Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

LEFASO.NET | Par Oumar OUEDRAOGO • dimanche 25 décembre 2016 à 18h22min

L’offensive se poursuit pour la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER) qui multiplie « les initiatives qui peuvent conduire au pardon, à la justice et à la réconciliation nationale ». C’est dans cet élan qu’elle a sonné la mobilisation autour d’une conférence publique pour interroger les valeurs traditionnelles dans la dynamique de la réconciliation et de l’unité nationales. L’activité a eu lieu dans la soirée de jeudi, 22 décembre 2016 à Ouagadougou avec pour principal orateur, Pr Albert Ouédraogo, enseignant de Littérature orale africaine à l’Université de Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

« La figure du Weemba ou le sens de la grâce royale chez les Moosé ». C’est sur ce thème que le Pr Albert Ouédraogo a entretenu son public après un instant d’exécution de l’hymne national et une minute de silence observée « en la mémoire des martyrs ». Puis, il va décortiquer le sujet en faisant observer qu’on ne peut pas vivre ensemble sans qu’il y ait des conflits qui, selon lui, font d’ailleurs partie du vivre-ensemble. La tolérance, le pardon sont des valeurs incontournables pour la construction d’une société.

‘’Celui qui refuse le pardon se soustrait de l’humanité et devient un montre. Refuser le pardon, c’est se mettre à la place de Dieu car, seul Dieu ne se trompe pas ‘’, estime Pr Albert Ouédraogo. Il poursuit en ajoutant : « Les forts d’aujourd’hui sont les faibles de demain, les faibles d’aujourd’hui sont les forts de demain ». La justice n’est pas une finalité, c’est un moyen et la justice doit être au service de la cohésion sociale.
A en croire Pr Ouédraogo, la « weemba » est une figure de la tradition des Moose qui consiste à ce qu’une femme, au départ, puisse être celle-là qui soit capable d’intercéder auprès du roi pour demander la grâce royale.

Dans la société traditionnelle, poursuit-il, le roi était à la fois l’exécutif, le judiciaire et même le législatif. « Donc, lorsqu’il jugeait et condamnait certaines personnes à mort, il n’y avait plus rien à faire, plus de recours, le seul recours possible reste la weemba qui vient et qui implore la grâce du roi qui a obligation de donner suite favorable à cette grâce et celui qui est condamné et qui est libéré est réintégré dans la société et continue de vivre avec la bénédiction et la protection de la weemba », indique le conférencier.

Dans son développement, l’enseignant de Littéraire orale africaine a démontré que la weemba, en tant que figure emblématique de demande de la grâce royale, a quelque chose d’assez particulière dans la société (traditionnelle) que la société moderne n’en a pas ; la société moderne ayant souvent une « justice punitive et vindicative, qui sait sanctionner mais qui ne sait pas souvent réconcilier ».

« Après la justice, qu’est-ce qu’il faut faire maintenant ? La justice n’étant pas une fin en soi, il faut savoir aller au-delà. Et après la question de la réconciliation qui vient avec ou sans la justice qui permet de faire en sorte que lorsqu’on vit ensemble, on est souvent dans une situation de belligérance. Lorsque le conflit est grave et massif, la justice traditionnelle est disqualifiée pour pouvoir connaître de tous les dossiers et c’est pourquoi est-il bien de s’inscrire dans quelque chose d’assez exceptionnel telle que la justice transitionnelle que l’on a retrouvé en Afrique du Sud, au sortir de la deuxième guerre mondiale en Europe, etc. », illustre Pr Ouédraogo. De son avis, le Burkina aussi qui a traversé sa zone de turbulences devrait avoir les ressources pour pouvoir aller plus loin et ne pas se laisser tétaniser par son passé ; les grandes crises forgeant les grandes nations.

« Cette conférence est donc une façon de se replonger dans nos racines parce qu’on a souvent tendance à avoir la tête dans les étoiles et on oublie que nos pieds doivent plonger dans nos racines. Le Burkina est un pays qui plonge ses racines plus de 60 cultures traditionnelles et il est bon de ne pas l’oublier. Souvent, notre démocratie se construit en oubliant qu’il faut un fondement, si nous oublions les fondements, nous serons ballotés par tous les vents contraires », dit le conférencier, invitant à s’inspirer de cette pratique de weemba.

« On dit que la justice est rendue au nom du peuple, de quel peuple s’agit-il ? »

« Vous savez bien que notre société a mal à sa justice ; les Burkinabè, depuis longtemps, n’ont pas confiance en leur justice. On a fait des critiques, des réformes, des ateliers mais on a l’impression que la justice (moderne) est une greffe qui ne prend pas. Qu’est-ce qui se passe ? D’abord, la justice ne parle pas la langue des Burkinabè (les rendus ne se font pas dans les langues nationales). Or, on dit que la justice est rendue au nom du peuple, de quel peuple s’agit-il ? Quelque part, nous devrions avoir le courage de revisiter notre culture, voir comment nous pouvons ressortir des choses de notre culture pour construire la démocratie et notre vivre-ensemble », relève Albert Ouédraogo pour qui, en tablant sur ce thème, il s’agit de faire comprendre que la femme dans la société est plus apte à amener à la réconciliation. En claire, il est demandé à la femme de jouer ce rôle légué par leurs grands-mères, leur mère et leurs ancêtres.

A l’issue de la communication, le président de la CODER, Dr Ablassé Ouédraogo, a confié être comblé et pour lui, en invitant le Professeur Albert Ouédraogo sur ce thème, il s’agit de dire aux Burkinabè que, tout comme les autres grandes nations, « le Burkina qui traverse actuellement une crise trouvera les ressources et le ressort nécessaire pour s’en sortir ».

« Nous disons qu’au Burkina, nous avons des valeurs traditionnelles dont les Burkinabè doivent s’inspirer pour résoudre leurs problèmes au niveau de la justice, de la réconciliation, de l’unité nationales », convainc l’ancien chef à l’organisation du CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique au Burkina-Faso) aux temps forts de la lutte contre l’article 37.

La CODER envisage parcourir les douze autres régions du pays et identifier dans chacune d’elle, un « éminent conférencier » pour exposer sur comment dans ces localités, les problèmes de justice, de pardon, de réconciliation nationale étaient réglés. « Il est clair que le Burkina ne s’en sortira de cette crise, ne se relancera, que si tous les Burkinabè acceptent de se pardonner, de se réconcilier entre eux, parce que, c’est simplement quand nous sommes unis que nous sommes forts. Et nous avons, au niveau de la CODER, un plan d’activités que nous sommes en train de dérouler », dévoile Dr Ablassé Ouédraogo, rappelant qu’il y a quelques jours, la structure a été reçue par le Cardinal (Philippe Ouédraogo) « qui nous a dit ceci : pour faire de la réconciliation, il faut que vous soyez assis ensemble et vous regarder dans la même direction ». Ces propos du Cardinal ont été, note-t-il, soutenus par Pr Albert Ouédraogo qui a ajouté que la justice à laquelle nombre de gens s’accrochent, « et nous sommes tous d’accord qu’il ne peut pas y avoir de réconciliation, si les problèmes de justice ne sont pas réglés », n’est qu’un moyen ; l’ultime finalité étant la réconciliation de tous les Burkinabè.

« Et c’est cela que nous disons au Président du Faso, qu’il devrait écouter le cri de cœur des Burkinabè et initié sans délai, le dialogue inclusif, ce que lui-même a appelé à Madagascar, le dialogue social, pour permettre aux Burkinabè de s’asseoir, de se regarder et d’aller vers une véritable réconciliation nationale. C’est la seule voie qui donnera à notre pays, les chances, les possibilités, les forces de se relancer et nous tous, Burkinabè, nous voulons que notre pays se relance après ces trois années de crise que nous sommes en train de vivre », lance pour conclure, le président de la CODER, Dr Ablassé Ouédraogo.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 25 décembre 2016 à 04:16, par Panga
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Mesieurs, oui nous le peuple on a deja pardonner, seulement maintenant on veut la justice pour une fois dans l.histoire de notre pays on veut la justice. Depuis la c.est les pauvres ont tuent et on vient demander pardon. Ne transformer pas les coutumes mosse’ on a deja eu une journee de pardon et on nous avait dit que quelqu,un ne doit plus tuer quelqu,un. Et nous aviont accepter donner le pardonner et cetais sincere. Ablasser ne va meme pas nous faire avancer dans ce pays.

    Répondre à ce message

    • Le 25 décembre 2016 à 09:35, par TUUK-SOMDE
      En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

      1) Ablassé dit nous le montant de tes honnaires car nous savons que tu es un consultant de cette coder et non un membre.
      2) Tous ceux qui parlent de pardon et reconciliation citent nommement les membres de leur familleasing qu’ils perdu durant le règne de Blaise et des partis membres de la coder. Ainsi, les autres parents de victimes comprendront qu’ils sont sincerent, ayant ete eux mêmes victimes.
      3) La justice est l’affaire de l’état qui doit toujours s’autossaisir même s’il n’y a pas de plaignant. Elle a pour but d’etablir les faits, la raison et le tord.
      4) Le pardon et la reconciliation sont l’affaire des offensés et des offenseurs. L’offensé Pardonne et se reconcilie avec l’offenseur si les parties reconnaissent la raison et le tord. Toute intercession est consécutive à la justice quelque soit le tribunal sinon c’est un fait de prince.
      5) Que la coder ? le processus a déjà commencé par le bon bout, la justice depuis le 20-12-2016 et lavée de l’immunité du député du cdp.
      Q

      Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 04:29, par Nabiiga
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Décidemment, cet adjectif ’inclusif’ vaut le monde pour vous autres. Des élections inclusives au dialogue inclusif. Quel inclusif peut-on s’attendre très prochainement. Partage inclusif peut-être ? À chaque tour, il faut trouver quelque chose inclusif. Au fait, qui est-ce qui est exclu de quoi et pourquoi, au point qu’il faut un appel solennel au Président de la république pour qu’il s’assure qu’il y a un dialogue inclusif. Qui est-ce qui se sent exclu et de quoi ? À ce qu’on sache, le gouvernement n’a pas encore lancé un dialogue que ce soit, comment peut-on déjà savoir qu’on sera exclu de ce dialogue qui n’a même pas vu le jour. Et même ce dialogue, pour dialoguer quoi ? Vous avez perdu les élections, les RSS les ont gagnées, vous êtes un groupe parlementaire et vous voulez qu’on dialogue sur quoi au juste ? Gouverner avec vous, vous qui avez perdu les élections ? Qu’on fasse revenir le CDP de triste mémoire aux affaires avec vous aux commandes comme avant ? Si c’est vous qui étiez au pouvoir, accepteriez-vous de dialoguer, encore faudrait-t-il qu’il y ait quelque chose à dialoguer.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 07:00, par Warren
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    depuis un certain temps, je n´arrive plus á comprendre le sens du mot réconcialiation. Surtout quand il s´agit de Réconciliation dans d´une Nation. A ce que je sache, les burkinabe ne sont ni en guerre les uns contre les autres, ni contre d´autres peuples. Alors quand j´enttends à répétition qu´il faut de la Reconciliation entre les burkinabe cela me fache. Ou bien les gens entendent par réconciliation "Un Pardon/ Tolérance en faveur des Grands Bandits de la Nation, les uns croupissant en tole et les autres recherchés morts ou vifs ? Si c´est le cas alors moi je vous dis que La Réconciliation tant pronée, si Elle parvient à se réaliser, tous les Malfrats entendez par là tous les prisonniers de toutes les prisons au Burkina Faso doivent être pardonnés et libérés au non de cette Réconciliation. Soyons Sérieux chers Compartriotes

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 07:02, par Sidpayete
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    politiciens du tube digestif ! Qui a ete exclu de quoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 07:40, par Leicora
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    je valide, il nous faut une vraie réconciliation , un vrai dialogue ou tous pourront s’exprimer afin qu’on aboutisse au pardon véritable. Qui est irréprochable dans ce pays ? Ce qui s’est passé est grave et cela depuis longtemps mais nous sommes tous comptables, par action ou par inaction.C’est pourquoi il faut se pardonner et se réconcilier afin d’éviter de lendemains troubles. Quand nous sommes unis, de dehors on nous respectent, on nous crois, alors que là rien n’avance car c’est du takvolsé, Dieu préserve notre beau pays.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 07:42, par ZWang
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Ah bah !!!! Quel peuple crie à la réconciliation sans justice. Réconciliation sans justice là a été fait sous Blaise sans résultats. Nous ne voulons plus de ces pertes de temps, d’énergie, d’argent....

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 08:42, par Lebilan
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Au fait je ne comprend pas bien,réconcilier qui avec qui ?Le pays n’a jamais été divisé, ou une partie de la population ne s’est pas levée contre une autre partie en terme d’ethnie, alors ce plaidoyer c’est pour qui ?pourquoi ? Chers lecteurs expliquez moi ooo,j’ai besoin de faire un bilan.joyeux Noël

    Répondre à ce message

    • Le 25 décembre 2016 à 10:22, par lawakila Zerbo
      En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

      Vous posez de bonnes et pertinentes questions. Je peine aussi à comprendre l’objet de leur démarche.

      Répondre à ce message

      • Le 25 décembre 2016 à 22:51, par humain
        En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

        Mon ami continuer dans vos bêtises le jour finira par vous accorder sa lumière, vous croyez vraiment que tout va bien entre les fils et filles du Burkina ? Soyons humbles et demandons à Dieu de nous aider.

        Répondre à ce message

        • Le 26 décembre 2016 à 12:17, par Nabiiga
          En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

          ....mais dites-nous ce qui ne va pas entre les fils et filles du Burkina. Ça ne suffit point de dire que les fils et filles de ce pays ne s’entendent pas ; il faut l’accompagner de ce que tu crois être la cause, et on pourra alors se concerter pour accorder nos violons. La Côte d’Ivoire a eu besoin d’une réconciliation nationale car effectivement, le pays a été divisé pendant longtemps entre le sud et le nord avec, quasiment, deux gouvernements. Il leur fallait une réconciliation nationale. Tel, malheureusement, n’est pas le cas chez nous. Une partie de notre pays ne s’est pas levée contre une autre une autre partie, les ethnies vivent en parfaite harmonie les unes avec les autres. Ce qui s’est passé par contre, toute la population s’est levée en un seul corps pour dire non à la candidature de Blaise et l’a chassé du pouvoir. Le fait de l’avoir chassé c’est cela que tu appelles ’un problème entre les fils et filles de ce pays’. Ce CODER est formée de toutes pièces par Blaise et François et téléguidé par eux pour leur donner une manière de mettre la pression sur le gouvernement pour qu’il abandonne les poursuites contre eux et libère ceux en prison. C’est tout ce qu’il y a de ce CODER.

          Répondre à ce message

    • Le 25 décembre 2016 à 21:21, par Le Sage
      En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

      Certains burkinabè sont naturellement méchants, mesquins et médiocres selon Ablassé dans sa théorie des 3 M. Il a raison à 100%. Bado Laurent ajoute que certains burkinabè sont jaloux et bêtes. Moi j’en conclut que les Burkinabè sont maudits à jamais. Ce pays ne se développera jamais avec de telles mentalités absurdes même avec les 18 milliards du PNDS. Nulle part dans le monde entier, les gens ne sont aussi méchants que certains burkinabè. Regardez comment les maisons ont été brûlées et pillées. Pour sortir de cette "ensorcèllement" et cette "ensorcellerie" ce sera difficile et il faudra 20 ans. Si vous ajoutez les attaques djilladistes c’est le pompon du désespoir parce que devant c’est maïs de Bagbo. A qui la faute ? Le Sage

      Répondre à ce message

      • Le 26 décembre 2016 à 10:03, par kwiliga
        En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

        La souffrance quotidienne, l’accumulation flagrante des injustices, l’étalage des inégalités, le sentiment d’impuissance, le manque d’instruction, la désinformation, la confusion dans les valeurs repères qui mène à l’égoïsme,...
        Tout ça aurait tendance à rendre les gens bêtes et méchant et ça, pas seulement au Faso, mais partout sur la planète.
        La faute à qui...?
        Certainement à tout le monde, nous y compris.
        Nous tous, les pseudo intellectuels de l’internet, si forts pour disserter et argumenter sur la toile et qui nous montrons incapables d’aider à modifier les mentalités.
        Sinon, je suis malheureusement d’accord avec vos conclusions, on va pas s’en sortir tout de suite.
        La seule politique conduite dans notre pays depuis plus de 25 ans, n’est ni libérale, ni communiste, ni socio-démocrate,... elle est paternaliste ! (et tout continue comme avant !)
        Le Faso est géré comme une grande cour, avec distribution aux enfants les plus sages.
        Bon, je vais m’arrêter là, parce que si je continue, je vais commencer à dire du mal des fonctionnaires et donc, me fâcher avec 80% des internautes présents sur ce site.

        Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 09:16, par Mafoi
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Au fait ces gens ont tenu leur public en haleine en parlant quelle langue ?La langue de molière bien sûr,démontrant ainsi que le mal,le cancer de ce pays,ce sont nos prétendus intellectuels.En effet si je comprends ces pseudo intellectuels,il faut encore revenir 10 ans en arrière lorsque les mêmes croyant sauver leur mentor Biliaise Compaoré avaient initié leur journée du pardon avec son lot de folklores puisque la suite on la connait.10 ans après,débandade généralisée avec la fuite sans honte de leur mentor Bilaise Compaoré alors que l’humiliation aurait été évitée si la justice n’était pas instrumentalisée.Recommencez donc les mêmes erreurs pour permettre aux mêmes d’échapper à la justice et pire,au lieu de se faire tout petits,viendront narguer le peuple.On est calé et on vous regarde faire ohhhhhhh

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 10:12, par ali
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Messieurs de CODER et Mr Albert est -ce -que pouviez avoir le courage de dire sincèrement au peuple votre ultime but lors de la préparation de cette conférence. Parce que comme vous voyez on vous comprend difficilement. La weemba, il ne s’agit de sortir les grands aspects de notre traditions dans conditions mal à propos. En objectif spécifique quels seront ceux pour qui la weemba doit intervenir et pourqoui ? Les forts du moments n’ont jamais dit qu’ils sont contre la réconciliation qu’ils refusaient un quelconque pardon attention aux insinuations dangereuses. C’est vous qui n’appreniez pas passé notamment des journées de pardon de votre Blaise. MR Albert vous rendiez un service la nation si vous faites une conférence où vous dites ce que les acteurs doivent maintenant faire pour que notre justice et nos juges intègrent nos valeurs traditionnelles pour bien du pays. Mr ALBERT ce qui un danger pour un pays c’est de toujours tout le a raison et tout le à tort alors on recommence. Revisitez nos traditions et sortez ce qui peut nous faire avancer qualitativement.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 10:15, par Equilibreur
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Ces soi-disant intellectuels, à mon avis, sont d’un autre âge qui ne comprennent pas que les choses bougent. Rien n’est figé et de même que les embrouilles viennent naturellement selon les faits dans leur mutation, la réconciliation, elle aussi, n’est pas négociée ni imposée par aucune valeur dite traditionnelle ni par aucune intelligence politique. S’il vous plait, rendez vous utiles à la nation en faisant autre chose.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 10:16, par POOL004
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Je voudrais dire à CODER qu’elle est disqualifiée pour entreprendre des démarches pour la réconciliation, voire dialogue inclusif. C’est le travail de la société civile C’est le même Albert qui était à Koudougou pour nous parler du Pardon en pays Moaga après l’assassinat de Norbert ZONGO. C’est encore lui avec la CODER pour Réconciliation et dialogue inclusif. Albert cherche toi et cache toi pour te réconcilier avec les étudiants car au MEDSRS tu n’as rien fait et tu as été éjecté par Blaise

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 10:29, par Sidbéwendé Zoungrana
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Dialogue inclusif, Oui ! Mais avec qui ? Certains des membres de ce CODER sont bien sincères. Mais sont-ils combien dans le lot ? Inclusion vous dites ? Mais qui est exclu dans cette Affaire ? Pourquoi ne pas appeler le chat par son nom ? Nous pensons, sans être d’aucun bord politique, qu’il est facile de crier le "Hola" parce que dans une certaine position, des personnes se disent exclues, pas d’une quelconque discussion, mais d’un écartement de certaines choses qu’elles souhaiteraient. A voir les photos, bien plus d’une personne sont des gens qui ont jadis goûté le gâteau, mais qui sont aujourd’hui à la touche. Ce que leurs "Ego" ne sauraient admettre comme si elles ne sont que les seules personnes capables de réflexion, de Gestion et de Direction. Oui pour des discussions inclusives. Mais d’une inclusion qui comprendrait les vraies "couches sociales du pays". Certaines de ces personnes n’ont de qualités que de se mettre toujours à l’écart pour indexer, orienter. Il est plus facile de danser assis que sur une piste de danse ? Allons soyons sérieux si vous voulez qu’on vous prenne au sérieux.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 10:50, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    - Moi je pense que derrière cette CODER, se cache quelque chose ou un deal. Je souhaite avoir tort pour une des rares fois. N’oubliez pas que Ablassé OUEDRAOGO est un opposant farouche et que le Pr Albert OUEDRAOGO lui, n’a qu’une seule préoccupation : constitutionnaliser la chefferie traditionnelle surtout mossi.

    En attendant le Kôrô Yamyélé se base sur une analyse pointue pour vous révéler un drame qui aura bientôt lieu si on n’y prend pas garde :

    - Selon les calculs d’Ingo Piepers, ancien commandant de l’OTAN à Sarajevo, le monde fera face à une grande crise militaire en 2020. Dans son livre “Warning 2020”, le Néerlandais explique pourquoi il voit l’avenir de manière très sombre. Piepers utilise des théories mathématiques et physiques sur l’instabilité et le chaos pour comprendre l’histoire du monde. Il s’est appuyé sur une base de données d’une centaine de conflits entre 1495 et 1975, complétée par des données récentes. Il a notamment dit : “Dans cette base de données, je recherche des modèles, mais d’une autre manière que les historiens traditionnels. Ils imaginent les conflits à travers les siècles et mesurent la gravité des condlits au nombre de morts. C’est évidemment leur droit, mais mon point de vue est que ce n’est pas la bonne méthode pour comprendre vraiment ce qui se passe. Selon moi, le nombre de pays impliqués est une bien meilleure mesure de la gravité d’un conflit”.

    Ila dit que les conflits sont justement nombreux depuis un certain temps : “L’Ukraine, le Brexit, l’UE, le Moyen-Orient qui est en feu, la crise des réfugiés, Trump président, … L’ambiance est à la recherche de solutions radicales, qui nourrissent le système”. Tout cela rend le monde plus instable et il ne suffira que d’une étincelle pour allumer le feu à une guerre généralisée. Piepers pense sérieusement qu’en 2020, une nouvelle guerre mondiale sera une réalité. Il a dit : “Considérez cela comme une mise en garde. Il y a une sorte de fatalité dans ces modèles, ce qui me rend inquiet”. Il nous reste six ans pour lui donner tort…Source : Volkskrant (via 7sur7.be) du 4/12/16.

    En attendant, moi Yamyélé je crois en ce Piepers (qui n’est pas n’importe qui) vu tout ce quei se passe actuellement et depuis peu : Lybie, Sahel, Soudan, Syrie, Daesh, Irak, sans oublier le renaissance du bras de fer entre Moscou et Washington, et la rigidité de la Corée du Nord. Tout celà peut entraîner une déflagration générale.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 25 décembre 2016 à 11:39, par "LE VIEUX"
      En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

      Kôrô, je valide mais il faut terminer l’analyse en faisant ressortir le lien entre la theorie de Piepers et le cas de Ablassé. Bon courage.

      Répondre à ce message

    • Le 25 décembre 2016 à 13:00, par B-B
      En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

      J’ai lu et relu ton post mais je ne vois pas le parallélisme entre les travaux scientifiques de l’intellectuel sieur Piepers et les élucubrations de ces faux intellectuels.En Afrique,nous sommes friands des mots creux comme inclusif,consensus et patati patata.En fait le but recherché pour les accoucheurs de cette CODER est de continuer à piétiner notre justice comme ils savaient bien le faire par le passé.Alors comme notre justice est boiteuse et incompréhensible par les non initiés,elle ne doit pas demander des comptes à cette poignée de Burkinabè ultra protégés,accusés à tort ou à raison des pires atrocités.En tout cas pour moins que ça,en Turquie des milliers de grosses têtes croupissent en prison et il y a rien.Ici avec seulement une vingtaine de voyous au gnouf et qui ne représentent rien,ça devient une affaire nationale.On crée des machins comme cette CODER pour divertir les incrédules en oubliant de souligner que si le dialogue était confisqué au Faso,eux ils n’auraient pas pu passer leur temps à nous pomper l’air.Heureusement que j’ai aucun pouvoir sinon à leur prochaine réunion,j’envoie la police les gazer copieusement

      Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 11:11, par Sidpawalemdé
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Pourtant la CODER à raison, faut pas se voiler la face, il faut que les Burkinabé s’asseyent et discutent. A bon entendeur...

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 11:30, par "LE VIEUX"
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    SI CETTE DEMANDE DE RECONCILIATION ETAIT DE L’INITIATIVE DU CDP OU DE L’ADF, MOI JE POUVAIS COMPRENDRE. MAIS DE ABLASSÉ, CELA ME REND TRISTE. TRISTE, PCQ ABLASSE EST ENTRAIN DE DONNER UN EXEMPLE D’INTELECTUEL PERVERS A NOS ENFANTS. ALLEZ-Y COMPRENDRE CECI :
    ←PLAINTE CONTRE LA CANDIDATURE DE ROCK ;
    ←DEMANDE D’AUDIENCE(rejetée) A ROCK POUR DEMANDER UN POSTE ;
    ←REFUS DE REJOINDRE LE CFOP ;
    ←CREATION DE CODER POUR DENIGRER ROCK ET DIVISER L’OPPOSITION ;
    ←CONTRADICTION AVEC SON SEUL DEPUTÉ ;
    ←DENIGREMENT DU CFOP ;
    DE CE QUI PRÉCÈDE, JE DEMANDE AUX BURKINABÈ DE TOUTE TENDANCE CONFONDUE A FAIRE ECHEC A TOUT CE QUE CE MR ENTREPREND AU BURKINA. A L’OPPOSITION ACTUELLE ET PLUS PARTICULIEREMENT L’ADF, LA NAFA ET LE CDP A DEMEURER VIGILANTE CAR ABLASSÉ A FINU D’ETALLER TOUTE SA MECHANCETÉ ET SON ESPRIT REVANCHARD A LA PLACE PUBLIQUE.

    Répondre à ce message

    • Le 26 décembre 2016 à 12:14, par bogota
      En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

      Mon cher ami tu dis n’importe quoi. N ’est ce pas les anciens amis de Blaise qui l’ont conduit en exil ? Le trio au pouvoir n’a pas les moyens de sortir le Faso de la situation de misère jamais connue depuis 1983, alors il faut une union sacré de tous ces enfants pour que la sérénité revienne dans les cœurs. Il n’y a pas de programme qui puisse tenir sans réconciliation. L’état de déchirure du Burkina est tel que seule une réconciliation qui prendra en compte les valeurs africaines c’est a dire le chemin pour y parvenir est la seule voie qui puisse nous sortir de nos difficultés . La justice moderne ne pourra jamais nous réconcilier. L ’exemple des TPR est là pour nous le rappeler. Tous les procès ont été revisités et les condamnés indemnisés. Il faut emprunter la voie de la Vérité et du Pardon. C’est le Burkina qui gagnera.

      Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 11:55, par LB
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Restez là à insulter la CODER seulement, le réveil sera très douloureux. Les gens refusent de faire une lecture courageuse de la situation nationale et de se dire les vérités. Je ne suis d’un parti politique, parce qu’aucun parti ne m’inspire et je ne suis également d’aucune OSC(sauf un petit penchant pour le Balai citoyen), je suis donc pour des valrurs, donc, la CODER est en réalité aujourd’hui en avance sur les Burkinabé. A ce sujet, je voudrais simplement paraphraser Norbert Zongo en disant que tôt ou tard, les Burkinabé seront obligés de s’asseoir tous ensemble. Tôt ou tard.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 13:41, par Ka
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    C’est Noël, et je viens de fêter ce souvenir de l’arrivée de notre sauveur qui est Jésus Christ avec ma famille, parmi cette famille, les voisins qui sont aussi des musulmans, une religion qui prêchent la tolérance et la paix. En regardant ma famille et les invités autour du même plat, je me dis que la croyance reste une affaire personnelle. Et ceux qui utilisent l’Islam pour tuer son prochain, ne sont pas des croyants du vrai Islam. ‘’’Simplement cet islam des voyous, est une religion de la manipulation. Je souhaite a tout le peuple Burkinabé, Joyeux Noël. Quand à cette sortie de dupe de la CODER, je confirme sans réserve la critique de l’internaute ‘’Warren 3 :’’ Vouloir utiliser nos continuités des coutumes pour berner un peuple baigner dans l’injustice et l’impunité depuis 1983 à nos jours, par des criminels en puissance qui ne savent pas qu’est-ce que c’est la culture du pays des hommes intègres, qui est la seule valeur pour identifier tout un peuple, sont des insultes au peuple par la CODER et ses acolytes des nez percés. Avec les assassinats crapuleux de Norbert Zongo et de David Ouédraogo et tant d’autres, le peuple a voulu joué le jeu actuel que joue Ablassé Ouédraogo et compagnie, en accordant une confiance un matin à l’stade du 4 Août aux sages et a Blaise Compaoré au nom de nos continuités de nos coutumes un pardon, et dès le lendemain, malgré les larmes de crocodile de Blaise Compaoré, les tueries ont été repris sans aucun état d’âme par l’introverti et ses éléments du RSP. Non Mr. le pr. Ouédraogo, vous êtes à côté de la plaque, car le peuple est mûri par l’injustice et l’impunité, surtout la corruption à ciel ouvert, et aucun professeur, même descendu des planètes des ovnis ne peut convaincre le peuple Burkinabé de pardonner avant la justice : Ceux qui sont les porteurs des valeurs culturels sont nos chefs coutumiers, dont leurs continuités des coutumes de l’ancêtre au grand-père allant au père en fils, et qui restent une vraie référence de notre jeune démocratie, ne vous écouteront pas. Car tout le peuple allant de l’intellectuel au pauvre paysan, a été trahi par vous autres qui veulent aveugler le monde. Je suis un vieux mossi, et je dis qu’à l’heure actuelle, sans une justice juste comme ce fut depuis la nuit des temps avec nos ancêtres, dont les criminels payent leurs crimes pour soulager les familles des victimes, il n’y aura pas de pardon a la trappe que vous demandez au peuple. Je ne crois pas que le président Roch Kaboré avec la pression du peuple d’appliquer une vraie justice comme il l’a promis, et surtout avec un père conservateur de nos continuités des coutumes, et toujours vivant de nos jours, laissera son fils écouter vos salades pour protéger les criminels en puissance. Allez parler vos duperies à un chef Dozos ou à un chef des Bobo, ils vous diront d’aller se faire voir. Tant que ceux qui portent les valeurs de nos cultures mossis sont vivants, vous ne pouviez pas convaincre le peuple Burkinabé de pardonner avant la vraie justice qui condamne les criminels avant le pardon.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 14:38, par warzat
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    La journée nationale du pardon du régime défunt de Jubal n’a pas marché parce qu’il n’y a pas eu justice, on ne savait pas qui pardonner et pourquoi. On encourage aujourd’hui le président élu démocratiquement à refaire la même chose. Monsieur le prof, beaucoup de ceux qui réclament justice ont déjà en arrière plan le pardon et la réconciliation. La fameuse expression du leader incontesté, indispensable, omnipotent dans les médias tous les jours que Dieu crée ’’ mouta-mouta’’ sied bien à ce que vous demandez, donc la politique du mouta- mouta c’est bien lui et donc vous. Craignons Dieu, on dit la vérité à ceux qu’on porte en estime. C’est ce refus ou crainte de le dire à Jubal qui l’a conduit à l’exil.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 14:52, par sidibe hamidosidibe@yahoo.fr
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Merci Ablasse et Albert nous nous avons tout pardonné mais maintenant nous ont veut la justice et rien que la justice et pour le peuple il a des choses qui sont universelle c est la liberte la justice et qu elle soit rendu en francais en more en dioula en peuhl l essentiel est qu elle qu elle soit rendu le reste on s en f....../

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 15:34, par Pifff
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    La figure du Weemba ou la danse du waarba pour amuser la galerie.Quittez dans ça.En tout cas je vois très bien les intentions de ce mossi du plateau central avec sa CODER.Ne représentant rien avec son Faso Autrement,il cherche à énerver la population pour se victimiser espérant se rendre populaire car avec ces récurrentes provocations,je ne serai pas étonné que la même population ulcérée aille un jour perturber ce type de rassemblement pour des ablasseries

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 16:00, par soungalo
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Le Coder joue la comédie et a choisi un mauvais comédien, Albert Ouedraogo. Quand le bourreau parle de pardon, il faut fuir. Si le Coder avait eu au moins quelques victimes du CDP, de l"ADF/RDA et du clan Compaoré et qui demandaient pardon au nom de toutes les victimes, on peut comprendre. Le tortionnaire demande pardon avec le clan des tortionnaires, y compris Albert Ouedraogo. Les intellectuels qui sont au service des partis politiques en tout temps et en tout lieu, on les connait. Personne ne refuse le pardon. Mais, on exige d’abord la justice. Depuis l’insurrection, le peuple n’a eu de justice et le griot Albert demande pardon. Pitié pour ce conférencier, qui au temps où il était ministre pleurnichait chez Chantal Compaoré pour obtenir plus de nomination pour nos compatriotes de retour d’Abidjan. Après avoir transformé son ministère ou les postes étaient entre les main des gens du TOCSIN en ministère familial, il donne des leçons de bonne gouvernance. Pitié pour Albert qui fréquentait nuit et jour le Larlé Naba. Associe le Larlé Naba a tes nouvelles aventures. L’escroquerie intellectuelle a des limites. Cher Albert, les intellectuels qui ont collaboré avec les nazis ont fini mal

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 16:08, par SOULY N. Stéphane
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    « Quand les bourreaux d´hier se prennent aujourd´hui pour les colombes, le peuple ne peut que sourire. Mais attention sa patience a des limites »
    Le peuple Burkinabè n´a jamais été un de vos soucis majeurs ! Il n´existait que quand vous le trouviez docile. Vous ne parliez jamais de lui quand vous étiez aux affaires. Quelle malhonnêteté intellectuelle !? Depuis 1987 nous avons tous subi, vécu et expérimenté le pouvoir voyou dont vous étiez les membres et les animateurs ! Oui, je me souviens que le 15 octobre 1987, un homme a été tué sans aucune raison. Avec lui avait péri une douzaine d´autres ! Je me souviens que le 27 octobre 1987, une ville du Burkina a été assiégée. De valeureux officiers ont été passés par les armes. Certains d´entre eux ont même été brûlés vifs, selon les rumeurs. Je me souviens qu´en septembre 1989 deux autres acteurs de ce qui restait de la révolution d´août 1983 ont été froidement passés par les armes. Je me souviens aussi qu´en décembre 1998, Norbert Zongo Alias Henri Sébgo a été carbonisé en compagnie de ses amis. En octobre 2014, vos milices du RSP ont tué de simples enfants dont le seul crime était d´exprimer leur ras le bol face à un régime dictatorial qui voulait encore s´octroyer une quinzaine d´années de règne, après plus de 27 ans d´un pouvoir personnel et abusif !! Je n´ai pas oublié que dans une dernière tentative de garder ce pouvoir qui vous échappait, les derniers relais de ce même pouvoir maléfique dans l´armée tentaient un idiot coup de force, qui a encore fait des victimes innocentes. Ceci n´est qu´une infime partie de vos crimes visibles ! Je ne parle pas encore des crimes non connus et des crimes économiques.
    Dites-moi, de quel pardon parlez-vous !? De celui dont vous avez jusqu´ici bénéficié !? Ou bien s´agit-il d´autre chose !? Dans ce cas dites-nous laquelle !?
    Le peuple à mon avis, a déjà pardonné. Sinon beaucoup d´entre vous … seraient en ce moment à la MACO, peut-être même plus de ce monde ! Vous ne nous impressionnez pas ! Commencez par faire un examen de conscience. Débutez par un repentir en énumérant tous les crimes qui ont été commis depuis 1987 ! Collectivement vous êtres tous responsables, car vous connaissez les coupables. Ils ont toujours été de vos rangs. Alors livrez-les à la justice avant de solliciter le pardon du peuple. Personne ne rejette le dialogue au Burkina. Encore faut-il en créer les bases et les conditions !? Vous ne semblez pas prendre cet aspect en compte !
    Joyeux Noël tout de même !
    La Patrie ou la Mort, Nous Vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 16:20, par TUUK-SOMDE
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    CODER, chercher et faites aussi des crosades de reconciliation et de pardon entre
    1) les koglweogo et les voleurs,
    2) notre armée et les terroristes,
    3) l’armée malienne et les rebelles.
    Allez en mission dans le desert malien. Le peuple remboursera les frais de mission sur presentation des pièces justificatives. C’est que le besoin est urgent.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 16:24, par Ibrahim TRAORE
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    « ... C’est la seule voie qui donnera à notre pays, les chances, les possibilités, les forces de se relancer et nous tous, Burkinabè, nous voulons que notre pays se relance après ces trois années de crise que nous sommes en train de vivre », lance pour conclure, le président de la CODER, Dr Ablassé Ouédraogo.

    Ah bon ! La crise dont parle la « CODER-CDP » date seulement de trois ans. Avant ces trois ans, il n’y avait pas de crise. Entre temps, on a oublié SANKARA, DABO Boukary, Norbert ZONGO. On voit bien que la crise dont parle la « CODER-CDP » n’est rien d’autre que celle du CDP qui a perdu ses privilèges et qui cherche à revenir aux affaires.

    On nous parle de réconciliation, mais le Burkina n’est pas en guerre. On peut aller de Dori à Gaoua, de Ouahigouya à Fada N’Gourma sans être inquiété pour ses appartenances politiques, religieuses ou ethniques (à part bien sûr les attaques des bandits de grand chemin). Au Burkina aujourd’hui tout le monde parle, critique le gouvernement, les RSS sans être inquiété. Les syndicats lancent des mots d’ordre de grève sans être inquiétés. Les journalistes écrivent leurs articles sans être menacés de prison. Le problème est donc où au point de parler de réconciliation.

    Il y a bien une crise au Burkina, mais il ne s’agit pas de celle de la « CODER-CDP ». Il y a bien sûr :
    - la vie chère
    - le problème sécuritaire
    - le chômage des jeunes
    - etc.

    C’est vrai que le gouvernement des RSS se montre incapable d’apporter des solutions durables à ces problèmes mais la préoccupation de la « CODER-CDP » n’est pas là.

    Un conseil à la « CODER-CDP » : contentez-vous de jouer votre rôle d’opposants. Critiquez les RSS et le gouvernement sur sa gestion des affaires de l’Etat comme vous voulez, pour les pousser à faire mieux, le maximum. C’est le seul bien que vous puissiez rendre au peuple burkinabé à l’heure actuelle.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 17:22, par Kanzim
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Il y a une utilisation abusive de la « Wemba », dont la définition, le rôle e le statut me semblent avoir été utilisés à des fins « intéressées », unilatérales parce que ne tenant pas compte des spécificités régionales de du terroir moaga dans son ensemble. Je ne me reconnais pas dans cette définition et je défie quiconque de me prouver que dans mon terroir c’est le cas. A moins d’avoir limité l concept dans le terroir d= »du plateau » central qu’un politicien utilise en toute méconnaissance des règles et conduites prescrites pour un homme qui dit avoir des visés présidentialistes dans une république, le Faso vrai. En outre, je voudrais faire observer qu’il n’est pas exact de dire sans nuance aucune, que « la femme dans la société est plus apte à amener à la réconciliation ». Il manque une précision volontairement te, qui dit que c’est plutôt et selon les cas, la reine, la reine-mère ou la plus « première » épouse du roi, qui joue ce rôle, le roi consultant celle-là quand une affaire de justice ou de société étant complexe. Il me souvient que le Larlé Naaba Tigré a donné à ce propos une importante précision, dans laquelle il dit que le protocole du déroulement de son Nabasga comporte un entretien avec la première épouse, sur des questions d’importance et suivies de bénédictions, avant de sortir à la rencontre de son « peuple ». La CODER devrait ainsi le savoir et savoir aussi que la position de la femme qui n’est pas une reine ou une reine-mère n’’est pas enviable : elle est empalée, les pieds attachés à des poteaux et retenus de force quand elle fait observer s droit à ne pas consentir des rapports sexuels avec son mari, âgé et impotent physiquement et intellectuellement que comme les vieux politiciens burkinabè. C’est la femme qui n’est pas mari ou mère du roi qui est accusée de sorcellerie, d e mangeur d’enfants. La CODER devrait savoir en poutre, que la femme est répudiée si elle ne donne pas d’enfants et ce sans savoir si le mari n’en est pas le responsable. Pire, elle a des problèmes si elle ne fait que donner des filles, puisque la fille est considérée comme une perte par la famille, parce que appartenant à une autre famille, celle de son futur mari, et d’où on rapportera ses effets de cuisine et d’habillements, parce que là-bas aussi on la considère comme étrangère. Une véritable apatridie à l’échelle microsociale. . Dites-moi Messieurs de la CODER de quelle femme vous faites parler un Pr Albert, qui a proclamé à des jeunes dont l’avenir bouclé par le CDP et les affidés de la CODER actuelle en majorité, que le civisme, ce n’est pas insulter Blaise Compaoré. Il faut que les autorités religieuses et coutumières arrêtent de se prêter aux jeux dangereux des politiciens, au risque se voir discréditer tôt ou tard. Il faut que le Président Rock siffle la fin de la récréation, pour éviter que nous divertissent des mendiants à la recherche d’expédients. Il faut que les intellectuels et ceux se considérant comme tels, arrêtent de tronquer les choses de la vie et de l’histoire parce que des désaxé de la vie et de l’histoire paient peut-être bien.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 17:26, par Amen
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Est-ce bien Valère Somé que je vois sur une des photos ?Vraiment le Burkina Faso est tombé trop bas depuis l’assassinat lâche de ce digne fils intègre Thomas Sankara ne mérite plus le nom hypocoristique "du pays des hommes intègres".Vite qu’on revienne à "Haute Volta" mais là encore,c’est faire injure aux Jean Baptiste Ouédraogo,Saye Zerbo,Sangoulé Lamizana,Maurice Yaméogo car à leur temps,les Voltaïques avaient une petite dignité,ce qui n’était plus le cas sous le règne de ce voyou Blaise Compaoré où tous les codes de la bonne société ont volé en éclat.Exemple,c’est sous Blaise Compaoré qu’on peut se regarder en chien en faïence dans une même famille,le père n’ayant plus confiance à sa femme,à ses enfants,à ses frères,à ses sœurs,à ses neveux,à ses nièces etc etc et vice versa.Le vice est rentré partout et c’est très très très grave

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 17:49, par Zarasson
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Croyez moi iI est plus difficile d avouer que de pardoner. Avouer un crime est douloureux et parfois honteux ; le crimimel ne pense jamais qu il aura a avouer...Dites a tous les crimimels depuis la chute de Saye Zerbo (debut des executions sommaires) jusqu aujourdhui et leurs complices collabos civiles(RSS et autres) de venir tout avouer....ensuite e peuple pardonnera.. Verite d abord et ensuite pardon. On peut meme associer ONU pour garantir la neutralite..Alors le Blaiso assassin reviendra vivre a cote de ses complices RSS...et Dieu rendra Justice au moment venu..

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 17:59, par Cheikh
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Et pourtant ni le Président du Faso, ni les autorités prises ensemble n’ont à aucun moment refusé cette réconciliation ! Le peuple a exigé qu’il y ait justice d’abord et c’est cette procédure qui suit son cours. Donc que ceux qui sont plus pressés pour des agendas cachés, s’obligent à cheminer quand même au rythme du peuple, car jamais il ne saurait y avoir deux peuples, il n’y en a qu’un seul. Ce président est l’un des plus tolérants et indulgents au monde, cessez de vouloir passer par la voix d’Albert, pour le dépeindre comme un monstre implacable. Sachez que la CODER ne peut pas forcer les autorités à tordre le coup aux bonnes règles. Si ailleurs la paix et la réconciliation ont eu pour prix la justice (Afrique du Sud, Rwanda etc.), il n’y a pas de raison qu’il n’en soit pas de même pour le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 18:06, par cherchons des solutions
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Il n y pas de paix en dehors de la liberté. Ceux là qui parlent de pardon, de réconciliation sachent qui et qui sont concernés. On se soucie moins de ceux qui sont blessés et non traités.
    Les gens de MPP savent ce qu’ils doivent faire. Il faut arrêter de tourner en rond et laisser passer le temps.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 19:33, par Gangobloh
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    De quel peuple parlez vous ? Le même peuple qui refusait la révision de l’article 37 ? Soyez sérieux .

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 19:59, par au-secours
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    ce pays étant devenu un vrai bordel,il nous faut un poutine ou un erdogan pour nettoyer complètement ces déchets toxiques. ablassé vaut quoi en terme de poids électoral ? même sa propre famille ne vote pas pour lui,c’est dire qu’il est 0. pourquoi donc laisser en liberté un moins que rien pour qu’il occupe ses temps d’errance à nous polluer ? trop c’est trop,les autorités doivent sévir

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 21:47, par Le syndicaliste
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Il est dit ceci dans le compte rendu de la conference : A en croire Pr Ouédraogo, la « weemba » est une figure de la tradition des Moose qui consiste à ce qu’une femme, au départ, puisse être celle-là qui soit capable d’intercéder auprès du roi pour demander la grâce royale.
    Dans la legislation moderne en vigueur au Burkina Faso, un individu condamne a la possibilite d’interjeter appel du jugement rendu par les tribunaux et si la sentence est maintenue, il peut demander une grace presidentielle.
    Dans ces conditions, a-t-on besoin d’une "weemba" ou autre systeme traditionnel semblable ?

    Le meme conferencier dit par ailleurs ceci : Dans la société traditionnelle, le roi était à la fois l’exécutif, le judiciaire et même le législatif. « Donc, lorsqu’il jugeait et condamnait certaines personnes à mort, il n’y avait plus rien à faire, plus de recours, le seul recours possible reste la weemba qui vient et qui implore la grâce du roi qui a obligation de donner suite favorable à cette grâce et celui qui est condamné et qui est libéré est réintégré dans la société et continue de vivre avec la bénédiction et la protection de la weemba », indique le conférencier.
    Dans la legislation moderne en vigueur au Burkina, les trois pouvoirs sont separes et sont independants les uns des autres. Le jugement est rendu par le pouvoir judiciaire et en cas de comdamnation, il y a des possibilites de recours. Si apres epuissement de tous les recours la sentence est maintenue, la grace presidentielle peut etre requise. Habituellement la grace presidentielle reduit la duree des peines d’emprisonnemet, transforme la condemnation a mort en une peine d’emprisonnement a perpetuite ou a duree determinee.

    Le Pr A. OUEDRAOGO a dit par ailleurs : « Après la justice, qu’est-ce qu’il faut faire maintenant ? La justice n’étant pas une fin en soi, il faut savoir aller au-delà.
    Sur ce point, je suis tout a fait fait d’accord avec le professeur qui bat en breche l’evangile selon St Ablasse de la CODER. Et justement le tryptique Verite-Justice-Reconciliation, qui fait l’unanimite au Burkina, est une demarche qui rendra justice aux plaignants et permettra d’aller au-dela. C’est a-dire que les victimes pourront pardonner, sincerement et sans contrainte ni duperie, ceux qu’ils ont attraits en justice et qui ont ete condamnes ; ce qui aboutira a un apaisement des coeurs et a une vraie reconciliation entre plaigants et condamnes.

    Nous ne voulons plus de la tragi-commedie de la triste et honteuse journee du pardon ou Blaise Compaore et les siens ont declare au stade du 4 aout qu’ils etaient desormais pardonnes, sans toute fois preciser pour quels crimes ou tords commis sur qui et par qui, ou et quand. Je suis persuade que si le pardon avait ete vrai et sincere, apres une verite et une justice rendue aux victimes, les evenements de 2011 ne se seraient pas produits et l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014 n’aurait pas eu lieu.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2016 à 23:28, par La pluie.
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Merci à la CODER pour sa vision futuriste. Ceux qui racontent les balivernes ne sont pas en phase avec la réalité actuelle. Le pays est divisé , les populations ont le cœur gonflé. Il suffit de regarder les scores des présidentielles pour comprendre que l ’ opposition est représentative au pays. Elle n’ est pas contente de la gouvernance actuelle, et de la manière dont le régime actuel est venu au pouvoir . Le régime est venu par le feu et le sang. 33 morts en octobre 2014. Plus de 30 dans les attaques terroristes . On fait l réconciliation ou on périt .

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2016 à 02:24, par Yabirou
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Dans la société des hommes, tout finit par se savoir. Là également, ça va se se savoir. On dit que ces gens sont en service commandé. Tout comme il se murmure dans certains cénacles, qu’il faudrait une loi d’amnistie générale. On voit bien qui peut demander une telle chose, et pourquoi. Seulement, attention : faites cela et vous verrez le résultat sanglant. On va aller dans des cercles obscurs à Ouagadougou concocter une amnistie générale, qui dit que tous les fautifs depuis août 1983 sont désormais propres et que leurs victimes ne peuvent plus rien réclamer en justice. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Imaginez : on va aller dire aux parents de Didier Tiendrébéogo qui attendent depuis juin 1984 qu’ils ne peuvent plus poursuivre les assassins de leurs fils en justice. De même le dossier Thomas Sankara s’éteint. Et le dossier Norbert Zongo aussi. Faites ça seulement et ça va être voisin contre voisin. Parce que le roublard qui vous a pris vos terrains, vos vergers, vos champs, vos maisons et tout autre bien ne peut plus être poursuivi. Et il ne va plus se cacher, mais il va pouvoir vous regarder maintenant comme un imbécile. ça va se savoir ! Faites ça seulement !

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2016 à 07:08, par M.Houille
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Toutes ces gesticulations ne visent rien d’autre que la création d’un gouvernement d’union nationale dans lequel se retrouveront les acteurs du CODER.Ils seront éjectés de ce gouvernement et vont créer d’autres partis politiques pour s’agiter et réclamer une inclusion et un gouvernement de "large rassemblement pour une vraie réconciliation". Et ainsi de suite. Pour le développement de ce pays, il faudra repasser !

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2016 à 07:53, par YIRMOAGA
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Un petit poste de ministre sans portefeuille à Tonton ABLASSE et on sera réconcilié ?
    Pardon Sem RMCK, juste mon cri de cœur à cet effet pour que tout le Burkina en finisse avec les objectifs affichés de ce lugubre individu et au bout de 6 mois on l’éjecte pour de bon ?
    Depuis sa demande d’audience rejetée , la seule activité c’est tout mettre en œuvre pour être à la table à manger selon ?
    Beh, on le salit avec un petit soulagement pour un petit temps et hopppp ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2016 à 07:59, par TAMK
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    OK, merci pour la théorie du wemba, on trouve des langues nationales pour rendre crédible la justice et on crée le CORPS DES WEMBA. Belle trouvaille

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2016 à 10:02, par Hamadou kabore
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Arrêtez de vous moquer de vos victimes. Quand vous étiez au pouvoir vous ne parliez pas de réconciliation avec sincérité.Maintenant que l’heure est arrivée pour que vos victimes et leurs ayants droits sachent la vérité,vous jouez à la comédie. Cette comédie ne peut pas passer.

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2016 à 11:51, par humain
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Soyons honnêtes avec nous même et Dieu nous benira ! Soit nos Imams, Prêtres, Pasteurs et chefs coutimiers nous mentent ou nous sommes en désobéissance avec Dieu et aussi avec ces serviteurs, partout ils nous parlent de réconciliation et nous trouvons toujours des moyens pour dire que le pays va bien. CODER félicitation Puisse Dieu facilite et transforme les cœur de ceux d’en face qui croient êtres au sommet de leur gloire. Je le répète personne ne mérite la souffrance, essayons encore ! Merci

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2016 à 12:10, par Ka
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    En postant ma critique avec une argumentation solide, je savais que la première personne qui me répondra avec une auto critique stérile serait un criminel ou un fils dont son papa est à la MACA et qui déteste la vraie justice. En principe je ne réponds pas à toutes les critiques stériles sans proposition de solutions meilleures. Mais tout dont je peux dire à ce morveux, c’est que dans la culture mossi avec sa justice qui ne badine pas, une personne comme toi ou Ablassé Ouédraogo et sa clique qui tuent sans raison, et qui demandent qu’on les pardonne avant la justice, sont banni a vie de la famille. Le mieux c’est de se laisser juger pour payer ses erreurs, avant d’être pardonné par la famille. Que ça soit le Pr. Ouédraogo, ou Ablassé Ouédraogo, ils savent de quoi je parle. Alors petit morveux mal éduqué, tu la ferme. Chez les vrais mossis, des criminels comme toi est banni de la famille avant même ton jugement, ne parlons pas de te pardonner. Cette justice dont les porteurs restent nos sages est aussi notre vraie culture dont la CODER veut bafouer. J’insiste et persiste, la justice avant le pardon car les deux sont associés par ordre. Justice Pardon.

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2016 à 12:32, par Maam
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Tout ça bon c’est mais jusqu’à présent tous ceux qui parlent de réconciliation n’ont jamais dit au cours des différentes ceux qu’ils ont fait. Reconnaître au moins son crime est un minimum à faire avant de parler de réconciliation. C’est enfantin tout ce bruit

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2016 à 14:29, par Okay
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Apparemment l’argent ne manque pas dans ce pays.Alors j’aimerai savoir qui finance cette CODER car pour se retrouver chaque jour pour la ripaille sans oublier comme annoncées le roi des ablasseries,les différentes tournées dans nos régions,cela demande des moyens,de gros moyens même.Question:d’où sort ou vient cet argent

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2016 à 14:54, par Jeunedame seret
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Réconciliation familiale d’abord ; écoutez les cris de coeur de vos épouses isolées. Un dialogue inter-familial.

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2016 à 15:38, par La Foudre
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Monsieur le Président, sois vigilant et ne baisse pas la garde. C’est une manière pour endormir les esprits afin de permettre au régime déchu de bien se préparer dans son sale plan de déstabilisation du pays. Ce cris de cœur n’est pas celui des burkinabés, mais plutôt celui de la CODER. Vous savez, nous ne sommes plus un peuple à berner comme au temps de la compaorose. Personne ne s’oppose à la réconciliation et au pardon. Mais pour qu’il y ait pardon, il faut que quelqu’un accepte reconnaitre son tort. Ou bien ? Et vous voulez qu’on saute cette étape pour parler de pardon. Même Dieu qui est plein d’amour et de miséricorde pardonne celui-là qui vient reconnaitre sa faute devant lui. La réconciliation est une suite logique à partir du moment où les auteurs de crimes économiques et de sang vont reconnaitre leur tort et demander pardon. Le CDP constitue le cerveau de cette CODER, voilà pourquoi elle n’a pas longue vie cette CODER. Le CDP est un virus mortel. Président KABORE, je dis vigilance et vigilance. L’argent du peuple qui a été volé pendant l’insurrection et qui se trouve dans les mains des personnes déchues est source de financement pour déstabiliser le pays. Vive le peuple

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2016 à 16:25, par Sidzabda
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Le sage est loin d’être un sage. sinon comment un sage peut il oublier que nul part au monde on n’a jamais interné des élus ( non des élus n’ont jamais eu la bassesse d’accepter qu’on les interne, qu’on les coupe de ceux qui les ont élus, ceux dont ils sont sensés défendre, représenter et œuvrer pour le bien être) pour qu’ils votent des lois liberticides contre leur propre peuple qu’ils sont sensés représenter. Et les mêmes causes produisant les mêmes effets.............. ;
    Peut être que le sage était un député de la même trampe et qu’il a occupé une chambre luxueuse à AZALAI HOTEL, sinon c’est inacceptable.....
    Un tel acte est plus criminel que bruler une maison..........

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2016 à 16:28, par ous
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    « Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif »
    A part Ablassé et compagnie qui crieent pour leurs privileges perdues je ne vois pas qui d’autre crie encore ici au Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2016 à 23:46, par Ka
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Je sais que 70% des internautes qui donnent des critiques sans fondement a cette analyse ne sont pas nés dans un village du Burkina, ni passé par les camps de convalescences et éducation avec des rudes épreuves de devenir adulte après les circoncisions d’un groupe de garçons de mêmes âges. ‘’’’Bongo’’’’ Mais Ablassé Ouédraogo et le Pr. Ouédraogo comme moi, y sont passé, et selon nos continuités des coutumes qui restent la référence de notre jeune démocratie, on nous enseigne dans ces camps la discipline, la justice, l’idéologie de vivre ensemble dans la vraie justice, et d’être responsable de de ces actes. Et dans une vraie famille mossi, si un jeune après avoir reçu de ces enseignements, s’il commet un crime sans raison, il est banni à vie Par sa famille : S’il paye son crime, par voies des sages et les ancêtres, il peut demander un pardon à sa famille, mais après avoir subi son sort de bannissement appelée justice. Comme je l’ai toujours dit : ‘’’Sans une justice juste ou les criminels payent leurs crimes pour soulager les familles des victimes, il n’y a pas de pardon, ni de réconciliation nationale. La CODER ne peut en aucun cas berner le peuple avec nos continuités des coutumes. Nous avons des codes juridiques à respecter pour les criminels, et ces codes juridiques peuvent dans un contexte actuel aboutir à des pardons, mais à condition que la vraie justice soit appliqué.

    Répondre à ce message

  • Le 27 décembre 2016 à 00:17, par WALAY
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    Faut faire pardon. En pays mossi le mot WEMBA désigne la femme mariée quand elle reviens chez elle, pas forcement pour rester. Ainsi si vous vous êtes "wemba de tel village cela veut dire que vous êtes une femme originaire de tel village. Et croyez -moi, toutes les wemba n’ont pas la même importance ni le même rôle. Il ne faut pas embrouiller les gens. Albert, il faut quitter dans ça. Si tu ne sais pas il faut demander. Les intercesseurs en pays mossi sont bien connus de tous ; ce sont en premier les forgerons, les neveux ctc. Il ne faut faire perdre le peu respect qui te restait aux yeux de gens.WALAY

    Répondre à ce message

  • Le 27 décembre 2016 à 08:37, par Ka
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    ’’’A’’’ WALAY : Je confirme : Pour convaincre le peuple avec le synonyme de WEMBA, il a fallu au Pr. Ouédraogo de consulter le Moogho Naaba pour qu’il l’explique l’histoire d’une fille banni après une grossesse non désiré, ou si cette grossesse n’a pas d’auteur, et cette fille est banni pour son imprudence. Cette femme peut revenir avec des conditions, soit par les démarches d’un neveu, ou les paroles des sages au nom de WEMBA. Même l’honorable internaute madame M. Guirma pouvait lui éclairé le rôle de WEMBA dans le pardon du peuple mossi. Mais sauter toutes les étapes pour berner le peuple qu’il pardonne les criminels en puissance, qui, le lendemain reprendront leurs sales besognes, est d’être criminel soi-même. Quand a l’internaute ‘’’par la pluie, par Ignoble professeur alias…. Cas asociale, sans oublié ses multiples pseudos dont notre ami Webmaster de Lefaso.net doit rigoler de sa mauvaise foi, je lui demande de continuer de me lire, car il apprendra de moi ce que veut dire ‘’’apporter des critiques avec des argumentations solides qui vont au peuple et non aux criminels en puissance.’’’ Je remercie à mes amis de Facebook qui me conseillent de laisser ce taré et de continuer de les apporter des critiques avec des argumentations solides : Mais c’est mon rôle de montrer à ce morveux de criminel qu’il ne peut pas apporter aucune critique qui va pour le peuple, que de défendre les injustices et l’impunité qui minent la bonne gouvernance dont a besoin le Burkina pour avancer.

    Répondre à ce message

  • Le 27 décembre 2016 à 08:49, par YABSORE
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    le Pr Elhadj LAYA SAVADOGO avait déclaré : tout le monde aime la transparence mais se plait dans la boue. ici la boue serait le pardon sans justice vérité- en janvier 1992 un homme envoie un médiateur traditionnel pour demander pardon à quelqu’un via son père comptant sur l’influence que ce dernier aurait sur son enfant. et le père de demander : qu’a t-il fait de mal à mon fils pour venir lui demander pardon ? et le médiateur de répondre : je ne sait pas. le père rétorque, comment pourrai demander pardon pour une faute non commise puisque vous ne savez pas. Dans la société référencée par le Pr Albert, la WEMBA n ’intervient qu’en cas de faute avérée et de procédure engagée devant celui qui cumule les pouvoirs de condamnation et de grâce et influençable par la Wemba comme notre sœur sous Blaise COMPAORE.
    Dans la société moderne, l’État intervient en amont et en aval, avec la justice au milieu.en aval le chef de l’État a le pouvoir de grâce approuvé. Faisons la promotion de cette culture de cette sinon le Président ROCH ne pourrait ne pourrait imposé le pardon à aucune personne victime .

    Répondre à ce message

  • Le 27 décembre 2016 à 17:10, par koh
    En réponse à : Réconciliation nationale : La CODER appelle le Président du Faso à écouter le cri de cœur des Burkinabè en initiant, sans délai, un dialogue inclusif

    messieurs du CODER, le peuple ne se limite pas aux dirigent du CDP ;
    pour être plus claire monsieur Ablassé ; il faut demander au président R K de peser tout son poids pour que la justice ne taque pas les assassins du peuple ; Mais cela n’est pas possible. RK ne peut pas. La justice fait ce qu’elle veut. ELLE EST LIBRE
    il ne faut pas inciter le peuple à la révolte.
    PARDON VA TE REPOSER MAINTENANT

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés