Dossier Norbert Zongo : « Malgré le temps, il y aura bel et bien justice », Bassolma Bazié de la CGT-B

LEFASO.NET | Par Propos recueillis par Herman Frédéric Bassolé • jeudi 15 décembre 2016 à 01h20min

Après la marche-meeting organisée par la Coalition contre la vie chère (CCVC) et le Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) pour commémorer le 18e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo et de ses compagnons, ce 13 décembre 2016, nous avons recueilli les sentiments de quelques manifestants. Tous ont tiré à boulets rouges sur le pouvoir en place mais demeurent convaincus que la justice triomphera. Lisez !

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Dossier Norbert Zongo : « Malgré le temps, il y aura bel et bien justice », Bassolma Bazié de la CGT-B

Bassolma Bazié, secrétaire général de la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B)

Sur le dossier de Norbert Zongo et de l’ensemble des crimes de sang, nous avons bel et bien foi qu’il y aura justice. Si c’est le comportement de ceux qui nous dirigent aujourd’hui, je pense qu’on peut humblement et facilement se référer à l’histoire. Quel que soit le poids de la matière que l’on pourrait poser sur ces dossiers, il y aura justice. Nous le disons pour un certain nombre de raisons.

Si vous scrutez l’histoire, vous vous rappellerez qu’au niveau du gouvernement, depuis l’assassinat de Norbert Zongo jusqu’à nos jours, il y a eu au moins six Premiers ministres. Au niveau de l’Assemblée nationale, il y a eu au minimum quatre présidents et au niveau de la présidence du Faso, je pense que Roch Marc Christian Kaboré a la mémoire de savoir que quelqu’un l’a précédé. De toute façon, nous disons que malgré le temps que ces dossiers vont connaitre, il y aura bel et bien justice. Il faut que ceux qui sont au pouvoir comprennent que ce ne sont pas les manipulations ni la théâtralisation des événements qui vont émousser l’effort de ceux qui sont au front.

Remarquez, aujourd’hui il y a eu des changements de visage au niveau de tous ceux qui étaient au premier plan du CODMPP (Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques, ndlr), après le 13 décembre 1998, mais c’est la même lutte qui continue. Donc tôt ou tard, il y aura justice pour ces dossiers. Nous avons dans ce sens écouté avec grande attention le message que le Président du Faso a livré dans le cadre du 11 décembre à Kaya. L’appel que nous lançons à son endroit, c’est de faire en sorte que ce message soit adressé véritablement aux causes et non aux conséquences.

Quand les gens font des commentaires en disant qu’il a lancé la fin de la recréation à Kaya, nous lui rappelons également que quand il était président de l’assemblée nationale, Simon Compaoré, maire de la ville de Ouagadougou à l’époque, à travers une conférence de presse organisée par le CDP, a cité la fin de la recréation s’adressant à ceux qui demandaient justice dans l’affaire Norbert Zongo. Mais en 2015, il a rejoint ceux qui étaient dans la rue pour revendiquer la même justice.
Donc, la fin de la recréation si elle est citée, elle doit être à l’endroit de ceux qui sont à l’origine et non à l’endroit des manifestants. Si c’est à l’endroit de ces derniers, nous estimons qu’il (le président du Faso, NDLR) s’est trompé de route dans le fond de son message. Qu’il fasse en sorte que ce message soit adressé à ceux qui dirigent l’Assemblée nationale, à chacun des ministres pour qu’ils comprennent que le peuple est debout et le restera jusqu’à ce qu’il y ait justice dans ce dossier.

Almamy KJ, artiste musicien engagé

JPEG - 45.8 ko
ALMAMY KJ

Depuis un certain temps, chaque 13 décembre, Almamy KJ reste remonté de savoir que jusque-là rien n’est fait dans l’avancement du dossier Norbert Zongo. Il est vrai que le Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP) a fait un grand pas pour relancer le dossier mais rien n’est fait par les autorités d’en face. Norbert Zongo a éveillé et conscientisé le peuple ; il demeure un symbole de liberté. Aujourd’hui, c’est une journée spéciale et elle devrait réunir tous les Burkinabè. Norbert Zongo est mort parce qu’il a demandé justice pour des fils de ce pays. Je ne lancerai pas un appel aux Burkinabè à se mobiliser pour l’aboutissement de ce dossier mais je crois que c’est une obligation pour tout le monde. Je veux être clair : aujourd’hui, ceux qui sont au pouvoir sont complices et quelques fois auteurs de crimes de sang et de crimes économiques. Je le dis et j’assume. C’est l’histoire, et les faits sont têtus. Norbert Zongo est celui-là qui m’a enseigné le combat, la lutte au niveau de l’association des élèves du secondaire de Ouagadougou (AESO). Nous avons appris sa mort avec beaucoup d’amertume et aujourd’hui nous sommes toujours debout pour qu’il y ait justice.

Abdallah Ben Azize Ouattara, coordonnateur du Collectif pour un peuple uni (CPPU)

JPEG - 39.8 ko
Azize Ouattara

Le 13 décembre, est le jour de la mort de Norbert Zongo mais c’est également comme le jour de la mort de Thomas Sankara. Il n’y a pas de volonté actuelle du régime en place de résoudre le dossier Norbert Zongo. Cela fait près d’une année qu’ils sont au pouvoir et rien n’a bougé. En plus de cela, nous assistons à des arrestations arbitraires (allusion à l’activiste Naïm Touré). Seule la lutte nous permettra d’obtenir justice. Je pense que nous devons arrêter les discours et passer à l’acte. Nous devons nous organiser pour mener une lutte sans faille pour les obliger à faire avancer ces différents dossiers.

Propos recueillis par Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés