Crise à la CAMEG : Lettre ouverte du RAME au Premier ministre

lundi 19 décembre 2016 à 19h23min

Monsieur le Premier Ministre,
La mission principale du Réseau Accès aux Médicaments Essentiels (RAME) est d’influencer les politiques en faveur de la santé pour tous. A ce titre, le Réseau est un acteur de veille et d’interpellation de l’autorité publique pour la bonne gouvernance et la redevabilité dans le secteur de la santé.

Crise à la CAMEG : Lettre ouverte du RAME au Premier ministre

La disponibilité des médicaments et consommables est un enjeu capital pour assurer l’accès universel des populations à des soins de qualité, et particulièrement à un moment où le Burkina Faso est en train d’expérimenter la gratuité des soins aux femmes enceintes et aux enfants de moins de cinq ans. Une politique sociale à laquelle, le RAME apporte tout son soutien, et œuvre sur le terrain à travers son Observatoire Communautaire sur l’Accès aux Services de Santé (OCASS) pour s’assurer de l’effectivité et de la bonne mise en œuvre de la mesure.

S’il y a un acteur central dans le mécanisme national pour relever ce défi de l’accès à des médicaments essentiels de qualité, c’est bien la Centrale d’Achat des Médicaments Essentiels Génériques (CAMEG).

Cependant, depuis six mois, la centrale est au centre d’une tension entre le Ministre de la santé et le Conseil d’Administration de la CAMEG. Faute de trouver un mode de règlement à l’amiable, la justice a été saisie pour départager les adversaires. Le RAME a initié des rencontres avec les parties prenantes à la crise et a pu mesurer la complexité de la situation, et l’impasse dans laquelle elle est actuellement.

Pendant que les procédures de justice suivent leur cours, les populations à la base manquent de médicaments dans les formations sanitaires. Cette situation a été reconnue par la direction générale de la pharmacie, du médicament et des laboratoires (DGPML) lors de sa conférence de presse du 07 octobre 2016 et régulièrement, les ruptures en médicaments sont dénoncées de manière récurrente par les auditeurs des émissions radiophoniques interactives. Par ailleurs, les données collectées par l’Observatoire Communautaire confirment l’existence de ruptures fréquentes de médicaments essentiels sur de longues périodes. Il se profile à l’horizon une éventuelle catastrophe sanitaire pour les populations du fait du possible effondrement du système d’approvisionnement pharmaceutique du pays.

Face à l’impasse et sans chercher à nous mêler des procédures de la justice sur la légalité des uns et des autres, le RAME voudrait interpeller les protagonistes sur ces risques importants et les inviter à privilégier l’intérêt supérieur des populations.

Excellence, Monsieur le Premier Ministre,

Nous estimons par ailleurs que face à ces risques, vous devrez vous impliquer personnellement afin de préserver les acquis de notre système d’approvisionnement en médicaments et de résorber par la même occasion les insuffisances actuelles.

Le RAME prend l’opinion publique à témoin de cette alerte qu’il vous a lancée. Il reste déterminé à dénoncer toute politique aventureuse qui aurait des conséquences négatives sur le système d’approvisionnement des médicaments essentiels au Burkina Faso. Il tient toutefois à vous rassurer de sa pleine disponibilité à appuyer toute mesure pour la réforme de la CAMEG, de sorte à pouvoir garantir l’accès de nos populations à des soins de santé de qualité.

Tout en espérant que notre appel sera entendu, je vous souhaite une bonne réception et, vous prie de recevoir ma profonde gratitude.

Ouagadougou le 19 décembre 2016

Le Conseil d’Administration

04 BP 8038 Ouagadougou 04
Télécopie :00226 25 37 70 16
Messagerie : secretariat@rame-int.org
Site Web : www.rame-int.org
Contact presse : 70050605/70244445

Vos commentaires

  • Le 19 décembre 2016 à 21:23, par Leicora En réponse à : Crise à la CAMEG : Lettre ouverte du RAME au Premier ministre

    On vous voit venir, OSC, Réseau et quoi encore , on s’en fout. Le ROCO est mal barré avec temps d ’ennemis internes. Dieu le sauve.

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2016 à 05:04, par OUATTARA Badioré En réponse à : Crise à la CAMEG : Lettre ouverte du RAME au Premier ministre

    Bonjour à toutes et à tous,
    Je salue la volonté du RAME de ne pas rester indifférent à la gestion des médicaments, entre autres, essentiels dans notre pays. Je profite de son message pour rappeler aux uns et aux autres que le phytomédicament antidrépanocytaire FACA est aussi sur la liste des médicaments essentiels du Burkina Faso.
    Avec tout le respect que je lui dois, je demanderais au RAME de chercher à savoir les raisons qui font que :
    - le FACA n’est pas distribué via les réseaux de la CAMEG
    - de l’avis même du directeur de l’IRSS, docteur OUEDRAOGO Sylvin, lors des JPO du CNRST en 2016, le FACA n’arrive pas à être distribué légalement en dehors du Burkina Faso
    Il me parait logique, que pour des raisons de santé publique, toute la lumière soit vite faite sur le processus de RECHERCHE/DEVELOPPEMENT/PROMOTION de ce médicament.
    Je rappelle que le Burkina Faso est membre de l’OAPI et cet organe dispose de Référentiels pour l’homologation des médicaments traditionnels améliorés ; il y a donc anguille sous roche si les promoteurs du FACA n’arrivent pas à l’homologuer, ne serait-ce que dans l’espace OAPI.
    Est-il concevable que, pour s’approvisionner en FACA, tous les malades du monde entier doivent rejoindre le Burkina Faso ? Cela n’est-il pas une alerte suffisante pour dire que quelque chose cloche dans le FACA ?
    Je reste disposé pour apporter ma par de contribution dans l’émergence d’un FACA plus sécurisé et mieux conquérant pour le bien de tous.

    Dr Badioré OUATTARA, Pharmacien d’industrie, PhD
    Direction Générale de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (DGRSI)
    00226/70 26 17 14

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2016 à 09:05, par Koudougou En réponse à : Crise à la CAMEG : Lettre ouverte du RAME au Premier ministre

    Quelqu’un peut il m’aider à comprendre ce que le RAME veut que le premier ministre fasse ? Le RAME a t il suggérer entre les lignes une action spécifique à entreprendre par le Premier ministre ? aider moi à comprendre.

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2016 à 16:58, par Héi ! En réponse à : Crise à la CAMEG : Lettre ouverte du RAME au Premier ministre

    Sans tarder, il faut tirer les conséquences de l’entêtement judicaire du ministre de la santé dans l’affaire CAMEG. Le feuilleton judiciaire est visiblement en train de confirmer que les agitations du ministre de la santé et de son club d’amis affairistes et régionalistes sont fondées sur la passion, des intérêts personnels et non sur des arguments de droit. Toute la justice n’étant pas sénile et corrompue par l’omerta politique, la véritable justice est en train de donner des leçons de droit au clan du terrorisme sanitaire du ministre. C’est un grand tort que le ministre et ses affairistes ont causé aux populations en termes de perturbations de l’approvisionnement en médicaments par la CAMEG. Une faute grave qui mérite des sanctions à la hauteur du crime à cause des cas de morts dans des formations sanitaires faute de médicaments.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 15:33, par Z.M.M En réponse à : Crise à la CAMEG : Lettre ouverte du RAME au Premier ministre

    Il est bien de tirer la sonnette d’alarme et le RAME est dans son rôle de veille. N’eut été l’entêtement du ministre de la santé, on allait jamais vivre cette situation. On vit les insuffisances d’un ministre populiste qui n a fait que révélé ses carences de gestion, des hommes. En dehors de la CAMEG, il y a le PADS ou la même chose a été produit là-bas, Heureusement qu’il est tombé sur un homme de Dieu qui n a pas voulu de bagarre. Paul KABA doit revoir la qualité des hommes qu’il s’entoure.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 16:17, par lecitoyen du faco En réponse à : Crise à la CAMEG : Lettre ouverte du RAME au Premier ministre

    Bonjour peuple du burkina faso....
    on a marre de ce ministre de la santé smaill ouedraogo visiblement est un simple medecin affairiste .... criminel de la santé des pauvres populations ... qui a echoué sur le plan juridique et que le PF et PM doivent l ecarté de gouvernement.... car il serait poursuivit tot ou tard pour mise en danger de la santé de populations de burkina faso

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés