALE

Le Conseil a adopté un décret portant statuts de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM).
L’adoption de ce décret permet de conformer les statuts de l’ENAM aux dispositions du décret N° 2014-613/PRES/PM/MEF du 24 juillet 2014 portant statut général des Etablissements publics de l’Etat à caractère administratif (EPA).

I.4. AU TITRE DU MINISTERE DES TRANSPORTS, DE LA MOBILITE URBAINE ET DE LA SECURITE ROUTIERE

Le Conseil a adopté un rapport relatif à la candidature du Burkina Faso pour abriter le siège de l’Agence communautaire de supervision de la sécurité et de la sûreté de l’aviation civile de l’UEMOA (ACSAC).
Le Conseil a marqué son accord pour la candidature de notre pays pour abriter le siège de l’Agence communautaire de supervision de la sécurité et de la sûreté de l’aviation civile de l’UEMOA.

I.5. AU TITRE DU MINISTERE DE LA FEMME, DE LA SOLIDARITE NATIONALE ET DE LA FAMILLE

Le Conseil a adopté le Plan stratégique national de promotion de l’élimination des mutilations génitales féminines au Burkina Faso et son Plan d’actions opérationnel triennal glissant 2016-2018.

Ce Plan stratégique est un document de programmation qui oriente et canalise les interventions de promotion de l’élimination des mutilations génitales féminines au Burkina Faso.

L’adoption de ce rapport permet de disposer d’un référentiel pour tous les acteurs en vue d’offrir un environnement protecteur des droits des filles et des femmes à même de leur assurer une bonne santé, le maintien de leur intégrité physique et le respect de leurs droits.

I.6. AU TITRE DU MINISTERE DES SPORTS ET DES LOISIRS

Le Conseil a adopté un décret portant régime juridique applicable aux structures de formation de jeunes sportifs.
L’adoption de ce décret permet un meilleur encadrement des centres de formation des jeunes sportifs.

II. COMMUNICATIONS ORALES

II.1. Le ministre de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques a fait au Conseil une communication sur la crise à l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPCB) qui perdure depuis 2013.
Des solutions ont été proposées à l’issue d’une réunion tripartite pour une sortie de crise et ont été acceptées par les différents protagonistes. Il s’agit :
-  de la mise en place d’une administration provisoire indépendante désignée par l’administration publique et comprenant un représentant de chacune des parties ;
-  de la conduite d’un processus électoral, en lien avec le comité interministériel existant, devant aboutir à la mise en place du nouveau bureau de l’UNPCB d’ici fin février 2017.

II.2. Le ministre des Infrastructures a fait au Conseil une communication relative au programme de réalisation d’infrastructures routières contenu dans l’axe trois du Plan national du développement économique et social (PNDES) et dont l’exécution se fera à l’aide de partenariats public-privé (PPP).
Il s’agit :
-  de la construction de l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou (tronçon Ouagadougou-Pouni, long de 110,300 km) ;
-  de la construction et du bitumage d’une voie de contournement sud de la ville de Ouagadougou (59 km) ;
-  de la construction et du bitumage d’une voie de contournement nord de la ville de Ouagadougou (60 km) ;
-  de la construction et du bitumage de la route nationale n° 15 (RN15) Boulsa-Pouytenga-Sapaga (57 km) ;
-  de l’aménagement de la rocade sud du boulevard circulaire de la ville de Bobo-Dioulasso (8 km) y compris l’échangeur de la Place de la femme.

La réalisation de ce programme permettra de disposer d’infrastructures routières modernes, de diminuer le coût d’exploitation des véhicules, d’accroître la sécurité des usagers, de dynamiser les secteurs porteurs et de renforcer la coopération entre le Burkina Faso et les pays de la sous-région.

III. NOMINATIONS

III. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES

A. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE, DES DROITS HUMAINS ET DE LA PROMOTION CIVIQUE

-  Monsieur Alain SANKARA, Mle 91 237 C, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur de l’administration des finances ;
-  Monsieur Donatien KAFANDO, Mle 104 652 A, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur de l’administration et des finances du Secrétariat permanant du Conseil supérieur de la magistrature.
-  Monsieur Nicodème OUEDRAOGO, Mle 208 068 W, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur des marchés publics.

B. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT

-  Monsieur Moussa BANAO, Mle 39 670 D, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Directeur régional du budget de la Boucle du Mouhoun ;
-  Monsieur Léopold M’wintouro HIEN, Mle 245 178 J, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur régional du budget des Cascades ;
-  Monsieur Hansébane SON, Mle 52 158 X, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 10ème échelon, est nommé Directeur régional du budget du Centre ;
-  Madame Mamounata Tibo Eliane KAFANDO, Mle 29 469 K, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 6ème échelon, est nommée Directrice régionale du budget du Centre-Est ;
-  Madame Mariam COMPAORE/OUEDRAOGO, Mle 14 430 V, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 10ème échelon, est nommée Directrice régionale du budget du Centre-Nord ;
-  Madame William Marie Théodora ZONGO/NIKIEMA, Mle 59 642 N, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 8ème échelon, est nommée Directrice régionale du budget du Centre-Ouest ;
-  Monsieur Sambèssoa Aurélien PODA, Mle 33 995 F, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur régional du budget du Centre-Sud ;
-  Monsieur Ousmane GANABA, Mle 88 655 D, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Directeur régional du budget de l’Est ;
-  Monsieur Mama DAHANI, Mle 46 249 C, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur régional des Hauts-Bassins ;
-  Madame Germaine KAFANDO, Mle 33 991 C, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 7ème échelon, est nommée Directrice régionale du budget du Nord ;
-  Madame Zonabou NABY/ZONGO, Mle 46 247 F, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 6ème échelon, est nommée Directrice régionale du budget du Plateau-Central ;
-  Monsieur Amitandi René YONLI, Mle 18 234 P, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 11ème échelon, est nommé Directeur régional du budget du Sahel ;
-  Monsieur Valéry Justin ADOUABOU, Mle 51 190 U, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur régional du budget du Sud-Ouest.

C. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION

-  Monsieur Harouna SANDWIDI, Mle 54 434 T, Professeur certifié, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Directeur des Bourses au Centre national de l’information, de l’orientation scolaire et professionnelle et des bourses (CIOSPB).

D. AU TITRE DU MUNISTERE DE L’AGRICULTURE ET DES AMENAGEMENTS HYDRAULIQUES

-  Monsieur Tiorgnaga Maurice TRAORE, Mle 21 323 V, Ingénieur d’agriculture, 3ème classe, 5ème échelon, est nommé Inspecteur général des services ;
-  Madame Nafissatou NACRO/ZONGO, Mle 16 904 V, Conseiller d’intendance scolaire et universitaire, 1ère classe, 10ème échelon, est nommée Inspecteur technique des services ;
-  Madame Aïssata WEREME/N’DIAYE, Mle 24 003 U, Chargée de recherches, Classe exceptionnelle, 1er échelon, est nommée Inspecteur technique des services ;
-  Madame Jeanne ZONGO/LINGANE, Mle 29 680 A, Ingénieur agronome, 1ère classe, 12ème échelon, est nommée Inspecteur technique des services ;
-  Monsieur Rimyallodo Paul TIEMTORE, Mle 26 929 N, Ingénieur d’agriculture, est nommé Inspecteur technique des services ;
-  Monsieur Nouhoun FOFANA, Mle 78 215 L, Professeur certifié, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Inspecteur technique des services ;
-  Madame Tilassomdé Christel KAFANDO, Mle 218 356 X, Attachée en études et analyses, est nommée Secrétaire permanent du Programme alimentaire mondial (SP-PAM) ;
-  Madame Kanlieyama Adéline BELEM/OUOBA, Mle 24 180 M, Conseiller des affaires économiques, 1ère classe, 10ème échelon, est nommée Secrétaire permanent du Comité national du CILSS (SP/CONACILSS).

E. AU TITRE DU MINISTERE DES INFRASTRUCTURES

-  Madame Claudine OUEDRAOGO, Mle 42 212 P, Attaché d’administration scolaire et universitaire, 1ère classe, 6ème échelon, est nommée Chargée de missions ;
-  Monsieur Evariste Bonaventure DIASSO, Mle 53 563 W, Inspecteur du Trésor, est nommé Conseiller technique.

F. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENERGIE, DES MINES ET DES CARRIERES

-  Monsieur Habib Ahmed DJIGA, Mle 231 941 W, Enseignant de droit à l’Université OUAGA II, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Conseiller technique ;
-  Monsieur Khalil COULIBALY, Mle 222 184 N, Attaché en études et analyses, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Chargé d’études.

G. AU TITRE DU MINISTERE DU COMMERCE, DE L’INDUSTRIE ET DE L’ARTISANAT
-  Monsieur Sami OUATTARA, Mle 23 500 L, Attaché des affaires économiques, 2ème classe, 6ème échelon, est nommé Conseiller technique.

H. AU TITRE DU MINISTERE DE LA COMMUNICATION ET DES RELATIONS AVEC LE PARLEMENT

-  Monsieur Soumaïla OUEDRAOGO, Mle 36 332 B, Professeur certifié des lycées et collèges, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Chargé de missions.

I. AU TITRE DU MINISTERE DES SPORTS ET DES LOISIRS

-  Monsieur Halidou OUEDRAOGO, Mle 28 120 T, Administrateur civil, 1ère classe, 10ème échelon, est nommé Secrétaire général.

Le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement,
Porte-parole du gouvernement,

Rémis Fulgance DANDJINOU
Officier de l’Ordre National

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 janvier à 17:48, par jean
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    Quelqu’un peut il m’expliquer concrètement le sens de la communication du Ministère des Infrastructures au sujet des routes. On commence la construction quand ?

    Répondre à ce message

    • Le 5 janvier à 18:19, par Boanga
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

      Tres bonne question ! Moi aussi, je n´ai rien compris dans cette communication car si c´ est pour nous dire que ces infrastructures seront construites ren mode PPP, il ne fallait pas nous le dire car ces mêmes projets sont deja rencensés dans la liste des projets PPP disponibles sur le site www.investirauburkina.bf si je ne me trompe pas !

      Répondre à ce message

    • Le 6 janvier à 08:31, par GRE
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

      ’’Le ministre des Infrastructures a fait au Conseil une communication relative au programme de réalisation d’infrastructures routières’’ il a fait une communication de quelle nature ? que elles seront réalisé en PPP ? Cela n’est pas déjà mentionné et su par tous ? C’est quoi la pertinence de cette communication ? tromper les gens comme s’il y’avait un progrès dans la recherche de financement ?

      Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 17:49, par Adrien
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    La bonne foi s’impose d’elle-même. Elle est comme le soleil qu’on ne saurait cacher avec la main. La première année du régime Kaboré a été émaillée de difficultés économiques et les autorités étaient dans une position de prise d’élan pour faire face aux nombreux défis du développement .Certes, les attaques terroristes ont éprouvé le système de défense et de sécurité durant la première année. Il reste maintenant à bien équiper les forces de défense et de sécurité pour mieux combattre le terrorisme en collaboration avec les citoyens civils. Le ministre de la sécurité a entamé une bonne réorganisation de la sécurité et les effets sont bien visibles en matière d’une régulation rigoureuse de la circulation routière à Ouagadougou qui était longtemps restée quasiment la seule capitale africaine où les citoyens ne respectaient pas les feux tricolores. Les récents incidents relatifs aux Koglwéogo ,dozos ressemblent plutôt à des actes d’adversité pour tenter de remettre en cause le succès de la coopération entre ces structures communautaires de sécurité et les forces de l’ordre. Cela ne devrait aucunement dérouter le ministre Simon Compaoré de la sécurité qui est sur le bon chemin, n’en déplaise aux adversaires malhonnêtes. Simon Compaoré fait figure et acte d’un super flic qui a su s’entourer de conseillers et responsables avertis de la sécurité. Il est le pionnier de la création de la police municipale au Burkina Faso. Courage donc aux braves acteurs de la défense et de la sécurité du Burkina pour aller de l’avant afin de mieux renforcer la sécurité pour tous ,y compris les délateurs professionnels qui passent le temps dans les débits de boisson à faire des critiques inutiles et subjectives et sont eux-mêmes incapables de mener à bien les responsabilités qui leur sont confiées.

    Répondre à ce message

    • Le 5 janvier à 19:46, par Momo
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

      Mon frère,
      Arrête de parasiter le forum du site chaque fois qu’il s’agit du Ministère de la sécurité. La communication officielle du Ministère doit se passer de telles méthodes et rappeler à l’ordre les militants ou agents zélés. La propagande n’est jamais bénéfique.

      Répondre à ce message

    • Le 5 janvier à 21:31, par Tassouma
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

      Mon frère c’est propre. Tu as fait une très bonne analyse à mon sens. Vraiment Simon a une démarche scientifique. Ces démarches sont très conformes à la raison (il écoute, il se patiente, il décide puis agit, et parfois en décousu (avec des erreurs) puis se corrige, etc.) . Nul n’est parfait. Et Einstein A. d’ajouter que seul celui qui n’a pas encore entrepris ne s’est jamais trompé. Maintenant, à nous de travailler dur pour faire changer le pays. Du Japon à New York en passant par Séoul, Pékin, Berlin, Paris et Londres le développement est toujours passé par le travail laborieux dans un environnement sécurisé. Courage Simon, vous êtes sur le bon chemin depuis 2011 quand vous avez transmis le témoin de la mairie de Ouagadougou.

      Répondre à ce message

    • Le 6 janvier à 08:49, par kirakoya
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

      Monsieur adrien, ca fait combien de fois que tu postes ce mesage. Tu es devenu un griot de simon compore ou quoi ? des y a des gens qui vont nous tuer dans ce pays.

      Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 18:09, par Le fils de l’homme
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    ILS N’ONT SEULEMENT RIEN A DIRE. IL FALLAIT SE REUNIR POUR LES GENS NE DISENT PAS UN MOT

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 18:28, par Espoir
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    Courage au Président du Faso dans son dynamisme !
    Seulement, au Ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat, c’est le désordre total. Plus rien ne va.
    Aucune vision, des agents sous-employés et que dire des Ingénieurs en Génie Civil sous la responsabilité de Techniciens Supérieurs en Génie Civil...
    Rien que du Copinage dans ce ministère.
    Excellence M. le Président du Faso, avec de telle gestion, les grèves et l’incivisme ne finiront point.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 18:41, par L’aviation va mal
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    Le DG ANAC en retraite depuis le 31 décembre 2016 n’a pas été remplacé par le ministre des transport qui préfère le mouta-mouta !

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 18:48, par Kien bana
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    A l’agence nationale de l’aviation civile, le DG qui est à la retraite depuis le 31 décembre 2016, a mis fin, le 30 décembre 2016 à la fonction de 4 agents. Mais lui est toujours là.
    Monsieur le ministre, expliquez nous pourquoi ? Est ce que ce sont la dizaine de missions que vous avez fait avec lui hors du pays au court de 2016 ?

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 19:30, par ragnangnewende
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    Toutes mes félicitations DMP et DAF du ministère de la justice.ce qui me conforte c’est que vous êtes a votre 5eme ministre et si vous êtes confirmez c’est au vous êtes bon.félicitations

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 19:35, par Le juriste
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    Nicodème, DMP de la justice.mon frère je t’envie.tu voi je Sai qu tu es compétent donc toutes mes félicitations.mai ne reste pas trop la n’a.les institutions internationales on besoin de toi.ok ?tu es bon

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 20:02, par TIENFO
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    La vacance d’un poste il y a moins d’une semaine est loin d’être une fatalité. En activité le DG de l’ANAC a dû faire plusieurs jours de mission hors du pays et L’ANAC ne s’est passée pas pour autant écrouler. Sans défendre le DG de l’ANAC que je ne connais d’ailleurs pas, il doit y avoir un non-dit dans cette histoire de retraite. Il ne faut pas que l’occupation ou l’inoccupation des postes soit une phobie. Sans doute l’internaute 5 "l’aviation va mal" et l’internaute 6 " kien bana" se connaisse ou sont une même personne.

    Répondre à ce message

    • Le 6 janvier à 19:37, par Sagesse
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

      Tienfo tu dois faire partir des griots du type. S’il a été absent plusieurs fois sans que l’ANAC ne s’écroule , c’est qu’il y a une relève qui fait le travail. Et cette relève peux mieux faire le boulot que lui. Et puis la retraite ne doit surprendre le ministère a sortie l’année passée la liste des personnes partant à la retraite en 2016 et il faisait bien parti.

      Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 20:14, par Sidzabda
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    ECOUTEZ LAISSEZ LE KORO ABEL TRANQUILLE.
    JALOUX, MESQUINS

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 20:33, par vérité
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    la plus part des ministeres techniques on nomme des techniiens comme SG, voila qu au ministere des sports on nomme un administrateur physique. de la merde oui, le ministere regorge de compétence, on a les profe
    sseur de sport, des docteur en staps. j interpele le syndicat a reagir

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 20:41, par Manes
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    Qu’en est il du bitumage annoncé de la route Guiba-Garango. À quand le début des travaux.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 21:01, par BaYelemSida
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    Le sit-in des étudiants Burkinabé au Maroc a eu raison du directeur des bourses. L’ASCE-LE devrait s’inviter dans cette structure pour situer les vraies responsabilités

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 21:13, par Bakarijan
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    Enfin un Directeur régional de Budget pour les Hauts-Bassins après plus de 2 ans de vacances de poste. Nous espérons que les agents n’auront plus d’arguments sur les retard des dossiers.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 22:29, par Davidson
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    Bonne nouvelle les constructions en perspectives annoncées par le ministère des infrastructures, mais qu’en est-il des voies d’accès des principaux quartiers des villes du Burkina ne serait ce qu’en goudron pas chère comme celui utilisé pour la réfection de la circulaire. Certes, les constructions annoncées sont prioritaires mais celles des quartiers de Ouaga, bobo, koudougou, ouahigouya, gaoua, fada, dedougou etc... Le sont davantage car bonne gens, savez vous combien trime les braves populations des villes citadines du Burkina pour rejoindre leurs domiciles et particulièrement en hivernage ? Le gouvernement gagnerait a communiquer sur ce qui est prévu en la matière, question d’agir différemment avec le régime compaore. Car, ce sont les habitants de ces quartiers exaspérés d’êtres tout le temps des laissés pour compte du régime déchu qui l’on poussé dehors. Et puis, entre nous, le prochain mandat du MPP s’obtiendra à l’aune des actions concrètes que les populations constateront. Une dernière chose, nos ingénieurs de routes n’ont ils pas de vision ? Toutes les voies à peine construites sont vite dépassées ( route qui passe devant le lycée St. Joseph, route de loumbila, sortie route de pô) avec des terres pleines qui réduisent inutilement la chaussée.
    Courage Monsieur le Président écouter la voie du peuple et vous réussirez votre mandat.
    Que Dieu bénisse le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 23:47, par Le maire
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    Félicitations au MEF. On attend le mouvement des DRCMEF et DPCMEF

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier à 08:52, par HIEN
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    Est ce que l’internaute 11 comprend ? C’est quoi il appelle Administrateur Physique ? À ma connaissancec’est un Administrateur Civil qui a été nommé comme SG. vous vous plaignez pour quoi ? si telle est le cas, c’est Aristide BANCE oubien Charles KABORE qui devrait être Ministre des sports. Vous décidez maintenant à la place de l’autorité. Dans quel pays sommes nous ? Si un Administrateur Civil ne peut être nommé dans un domaine où il a été formé.... c’est vraiment dommage. Critiquez bien les gars. Ne parlez pas parce que toi aussi tu veux parler. N’oubliez pas que ce sont les hommes de confiances qu’on nomme aux postes de confiances. Point barre.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier à 10:30, par Jeune Premier
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    A quand le debut de la concretisation du PNDES ? Quels sont les secteurs prioritaires du PNDES et comment est le plan de realisation ? Y a-t- un comite de suivi qui fera le point a chaque etape ? Combien des financements du PNDES est dont et combien est pret ? Quel est le mode de remboursement des pret ? Plus rien ne doit etre comme avant

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier à 10:57, par le citoyen
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    Bonjour ; je félicite le gouvernement pour sa politique de construction de routes de contournement de la ville de Ouagadougou mais je profite réagir par rapport à la construction de la route de l’aéroport de Donsin.Une route de moins de 50 kms qu’on a commencé en 2014 et qui ne finie jamais.En rappel c’est en juillet 2016 qu’ont débuté les travaux de cette voie et jusqu’à aujourd’hui on n’est même pas à 80% des travaux effectués. j’appelle le gouvernement devrait interpeller cette entreprise à accélérer ses travaux car la circulation sur cette voie n’est pas de tout facile.Hors mis les difficultés de finition de cette voie ,il y’a aussi que l’entrepreneur n’a pas respecté les cahiers de charges. Parti pour deux voies à sens unique (si on s’en tient au site Web de l’aéroport de Donsin) ;on se retrouve aujourd’hui avec une seule voie à double sens et qui ne finie pas d’ailleurs.Le gouvernement doit dire quelque chose à cette entreprise pour qu’elle livre au plus vite la voie au usagers.On ne peut pas passer 03 ans pour faire une route de 50kms.merci

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier à 11:47, par SP/PAM
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    OUF.....enfin le changement tant entendu au SP-PAM, nous souhaitons la bien venue à la nouvelle. Une chose est sure, il y a beaucoup de dégâts ( injustice,incompétence,affairisme, patrimonialisation, que sais-je encore ) qui attendent la nouvelle.SP. Mme Zongo a divisé tous les agents. Je dis rien ne bouge au secrétariat permanent du PAM. C’était plutôt son école qui la préoccupait ou ces propres enseignants son rentrés en rébellion contre elle. Cela prouve toute la mauvaise gestion non seulement humaine que structurelle . Avec Mme Zongo, il n’y avait pas de débats contradictoires .

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier à 11:59, par le Visionnaire
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    Les nominations que vous constatez au MEF, notamment des DRB n’est qu’une mascarade ! En effet, rien n’a changé car ce sont les mêmes qui ont tout simplement permuté. il faut que Mme le ministre soit regardant sur ces genres de situations car nos structures ont besoin de sang neuf et il y a beaucoup de jeunes compétents qui attendent. il n’y a pas de raison qu’après sept ans on ne puisse pas renouveler les responsables régionaux du Budget et que l’on se contente seulement de les permuter.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier à 15:41, par sidgomde
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    C’est maintenant qu’on tente de résoudre la crise à l’UNPCB qui a tant duré. Ou le ministre et ces services technique étaient, même, il n’ont qu’un an . L’administration étant une continuité ce dossier était dans les mains de certains service techniques. Arrêtons de jouer les sapeur pompiers et anticipons sur ce qui peut être anticipe avant que le pire ne survienne.
    Ces braves producteurs sont toujours arnaqué par leurs pairs avec la complice de certains techniciens sans que l’administration (publique et sociétés cotonnières) ne disent ou sont même complice.

    La crise de l’UNPCB à si durée que je ne pense pas qu’en deux mois ont puisse mettre en place les instantes au niveau GPCB, Département, Province et national.
    Aux défenseurs des producteurs de coton d’ouvrir les yeux car, à l’Est des soit disant cotisations pour un Union Régionale qui n’est pas légalement représentatif est en cours.
    Pour ce faire affaire à suivre

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier à 16:15, par XAVIER
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 5 janvier 2017

    La rumeur, telle une trainée de poudre, se répand dans toute la ville de Ouagadougou sur l’imminence d’un remaniement ministériel d’envergure dans les prochains jours. Une rumeur prise au sérieux du fait que le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré ait annoncé les couleurs sur RFI et dans son interview bilan ,qu’un nouveau gouvernement est envisagé pour 2017.Supposons que le Président a tiré leçons des critiques de forme et de fond qui ont été émises sur son premier gouvernement qui a brillé par une incapacité à engager la relance économique tant escomptée. D’une manière générale, les citoyens pensent que le président va corriger la grosse erreur qui a consisté à nommer ministres, des personnes sans expérience confirmée dans la gestion de l’administration publique. Cela a beaucoup banalisé la fonction ministérielle qui est et devrait demeurer une haute fonction avec des citoyens qui ont une carrure d’hommes d’Etat. Pour sortir du tâtonnement et des pilotages à vue par des ministres incompétents, il faudrait cette fois-ci revaloriser la fonction ministérielle par des cadres dont l’expérience et le profil confirment pour le grand public, qu’ils sont à la hauteur de la tâche. La promotion du genre ne consiste pas aussi à nommer ministres, des femmes incompétentes, juste pour la forme. Il en de même pour les jeûnes qui doivent avoir au préalable assumé des responsabilités dans la gestion des affaires publiques avant de parvenir à la phase terminale de ministres. On ne vient pas au gouvernement pour apprendre à diriger les affaires publiques, mais on y va parce qu’on dispose déjà d’un savoir faire confirmé. Si le Président commet l’erreur de reconduire dans le gouvernement les ministres décriés par les syndicats et l’opinion publique, il aura choisi de se mettre à dos quasiment tout le peuple. Non aux ministres incompétents, incohérents, sectaires, régionalistes. Le Burkina regorge d’hommes et femmes valeureux pour constituer un gouvernement crédible, travailleur afin de réussir une bonne mise en œuvre du PNDES pour sortir le pays de la misère galopante qui est une bombe socio-politique à désamorcer intelligemment et par des mesures fortes pendant qu’il est encore temps.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés